Résumés d’une partie des thèses soutenues en histoire économique

Les thèses dont le résumé apparaît ci-dessous ont été soutenues en France ou dans des pays francophones et portent sur un sujet relevant de l'histoire économique, quelle que soit la discipline.

Pour faire une recherche au sein des résumés présentés ci-dessous, utilisez simplement la fonction "recherche" de votre navigateur.

Pour mettre en ligne un résumé de thèse, cliquer ici.

Pour une période plus longue, vous pouvez consulter la base générale des thèses (malheureusement incomplète), et notamment toutes celles classées dans la catégorie "histoire économique".

Pour faire une recherche au sein des titres et des noms  des milliers de thèses en histoire économique présentes dans la base générale des thèses, rendez-vous sur cette page mise à disposition par l'AFHE.

Résumés (ordre alphabétique des noms des docteur.e.s)

Les thèses dont le résumé apparaît ci-dessous ont été soutenues en France, ou dans des pays francophones et portent sur un sujet relevant de l’histoire économique, quelle que soit la discipline.

 

Pour faire une recherche au sein des résumés présentés ci-dessous, utilisez simplement la fonction “recherche” de votre navigateur.

 

Pour mettre en ligne un résumé de thèse, cliquer ici.

 

Pour une période plus longue, vous pouvez consulter la base générale des thèses (malheureusement incomplète), et notamment toutes celles classées dans la catégorie “histoire économique”.

 

Pour faire une recherche au sein des titres et des noms  des milliers de thèses en histoire économique présentes dans la base générale des thèses, rendez-vous sur cette page mise à disposition par l’AFHE.

 

Résumés (ordre alphabétique des noms des docteur.e.s)

 

 

 

Auffret, Anne-Lise, Le musée céramique de la manufacture de Sèvres: progrès techniques, enjeux artistiques et pratiques savantes en France (1800-1914)

Paris 1, 29/11/2014

Résumé : L’administrateur de la manufacture de Sèvres, Alexandre Brongniart, ouvrait au public en 1824 le musée royal céramique et vitrique, envisagé dès 1802, et qui se voulait d’un genre nouveau. À vocation encyclopédique, dans l’esprit des Lumières, il ambitionnait de présenter les céramiques de tous les lieux et de tous les temps afin de former les ouvriers et les artistes. L’histoire de l’institution, que nous avons souhaité retracer et analyser sur plus d’un siècle, n’est pas linéaire et son évolution se dessine au gré des changements économiques, esthétiques ou des bouleversements politiques. Dès lors, notre étude entreprend de montrer de quelle manière se construit le passage d’un musée technique créé par un naturaliste évoluant au sein du Muséum, vers une construction vouée entièrement à l’art, à la mise en patrimoine de la céramique, au monde du collectionnisme. Les nombreux legs et donations d’amateurs, la nomination du collectionneur Champfleury à sa direction, le développement de recherches historiques sur ce domaine artistique, sont autant de facteurs qui vont contribuer à façonner le musée en ce XIXe siècle fasciné par l’objet manufacturé. À travers ces pistes de recherche, notre approche consiste à étudier le rôle de cet établissement dans un contexte d’essor industriel et d’un intérêt nouveau pour les « arts mineurs ». Ainsi, nous proposons, par le biais de ce travail, de contribuer aux réflexions, toujours actuelles, sur les interactions entre l’art et l’industrie.

 

 

Baubeau, Patrice : Les cathédrales de papier : Naissance et subversion du « système de l’escompte » en France Fin XVIIIe – Premier XXe siècle

Sous la direction de Michel Lescure

Université de Nanterre, 17/12/2004

Le « système de l’escompte » décrit un ensemble de règles, de pratiques et de conceptions qui apparaissent relativement stables dans le temps long, orientant profondément l’histoire monétaire et bancaire française.

Dans un premier temps, au XVIIIe siècle, l’économie marchande entraîne avec elle un vaste mouvement bancaire qui aboutit à créer des circuits de circulation et d’escompte des effets de commerce. Cet essor du papier de crédit  est assez remarquable pour attirer l’attention des contemporains et susciter des réflexions, juridiques ou économiques, qui débouchent sur la formation d’une doctrine cherchant à systématiser la pratique négociante.

La seconde phase débute avec la création de la Banque de France, en 1800, prise dans une injonction paradoxale. Créée pour aider au relèvement du commerce, elle forme ses bénéfices en fournissant aux besoins du Trésor. Elle concilie ces deux aspects de sa conduite par la confusion entre mobilisation d’un capital et monétisation d’une créance. L’équilibre ainsi trouvé se révèle remarquablement stable et permet à la Banque de France d’entraîner tout le pays dans le vaste mouvement de crédit qui accompagne l’accélération de la croissance après 1830.

La Première Guerre mondiale marque le début de la troisième phase : la subversion du système. Le champ de l’escompte s’enfle alors démesurément, aussi bien en direction de nouvelles clientèles qu’en faveur de l’Etat. Une rationalisation est alors entreprise qui aboutit à une véritable pyramide du crédit. Tout en ménageant les intérêts de l’Etat par un financement monétaire automatique, cet essor de l’escompte nourrit l’inflation, ce qui suscite à son tour de nouveaux contrôles de l’Etat.

Vers 1950 l’extension de l’escompte est alors achevée : tous y ont droit, dans le cadre d’un « jardin à la française » qui dissimule sous l’élégance de l’ordre classique un bricolage monétaire : l’économie d’endettement.

 

Bauer Caroline : L’agence André au temps de Jacques et Michel (Nancy, 1929-1973) : architecture, réseaux et filiations

Paris 1, 27/11/2015

Résumé : Notre étude s’intéresse à l’agence André entre 1929 et 1973, période d’activité des frères Jacques et Michel André, architecte et ingénieur. Nous interrogeons leur production dans son contexte spatial et historique, à la lumière des notions de filiations et de réseaux. Issus d’une importante dynastie d’architectes en Lorraine, ils bénéficient d’un héritage à la fois matériel et intellectuel. Cet ancrage, soutenu par la foisonnante École de Nancy du début du siècle, favorise les réseaux de proximité comme les échanges culturels internationaux. Les frères André prolongent ce dynamisme critique en s’impliquant dans le Comité Nancy-Paris,l’Union des artistes modernes et la revue L’Architecture d’aujourd’hui. Dans l’Entre-deux guerres,ils sont les premiers architectes à collaborer durablement avec Jean Prouvé, avant d’associer à l’agence Claude, le fils de ce dernier, dans les années 1960. Proche des entrepreneurs locaux, les deux frères questionnent la valeur constructive de l’architecture :ils s’attachent à atteindre la perfection technique et expérimentent les matériaux. Cette recherche traverse leur production, depuis leur première grande réalisation, l’Institut de zoologie, inspiré par les procédés de Frank Lloyd Wright, jusqu’au musée de l’Histoire du fer,symbole de gloire industrielle régionale. Tandis que les années 1930 constituent une période d’intense créativité, l’agence développe après-guerre les outils nécessaires pour faire face à une commande massive, notamment postale, et se met en quête de productivité. L’agence des frères André constitue ainsi un témoin privilégié des bouleversements de la production architecturale au cours du XXème siècle.

 

 

Becot, Renaud : Syndicalisme et environnement en France de 1944 aux années quatre-vingt

EHESS, 25/11/2015

Résumé : Cette recherche retrace la formation des préoccupations environnementales au sein des organisations syndicales en France, articulant une démarche d’histoire sociale des mondes du travail et d’histoire environnementale. En croisant sources nationales et locales, archives syndicales et publiques, cette thèse identifie les interactions des syndicalistes avec des acteurs extérieurs en matière d’environnement et souligne la singularité du positionnement syndical. Les années d’après-guerre sont marquées par des discours concernant l’usage des ressources naturelles dans le cadre des politiques industrielles, l’aménagement du territoire, ou le recours aux substances pathogènes affectant les salariés dans et hors l’espace de travail. L’étude des années soixante et soixante-dix permet ensuite d’observer l’affirmation d’un environnementalisme propre aux organisations de travailleurs. Trois conclusions principales se dégagent de cette étude. Premièrement, l’intervention syndicale est conditionnée par la mutation du système énergétique, qui constitue un critère central dans la réflexion des confédérations. De plus, le droit encadrant l’activité syndicale, comme la fragmentation interne au droit régulant l’industrialisation (droit du travail et droit de l’environnement) renforce la difficulté rencontrée par ces organisations pour intervenir face aux nuisances. Deuxièmement, au tournant de la décennie 1970, les structures syndicales mènent un effort de définition de leur approche environnementale et se démarquent des pouvoirs publics. Enfin, les propositions formulées par les salariés pour aménager les politiques publiques intègrent une attention constante aux inégalités environnementales.

 

Benjamin Jean-Jacques Bengobeyi:  La France et les Etats-Unis face à l’Irak et à l’Iran de 1972 à 1982 : comparaison et relations

Paris 1, 17/11/2015

Résumé : La France et les Etats-Unis fascinent l’observateur des relations internationales par la complexité et les contradictions de leurs relations, tant est paradoxal et parfois détonant, le mélange d’amour­ haine ou peut être plus justement, d’ attraction-répulsion ou d’amitié-tension qu’elles recèlent. Ce qui n’empêche pas les deux pays de se retrouver ensemble lorsqu’il s’ agit de défendre la liberté. Contrairement à l’Espagne ou à la Grande-Bretagne, la France demeure le seul grand pays européen à n’avoir jamais été en guerre contre les Etats-Unis. Pourtant, elle est son allié le plus indocile. La France et les Etats-Unis sont donc les pires amis du monde. Aussi cette réflexion se donne-t-elle pour ambition d’analyser leurs relations avec l’Iran et l’Irak de 1972 à 1982, ainsi que les perspectives de coopération ou de compétition qui en ont résulté. Toutefois, on ne peut comprendre ces relations que si l’ on admet au préalable qu’elles renvoient à une appréciation différente des situations internationales et des intérêts des deux pays.

 

Bernardin, Steve : La fabrique privée d’un problème public. La sécurité routière entre industriels et assureurs aux États-Unis (années 1920 à 2000)

Paris 1, 21/11/2014

Résumé : Comment des entrepreneurs en viennent-ils à porter leurs demandes en public ? Nous l’étudions au prisme d’un cas d’étude classique en sociologie des problèmes publics, celui des accidents de la circulation aux États-Unis. Pour ce faire, notre démarche s’appuie sur un large corpus de sources archivistiques et documentaires, auquel s’ajoutent près de quatre-vingts entretiens conduits outre-Atlantique, ainsi que six mois d’enquête ethnographique. L’analyse permet d’identifier des pratiques distinctes des entrepreneurs en venant à la fabrique de problèmes publics. Des assureurs privilégient ainsi le recours à la science, en faveur de la réglementation des véhicules, face à des industriels valorisant l’appel à la morale, en vue d’une sensibilisation des conducteurs. Les deux approches ne sont pas incompatibles. Elles contribuent cependant à l’instauration de priorités distinctes de l’intervention étatique. Le mettre en lumière incite à prendre au sérieux l’activité de fabrique privée de problèmes publics, au-delà même du cas de la sécurité routière..

 

Bodenstein,  Felicity :  L’histoire du Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale (1819-1924) : un Cabinet pour l’érudition à l’âge des musées

Paris 4, 21/11/2014

Résumé : Le Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale conserve les « bijoux savants » aux origines du collectionnisme occidental avec son médaillier universel, des pierres gravées et des collections d’antiques d’une diversité étonnante. Si celles-ci proviennent pour les parties les plus anciennes, des collections de la maison royale et de trésors ecclésiastiques, cette thèse ne remonte pas aux origines du département mais s’occupe de son destin à l’âge des musées, entre la Restauration, avec l’arrivée au département en 1819 de Désiré Raoul-Rochette (1789-1854) et la période qui suit la première guerre mondiale jusqu’à la mort d’Ernest Babelon (1854-1924). Elle cherche à comprendre, comment ce « parangon des cabinets d’amateurs de jadis » s’est développé, pris comme il l’était entre une tradition antiquaire aristocratique et les exigences de la modernité, républicaine et spécialiste. Elle aborde les différents aspects de la vie du département à l’intérieur du quadrilatère Richelieu. Tout d’abord, comme le portrait d’un lieu d’histoire d’un point de vue institutionnel et architectural qui permet de comprendre la place accordée historiquement à la culture matérielle au sein de la Bibliothèque nationale. Ensuite l’histoire du développement des collections et puis celle de leur valorisation muséographique et scientifique sont examinées au prisme de l’expansion du domaine de l’archéologie et de l’essor des sciences auxiliaires de l’histoire au XIXe siècle.

