Archives par mot-clé : thèse

Thèse « Gouverner le commerce au XVIIIe siècle. Conseil et bureau du commerce », Sébastien Vosgien

M. Sébastien VOSGIEN, enseignant-chercheur contractuel à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, a soutenu le 09/12/2011 une thèse intitulée « Gouverner le commerce au XVIIIe siècle. Conseil et Bureau du commerce ».

Cette thèse, dirigée par le Recteur Maurice Quénet, a été soutenue à l’Université Paris II Panthéon-Assas, dans le cadre de la section 03 « Histoire du droit et des institutions ». Elle a obtenu la mention « très honorable avec félicitations du jury », ainsi que le prix de thèse de Paris II Panthéon-Assas.

Résumé de la thèse :
Le Conseil et le Bureau du commerce constituent l’instance principale de l’administration royale du commerce au XVIIIe siècle. Bien que le roi n’assiste jamais aux séances hebdomadaires, cette institution, créée en 1700 et dissoute en 1791, a contribué à modeler l’économie française de l’époque. Installé au sommet d’une pyramide institutionnelle, cet organe est étroitement associé à l’élaboration et à l’application du droit économique, exerçant un véritable pouvoir par procuration en matière d’édiction de la norme. Un de ses traits les plus originaux consiste en la présence, très influente, de Députés du commerce. Ces Députés du commerce, au minimum, constituent un tiers-intervenant susceptible de crédibiliser l’institution par rapport aux forces vives de l’économie. Par ailleurs, une intégration institutionnelle forte tend à solidariser presque organiquement les chambres de commerce, les corporations et les manufactures avec l’instance centrale. Contrairement à une vision quelque peu réductrice d’une économie « dirigiste », le Conseil/Bureau du commerce, durant la première moitié du siècle, opère une économie d’une nature profondément conventionnelle. Concrètement, cette institution forme le point de rencontre de toutes les entités intéressées au commerce et le rapport de force s’avère ambigu entre le pouvoir et les opérateurs privés. Durant la seconde moitié du siècle, le Bureau du commerce change radicalement de politique, voire de doctrine, pour mettre en œuvre un libéralisme économique « premier ». Le langage employé et l’intériorisation de concepts économiques et idéologiques nouveaux montrent le degré de pénétration de ce libéralisme.
Title and Abstract :
Governing the economy during the XVIIIth century. Council and Bureau of commerce
The Council and Bureau of commerce formed the major body of the royal administration of commerce in the XVIIIth century. Although the king never attended the weekly assemblies, this institution, created in 1700 and abolished in 1791, contributed to shape the French economy at the time. Placed at the top of an institutional pyramid, this organization is narrowly associated with the elaboration and enforcement of the economic right. One of its most prominent features is the very influential presence of Deputies of commerce. These Deputies, at least, constituted a third party liable to give credit to the institution in relation to the forces of the economy. In addition, a strong institutional integration tended to bring together almost organically the Chambres de commerce, the corporations and the manufactures with the central body. Contrary to a somewhat shortview vision of “dirigisme”, the Council/Bureau of commerce operated a deeply conventional economy throughout the first half of the century. This institution allows for the meeting of all the entities interested in commerce, and shapes the relationship between central power and private operators, which was seemingly ambiguous. During the second half of the century, the Bureau of commerce dramatically switches its politics, in order to build a “first” economic liberalism. The language and the appropriation of new economic and ideological concepts demonstrate the high degree of influence this liberalism enjoys.
Sébastien Vosgien est Docteur en droit et  Enseignant-chercheur contractuel à l’U.V.S.Q.

Thierry Allain: «Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780)» (thèse)

Titre

« Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780) ». Deux volumes, 651 pages (annexes comprises)

Environnement académique

Thèse de doctorat soutenue par Thierry Allain le 04 mai 2007 devant l’université Paris I Panthéon-Sorbonne (mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité). Cette thèse a reçu la mention spéciale du jury à l’occasion de la première édition du Prix Etienne Baluze, en novembre 2007.

