Résumés d’une partie des thèses et habilitations à diriger des recherches soutenues en histoire économique

Dernière mise à jour : 24 janvier 2021

Les thèses dont le résumé apparaît ci-dessous ont été soutenues en France ou dans des pays francophones et portent sur un sujet relevant de l'histoire économique, quelle que soit la discipline. Pour faire une recherche au sein des résumés présentés ci-dessous, utilisez simplement la fonction "recherche" de votre navigateur.

Pour les habilitations à diriger des recherches, voir à la fin de la liste, ici : Habilitations à diriger des recherches
Pour mettre en ligne votre résumé de thèse, cliquer ici. Pour une période plus longue, vous pouvez consulter la base générale des thèses (malheureusement incomplète), et notamment toutes celles classées dans la catégorie "histoire économique". Pour faire une recherche au sein des titres et des noms  des milliers de thèses en histoire économique présentes dans la base générale des thèses, rendez-vous sur cette page mise à disposition par l'AFHE.

Résumés (ordre alphabétique des noms des docteur.e.s)
(pour un classement par ordre chronologique depuis les plus récentes, voir ici)

Alonzo, Anne : La guerre est déclarée ! La mobilisation industrielle à Toulouse pendant la Première Guerre mondiale

Sous la direction de Dominique Barjot

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université Lettres Sorbonne, le 19 octobre 2020

Résumé : Entre 1914 et 1918, la mise en place de la mobilisation industrielle décrétée par le gouvernement de l’Union sacrée a profondément transformé Toulouse. Alors que la ville était restée à l’écart des mouvements d’industrialisation au XIXe siècle, les investissements publics importants consacrés à la production d’équipements militaires ont accéléré le développement de son industrie. Les acteurs de cette transformation ont cependant été mis à l’épreuve en raison des réquisitions de main-d’œuvre, des pénuries et de la hausse des prix. A la différence de l’Allemagne, les mouvements sociaux qui résultent de la dégradation du niveau de vie en 1917 n’ont pourtant pas remis en question le consensus autour de l’effort de guerre, ni à Toulouse, ni en France. La thèse étudie les raisons du succès de la mise en place de la mobilisation industrielle comme de sa réalisation. Elle montre que la France disposait d’un avantage institutionnel et qu’elle a pu s’appuyer sur son capital civique démocratique pour préserver le pacte politique de l’union patriotique. Le taux de croissance négatif de l’activité économique à Toulouse entre 1914 et 1918 rend compte du fait que l’effort de guerre a été largement supporté par les entreprises et les ouvriers. La capacité et l’action de l’Etat ont été renforcées par l’adhésion des populations au programme de l’Union sacrée.

Abstract: Between 1914 and 1918, the implementation of industrial mobilization decreed by the Union sacrée’s government profoundly transformed Toulouse. While the city remained less economically modernized in the 19th century, significant public investments devoted to the production of military equipment accelerated the development of its industry. Population faced difficulties, however, due to labor requisitions, shortages and rising prices. Unlike Germany, social movements which resulted from the deterioration in the standard of living in 1917 did not, however, call into question the consensus around the war effort, neither in Toulouse nor in France. The thesis studies the reasons for the success of setting up industrial mobilization as well as its execution. It shows that France had an institutional advantage and that it was able to rely on its democratic civic capital to preserve the political pact of his patriotic union. The negative growth rate of economic activity in Toulouse between 1914 and 1918 reflects the fact that the war effort was largely supported by businesses and workers. The State capacity and his action were reinforced by the adhesion of the populations to the program of the Union sacrée.

                                                                       * * *

Antipa, Pamfili : Les interactions entre politiques monétaires et budgétaires pendant les guerres napoléoniennes

Sous la direction de Pierre Cyrille Hautcoeur et Xavier Ragot

Thèse de doctorat (Histoire économique)

Soutenue à Ecole d’Economie de Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, le 6 juillet 2018

Résumé : Cette thèse analyse les interactions entre politiques monétaires et budgétaires. Il s’agit de répondre à la question suivante : qu’est-ce qui cause les évolutions de prix? Pour répondre à cette interrogation, l’étude se déroule dans un cadre historique, celui des Guerres Napoléoniennes (1793-1821), ce qui permet d’exploiter une expérience quasi-naturelle à large échelle. Au fil de ses quatre chapitres, la thèse établit ainsi l’incapacité de la banque centrale à déterminer les évolutions des prix en absence de politiques budgétaires garantissant l’équilibre des finances publiques.

Abstract: What causes prices to evolve? This question lies at the heart of economics. Prices contain most relevant information for investment, consumption, or production decisions; they also reflect the equilibrium conditions of markets.

For a central bank, a comforting answer to the above question would be “Inflation is always and everywhere a monetary phenomenon in the sense that it can be produced only by a more rapid increase in the quantity of money than in output” (Friedman 1970, p. 24). In my PhD, I show, on the contrary, that the central bank is incapable of maintaining price stability when fiscal policies do not guarantee a sustainable public budget.

                                                                       * * *

Auffret, Anne-Lise : Le musée céramique de la manufacture de Sèvres: progrès techniques, enjeux artistiques et pratiques savantes en France (1800-1914)

Sous la direction de Dominique Poulot et Rossella Froissart-Pezone

Soutenue à Paris-I, le 29 novembre 2014

Résumé : L’administrateur de la manufacture de Sèvres, Alexandre Brongniart, ouvrait au public en 1824 le musée royal céramique et vitrique, envisagé dès 1802, et qui se voulait d’un genre nouveau. À vocation encyclopédique, dans l’esprit des Lumières, il ambitionnait de présenter les céramiques de tous les lieux et de tous les temps afin de former les ouvriers et les artistes. L’histoire de l’institution, que nous avons souhaité retracer et analyser sur plus d’un siècle, n’est pas linéaire et son évolution se dessine au gré des changements économiques, esthétiques ou des bouleversements politiques. Dès lors, notre étude entreprend de montrer de quelle manière se construit le passage d’un musée technique créé par un naturaliste évoluant au sein du Muséum, vers une construction vouée entièrement à l’art, à la mise en patrimoine de la céramique, au monde du collectionnisme. Les nombreux legs et donations d’amateurs, la nomination du collectionneur Champfleury à sa direction, le développement de recherches historiques sur ce domaine artistique, sont autant de facteurs qui vont contribuer à façonner le musée en ce XIXe siècle fasciné par l’objet manufacturé. À travers ces pistes de recherche, notre approche consiste à étudier le rôle de cet établissement dans un contexte d’essor industriel et d’un intérêt nouveau pour les « arts mineurs ». Ainsi, nous proposons, par le biais de ce travail, de contribuer aux réflexions, toujours actuelles, sur les interactions entre l’art et l’industrie.

                                                                       * * *

Avaro, Maylis : Essays in Monetary History

Sous la direction de Marc Flandreau et Cédric Tille

Thèse de doctorat (Economie et, Histoire)

Soutenue à Graduate Institute of International and Development Studies of Geneva, le 21 octobre 2020

Résumé : Cette thèse est composée de trois chapitres traitant d’histoire monétaire et d’histoire des banques centrales. Dans le premier chapitre, *Juno Moneta: The overlooked dimension of liquidity in the international currency choice in the Bretton Woods era*, j’analyse la composition des réserves d’or et de changes des pays d’Europe de l’Ouest. Chaque monnaie a sa spécificité quand elle est utilisée comme instrument de réserve. Je révèle un effet significatif du développement des marchés financier sur le statut de monnaie de réserve. Je montre aussi que la coopération des banques centrales au sein du pool de l’or a eu un impact sur la composition de leurs réserves. Dans le second chapitre, *Zombie International Currency: The Pound Sterling 1945-1971*, j’étudie le déclin du sterling comme monnaie internationale. L’abandon du sterling a eu lieu plus tôt que décrit jusqu’ici dans les pays hors de la zone sterling. Je montre que son maintien après la guerre vient du fait que la zone sterling constituait un marché captif dans lequel les pays étaient forcés de conserver leurs réserves en sterling. Le dernier chapitre, *At Your Service! Liquidity Provision and Risk Management in 19th Century France*, se concentre sur l’arbitrage des banques centrales entre la distribution de liquidités à un large groupe d’intermédiaires financiers, et le risque d’aléa moral. A la fin du 19ème siècle, la Banque de France maintenait une fenêtre d’escompte très large et utilisait des techniques de gestion des risques pour contrôler les attitudes des agents. Cela lui permettait de monétiser une variété de capital. Elle pouvait alors accroître sa distribution de liquidités pour stabiliser l’économie sans perte.

Abstract: This thesis consists of three essays focusing on monetary and central banking history. The first essay, *Juno Moneta: The overlooked dimension of liquidity in the international currency choice in the Bretton Woods era* analyses the composition of official gold and foreign exchange reserves of Western European countries. Foreign currencies were not alike when held as reserve currencies. I reveal a robust effect of the development of financial markets on the reserve status of a currency. I also show that central banks’ cooperation via the gold pool had an impact of the currency composition of reserves. The second, *Zombie International Currency: The Pound Sterling 1945-1971* provides new evidence on the decline of the pound sterling as an international currency. The shift away from sterling occurred earlier than commonly assumed for countries outside the sterling area. I show that the continuation of the postwar reserve role of sterling was possible because the sterling area was a captive market in which countries were constrained to keep their foreign exchange in pounds sterling. The final essay, *At Your Service! Liquidity Provision and Risk Management in 19th Century France*, studies the trade-off faced by central banks between providing liquidity to a broad group of financial intermediaries, and the risk of moral hazard. In the late 19th century, the Bank of France operated a very broad discount window and used risk management techniques to subdue risk-taking behaviours. This allowed agents to monetise a diverse set of capital. The central bank could thus expand its liquidity facility to help stabilise the economy without suffering losses.

                                                                       * * *

Banguiya dit Banguebe, Daniel : L’équipement économique au Gabon, 1910-1958 : Etat colonial et entreprises privées.

Sous la direction de Pierre Boilley

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université Paris 1 – Panthéon – Sorbonne, le 28 mars 2013

Résumé : Le territoire du Gabon fut la porte d’entrée des colonisateurs français en Afrique équatoriale. L’économie coloniale dominée par les compagnies concessionnaires s’ouvrit au commerce libre au début des années 1920. L’exploitation forestière au Gabon et au Moyen-Congo dominait l’activité économique de cette région. La part du Gabon, estimée à plus de 80% des exportations des bois (notamment l’okoumé) était supérieure à celle du Moyen-Congo. L’équipement commercial du Gabon s’accrut cependant que l’infrastructure liée au commerce (routes, ponts, ports) stagnait. L’existence des voies navigables pour l’évacuation des bois y compris les choix métropolitains de construire le Chemin de fer Congo Océan et le port de Pointe-Noire, pour sortir les productions du Moyen-Congo, de l’Oubangui-Chari et du Tchad et rompre leur dépendance à l’égard du chemin de fer du Congo belge, expliquaient cette situation. Les entreprises forestières, filiales des grands groupes, approvisionnaient les usines de transformation en métropole (le Havre, Lisieux, Paris, Nantes, Rochefort). Les avantages étaient énormes pour l’économie métropolitaine et le trésor public : maintien d’une industrie des bois, main d’œuvre, transferts financiers, impôts sur dividendes et chiffre d’affaires. La politique initiée après la Deuxième Guerre mondiale à travers le FIDES et la CCFOM se fit au profit des grands groupes métropolitains (forestiers, miniers, agricoles, BTP, Energie, transports maritimes). Certes, quelques entrepreneurs africains s’affirmèrent, mais le pouvoir économique était aux mains des métropolitains malgré les réformes politiques. L’histoire de l’évolution de l’équipement économique au Gabon pose des problèmes d’ordre économique et politique. Le choix de la Communauté française au référendum de 1958 par l’élite locale maintenait le Gabon dans la logique du pacte colonial élaboré par la métropole.

Abstract: The territory of Gabon constituted the hall door of the entry of French colonizers in equatorial Africa. The colonial economy dominated by the concessionaire companies was opened to free business in the 1920’s. As timber industry prevailed in Gabon and middle Congo, the portion from Gabon represented over 80% of wood exportations (mainly okoume) and was more important than the Congolese portion. While business facilities from Gabon were increasing, its business infrastructures (roads, bridges and ports) were stagnating. This situation finds an explanation in the existence of navigable channels for the transportation of woods including the choice of metropolis to build Ocean Congo rail roads and the port of Pointe Noire to route products from Middle Congo, Oubangui-Chari and Chad and thus create their independence face to Belgian Congo rail roads. Industrial timber companies, subsidiaries of large groups, supplied metropolitan factories (Le Havre, Lisieux, Paris, Nantes, Rochefort) with products from African colonies. This brought numerous advantages for the metropolitan economy and the Treasury Department such as wood industry maintenance, labour, financial transfer, revenue taxes and turnover. Similarly the policy initiated through FIDES and CCFOM after World War II benefited the major metropolitan groups (timber, mining, agricultural, energy, shipping industries and building trade). Locally, some African businessmen emerged, but the economic power remained in the hands of metropolitans despite the adoption of political reforms. The history of the evolution of economic facilities in Gabon identifies political and economic issues. The choice of the French community during the referendum of 1958, through its local elite, maintained Gabon in the logic of colonial pact.

                                                                       * * *

Barjot, Dominique : La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974) : contraintes et stratégies

The major French public works contractors (1883-1974): constraints and strategies

Sous la direction de François Caron

Thèse de doctorat (Histoire économique contemporaine)

Soutenue à Université Paris-Sorbonne (Paris IV), le 26 septembre 1989

Résumé : Entre 1883 et 1974, l’industrie française des travaux publics constitua un atout majeur pour l’économie française : directement, en œuvrant à la mise en place des infrastructures nationales et en contribuant de façon déterminante à l’équilibre de la balance des paiements ; de manière indirecte par son rôle de régulation conjoncturelle ainsi qu’en confortant le prestige international de l’ingénierie française. Le dynamisme de cette industrie reposait sur un fort noyau de grandes entreprises moyennes capables, par leur capacité à innover, d’affronter avec succès la concurrence étrangère. Cette réussite fut à la fois exceptionnelle (2e rang mondial) et exemplaire : dans les travaux publics comme dans bien d’autres branches de l’économie française, l’entrepreneur était plus technicien qu’organisateur, plus soucieux d’entente que de concentration et, jusqu’aux années 1960, plus préoccupé d’élargir son réseau d’ »amis » et d’ »alliés » que de constituer autour de son entreprise un groupe puissant et diversifié. Par elle-même la succession de trois périodes bien marquées (1883-1914 – essor de la grande firme; 1914 – 1944 – celle de « la grande dépression » et du repli colonial; 1944-1974 – celle du redéploiement en métropole et dans la zone franc), les firmes françaises de travaux publics affrontèrent un siècle durant de lourdes contraintes : réorientation des marches, montée des coûts, difficultés chroniques de financement. Elles ne les surmontèrent qu’au prix d’un constant effort d’innovation, qui leur assura de remarquables succès à l’exportation et explique, en grande partie leur réussite d’aujourd’hui.

Abstract: Between 1883 and 1974, the French public works industry (or contracting industry) was a major asset for the French economy: directly, by working to set up national infrastructures and making a decisive contribution to balancing the balance of payments; indirectly, through its role in regulating the economy and strengthening the international prestige of French engineering. The dynamism of this industry was based on a strong core of large medium-sized companies capable, through their ability to innovate, of successfully facing foreign competition. This success was both exceptional (2nd in the world) and exemplary: in public works as in many other branches of the French economy, the entrepreneur was more technician than organizer, more concerned with understanding than with concentration and, until the 1960s, more concerned with expanding his network of « friends » and « allies » than with building up a powerful and diversified group around his company. Through a succession of three distinct periods (1883-1914 – the boom of the big firm; 1914-1944 – the « Great Depression » and colonial withdrawal; 1944-1974 – redeployment in metropolitan France and the Franc zone), French public works firms faced a century of severe constraints: reorientation of markets, rising costs, chronic financial difficulties. They overcame these constraints only through a constant effort of innovation, which ensured their remarkable export success and largely explains their success today.

                                                                       * * *

Bats, Adeline : Les céréales et les produits céréaliers au Moyen Empire. Histoire technique et économique

Sous la direction de Pierre Tallet

Thèse de doctorat (Histoire ancienne)

Soutenue à Université Lettres Sorbonne, le 17 décembre 2019

Résumé : Cette thèse de doctorat, intitulée « Les céréales et les produits céréaliers au Moyen Empire. Histoire technique et économique » a pour objectif d’appréhender le rôle des céréales dans l’alimentation humaine, mais également de s’interroger sur la capacité de l’agriculture céréalière à dégager des excédents et par conséquent des richesses à l’origine d’une différentiation sociale.