 

 

Boillat, Johann : Les véritables maîtres du Temps. Le cartel horloger suisse (1919-1941)

Sous la direction de Laurent Tissot

Neufchâtel : 12/09/2012

Résumé : Cette étude est assise sur des archives inédites qui, à ce jour, n’ont jamais été soumises au regard extérieur. L’analyse permet de briser les traditionnels discours établis par les faiseurs de temps durant l’entre-deux-guerres, trame reprise régulièrement par les faiseurs d’histoire, qu’ils soient horlogers, journalistes ou historiens. La démarche originale a pour ambition de comprendre un des phénomènes majeurs de l’histoire économique suisse du XXe siècle, à savoir : la réorganisation de l’industrie horlogère suisse entre 1919 et 1941 par le prisme de ses associations patronales. Deux dimensions jusqu’ici intimement entremêlées sont désormais décryptées. La première est à mettre en lien avec l’économie privée qui, par le truchement de cartels, parvient à réglementer les conditions économiques du secteur. La seconde fait appel à l’économie publique, gratifiant ainsi la branche horlogère suisse d’un degré de protection à nul autre pareil.

 

Boissarie, Delphine : La maison Denis Frères (1862-1954) : trajectoire d’un réseau commercial et social entre Bordeaux et l’Extrême-Orient

Bordeaux Montaigne, 12/2015

Résumé : En 1859, la prise de Saïgon par le corps expéditionnaire français donne aux milieux du négoce de l’Hexagone l’espoir de concurrencer la colonie britannique de Singapour en Extrême Orient. Étienne Denis, capitaine au long cours bordelais envoie ses fils en Cochinchine pour sonder les potentialités de ce nouvel horizon commercial. Fondée en 1862 à Saïgon, la maison Denis Frères développe des activités industrielles, de négoce, de cabotage, s’intéresse au riz et devient en quelques décennies l’une des affaires les plus prospères de la colonie indochinoise, notamment par le développement de son réseau commercial dans la « Méditerranée » Est asiatique. Dans le même temps, la famille Denis s’intègre aux élites saïgonnaises et bordelaises et participe aux réseaux de sociabilités locaux. La consultation des archives privées de la maison Denis Frères d’Indochine, de la famille Denis, d’anciens employés de la Maison complétée par l’étude des archives publiques concernant l’entreprise permet d’envisager à la fois la stratégie de développement de la Maison mais aussi la gestion d’une entreprise en milieu colonial. Cette double implantation, entre Bordeaux et Extrême Orient, invite le chercheur à pratiquer les jeux d’échelles. Elle pose la question de l’adaptation de l’entreprise aux spécificités du marché asiatique, traditionnellement dominé par les Chinois, et de son rôle dans la mise en valeur de la colonie. De fait, la structure de l’entreprise reflète la société coloniale indochinoise et l’évolution de ses mentalités. En métropole, la maison Denis Frères s’inscrit dans un réseau de défense des intérêts coloniaux et permet d’apprécier l’influence du négoce ultramarin.

 

Bonnaud, Laurent : Lien fixe transmanche et relations franco-britanniques, perspectives historiques : 1856-1987

Sous la direction de François Caron

Université Paris 4, 19/12/1992

Résumé : L’idée de franchir la Manche à pied sec se diffuse à partir de 1856 dans les milieux dirigeants français et britanniques. Elle s’impose dans les relations entre les deux pays. Le projet de tunnel ferroviaire commencé en 1880 échoue cependant, suite aux rivalités entre ses promoteurs et aux inquiétudes britanniques sur la défense du pays. Des projets nouveaux ne franchissent pas le stade des études dans la première moitié du XXe siècle. Une fois levée l’opposition britannique en 1956, des investisseurs proposent le système des navettes, qui accommode les trafics ferroviaire et routier. Le projet acquière une dimension européenne. L’ouvrage entamé en 1973 est abandonné par le gouvernement Wilson. En 1986 la société Eurotunnel remporte la concession pour un lien fixe transmanche avec son projet de double tunnel à navettes dont elle finalise le lancement en octobre 1987.

The idea of crossing the Channel has been circulating from 1856 in the leading French and British circles. It has played a part in the relationship between the two countries. The project of a rail tunnel began in 1880 but nevertheless failed, due to rivalries between its promoters, and to the British worries about national defence. New projects did not go beyond blueprint in the first half of the 20th century. Once Britain had abandoned their official opposition in 1956, investors proposed the shuttle system, which accommodates both rail and road traffic. The project has acquired a European significance. The work began in 1973 were abandoned by the Wilson government. In 1986 Eurotunnel won a concession with its project of double rail tunnel with shuttles, finalized in October 1987.

 

Cabrio, Amandine : L’observatoire cantonal de Neuchâtel : certifier la qualité, réglementer le marché et diffuser les techniques (1855-1951)

Sous la direction de Gianenrico Bernasconi

Neufchâtel, 2022 (prévision)

Résumé : Le projet de thèse aborde les rapports entre l’observatoire cantonal de Neuchâtel, l’Etat et l’industrie horlogère dans la perspective d’une mise en place d’une économie de la qualité. Le cadre chronologique va des premières initiatives en faveur de la création de ce dernier en 1855 jusqu’en 1951. L’action administrative de l’observatoire cantonal s’exerce à la fois par l’observation et la certification des chronomètres ainsi que par la validation des innovations, le transfert de connaissances et le soutien à la recherche

 

Caillaud, Benjamin : Fernand Braun, photographe et éditeur à Royan (1895-1920)

La Rochelle, 13/12/2012

Résumé : Le photographe français Fernand Braun (1852-1948) quitte les ateliers alsaciens de son oncle Adolphe Braun (1812-1877) en 1878 pour s’’installer à Angoulême, en Charente. Profitant du marché porteur du portrait, le jeune entrepreneur prend une part active aux recherches sur le gélatino-bromure d’’argent, une technique qui ouvre l’ère de l’instantané en photographie. Rejoignant les élites républicaines au sein de la société de gymnastique de la ville, le jeune homme exprime son sentiment de revanche face à la Prusse victorieuse de 1870. Gymnaste accompli et influent, les sentiments patriotiques du personnage le conduisent alors à rejoindre la Ligue des patriotes en 1884. Fréquentant Royan dès 1893, Fernand Braun s’installe en Charente-Inférieure en 1895 pour relancer ses activités. Inséré au réseau des élites conduisant le projet balnéaire de la cité et l’œuvre républicaine d’’instruction de la jeunesse, il entame une carrière d’éditeur de cartes postales. Le photographe crée à partir de 1900, un catalogue de milliers de clichés baptisé la Grande Série et valorisant les paysages et la vie des Charentais. Connaissant un succès phénoménal, la carte postale s’impose comme le medium de prédilection du début du XXe siècle. Les publications de l’éditeur témoignent alors des mutations des paysages régionaux ainsi que des évolutions sociales sur lesquelles le photographe porte un regard d’homme concerné et engagé. Cependant, le dynamisme de la Grande Série ralentit au début des années 1910 et l’auteur cherche de nouveaux débouchés pour son imagerie de cartes postales.L’année 1913 marque une rupture dans sa politique éditoriale et davantage influencé par l’industrie touristique, le personnage renouvelle sa manière de mettre en image les territoires. La Grande Guerre remobilise l’éditeur dès 1914 et ce dernier s’attache alors à exposer les conséquences du conflit à ses contemporains. Néanmoins, ne produisant guère plus que des vues touristiques après 1918, la Grande Série s’arrête en 1920.

 

Carvalheira de Maupeou, Emanuele, Louis-Léger Vauthier : un ingenieur fouriéiste entre France et Brésil : histoire et memoire

Toulouse Le Mirail, 11/09/2015

Résumé : L’objectif de cette thèse est de réaliser une biographie de l’ingénieur français Louis-Léger Vauthier, de sa jeunesse à sa postériorité mémorielle. Cet ingénieur fouriériste, qui, dans les années 1840, a dirigé d’importants travaux d’urbanisme au Pernambouc, est aujourd’hui un personnage reconnu par l’historiographie brésilienne, tant pour son rôle technique que culturel. Au-delà des années passées au Brésil, Vauthier a également participé activement à la vie sociale et politique de la France tout au long du XIXe siècle, sans pour autant avoir la même visibilité. Ainsi, à partir des deux entrées principales qui ressortent de la trajectoire de vie de Vauthier, c’est-à-dire sa carrière d’ingénieur et sa trajectoire politique et intellectuelle, l’objectif est de mettre en évidence son itinéraire à partir du rôle des acteurs et donc en soulignant le réseau personnel établi par l’ingénieur durant les différentes phases de sa vie. La démarche proposée ici n’a été possible que grâce au retour du genre biographique en histoire, qui a permis aux chercheurs de remplacer le récit traditionnel, linéaire et factuel, par une biographie devenue instrument de connaissance historique. Entre histoire et mémoire, l’itinéraire de cet individu met en lumière la complexité et les contradictions internes de chacun des deux pays concernés par cette recherche, mais également des échanges entre une France bourgeoise, exportant son modèle culturel de par le monde, et un Brésil, dont l’élite aspire à la modernité tout en restant traditionnelle et esclavagiste.

 

Chabaille, Fleur, La concession française de Tianjin : une histoire connectée de l’expansion des concessions étrangères en Chine (1846-1946)

Lyon 2, 09/10/2015

Résumé : Cette thèse cherche à offrir de nouveaux éclairages sur le déploiement territorial des concessions étrangères en Chine aux XIXe et XXe siècles. Bien que la période étudiée s’étende de 1846 à la rétrocession des dernières concessions en 1946, un accent particulier est placé sur la décennie 1910 qui annonce l’essoufflement définitif des logiques expansionnistes. La première partie s’articule autour de l’analyse du projet d’extension mené par la Municipalité française de Tianjin de 1902 à 1946 dans le quartier de Laoxikai 老西開. Cet exemple emblématique sert de pilier et de tremplin pour l’écriture d’une histoire connectée de l’expansion des concessions étrangères. Le cas d’étude centré sur Tianjin permet de structurer la réflexion qui s’élargit, dans une deuxième partie, à Shanghai et Hankou. La mise en perspective de ces trois villes dévoile les principes et conditions dans lesquels évoluent les impérialismes étrangers en Chine, du rôle moteur joué par leur compétition mutuelle aux mécanismes d’échange et d’accommodement avec les fonctionnaires officiels et les citadins chinois. Elle révèle également la difficile posture et la faiblesse de l’Etat central avant et après la Révolution de 1911, ainsi que la complexité des rapports entre autorités nationales et locales. Elle représente enfin un observatoire privilégié d’une frange de la société chinoise des ports ouverts dont les modes d’expression et de contestation connaissent un tournant significatif durant les années 1910. La mise en connexion de ces mutations croisées conduit à nuancer tant le grand récit historiographique d’un impérialisme occidental triomphant que les représentations orthodoxes associées au nationalisme « moderne » chinois.

 

Chaïbi, Olivier : Un pionnier de l’économie sociale. Vie et Œuvres de Jules Lechevalier Saint-André (1806-1862). Des socialismes « utopiques » aux modèles coopératifs.

Sous la direction de Jacques Marseille

Paris 1, 2007

Né aux Antilles dans une famille de négociants, Jules Lechevalier fit une brillante scolarité en métropole. Après son droit, il se passionna pour la philosophie de Hegel. Il rejoignit ensuite le mouvement saint-simonien dont il fut un des principaux propagateurs, avant de vulgariser la pensée de Charles Fourier. Partisan de l’association, Lechevalier prônait également dans les années 1830 la nécessité de créer une économie sociale qui prenne le contre-pied de l’économie classique. Il développa ses idées dans la presse et tenta de les mettre en pratique en Guyane par l’abolition de l’esclavage. Ruiné par ses projets, la révolution de 1848 sembla lui donner raison. Lechevalier fréquenta alors les démocrates socialistes et participa à la banque du peuple de Proudhon. Condamné à l’exil en 1849, il se réfugia en Angleterre où il contribua activement à la création de coopératives. Toujours fidèle aux principes d’économie sociale, J. Lechevalier Saint-André se rallia en fin de vie à l’empire.

 

Chambru, Cédric : Environmental Shocks, Religious Struggle, and Resilience. A Contribution to the Economic History of Ancien Régime France

Sous la direction de Mathieu Couttenier et Michael Huberman

Genève, 03/05/2019

Résumé: The potential link between climate variability, conflict, and migration is increasingly viewed as a security issue by policy makers. Climate variability and extremes raise critical challenges to agriculture and food production all over the world, and lead to diminished coping capacity, loss of livelihoods, as well as migration flows. The essays in this dissertation raise the question of resilience to shocks in pre-industrial economies using the cases of France and Savoy during the Ancien Régime. More specifically, it aims at contributing to the French historiography and to the stream of scholarship focusing on the climate-conflict nexus and the socio-economic effects of religious competition. The four chapters successively (i) describe the socio-political characteristics of France during the Ancien Régime; (ii) examine the role of French provincial leaders in the mitigation of the effects of weather shocks on social conflicts; (iii) document how seasonal migration helped Savoyard communities build resilience against weather shocks and mitigate the effect of transitory income shocks on crimes rates; (iv) and identify the determinants of the spread of Protestantism in 16th century France and explore its impact on literacy, prices and conflicts before and after the Revocation of the Edict on Nantes in 1686. Overall, this dissertation thus brings new reliable quantitative data on French early modern economic history and provides case studies to inform the ongoing debate on the challenges raised by climate change adaptation and migration.

