Archives par mot-clé : enseignement secondaire

Motions de l’APHG – mai 2012 –

L’Association des professeurs d’Histoire-Géographie (APHG) a adopté au début du mois de mai trois motions sur l’avenir de l’enseignement de ces disciplines dans le cycle secondaire.

Motion 1  : A propos des épreuves anticipées d’histoire- géographie de1S pour le baccalauréat 2012

Etonné par les sujets de composition donnés lors de l’épreuve anticipée de Baccalauréat S à Pondichéry, le comité national de l’A.P.H.G., réuni ce jour, rappelle que les Inspecteurs Généraux rencontrés à plusieurs reprises pendant l’année avaient assuré que les sujets ne poseraient aucune difficulté. L’intitulé du premier sujet (« L’U.R.S.S. de la déstalinisation à la Glasnost ») est très complexe et ne répond qu’imparfaitement aux textes du programme et des fiches-ressources.
Le second sujet porte sur le dernier chapitre d’Histoire, que de nombreux collègues n’auront pas eu le temps de traiter. Le comité national ne peut croire que l’Inspection Générale ignore l’impossibilité de mettre en œuvre quantitativement et qualitativement les nouveaux programmes dans leur totalité. Les faits confirment malheureusement les craintes que l’A.P.H.G. avait exprimées lors des consultations sur les projets de programmes.
Le comité national déplore par ailleurs l’absence de choix dans les sujets de commentaire de document et de croquis.
Par conséquent, le comité national de l’A.P.H.G. demande à l’Inspection Générale de veiller à respecter sa parole et à faire en sorte que les sujets qui seront donnés dans tous les centres de baccalauréat soient cohérents et réalisables pour des élèves de Première.


Motion 2  : La suppression de l’épreuve anticipée de bac de 1èreS en juin 2013 Rétablissement de l’Histoire-Géographie en Terminale S à la rentrée de septembre 2013

L’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie (APHG) rappelle ses revendications exprimées dans son Manifeste issu des Etats généraux réunis en janvier 2012 et souligne l’attention particulière portée à la place de l’enseignement de l’Histoire-Géographie dans la filière scientifique.

L’APHG s’appuyant sur les engagements de Monsieur François Hollande, énoncés dans son « Discours sur l’Ecole et la Nation » prononcé le 9 février 2012 à Orléans, demande le rétablissement de l’Histoire-Géographie comme matière obligatoire en Terminale S. Elle souhaite très vivement que cela soit effectif dès la rentrée 2013.

L’APHG demande la suppression de l’épreuve anticipée d’Histoire-Géographie dès la session de juin 2013. Les élèves entrant en Première S à la rentrée 2012 passeraient alors l’épreuve d’Histoire-Géographie en fin de Terminale en juin 2014.

Dans l’urgence, l’APHG demande que tout soit fait pour que l’option Histoire-Géographie soit ouverte dans tous les établissements publics dans toutes les Académies à la rentrée 2012.

Motion 3 : Révision des programmes et participation sous forme de propositions

L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie demande que soient refondus et réadaptés en profondeur les programmes de Lycée, dans les deux ans à venir – selon l’esprit des Etats-généraux de janvier 2012 – et que soit pris en compte convenablement le rétablissement de nos disciplines comme matières obligatoires dans toutes les classes terminales.
Pour l’élaboration de ces futurs programmes, le Comité National de l’APHG réuni le13 mai demande :
• que l’A.P.H.G. soit fortement associée à la réflexion préalable à leur rédaction.
• que les consultations effectuées auprès de l’ensemble des collègues soient désormais réellement prises en compte, ce qui exige un calendrier laissant le temps à la réflexion de chacun et à l’examen attentif des remontées.
Dans l’immédiat, afin de permettre aux collègues de travailler plus sereinement et aux élèves de bénéficier d’un enseignement plus cohérent, l’APHG rappelle le nécessaire respect du principe de liberté pédagogique, en particulier pour permettre à chaque professeur de traiter, s’il le souhaite, les programmes actuels de lycée, avant leur révision, dans une approche plus chronologique.