Les céréales cultivées durant le Moyen Empire, à savoir l’orge commune et le blé amidonnier, ont été introduites en Égypte en provenance du Proche-Orient durant le Néolithique. Ces deux plantes volontairement sélectionnées sont, comme les techniques agraires, adaptées à l’environnement nilotique. Après la récolte, les céréales sont entreposées dans différentes structures conformes aux besoins futurs. Le silo permet la conservation sur le long terme et par conséquent l’épargne, en prévision de pénuries alimentaires mais également dans le but d’accumuler de la richesse. Car, si la culture des céréales est destinée à subvenir en grande partie aux besoins alimentaires des Égyptiens, les terres agraires, les stocks et les produits transformés (pain et bière) servent également comme moyens de paiement. Enfin, ces biens sont employés aussi pour entretenir les liens de dépendances et les fidélités politiques.

Abstract: Entitled « Cereal and cereals Products in the Middle Kingdom. Technical and Economic History », this PhD thesis aims to understand the role of cereals in human nutrition, but also to examine the capacity of cereal agriculture to generate surpluses and consequently wealth, which is the source of social differentiation. Cereals grown during the Middle Kingdom, namely barley and emmer, were introduced into Egypt from the Near East during the Neolithic period. These two deliberately selected plants are, like agrarian techniques, adapted to the Nilotic environment. After harvest, the cereals are stored in different structures in accordance with future needs. The silo allows long-term conservation and therefore savings, in anticipation of food shortages but also in order to accumulate wealth. Because, if the cultivation of cereals is intended to provide a large part of the Egyptians’ food needs, agrarian land, stocks and processed products (bread and beer) are

                                                                       * * *

Baubeau, Patrice : Les cathédrales de papier. Naissance et subversion du « système de l’escompte » en France (fin XVIIIe – premier XXe siècle)

Sous la direction de Michel Lescure

Soutenue à Université Paris Nanterre, le 17 décembre 2004

Résumé : Le « système de l’escompte » décrit un ensemble de règles, de pratiques et de conceptions qui apparaissent relativement stables dans le temps long, orientant profondément l’histoire monétaire et bancaire française.

Dans un premier temps, au XVIIIe siècle, l’économie marchande entraîne avec elle un vaste mouvement bancaire qui aboutit à créer des circuits de circulation et d’escompte des effets de commerce. Cet essor du papier de crédit  est assez remarquable pour attirer l’attention des contemporains et susciter des réflexions, juridiques ou économiques, qui débouchent sur la formation d’une doctrine cherchant à systématiser la pratique négociante.

La seconde phase débute avec la création de la Banque de France, en 1800, prise dans une injonction paradoxale. Créée pour aider au relèvement du commerce, elle forme ses bénéfices en fournissant aux besoins du Trésor. Elle concilie ces deux aspects de sa conduite par la confusion entre mobilisation d’un capital et monétisation d’une créance. L’équilibre ainsi trouvé se révèle remarquablement stable et permet à la Banque de France d’entraîner tout le pays dans le vaste mouvement de crédit qui accompagne l’accélération de la croissance après 1830.

La Première Guerre mondiale marque le début de la troisième phase : la subversion du système. Le champ de l’escompte s’enfle alors démesurément, aussi bien en direction de nouvelles clientèles qu’en faveur de l’Etat. Une rationalisation est alors entreprise qui aboutit à une véritable pyramide du crédit. Tout en ménageant les intérêts de l’Etat par un financement monétaire automatique, cet essor de l’escompte nourrit l’inflation, ce qui suscite à son tour de nouveaux contrôles de l’Etat.

Vers 1950 l’extension de l’escompte est alors achevée : tous y ont droit, dans le cadre d’un « jardin à la française » qui dissimule sous l’élégance de l’ordre classique un bricolage monétaire : l’économie d’endettement.

                                                                       * * *

Bauer, Caroline : L’agence André au temps de Jacques et Michel (Nancy, 1929-1973) : architecture, réseaux et filiations

Sous la direction de Claude Massu

Soutenue à Paris-I, le 27 novembre 2015

Résumé : Notre étude s’intéresse à l’agence André entre 1929 et 1973, période d’activité des frères Jacques et Michel André, architecte et ingénieur. Nous interrogeons leur production dans son contexte spatial et historique, à la lumière des notions de filiations et de réseaux. Issus d’une importante dynastie d’architectes en Lorraine, ils bénéficient d’un héritage à la fois matériel et intellectuel. Cet ancrage, soutenu par la foisonnante École de Nancy du début du siècle, favorise les réseaux de proximité comme les échanges culturels internationaux. Les frères André prolongent ce dynamisme critique en s’impliquant dans le Comité Nancy-Paris,l’Union des artistes modernes et la revue L’Architecture d’aujourd’hui. Dans l’Entre-deux guerres,ils sont les premiers architectes à collaborer durablement avec Jean Prouvé, avant d’associer à l’agence Claude, le fils de ce dernier, dans les années 1960. Proche des entrepreneurs locaux, les deux frères questionnent la valeur constructive de l’architecture :ils s’attachent à atteindre la perfection technique et expérimentent les matériaux. Cette recherche traverse leur production, depuis leur première grande réalisation, l’Institut de zoologie, inspiré par les procédés de Frank Lloyd Wright, jusqu’au musée de l’Histoire du fer,symbole de gloire industrielle régionale. Tandis que les années 1930 constituent une période d’intense créativité, l’agence développe après-guerre les outils nécessaires pour faire face à une commande massive, notamment postale, et se met en quête de productivité. L’agence des frères André constitue ainsi un témoin privilégié des bouleversements de la production architecturale au cours du XXème siècle.

                                                                       * * *

Becot, Renaud : Syndicalisme et environnement en France de 1944 aux années quatre-vingt

Sous la direction de Geneviève  Massard-Guilbaud

Soutenue à EHESS, le 25 novembre 2015

Résumé : Cette recherche retrace la formation des préoccupations environnementales au sein des organisations syndicales en France, articulant une démarche d’histoire sociale des mondes du travail et d’histoire environnementale. En croisant sources nationales et locales, archives syndicales et publiques, cette thèse identifie les interactions des syndicalistes avec des acteurs extérieurs en matière d’environnement et souligne la singularité du positionnement syndical. Les années d’après-guerre sont marquées par des discours concernant l’usage des ressources naturelles dans le cadre des politiques industrielles, l’aménagement du territoire, ou le recours aux substances pathogènes affectant les salariés dans et hors l’espace de travail. L’étude des années soixante et soixante-dix permet ensuite d’observer l’affirmation d’un environnementalisme propre aux organisations de travailleurs. Trois conclusions principales se dégagent de cette étude. Premièrement, l’intervention syndicale est conditionnée par la mutation du système énergétique, qui constitue un critère central dans la réflexion des confédérations. De plus, le droit encadrant l’activité syndicale, comme la fragmentation interne au droit régulant l’industrialisation (droit du travail et droit de l’environnement) renforce la difficulté rencontrée par ces organisations pour intervenir face aux nuisances. Deuxièmement, au tournant de la décennie 1970, les structures syndicales mènent un effort de définition de leur approche environnementale et se démarquent des pouvoirs publics. Enfin, les propositions formulées par les salariés pour aménager les politiques publiques intègrent une attention constante aux inégalités environnementales.

                                                                       * * *

Béduneau-Wang, Laurent : Valeur de l’eau et indicateurs de performance : tensions stratégiques et organisationnelles dans les métiers de l’eau (1853-2017)

Sous la direction de Éric Godelier (Directeur de thèse, Ecole Polytechnique – Université Paris-Saclay),

Thèse de doctorat (Sciences de gestion)

Soutenue à Ecole Polytechnique/ Université Paris-Saclay, le 8 décembre 2017

En ligne : http://www.theses.fr/2017SACLX096

Résumé : A travers une étude de cas élargie, la valeur de l’eau est étudiée sous l’angle de l’évaluation de la gestion de l’eau dans la longue durée (1853-2017). Point de départ : en 2006, le Syndicat des Eau D’Ile de France (SEDIF) remet en cause la continuité contractuelle depuis 1923 avec Veolia (ex-Compagnie Générale des Eaux). Veolia remporte l’appel d’offre en 2010. Une nouvelle entité est créée, Veolia Eau D’Ile de France (VEDIF), mais des interrogations demeurent.A travers une recherche-action, la construction intellectuelle d’une situation de gestion puis celle d’une situation de tension évaluative intègrent le questionnement de Veolia avec celui d’acteurs externes : comment faire des bénéfices et faire bénéficier l’usager ? A quoi sert Veolia ? Quelle est sa raison d’être ? Dans ce cadre, un objet de gestion apparaît structurant : un système de 168 indicateurs de performance (IP). La bonne atteinte des IP par VEDIF contribue à sa rémunération. Dans quelle mesure les IP permettent-ils de donner une valeur à l’eau et de la gérer ?La mise en œuvre des IP induit des effets inattendus qui, pour une partie des salariés génère une crise de sens. L’observation ethnographique et les entretiens amènent à constater que les salariés de l’entreprise méconnaissent ou ont oublié le contexte dans lequel ont émergé les IP, la manière avec laquelle ils ont évolué. Faire l’histoire de ce système d’indicateurs de performance devient alors une nécessité pour en comprendre le sens dans la longue durée (1853-2017).En mettant en place le système d’IP, les managers de VEDIF en attendent des résultats logiques et rationnels. Or, les IP génèrent des effets inattendus. Ils font émerger, ils performent de nouveaux acteurs à 3 niveaux d’analyse : intercommunal avec la création du Syndicat en 1923, de la firme avec la figure du client dans les années 1990 et, du service développement durable avec la découverte de bio-traceurs (papillon, chauve-souris) et l’apparition d’un écosystème d’acteurs autour de la biodiversité (consultants, auditeurs et experts).Un IP naît face à un problème qu’il s’agit de résoudre. Au fur et à mesure, les IP s’accumulent et, certains d’entre eux entrent en contradiction avec d’autres. Or, ils ne prennent sens qu’au sein d’un tout dont l’histoire reste à faire. Au-delà des chiffres, des comptes, pour en saisir le sens, il importe d’en conter l’histoire. En s’inspirant librement de Foucault, la généalogie des IP met en évidence trois régimes de la valeur de l’eau : hygiéniste et scientifique, technique et d’ingénierie, managérial et bureaucratique. Ces régimes ne sont pas exclusifs les uns des autres : le régime hygiéniste et scientifique a coexisté avec le régime technique et d’ingénierie au cours des années 1980-2000. Néanmoins, à chaque période un régime est dominant. Dans le cas de VEDIF, il fonde, renouvelle ou renforce l’idée pour les pouvoirs publics de faire appel aux acteurs privés pour gérer l’eau. Réaliser une généalogie des IP permet de saisir les processus de rationalisation dans lesquels s’inscrivent les catégories d’IP à chaque période. Au regard de la longue durée, les fonctions des IP apparaissent imbriquées dans des processus de rationalisation, d’objectivation de la valeur de l’eau qui les dépassent. Dans quelle mesure cette nouvelle perspective sur les IP permet-elle de reconsidérer leurs rôles ?Ainsi, les IP en tant qu’outil de gestion jouent une triple fonction : cognitive, médiatrice et organisatrice. Ils produisent des savoirs, des connaissances. Ils jouent les intermédiaires entre différents acteurs tout en médiatisant, en visibilisant un pan de l’activité du service de l’eau. Parce qu’ils sont constitutifs et constitués par des liens entre les différents acteurs de la gestion de l’eau, tout en intégrant de nouveaux savoirs, ils définissent et renouvellent en permanence ce qu’est la bonne gestion de l’eau, sa valeur, ses valeurs. Ils produisent l’organisation et, en sont simultanément le produit.

Abstract: Through an extended case study, the value of water is studied in terms of long-term water management assessment (1853-2017). Starting point: in 2006, the Syndicat des Eau d’Ile de France (SEDIF) called into question the contractual continuity since 1923 with Veolia (ex-Compagnie Générale des Eaux). Finally, Veolia wins the tender in 2010. A new entity is created, Veolia Eau D’Ile de France (VEDIF), but questions remain.Through an action-research, faced with the company’s questioning about its economic impact, the intellectual construction of a management situation and then a situation of evaluative tension integrate Veolia’s questioning with that of external actors : how to do it profits and make to the benefit of the user ? What is the use of Veolia and for who is it working ? What is its purpose? In this context, a management object seems to be crucial : a system of 168 performance indicators (PI). The good achievement of IP by VEDIF contributes directly to remuneration. To what extent does PI provide value for water and contribute to it management ?The implementation of IP within VEDIF induces unexpected effects which, for some of the employees, generates a crisis of meaning. Ethnographic observation and interviews lead to the finding that the employees of the company do not know or forget the context in which the IPs emerged, the way in which they evolved. Making history of this system of performance indicators then becomes a necessity to understand its meaning in the long run (1853-2017).By setting up the IP system, VEDIF managers await logical and rational results. Or, IPs generate unexpected effects. In particular, new actors are performed by IPs. They emerge at three levels of analysis: intercommunal with the creation of the Syndicate in 1923, the firm with the construction of the figure of the client in the 1990s and, the service of sustainable development with the discovery of bio-tracers (butterfly, bat) and the emergence of an ecosystem of actors around biodiversity (consultants, auditors and experts).An IP is created to cope with a problem that needs to be solved. As time goes on, IPs accumulate and some of them come into conflict with others. But they only make sense within a whole whose history remains to be told. Beyond figures and accounts, to grasp their meaning, it is important to tell the story. Inspired by Foucault, the genealogy of the IP reveals three regimes of the value of water: hygienist and scientific, technical and engineering, managerial and bureaucratic. These regimes are not mutually exclusive: the hygienist and scientific regime coexisted with the technical and engineering regime in the 1980’s-1990’s. Nevertheless, in each period a regime is dominant. In the case of VEDIF, it creates, renews or restrengthens the idea for public authorities to call on private operators to manage water. Realizing the genealogy of IP allows to understand the processes of rationalization under which each IP categories are in each period. In the long-term, the functions of the IPs appear to be embedded in processes of rationalization, of objectification of the value of the water that go beyond them. To what extent does this new perspective on IPs help to reconsider their roles?IPs as a management tool play a triple function: cognitive, mediator and organizer. They produce knowledge. They act as intermediaries between different actors and, in the meantime, mediatize by visibilizing a part of the activity of the water service. Because they constitute and are constituted by links between the different actors of water management, while integrating new knowledge, they define and constantly renew what is good water management, its value, its values. They produce organization and, at the same time, are produced by it.

                                                                       * * *

Belot, Quentin : PSA : une financiarisation endogène. Construire le contrôle financier d’un groupe industriel et familial de 1965 à 2020

Sous la direction de Claude Didry et Cédric Lomba

Thèse de doctorat (Sociologie, Histoire, Gestion)

Soutenue à Ecole Normale Supérieure Paris Saclay, le 14 janvier 2021

Résumé : Nous proposons une analyse longitudinale des transformations de la finance au sein de l’entreprise PSA en tenant ensemble les dimensions industrielles, financières et familiales donnant sa forme au groupe automobile. Ce faisant, nous apportons un éclairage original aux transformations classiquement associées à la financiarisation à partir d’une démarche endogène.

D’une part, l’analyse des archives de l’entreprise permet de restituer la transformation des fonctions, acteurs, dispositifs et enjeux de la finance d’entreprise à partir des années 1960, période peu considérée sous l’angle financier, jusqu’à 2020. Nous analysons les facteurs d’évolution, de formalisation plus ou moins forte du contrôle financier interne et externe, mais aussi les conditions institutionnelles de leur efficacité organisationnelle.

D’autre part, nous nous appuyons sur l’analyse de quarante entretiens semi-directifs avec d’anciens et actuels dirigeants financiers et familiaux de PSA. Nous restituons les trajectoires et la perception des dirigeants – familiaux ou non – des sociétés familiales Peugeot se situant en amont du groupe automobile. Nous abordons les dimensions subjectives de ces transformations, l’évolution des instruments, des rationalités et tensions qui les fondent et déterminent leurs usages.

Nous soulignons le fait que la famille Peugeot a cherché, durant une grande partie de son histoire, à préserver le contrôle familial du groupe industriel afin de se protéger d’investisseurs externes. Néanmoins, à partir des années 1990, la recherche de ce contrôle entraîne la cotation en Bourse de la holding de contrôle elle-même. Ainsi, nous observons une évolution parallèle, originale et désajustée : d’une part le maintien jusqu’en 2014 du contrôle absolu des sociétés de famille sur PSA ; d’autre part un mouvement de diversification de l’actif familial au niveau supérieur : celui de FFP, la principale société financière du groupe familial.

Abstract:

We offer a longitudinal in-depth analysis of finance transformations within PSA company. We study together the industrial, financial and family dimensions that give shape to the automotive group. In doing so, we originally shed a light to transformations associated with financialization from an endogeneous approach.