 

Chevaleyre, Claude, Recherches sur l’institution servile dans la Chine des Ming et des Qing

EHESS, 30/11/2015

Résumé : Ce travail se propose de revenir sur un sujet qui a longuement occupé les historiens chinois et japonais entre les années 1920 et 1980, mais fort peu l’historiographie occidentale : celui de l’institution servile dans la Chine impériale des Ming et, dans une moindre mesure, des Qing. Le premier chapitre retrace d’une part le processus et les conditions dans lesquels le pouvoir sino-mandchou abolit l’institution servile en 1910. Il interroge d’autre part la perception qu’avalent les Chinois des pratiques serviles et la place de l’antiesclavagisme dans la société de la fin de l’ère impériale. Le second chapitre revient sur les révoltes d’esclaves du milieu du 17e s. Il en propose la synthèse et en réévalue la signification et la portée historique dans le contexte de la crise de la fin des Ming. Le troisième chapitre offre une relecture détaillée des sources juridiques et des textes institutionnels du début des Ming, afin de mettre en lumière les normes de l’institution servile et la place qu’elle occupait dans le projet de société du fondateur des Ming. Le dernier chapitre s’attarde plus longuement sur la condition et les fonctions de la servitude, puis examine la conception et l’usage que faisaient les clans de la servitude à travers les sources du droit domestique. Il s’attache surtout à identifier les critères distinctifs et la nature de la servitude en examinant le concept de souillure et la nature de la relation maître-dépendant. Ce faisant, cette étude entend contribuer à une meilleure connaissance des pratiques et de l’institution servile et à réintégrer l’expérience chinoise dans l’historiographie mondiale des esclavages dont elle est restée trop longtemps à l’écart.

 

Clavel, Damian : Fraude financière, dette souveraine et impérialisme d’affaires : une micro-histoire de l’échec de Poyais 1820-1824

Sous la direction de Marc Flandreau

Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement (Genève), 2018

Résumé en français: Le cas du pays « fictif » de Poyais, établi en Amérique Centrale par Gregor MacGregor entre 1820 et 1824, est souvent décrit comme la fraude financière « la plus audacieuse de l’Histoire ». Cette interprétation dépeint MacGregor, cacique de Poyais, comme un individu ayant émis un emprunt souverain au nom d’un état prétendu inexistant en vue d’un enrichissement personnel. Cette opération aurait alors été rendue possible par un engouement londonien généralisé pour les titres boursiers originaires d’Amérique du sud. A la lumière de documents d’archives parfois inédits, cette thèse propose une réécriture de l’histoire du Poyais. Le projet d’émettre une dette souveraine sur le marché des capitaux londoniens apparaît ainsi moins comme une fraude financière qu’une tentative échouée de financer l’établissement d’une colonie privée en Amérique centrale. En proposant une micro- histoire du cas de Poyais, cette thèse s’attelle surtout à réintégrer cet épisode particulier dans son environnement propre, défini essentiellement par une montée de projets commerciaux et financiers privés anglais visant à tirer profits des ressources naturelles des territoires américains politiquement mal définis d’un empire espagnol périclitant. L’échec du projet de MacGregor, destiné à financer une entreprise de développement commercial en Moskitie, émerge alors comme la résultante de divergences d’’intérêts d’acteurs autant métropolitains que périphériques. Comprendre l’échec du Poyais permet ainsi de mieux identifier les spécificités des fondations de relations de crédits entre de nouvelles entités politiques – en cours de définition – et la City de Londres, centre financier international en devenir. English Summary: The case of the “fictitious” country of Poyais, established in Central America by Gregor MacGregor between 1820 and 1824, has often been described as the “most audacious fraud in history.” MacGregor, Cacique of Poyais, is depicted as an individual who sold, solely for personal enrichment, sovereign bonds of a “land that never was” during the booming London-based South American sovereign debt bubble of the 1820s. However, an analysis of recently resurfaced archival sources allows for a complete rewriting of the Poyaisian story. Issuing a sovereign debt on the London capital market thus appears less as a financial fraud than a failed attempt at financing the establishing of a private colony in Central America. Offering a micro-history of Poyais, this dissertation focuses mainly on reintegrating this particular episode within its own environment, essentially defined by a rise of private English commercial and financial projects aimed at taking advantage of the natural resources of politically ill-defined American territories of a collapsing Spanish empire. The “failure” of MacGregor’s project, seeking to finance an enterprise based on the commercial development of the Miskitu Shore, results from diverging particular and specific interests of both metropolitan and peripheral actors. Understanding MacGregor’s “failed” attempt at financing and establishing Poyais therefore sheds light on essential dynamics of the foundations of credit relationships between newly formed political entities and the City of London, an international financial center in the making.

 

 

Cornelia Constantin : Pour une socio-histoire de la catégorie de père de l’Europe et ses usages pluriels : trajectoires, réputations, mémoires (1950-2010)

Sous la direction de Michel Offerle

EHESS, 28 janvier 2013

Résumé : Notre thèse étudie dans une perspective socio-historique les cheminements de l’institutionnalisation de la catégorie de pères et de mères de l’Europe à partir d’un corpus de 24 individus ayant effectivement contribuée à la création de l’Europe communautaire, notre approche se fonde sur la politique comparée, la sociologie de la mémoire collective, des mobilisations et de l’action publique. Notre démonstration est structurée en trois parties. Nous avons d’abord déconstruit les trajectoires des pères de l’Europe dans une perspective de politique comparée, permettant d’expliquer les logiques de la construction européenne qui ne se réduisent pas aux mutations du projet européen. La seconde partie de la thèse s’intéresse aux mobilisations en associations et fondations, politiques ou non politiques, qui perpétuent les mémoires des pères de l’Europe, des thèmes largement inexplorées en science politique. Les mobilisations mémorielles en associations et fondations expliquent pourquoi certains pères de l’Europe sont plus consacrés que les autres. De même, les mobilisations partisanes rendent compte de la consécration plus marquée des pères de l’Europe démocrates-chrétiens. Enfin, la troisième partie analyse les pratiques commémoratives consacrées aux pères de l’Europe aux échelles régionales, nationales et communautaire. Contrairement à ce que le nom de la catégorie laisserait penser, nous démontrons que les cadres nationaux de la mémoire sont les plus prégnants. Plus généralement, notre thèse démontre la pertinence du concept de gouvernance pour penser l’action publique mémorielle, comme imbrication d’acteurs étatiques, européens et structures associatives.

 

Corral Broto, Pablo : Une société environnementaliste ? Histoire des conflits environnementaux sous la dictature franquiste en Aragón franquiste en Espagne (1939-1979)/¿ Una sociedad ambiental ? : historia de los conflictos ambientales bajo la dictadura franquista en Aragón (1939-1979)

EHESS, 29/11/2014

Résumé : Cette thèse analyse comment les conflits environnementaux survenus pendant la dictature franquiste en Aragon (1939-1979) sont devenus un élément de transformation sociale et politique contre le régime. En combinant les sources locales, régionales et nationales on découvre comment les plaintes contre la pollution industrielle des années 1950 obligèrent le régime à réglementer les activités industrielles et les experts à examiner les dommages. Les grands barrages hydrauliques et la faible réglementation des années soixante provoquèrent la radicalisation de certains conflits. Au début des années 1970, le régime fut confronté au mécontentement des pouvoirs locaux et à une opinion publique de plus en plus critique envers les projets de transformation de l’environnement. Le détournement de l’Èbre et les grands barrages des Pyrénées, l’installation de centrales nucléaires et la pollution industrielle suscitèrent tout particulièrement le mécontentement. De 1972 aux élections municipales libres de 1979, l’opposition antifranquiste, les personnes victimes de dommage, les nouveaux intellectuels et les groupes environnementalistes mobilisèrent la société rurale et urbaine contre l’« injuste répartition des sacrifices écologiques », en introduisant le « droit à l’environnement » dans l’agenda de démocratisation. Dès lors, l’État se vit contraint de canaliser cette opinion publique environnementaliste qui émergeait, et à soutenir les industriels dans leur défense. Le fait que ces revendications avaient été reléguées derrière la question des libertés politiques et syndicales devint visible lors des élections libres de 1977, et provoqua l’apparition de l’écologie politique en Espagne.

 

 

Coursiéras Cécile : Poliet et Chausson, ascension et déclin d’une grande entreprise cimentière française (1901-1971)

Sous la direction de Dominique Barjot

Paris 4, 03/06/2017

L’industrie cimentière française connaît une renommée mondiale, notamment du fait de la réussite internationale de Lafarge. Ses concurrents ne sont pas en reste. On peut citer Vicat, entreprise familiale, ou la société Ciment Français, filiale du groupe Heidelberg-Italcementi. Ciments Français est une entreprise héritière du groupe Poliet et Chausson. En 1971, suite au rachat de la branche cimentière de Poliet et Chausson par Ciments Français, les départements des ciments des deux groupes fusionnent. Puis, Poliet et Chausson est transformée en société holding de distribution de matériaux de construction sous le nom de Poliet S.A. Elle est rachetée par Saint Gobain en 1996 et son nom disparaît. La firme a pourtant été la première entreprise française de ciment en 1930. C’est la monographie de cette entreprise que s’attache à retranscrire cette thèse. L’histoire de Poliet et Chausson au cours du XXe siècle est tortueuse. Par un effet d’aubaine, Cette entreprise parisienne de matériaux de construction profite de l’invention du marché du ciment pour devenir l’un des plus grands producteurs de ciment français au cours des années 1930. Sa trajectoire est parallèle à celle de l’entreprise Lafarge. Elle en diffère cependant par bien des points. Emaillée d’embûches, elle oscille entre des moments de succès considérables et des périodes plus troublées. Entre industrialisation et désindustrialisation, l’histoire de Poliet et Chausson s’écrit dans l’ombre de son concurrent plus brillant, Lafarge. Comment expliquer la réussite de l’un et la disparition de l’autre ?

 

 

Daudin, Guillaume: Le rôle du commerce dans la croissance : une réflexion à partir de Le rôle du commerce dans la croissance : une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle

Sous la direction d’Antoine d’Autume & Nick Crafts

Paris 1, 01/06/2001

Résumé : Le but de cette thèse est de mener une réflexion théorique à ambition générale sur le rôle du commerce dans la croissance économique. Cette réflexion s’appuie sur l’étude d’un cas concret : celui de la France au XVIIIe siècle.

La première partie porte sur le rôle du commerce domestique. Elle commence par décrire la structure productive française dans un premier chapitre. Le deuxième chapitre rejette l’hypothèse malthusienne et montre au contraire que la croissance française dépendait de l’intégration progressive des forces de travail rurales à l’économie de marché. Le troisième chapitre étudie le rôle des intermédiaires. Il décrit tout d’abord leur activité, puis propose une réflexion poussée sur les moyens de celle-ci, notamment en discutant de la notion de capital transactionnel. Enfin, il construit un modèle formel de l’économie domestique les plaçant au centre du processus de croissance.

La deuxième partie porte sur le rôle du commerce extérieur. Dans le quatrième chapitre, l’ensemble des sources existantes pour le commerce extérieur français au XVIIIe siècle sont rencensées. Leur cohérence est ensuite discutée. Enfin, certaines caractéristiques du commerce extérieur sont mises à jour. Celui-ci est ensuite traité comme un secteur propre de l’économie française. Le cinquième chapitre porte sur une étude complète des profits du secteur extra-européen à partir de 400 chiffres différents. Il conclut que l’investissement extra-européen était bien avantageux par rapport à l’investissement domestique, ce qui est confirmé par les mouvements en hommes et en capitaux durant le siècle. Le sixième chapitre tente de déterminer l’importance du secteur extra-européen. Il compare sa taille à celle de l’économie domestique, puis étudie les effets d’un transfert des facteurs qui y sont utilisés dans l’économie domestique. Enfin, il propose un modèle formel où le secteur extra-européen joue le rôle d’un cœur de croissance endogène.

 

Denis, Juliette : La fabrique de la Lettonie soviétique : 1939-1949 : une soviétisation de temps de guerre

Paris 10, 27/1/2015

Résumé : La Lettonie est l’un des derniers pays indépendants à avoir été rattachés à l’Union soviétique. Elle n’est annexée qu’en 1940 – en conséquence de la définition des « sphères d’intérêts » soviétiques issue du Pacte Ribbentrop-Molotov, tout autant que de la menaçante puissante allemande en Europe. Elle connaît une soviétisation originale, contrastée, violente, profondément liée aux circonstances de la Seconde Guerre mondiale. L’invasion, puis l’occupation allemande interviennent un an à peine après l’annexion. La vision d’une collaboration de masse, les potentiels de résistance décuplés par le conflit, l’ampleur de la Shoah aussi sont autant de facteurs bouleversant considérablement le processus d’uniformisation avec le reste de l’URSS. En 1944, l’Armée rouge reconquiert une république qui lui est profondément hostile. Parallèlement, durant la guerre, l’URSS a formé les futurs cadres de la république restaurée. De 1939 à 1949, le processus d’homogénéisation se dissout dans une éternelle guerre et sortie de guerre, marquée notamment par la guérilla antisoviétique, et les mesures d’abord tâtonnantes, puis radicales prises par le régime stalinien. Ma thèse suit un cadre chronologique, afin de cerner les ruptures et les tragédies qui marquent l’espace et ses populations. Mais certaines continuités se dégagent, malgré les immenses fractures temporelles, rapides et incessantes de cette époque. A travers la mobilité institutionnelle et humaine, en croisant histoire politique et histoire sociale, étude de l’administration, de la répression et des mouvements de population, se dégage la singularité d’une république « occidentale » de l’Union.