Composition du jury :

  • M. Alain Cabantous (Université de Paris I, directeur de thèse)
  • M. Willem Th. M. Frijhoff (Vrije Universiteit, Amsterdam, directeur de thèse)
  • M. Maarten Prak (Université d’Utrecht)
  • M. Philippe Guignet (Université de Lille III)

Résumé de la thèse

L’enquête a porté sur une ville maritime de Hollande du Nord nommée Enkhuizen. Située sur les rives de l’ancien Zuyderzee, elle n’en était pas moins considérée par les contemporains comme un port de front de mer. Cette cité avait connu un développement économique et démographique spectaculaire à partir du milieu du XVIe siècle, mais qui fut brutalement interrompu avant la fin du siècle suivant.

Cet effondrement a constitué l’objet de départ de l’étude. Phénomène identifié et source d’étonnement pour les historiens, le « déclin » d’Enkhuizen n’avait jamais été analysé en profondeur dans ses composantes et ses implications. Il ne s’agissait pas, néanmoins, d’écrire une monographie, ni de tourner le dos à  un certain nombre de concepts épistémologiques parmi les plus débattus entre chercheurs européens. Ainsi, la notion de « déclin » s’appliqua-t-elle vraiment à la situation de la ville au XVIIIe siècle ? Des processus controversés comme l’aristocratisation des régents ou la confessionnalisation des sociétés urbaines se déployèrent-ils à Enkhuizen ? Quels furent les liens entretenus par la conjoncture économique et sociale avec l’identité collective ? L’impact sur les représentations culturelles en cours dans cette ville maritime fut-il notable ?

Les bouleversements économiques, démographiques et sociaux affectèrent en profondeur la ville au XVIIIe siècle. Entre 1622 et 1795, le nombre d’habitants fut divisé par trois, surtout en raison d’un assèchement de l’immigration et du recul de la pêche du hareng. La composition de la société urbaine fut modifiée durablement. Les gens de mer et les travailleurs sans qualification ou en voie de paupérisation s’effacèrent au profit d’une moyenne bourgeoisie et surtout d’un patriciat de plus en plus riche. Le bouleversement de la carte confessionnelle, induit par le rétrécissement du marché du travail local et un solde migratoire négatif, eut un fort impact sur la cité. On a observé une accélération du cloisonnement intercommunautaire parallèlement à un apaisement des rapports de force entre catholiques et réformés.

Le déclassement d’Enkhuizen dans la hiérarchie des villes des Provinces-Unies, terme sans doute préférable à celui de déclin absolu et irrémédiable, se solda également par un bouleversement de la perception de la cité. Au désintérêt ou aux observations sans concession des étrangers et des voyageurs de passage, répondit une prise de conscience brutale de la situation des édiles. Cette remarquable lucidité se traduisit par un soutien ferme mais vain à des projets de redémarrage de l’économie maritime de la ville. La richesse et le prestige de la ville n’étaient pas vraiment remis en cause, puisque sa capacité à attirer les gens de savoir ou à renouveler son offre scolaire fut en effet largement préservée. Il apparaît en outre que la cité, bien que de taille insuffisante pour voir se développer théâtres ou salles de lectures, n’était pas déconnectée de la vie culturelle nationale.

L’émergence d’une mémoire civique est un phénomène marquant de l’histoire de la ville au XVIIIe siècle. La conscience de former une entité originale et de suivre un destin propre s’imposa en effet avec une force jusqu’alors inconnue. Des manifestations publiques d’attachement à la Maison des Orange, le rappel obsédant des faits d’armes glorieux du passé ou des campagnes miraculeuses de pêche du hareng surgirent brutalement sur la scène urbaine. Une identité collective complexe fut ainsi activement promue par le patriciat, à travers l’organisation de cérémonies publiques ou le soutien à la production littéraire. L’élite d’Enkhuizen entendait ainsi se rassurer face aux difficultés du moment mais également préserver son pouvoir. Les autres groupes urbains n’ayant joué qu’un rôle passif dans cette reconstruction identitaire, elle a probablement été favorisée et détournée in fine par un groupe restreint d’habitants d’Enkhuizen.

Enkhuizen au XVIIIe siècle nous offre une belle illustration des bouleversements ayant affecté un  certain nombre de villes moyennes et petites de l’Europe moderne. Fruit d’un travail de reconstruction mémorielle, l’identité de la communauté urbaine y apparaît ici dans toute son ambiguïté fondamentale.