On the one hand, the analysis of its archives allows to restitute the transformation of the functions, actors, devices and problems of the corporate finance from the 1960s onwards. This time is little considered from a financial point of view. We continue the analyze until 2019. We underline the evolution factors, the more or less strong formalization of internal and external financial control, but also the institutional conditions for their organizational efficiency.

In the other hand, we rely on the analysis of forty semi-directive interviews with former and current senior financial and family executives of PSA.

We reconstruct the trajectories and the managers perception – part of family or not – of the family companies located at the very top of the automotive group. We address the subjectivity of these transformations, tools, rationality and tensions that underlie them and determine their uses.

We emphasis that the Peugeot family has sought, for a large part of its history, to preserve family control of the industrial group in order to protect itself from external investors. Nevertheless, from the 1990s, the search for this control led to list the controlling holding company itself on the stock exchange. Thus, we originally observe a parallel evolution : on the one hand, the preservation of family control over the company until 2014 ; on the other hand the family assets diversification at the higher level : the main financial and family company, FFP.

                                                                       * * *

Bengobeyi, Benjamin Jean-Jacques : La France et les Etats-Unis face à l’Irak et à l’Iran de 1972 à 1982 : comparaison et relations

Sous la direction de Robert Frank

Soutenue à Paris-I, le 17 novembre 2015

Résumé : La France et les Etats-Unis fascinent l’observateur des relations internationales par la complexité et les contradictions de leurs relations, tant est paradoxal et parfois détonant, le mélange d’amour­ haine ou peut être plus justement, d’ attraction-répulsion ou d’amitié-tension qu’elles recèlent. Ce qui n’empêche pas les deux pays de se retrouver ensemble lorsqu’il s’ agit de défendre la liberté. Contrairement à l’Espagne ou à la Grande-Bretagne, la France demeure le seul grand pays européen à n’avoir jamais été en guerre contre les Etats-Unis. Pourtant, elle est son allié le plus indocile. La France et les Etats-Unis sont donc les pires amis du monde. Aussi cette réflexion se donne-t-elle pour ambition d’analyser leurs relations avec l’Iran et l’Irak de 1972 à 1982, ainsi que les perspectives de coopération ou de compétition qui en ont résulté. Toutefois, on ne peut comprendre ces relations que si l’ on admet au préalable qu’elles renvoient à une appréciation différente des situations internationales et des intérêts des deux pays.

                                                                       * * *

Bernardin, Steve : La fabrique privée d’un problème public. La sécurité routière entre industriels et assureurs aux États-Unis (années 1920 à 2000)

Sous la direction de Michel Offerle.

Soutenue à Paris 1, le 21 novembre 2014

Résumé : Comment des entrepreneurs en viennent-ils à porter leurs demandes en public ? Nous l’étudions au prisme d’un cas d’étude classique en sociologie des problèmes publics, celui des accidents de la circulation aux États-Unis. Pour ce faire, notre démarche s’appuie sur un large corpus de sources archivistiques et documentaires, auquel s’ajoutent près de quatre-vingts entretiens conduits outre-Atlantique, ainsi que six mois d’enquête ethnographique. L’analyse permet d’identifier des pratiques distinctes des entrepreneurs en venant à la fabrique de problèmes publics. Des assureurs privilégient ainsi le recours à la science, en faveur de la réglementation des véhicules, face à des industriels valorisant l’appel à la morale, en vue d’une sensibilisation des conducteurs. Les deux approches ne sont pas incompatibles. Elles contribuent cependant à l’instauration de priorités distinctes de l’intervention étatique. Le mettre en lumière incite à prendre au sérieux l’activité de fabrique privée de problèmes publics, au-delà même du cas de la sécurité routière..

                                                                       * * *

Bernier, Isabelle : Négoce et industrie à Mulhouse au XVIIIe siècle (1696-1798)

Sous la direction de Paul Delsalle

Thèse de doctorat (HISTOIRE)

Soutenue à Université de Franche Comté (Besançon), le 3 décembre 2005

En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ halshs-00349598

Résumé : Mots clés : Mulhouse – XVIIIème siècle – enclave – commerce – négoce – capitaux – indiennage – prohibition – manufactures – corps de métiers – ouvriers – technique –industrialisation – sociétés – entreprises – capitalisme

A la fin du XVIIème siècle, la république de Mulhouse se présente comme une enclave géographique, politique, religieuse et économique dans la province d’Alsace, rattachée au royaume de France en 1648. Petite cité de 3320 habitants en 1699, elle bénéficie d’un commerce florissant depuis près d’un demi siècle, qui permet l’émergence d’un Corps des marchands dont la montée en puissance se poursuit durant la première moitié du XVIIIème siècle. A partir de 1746 et en moins de vingt ans, l’essor d’une nouvelle activité, l’impression sur toiles de coton imprimées dite indiennage, transforme la ville en centre manufacturier, véritable pôle industriel pour sa région.

Le lien qui s’établit entre négoce et financement des manufactures d’indiennes à Mulhouse, constitue le fil directeur de notre travail. Le premier axe de recherche s’articule autour du commerce et des négociants : il souligne la constitution d’un patrimoine marchand, l’accumulation de capitaux réinvestis dans le négoce. En 1746, les fondateurs de la première fabrique de toiles imprimées considèrent l’indiennage comme une opportunité commerciale car il bénéficie d’un important phénomène de mode, malgré une prohibition qui touche sa production dans plusieurs pays d’Europe dont le royaume de France. Le second axe de recherche s’attache à la croissance manufacturière : bien visible dès les années 1750, elle s’amplifie durant la décennie suivante ; nous assistons à la création de sociétés majoritairement composées de négociants, qui renoncent à leur activité mercantile pour se tourner vers la fabrique. Les entreprises sont au cœur de la ville, elles en modifient profondément le schéma économique et social.

Le début des années 1780 représente le point culminant de l’impression sur étoffes à Mulhouse : les indienneurs sont devenus des chefs d’entreprise ; nous entrons dans l’ère du capitalisme industriel. A partir de 1785, la croissance manufacturière est perturbée par des relations politiques et commerciales difficiles entre la petite république et le royaume de France. Les fabriques mulhousiennes subissent les aléas de la période révolutionnaire mais le savoir-faire technique et la capacité de gestion acquise sur trois générations d’entrepreneurs, permettent à la ville de devenir un pôle industriel français de première importance en 1798.

Abstract: At the end of the XVIIème century, the republic of Mulhouse is presented in the form of an enclave geographical, political, religious and economic in the province of Alsace, attached to the kingdom of France since 1648.

Its flourishing trade allows the emergence of a Body of the merchants whose rise to power continues during first half of the XVIIIème century. Since 1746 and in less than twenty years, the rise of a new activity, impression on printed cotton fabrics known as indiennage, transform the city into manufacturing center, true industrial pole for its area. The bond between trade and financing of manufactures of Indians constitutes the directing wire of this work.

The first research orientation is articulated around the trade and of the traders : it underlines the development of a commercial inheritance, the accumulation of capital reinvested in the trade. The indiennage is regarded as a commercial opportunity, profiting from an important phenomenon of mode in spite of a prohibition concerning several countries of Europe of which France.

The second research orientation sticks to the manufacturing growth: quite visible as of the years 1750, it develops during the following decade; we assist with the creation of companies mainly made up traders renonçant with their mercantile activity to turn to the fabrique. The companies deeply modify the economic and social diagram of the city. The beginning of the years 1780 represents the apogee of the impression on fabrics in Mulhouse: the indienneurs became heads of undertaking; we enter the era of industrial capitalism. From 1785, the manufacturing growth is disturbed by political and commercial relations difficult between the small republic and France. The Mulhousian factories undergo the risks of the revolutionary period but technical know-how and the capacity of management acquired on three generations of contractors, make it possible the town of become a French industrial pole of first importance in 1798.

                                                                       * * *

Bidaux, Mathieu : De la presse à la monnaie (1857-1945) : La Fabrication des billets de la Banque de France, construction et entretien de la confiance

Sous la direction de Olivier Feiertag

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université de Rouen, le 11 septembre 2019

Résumé : L’histoire de la fabrication des billets de banque amène à s’intéresser aux conditions du développement de la monnaie fiduciaire, à son industrialisation et à la question sociale, autrement dit, à la question de la culture ouvrière née de ce produit sans pareil. Cette thèse de doctorat se penche sur une question centrale : comment le billet a-t-il gagné la confiance des Français. L’aspect matériel de la monnaie est un facteur de confiance important, peu étudié jusque-là par l’historiographie. En période de convertibilité de la monnaie fiduciaire, la Banque de France répond par une prudence quant aux conditions de diffusion du billet. Cette dernière survient finalement à cause des besoins issus d’événements poussant la population à la thésaurisation (révolution, guerres). Le cours forcé est alors décrété, dispensant l’institut d’émission d’échanger ses billets contre des espèces métalliques. L’apprentissage du billet est facilité, son usage se démocratise. L’industrialisation apparaît ainsi comme une réponse aux questions monétaires auxquelles est confrontée la Banque de France. La production industrielle permet de combler les besoins mais aussi de limiter le prix de revient du billet et de sécuriser le moyen de paiement. Une veille et une adaptation technologiques sont nécessaires car le billet est un produit imprimé qu’il faut sans cesse perfectionner pour le mettre à l’abri des faussaires ainsi que pour conserver sa crédibilité. L’emploi d’un personnel qualifié et nombreux, dont il faut s’assurer l’honnêteté en le surveillant, entraîne enfin une spécialisation des effectifs du service de la Fabrication des billets et la conduite d’une politique sociale protectrice.

Abstract: The history of printing banknotes leads to think about the conditions of the development of fiat money, of its industrialization and to the social question, in other words, to the question of the working culture born from this unparalleled product. This PhD examines the central question: how did the banknote win the trust of the French. The material aspect of money is an important factor of trust, not really studied until then by historiography. In times of currency convertibility, the Bank of France responds with caution in the conditions of circulation of the banknote. This finally appears because of the needs resulting from events pushing the population to hoarding (revolution, wars). The forced court is then decreed, dispensing the issuing institute to exchange its notes against metallic coins. The learning of the banknote is facilitated, its use is democratized. Industrialization thus appears as a response to the monetary questions facing the Bank of France. The industrial production makes it possible to fill the needs but also to limit the cost price of the banknote and to secure the means of payment. Technology watch and adaptation are necessary because the banknote is a printed product that must be constantly improved to protect it from counterfeiters and maintain its credibility. The employment of a large number of qualified workers, whose honesty must be ensured by watching them, finally leads to a specialization of the workforce of the Bank of France Printing Works and to the conduct of a protective social policy.

                                                                       * * *

Bidaux, Mathieu : De la presse à la monnaie (1857-1945) : la fabrication des billets de la banque de France, construction et entretien de la confiance

Sous la direction de Olivier Feiertag

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université de Rouen, le 11 septembre 2019

Résumé : L’histoire de la fabrication des billets de banque amène à s’intéresser aux conditions du développement de la monnaie fiduciaire, à son industrialisation et à la question sociale, autrement dit, à la question de la culture ouvrière née de ce produit sans pareil. Cette thèse de doctorat se penche sur une question centrale : comment le billet a-t-il gagné la confiance des Français. L’aspect matériel de la monnaie est un facteur de confiance important, peu étudié jusque-là par l’historiographie. En période de convertibilité de la monnaie fiduciaire, la Banque de France répond par une prudence quant aux conditions de diffusion du billet. Cette dernière survient finalement à cause des besoins issus d’événements poussant la population à la thésaurisation (révolution, guerres). Le cours forcé est alors décrété, dispensant l’institut d’émission d’échanger ses billets contre des espèces métalliques. L’apprentissage du billet est facilité, son usage se démocratise. L’industrialisation apparaît ainsi comme une réponse aux questions monétaires auxquelles est confrontée la Banque de France. La production industrielle permet de combler les besoins mais aussi de limiter le prix de revient du billet et de sécuriser le moyen de paiement. Une veille et une adaptation technologiques sont nécessaires car le billet est un produit imprimé qu’il faut sans cesse perfectionner pour le mettre à l’abri des faussaires ainsi que pour conserver sa crédibilité. L’emploi d’un personnel qualifié et nombreux, dont il faut s’assurer l’honnêteté en le surveillant, entraîne enfin une spécialisation des effectifs du service de la Fabrication des billets et la conduite d’une politique sociale protectrice.

Abstract: The history of printing banknotes leads to think about the conditions of the development of fiat money, of its industrialization and to the social question, in other words, to the question of the working culture born from this unparalleled product. This PhD examines the central question: how did the banknote win the trust of the French. The material aspect of money is an important factor of trust, not really studied until then by historiography. In times of currency convertibility, the Bank of France responds with caution in the conditions of circulation of the banknote. This finally appears because of the needs resulting from events pushing the population to hoarding (revolution, wars). The forced court is then decreed, dispensing the issuing institute to exchange its notes against metallic coins. The learning of the banknote is facilitated, its use is democratized. Industrialization thus appears as a response to the monetary questions facing the Bank of France. The industrial production makes it possible to fill the needs but also to limit the cost price of the banknote and to secure the means of payment. Technology watch and adaptation are necessary because the banknote is a printed product that must be constantly improved to protect it from counterfeiters and maintain its credibility. The employment of a large number of qualified workers, whose honesty must be ensured by watching them, finally leads to a specialization of the workforce of the Bank of France Printing Works and to the conduct of a protective social policy.

                                                                       * * *

Bignon, Vincent : La crise monétaire allemande de 1945 – 48 : L’apport des modèles de prospection monétaire

Sous la direction de André Orléan

Thèse de doctorat (Economie)

Soutenue à Ecole Polytechnique, le 2 décembre 2002

Résumé : La thèse porte sur l’analyse de la crise monétaire allemande de 1945-1948 par les modèles de prospection monétaire. La crise monétaire se développe dans les mois suivant la fin de la seconde guerre mondiale, alors que l’Allemagne est occupée par les 4 alliés. Il existe peu d’études sur cette période de l’histoire allemande. Cela s’expliquait par l’absence de cadre théorique adéquat pour comprendre les faits de cette période. En cela, l’utilisation des modèles de prospection monétaire a permis de faire avancer notre connaissance sur cette période de l’histoire allemande.

Dans un contexte de stabilité des prix, le Reichsmark devient inutile pour la plupart des échanges de biens de consommation et il n’est qu’un appendice légal dans une grande part des échanges inter-entreprises. Ce processus de démonétisation de la monnaie nationale se développe dès la capitulation mais il ne devient significatif qu’au cours de l’hiver 1946. En conséquence, le paysage des échanges laisse voir une extrême diversité des moyens de paiement, des lieux d’échange et plus globalement des modes d’accès aux biens. L’augmentation des difficultés de l’échange ne se traduit pas par un retour à l’autarcie mais par une modification de l’espace marchand.

Trois types de « marchés » doivent être distingués. Le premier type, le seul légal, était le système de rationnement. Il prenait place dans les magasins et consistait en une répartition de la production de biens par un système de ticket. Le deuxième type de marché était le marché noir, c’est-à-dire un système d’échange illégal, a des prix fixés librement. Ce marché se tenait en général à côté des gares, dans les rues ou dans les lieux les plus emblématiques. La part des échanges au marché noir semble avoir été très faible. Le troisième système d’échange était le « marché gris ». Il regroupait un ensemble de transactions qui se tenait de manière totalement décentralisée et désorganisée, le plus souvent ces échanges se déroulaient sur les pas de porte, dans les maisons….

À côté de cette multiplicité des marchés se juxtapose une multiplicité des moyens de paiements. De manière certaine, les échanges par le rationnement se réglaient en Reichsmark. Les deux autres marchés étaient le royaume des biens devenus monnaie comme la cigarette, l’alcool, le chocolat ou le sucre candi. Mais c’était aussi le royaume des marchandises, c’est-à-dire des biens acquis en premier lieu pour être revendus. La complexité des formes d’échanges est grande.  Sur l’origine de la crise monétaire, le chapitre 3 propose deux hypothèses au refus du Reichsmark dans les échanges.

1/ La première hypothèse est que les destructions des voies de communication lors de l’entrée des troupes alliées en Allemagne a créé des problèmes de distribution des biens par le système de rationnement, détruisant l’intérêt du Reichsmark comme intermédiaire des échanges.

2/ La deuxième hypothèse s’appuie sur l’articulation entre monnaie-moyen d’échange et monnaie-réserve de valeur. Le refus de la monnaie dans la population viendrait alors de la disparition de l’autorité émettrice de la monnaie et du garant de sa circulation. 