 

Dufaux, Lionel : L’Amphithéâtre, la galerie et le rail : le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

EHESS, 4/12/2015

Résumé : Le Conservatoire des arts et métiers a occupé une place essentielle dans la diffusion des connaissances techniques et de l’innovation dans le domaine ferroviaire au XIXe siècle. Entre les années 1820 et la fin des années 1890, l’institution, chargée de soutenir le développement industriel, a en effet été largement impliquée dans l’introduction des techniques ferroviaires en France et comme relais de l’innovation dans ce domaine. L’étude des enseignements techniques du Conservatoire – prodigués par des personnalités du monde savant et industriel à destination d’un public d’ouvriers, de chefs d’ateliers, de contremaîtres ou d’entrepreneurs – et celle des collections d’objets, de modèles, de dessins et de photographies aujourd’hui conservées par le Musée des arts et métiers éclairent de manière originale l’histoire des chemins de fer, tant du point de vue de la construction et de l’entretien des infrastructures, des locomotives et moyens de traction, du matériel roulant que de l’exploitation et de la sécurité. L’examen des réseaux de sociabilités des enseignants rappelle la position centrale du Conservatoire, à la convergence des sociétés savantes, du monde industriel et de la sphère politique. Point de départ de cette recherche, l’étude des collections a nécessité l’élaboration d’une méthodologie particulière pour recenser et interpréter ces sources-objets. La mise en contexte de ces collections avec les enseignements du Conservatoire et l’histoire des chemins de fer permet d’apporter une contribution à l’histoire de l’établissement, de l’enseignement et des collections techniques.

 

Dumenieu, Bertrand, Un système d’information géographique pour le suivi d’objets historiques urbains à travers l’espace et le temps

EHESS, 4/12/2015

Résumé : Les systèmes d’information géographiques (SIG) sont aujourd’hui fréquemment utilisés en sciences sociales et notamment en histoire pour leurs capacités de visualisation, de partage et de stockage de données historiques spatialisées. Ils ouvrent ainsi aux chercheurs en histoire des perspectives de croisement d’informations et d’analyse à grande échelle, non seulement de l’évolution de phénomènes spatialisés, mais aussi des interactions entre ces phénomènes et les transformations de l’espace. La représentation d’un espace en transformation au sein d’un SIG implique notamment la création et la manipulation de données spatio-temporelles. Créées à partir des sources d’informations sur l’espace ancien disponibles, celles-ci sont généralement hétérogènes et imparfaites. Les SIG existants ne permettent pas de modéliser et d’intégrer aisément des données hétérogènes et imparfaites au sein de bases de données spatio-temporelles. Cette intégration est l’objectif de ce travail de thèse. Nous proposons une approche d’intégration de données géographiques hétérogènes et imparfaites sur l’espace urbain ancien au sein d’un modèle de données spatio-temporelles permettant l’analyse des transformations de cet espace. Ces données sont saisies à partir de plans topographiques. Au travers de plusieurs étapes, allant de l’analyse des sources cartographiques utilisées à un processus semi-automatique d’intégration de données spatio-temporelles, nous proposons une approche générique permettant d’instancier une base de données spatio-temporelles à partir de cartes historiques. Celle-ci est finalement appliquée à la création d’une base de données sur le réseau des rues de Paris des XVIIIe et XIXe siècles à partir de plans topographiques de la capitale.

 

Duverger, Thimothée : L’émergence de l’économie sociale et solidaire : une histoire de la société civile organisée en France et en Europe de 1968 à nos jours : groupements, discours et institutionnalisations

Bordeaux Montaigne, 16/06/2015

Résumé : « L’économie sociale et solidaire n’existe pas ». La sentence du sociologue Matthieu Hély dénonce une forme de privatisation qui consiste à transférer la solidarité de l’État social vers les initiatives socio-économiques, compatible avec le nouvel esprit du capitalisme. Mais la formule prête à confusion. En pointant un possible oxymore, il laisse penser que l’économie sociale et solidaire n’a pas d’existence ontologique. Or, c’est une réalité sociale, dont les racines plongent dans le XIXe siècle. Si elle connaît une éclipse à partir des années 1930, elle réapparaît en 1968 à la faveur d’une réarticulation des rapports entre l’État, le marché et la société civile. Elle se scinde en deux branches : l’économie sociale historique et l’économie sociale émergente, qui prend successivement la forme de l’économie alternative, de l’économie solidaire et de l’entrepreneuriat social. À l’approche statutaire de la première, fait pendant l’approche axiologique de la seconde. L’économie sociale et solidaire est une émergence. Ce n’est pas la simple addition des formes d’entreprises qui la composent (coopératives, mutuelles et associations, puis sociétés commerciales à finalité sociale). Au contraire, « le tout est plus que la somme des parties ». Une alchimie particulière a lieu : l’acte d’institution, qui revient à poser la question du politique. Le problème est celui de la création qui survient dans le passage d’une économie sociale et solidaire en soi à une économie sociale et solidaire pour soi. Il convient donc d’explorer ses trajectoires, en considérant que l’économie sociale et solidaire n’a pas seulement une histoire, mais qu’elle est une histoire, c’est-à-dire le produit de dynamiques de groupements, de discours et d’institutionnalisations. À partir de l’étude de ces trois axes, cette thèse invite à s’intéresser aux métamorphoses de la société civile organisée de l’économie sociale et solidaire, dans une perspective multiscalaire, à la fois française et européenne, scandées par trois évènements structurants : l’irruption sociale de Mai 68, la fin de la guerre froide de 1989 et la crise du capitalisme de 2008.

 

Figarol, Thomas : Le district industriel de Saint-Claude et le monde du diamant à l’âge de la première mondialisation (années 1870-1914) ; Industry in Saint Claude and diamond cutting at the time of the first globalisation, from the 1870’s to 1914

Sous la direction de Jean-Claude Daumas

Franche-Comté, 09/02/2015

Résumé : Dans les années 1870, la taille du diamant est introduite dans le Haut-Jura. A la veille de la Première Guerre mondiale, elle y occupe environ 1 500 ouvriers. Elle constitue une nouvelle activité dans un territoire industriel où sont fabriqués d’autres produits manufacturés, notamment les « articles de Saint-Claude » et les pipes de bruyère, et façonnées d’autres pierres précieuses ou fines. Cette thèse vise à montrer que le succès de l’introduction de cette nouvelle branche industrielle dans le Haut-Jura résulte de la capacité d’un territoire industriel local à s’insérer dans le processus de mondialisation de l’économie. Dans une première partie, l’organisation de la production du diamant taillé est étudiée et contextualisée à l’échelle locale, celle du district industriel de Saint-Claude. Dans une deuxième partie, les modes d’intégration du Haut-Jura dans le monde du diamant (sous-traitance, place sur les marchés diamantaires) sont décrits. Dans une dernière partie, sont analysées les stratégies développées par les acteurs de la branche diamantaire du district industriel de Saint-Claude pour optimiser leur insertion dans le processus de mondialisation de l’économie. Diamond cutting was introduced in Haut Jura, i.e the Jura mountains, in the 1870’s. At the onset of World War One, about 1,500 workers were employed in this field . It was a new activity in an industrial area where other manufactured goods were produced, notably the so-called “articles de Saint Claude”, i.e objects made of box wood or horn, briar pipes and the cutting of other precious and semi precious stones. This thesis aims at showing that implementing this new activity in Haut Jura was a success thanks to the capacity of local industrialists to adapt to the emerging globalisation of economy. The first part deals with the organisation of the diamond cutting industry from a local perspective, i.e the Saint Claude area. The second part studies how Haut Jura inserted itself in the diamond market , through for instance subsidiary work and representatives on diamond markets. A last part deals with the strategies carried out by diamond cutters from Saint Claude in order to make the most of their part in the globalisation process.

 

Finez, Jean : Pratiques économiques et pensées du changement dans un service public marchand : une sociologie des chemins de fer français aux XIXe et XXe siècles

Lille 1, 26/11/2015

Résumé : A partir d’un matériau composé d’archives, d’ouvrages spécialisés, de littérature grise et d’entretiens, cette thèse explore les transformations des manières de faire et de concevoir l’économie ferroviaire en France. Notre analyse socio-historique met au jour les recompositions de la politique du rail et l’évolution des logiques de gestion des compagnies ferroviaires sur le moyen et le long terme. Tandis que, dans les années 1820-1830, le développement des chemins de fer est laissé à l’initiative des entrepreneurs privés, la seconde moitié du XIXe siècle est marquée par un engagement progressif de l’Etat dans le secteur, qui finance et encadre l’exploitation de vastes réseaux organisés en monopoles régionaux. La nationalisation des chemins de fer en 1938 et la politique de planification des transports de la période d’après-guerre constituent l’apogée de ce processus d’étatisation. Le dernier demi-siècle se caractérise au contraire par une érosion de la conception traditionnelle du service public et par une intensification de la régulation marchande, dont la récente libéralisation du rail et la nouvelle politique commerciale de la SNCF sont les signes les plus manifestes. Les transformations du rail renvoient à l’évolution des catégories de pensée et d’action dominantes au sein du champ politico-administratif, aux rapports de force sociaux dans les entreprises ferroviaires, ainsi qu’aux propriétés matérielles des chemins de fer en comparaison de celles des autres techniques de transport existantes. Ensemble, ces trois dimensions définissent l’espace des possibles et des probables de l’économie ferroviaire.

 

 

 

 

 

Georgiou, Christakis : Economie politique de l’intégration européenne : Stratégies françaises, de l’Acte Unique à l’élargissement de la zone euro en 2008

Montpellier 1, 21/11/2014

Résumé : La thèse part du postulat central selon lequel le processus d’intégration européenne est étroitement lié à la généralisation de la production à grande échelle et de sa forme organisationnelle, le « big business ». Cela implique que son déploiement est calqué sur les stratégies de développement des grandes firmes. La période 1945-1985 est analyséecomme la première période du processus, celle de la transition vers l’Europe du « big business » à travers le déploiement dans chacun des États-membres de politiques visant à construire des champions nationaux. La thèse se concentre sur la deuxième période de l’intégration, la période post-champions nationaux durant laquelle les grandes firmes s’européanisent. Au moyen d’une approche interdisciplinaire, la thèse examine la façon dont les stratégies et les préférences, souvent hétérogènes, des grandes firmes françaises ont façonné le processus d’intégration dans ses diverses manifestations : constitution d’une « corporate élite » européenne, centralisation des politiques microéconomiques et macroéconomiques et construction d’un système financier paneuropéen.

 

Giddey, Thibaud : Surveiller et servir : la Commission fédérale des banques et la régulation des banques en Suisse (1914-1971)

Sous la direction de Malik Mazbouri

Lausanne, 01/06/2017

Résumé : Cette thèse porte sur l’analyse de la mise en place, puis l’évolution de la surveillance étatique des banques en Suisse entre 1914 et 1971. Pour ce faire, elle s’appuie sur un large dépouillement de fonds d’archives publiques et privées, souvent inédites. L’enjeu est de comprendre sur quel environnement réglementaire a reposé la forte croissance du secteur bancaire helvétique au cours du XXe siècle. Il s’agit dans un premier temps d’examiner les conditions d’émergence d’une législation fédérale relative à l’activité des banques, et ce sur le long terme (1914-1935). En effet, il faut attendre la profonde crise financière des années 1930 pour vaincre la résistance des milieux bancaires à une réglementation à l’échelle nationale. La loi fédérale sur les banques et les caisses d’épargne du 8 novembre 1934, élaborée sous l’influence décisive des représentants des principales banques, instaure un régime de régulation très peu contraignant. Elle n’introduit pas de réforme structurelle du système bancaire, mais se borne à codifier des pratiques souvent déjà en vigueur. Quant à l’organisation de la surveillance, elle repose sur des sociétés fiduciaires privées chargées de vérifier auprès des banques assujetties le respect des prescriptions légales. Or, l’indépendance de ces sociétés fiduciaires à l’égard des établissements qu’elles contrôlent n’est pas garantie. L’autorité étatique créée à l’occasion, la Commission fédérale des banques, se limite à un rôle subalterne et chapeaute l’audit réalisé par les sociétés fiduciaires. Dans un second temps, la recherche se concentre sur l’évolution des activités de cette nouvelle instance de régulation – la Commission fédérale des banques – sur une période d’environ 35 ans (1935-1971). Il s’agit alors de comprendre en quoi le choix d’un organisme aux faibles ressources budgétaires et en personnel, et aux pouvoirs d’intervention juridiques également limités a influencé le type de régulation mis en œuvre pendant la période examinée. La thèse avance plusieurs clés d’explication pour saisir cette configuration institutionnelle spécifique à la Suisse. Le choix d’une autorité faiblement dotée et dont les membres étaient souvent recrutés auprès des principales banques du pays correspondait aux vœux des représentants bancaires des années 1930, qui cherchaient à limiter la marge de manœuvre et le caractère public de l’organisme de surveillance. Deuxièmement, le régime de régulation bancaire, aussitôt introduit, se mue rapidement en un modèle considéré comme inaltérable. Alors que de nombreux dysfonctionnements sont repérés, les milieux bancaires – et les superviseurs bancaires eux-mêmes – se révèlent très peu enclins à modifier la législation de 1934, qui ne sera révisée qu’en 1971. La thèse montre en outre la forte cohésion qui existe entre les élites administratives d’une part, c’est-à-dire les membres et secrétaires de la Commission fédérale des banques, et les dirigeants des banques soumises à leur surveillance d’autre part. Surveillants et surveillés partagent souvent une définition commune de ce qui constitue l’intérêt collectif de la place financière suisse ; une définition qui, en raison du déséquilibre du rapport de force, favorise les préférences exprimées par le secteur bancaire privé.