Afin d’alléger la charge financière des familles, l’A.P.H.G propose que le programme de Terminale S appliqué de façon transitoire corresponde de façon allégée, à celui des Terminales L et ES.

Il est impératif aussi que soient définis, dès septembre 2012, des axes prioritaires à traiter impérativement en vue des épreuves du baccalauréat, dans les programmes de Terminales L et ES, car ceux-ci nous paraissent trop ambitieux par rapport au temps imparti.

 

Communiqué de l’Association Française d’Économie Politique soutient le mouvement d’opposition au projet de réforme de l’évaluation des enseignants de l’Éducation Nationale

L’Association française d’histoire économique relaie le communiqué suivant, publié originellement sur le site de l’AFEP:

Paris, le 12 décembre 2011
L’Association Française d’Économie politique (AFEP), qui regroupe près de 500 enseignants-chercheurs, chercheurs et docteurs en sciences économiques de l’enseignement Supérieur et du monde de la recherche, exprime son soutien le plus vigoureux aux collègues du premier et du second degré de l’Éducation Nationale qui exigent le retrait du projet de décret prévoyant de « réformer » les procédures d’évaluation.
Ce projet prévoit une procédure conduisant les collègues à s’auto-évaluer selon des grilles fournies par l’administration, avant d’avoir à participer, tous les trois ans, à un entretien d’évaluation obligatoire, conduit par leur supérieur hiérarchique direct.
Individualisation, homogénéisation, et mise en concurrence par le jeu de la notation semblent être les termes qui caractérisent la nouvelle procédure. Celle-ci s’insère dans un triple contexte de restrictions budgétaires, de création d’espaces marchands au sein même de l’institution publique, et de promotion d’une excellence supposée par l’exclusion, justifiant les inégalités de charge de travail et de traitement entre collègues.
Avec les collègues de l’Éducation Nationale, l’AFEP s’oppose à la notation ainsi qu’à toute forme d’évaluation individuelle qui ne serait pas demandée par l’enseignant lui-même, dans le cadre d’une procédure d’avancement ou d’aménagement de carrière.
L’AFEP estime que l’évaluation doit accompagner les personnes évaluées dans leur parcours, et non pas les sanctionner.
S’appuyant sur le rapport <http://www.assoeconomiepolitique.org/spip.php?article328>  qu’elle a produit en août 2011, intitulé Pour une nouvelle démarche d’évaluation des laboratoires de recherche, des enseignants-chercheurs et des chercheurs en économie, l’AFEP demande que toutes les pratiques de notation, de quota et de classement soient abandonnées. Les notations tendent en effet à doter l’évaluation d’une illusoire objectivité, quasi-mécanisable, et produite rapidement.
Derrière les pratiques de notation individuelle, c’est la dimension collective de l’acte éducatif ou de recherche qui disparaît, tout comme disparaît la dimension sociale.

Tribune du collectif « Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie » sur Mediapart

Une tribune a été publiée le 22 avril 2011 par le collectif « Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie » en Une du site d’information Mediapart. Ce dernier est un site payant mais les tribunes sont en libre accès pour les non-abonnés.

Bibliographie: Histoire 1ère L/ES/S: «Croissance et mondialisation»

Dans le souci de rapprocher enseignement supérieur et enseignement secondaire – l’histoire économique et l’histoire scolaire – nous mettons en ligne cette bibliographie qui se rapporte au chapitre d’histoire économique du nouveau programme de première qui  sera à appliquer à compter de la rentrée 2011.  La bibliographie est volontairement courte et limitée à une page afin de mettre à disposition des références pour guider ceux qui souhaiteraient aller un peu plus loin. Nous envisageons, par la suite, de proposer quelques outils (textes, graphiques, biographies…) pour aider à la mise en œuvre de cette question.