Le chapitre 4 s’intéresse aux moyens de paiement. Le trait caractéristique des moyens de paiement est leur très grande hétérogénéité. Pratiquement tous les biens sont monnaies. Mais ils sont monnaies différemment. Ainsi, le problème historique et théorique est de comprendre les motivations des agents lorsqu’ils utilisent l’un ou l’autre des nombreux moyens de paiements à leur disposition.

                                                                       * * *

Bodenstein, Felicity : L’histoire du Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale (1819-1924) : un Cabinet pour l’érudition à l’âge des musées

Sous la direction de Barthélémy Jobert

Soutenue à Paris 4, le 21 novembre 2014

Résumé : Le Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale conserve les « bijoux savants » aux origines du collectionnisme occidental avec son médaillier universel, des pierres gravées et des collections d’antiques d’une diversité étonnante. Si celles-ci proviennent pour les parties les plus anciennes, des collections de la maison royale et de trésors ecclésiastiques, cette thèse ne remonte pas aux origines du département mais s’occupe de son destin à l’âge des musées, entre la Restauration, avec l’arrivée au département en 1819 de Désiré Raoul-Rochette (1789-1854) et la période qui suit la première guerre mondiale jusqu’à la mort d’Ernest Babelon (1854-1924). Elle cherche à comprendre, comment ce « parangon des cabinets d’amateurs de jadis » s’est développé, pris comme il l’était entre une tradition antiquaire aristocratique et les exigences de la modernité, républicaine et spécialiste. Elle aborde les différents aspects de la vie du département à l’intérieur du quadrilatère Richelieu. Tout d’abord, comme le portrait d’un lieu d’histoire d’un point de vue institutionnel et architectural qui permet de comprendre la place accordée historiquement à la culture matérielle au sein de la Bibliothèque nationale. Ensuite l’histoire du développement des collections et puis celle de leur valorisation muséographique et scientifique sont examinées au prisme de l’expansion du domaine de l’archéologie et de l’essor des sciences auxiliaires de l’histoire au XIXe siècle.

                                                                       * * *

Boillat, Johann : Les véritables maîtres du Temps. Le cartel horloger suisse (1919-1941)

Sous la direction de Laurent Tissot

Soutenue à Université de Neuchâtel, le 12 septembre 2012

Résumé : Cette étude est assise sur des archives inédites qui, à ce jour, n’ont jamais été soumises au regard extérieur. L’analyse permet de briser les traditionnels discours établis par les faiseurs de temps durant l’entre-deux-guerres, trame reprise régulièrement par les faiseurs d’histoire, qu’ils soient horlogers, journalistes ou historiens. La démarche originale a pour ambition de comprendre un des phénomènes majeurs de l’histoire économique suisse du XXe siècle, à savoir : la réorganisation de l’industrie horlogère suisse entre 1919 et 1941 par le prisme de ses associations patronales. Deux dimensions jusqu’ici intimement entremêlées sont désormais décryptées. La première est à mettre en lien avec l’économie privée qui, par le truchement de cartels, parvient à réglementer les conditions économiques du secteur. La seconde fait appel à l’économie publique, gratifiant ainsi la branche horlogère suisse d’un degré de protection à nul autre pareil.

                                                                       * * *

Boissarie, Delphine : La maison Denis Frères (1862-1954) : trajectoire d’un réseau commercial et social entre Bordeaux et l’Extrême-Orient

Sous la direction de Christophe Bouneau

Soutenue à Bordeaux Montaigne, le 10 décembre 2015

En ligne : http://www.theses.fr/2015BOR30073

Résumé : En 1859, la prise de Saïgon par le corps expéditionnaire français donne aux milieux du négoce de l’Hexagone l’espoir de concurrencer la colonie britannique de Singapour en Extrême Orient. Étienne Denis, capitaine au long cours bordelais envoie ses fils en Cochinchine pour sonder les potentialités de ce nouvel horizon commercial. Fondée en 1862 à Saïgon, la maison Denis Frères développe des activités industrielles, de négoce, de cabotage, s’intéresse au riz et devient en quelques décennies l’une des affaires les plus prospères de la colonie indochinoise, notamment par le développement de son réseau commercial dans la « Méditerranée » Est asiatique. Dans le même temps, la famille Denis s’intègre aux élites saïgonnaises et bordelaises et participe aux réseaux de sociabilités locaux. La consultation des archives privées de la maison Denis Frères d’Indochine, de la famille Denis, d’anciens employés de la Maison complétée par l’étude des archives publiques concernant l’entreprise permet d’envisager à la fois la stratégie de développement de la Maison mais aussi la gestion d’une entreprise en milieu colonial. Cette double implantation, entre Bordeaux et Extrême Orient, invite le chercheur à pratiquer les jeux d’échelles. Elle pose la question de l’adaptation de l’entreprise aux spécificités du marché asiatique, traditionnellement dominé par les Chinois, et de son rôle dans la mise en valeur de la colonie. De fait, la structure de l’entreprise reflète la société coloniale indochinoise et l’évolution de ses mentalités. En métropole, la maison Denis Frères s’inscrit dans un réseau de défense des intérêts coloniaux et permet d’apprécier l’influence du négoce ultramarin.

                                                                       * * *

Bonhoure, Emilie : Les firmes cotées à Paris au tournant du XXème siècle : les théories modernes de finance d’entreprise étaient-elles déjà valides ?

Sous la direction de Laurent Germain et David Le Bris

Thèse de doctorat (Sciences de Gestion)

Soutenue à Université Toulouse 1 Capitole, le 8 juin 2020

Résumé : Dans cette thèse, nous nous proposons d’examiner plusieurs théories modernes de finance d’entreprise. L’objectif est d’étudier les résultats suggérés par les études récentes sur des sujets tels que les politiques de dividendes, les problèmes d’agence, ou encore le financement des entreprises, et testés sur des organisations modernes. Dans cette optique, nous étudions plus particulièrement les firmes qui étaient cotées à Paris au début du XXème siècle.

Tout d’abord, nous avons concentré cette étude sur le contexte général de la théorie d’agence, et tenté d’examiner si ce modèle pouvait être appliqué aux firmes de la période précédant la première guerre mondiale. Nous montrons ainsi que c’était le cas. Certains éléments mis en lumière par des études récentes sur ces firmes montrent que ce qui est aujourd’hui appelé « problèmes d’agence » constituait déjà un risque majeur pour elles. De surcroît, les écrits contemporains de ces entreprises du début du XXème siècle ou avant avaient parfaitement identifié ces problèmes comme étant majeurs pour elles mais aussi pour les investisseurs potentiels prêts à participer à leur financement. Dans ce contexte général d’asymétrie d’information et des « problèmes d’agence » potentiellement sévères en résultant, nous nous interrogeons également sur le financement de l’innovation et donc sur la contribution des marchés financiers à leur croissance. Nous montrons que les firmes innovantes de l’époque (soit les firmes de la 2nde Révolution Industrielle) bénéficiaient d’un soutien mitigé de la part des marchés-actions parisiens. Si l’on mesure ce soutien potentiel par le Q de Tobin, ces entreprises de la 2nde RI bénéficiaient de conditions avantageuses quant à leur financement. Au contraire, s’il est mesuré par le taux de dividende, ce soutien est beaucoup moins clair.

Les entreprises ayant déjà trouvé un financement devaient ensuite rémunérer leurs actionnaires : elles devaient en particulier leur distribuer des dividendes. Les dernières parties de la thèse étudient ainsi les politiques de dividendes mises en place par les firmes de la place de Paris au début du XXème siècle. Nous étudions d’abord les politiques de dividendes effectivement mises en place et montrons que ces dividendes étaient payés dans le but de diminuer les coûts d’agence, et en particulier dans le but de réduire les coûts de « speculative monitoring ». Dans un deuxième temps, nous comparons ces politiques réelles à celles fixées dans le cadre d’une règle statutaire de distribution des profits, qui déterminait l’allocation d’un certain montant de ces profits aux actionnaires. Cette comparaison pourrait permettre d’estimer si et à quel point ceux qui « contrôlaient » la firme suivaient strictement cette règle, et s’ils n’utilisaient pas les exceptions possibles à celle-ci pour en extraire des bénéfices privés au détriment des actionnaires extérieurs et minoritaires. Nous montrons qu’ils allouaient une part des profits cohérente avec celle qui était attendue en moyenne par tous les actionnaires. Si plusieurs interprétations de ce phénomène sont possibles, une explication pourrait résider dans le fait que la règle statutaire constituait un bon moyen de limiter les conflits entre ceux des actionnaires qui contrôlaient la firme et les autres.

Abstract: This thesis offers to explore several modern corporate finance theories in a historical context. The rationale behind is to assess whether the findings recently suggested about topics like corporate dividend policies, agency issues, or firm financing, and tested on very modern corporations could be applicable to an earlier and different context. To do so, we examine the companies listed on Paris stock markets at the turn of the 20th century.

First focusing on the general agency framework, we examine whether this model could be at play within pre-WWI companies. We do find that this was the case. Specific features highlighted by recent studies about earlier corporations indeed provide support for the fact that the today-called “agency” issues were already critical to them. Further, contemporary authors did identify these issues as particularly salient for companies but also for the investors potentially willing to participate in their emergence. In this general context of high asymmetry of information and of resulting critical “agency” conflicts, the financing of innovation and thus the contribution of financial markets to growth are questioned. In particular, we show that the innovative firms of the time (the ones operating in 2nd-IR sectors) benefitted from a mixed support from Paris stock markets. Measuring potential favourable financing conditions by a higher Tobin’s Q, we find that 2nd-IR companies did benefit from a sort of help from these markets in financing their growth. On the contrary, measuring it by the dividend yield provides a less clear result.

The firms already financed had to compensate their shareholders for the risk they took. They thus had to pay dividends out. The last parts of this thesis examine the dividend policies implemented by Paris-listed firms at the turn of the 20th century. Focusing first on the ones actually implemented, we provide further support for the agency explanation of dividends, notably showing that these dividends were mostly paid to decrease one specific type of agency costs, speculative monitoring ones. Second, we compare these actual payout policies with the ones fixed in a statutory rule of profit allocation, which committed to the distribution of a certain percentage of profits to shareholders. Doing so could help to assess whether firm controllers strictly followed this statutory rule and did not take advantage of the potential and allowed deviations from it to extract as many benefits as they could at the expense of outsiders and minority shareholders. We show that they did allocate a percentage of profits consistent with the one expected in average by all shareholders. Although several interpretations could be made of this result, it could be explained by the fact the statutory rule was a good way to mitigate conflicts between firm controllers and outsiders.

                                                                       * * *

Bonnaud, Laurent : Lien fixe transmanche et relations franco-britanniques, perspectives historiques : 1856-1987

Sous la direction de François Caron

Soutenue à Université de Paris-Sorbonne, le 19 décembre 1992

Résumé : L’idée de franchir la Manche à pied sec se diffuse à partir de 1856 dans les milieux dirigeants français et britanniques. Elle s’impose dans les relations entre les deux pays. Le projet de tunnel ferroviaire commencé en 1880 échoue cependant, suite aux rivalités entre ses promoteurs et aux inquiétudes britanniques sur la défense du pays. Des projets nouveaux ne franchissent pas le stade des études dans la première moitié du XXe siècle. Une fois levée l’opposition britannique en 1956, des investisseurs proposent le système des navettes, qui accommode les trafics ferroviaire et routier. Le projet acquière une dimension européenne. L’ouvrage entamé en 1973 est abandonné par le gouvernement Wilson. En 1986 la société Eurotunnel remporte la concession pour un lien fixe transmanche avec son projet de double tunnel à navettes dont elle finalise le lancement en octobre 1987.

Abstract: The idea of crossing the Channel has been circulating from 1856 in the leading French and British circles. It has played a part in the relationship between the two countries. The project of a rail tunnel began in 1880 but nevertheless failed, due to rivalries between its promoters, and to the British worries about national defence. New projects did not go beyond blueprint in the first half of the 20th century. Once Britain had abandoned their official opposition in 1956, investors proposed the shuttle system, which accommodates both rail and road traffic. The project has acquired a European significance. The work began in 1973 were abandoned by the Wilson government. In 1986 Eurotunnel won a concession with its project of double rail tunnel with shuttles, finalized in October 1987.

                                                                       * * *

Brucker, Jérémie : Avoir l’étoffe. Une histoire du vêtement professionnel en France des années 1880 à nos jours  / Dressing the part Professional clothing in France from 1880 to the present day

Sous la direction de Christine Bard

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université d’Angers, le 6 décembre 2019

Résumé : Dans le monde du travail, les lois, les règles, les normes, les codes et les usages font le vêtement. L’habillement au/de travail est une combinaison originale de vêtements fournis ou imposés par l’employeur et de vêtements laissés à l’appréciation du/de la travailleur.euse. Professionnel, de travail ou d’uniforme, l’habit revêt de nombreuses fonctions et symboliques : il cache, montre ou met en valeur le corps dans le but de servir l’entreprise à l’extérieur comme dans son organisation interne.

              Les profondes mutations du vestiaire professionnel depuis le XIXe siècle en font un objet d’étude historique de premier plan. Simplifiée, normalisée, voire supprimée, la tenue de travail implique l’intervention, la manipulation et le regard d’une multitude d’acteurs comme, par exemple, les dirigeants d’entreprise, les fabricants de vêtement, les travailleurs et les travailleuses ou encore les usager.e.s et les client.e.s. À la croisée de l’histoire économique, sociale, culturelle et des études de genre, il s’agit d’étudier le vêtement sous toutes ses coutures – couleurs, formes, matériaux – et d’analyser sa place dans l’organisation des entreprises, notamment à La Poste et à la SNCF. Cette thèse a également pour objet de mesurer le rôle du vêtement de travail dans la construction des identités sexuées personnelles et professionnelles afin d’évaluer le pouvoir des apparences dans les milieux professionnels français des années 1880 à nos jours.

Abstract: In the world of work, clothes depend on laws, rules, norms, codes and habits. At the end of the 19th century clothing worn at work was increasingly identifiable whilst taking various styles. Working clothes are a mixture of what is acceptable to the employer and also to the taste of the employee. The outfit, worn as a uniform, or in a professional or working environment, takes on many functions and symbols. It hides, displays or highlights the human form in order to reflect the company’s values to the outside world as well as within the organisation.

         The profound changes in workwear since the 19th century are the subject of important historical study. Simplified, normalised, or even eliminated, working dress involves the intervention, manipulation and eye of a number of participants including company managers, clothing manufacturers, both male and female workers and even clients and customers. At the crossroads of economic, social and cultural history as well as gender studies, the issue is to consider workwear from all angles – colour, shape, material – and to analyse its place in the company organisation especially in compagnies such as La Poste and the SNCF. This thesis also endeavours to appraise the role of workwear in building gender and professional identity in order to analyse the power of appearances in the French professional sphere from 1880 to our present day.

                                                                       * * *

Caillaud, Benjamin : Fernand Braun, photographe et éditeur à Royan (1895-1920

Sous la direction de Guy Martinière

Soutenue à La Rochelle, le 13 décembre 2012

Résumé : Le photographe français Fernand Braun (1852-1948) quitte les ateliers alsaciens de son oncle Adolphe Braun (1812-1877) en 1878 pour s’’installer à Angoulême, en Charente. Profitant du marché porteur du portrait, le jeune entrepreneur prend une part active aux recherches sur le gélatino-bromure d’’argent, une technique qui ouvre l’ère de l’instantané en photographie. Rejoignant les élites républicaines au sein de la société de gymnastique de la ville, le jeune homme exprime son sentiment de revanche face à la Prusse victorieuse de 1870. Gymnaste accompli et influent, les sentiments patriotiques du personnage le conduisent alors à rejoindre la Ligue des patriotes en 1884. Fréquentant Royan dès 1893, Fernand Braun s’installe en Charente-Inférieure en 1895 pour relancer ses activités. Inséré au réseau des élites conduisant le projet balnéaire de la cité et l’œuvre républicaine d’’instruction de la jeunesse, il entame une carrière d’éditeur de cartes postales. Le photographe crée à partir de 1900, un catalogue de milliers de clichés baptisé la Grande Série et valorisant les paysages et la vie des Charentais. Connaissant un succès phénoménal, la carte postale s’impose comme le medium de prédilection du début du XXe siècle. Les publications de l’éditeur témoignent alors des mutations des paysages régionaux ainsi que des évolutions sociales sur lesquelles le photographe porte un regard d’homme concerné et engagé. Cependant, le dynamisme de la Grande Série ralentit au début des années 1910 et l’auteur cherche de nouveaux débouchés pour son imagerie de cartes postales.L’année 1913 marque une rupture dans sa politique éditoriale et davantage influencé par l’industrie touristique, le personnage renouvelle sa manière de mettre en image les territoires. La Grande Guerre remobilise l’éditeur dès 1914 et ce dernier s’attache alors à exposer les conséquences du conflit à ses contemporains. Néanmoins, ne produisant guère plus que des vues touristiques après 1918, la Grande Série s’arrête en 1920.