 

 

Gilormini, Patrick : Vers une conception saint-simonienne de l’entreprise et de la société industrielle

Sous la direction de Virgile Chassagnon

Grenoble, 25/10/2019

Résumé : De la mort d’Henri Saint-Simon en 1825 à l’inauguration du Canal de Suez en 1869, les saint-simoniens se sont engagés dans de nombreux projets de création d’entreprises. Animés du désir d’achever la Révolution Française et de développer un nouvel humanisme, ils sont à l’origine de grandes entreprises capitalistes d’intérêt général et de coopératives ouvrières.L’analyse économique dominante laisse souvent de côté le rôle des institutions et de l’idéologie dans l’accélération ou le ralentissement du développement économique. Saint-Simon et ses disciples ont anticipé le rôle central à l’entreprise comme institution clé du capitalisme. La conception organiciste de l’entreprise saint-simonienne, conçue comme un système vivant associant une physiologie évolutionniste naturelle et sociale, pose la question de la nature et des frontières de la firme dans un projet d’émancipation technico-économique.Alors que la question de la responsabilité sociale de l’entreprise fait l’objet d’une attention croissante, ils nous invitent à analyser à nouveaux frais la question de l’entreprise comme objet d’intérêt général. Nous analysons dans une première partie la pensée de Saint-Simon et la façon dont elle articule l’homme, l’entreprise et la société à travers les médiations du travail et de l’industrie. Une seconde partie est consacrée à trois saint-simoniens qui inscrivent cette pensée dans leurs pratiques : Enfantin dans une perspective internationale, Buchez dans une spiritualité chrétienne et Leroux en vue d’un socialisme libéral

 

Guedj, Jérémy, Gouverner ou choisir : la IVe République et l’immigration

Nice, 4/11/2015

Résumé : Phénomène majeur de la France contemporaine, l’immigration n’a pas toujours été massive : ce fut le cas notamment sous la IVe République. Plusieurs études sur l’immigration ont abordé cette période, mais jamais en tant que telle. C’est ce manque que cette thèse a pour objectif de pallier : il s’agit d’aborder cette tranche de l’histoire de l’immigration en France de manière totale. Tout en retraçant au préalable les caractéristiques du fait migratoire de l’époque, ce travail traite de la politique mise en place par l’État ; elle s’intéresse, en changeant de point de vue, aux attitudes de l’opinion publique face aux immigrés, enfin, elle se focalise sur le devenir des immigrés eux-mêmes, en particulier sur la manière dont les politiques et attitudes nationales influèrent sur la marche de leur intégration. L’axe de problématisation principal retenu est le suivant : la IVe République, dans l’histoire de l’immigration en France, représente-t-elle une rupture, ou suit-elle une ligne déjà amorcée antérieurement ? Il s’agit en effet de mettre en perspective cette période, en analysant les héritages des structures, des hommes, des idées provenant de l’entre-deux-guerres et de la France de Vichy. Cette démarche se situe donc à la croisée de l’histoire des mouvements migratoires et des idées, de l’histoire sociale, économique, et culturelle ainsi que de la démographie historique.

 

Lamaison, Denis : Prospérité et barbarie : système économique et violence dans deux colonies françaises au XIXe siècle (la Guyane et l’île de La Réunion)

EHESS, 1/12/2015

Résumé : Cette thèse est une étude critique de la notion de prospérité dans deux colonies françaises au XIXe siècle (la Guyane et l’île de La Réunion) au regard des conditions de vie et de travail de la main-d’œuvre (esclaves, affranchis, engagés, bagnards). Elle met en parallèle les discours des élites sur la mise en valeur des colonies avec les violences subies par ces hommes et femmes (violence physique, manque de nourriture et de soin, etc. ). Nous interrogeons ainsi le fait que les planteurs ne cessèrent jamais de demander de nouveaux travailleurs, sans pour autant chercher à les maintenir en bonne santé. Nous revenons également sur la posture des colons et de l’administration s’évertuant à défendre un système économique dont ils reconnaissaient pourtant l’échec. Cette étude questionne notamment la réalité du développement de ces colonies et la pertinence de ce concept eurocentré. Elle s’intéresse enfin à l’écriture de l’histoire qui, dès le XIXe siècle, oublie les victimes de l’esclavage et de la colonisation dans l’élaboration du mythe de la prospérité coloniale.

 

Launay, Yann : Les lotissements d’Orléans et la formation d’une périphérie urbaine (1875-1958) : processus d’extension, formes et règlements

Tours, 29/09/2015

Résumé : La formation de la périphérie urbaine d’Orléans des années 1870 à l’après-guerre, étudiée à partir d’une échelle d’analyse particulière, le lotissement, constitue le sujet central de cette thèse. L’analyse des processus d’extension resitue plus largement les lotissements dans la ville. Elle montre d’abord les relations étroites qu’ils entretiennent avec le quartier Dunois, aménagé en 1879-1880. Si les Plans d’aménagement, d’embellissement et d’extension (loi Cornudet, 1919), ont peu d’impact sur la construction des lotissements, ces derniers témoignent, à des degrés divers, de la mise en oeuvre du Projet de reconstruction et d’aménagement de la commune (1949). La compréhension du cadre réglementaire et juridique permet d’éclairer la politique d’aménagement de voirie municipale et les projets de lotissement sur une longue durée. Elle nous renseigne également sur la constitution du paysage urbain. Cette étude offre ainsi de nouvelles clés de lecture du territoire orléanais, en nous informant non seulement sur les acteurs et leurs pratiques, mais également sur les formes urbaines et architecturales que ces hommes ont générées.

 

 

Le Bot, Florent : La réaction industrielle.  Mouvements antitrust et spoliations antisémites dans la branche du cuir en France, 1930-1950.

Sous la direction de Michel Margairaz

Paris-8 22/11/2004

La période 1930-1950, qui s’inscrit sur un fond de crise économique et politique, correspond dans le cuir à un cycle de réaction industrielle provoqué par un processus de concentrations et de mutations. Ce cycle peut se découper en trois temps : de 1930 à 1939, les organisations professionnelles, porte-voix des moyennes entreprises groupées pour l’essentiel en districts industriels, obtiennent à l’encontre des « trusts » des mesures protectionnistes et malthusiennes, tout en développant un discours corporatiste et d’exclusion ; de 1940 à 1944, elles s’associent aux mesures de spoliation antisémite jugées légitimes pour inverser le processus ; de 1945 à 1950, elles tentent sans succès d’obtenir la pérennisation du corporatisme et le rétablissement des mesures malthusiennes d’avant-guerre. Toutefois, elles ne peuvent empêcher la reprise d’un phénomène marquant le passage d’une économie de l’offre à une économie de la demande. The 1930-1950 period, in a time of political and economical crisis, tallies, in the leather branch, with a cycle of industrial reaction induced by a concentration and a technological change process. This cycle can be divided into three periods : from 1930 to 1939, the professional federations, speaking for medium sized enterprises mostly grouped in industrial districts, were able to obtain protectionist and Malthusian measures while expressing at the same time views based on corporatism, xenophobia and anti-Semitism ; from 1939 to 1944, they associated themselves with the anti-Semitic despoilment, considered as legitimate in order to reverse the process ; from 1945 to 1950, they tried without success, to obtain the perpetuation of corporatism and to restore the pre-war Malthusian measures. Nevertheless, they could not block the renewal of a phenomenon marked by the passage from a supply-side economics to a demand-side economics.

 

Londeix, Olivier : Du client au consommateur : Casino, une chaîne succursaliste alimentaire française (1898-1960)

Sous la direction de Sabine Effosse

Université Paris Ouest Nanterre, 27/11/2018

Résumé : Les chaînes de magasins d’alimentation et d’approvisionnement diffusent leurs succursales à partir de la fin du XIXe siècle dans les pays industrialisés. Leur avantage concurrentiel repose sur l’intégration de la fonction de grossiste. Fondée par Geoffroy Guichard à Saint-Étienne en 1898, Casino est la seule société succursaliste française à avoir conservé ses archives. L’histoire de l’entreprise permet d’identifier les dispositifs d’intégration de catégories de plus en plus diverses d’acheteurs au marché des biens de consommation : l’attachement à la marque-enseigne et aux marques propres, la professionnalisation de la vente. Les tensions peuvent se lire dans les archives entre la mise en application de principes fordistes de standardisation et la volonté de renforcer le lien de clientèle. Dès avant l’unification du marché français par une nouvelle génération d’opérateurs, les succursalistes entament un processus de fabrique du consommateur – un acteur détaché des relations de fidélités traditionnelles. En France, les chaînes succursalistes sont à l’origine du passage du comptoir, au libre-service et aux supermarchés – en 1960 chez Casino. Dans cette lutte séculaire entre deux principes théoriques antagoniques (le commerce et la distribution), l’État se présente en position d’arbitre, sommé d’engager la « réforme du commerce », un processus débouchant finalement sur le triomphe de la grande distribution.

 

Lupo, Sébastien, Révolution(s) d’échelles : Le marché levantin et la crise du commerce marseillais au miroir des maisons Roux et de leurs relais à Smyrne (1740-1787)

Aix-Marseille, 29/06/2015

Résumé : Les Capitulations accordées par la Porte en 1740 fixent un cadre favorable pour le commerce français au Levant. Cependant, le XVIIIe siècle est celui de sa régression. Smyrne, qui s’impose alors comme la première Échelle ottomane, offre un point d’observation idoine pour comprendre cette crise où se mêlent confusément la dégradation des changes et celle des draps, l’article le plus exporté. Pourtant, la maison marseillaise Roux établit une commandite à Smyrne en 1759 après avoir eu recours à des tiers. Grâce aux apports de la sociologie économique, notre étude montre que le contexte levantin, sujet aux révolutions de toute sorte, n’offre pas toutes les aménités escomptées. La structure sociale légalement induite, et dominée par les Marseillais, fonctionne selon une prudence encastrée qui assimile les régisseurs à des subalternes suspects d’opportunisme. Une telle organisation entrave la saisie des occasions offertes par le marché oriental. Alors que la Méditerranée devient un espace périphérique du commerce mondial, les Roux échouent à valoriser leur implantation levantine malgré l’étendue de leurs réseaux. La domination marseillaise de la draperie languedocienne contribue en fait à sa précarisation et à la baisse de sa qualité. Dès la fin de la guerre de Sept Ans, ces exportations entrent dans une phase dépressive que l’inertie des pratiques négociantes ne fait qu’entretenir. Celles-ci expliquent également l’absence de diversification. Ainsi, les défauts réticulaires se combinent à la complexité du marché levantin, aux troubles géopolitiques du XVIIIe siècle et à la transition hégémonique au profit des Anglais pour expliquer la crise du commerce marseillais levantin.

 

Malaprade, Sébastien, Stratégies familiales et mobilité sociale : fortune et infortunes de la famille Jurado y moya dans la première moitié du XVIIe siècle

EHESS, 23/06/2015

Résumé : Cette thèse adopte une démarche micro-historienne pour étudier la trajectoire familiale d’un magistrat dans l’Espagne du premier XVIIe siècle, Rodrigo Jurado y Moya. Son parcours permet d’interroger les mécanismes socio-politiques qui favorisent la mobilité sociale au sein d’une société d’Ancien Régime qui se prétend immobile. La situation de mobilité accélérée rencontrée par ce dernier (ascension et chute) permet de saisir comment un roturier peut créer de toute pièce une « maison » noble. L’analyse aborde trois points principaux. La complémentarité des stratégies qui soutiennent l’ascension sociale. L’étude lie ensemble les projets d’une famille, les opportunités financières et commerciales qui lui sont offertes par le service du roi, ses relations avec les milieux d’affaires et la construction d’une fortune. La légitimation des positions acquises. L’analyse des discours et des stratégies de Rodrigo Jurado signale son recours à la dissimulation pour légitimer son ascension. Le but est de manipuler son identité pour la rendre conforme aux représentations nobiliaires dominantes. Les processus d’hybridation. La thèse démontre la porosité entre le monde des juristes et celui des financiers. Leur culture commune est un fait essentiel pour comprendre les rouages du système « fisco-financier ». Il apparaît que la gestion des finances obéit à des logiques largement privées. Ces trois orientations invitent à nuancer la pertinence de paradigmes, comme celui de mentalité rentière ou de fermeture sociale en temps de crise, en montrant la capacité des acteurs à s’adapter aux changements de conjonctures et à en tirer profit.

