Archives par mot-clé : Politiques économiques

Instabilités globales et ordres des politiques économiques.

Instabilités globales et ordres des politiques économiques
Institutions, instruments et savoirs de gouvernement de l’économie

Colloque international organisé à Paris les 17 et 18 juin 2013

Centre de Sociologie des Organisations (CSO – Sciences-Po)

Institut Francilien Recherche Innovation Société (IFRIS – Université Paris Est)

Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO – Université Paris Dauphine)

Comité scientifique : Philippe Bezes, Olivier Borraz, François-Xavier Dudouet, Marion Fourcade, Thierry Kirat, Paul Lagneau-Ymonet, Frédéric Lebaron, Sabine Montagne, Bruno Théret

Global instabilities and the Economic policies orders

Organisateurs : vincent.gayon@dauphine.fr ; benjaminnoel.lemoine@sciences-po.org

9h-18h

LUNDI 17 JUIN / MONDAY 17th JUNE – à l’Université Paris Dauphine (A709)

9h : Demi-journée 1 : Instabilités et marchés financiers

Wesley Widmaier (Griffith University): « The Institutionalist-Neoclassical Debate and Macroprudential Regulation »

Sabine Montagne (IRISSO – Université Paris Dauphine) : « De l’investisseur keynésien à l’investisseur institutionnel : théorisation savante et réorganisation managériale de la finance des années 1970 »

Simone Pollilo (University of Virginia): « Constructing Financial Innovations: Performativity and Networks of Prestige in Financial Economics »

Sophie Harnay, Laurence Scialom (EconomiX – Université Paris X Nanterre) : « Régulations bancaires et analyses économiques de la réglementation : quelles relations et influences ? »

Jacques-Olivier Charron (IRISSO – Université Paris Dauphine) : « Une approche sociologique de la régulation financière en train de se faire : le cas d’UCITS V »

Discutant : Marion Fourcade (Max Planck Sciences Po Center)

14h30: Demi-journée 2 : Finances publiques et institutions monétaires

Jérémie Barthas (Queen Mary – University of London) : « Ordre démocratique et désordre financier dans la Florence de Machiavel »

Frédéric Lebaron (CURAPP – Université de Picardie Jules Verne) : « Croyances et discours des acteurs dirigeants des politiques économiques européennes »

François-Xavier Dudouet (IRISSO – Université Paris Dauphine), Eric Grémont (OPESC), Antoine Vion (LEST – Université Aix Marseille) : « Centralité bancaire et émission monétaire »

Eric Monnet (EHESS – PSE), « Un silence paradoxal. La fin de la politique du crédit et l’émergence de l’Union monétaire européenne (1970-1988) »

Benjamin Lemoine (CSO – Sciences-Po), Bruno Théret (IRISSO – Université Paris Dauphine) : « L’ordre des finances publiques. Historicité et réversibilité des agencements monétaires et financiers »

Discutant : André Orléan (EHESS)

MARDI 18 JUIN / TUESDAY 18th JUNE – à Sciences-Po (salles A. Sorel et L. Beaulieu)

9h : Demi-journée 3 : La politique en temps de crise économique

Peter Gourevitch (UC San Diego) : « Politics in Recession Fighting: ‘O8 and ’29 compared »

Stephen Gill (York University) : « The Silent Revolution and the Future of Europe »

Vivien Schmidt (Boston University) : « The Eurozone Crisis and its impact on EU and National Political Economies and Democracy »

Boris Samuel (CERI – Sciences-Po) : « Saisir les trajectoires de l’État par les pratiques de formulation des politiques économiques : leçons tirées de cas d’études africains »

Vanessa Bernadou (IRISSO – Université Paris Dauphine) : « Quand la politique est saisie par la question monétaire : le cas de la crise argentine des années 2000 »

Discutant : Bruno Jobert (IEP Grenoble)

14h30 : Demi-journée 4 : Pédagogie économique et ordre symbolique

Vincent Gayon (IRISSO – Université Paris Dauphine) : « Écrire et prescrire dans l’incertain. Le keynésianisme dans la tourmente à l’OCDE »