                                                                       * * *

Carvalheira de Maupeou, Emanuele : Louis-Léger Vauthier : un ingenieur fouriéiste entre France et Brésil : histoire et mémoire

Sous la direction de Richard Marin

Soutenue à Toulouse Le Mirail, le 11 septembre 2015

Résumé : L’objectif de cette thèse est de réaliser une biographie de l’ingénieur français Louis-Léger Vauthier, de sa jeunesse à sa postériorité mémorielle. Cet ingénieur fouriériste, qui, dans les années 1840, a dirigé d’importants travaux d’urbanisme au Pernambouc, est aujourd’hui un personnage reconnu par l’historiographie brésilienne, tant pour son rôle technique que culturel. Au-delà des années passées au Brésil, Vauthier a également participé activement à la vie sociale et politique de la France tout au long du XIXe siècle, sans pour autant avoir la même visibilité. Ainsi, à partir des deux entrées principales qui ressortent de la trajectoire de vie de Vauthier, c’est-à-dire sa carrière d’ingénieur et sa trajectoire politique et intellectuelle, l’objectif est de mettre en évidence son itinéraire à partir du rôle des acteurs et donc en soulignant le réseau personnel établi par l’ingénieur durant les différentes phases de sa vie. La démarche proposée ici n’a été possible que grâce au retour du genre biographique en histoire, qui a permis aux chercheurs de remplacer le récit traditionnel, linéaire et factuel, par une biographie devenue instrument de connaissance historique. Entre histoire et mémoire, l’itinéraire de cet individu met en lumière la complexité et les contradictions internes de chacun des deux pays concernés par cette recherche, mais également des échanges entre une France bourgeoise, exportant son modèle culturel de par le monde, et un Brésil, dont l’élite aspire à la modernité tout en restant traditionnelle et esclavagiste.

                                                                       * * *

Castelli, Thibaut : Recherches sur les échanges économiques des cités grecques du littoral occidental de la Mer Noire du Ve siècle au Ier siècle a.C.

Sous la direction de Christel Müller et Alexandru Avram

Thèse de doctorat (Histoire et archéologie des mondes anciens)

Soutenue à Université de Paris Nanterre, le 25 novembre 2017

Résumé : Cette thèse se propose d’élaborer une nouvelle vision des échanges entre les cités grecques du littoral occidental de la mer Noire et le reste du monde grec de l’époque classique à l’époque hellénistique. En étudiant ces cités de Nikônion (Roxolany, Ukraine) à Apollonia (Sozopol, Bulgarie) dans une perspective économique, cette thèse met en évidence des caractéristiques économiques assez proches et une diversité des rythmes de développement, du fait de différents facteurs (politiques, économiques, environnementaux). Les populations et les royaumes de l’hinterland influent sur l’exploitation des territoires ruraux de ces cités notamment par leurs menaces, mais sont aussi des partenaires commerciaux. On peut distinguer au sein de cet ensemble deux, puis, à partir du IVe s., trois groupes de cités, qui ont entre elles des relations économiques plus intenses. Même si les acteurs de ces échanges, ainsi que les produits échangés, laissent pour certains peu de traces dans les sources archéologiques, épigraphiques et littéraires, il a été possible de reconstituer les structures qui organisent les échanges, ainsi que le rythme et les évolutions de ces échanges à plusieurs échelles géographiques et chronologiques, grâce à l’utilisation du matériel amphorique et céramique. Ainsi si durant l’époque classique, ce sont Apollonia et Istros qui dominent, pendant l’époque hellénistique, les cités de l’estuaire du Tyras (Dniestr) se rapprochent d’Olbia, et d’autres cités (Callatis, Tomis et Mésambria) jouent un rôle majeur plus au sud en reprenant le rôle de redistribution joué jusque-là par Istros et Apollonia. Contrairement à une historiographie qui voyait un déclin généralisé au cours du IIIe s., il a été possible de montrer que ce déclin n’arrive qu’au cours des conflits liés à l’influence croissante de Rome en mer Noire au cours du Ier s. Le Pont Gauche constitue une

région qui, d’un point de vue économique, est loin d’occuper la place marginale que

l’historiographie a tendance à lui attribuer au sein du monde grec. Les différents acteurs de la région ont su développer des stratégies spécifiques, s’inscrivant dans les réseaux d’échanges existants et construisant leurs propres réseaux également en dehors de l’espace ouest-pontique et de l’arrière-pays.

                                                                       * * *

Cayo Durand de Geist, Getsiva : « Les relations économiques et financières entre la France et le Pérou : diplomatie économique, coopération technique et stratégies des entreprises françaises (1945-1975) ».

Sous la direction de Dominique Barjot

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Sorbonne Université, le 16 janvier 2019

En ligne : http://www.theses.fr/2019SORUL011

Résumé : Cette thèse s’interroge sur l’évolution et la structure des relations économiques franco-péruviennes entre 1945 et 1975. L’étude se penche sur les échanges commerciaux ainsi que sur les domaines des échanges financiers, de l’industrie et de la coopération technique, combinant des analyses macro et micro-économiques. Il s’agit d’analyser les stratégies et performances des entreprises françaises au sein des grands projets au Pérou en considérant les succès et les limites de leurs engagements. Grâce à une diplomatie économique active et un engagement diversifié des entreprises privées et publiques, la France devient un partenaire notable de la coopération technique. Ce pays joue un rôle important dans les programmes d’industrialisation et de modernisation du Pérou. La thèse cherche à contribuer d’une manière novatrice aux recherches sur l’histoire des relations entre l’Europe et les pays latino-américains ainsi que sur les rapports Nord-Sud.

                                                                       * * *

Chabaille, Fleur : La concession française de Tianjin : une histoire connectée de l’expansion des concessions étrangères en Chine (1846-1946)

Sous la direction de Christian Henriot

Soutenue à Lyon 2, le 9 octobre 2015

Résumé : Cette thèse cherche à offrir de nouveaux éclairages sur le déploiement territorial des concessions étrangères en Chine aux XIXe et XXe siècles. Bien que la période étudiée s’étende de 1846 à la rétrocession des dernières concessions en 1946, un accent particulier est placé sur la décennie 1910 qui annonce l’essoufflement définitif des logiques expansionnistes. La première partie s’articule autour de l’analyse du projet d’extension mené par la Municipalité française de Tianjin de 1902 à 1946 dans le quartier de Laoxikai 老西開. Cet exemple emblématique sert de pilier et de tremplin pour l’écriture d’une histoire connectée de l’expansion des concessions étrangères. Le cas d’étude centré sur Tianjin permet de structurer la réflexion qui s’élargit, dans une deuxième partie, à Shanghai et Hankou. La mise en perspective de ces trois villes dévoile les principes et conditions dans lesquels évoluent les impérialismes étrangers en Chine, du rôle moteur joué par leur compétition mutuelle aux mécanismes d’échange et d’accommodement avec les fonctionnaires officiels et les citadins chinois. Elle révèle également la difficile posture et la faiblesse de l’Etat central avant et après la Révolution de 1911, ainsi que la complexité des rapports entre autorités nationales et locales. Elle représente enfin un observatoire privilégié d’une frange de la société chinoise des ports ouverts dont les modes d’expression et de contestation connaissent un tournant significatif durant les années 1910. La mise en connexion de ces mutations croisées conduit à nuancer tant le grand récit historiographique d’un impérialisme occidental triomphant que les représentations orthodoxes associées au nationalisme « moderne » chinois.

                                                                       * * *

Chaïbi, Olivier : Un pionnier de l’économie sociale.  Vie et Œuvres de Jules Lechevalier Saint-André (1806-1862).  Des socialismes « utopiques » aux modèles coopératifs.

Sous la direction de Jacques Marseille

Soutenue à Paris1-IDHE, le 29 juin 2007

Résumé : Né aux Antilles dans une famille de négociants, Jules Lechevalier fit une brillante scolarité en métropole. Après son droit, il se passionna pour la philosophie de Hegel. Il rejoignit ensuite le mouvement saint-simonien dont il fut un des principaux propagateurs, avant de vulgariser la pensée de Charles Fourier. Partisan de l’association, Lechevalier prônait également dans les années 1830 la nécessité de créer une économie sociale qui prenne le contre-pied de l’économie classique. Il développa ses idées dans la presse et tenta de les mettre en pratique en Guyane par l’abolition de l’esclavage. Ruiné par ses projets, la révolution de 1848 sembla lui donner raison. Lechevalier fréquenta alors les démocrates socialistes et participa à la banque du peuple de Proudhon. Condamné à l’exil en 1849, il se réfugia en Angleterre où il contribua activement à la création de coopératives. Toujours fidèle aux principes d’économie sociale, J. Lechevalier Saint-André se rallia en fin de vie à l’empire.

                                                                       * * *

Chambru, Cédric : Environmental Shocks, Religious Struggle, and Resilience. A Contribution to the Economic History of Ancien Régime France

Sous la direction de Mathieu Couttenier et Michael Huberman

Soutenue à Université de Genève, le 3 mai 2019

Voir abstract in EnglishAbstract: The potential link between climate variability, conflict, and migration is increasingly viewed as a  security issue by policy makers. Climate variability and extremes raise critical challenges to  agriculture and food production all over the world, and lead to diminished coping capacity, loss of livelihoods, as well as migration flows. The essays in this dissertation raise the question of resilience to shocks in pre-industrial economies using the cases of France and Savoy during the Ancien Régime. More specifically, it aims at contributing to the French historiography and to the stream of scholarship focusing on the climate-conflict nexus and the socio-economic effects of religious competition. The four chapters successively (i) describe the socio-political characteristics of France during the Ancien Régime; (ii) examine the role of French provincial leaders in the mitigation of the effects of weather shocks on social conflicts; (iii) document how seasonal migration helped Savoyard communities build resilience against weather shocks and mitigate the effect of transitory income shocks on crimes rates; (iv) and identify the determinants of the spread of Protestantism in 16th century France and explore its impact on literacy, prices and conflicts before and after the Revocation of the Edict on Nantes in 1686. Overall, this dissertation thus brings new reliable quantitative data on French early modern economic history and provides case studies to inform the ongoing debate on the challenges raised by climate change adaptation and migration.

                                                                       * * *

Chatriot, Alain : Représenter la société. Le Conseil National Economique 1924-1940, une institution entre expertise et négociation sociale

Sous la direction de Pierre Rosanvallon

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à EHESS, le 10 décembre 2001

Résumé : La représentation des différentes composantes de la société auprès de l’Etat est une question importante de la démocratie française depuis deux siècles. Le Conseil National Economique, institution créée en 1925 et supprimée en 1940, est une réponse spécifique aux débats sur le corporatisme et sur la place des syndicats face aux pouvoirs législatif et exécutif. Issu de divers projets et porté par la CGT, le Conseil est institué par décret par le gouvernement du Cartel des gauches. Résistant aux nombreuses critiques des parlementaires et des Chambres de commerce, l’institution s’organise progressivement et construit par des enquêtes et des rapports une expertise économique inédite dans l’Administration française, qui mêle indépendance des rapporteurs (de jeunes membres des grands corps) et négociation des acteurs sociaux. Le Conseil n’obtient un statut régi par une loi qu’en 1936, dans le cadre des débats sur la réforme de l’Etat qui ont suivi la crise de 1934. L’institution regroupe alors plus de 300 membres dans une Commission Permanente, une Assemblée Générale et des Sections Professionnelles presque toutes paritaires. Les universitaires, juristes et économistes, discutent le sens d’une telle innovation institutionnelle et les questions qui y sont liées : représentation professionnelle, ententes industrielles, économie dirigée et droit social. Appartenir au CNE devient progressivement un enjeu de légitimité représentative pour les différents syndicats et associations. Outre les représentants syndicaux ouvriers, patronaux, agricoles, artisans et ingénieurs, le Conseil est administré par de hauts fonctionnaires souvent issus du Conseil d’Etat, en particulier le secrétaire général du CNE Georges Cahen-Salvador. Dans le cadre de l’application des lois sociales votées par le Front populaire, le Conseil tient un rôle important. Il est un lieu de négociation tant pour la réduction du temps de travail (avec la loi sur la semaine de 40 heures) que pour la mise en place des conventions collectives, et des procédures d’arbitrage des conflits du travail.

Abstract: For the last two centuries, the representation of the different components of society near the State has been an important question within French democracy. Created in 1925 and abolished in 1940, the National Economic Council (CNE) was a specific answer to the debates on corporatism and the attitude of trade unions towards legislative and executive powers. As a synthesis of several projects promoted by CGT, the Council was founded by decree by the « Left-wing cartel » government. Against the critics of deputies and several Chambers of Commerce, the agency worked on investigations and reports, organizing itself gradually as a unique agency of economic valuation in the French administration, based on independent experts and negotiation between social actors. It is only in 1936 that the Council benefited from a status defined by law, after the debates on State reform which followed the 1934 crisis. At the time, the institution gathered over 300 members working in a Permanent Commission, a General Assembly and Professional Sections almost all parity-based. Academics, jurists and economists discussed the meaning of this institutional innovation and issues connected to it : professional representation, industrial deals, planned economy and social rights. Being member of the CNE became progressively a question of representative legitimacy for trades unions and associations. In addition to the members representing syndicates of workers, employers, farmers, artisans and engineers, the Council was run by higher civil servants often stemmed from the State Council, among whom, the general secretary of the CNE, Georges Cahen-Salvador. The Council played a great part in the application of the social laws passed by the Popular Front. It was one of the places where was negotiated the reduction of working time (the 40 hours per week law), the drafting of collective bargaining, and the arbitration procedures in work conflicts.

                                                                       * * *

Cheneaux-Berthelot, Christiane : L’économie du blé dans le département de la Seine au XIX° siècle: permanences et mutations

Sous la direction de Dominique Barjot (Université Paris IV Sorbonne)

Thèse de doctorat (Histoire moderne et contemporaine, histoire économique et sociale.)

Soutenue à Ecole doctorale 2 Université Paris-IV Sorbonne, le 3 décembre 2015

En ligne : http://theses.paris-sorbonne.fr/2015PA040125.pdf

Résumé : Cette étude est à replacer dans le débat sur le retard de l’agriculture française à la veille de la première guerre mondiale, et dans la façon d’aborder cette analyse, entre la macro et la micro-histoire. L’économie du blé au XIXe siècle est une des portes d’entrée de l’analyse. Le blé, culture alimentaire de première nécessité, couvrait la plus grande partie des terres labourables, alimentait des très nombreux moulins, donnait naissance à un trafic de grande envergure tant national qu’international, et se retrouvait, sous forme de pain, dans l’alimentation de tous les foyers. L’impact de cette céréale était si important, que la priorité de tous les gouvernements, était de nourrir en priorité le peuple de cette denrée pour assurer la paix sociale. Ainsi donc, d’un aspect agricole, on passait d’emblée à un aspect politique et social de l’étude. La façon dont le blé était collecté, emmagasiné, distribué, déterminait un marché, plus ou moins ouvert selon que les récoltes s’avéraient suffisantes, ou insuffisantes. L’étude ouvrait donc sur la politique commerciale de la France. Les revenus des producteurs de blé étaient fonction de leur place dans le marché, leurs gains dépendaient de l’élasticité du marché, de la loi de l’offre et de la demande, et des exigences des donneurs d’ordre. L’aspect économique de la question prenait tout son sens. Enfin, la quantité de blé récolté et livré était fonction de la taille de l’exploitation, de l’agencement des terres, de leur qualité et de l’habilité du paysan à optimiser les rendements. L’aspect purement agraire et technique de la production s’avéraient être un préalable à la réflexion. Autant de sujets de réflexion encore d’actualité.

Mots-clés : Révolution agricole ; « l’effet de King » dans les crises agricoles ; politique de libre-échange ou protectionnisme ; le rayon d’approvisionnement de Paris ; négociants en grains et farines, meuniers ; la propriété foncière; les récoltes et rendements de céréales; grande et petite culture.

Abstract: This study is part of the debate about The French agriculture backwardness before the First World War, and in the way to situate this analysis between macro and micro history. Wheat economy in the XIXth century is one of the introductions to this analysis. Wheat, being the essential food producing farming, was grown on most of the cultivated lands. It supplied a lot of granaries, gave birth to a tremendous national and international trade and was essentially dedicated to the making of bread for families. The impact of that cereal was so important that the governments’ priority was to feed the population to maintain social peace. Consequently the agricultural subject of our analysis implied to consider the political and social aspect of it. The way wheat was collected, stored, distributed and finally delivered, implied a market, more or less opened, depending on plentiful or insufficient harvests. The study opened on the French external commercial policy. The incomes of wheat producers depended on their situation on the market, their incomes depended on the fluctuations of the market, offer and supply and the demands of the principals. The economical aspect was quite meaningful. Finally, the quantity of wheat sales depended on the sizes of farms, their situation, their quality and the ability of peasants to increase the yields. The mere agricultural and technical aspect of production could not be avoided and turned out to be prior to our reflection. That sort of questioning is quite valid in the present day world.