 

Martin, PierreHistoire du groupe Azur : les mutations d’un groupe d’assurances mutuelles (1819-2000)

Sous la direction de Jacques Marseille

Paris 1, 12/2003

Résumé : Comment expliquer la spécificité et la longévité des sociétés d’assurance mutuelle ? Ces sociétés sans capital sont soumises au marché mais sont gérées par les plus gros assurés, qui se cooptent. Trois mutuelles, réunies fin XXe siècle dans le Groupe Azur, ont été étudiées à partir des archives privées d’entreprise. La puissante Assurance Mutuelle de la Seine et de la Seine et Oise née en 1819 a une belle clientèle : la branche noble. La Beauce réunit de solides agriculteurs : la branche roturière (1874). La Cérès, société grêle née en 1822, fonctionne sur un marché peu profitable. L’approche comparée permet d’expliquer le fonctionnement des marchés, bien avant que la théorie économique n’en précise les concepts, d’appocher les réseaux humains d’assurés qui sont aussi assureurs.

 

Millet, Audrey : Les dessinateurs de fabrique en France (XVIIIe-XIXe siècles)

Paris 8, 30/06/2015

Résumé : La première industrialisation, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, s’est appuyée sur « la révolution des consommateurs » : une consommation et une circulation accrue de tous les objets du quotidien que sont tissus, dentelles, tapisseries, faïences, papiers peints, vaisselle… Le désir d’acheter et de posséder des biens autres que ceux qui permettent la simple survie conduit ainsi à une affirmation des phénomènes de mode, impliquant pour les producteurs la nécessité de prendre en compte le goût changeant des consommateurs et la diversification de leurs consommations. La course à la novation pour séduire la clientèle devient un enjeu majeur pour les manufacturiers. Le dessinateur occupe une place essentielle dans cette compétition, puisque la première phase du processus de production, avant celle de la fabrication et de la commercialisation, est celle de la création, du design du produit.Ce travail interroge le statut de cette main-d’œuvre qualifiée, détentrice d’un savoir-faire peu formalisé durant le XVIIIe siècle, mais qui tend à une lente institutionnalisation, dont nous examinons les rythmes jusqu’à l’émergence et la codification de la profession. L’œuvre et l’auteur étant des entités indissociables, il s’agit de questionner le statut du dessinateur-auteur au sein du processus de production collectif et industriel, et non singulier et artistique. Rarement étudiée, la place des femmes dans le monde manufacturier doit aussi être analysée. De plus, il convient de faire le deuil des taxinomies sociales ordinaires et en particulier des oppositions binaires figées : art/industrie, artiste/artisan, art libéral/art mécanique, mais aussi dessin de figure/dessin linéaire.

 

Morival, Yohann : Les Europes du Patronat : l’enjeu “Europe” dans les organisations patronales françaises depuis 1948

EHESS, 19/11/2015

Résumé : Comment l’Europe est-elle constituée comme un enjeu distinct au sein des organisations patronales françaises ? L’objectif de cette thèse peut surprendre tant l’intégration européenne est régulièrement présentée comme un processus exogène et univoque s’imposant aux acteur nationaux. Pourtant, entre 1948 et 2014, plusieurs acteurs s’opposent sur le sens à donner à l’Europe dans les organisations patronales étudiées et la manière de la traiter (faut-il ou non des structures spécialisées ?). Pour comprendre ces pratiques et représentations concurrentes de l’Europe, cette thèse se situe au carrefour de la sociologie des organisations patronales et d’une socio-histoire de l’intégration européenne. Elle mobilise des archives, des entretiens et des observations concernant principalement la confédération patronale française (le CNPF-MEDEF) et incluant plusieurs fédérations sectorielles. La première partie analyse la définition de plusieurs prises de position sur l’intégration européenne au sein du CNPF-MEDEF. Elle indique l’impossibilité de circonscrire un espace stable où sont produites ces décisions sur la période étudiée. Afin d’expliquer les réussites variables de l’adoption d’une décision sur l’Europe, cette thèse met l’accent sur les différentes modalités d’obtention d’un consensus au sein du CNPF-MEDEF. La seconde partie explicite la constitution des différentes légitimités revendiquées pour traiter l’Europe par les acteurs patronaux, à la fois dans les organisations nationales et à l’échelle européenne. De plus, l’enquête historique décrit la différenciation pratique des échelles nationale et européenne sans pour autant les considérer comme des niveaux autonomes.

 

Pallini-Martin, Agnès :  Réseaux florentins, négoce et politique à Lyon autour de 1500. Giuliano da Gagliano et la compagnie Salviati.

Sous la direction de Mathieu Arnoux

EHESS, 26 juin 2013

Résumé : Notre travail propose une comparaison et une mise en parallèle de documents comptables de marchands-banquiers florentins à la fin du Moyen Age, Giuliano da Gagliano, marchand-banquier travaillant pour le compte des Médicis et la compagnie d’Alamanno et de Jacopo Salviati. Les sources comptables, conservées dans les archives italiennes, permettent de conduire une analyse des pratiques marchandes et des fonctionnements internes des entreprises et offrent un autre point de vue que celui des sources françaises sur la présence et le rôle des Florentins à Lyon.

 

Pelletier, FrançoisErnest Mercier, le pétrole et la France

Sous la direction d’Alain Beltran et Samir Saul

Paris 1, Université de Montréal, 30/05/2016

Ernest Mercier est l’un des patrons les plus influents de l’entre-deux-guerres en France. Ses différentes activités industrielles l’ont conduit à siéger sur de vastes pans de l’économie française, notamment du secteur énergétique. La thèse retrace la carrière pétrolière d’un homme qui a joué un rôle central pour le développement d’une industrie devenue stratégique, mais qui est embryonnaire lorsqu’il rejoint ce secteur après la Première Guerre mondiale. Mercier assiste et assure la création d’une industrie pétrolière nationale. Les obstacles se font légion contre les ambitions pétrolières de la France. Elle se présente bien tard sur un marché étroitement contrôlé par de puissants trusts. La recherche et l’exploitation pétrolière demandent d’importantes ressources, et aucune société française n’a les moyens d’une politique indépendante. Certaines banques se lancent alors dans les affaires de pétrole en s’alliant aux grands trusts internationaux. C’est le cas de Paribas; la gestion de ses avoirs roumains représente la première expérience de Mercier dans ce secteur. L’État s’intéresse aussi au pétrole, il devient un acteur incontournable. Le gouvernement français n’a pourtant pas les moyens de ses ambitions dans le domaine pétrolier. La politique nationale mise en place durant l’entre-deux-guerres doit faire appel à l’épargne privée française. La création d’une compagnie nationale, la Compagnie française des pétroles, en 1924 regroupe ainsi les différentes banques et sociétés intéressées au pétrole. Mercier est personnellement choisi par le président Raymond Poincaré pour mener à bien cette mission. Cette carrière s’articule donc autour d’un fragile équilibre entre milieux privés et gouvernement. Mercier devient rapidement l’intermédiaire incontournable qui régit ces relations. La thèse s’appuie sur les archives bancaires et industrielles, mais aussi sur celles du gouvernement français et de ses différents ministères. Cette analyse de la carrière d’Ernest Mercier permet de retracer les origines du secteur pétrolier français et l’action déterminante d’un homme. Elle expose les mécanismes d’influence d’une puissante banque d’affaires et les conflits d’intérêts qu’engendre l’exploitation pétrolière. Ernest Mercier is one of the most influential business managers in interwar France. His different industrial activities led him to oversee large areas of the French economy, notably in the energy sector. This thesis examines the career in oil of the man who played a central role in the development of an industry that became strategic but was still nascent when he joined this sector after First World War. Mercier assisted and oversaw the creation of a national oil industry. The obstacles in the path of France’s oil ambitions were legion. The country was a latecomer on a market that was largely controlled by powerful foreign trusts. The search for oil and its exploitation require important resources which no single French company possessed on its own. Certain banks thus decided to approach oil business by allying themselves with the different international trusts. This was the case for the French bank Paribas, whose Romanian holdings Mercier managed. In this context, state intervention became necessary, although the government did not have the means to achieve the full scope of its ambitions in the oil sector. The national oil policy formulated during the interwar period had to involve French private interests. The creation of a national oil company, the Compagnie française des pétroles, involved several banks and industrial companies interested in oil. Mercier was personally chosen by French president Raymond Poincaré to take up this task. His career revolved around a fragile equilibrium between private interests and state intervention. Mercier rapidly became the intermediary that managed these relations. The thesis makes use of banking and industrial archives but also of government records. This analysis of Ernest Mercier’s career enables us to review the origins of the French oil sector and the determining role of one man. It exposes the influence mechanism of a powerful French business bank and the conflicts of interest that oil exploitation engenders.

 

Perron, Fabrice : L’économie du département de la Marne sous le Directoire, crise ou mutations? : l’exemple des cantons des anciens districts de Reims, Châlons et Epernay

Sous la direction de Bernard Grunberg

Reims, 09/03/2009

Résumé : L’objet de ce travail consiste en la discussion du bien fondé de l’emploi du terme de crise pour apprécier la situation économique d’une microrégion, celle des cantons des anciens districts de Reims, Châlons et Epernay. Il s’agit d’étudier la mise en place d’une voie vers une amélioration de l’activité économique. Elle commence par un questionnement sur la réalité démographique de cette période et par une approche des contrastes sociaux, distinguant les acteurs en difficultés et les élites susceptibles à priori de compter davantage de gagnants de cette période. Nous insistons ensuite sur deux axes : en premier lieu, les facteurs d’une amélioration de l’activité économique, sans ignorer pour autant les obstacles pouvant freiner celle-ci, et en deuxième lieu, la combinaison des indices de reprise et des signes de mutation. Plusieurs indices positifs pour une amélioration peuvent se distinguer, à la fois à l’aune des intentions et des réalisations. Ils ne doivent pas pour autant faire oublier la persistance de difficultés pour certaines catégories de population. Il apparaît cependant que le Directoire, malgré les difficultés qui lui sont généralement attribuées, ouvre la voie, dans cette microrégion, à une situation économique en progrès sous le Consulat et au début de l’Empire.

 

 

Poncet, Fabrice: Plus de beurre que de pain ? : la spécialisation agricole dans le Plain et le Bessin (XVe-XIXe siècles)

Caen, 13/11/2015

Résumé : Longtemps considéré comme un « mal nécessaire », l’élevage a pourtant joué un rôle majeur dans la transformation des campagnes de l’époque moderne. En Normandie, quelques régions s’orientent particulièrement vers l’élevage bovin comme l’ensemble Plain-Bessin, principalement réputé pour sa production de beurre. À partir de cet exemple régional, ce travail se propose de conduire une réflexion sur la notion de spécialisation agricole pour des époques préindustrielles. Mais il vise également à préciser la géographie, la chronologie ainsi que l’assise sociale du changement. Enfin, il entend contribuer à l’étude des facteurs de localisation de ces espaces pionniers, avant que le « modèle herbager » ne se généralise, en Normandie, aux XIXe-XXe siècles. Consacrées au commerce du beurre et à sa consommation, sous toutes ses formes, les deux premières parties combinent, sur le temps long, les approches économiques, sociales et culturelles. Elles révèlent la sensibilité des producteurs à l’égard du marché (et notamment de Paris) ainsi que des espaces concurrents (Gournay). Dans un deuxième temps, l’activité laitière est replacée dans le cadre plus général de la production agricole de la région. Les signes de changement dans les productions animales et végétales mettent en évidence des activités complémentaires ou antagonistes et aident à distinguer plusieurs profils d’exploitation. Les deux dernières parties sont centrées sur des thématiques spatiales. Tandis que les terres de labours sont mises en herbe et qu’un bocage à grandes mailles se développe, les marais sont l’objet d’aménagements et enjeux de tensions sociales.

 

Rivière, François: Travail et métiers en Normandie à la fin du Moyen Âge. Institutions professionnelles et régulation économique

Sous la direction de Mathieu Arnoux

EHESS, 04/03/2017

Dans la Normandie médiévale, à partir de la fin du XIIIe siècle, le terme « métier » peut désigner une catégorie d’institutions professionnelles reconnue par les contemporains. Les modalités d’application de la réglementation économique propre à ces professions se caractérisent notamment par le rôle de gardes désignés avec la participation du groupe professionnel. Un panorama des institutions de métiers normandes a été réalisé pour 60 ressorts juridictionnels, urbains et ruraux. Il suggère une diffusion géographique de l’institutionnalisation vers des pôles urbains plus modestes, et la diversification des secteurs concernés, au-delà des biais documentaires. Les comparaisons révèlent que les organisations de métiers dépendent le plus souvent des autorités pour sanctionner les infractions, mais qu’elles fournissent une expertise sur la qualité et sur la qualification, ce qui leur donne un pouvoir de marché.