S. Effosse & C. Perrin

Bibliographie

  • Asselain Jean-Charles, Histoire économique. De la révolution industrielle à la première guerre mondiale, FNSP, 1985.
  • Bairoch Paul, Victoires et déboires. Histoire économique et sociale du monde du XVIè siècle à nos jours, Gallimard, 1997.
  • Berend Ivàn, Histoire économique de l’Europe du XXe siècle, De Boeck, 2008
  • Berger Suzanne, Notre première mondialisation, Leçons d’un échec oublié, Seuil, 2003.
  • Braudel Fernand, La dynamique du capitalisme, Flammarion, 1988.
  • Grataloup Christian, Geohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde, Armand Colin, 2007.
  • Hobsbawm Eric, Histoire économique et sociale de la Grande-Bretagne, Seuil, 1997.
  • Floud Roderick, Johnson Paul (dir.), Cambridge Economic History of modern Britain, Cambridge University Press, 2004
  • « Ecrire l’histoire du monde », Le débat, 154, mars-avril 2009.
  • Landes David, L’Europe technicienne ou le Prométhée libéré, Gallimard, 1980.
  • Maddison Angus, L’économie mondiale : statistiques historiques, OCDE, 2003.
  • Mitchell Brian, International historical statistics Europe 1750-1988, Stockton Press, 1992.
  • Norel Philippe, L’histoire économique globale, Le Seuil, 2009.
  • O’Brien Patrick, Clesse Armand (dir.), Two hegemonies : Britain 1946-1914 and the united States 1941-1989, Ashgate Publishing, 2002.
  • Polanyi Karl, La grande transformation, Gallimard, 1988.
  • Rostow Walt, Les étapes de la croissance économique, Le seuil, 1963.
  • Van der Wee Herman, Histoire économique mondiale 1945-1990, Academia Bruylant, 1994.
  • Verley Patrick, La révolution industrielle, Gallimard, 1997.
  • Verley Patrick, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Gallimard, 1997.
  • de Vries Jan, The industrious revolution: consumer behavior and the household economy, 1650 to the present, Cambride University Press, 2008.
  • Wallerstein Immanuel, L’Après-Libéralisme – Essai sur un système-monde à réinventer, L’aube, 2003.

L’enseignement de l’économie en lycée

L’APSES a publié un communiqué sur les nouveaux programmes d’économie en lycée:

L’APSES a rendu public un communiqué de presse ainsi que son analyse détaillée du projet de programme de SES de terminale mis en consultation par le ministère le 7 mars jusqu’au 22 avril.Le dogme du cloisonnement forcené entre sciences sociales continue de faire des dégâts en matière pédagogique, d’appréhension/compréhension du monde social et en termes de pluralisme paradigmatique. Alors que le groupe d’experts s’était engagé dans le préambule du programme de première à accroître en terminale la place des « objets communs », ces derniers restent cantonnés en fin de programme avec seulement 12% de l’horaire annuel comme en première. Ces objets communs ressemblent à des fourre-tout, à étudier en 5 heures chacun alors qu’ils sont très denses en problématiques et notions. Ils ont surtout l’air d’être là comme des alibis permettant en outre d’isoler la théorie économique standard des autres approches, qu’elles soient économique, sociologique ou de science politique.Nous vous laissons prendre connaissance de ces documents et serions très intéressés par vos analyses respectives. N’hésitez pas à nous en faire part.

Une analyse détaillée du projet de programme de tronc commun de SES en terminale ES par l’APSES

Communiqué de presse de l’APSES du 17 mars 2011 : De la première à la terminale, toujours le même dogmatisme pour les programmes de SES

Bien cordialement,
Marjorie Galy
Présidente de l’APSES

Quelques liens sur les débats autour du programme d’économie en lycée:

Rappel

Programmes officiels actuels de SES :

Propositions de programmes de l’APSES :