Keywords : Agricultural Revolution ; “The King effect” in the agricultural crisis ; free trade or protectionist policy ; Paris supplying area ; traders in grain and flours, millers ; landed property ; cereal crops and yields ; small or great cultivation

                                                                       * * *

Chevaleyre, Claude : Recherches sur l’institution servile dans la Chine des Ming et des Qing

Sous la direction de Pierre-Étienne Will

Soutenue à EHESS, le 30 novembre 2015

Résumé : Ce travail se propose de revenir sur un sujet qui a longuement occupé les historiens chinois et japonais entre les années 1920 et 1980, mais fort peu l’historiographie occidentale : celui de l’institution servile dans la Chine impériale des Ming et, dans une moindre mesure, des Qing. Le premier chapitre retrace d’une part le processus et les conditions dans lesquels le pouvoir sino-mandchou abolit l’institution servile en 1910. Il interroge d’autre part la perception qu’avalent les Chinois des pratiques serviles et la place de l’antiesclavagisme dans la société de la fin de l’ère impériale. Le second chapitre revient sur les révoltes d’esclaves du milieu du 17e s. Il en propose la synthèse et en réévalue la signification et la portée historique dans le contexte de la crise de la fin des Ming. Le troisième chapitre offre une relecture détaillée des sources juridiques et des textes institutionnels du début des Ming, afin de mettre en lumière les normes de l’institution servile et la place qu’elle occupait dans le projet de société du fondateur des Ming. Le dernier chapitre s’attarde plus longuement sur la condition et les fonctions de la servitude, puis examine la conception et l’usage que faisaient les clans de la servitude à travers les sources du droit domestique. Il s’attache surtout à identifier les critères distinctifs et la nature de la servitude en examinant le concept de souillure et la nature de la relation maître-dépendant. Ce faisant, cette étude entend contribuer à une meilleure connaissance des pratiques et de l’institution servile et à réintégrer l’expérience chinoise dans l’historiographie mondiale des esclavages dont elle est restée trop longtemps à l’écart.

                                                                       * * *

Clavel, Damian : Fraude financière, dette souveraine et impérialisme d’affaires : une micro-histoire de l’échec de Poyais 1820-1824

Sous la direction de Marc Flandreau

Soutenue à Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement (Genève), le 10 juillet 2018

En ligne : https://repository.graduateinstitute.ch/record/296672

Résumé : Le cas du pays « fictif » de Poyais, établi en Amérique Centrale par Gregor MacGregor entre 1820 et 1824, est souvent décrit comme la fraude financière « la plus audacieuse de l’Histoire ». Cette interprétation dépeint MacGregor, cacique de Poyais, comme un individu ayant émis un emprunt souverain au nom d’un état prétendu inexistant en vue d’un enrichissement personnel. Cette opération aurait alors été rendue possible par un engouement londonien généralisé pour les titres boursiers originaires d’Amérique du sud. A la lumière de documents d’archives parfois inédits, cette thèse propose une réécriture de l’histoire du Poyais. Le projet d’émettre une dette souveraine sur le marché des capitaux londoniens apparaît ainsi moins comme une fraude financière qu’une tentative échouée de financer l’établissement d’une colonie privée en Amérique centrale. En proposant une micro- histoire du cas de Poyais, cette thèse s’attelle surtout à réintégrer cet épisode particulier dans son environnement propre, défini essentiellement par une montée de projets commerciaux et financiers privés anglais visant à tirer profits des ressources naturelles des territoires américains politiquement mal définis d’un empire espagnol périclitant. L’échec du projet de MacGregor, destiné à financer une entreprise de développement commercial en Moskitie, émerge alors comme la résultante de divergences d’’intérêts d’acteurs autant métropolitains que périphériques. Comprendre l’échec du Poyais permet ainsi de mieux identifier les spécificités des fondations de relations de crédits entre de nouvelles entités politiques – en cours de définition – et la City de Londres, centre financier international en devenir.

Abstract: The case of the “fictitious” country of Poyais, established in Central America by Gregor MacGregor between 1820 and 1824, has often been described as the “most audacious fraud in history.” MacGregor, Cacique of Poyais, is depicted as an individual who sold, solely for personal enrichment, sovereign bonds of a “land that never was” during the booming London-based South American sovereign debt bubble of the 1820s. However, an analysis of recently resurfaced archival sources allows for a complete rewriting of the Poyaisian story. Issuing a sovereign debt on the London capital market thus appears less as a financial fraud than a failed attempt at financing the establishing of a private colony in Central America. Offering a micro-history of Poyais, this dissertation focuses mainly on reintegrating this particular episode within its own environment, essentially defined by a rise of private English commercial and financial projects aimed at taking advantage of the natural resources of politically ill-defined American territories of a collapsing Spanish empire. The “failure” of MacGregor’s project, seeking to finance an enterprise based on the commercial development of the Miskitu Shore, results from diverging particular and specific interests of both metropolitan and peripheral actors. Understanding MacGregor’s “failed” attempt at financing and establishing Poyais therefore sheds light on essential dynamics of the foundations of credit relationships between newly formed political entities and the City of London, an international financial center in the making.

                                                                       * * *

Cornelia Constantin : Pour une socio-histoire de la catégorie de père de l’Europe et ses usages pluriels : trajectoires, réputations, mémoires (1950-2010)

Sous la direction de Michel Offerle

Soutenue à EHESS, le 28 janvier 2013

Résumé : Notre thèse étudie dans une perspective socio-historique les cheminements de l’institutionnalisation de la catégorie de pères et de mères de l’Europe à partir d’un corpus de 24 individus ayant effectivement contribuée à la création de l’Europe communautaire, notre approche se fonde sur la politique comparée, la sociologie de la mémoire collective, des mobilisations et de l’action publique. Notre démonstration est structurée en trois parties. Nous avons d’abord déconstruit les trajectoires des pères de l’Europe dans une perspective de politique comparée, permettant d’expliquer les logiques de la construction européenne qui ne se réduisent pas aux mutations du projet européen. La seconde partie de la thèse s’intéresse aux mobilisations en associations et fondations, politiques ou non politiques, qui perpétuent les mémoires des pères de l’Europe, des thèmes largement inexplorées en science politique. Les mobilisations mémorielles en associations et fondations expliquent pourquoi certains pères de l’Europe sont plus consacrés que les autres. De même, les mobilisations partisanes rendent compte de la consécration plus marquée des pères de l’Europe démocrates-chrétiens. Enfin, la troisième partie analyse les pratiques commémoratives consacrées aux pères de l’Europe aux échelles régionales, nationales et communautaire. Contrairement à ce que le nom de la catégorie laisserait penser, nous démontrons que les cadres nationaux de la mémoire sont les plus prégnants. Plus généralement, notre thèse démontre la pertinence du concept de gouvernance pour penser l’action publique mémorielle, comme imbrication d’acteurs étatiques, européens et structures associatives.

                                                                       * * *

Corral Broto, Pablo : Une société environnementaliste ? Histoire des conflits environnementaux sous la dictature franquiste en Aragón franquiste en Espagne (1939-1979)/¿ Una sociedad ambiental ? : historia de los conflictos ambientales bajo la dictadura franquista en Aragón (1

Sous la direction de Geneviève Massard-Guilbaud et Antonio Ortega Santos

Soutenue à EHESS, le 29 novembre 2014

Résumé : Cette thèse analyse comment les conflits environnementaux survenus pendant la dictature franquiste en Aragon (1939-1979) sont devenus un élément de transformation sociale et politique contre le régime. En combinant les sources locales, régionales et nationales on découvre comment les plaintes contre la pollution industrielle des années 1950 obligèrent le régime à réglementer les activités industrielles et les experts à examiner les dommages. Les grands barrages hydrauliques et la faible réglementation des années soixante provoquèrent la radicalisation de certains conflits. Au début des années 1970, le régime fut confronté au mécontentement des pouvoirs locaux et à une opinion publique de plus en plus critique envers les projets de transformation de l’environnement. Le détournement de l’Èbre et les grands barrages des Pyrénées, l’installation de centrales nucléaires et la pollution industrielle suscitèrent tout particulièrement le mécontentement. De 1972 aux élections municipales libres de 1979, l’opposition antifranquiste, les personnes victimes de dommage, les nouveaux intellectuels et les groupes environnementalistes mobilisèrent la société rurale et urbaine contre l’« injuste répartition des sacrifices écologiques », en introduisant le « droit à l’environnement » dans l’agenda de démocratisation. Dès lors, l’État se vit contraint de canaliser cette opinion publique environnementaliste qui émergeait, et à soutenir les industriels dans leur défense. Le fait que ces revendications avaient été reléguées derrière la question des libertés politiques et syndicales devint visible lors des élections libres de 1977, et provoqua l’apparition de l’écologie politique en Espagne.

                                                                       * * *

Coursiéras, Cécile : Poliet et Chausson, ascension et déclin d’une grande entreprise cimentière française (1901-1971)

Sous la direction de Dominique Barjot

Soutenue à Paris-Sorbonne (Paris IV), le 3 juin 2017

Résumé : L’industrie cimentière française connaît une renommée mondiale, notamment du fait de la réussite internationale de Lafarge. Ses concurrents ne sont pas en reste. On peut citer Vicat, entreprise familiale, ou la société Ciment Français, filiale du groupe Heidelberg-Italcementi. Ciments Français est une entreprise héritière du groupe Poliet et Chausson. En 1971, suite au rachat de la branche cimentière de Poliet et Chausson par Ciments Français, les départements des ciments des deux groupes fusionnent. Puis, Poliet et Chausson est transformée en société holding de distribution de matériaux de construction sous le nom de Poliet S.A. Elle est rachetée par Saint Gobain en 1996 et son nom disparaît. La firme a pourtant été la première entreprise française de ciment en 1930. C’est la monographie de cette entreprise que s’attache à retranscrire cette thèse. L’histoire de Poliet et Chausson au cours du XXe siècle est tortueuse. Par un effet d’aubaine, Cette entreprise parisienne de matériaux de construction profite de l’invention du marché du ciment pour devenir l’un des plus grands producteurs de ciment français au cours des années 1930. Sa trajectoire est parallèle à celle de l’entreprise Lafarge. Elle en diffère cependant par bien des points. Emaillée d’embûches, elle oscille entre des moments de succès considérables et des périodes plus troublées. Entre industrialisation et désindustrialisation, l’histoire de Poliet et Chausson s’écrit dans l’ombre de son concurrent plus brillant, Lafarge. Comment expliquer la réussite de l’un et la disparition de l’autre ?

                                                                       * * *

Daudin, Guillaume : Le rôle du commerce dans la croissance : une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle

Sous la direction de Antoine d’Autume et Nick Crafts

Soutenue à Université Paris-I, le 1er juin 2001

Résumé : L’objectif de ma thèse est d’étudier deux mécanismes par lesquels l’activité commerciale peut avoir un rôle dans la croissance économique. Le premier mécanisme repose sur la mobilisation des moyens de production. Le deuxième mécanisme repose lui sur l’encouragement de l’accumulation du capital. De manière à éviter la construction de raisonnements économique abstraits sans lien avec le réel, j’ai ancré mon travail dans l’étude d’une situation concrète : celle de la France au XVIIIe siècle. Celle-ci a en effet connu une croissance économique respectable sans que les mutations techniques et institutionnelles puissent l’expliquer facilement : cela en fait un bon terrain d’étude du rôle de l’activité commerciale. La première partie de ma thèse étudie le rôle que peuvent avoir les intermédiaires dans l’amélioration de l’utilisation des moyens de production préexistants.

Beaucoup des modèles contemporains utilisés pour expliquer la croissance économique s’ancrent dans l’idée que le principal facteur limitant la capacité d’expansion d’une économie est sa capacité technique à produire. C’est négliger, par exemple, que les économies contemporaines n’utilisent à plein ni leurs capacités en travail, ni leurs capacités en capital. Les économies pré-industrielles elles aussi produisaient beaucoup moins qu’elles n’auraient pu techniquement le faire. La croissance économique peut donc venir de l’amélioration de l’utilisation des moyens de production aussi bien que de l’évolution des capacités techniques de production. J’ai tout d’abord étudié la structure industrielle de la France et l’importance du rôle qu’y jouaient le commerce et les marchands. Puis j’ai montré que les capacités de travail françaises étaient sous-employées : la participation accrue des travailleurs ruraux au marché national était donc un enjeu crucial pour la croissance de la production. Cette mobilisation pouvait se faire par l’action des intermédiaires. Cette mobilisation est au cœur de la fin de cette partie. J’y mets en place un mécanisme de croissance reposant sur la participation accrue des ruraux au marché régional et national. La diffusion de nouveaux objets de consommations d’une part et la création de débouchés pour leurs productions d’autre part les encouragent à produire des biens de meilleure qualité, à destination du marché national. Cela entraîne un progrès du bien-être général. Ce phénomène est rendu possible parce que les intermédiaires étendent graduellement leurs capacités à assurer des échanges pour accompagner la croissance.

Dans la seconde partie de ma thèse, j’étudie le rôle que le commerce extérieur peut avoir dans l’accumulation des capacités des intermédiaires, c’est-à-dire leur capital.

L’activité commerciale est un secteur de production en tant que tel, créant de la valeur et rémunérant donc ses participants. Le commerce international, notamment, par les moyens qu’il exigeait et les liens qu’il entretenait avec les politiques internationales des états, a été une aire d’activité privilégiée pour les acteurs les plus dynamiques des économies préindustrielles : les prospérités de Venise et de la Hollande ont par exemple marqué l’histoire du capitalisme. Tout en offrant des profits importants à ses acteurs, le commerce international peut cependant sembler « détaché » de l’économie nationale : il arrivait souvent que les biens échangés étaient produits et consommés hors du pays dirigeant l’échange.

Ma réflexion s’appuie dans cette partie encore sur l’exemple de la France du XVIIIe siècle. Celle-ci a en effet connu au XVIIIe siècle un développement de son commerce extérieur impressionnant, plus important que celui de la Grande-Bretagne à la même période. Comme nous le rappelle encore aujourd’hui les grands hôtels marchands de Nantes et de Bordeaux, la France formait alors la plaque tournante du commerce des denrées coloniales avec l’Europe continentale.

Dans un premier temps, j’ai recensé les sources dont nous disposons sur le commerce international français : elles confirment son dynamisme. Puis, j’ai étudié les profits des acteurs de ce secteur et montré qu’ils étaient plus élevés que les profits moyens dans l’économie. Enfin, j’ai souligné le rôle qu’avaient pu avoir les revenus du commerce international dans l’économie française. J’ai rejeté la vieille idée d’un secteur qui aurait « irrigué » le reste de l’économie en capitaux. Comme il s’agissait d’un secteur qui offrait des profits supérieurs aux autres, il attirait les capitaux et les hommes plutôt qu’il ne les redistribuait. En raison de ses hauts profits, il permettait aux détenteurs de capitaux d’échapper aux rendements décroissants de l’économie intérieure et encourageait ainsi l’accumulation du capital. Celle-ci aurait cependant pu être sans effet sur le reste de l’économie si les bourgeoisies portuaires n’avaient pas eu des systèmes de consommation résolument tournés vers l’intérieur : le goût pour les offices, les terres, les immeubles, les biens de statut d’origine française empêchait que les ports français deviennent des économies d’enclaves. La consommation assurait le recyclage des revenus des fortunes accumulées à l’extérieur dans l’économie intérieure.

Dans cette thèse, j’ai développé et illustré deux mécanismes par lesquels l’activité commerciale peut avoir un rôle dans la croissance économique : la mobilisation des moyens de production d’une part et l’encouragement à l’accumulation du capital d’autre part. J’espère que ma thèse a, tout à la fois, éclairé certains points sur la réalité et la nature de la croissance française au XVIIIe siècle, et mis en lumière de manière formelle et argumentée des mécanismes de croissance souvent négligés par les économistes.

Abstract: “New economic history” has a long tradition of using the insights of economists to contribute to historical debates. This dissertation does the reverse by using the insight of history to contribute to the economic debate on the influence of commercial activity on economic growth. 18th century France is an interesting case to start from, as its growth per capita was approximately 0.6 % a year and its domestic and international trade sectors were growing faster than the rest of the economy. The dissertation provides some ideas on why that was so.

The first part presents a growth mechanism based on the expansion of the activity of commercial intermediaries. The second part studies the role of the international trade sector in encouraging the accumulation of capital used by commercial intermediaries.

