Archives par mot-clé : marchés

AAC : L’émergence de nouveaux marchés. Congrès AFHE 2023, 30-31 mars / CFP: The emergence of new markets. AFHE 2023 Congress, Lyon, March 30-31, 2023

English version below : click here

Appel à communications : L’émergence de nouveaux marchés. Congrès AFHE 2023, 30-31 mars

Dans le cadre plus général de recherches sur la notion de marchés et le fonctionnement concret de ceux-ci, l’histoire économique s’est déjà penchée sur l’ouverture de nouveaux marchés, en explorant l’apparition de nouveaux produits, les innovations techniques, en se penchant sur l’évolution de la consommation, des transports, des modes de distribution – autant de facteurs qui ont permis l’éclosion et la conquête de nouveaux marchés.

La rencontre proposée pour le prochain congrès de l’AFHE, prévu les 30 et 31 mars 2023, veut focaliser l’attention sur ce moment même de l’émergence, ses causes, ses manifestations et ses conséquences, sur le temps long, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.

Dans le sillage des réflexions déjà menées par les historiens sur les définitions de « marché et marchés », nous proposons d’étudier ce moment d’apparition au prisme de toutes les réalités que recouvre ce mot de marché : un lieu, concret et abstrait, d’échanges entre offre et demande d’un bien, d’un service, qui peut être organisé, officiel, libre, voire « noir », ou « zones grises » ; un jeu d’acteurs entre les producteurs, les consommateurs et le régulateur qui encadre l’activité d’échange, donne les autorisations, fabrique les normes ; un débouché concernant des zones géographiques d’échelles variées ; une institution support de transactions…

Cette rencontre veut tirer le bilan, dans la longue durée, des nouveautés apportées par les recherches récentes dans ce domaine. Les questions auxquelles elle cherchera à répondre sont nombreuses. À partir de quels critères peut-on parler de « nouveau marché » ? Qu’entend-on par « ouverture » de nouveaux marchés ? Cela peut concerner la dimension géographique – des espaces nouvellement parcourus, le passage du local au global -, l’apparition d’un nouveau produit qui conquiert une nouvelle clientèle (comme la soie, le thé, les indiennes, l’automobile…), le changement de routes commerciales, … concernant des marchés de nature variée (financier, du travail, agricole, industriel, artistique…). Quels sont les facteurs qui concourent ou non à cette ouverture ? La naissance d’un nouveau marché peut ainsi s’expliquer par une innovation technique, commerciale, financière, qui favorise la mise sur le marché d’un nouveau produit ; par l’ouverture de nouvelles routes d’échange et de circulation ou grâce aux révolutions des transports ; par de nouvelles modalités de distribution (marchés ouverts ou couverts, boutiques, supermarchés, colportage, vente par correspondance) ; par l’évolution de la démographie, des niveaux de vie et des habitudes de consommation (goûts, modes, cultures). Elle peut aussi être le « fait du prince » : privatisation de biens publics, délivrance d’autorisations de mise sur le marché, réglementation douanière… Ou bien encore elle peut être liée au développement d’une philosophie économique qui favorise ou encadre en arrière-plan la dynamique (mercantilisme, libéralisme, protectionnisme…) ou à une stratégie de conquête géopolitique.

Autant de questions qui pourront être envisagées de manière générale, par l’analyse d’un moment particulier de rupture, tout comme en partant des acteurs des nouveaux marchés (producteurs, consommateurs, marchands, régulateurs) et des modalités de leur action, de l’étude des changements dans les circulations, dans les infrastructures et les techniques, du rôle des innovations… en portant une attention particulière aux interactions de ces différents facteurs dans la chaîne de causalités qui président à l’émergence d’un nouveau marché ou qui font obstacle à ce processus. Vouloir étudier cette émergence comporte un paradoxe qu’il s’agit de dépasser : l’innovation implique souvent une situation de monopole, avec des profits que ses détenteurs cherchent d’abord à préserver avant que l’exclusivité ne leur soit contestée et que se mette en place un processus de construction tendant vers le marché, ce qui renvoie à la question de la fixation des prix et des normes. C’est bien ce moment de basculement, qui voit apparaître un nouveau marché, que l’on entend analyser. Le parti pris de la longue durée devrait permettre de croiser les points de vue, de dégager des continuités ou au contraire de souligner des spécificités dans ces phénomènes de rupture, au fil des âges. Dans un même souci comparatif, le champ géographique couvert par l’enquête ne se limitera pas à l’histoire européenne, les contributions pourront porter sur d’autres aires culturelles.