In medieval Normandy, from the end of the XIIIth century, the word métier (craft) could refer to a category of profession-based institutions that were clearly identified by the contemporary society. The enforcement of economic rules by these professional institutions specifically relied on craft officers (gardes du métier) who were appointed in agreement with the craft group. A review of all the known craft institutions was carried out for over 60 urban and rural jurisdictions. It suggests that the diversity of places and activities ruled by craft institutions grew at the end of the Middle Ages. Comparisons reveal that craft organisations most often depended upon the public authorities to enforce the rules, but that they provided expertise on quality and skills which gave they leverage on the markets.

 

Rojon, Jérôme : L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile (fin XVIIIe siècle-1914)

Sous la direction de Serge Chassagne

Lumière Lyon 2, 2007

Résumé: Dans les dernières années de l’Ancien Régime, la « nébuleuse » toilière du Bas-Dauphiné connaît une forte croissance. Les négociants en toiles de Voiron ont organisé un kaufsystem dans les campagnes. Plus à l’ouest, à Jallieu , des capitaux suisses sont à l’origine de l’industrie cotonnière, d’abord avec la construction d’une manufacture d’impression sur étoffes, en 1787, puis avec celle d’une filature et de trois tissages, sous la Restauration. Mais dès la fin des années 1820, l’industrie textile traverse une crise structurelle profonde. Une nouvelle génération de fabricants lyonnais de soieries disperse ses métiers à tisser manuels en Bas-Dauphiné, soit chez des paysans, soit dans des fabriques. Les Isérois, soumis à une forte pression démographique et à une situation de pauvreté, subsistant grâce une petite propriété à l’ombre d’une noblesse légitimiste omniprésente, acceptent de travailler pour les Lyonnais. Dès le milieu du XIXe siècle, le tissage de soieries a fait la conquête du Bas-Dauphiné. Cette contrée s’engage dans un processus d’industrialisation douce. Les fabricants s’appuient sur de nouveaux intermédiaires, les façonniers, des entrepreneurs dotés d’un savoir-faire technique, et chargés d’exécuter leurs ordres avec des capitaux souvent modestes. À la fin du siècle, les fabricants et les façonniers doivent, néanmoins, concentrer et mécaniser la production pour répondre à la demande. Pour réduire davantage leurs coûts et améliorer leur organisation, ils s’appuient sur une discipline plus forte et sur une main d’œuvre féminine, juvénile et étrangère. Le tissage à façon subsiste largement, car les façonniers ont su utiliser et mettre en valeur leur territoire. During the last years of the Ancien Regime, the hemp cloth nébuleuse of Bas-Dauphiné highly developed. The hemp cloth merchants of Voiron set up a kaufsystem in the countryside. More in the west, in Jallieu , some Swiss funds enabled the birth of cotton industry, forst with the construction of a textile printing factory in 1787 and then with that of a spinning mill and three weaving factories during the Restauration. But as early as the end of 1820s, textile industry went through a serious structural crisis. A new generation of silk Lyons manufacturers spread their handlooms in Bas-Dauphiné, either to peasants or factories. Because of demographic pressure and poverty, the people of Isère, who were surviving thanks to a small piece of land in the shadow of an omnipresent legitimist nobility, agreed to work for the Lyons manufacturers. As early as the mid XIXth century, silk weaving industry progressively conquered Bas-Dauphiné. This country entered an age of smooth industrialization. Manufacturers used new middlemen, known as façonniers, who were entrepreneurs with high technical skills and who had to do work with modest fundings most of the time. Nevertheless, at the end of the century, both manufacturers and façonniers had to concentrate and mechanize their production to meet with the needs. In order to cut their expenditure and improve their organization, they used a stronger work ethic as well as a female, juvenile and foreign workforce. This new system was successful because façonniers had known how to use their area and exploit it.

 

 

Roy, Alexandre: Le développement industriel japonais au cours de la seconde moitié du dix‐neuvième siècle analysé à partir du port de Moji (Kyûshû Nord)

Sous la direction de Pierre‐François Souyri

INALCO 29/03/2013

Notre thèse propose d’éclairer « par le bas » le développement industriel japonais au cours de la seconde moitié du dix‐neuvième siècle, en étudiant le cas du port de Moji. Commandant les voies de communications entre le Japon central, le continent et l’île de Kyûshû, ce port – délaissé sous l’ancien régime (1603‐1867) –devint aussitôt après son ouverture au commerce international (en 1890) le grand port charbonnier de l’Asie, l’un des coeurs économiques de la région. S’appuyant sur un champ large de sources (archives locales, gouvernementales, d’entreprises, presse japonaise et internationale, etc.) notre travail montre, d’abord, le rôle de « pilote » du nouvel Etat et celui de « moteur » des acteurs locaux sur les deux premières décennies de l’ère de Meiji (chap. 1 à 4). Nous montrons aussi comment dans tous les secteurs (productif, logistique, commercial et financier), la dynamique des « petits » acteurs locaux a vite buté contre le développement hégémonique des zaibatsu (chap. 5 à 7). Enfin, notre analyse de l’expansion commerciale du charbon japonais depuis Moji sur toute l’Asie orientale au cours des années 1890 (chap. 8) insiste sur les facteurs externes : elle résultait de la hausse de la demande en Asie et d’un mouvement global de régionalisation des marchés à l’échelle mondiale… qui éloigna les concurrents britanniques et australiens hors d’Asie. Notre thèse montre ainsi comment le développement industriel japonais reposa autant sur la vigueur des acteurs locaux que sur la direction assurée par l’Etat, avant d’être récupéré et dominé par les zaibatsu, et comment, de bout en bout, ce processus est resté marqué par les évolutions économiques internationales.

 

Saussus, Lise : La métallurgie du cuivre dans les villes médiévales des Flandres et des environs (XIIIe-XVe siècles) : hommes, ateliers, techniques et produits : l’exemple de Douai

Sous la direction de Laurent Verslype et Nicolas Thomas

UCLouvain (Belgique) 27/11/2017

This research undertakes the study of the men who work copper and its alloys in the Flanders region, especially in Douai, between the 13th and the 14th century, by focusing on productions, techniques, materials, the topography of workshops but also the level of the craftsmen’s wealth and social relations. Workshops cater to the high demand for copper alloy objects. While the Mosan production centers are better known, the workshops of cities not reputed for metallurgy have not been studied much, if at all. This work intends to fill up this gap, and aims to understand not only the production of these secondary workshops, but also the use and the biography of these daily-life objects that make up an important part of medieval material culture. Several types of sources closely fit in together: archaeological ones, with the study of a 13th century workshop in depth, as well as a great number of regional objects from various contexts; written ones, with several thousands of records; archaeometric ones, with a few hundred analyses of elementary composition. Besides, several observations have been added from iconography and experimental archaeology. The study first reveals the activity of individuals opposed to mass production and long-distance trading. Workshops resist the competition from exporting hubs by setting up their businesses at the heart of the city. Since their work can hardly be delocalized, they meet various orders, repair pots and pans, and make the most of the second-hand market, while acting as a bridge for products distribution on the global market. As it turns out, the global does not prevail over the local, since both spheres, side by side, compose a system made up of complex correlations.

Cette recherche entreprend l’étude des hommes qui travaillent le cuivre et ses alliages dans les Flandres, en particulier à Douai, entre le XIIIe et le XVe siècle, à travers les productions, les techniques, les matériaux, la topographie des ateliers mais aussi le niveau de fortune des artisans et leurs relations sociales. Les ateliers répondent à une forte demande en objets manufacturés en alliage à base de cuivre. Or, si les centres de production mosans sont mieux connus, les ateliers des villes non réputées pour la métallurgie ne sont que peu étudiés, voire ignorés. Comblant cette lacune, ce travail vise à saisir la production de ces ateliers secondaires, mais aussi l’usage et la biographie de ces objets du quotidien qui composent une part importante de la culture matérielle médiévale. Plusieurs types de sources s’articulent étroitement : archéologiques, avec l’étude approfondie d’un atelier du XIIIe siècle et de nombreux objets régionaux issus de contextes variés ; écrites, avec plusieurs milliers d’actes de la pratique ; archéométriques, avec quelques centaines d’analyses de composition élémentaire. S’ajoutent des observations à partir de l’iconographie et de l’archéologie expérimentale. Dans un premier temps, l’étude révèle l’activité d’individus opposés à la production de masse et au commerce de longue distance. Face à des centres exportateurs, les ateliers de proximité résistent à la concurrence en s’implantant au coeur de la ville. Exerçant un travail peu délocalisable, ils répondent à des commandes variées, réparent la vaisselle et profitent du marché de l’occasion, tandis qu’ils servent de relais au marché global pour la distribution des productions. Finalement, le global ne domine pas le local, les deux sphères, côte à côte, forment un système fait d’interactions complexes.

 

 

 

Smaghue, Nicolas : Les toiles d’Armentières. Entreprises et entrepreneurs du lin (XIXe-XXIe siècles)

Valenciennes, 17/09/2015

Résumé : Longtemps appelée la « cité de la toile », Armentières a vu sa prospérité reposer, un siècle durant, sur la fabrication et la commercialisation des tissus majoritairement en lin. Pourtant, si cette ville manufacturière a largement contribué à la renommée textile de la région lilloise, elle est restée en retrait par rapport à Lille, Roubaix et Tourcoing. C’est si vrai qu’aujourd’hui encore, on peine à retrouver les traces du riche patrimoine industriel dont elle disposait il y a trois ou quatre décennies. Contrairement à ses prestigieuses voisines, faute de réhabilitation et de reconversion de son bâti usinier, elle a tourné le dos à son passé comme si celui-ci ne valait pas la peine que l’on s’y attarde. Aussi, entre requalification des friches et absence de volonté pour valoriser ce qui reste du patrimoine industriel, on oublierait presque qu’Armentières a été de temps immémoriaux un centre manufacturier non pas secondaire mais second. Grâce aux nouvelles techniques numériques et aux ressources désormais mises à la disposition du chercheur, il est malgré tout possible de reconstituer l’empreinte que l’industrie a laissée dans le tissu urbain. Emprise foncière des bâtiments dévolus à la fabrication ou à la commercialisation des toiles, procédés constructifs et matériaux, organisation des lieux productifs : il a fallu exhumer et agencer toute la documentation disponible pour faire ressurgir un passé en quasi-totalité disparu. Pourtant, quand il s’est agi, dès le milieu du XIXe siècle, de répondre aux défis des marchés, les entrepreneurs locaux ont réussi à développer la convoitise de la clientèle pour le linge de maison et de table. Ils ont également répondu avec succès aux demandes toujours plus exigeantes de l’armée et des administrations. Bref, en valorisant la tradition tout en répondant aux exigences de produits « techniques », les industriels d’Armentières sont parvenus, autour du travail du lin, à imposer la localité comme une véritable marque de fabrique pour mieux soutenir la comparaison avec leurs puissants voisins. Mais cette conquête des marchés n’aurait pas eu lieu sans une indéniable capacité à maîtriser le travail d’une fibre longtemps rétive à la mécanisation. Aussi, pénétrer dans les usines, recenser les matériels et retrouver les gestes du fileur et du tisseur étaient indispensable pour comprendre comment, par delà les vicissitudes de la conjoncture, les défis techniques ont été relevés afin de conjuguer production de masse, qualité de la marchandise et coûts de fabrication. Histoire des lieux de la production, des marchandises et de la fabrication des toiles, ce travail entend également revenir sur le milieu des patrons armentiérois déjà étudié, non sans complaisance envers son milieu d’origine, par Lambert-Dansette. Les sources de l’Enregistrement et les actes notariés, entre autres, ont permis de revenir sur les origines géographiques et sociales des entrepreneurs puis de s’interroger sur les montages juridiques, les financements et les modes de gestion qui ont rendu possible cette aventure industrielle. C’était là l’occasion de mesurer la spécificité du monde des liniers au sein du patronat régional et, plus encore, de comprendre leur étonnante capacité à repousser, à partir des années 1930, les échéances d’une mort annoncée. Soucieux de souscrire à la « main invisible du marché » et de sanctifier tous les dogmes libéraux, les patrons d’Armentières ne s’arrangent-ils pour bénéficier de l’aide de l’État dont ils attendent à la fois une relative souplesse à leur égard et, singulièrement une protection infaillible ? En définitive, le choix délibéré de faire l’histoire en longue durée des entreprises et des entrepreneurs du lin à une échelle locale permet de réinterroger les modes de coordinations et les combinaisons multiples qui, en mariant le local et le global, autorisent à saisir d’un seul tenant tous les déterminants spatiaux du capitalisme.

 

Touchelay, Marie-Christine : La Guadeloupe, une île entreprise, des années 1930 aux années 1960. Les entrepreneurs, le territoire, l’Etat.