## Domestic trade

Before studying intermediaries, one must know the institutional patterns of industrial production. To put known micro-economic examples in perspective, the first chapter starts with a presentation of the macroeconomic organisation of French industry during the 18th century. This presentation shows that French industrial fabric was still largely traditional, but that this did not prevent it from experiencing growth. If the State had a direct role in that growth – which is not certain – it was by the systematic defence of commercial actors against producers. The most dynamic form of industrial production in 18th century France was rural proto-industry. As a consequence, the integration of rural labour reserves in the different regional economies was central to the growth process: that justifies the study of rural households and commercial intermediaries.

Rural labour reserves were available during the whole 18th century, but they were bound to the countryside: their mustering for industrial production had to proceed through the diffusion of commercial activity to rural areas. In agreement with peasant household theoretical models, this was done both by the diffusion of new consumption products and the opening of new outlets for rural labour reserves by commercial intermediaries.

This role warrants the study of French domestic trade. The “basic cell” of exchange corresponded to the districts (cantons) that were created during the French Revolution. The dissertation surveys the trading networks that existed between cantons. The, it investigates the theory of intermediaries’ activities by dividing exchange costs between transformation costs and transaction costs. Commercial intermediaries specialised in paying these costs through the use of knowledge, social, and financial capital. The information gathered in this part forms the base for a theoretical model of gradual growth based the extension of transaction capacities by intermediaries that is plausible in the context of 18th century France.

## International trade

The dissertation then investigates the available sources on international trade: le bureau de la balance du commerce was responsible for the collection of data. Alongside with other miscellaneous sources, it is possible to draw a coherent picture of French international trade. Its growth was uninterrupted up the Wars of the Revolution. Its structure shows that France was more industrialized than its trading partners, and – the traditional industry framework preceding the Industrial Revolution – more competitive than England. It is difficult to find a direct links between international trade and the French domestic economy. The most dynamic part of French international trade was entrepôt trade between French colonies and Europe. No obvious link between this activity and the domestic business cycle should be expected, nor should the usual economic trade theories be very useful in the analysis of its relation with the domestic economy.

Numerous sources are available on the profits of the French intercontinental trade sector, but not all have been well used.  It is useful to put aside linked activities and to determine the “usual” rate of profit in the domestic economy: this is not easy as there was no “standard” asset in the French economy comparable to the consol. We have information on the profits both of passive investors and of entrepreneurs. Profits from inter-continental trade were slightly higher than 6%: higher than domestic profits, but only by a small amount. Risk, liquidity and durations were all advantageous as well. Internal migrations and wealth accumulation confirms the attractiveness of intercontinental investments.

To discover the effect of this profits on the French economy, the dissertation first estimates the relative size of the intercontinental trade sector: it amounted to around 4 % of the whole French income and 6.5 % of its growth. When the potential alternative uses for its production factors are taken into account, it was only responsible for an extra 1.5% of French income, mainly under the form of extra profits. Through extra savings and investments, it increased French economic growth at end of the Ancien Régime by around 8%. This whole quantitative approach leads to rather small estimates of the importance of the intercontinental trade sector. However, by extending the model presented in the first part, intercontinental trade sector can be shown to play the role of a “heart of growth”, as defined in the endogenous growth theories. The very fact that it exists – irrespective of its size – allows the economy to escape the declining returns to capital in the domestic economy and increases domestic growth as long as the patterns of consumption prevent the formation of enclave economies.

History can give valuable insights on growth mechanisms economists often overlook. At the same time, this dissertation might provide us with one of the keys to 18th century French economic history.

                                                                       * * *

Delbos, Jean-Brieux : Les électeurs censitaires parisiens des années 1840 et leur devenir : richesse, inégalités, mobilités économique et géographique   The franchised Parisian voters of the 1840s and their future: wealth, inequality, economic and geographic mobility

Sous la direction de Gilles Postel-Vinay

Thèse de doctorat (Analyse et politique économiques)

Soutenue à EHESS, le 15 mai 2014

Résumé : Cette thèse en histoire économique a pour objectif l’analyse quantitative des liens entre la richesse et les mobilités économique et géographique dans la France des années 1840 aux années 1880 par une étude du corps électoral censitaire parisien des années 1840. Pour ce faire, une base de données originale a été construite par un appariement entre différentes sources afin de suivre dans le temps les multiples trajectoires des individus appartenant à ce groupe particulièrement riche et politiquement important. La mobilité individuelle est ainsi observée à court terme grâce à un appariement entre listes électorales parisiennes des dernières années de la monarchie de Juillet. La mobilité à long terme est, quant à elle, révélée par l’exploitation des tables parisiennes des successions et absences (TSA) qui contiennent des informations sur la situation des individus au moment du décès. Tant à court terme qu’à long terme, la mobilité économique et géographique s’avère considérable, remettant en cause l’idée historiographique d’un groupe clos et stable. Le corps électoral censitaire parisien apparaît comme une classe de l’instant, sa forte hétérogénéité se renouvelant sans cesse sous l’effet de mécanismes économiques puissants mis en évidence dans une série de régressions économétriques. Au-delà du corps électoral censitaire, l’observation du groupe des riches individus figurant comme tels dans les TSA parisiennes montre à quel point la mobilité fut forte au XIXème siècle : seule la moitié d’entre eux furent inscrits sur les listes censitaires de 1845 considérées au niveau national. In fine, l’ensemble de nos résultats invite à renouveler le débat sur les élites et la richesse.

Abstract: This economic history dissertation aims to analyse quantitatively the links between wealth and economic and geographic mobility in France from the 1840s to the 1880s through the study of franchised Parisian voters of the 1840s. To do so, an original dataset has been built by matching different sources so as to follow the multiple trajectories of the individuals who belong to this particularly rich and politically important group over time. Short-term individual mobility is observed by matching individuals across electoral lists from the last years of the July Monarchy. Long-term mobility is revealed by exploiting the Parisian tables of successions and absences (TSA). These contain information about the wealth at death of individuals. Both in the short- and long-run, economic and geographic mobility proves to be considerable, raising serious questions about the long-held idea of a close and stable elite group. Parisian franchised voters appear to be an instant class, with a large heterogeneity that was continuously renewed under the effect of powerful economic mechanisms that have been highlighted in a series of econometric regressions. Beyond the franchised electorate, the group of the wealthy individuals who appear in the Parisian TSA shows the massive extent of mobility in the 19th century: only half of these individuals were on the 1845 franchise lists considered at the national level. Taken as a whole, our results lead to renew the debate about the elites and wealth.

                                                                       * * *

Delobette, Edouard : Ces « Messieurs du Havre ». Négociants, commissionnaires et armateurs de 1680 à 1830.

Sous la direction de André Zysberg

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à UNiversité de Caen/Basse-Normandie, le 1er novembre 2005

Résumé : Le processus de développement commercial et maritime du Havre au Siècle des Lumières apparaît original voire unique en s’engageant dans les systèmes-monde successifs. Les facteurs de réussite du milieu négociant reposent en grande partie sur la bonne stratégie juridique de la société. La réussite de l’élévation sociale du négociant doit beaucoup au patient travai lde construction des liens de solidarité et de sociabilité, avant la construction du mythe négociant au cours du XIXe siècle.

                                                                       * * *

Denis, Juliette : La fabrique de la Lettonie soviétique : 1939-1949 : une soviétisation de temps de guerre

Sous la direction de Annette Becker et Nicolas Werth

Soutenue à Paris 10, le 27 janvier 2015

Résumé : La Lettonie est l’un des derniers pays indépendants à avoir été rattachés à l’Union soviétique. Elle n’est annexée qu’en 1940 – en conséquence de la définition des « sphères d’intérêts » soviétiques issue du Pacte Ribbentrop-Molotov, tout autant que de la menaçante puissante allemande en Europe. Elle connaît une soviétisation originale, contrastée, violente, profondément liée aux circonstances de la Seconde Guerre mondiale. L’invasion, puis l’occupation allemande interviennent un an à peine après l’annexion. La vision d’une collaboration de masse, les potentiels de résistance décuplés par le conflit, l’ampleur de la Shoah aussi sont autant de facteurs bouleversant considérablement le processus d’uniformisation avec le reste de l’URSS. En 1944, l’Armée rouge reconquiert une république qui lui est profondément hostile. Parallèlement, durant la guerre, l’URSS a formé les futurs cadres de la république restaurée. De 1939 à 1949, le processus d’homogénéisation se dissout dans une éternelle guerre et sortie de guerre, marquée notamment par la guérilla antisoviétique, et les mesures d’abord tâtonnantes, puis radicales prises par le régime stalinien. Ma thèse suit un cadre chronologique, afin de cerner les ruptures et les tragédies qui marquent l’espace et ses populations. Mais certaines continuités se dégagent, malgré les immenses fractures temporelles, rapides et incessantes de cette époque. A travers la mobilité institutionnelle et humaine, en croisant histoire politique et histoire sociale, étude de l’administration, de la répression et des mouvements de population, se dégage la singularité d’une république « occidentale » de l’Union.

                                                                       * * *

Drach, Alexis : Liberté surveillée, Supervision bancaire et globalisation financière au Comité de Bâle, 1974-1988

Sous la direction de Youssef Cassis et Olivier Feiertag (external adviser)

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Institut Universitaire Européen, le 25 novembre 2016

Résumé : À partir des années 1970, avec la fin du système Bretton Woods, le choc pétrolier, et l’internationalisation croissante des systèmes bancaires nationaux, les enjeux de la régulation bancaire ne peuvent plus être pensés uniquement à l’échelle nationale. Ma thèse étudie l’histoire du principal forum de discussion de cette question à l’échelle du Groupe des Dix : le Comité de Bâle sur le Contrôle Bancaire, depuis sa création en 1974 jusqu’à un accord trouvé en 1988 sur une norme commune sur le capital des banques, qui constitue la première réglementation bancaire internationale. Cette thèse examine à la fois le développement de la régulation et de la supervision bancaire internationale à l’échelle du Groupe des Dix, et les modalités de fonctionnement du Comité. Ces deux échelles d’analyse sont considérées comme complémentaires. La finalité de cette recherche est de comprendre comment les autorités du Groupe des Dix gèrent l’essor de l’échelle internationale, à la fois au niveau technique et au niveau politique, et comment elles s’efforcent de construire une nouvelle forme d’autorité internationale pour répondre à l’internationalisation des banques. En outre, l’approche adoptée donne une place importante aux savoirs et à la dimension socioculturelle du travail du Comité, en s’appuyant sur une enquête prosopographique, une analyse des représentations et des professions impliquées, et un examen de la construction des savoirs par le Comité de Bâle et de la circulation transnationale des pratiques de gouvernement qu’il suscite. Ce faisant, ma thèse s’efforce d’apporter une compréhension des processus et non uniquement des résultats, échecs ou réussites de cette institution. Elle montre que le Comité de Bâle s’insère pleinement dans les mutations qui font passer la régulation du système financier international d’un paradigme à un autre, dans lesquelles la libéralisation s’accompagne d’une croissance du contrôle des banques. Elle propose une explication plus complète de l’histoire de l’accord de 1988 (appelé « Bâle 1 ») que les explications déjà existantes en soulignant le rôle de l’intégration européenne dans le système de négociation internationale à l’échelle du Groupe des Dix. Elle montre comment le Comité de Bâle devient une institution à part entière et participe de la construction d’un marché global. Elle apporte une contribution à l’histoire de la mondialisation et de la gouvernance économique internationale en mettant en valeur le rôle des normes et des savoirs.

                                                                       * * *

Dufaux, Lionel : L’Amphithéâtre, la galerie et le rail : le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle

Sous la direction de Liliane Hilaire-Pérez.

Soutenue à EHESS, le 4 décembre 2015

Résumé : Le Conservatoire des arts et métiers a occupé une place essentielle dans la diffusion des connaissances techniques et de l’innovation dans le domaine ferroviaire au XIXe siècle. Entre les années 1820 et la fin des années 1890, l’institution, chargée de soutenir le développement industriel, a en effet été largement impliquée dans l’introduction des techniques ferroviaires en France et comme relais de l’innovation dans ce domaine. L’étude des enseignements techniques du Conservatoire – prodigués par des personnalités du monde savant et industriel à destination d’un public d’ouvriers, de chefs d’ateliers, de contremaîtres ou d’entrepreneurs – et celle des collections d’objets, de modèles, de dessins et de photographies aujourd’hui conservées par le Musée des arts et métiers éclairent de manière originale l’histoire des chemins de fer, tant du point de vue de la construction et de l’entretien des infrastructures, des locomotives et moyens de traction, du matériel roulant que de l’exploitation et de la sécurité. L’examen des réseaux de sociabilités des enseignants rappelle la position centrale du Conservatoire, à la convergence des sociétés savantes, du monde industriel et de la sphère politique. Point de départ de cette recherche, l’étude des collections a nécessité l’élaboration d’une méthodologie particulière pour recenser et interpréter ces sources-objets. La mise en contexte de ces collections avec les enseignements du Conservatoire et l’histoire des chemins de fer permet d’apporter une contribution à l’histoire de l’établissement, de l’enseignement et des collections techniques.

                                                                       * * *

Dumenieu, Bertrand : Un système d’information géographique pour le suivi d’objets historiques urbains à travers l’espace et le temps

Sous la direction de Maurizio Gribaudi et Anne Ruas

Soutenue à EHESS, le 4 décembre 2015

Résumé : Les systèmes d’information géographiques (SIG) sont aujourd’hui fréquemment utilisés en sciences sociales et notamment en histoire pour leurs capacités de visualisation, de partage et de stockage de données historiques spatialisées. Ils ouvrent ainsi aux chercheurs en histoire des perspectives de croisement d’informations et d’analyse à grande échelle, non seulement de l’évolution de phénomènes spatialisés, mais aussi des interactions entre ces phénomènes et les transformations de l’espace. La représentation d’un espace en transformation au sein d’un SIG implique notamment la création et la manipulation de données spatio-temporelles. Créées à partir des sources d’informations sur l’espace ancien disponibles, celles-ci sont généralement hétérogènes et imparfaites. Les SIG existants ne permettent pas de modéliser et d’intégrer aisément des données hétérogènes et imparfaites au sein de bases de données spatio-temporelles. Cette intégration est l’objectif de ce travail de thèse. Nous proposons une approche d’intégration de données géographiques hétérogènes et imparfaites sur l’espace urbain ancien au sein d’un modèle de données spatio-temporelles permettant l’analyse des transformations de cet espace. Ces données sont saisies à partir de plans topographiques. Au travers de plusieurs étapes, allant de l’analyse des sources cartographiques utilisées à un processus semi-automatique d’intégration de données spatio-temporelles, nous proposons une approche générique permettant d’instancier une base de données spatio-temporelles à partir de cartes historiques. Celle-ci est finalement appliquée à la création d’une base de données sur le réseau des rues de Paris des XVIIIe et XIXe siècles à partir de plans topographiques de la capitale.

                                                                       * * *

Dumond, Lionel : L’industrie française du caoutchouc, 1828-1938 : analyse d’un secteur de production

Sous la direction de André Gueslin

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université de Paris 7 Denis-Diderot, le 13 décembre 1996

Résumé : Cette thèse à pour objet l’analyse du secteur industriel caoutchouter en France, de son origine, en 1828, à 1938. En premier lieu, après voir recherché les indicateurs de sa croissance, elle s’attarde sur l’évolution de ses différents marchés. Ensuite, elle découpe la période en trois grandes phases chronologiques. Pour chacune d’elle, ce travail décrit les causes de la croissance (innovation et conjoncture), les structures d’organisation de l’activité (au niveau méso-économique et à celui des entreprises), et les caractères de ses agents (patrons et ingénieurs). Jusque vers 1856, deux groupes d’innovations radicales de procédés d’origine anglo-saxonne, basés respectivement sur la transformation du caoutchouc cru et sur la transformation du caoutchouc vulcanisé, encadrent la constitution d’un système technologique caoutchouter original à la France. Marqué par un investissement productif limité, il laisse ouvert le secteur à de nouvelles firmes, sous la condition d’une qualification technique croissante. De 1856 à 1890, le ralentissement de la croissance coïncide avec une innovation de forme incrémentale et une plus grande attention portée aux coûts de fabrication. Leur maîtrise introduit l’ingénieur dans des entreprises qui se renouvellent peu. A partir de 1890, l’innovation radicale de produit formée par le pneumatique relance l’essor du secteur. Avant de se fermer progressivement, ce nouveau marché permet l’éclosion de plusieurs firmes. Il voit apparaître quelques très grandes entreprises monopolistiques dont le développement s’accompagne de l’adoption de nouvelles structures de gestion. Ces dernières dominent l’ensemble du secteur et l’apparition des innovations radicales de procédés résultant de la révolution chimique du caoutchouc née aux Etats-unis vers 1910 ne fait que renforcer leur avantage. Au total, l’innovation a été à la base d’une ouverture sociale et d’une transformation des structures, jusqu’à ce que ces grandes entreprises modernes ne changent la donne.