Sarah Kolopp (CMH – EHESS) : « Cadrer les questions économiques. Luttes d’institutions et transformation de la formation en économie à l’École nationale d’administration, 1961-1984 »

Arthur Jatteau (CURAPP – Université de Picardie) : « Sociographie d’un laboratoire de « lutte contre la pauvreté »: le J-Pal »

Sabine Rozier (IRISSO – Université Paris Dauphine) : « Donner le goût du risque : mise en œuvre et usages de dispositifs de promotion de  » l’esprit d’entreprise  » dans les établissements scolaires français »

Jeanne Lazarus (CSO – Sciences-Po) : « L’éducation financière : une politique économique ? »

Discutant : Thierry Kirat (IRISSO)

———-

1er jour à Dauphine

Salle A 709 (7e étage, nouvelle aile)

En transport en commun
Métro : Ligne n° 2 (Nation – Porte Dauphine), station Porte Dauphine,

sortie Avenue Bugeaud.

RER : Ligne C, station Avenue Foch

Bus : Ligne Petite Ceinture PC1, arrêt Porte Dauphine

En voiture
Rejoindre le périphérique puis emprunter la sortie Porte Dauphine.

2e jour à Sciences-Po

Salles A. Sorel et L. Beaulieu, 27 rue Saint Guillaume

En transport en commun
Métros : Lignes n° 12 (Rue du Bac ou Sèvres Babylone),

n°10 (Sèvres Babylone ou Mabillon), n°4 (Saint Germain des Prés).

———–

Contacts : s.dubois@cso.cnrs.fr

et patricia.lenfant@dauphine.fr

Consulter le programme

sur le site de l’IRISSO

et du CSO :

www.irisso.dauphine.fr

et www.cso.edu

Bordeaux, janvier 2013 : séminaire « aux frontières du marché, l’Etat ? » (Politiques économiques et mondes anciens)

UMR Ausonius – rencontres d’histoire économique 2012-2013 : POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET MONDES ANCIENS

L’historiographie a eu tendance à étudier les mondes anciens, soit à travers la catégorie “économie”, soit à travers la catégorie “politique”, l’une excluant l’autre. Dans le cadre de rencontres d’histoire économique au sein de l’UMR Ausonius (Bordeaux), nous avons fait le choix d’interroger la pertinence de la notion de politique économique pour analyser les décisions prises par les sociétés anciennes au sujet des activités de production matérielle et d’échanges de biens.
Plusieurs rencontres sont prévues à cet effet : trois séminaires introductifs, une journée d’étude et une table ronde. Nous sommes dans l’attente d’une demande de financement pour l’ensemble de ces rencontres. Toutefois, la première rencontre étant prévue en janvier 2013, nous souhaitons l’annoncer dès maintenant afin que les collègues intéressés puissent éventuellement prendre leurs dispositions pour y assister.
Le premier séminaire introductif aura donc lieu le vendredi 25/01/13 de 16 h 30 à 18 h 30, à la MSHA (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 10 Esplanade des Antilles, Pessac), sur le thème : Aux frontières du marché, l’État ?

ECONOMIC POLICIES AND ANCIENT WORLD
Scholars are used to study the ancient world, either through the “economic” category or the “politic” one, categories excluding one another. In the framework of the economic history seminar of the Ausonius Institute (Bordeaux), we have chosen to interrogate the relevance of the notion of economic policy, in order to analyse decisions made by the ancient societies about activities of material productions and goods exchanges.
Several meetings are planned in this goal : three introductory seminars, a study-day including a workshop in order to introduce new ways to study the ancient economic history. We are still waiting for an answer to our funding request for all the project. But, as the first meeting comes soon, in January 2013, we want to announce it now.
So, the first workshop will take place on Friday, the 25th January 2013, from 4.30 to 6.30 p.m., at the MSHA (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 10 Esplanade des Antilles, Pessac), on the thema : Beyond the Market boundaries, the State ?
Rencontres organisées par Chr. PÉBARTHE (Maître de conférences habilité à dirigé des recherches, Université de Bordeaux – UMR Ausonius) et A. CARRARA (ATER, Université de Rouen – UMR Ausonius).