Sous la direction de Danièle Fraboulet

Paris 13, 24/11/2017

Résumé : L’objectif de cette étude est de démontrer le poids des entreprises sucrières dans l’histoire de la Guadeloupe. Installées, puis maintenues par la France, elles retardent à la fois l’aménagement d’un espace public et l’apprentissage de la notion de service public, invitant à qualifier ce territoire d’ ILE ENTREPRISE. Incarnée par le groupe d’entrepreneurs qui les administre localement des années 1930 aux années 1960, la domination de l’industrie sucrière repose sur l’héritage de l’ ILE A SUCRE, qui constitue sa force par l’ancienneté de l’activité, autant que sa faiblesse par les stigmates de l’esclavage qui pèsent sur les relations entrepreneuriales. Constitué dans les années 1930, quand l’État colonial fait dépendre l’économie locale de son activité sucrière, le groupe patronal de Guadeloupe la transforme en ILE DU SUCRE, totalement dépendante de l’exportation de sa monoculture cannière. En grande partie interrompue par le second conflit mondial, l’exportation stoppée n’empêche pas l’industrie sucrière de perdurer sur l’ ILE A STOCKS, mettant en évidence l’absurdité du système économique. Confortés par la colonisation, les mêmes entrepreneurs sucriers s’activent encore dans le nouveau département après 1946 et confirment son statut d’ ILE ENTREPRISE. La déprise des entreprises sucrières coïncide avec la cessation d’activité professionnelle de la plupart des acteurs qui les ont faites vivre, laissant le champs libre à un apprentissage du service public par le territoire à la fin des années 1960.

The objective of this study is to demonstrate the importance of sugar companies in Guadeloupe’s history. Established and then maintained by France, they delay the development of a public space as well as the apprenticeship in the concept of public service, thus inviting to qualify this territory as an ENTERPRISE ISLAND. Embodied by the group of entrepreneurs who administer them locally from the 1930s to the 1960s, the domination of the sugar industry is based on the SUGAR ISLAND’s legacy, which constitutes its strength through its long-standing activity as much as its weakness by the stigma of slavery that weighs on entrepreneurial relations. Created in the 1930s, when the colonial state made the economy dependent on its sugar industry, the Guadeloupe employers’ group transformed it into a ISLAND FOR SUGAR, dependent on the export of its sugar cane monoculture. The disruption of exports during the Second World War does not hinder the sugar industry from surviving on an island now a STOCKPILE ISLAND, highlighting the absurdity of the economic system. Having been comforted by colonization, the same sugar entrepreneurs are still active after the island becomes a french department in 1946 and confirms its status as an ENTERPRISE ISLAND. The decline of sugar companies coincides with the cessation of the professional activity of most of the actors who made them live, leaving the field open to a public service apprenticeship by the territory from the late 1960s onwards.

 

 

Tristani, Philippe: L’Iraq Petroleum Company de 1948 à 1975. Stratégie et déclin d’un consortium pétrolier occidental pour le contrôle des ressources pétrolières en Irak et au Moyen-Orient.

Sous la direction d’Alain Beltran et d’Eric Bussière

Paris 4, 17/10/2014

L’Iraq Petroleum Company (IPC) est un consortium britannique formé le 30 mai 1929 et qui prend la suite de la Turkish Petroleum Company qui opérait sur l’ensemble de l’Empire ottoman. Sa mission est de trouver, exploiter et transporter du pétrole brut provenant de ses vastes concessions au profit de ses actionnaires

C’est l’Irak qui se trouve au cœur de l’entreprise pétrolière que les Majors comptent mener au Moyen-Orient, tout au moins à ses débuts. L’IPC exploite à partir de 1925 une concession qui s’étend à l’est du Tigre. En juillet 1938 et en mai 1939, deux de ses filiales, la Basra Petroleum Company (BPC) et la Mosul Petroleum company (MPC), gèrent respectivement les territoires situés au sud et au nord du 33e parallèle. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, c’est donc la presque totalité de l’Irak qui est aux mains du consortium britannique pour une durée de 75 ans.

Entre 1948, date à laquelle les Majors américaines prennent le contrôle effectif du consortium, et la a

Summary

The Iraq Petroleum Company (IPC) is a British company that, in July 1928, succeeded the Turkish Petroleum Company, which held a concession in Iraq. Since its creation, the IPC had been both an emanation of the major Western oil groups and the concrete expression of the oil policy pursued in the Middle East by the major Western powers, the United States, Great Britain and France. It was a petroleum production consortium whose activities were mainly in Iraq.

From his creation in 1929 to his nationalization in 1975, IPC associated all of the Western Majors. In 1932 and in 1938, the Mosul Petroleum Company (MPC) and the Basrah Petroleum Company (BPC) rounded out this system in the southern part of Iraq. So, on the eve of World War II, the area of the concessions covered all Iraq.

Until the 1970s, the concession system governed relationships between operating companies and producing countries. In those agreements, the producing countries did not control the amounts produced, the level of exports, or prices. But, as of the 1950s, the complex oil system implemented by the Majors was threatened by the de-colonization movement. The Soviet threat and the Israeli-Arab conflicts strengthened this increasing instability. So the battle for freeing the Arab nation incorporated the fight against IPC to return Arab oil to the Arabs.

The revolution of 14 July 1958, which overthrew Nouri Saïd’s pro-Western government and brought General Abd el-Karim Kassem to power, intensified a constant political desire for re-appropriation of the Iraqi oil economy in the name of Iraq’s development and national sovereignty.

 

Vacheron, Simon : Mobiliser l’industrie textile (laine et coton). L’État, les entrepreneurs et les ouvriers dans l’effort de guerre, France, 1914-1920

Sous la direction de Dominique Barjot et Olivier Dard

Paris Sorbonne, 06/12/2017

Résumé : Au cours de la Première Guerre mondiale, les industries de la laine et du coton se retrouvent entraînées dans la mobilisation industrielle. L’intervention de l’État dans ces branches se révèle indispensable, et une nouvelle relation s’établit entre la puissance publique et les entreprises. La modification de la teinte de l’uniforme, sa large diffusion à près de huit millions d’appelés sur quatre ans et la perte des bassins industriels du Nord et de l’Est conduisent à la mise sous contrôle de l’État de presque toute l’industrie lainière, tandis que l’industrie cotonnière reste indépendante jusqu’en 1917. Cette relation s’étend jusque dans les importations de matières premières, avec une centralisation progressive qui exclut le commerce privé, mais associe négociants et industriels. En outre, la gestion de la main-d’œuvre constitue un défi quotidien pour les entreprises. Le besoin de travailleurs reste important, et les difficultés liées aux conditions de travail et au renchérissement de la vie entraînent des tensions sociales, malgré l’Union sacrée observée par les organisations syndicales. Dans le même temps, la perte des principaux territoires industriels représente une aubaine pour les autres régions, dont celles dont l’industrie textile est sur le déclin avant la guerre. Les fortes demandes de l’armée et les hauts prix du commerce privé entraînent des bénéfices importants, et conduisent l’État à adopter une fiscalité de guerre et réprimer les abus. Le retour des industries sinistrées à la fin du conflit, la question des dommages de guerre et la réintégration de l’Alsace-Lorraine mettent les industries textiles face à des changements radicaux. During the World War I, the industries of the wool and the cotton find themselves pulled(entailed) in the industrial mobilization. The intervention of the State in these branches shows itself essential, and a new relation becomes established between the public authorities and the companies. The modification of the colour of the uniform, its wide distribution about eight million conscripts over four years and the loss of the industrial areas of the North and east lead to the putting under control of the State of almost all the wool trade, whereas the cotton industry remains independent until 1917. This relation extends to the imports of raw materials, with a progressive centralization which excludes any private business(trade), but associates traders and industrialists. Besides, the management of the workforce constitutes a daily challenge for companies. The need in workforce remains important, and the difficulties bound in working conditions and to the increased cost living trigger social tensions, in spite of the “Union sacrée” respected by labor unions. At the same time, the loss of the main industrial territories represents a chance of a lifetime for the other regions, among which those whose textile industry is on the decline before the war. The high demands of the army and the high prices of private trade yeld important profits, and lead the State to adopt a war tax system and to repress the abuses. The return of the stricken industries at the end the conflict, the question of war damage and reinstatement of Alsace-Lorraine put the textile industries in the face of radical changes.

 

Villain, Julien : Appareil commercial et diffusion des biens de consommation au XVIIIe siècle. Aires et structures du commerce des commodités en Lorraine centrale et méridionale, années 1690-1791

Paris 1, 5/12/2015

Résumé : Quelle fut l’ampleur de l’extension de la consommation marchande des commodités au XVIIIe siècle ? Pour répondre à cette question, nous avons choisi d’étudier l’évolution du nombre de commerçants et des pratiques commerciales en Lorraine, région que son histoire démographique, économique et sociale rend assez représentative des mutations que connaît l’Europe de l’ouest entre 1700 et 1790. Notre étude montre que la présence des boutiques sur le territoire s’est renforcée au fil du temps, tant en valeur absolue que par rapport à la population. Les boutiquiers s’appuyaient pour constituer leurs stocks sur une étroite élite de marchands-grossistes importateurs, dont le niveau d’affaires croît au cours du siècle. C’est là le signe d’une extension géographique et sociale de la consommation marchande, dans les villes comme dans les campagnes. A la veille de la Révolution, la clientèle populaire était ainsi majoritaire chez les marchands de commodités. L’extension de la consommation marchande est également passée par les catégories les plus aisées de la population, séduites par la démultiplication des types de produits et des qualités largement promue par les boutiquiers. Le XVIIIe siècle n’a cependant pas connu de bouleversement dans le recours à la boutique ou dans les pratiques commerciales. Le semis des boutiques sur le territoire était ainsi important dès 1700 : c’est le signe que la consommation marchande était déjà largement pratiquée par des segments importants de la population, aussi bien à la ville qu’à la campagne – y compris donc parmi les classes populaires. Par ailleurs, les modalités de distribution des biens n’ont pas connu de grandes transformations au fil du siècle : le mouvement de spécialisation commerciale n’a guère débordé hors des principales villes, de même que la diffusion des pratiques marchandes les plus innovantes – recours à la publicité, jeu sur l’attractivité des boutiques ou vente à prix fixe.

 

Villeret, Maud : Le goût de l’or blanc : transformation et diffusion du sucre dans la vallée ligérienne au XVIIIe siècle

Nantes, 20/11/2015

Résumé : A la fin du XVIIIe siècle, le sucre, autrefois considéré comme un produit de luxe, devient un aliment de première nécessité pour une partie des classes populaires. Le fil conducteur de ce travail consiste à comprendre comment le sucre s’est diffusé dans l’alimentation des Français au XVIIIe siècle, selon quels vecteurs, quelle chronologie, et quelles sont les transformations économiques, sociales et culturelles induites par la consommation croissante d’un nouvel aliment. L’étude porte sur la vallée ligérienne, de Nantes, un des premiers ports coloniaux du royaume, à Orléans, premier centre de raffinage. La première partie est consacrée à l’essor de la filière de redistribution du sucre. Au-delà d’une cartographie des marchés de consommation français et européens, il s’agit d’appréhender les stratégies développées par l’État et les négociants pour développer le commerce. La deuxième partie porte sur les raffineries et consiste à expliquer l’apparent paradoxe : la France, premier conducteur de sucre européen, échoue à conquérir les marchés européens avec son sucre raffiné. Mais l’histoire du raffinage est aussi émaillée de réussites : grâce à l’arrivée d’ouvriers étrangers qualifiés, aux encouragements de l’État et à l’investissement des négociants, le royaume est devenu autosuffisant à la fin du siècle. La consommation fait l’objet de la troisième partie. L’enjeu consiste à déterminer si, comme en Angleterre, le sucre peut être qualifié de produit de consommation de masse à la fin du XVIIIe siècle. Il s’agit aussi d’établir le rôle des détaillants et de comprendre l’importance du souci de distinction et d’imitation dans l’essor du goût pour le sucre.

 

Yamada, Yu : L’influence japonaise chez les grands entrepreneurs taïwanais : le cas de Hsu Wen-lung

Aix-Marseille, 16/10/2015

Résumé : L’impact qu’a eu – et qu’a toujours – la pensée et la tradition japonaises sur la population taïwanaise se remarque particulièrement dans la couche de population la plus âgée, ces personnes étant nées durant l’occupation (1894 – 1945). Une grande partie de celles-ci manifeste pourtant une affection quelquefois profonde pour l’ancien colonisateur. On cherche à étudier dans quelle mesure l’influence japonaise se fait encore ressentir chez une catégorie bien particulière de la population taïwanaise : les grands patrons. En la personne de M. Hsu Wen-lung 許文龍, patron de l’entreprise Chi-Mei 奇美 (qu’il fonda en 1953 et qui devint l’une des plus grandes industries du pays) on tentera de comprendre l’usage que ces personnes font de leur « japonisation », comment ils en jouent dans leurs activités privées et commerciales, et par ce biais tenter d’analyser la mémoire patronale taïwanaise.