Conditions de soumission

Les propositions (3 000 signes maximum en fichier word ou pdf) doivent comporter un titre, une problématique explicite et une courte bibliographie. Il est possible de joindre une brève notice biographique (1 000 signes maximum). Les propositions feront l’objet d’un processus d’expertise par les membres du comité directeur de l’AFHE.
Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante : AFHE.congres2023@gmail.com (en indiquant dans l’objet du message ‘soumission congrès AFHE 2023’) avant le 28 février 2022.
Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être présentées en français ou en anglais.

Enfin, nous attirons votre attention sur le fait que les frais de transport et d’hébergement (hors déjeuners et dîners prévus au programme) restent à la charge des communicants qui auront été sélectionnés, mais que des subventions partielles peuvent être envisagées.

Comité d’organisation

Stéphane Bourdin ; Natacha Coquery ; Guillaume Garner ; Jean-Louis Gaulin ; Hervé Joly ; Marguerite Martin ; Manuela Martini ; Laure Quenouëlle-Corre ; François Rivière ; Catherine Virlouvet

Prix de la meilleure communication jeune chercheur

Le comité directeur récompensera la meilleure communication d’un ou d’une jeune chercheur(e) (i.e. en master ou en doctorat avec une soutenance prévue après le 31 mars 2022 au moment de la soumission) d’une valeur de 500 €.

Les jeunes chercheurs sont invités à postuler au présent appel, ou à un appel plus large dans leur direction qui sera diffusé au premier semestre 2022.

Call for papers: The Emergence of New Markets. AFHE 2023 Congress, Lyon, March 30-31, 2023

Economic history has already examined the opening of new markets in the perspective of more general research on the notion of markets and their concrete functioning. The exploration of the appearance of new products, technical innovations, and the evolution of consumption, transportation, and distribution modes contributed to our understanding of how new markets are created, conquered and maintained over time.

The next AFHE Congress aims to focus attention on this very moment of emergence, its causes, manifestations and consequences, from antiquity to the present day.

In the wake of the reflections already carried out by historians on the definitions of “market and markets”, we propose to study this moment of emergence through the prism of all the realities covered by the word “market”: a place, concrete and abstract, of exchange between supply and demand of a good or a service, which can be organized, official, free, or even “black”, or in the “gray area”; a game between producers, consumers and the regulator who frames the activity of exchange, gives the authorizations, makes the standards; a commercial outlet concerning geographical areas of various scales; an institution supporting transactions…

This meeting aims to take stock, in the long term, of the novelties brought by recent research in this field. The questions it will try to answer are numerous. What are the criteria for defining a “new market”? What do we mean by “opening” new markets? This may concern the geographical dimension – newly traversed spaces, a change of scale such as the passage from the local to the global -, the appearance of a new product that conquers a new clientele (such as silk, tea, indienne, the automobile…), the change of trade routes, etc. concerning markets of various kinds (financial, labor, agricultural, industrial, artistic…). What are the factors that contribute or not to this opening? The birth of a new market can thus be explained by a technical, commercial or financial innovation, which favours the marketing of a new product; by the opening of new trade and circulation routes or thanks to the transport revolutions; by new distribution methods (open or covered markets, stores, supermarkets, peddling, mail order); by the evolution of demographics, standards of living and consumption habits (tastes, fashions, cultures). It can also be the “fait du prince”: privatization of public goods, delivery of marketing authorizations, customs regulations… Or it can be linked to the development of an economic philosophy that favors or frames the dynamics in the background (mercantilism, liberalism, protectionism…) or to a strategy of geopolitical conquest.

All these questions can be considered in different ways. The papers can focus on the various factors involved in the chain of causalities that preside over the emergence of a new market, or that impede this process. It can be a particular moment of rupture, or the actors of the new markets (producers, consumers, merchants, regulators) and the modalities of their action, or the study of changes in circulation, in infrastructures and techniques, or the role of innovations… To study the emergence of new markets involves a paradox that must be overcome. Initially, innovation often implies a situation of monopoly, with profits that its holders first seek to preserve, which brings us back to the question of price setting and standards. It is only in a second phase that exclusivity is challenged and a process of construction tending towards the market is put in place. It is this moment of change, which sees the emergence of a new market, that we intend to question. The long-term approach should make it possible to cross the points of view, to identify continuities or, on the contrary, to underline specificities in these phenomena of rupture, over the ages. With the same concern for comparison, the geographical scope of the survey will not be limited to European history, and contributions may cover other cultural areas.