Vous trouverez ci-dessous une présentation plus détaillée du séminaire et du programme dans son ensemble
bien cordialement,
Aurélie Carrara et Christophe Pébarthe

———————————-
Présentation du thème de recherche : Politiques économiques et mondes anciens
D’une part, et sous l’influence des modèles primitiviste et polanyien, l’historiographie a considéré pendant longtemps que les activités économiques étaient encastrées dans la société. De ce fait, les faits économiques étudiés n’étaient en réalité pas économiques. D’autre part, les études consacrées à la cité en tant qu’État se sont orientées vers une individualisation du champ politique, là encore en niant l’existence d’une dimension économique.
Les recherches récentes sur l’économie antique ont dans un premier temps souligné le caractère essentiel du marché dans les cités grecques. Cette dimension marchande imposait alors de s’interroger sur les concepts utilisés puisqu’elle posait à nouveaux frais la question de la modernité de l’Antiquité grecque, c’est-à-dire la possibilité d’utiliser des concepts produits par la science économique, ce qu’interdisaient les tendances dominantes des années 1970. Les travaux de D. North et de la Nouvelle Économie Institutionnelle ont alors semblé fournir des outils heuristiques aux historien(ne)s de l’Antiquité. Ce courant ne permet toutefois pas de clarifier réellement les liens entre politique et économie, car il importe en histoire ancienne l’anthropologie de l’homo œconomicus et une conception des politiques économiques réduite à une seule finalité : la maximisation du profit. Ce faisant, la dimension civique, donc la politique, est réduite à la simple addition des citoyens, la cité ne cherchant elle-même qu’à accroître ses revenus, sur le modèle de chaque individu en son sein. Dès lors, aujourd’hui encore, il ne semble pas possible de mettre au jour une politique économique antique, soit parce qu’elle ne serait in fine qu’économique, soit parce qu’elle ne serait que politique.
Cette aporie peut être dépassée grâce à une réflexion d’ordre épistémologique. En effet, le débat qui anime les historien(ne)s des économies antiques fait souvent l’impasse sur les catégories de l’entendement du monde “social-historique” (C. Castoriadis) étudié et sur les catégories scolastiques utilisées par les chercheurs. Comme elles semblent aller de soi, il ne saurait être question de définir les catégories de politique et d’économie autrement que comme deux universels. Pourtant, mettre en évidence l’existence éventuelle de politiques économiques, c’est-à-dire de décisions prises après délibérations collectives, suppose de comprendre en quels termes les problèmes étaient posés ; non pas pour élaborer une nouvelle histoire intellectuelle, théorique, ou une histoire des représentations, mais bien pour refonder une histoire des pratiques économiques.
En choisissant le prisme des politiques économiques, il devient possible de se situer, sous condition de réflexivité, à l’intersection des deux sphères d’activité sociale que sont la politique et l’économie, et donc de poser la question des catégories d’entendement. La nature de la cité devient dès lors une interrogation première, notamment sa possible caractérisation comme État. En outre, la notion de marché doit être appréhendée par un autre versant que le versant mathématique dont l’impasse a été soulignée par les économistes eux-mêmes. Cette double interrogation sera abordée dans les trois premiers séminaires (“Aux frontières du marché, l’État ?” ; “État, champ économique et marché” ; “Politique, territoires et échanges”) qui devront permettre d’élaborer la grille conceptuelle à l’origine de toute étude renouvelée des politiques économiques anciennes. Une première enquête visant à définir ce que peuvent être des politiques économiques anciennes donnera ensuite lieu à une journée d’étude, suivie d’une table ronde conclusive, destinée à dessiner de nouvelles pistes de recherche, dans la perspective d’une refondation de l’histoire économique de l’Antiquité.