Conditions of submission

Proposals (must include a title, an explicit problematic, a short bibliography and a brief biographical note (word or pdf format, 4,000 characters maximum, including 1,000 characters maximum for the biographical note). The proposals will be subject to an expertise process by the members of the AFHE steering committee.

Proposals should be sent to the following address AFHE.congres2023@gmail.com (with ‘submission to AFHE 2023’ as subject of the message) before February 28, 2022.

The papers should last approximately 20 minutes and can be presented in French or in English.

Finally, we would like to draw your attention to the fact that transportation and accommodation costs (excluding lunches and dinners provided for in the program) are the responsibility of the selected communicants, but can be partly subsidized depending on the case.

Prize for the best young researcher paper

The steering committee of the French Association of Economic History will reward the best paper of a young researcher (i.e. in master or doctorate with a defense planned after March 31, 2022 at the time of submission) with a value of 500 €.

AAC : The Market and its Agents

Advanced Seminar Datini–ESTER

“The Market and its Agents”

For PhD students and Post-Docs

http://www.istitutodatini.it/ester/home_e.htm

Deadline: September 30th, 2013

 

The Financial Crises, their Management, their Social Implications and their Consequences in Pre-industrial Times

Progetto di ricerca

Call for papers

http://www.istitutodatini.it/temi/eng/call.htm

Deadline: September 30th, 2013

23 mai – Journée d’étude doctorale franco-suisse « Entreprises et marchés (XV Ie-XXIe siècles) », LARHRA Lyon

LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes – UMR CNRS 5190)

Séminaire « Entreprises et marchés (XVIe-XXIe siècles) »
Journée d’étude doctorale franco-suisse
en partenariat avec l’université de Neuchâtel
LARHRA/Institut d’histoire, Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Neuchâtel
Jeudi 23 mai 2013
10 h – 12 h 30
Julien Caranton (université Pierre Mendès-France Grenoble 2, LARHRA)
Prévenir l’incertitude : mutualité et marché du travail à Grenoble au XIXe siècle
Anne Rothenbühler (université de Neuchâtel)
Travail et  condition : être domestique à Paris (1870-1914)
Antoine Vernet (université Lumière Lyon 2, LARHRA)
Des compétences pour l’industrie. Acteurs, réseaux et enjeux des systèmes locaux de formation professionnelle ; les industries métallurgiques en région stéphanoise, 1920-1990.
Déjeuner commun
14 h-17 h
Florian Charras (université Pierre Mendès-France Grenoble 2, LARHRA)
De l’auto-consommation à l’exportation : itinéraire commercial et culinaire de la pomme de terre du XVIe au XIXe siècle
Maud Villeret (université de Nantes, CRHIA)
Le commerce du sucre au XVIIIe siècle : les stratégies négociantes face à un marché pluriel
Anne de Steiger (université de Neuchâtel)
Rubans bâlois : marchés et qualités  XVIIIe- XIXe siècles
Joël Jornod (université de Neuchâtel)
Les magasins Gonset : une  PME à la conquête des petites villes de Suisse romande (1925-1970)
Organisation : Natacha Coquery, Anne Dalmasso, Guillaume Garner, Hervé Joly (LARHRA), Nadège Sougy (Université de Neuchâtel)
Accès libre
ISH, salle André Frossard

 

Bordeaux, janvier 2013 : séminaire “aux frontières du marché, l’Etat ?” (Politiques économiques et mondes anciens)

UMR Ausonius – rencontres d’histoire économique 2012-2013 : POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET MONDES ANCIENS

L’historiographie a eu tendance à étudier les mondes anciens, soit à travers la catégorie “économie”, soit à travers la catégorie “politique”, l’une excluant l’autre. Dans le cadre de rencontres d’histoire économique au sein de l’UMR Ausonius (Bordeaux), nous avons fait le choix d’interroger la pertinence de la notion de politique économique pour analyser les décisions prises par les sociétés anciennes au sujet des activités de production matérielle et d’échanges de biens.
Plusieurs rencontres sont prévues à cet effet : trois séminaires introductifs, une journée d’étude et une table ronde. Nous sommes dans l’attente d’une demande de financement pour l’ensemble de ces rencontres. Toutefois, la première rencontre étant prévue en janvier 2013, nous souhaitons l’annoncer dès maintenant afin que les collègues intéressés puissent éventuellement prendre leurs dispositions pour y assister.
Le premier séminaire introductif aura donc lieu le vendredi 25/01/13 de 16 h 30 à 18 h 30, à la MSHA (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 10 Esplanade des Antilles, Pessac), sur le thème : Aux frontières du marché, l’État ?

ECONOMIC POLICIES AND ANCIENT WORLD
Scholars are used to study the ancient world, either through the “economic” category or the “politic” one, categories excluding one another. In the framework of the economic history seminar of the Ausonius Institute (Bordeaux), we have chosen to interrogate the relevance of the notion of economic policy, in order to analyse decisions made by the ancient societies about activities of material productions and goods exchanges.
Several meetings are planned in this goal : three introductory seminars, a study-day including a workshop in order to introduce new ways to study the ancient economic history. We are still waiting for an answer to our funding request for all the project. But, as the first meeting comes soon, in January 2013, we want to announce it now.
So, the first workshop will take place on Friday, the 25th January 2013, from 4.30 to 6.30 p.m., at the MSHA (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 10 Esplanade des Antilles, Pessac), on the thema : Beyond the Market boundaries, the State ?
Rencontres organisées par Chr. PÉBARTHE (Maître de conférences habilité à dirigé des recherches, Université de Bordeaux – UMR Ausonius) et A. CARRARA (ATER, Université de Rouen – UMR Ausonius).

Vous trouverez ci-dessous une présentation plus détaillée du séminaire et du programme dans son ensemble
bien cordialement,
Aurélie Carrara et Christophe Pébarthe

———————————-
Présentation du thème de recherche : Politiques économiques et mondes anciens
D’une part, et sous l’influence des modèles primitiviste et polanyien, l’historiographie a considéré pendant longtemps que les activités économiques étaient encastrées dans la société. De ce fait, les faits économiques étudiés n’étaient en réalité pas économiques. D’autre part, les études consacrées à la cité en tant qu’État se sont orientées vers une individualisation du champ politique, là encore en niant l’existence d’une dimension économique.
Les recherches récentes sur l’économie antique ont dans un premier temps souligné le caractère essentiel du marché dans les cités grecques. Cette dimension marchande imposait alors de s’interroger sur les concepts utilisés puisqu’elle posait à nouveaux frais la question de la modernité de l’Antiquité grecque, c’est-à-dire la possibilité d’utiliser des concepts produits par la science économique, ce qu’interdisaient les tendances dominantes des années 1970. Les travaux de D. North et de la Nouvelle Économie Institutionnelle ont alors semblé fournir des outils heuristiques aux historien(ne)s de l’Antiquité. Ce courant ne permet toutefois pas de clarifier réellement les liens entre politique et économie, car il importe en histoire ancienne l’anthropologie de l’homo œconomicus et une conception des politiques économiques réduite à une seule finalité : la maximisation du profit. Ce faisant, la dimension civique, donc la politique, est réduite à la simple addition des citoyens, la cité ne cherchant elle-même qu’à accroître ses revenus, sur le modèle de chaque individu en son sein. Dès lors, aujourd’hui encore, il ne semble pas possible de mettre au jour une politique économique antique, soit parce qu’elle ne serait in fine qu’économique, soit parce qu’elle ne serait que politique.
Cette aporie peut être dépassée grâce à une réflexion d’ordre épistémologique. En effet, le débat qui anime les historien(ne)s des économies antiques fait souvent l’impasse sur les catégories de l’entendement du monde “social-historique” (C. Castoriadis) étudié et sur les catégories scolastiques utilisées par les chercheurs. Comme elles semblent aller de soi, il ne saurait être question de définir les catégories de politique et d’économie autrement que comme deux universels. Pourtant, mettre en évidence l’existence éventuelle de politiques économiques, c’est-à-dire de décisions prises après délibérations collectives, suppose de comprendre en quels termes les problèmes étaient posés ; non pas pour élaborer une nouvelle histoire intellectuelle, théorique, ou une histoire des représentations, mais bien pour refonder une histoire des pratiques économiques.
En choisissant le prisme des politiques économiques, il devient possible de se situer, sous condition de réflexivité, à l’intersection des deux sphères d’activité sociale que sont la politique et l’économie, et donc de poser la question des catégories d’entendement. La nature de la cité devient dès lors une interrogation première, notamment sa possible caractérisation comme État. En outre, la notion de marché doit être appréhendée par un autre versant que le versant mathématique dont l’impasse a été soulignée par les économistes eux-mêmes. Cette double interrogation sera abordée dans les trois premiers séminaires (“Aux frontières du marché, l’État ?” ; “État, champ économique et marché” ; “Politique, territoires et échanges”) qui devront permettre d’élaborer la grille conceptuelle à l’origine de toute étude renouvelée des politiques économiques anciennes. Une première enquête visant à définir ce que peuvent être des politiques économiques anciennes donnera ensuite lieu à une journée d’étude, suivie d’une table ronde conclusive, destinée à dessiner de nouvelles pistes de recherche, dans la perspective d’une refondation de l’histoire économique de l’Antiquité.

Séminaire du Ladyss – “Les marchés et les études rurales”

La prochaine séance de présentation de travaux de l’axe 2 du Ladyss se déroulera le vendredi 25 mai, 14h00-17h00, 2, rue Valette 75005 PARIS (1er étage).
Avec les présentations de :

  • Claire Delfosse, Géographe, Professeure et Aurore Naverro, Doctorante en Géographie, Laboratoire d’Études Rurales ISH, Lyon : “Les marchés et les études rurales”
  • et Vincent Bodic, Doctorant en Géographie, Ladyss, “Les marchés dans la ville : l’exemple de St-Etienne” -Discutant : Michel Streith

Dans la continuité des précédentes séances, ces deux présentations nous permettront d’interroger la mise en œuvre d’un espace quotidien d’acteurs économiques et les pratiques qui s’y déroulent. Nous vous rappelons la thématique générale de nos rencontres cette année :

« Acteurs économiques et territoires du quotidien »

Il s’agit de questionner l’articulation entre les représentations et les pratiques spatiales des acteurs économiques avec les territoires du quotidien. Il nous importe de réfléchir à cette articulation à toutes les échelles, du plus proche au plus loin, redessinant alors peut-être une carte de la proximité.

Incertitude, marchés et spéculation (31 mai 2011)

Prochain Carrefour du CRH

Incertitude, marchés et spéculation

Le mardi 31 mai 2011 de 14-18h

EHESS-Salle 3
190-198, avenue de France
75244 Paris cedex 13

A l’occasion de la parution de :

Eric Brian, Comment tremble la main invisible. Incertitude et marchés. Paris, Berlin, Springer, 2009.

Nadine Levratto, Alessandro Stanziani (dir), Crédit et spéculation en France, XVIIIe-début du XXe siècle. Bruxelles, Bruylant, 2011.

La présentation des ouvrages sera menée par Jérôme Bourdieu (INRA, PSE) et Pierre-Cyrille Hautcœur (EHESS, PSE) en présence des auteurs Patrice Baubeau (Paris X), Eric Brian (EHESS), Jean-Yves Grenier (EHESS), Paul Lagneau-Ymonet (Paris Dauphine), Nadine Levratto (Paris X), Gilles Postel-Vinay (EHESS, INRA), Angelo Riva (EBS), Alessandro Stanziani (EHESS, CNRS).

Alors que les innovations financières, les subprimes et l’économie de casino sont brandies par la classe politique comme les seuls éléments caractéristiques à l’origine des crises en ce début du XXIe siècle, cette journée d’études s’interroge sur les dynamiques de longue durée aussi bien dans les modalités de calcul des acteurs que dans le fonctionnement même des marchés. Nous discuterons de la manière dont les différentes sciences sociales, l’histoire, le droit et les mathématiques ont appréhendé l’incertitude ; nous évaluerons aussi la place de l’incertitude dans les phénomènes économiques et financiers. Dans un cas comme dans l’autre, nous intégrerons les réflexions et les pratiques économiques dans des contextes historiques appropriés. En particulier, l’ouvrage d’Eric Brian avance l’hypothèse que les crises récentes ont révélé une faille dans les systèmes de gestion des risques et, à partir de ce constat, il propose une nouvelle approche de la cohérence des marchés. Pour leur part, les auteurs ayant participé à l’ouvrage sur Crédit et spéculation suggèrent que la manière dont le futur est appréhendé change au fil du temps. Entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle, de fin ultime de l’activité économique, le futur devient objet en soi des transactions dont une partie peut alors se détacher des valeurs réelles.

Contacts et information :

Nadja Vuckovic (CRH-EHESS), vuckovic [at] ehess [point] fr