Abstract: The aim of this thesis is to analyse the French rubber industry from it’s beginnings, in 1828, until 1938. The first part explores the growth of the industry with a special focus on the évolution of it’s different markets. Secondly, the period of référence is divided into three main stages. Each phase is describeb with regard to growth factors (innovation and economic environment), corporate structure (on both a company and a meso-economic scale), and the different actors involves (managers and engineers).

                                                                       * * *

Duverger, Thimothée : L’émergence de l’économie sociale et solidaire : une histoire de la société civile organisée en France et en Europe de 1968 à nos jours : groupements, discours et institutionnalisations

Sous la direction de Christine Bouneau

Soutenue à Bordeaux Montaigne, le 16 juin 2015

En ligne : http://www.theses.fr/2015BOR30073

Résumé : « L’économie sociale et solidaire n’existe pas ». La sentence du sociologue Matthieu Hély dénonce une forme de privatisation qui consiste à transférer la solidarité de l’État social vers les initiatives socio-économiques, compatible avec le nouvel esprit du capitalisme. Mais la formule prête à confusion. En pointant un possible oxymore, il laisse penser que l’économie sociale et solidaire n’a pas d’existence ontologique. Or, c’est une réalité sociale, dont les racines plongent dans le XIXe siècle. Si elle connaît une éclipse à partir des années 1930, elle réapparaît en 1968 à la faveur d’une réarticulation des rapports entre l’État, le marché et la société civile. Elle se scinde en deux branches : l’économie sociale historique et l’économie sociale émergente, qui prend successivement la forme de l’économie alternative, de l’économie solidaire et de l’entrepreneuriat social. À l’approche statutaire de la première, fait pendant l’approche axiologique de la seconde. L’économie sociale et solidaire est une émergence. Ce n’est pas la simple addition des formes d’entreprises qui la composent (coopératives, mutuelles et associations, puis sociétés commerciales à finalité sociale). Au contraire, « le tout est plus que la somme des parties ». Une alchimie particulière a lieu : l’acte d’institution, qui revient à poser la question du politique. Le problème est celui de la création qui survient dans le passage d’une économie sociale et solidaire en soi à une économie sociale et solidaire pour soi. Il convient donc d’explorer ses trajectoires, en considérant que l’économie sociale et solidaire n’a pas seulement une histoire, mais qu’elle est une histoire, c’est-à-dire le produit de dynamiques de groupements, de discours et d’institutionnalisations. À partir de l’étude de ces trois axes, cette thèse invite à s’intéresser aux métamorphoses de la société civile organisée de l’économie sociale et solidaire, dans une perspective multiscalaire, à la fois française et européenne, scandées par trois évènements structurants : l’irruption sociale de Mai 68, la fin de la guerre froide de 1989 et la crise du capitalisme de 2008.

                                                                       * * *

Egasse, Benjamin : L’État, la fortification et le littoral lorientais. Pouvoirs, économie et environnement d’un système défensif au XVIIIe siècle

Sous la direction de Sylviane Llinares

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université Bretagne Sud, le 6 décembre 2019

Résumé : Entre 1695 et 1815, la rade de Lorient située sur le littoral méridional breton accueille en son sein des activités économiques et militaires stratégiques du royaume de France. Les tensions et conflits franco-britanniques qui émaillent le XVIIIe siècle rendent nécessaire la mise en sécurité de cet espace. Par des campagnes successives, le littoral lorientais est doté d’un maillage complet de fortifications destiné à protéger les intérêts du royaume de France. L’étude de la construction du système défensif du littoral lorientais permet de comprendre dans quelles conditions s’effectue la construction de l’ensemble de ce dispositif et quels sont les effets de l’implantation et de l’exploitation de ce dernier, en analysant les données politiques, techniques, économiques, militaires, sociales et environnementales de l’aménagement du littoral dans le passé. Cet aménagement requiert des ressources financières importantes amassées grâce à l’Impôt. Sur le terrain, la concrétisation des volontés royales est aux mains des ingénieurs du roi qui se reposent à leur tour sur l’expérience des entrepreneurs du bâtiment devenus adjudicataires des « affaires du roi » en matière de défense. Ce duo doit travailler sous tension dans un contexte financier contraint, diplomatique et militaire tendu.

                                                                       * * *

Figarol, Thomas : Le district industriel de Saint-Claude et le monde du diamant à l’âge de la première mondialisation (années 1870-1914) ; Industry in Saint Claude and diamond cutting at the time of the first globalisation, from the 1870’s to 1914

Sous la direction de Jean-Claude Daumas

Soutenue à Université de Franche-Comté, le 9 novembre 2015

Résumé : Dans les années 1870, la taille du diamant est introduite dans le Haut-Jura. A la veille de la Première Guerre mondiale, elle y occupe environ 1 500 ouvriers. Elle constitue une nouvelle activité dans un territoire industriel où sont fabriqués d’autres produits manufacturés, notamment les « articles de Saint-Claude » et les pipes de bruyère, et façonnées d’autres pierres précieuses ou fines. Cette thèse vise à montrer que le succès de l’introduction de cette nouvelle branche industrielle dans le Haut-Jura résulte de la capacité d’un territoire industriel local à s’insérer dans le processus de mondialisation de l’économie. Dans une première partie, l’organisation de la production du diamant taillé est étudiée et contextualisée à l’échelle locale, celle du district industriel de Saint-Claude. Dans une deuxième partie, les modes d’intégration du Haut-Jura dans le monde du diamant (sous-traitance, place sur les marchés diamantaires) sont décrits. Dans une dernière partie, sont analysées les stratégies développées par les acteurs de la branche diamantaire du district industriel de Saint-Claude pour optimiser leur insertion dans le processus de mondialisation de l’économie.

Abstract: Diamond cutting was introduced in Haut Jura, i.e the Jura mountains, in the 1870’s. At the onset of World War One, about 1,500 workers were employed in this field . It was a new activity in an industrial area where other manufactured goods were produced, notably the so-called « articles de Saint Claude », i.e objects made of box wood or horn, briar pipes and the cutting of other precious and semi precious stones. This thesis aims at showing that implementing this new activity in Haut Jura was a success thanks to the capacity of local industrialists to adapt to the emerging globalisation of economy. The first part deals with the organisation of the diamond cutting industry from a local perspective, i.e the Saint Claude area. The second part studies how Haut Jura inserted itself in the diamond market , through for instance subsidiary work and representatives on diamond markets. A last part deals with the strategies carried out by diamond cutters from Saint Claude in order to make the most of their part in the globalisation process.

                                                                       * * *

Finez, Jean : Pratiques économiques et pensées du changement dans un service public marchand : une sociologie des chemins de fer français aux XIXe et XXe siècles

Sous la direction de Convert Bernard et Dressen Marnix

Soutenue à Lille 1, le 26 novembre 2015

Résumé : A partir d’un matériau composé d’archives, d’ouvrages spécialisés, de littérature grise et d’entretiens, cette thèse explore les transformations des manières de faire et de concevoir l’économie ferroviaire en France. Notre analyse socio-historique met au jour les recompositions de la politique du rail et l’évolution des logiques de gestion des compagnies ferroviaires sur le moyen et le long terme. Tandis que, dans les années 1820-1830, le développement des chemins de fer est laissé à l’initiative des entrepreneurs privés, la seconde moitié du XIXe siècle est marquée par un engagement progressif de l’Etat dans le secteur, qui finance et encadre l’exploitation de vastes réseaux organisés en monopoles régionaux. La nationalisation des chemins de fer en 1938 et la politique de planification des transports de la période d’après-guerre constituent l’apogée de ce processus d’étatisation. Le dernier demi-siècle se caractérise au contraire par une érosion de la conception traditionnelle du service public et par une intensification de la régulation marchande, dont la récente libéralisation du rail et la nouvelle politique commerciale de la SNCF sont les signes les plus manifestes. Les transformations du rail renvoient à l’évolution des catégories de pensée et d’action dominantes au sein du champ politico-administratif, aux rapports de force sociaux dans les entreprises ferroviaires, ainsi qu’aux propriétés matérielles des chemins de fer en comparaison de celles des autres techniques de transport existantes. Ensemble, ces trois dimensions définissent l’espace des possibles et des probables de l’économie ferroviaire.

                                                                       * * *

Georgiou, Christakis : Economie politique de l’intégration européenne : Stratégies françaises, de l’Acte Unique à l’élargissement de la zone euro en 2008

Sous la direction de Paul Alliès

Soutenue à Montpellier 1, le 21 novembre 2014

Résumé : La thèse part du postulat central selon lequel le processus d’intégration européenne est étroitement lié à la généralisation de la production à grande échelle et de sa forme organisationnelle, le « big business ». Cela implique que son déploiement est calqué sur les stratégies de développement des grandes firmes. La période 1945-1985 est analyséecomme la première période du processus, celle de la transition vers l’Europe du « big business » à travers le déploiement dans chacun des États-membres de politiques visant à construire des champions nationaux. La thèse se concentre sur la deuxième période de l’intégration, la période post-champions nationaux durant laquelle les grandes firmes s’européanisent. Au moyen d’une approche interdisciplinaire, la thèse examine la façon dont les stratégies et les préférences, souvent hétérogènes, des grandes firmes françaises ont façonné le processus d’intégration dans ses diverses manifestations : constitution d’une « corporate élite » européenne, centralisation des politiques microéconomiques et macroéconomiques et construction d’un système financier paneuropéen.

                                                                       * * *

Giddey, Thibaud : Surveiller et servir : la Commission fédérale des banques et la régulation des banques en Suisse (1914-1971)

Sous la direction de Malik Mazbouri

Soutenue à Université de Lausanne, le 1er juin 2017

Résumé : Cette thèse porte sur l’analyse de la mise en place, puis l’évolution de la surveillance étatique des banques en Suisse entre 1914 et 1971. Pour ce faire, elle s’appuie sur un large dépouillement de fonds d’archives publiques et privées, souvent inédites. L’enjeu est de comprendre sur quel environnement réglementaire a reposé la forte croissance du secteur bancaire helvétique au cours du XXe siècle.

Il s’agit dans un premier temps d’examiner les conditions d’émergence d’une législation fédérale relative à l’activité des banques, et ce sur le long terme (1914-1935). En effet, il faut attendre la profonde crise financière des années 1930 pour vaincre la résistance des milieux bancaires à une réglementation à l’échelle nationale. La loi fédérale sur les banques et les caisses d’épargne du 8 novembre 1934, élaborée sous l’influence décisive des représentants des principales banques, instaure un régime de régulation très peu contraignant. Elle n’introduit pas de réforme structurelle du système bancaire, mais se borne à codifier des pratiques souvent déjà en vigueur. Quant à l’organisation de la surveillance, elle repose sur des sociétés fiduciaires privées chargées de vérifier auprès des banques assujetties le respect des prescriptions légales. Or, l’indépendance de ces sociétés fiduciaires à l’égard des établissements qu’elles contrôlent n’est pas garantie. L’autorité étatique créée à l’occasion, la Commission fédérale des banques, se limite à un rôle subalterne et chapeaute l’audit réalisé par les sociétés fiduciaires.

Dans un second temps, la recherche se concentre sur l’évolution des activités de cette nouvelle instance de régulation – la Commission fédérale des banques – sur une période d’environ 35 ans (1935-1971). Il s’agit alors de comprendre en quoi le choix d’un organisme aux faibles ressources budgétaires et en personnel, et aux pouvoirs d’intervention juridiques également limités a influencé le type de régulation mis en œuvre pendant la période examinée.

La thèse avance plusieurs clés d’explication pour saisir cette configuration institutionnelle spécifique à la Suisse. Le choix d’une autorité faiblement dotée et dont les membres étaient souvent recrutés auprès des principales banques du pays correspondait aux vœux des représentants bancaires des années 1930, qui cherchaient à limiter la marge de manœuvre et le caractère public de l’organisme de surveillance. Deuxièmement, le régime de régulation bancaire, aussitôt introduit, se mue rapidement en un modèle considéré comme inaltérable. Alors que de nombreux dysfonctionnements sont repérés, les milieux bancaires – et les superviseurs bancaires eux-mêmes – se révèlent très peu enclins à modifier la législation de 1934, qui ne sera révisée qu’en 1971. La thèse montre en outre la forte cohésion qui existe entre les élites administratives d’une part, c’est-à-dire les membres et secrétaires de la Commission fédérale des banques, et les dirigeants des banques soumises à leur surveillance d’autre part. Surveillants et surveillés partagent souvent une définition commune de ce qui constitue l’intérêt collectif de la place financière suisse ; une définition qui, en raison du déséquilibre du rapport de force, favorise les préférences exprimées par le secteur bancaire privé.

                                                                       * * *

Gilormini, Patrick : Vers une conception saint-simonienne de l’entreprise et de la société industrielle

Sous la direction de Virgile Chassagnon

Soutenue à Université de Grenoble Alpes, le 25 octobre 2019

Résumé : De la mort d’Henri Saint-Simon en 1825 à l’inauguration du Canal de Suez en 1869, les saint-simoniens se sont engagés dans de nombreux projets de création d’entreprises. Animés du désir d’achever la Révolution Française et de développer un nouvel humanisme, ils sont à l’origine de grandes entreprises capitalistes d’intérêt général et de coopératives ouvrières.L’analyse économique dominante laisse souvent de côté le rôle des institutions et de l’idéologie dans l’accélération ou le ralentissement du développement économique. Saint-Simon et ses disciples ont anticipé le rôle central à l’entreprise comme institution clé du capitalisme. La conception organiciste de l’entreprise saint-simonienne, conçue comme un système vivant associant une physiologie évolutionniste naturelle et sociale, pose la question de la nature et des frontières de la firme dans un projet d’émancipation technico-économique.Alors que la question de la responsabilité sociale de l’entreprise fait l’objet d’une attention croissante, ils nous invitent à analyser à nouveaux frais la question de l’entreprise comme objet d’intérêt général. Nous analysons dans une première partie la pensée de Saint-Simon et la façon dont elle articule l’homme, l’entreprise et la société à travers les médiations du travail et de l’industrie. Une seconde partie est consacrée à trois saint-simoniens qui inscrivent cette pensée dans leurs pratiques : Enfantin dans une perspective internationale, Buchez dans une spiritualité chrétienne et Leroux en vue d’un socialisme libéral

                                                                       * * *

Guedj, Jérémy : Gouverner ou choisir : la IVe République et l’immigration

Sous la direction de Ralph Schor

Soutenue à Nice, le 4 novembre 2015

Résumé : Phénomène majeur de la France contemporaine, l’immigration n’a pas toujours été massive : ce fut le cas notamment sous la IVe République. Plusieurs études sur l’immigration ont abordé cette période, mais jamais en tant que telle. C’est ce manque que cette thèse a pour objectif de pallier : il s’agit d’aborder cette tranche de l’histoire de l’immigration en France de manière totale. Tout en retraçant au préalable les caractéristiques du fait migratoire de l’époque, ce travail traite de la politique mise en place par l’État ; elle s’intéresse, en changeant de point de vue, aux attitudes de l’opinion publique face aux immigrés, enfin, elle se focalise sur le devenir des immigrés eux-mêmes, en particulier sur la manière dont les politiques et attitudes nationales influèrent sur la marche de leur intégration. L’axe de problématisation principal retenu est le suivant : la IVe République, dans l’histoire de l’immigration en France, représente-t-elle une rupture, ou suit-elle une ligne déjà amorcée antérieurement ? Il s’agit en effet de mettre en perspective cette période, en analysant les héritages des structures, des hommes, des idées provenant de l’entre-deux-guerres et de la France de Vichy. Cette démarche se situe donc à la croisée de l’histoire des mouvements migratoires et des idées, de l’histoire sociale, économique, et culturelle ainsi que de la démographie historique.

                                                                       * * *

Jackson, Simon : Mandatory Development : the Political Economy of the French Mandate in Syria and Lebanon, 1915-1939

Sous la direction de Professor Tony Judt et Professor Herrick Chapman

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à New York University, le 1er mai 2009

En ligne : https://www.worldcat.org/title/mandatory-development-the-political-economy-of-the-french-mandate-in-syria-and-lebanon-1915-1939/oclc/612066893

Résumé : Suite à l’effondrement de l’Empire ottoman à la fin de la Première Guerre mondiale, la France a gouverné le Liban et la Syrie au nom de la Société des Nations en tant que mandat «A» jusqu’en 1946. Cette forme de règle impliquait théoriquement une présence française temporaire et tutélaire, orientée vers la préparation des anciens territoires ottomans à la souveraineté indépendante et à la prospérité économique. L’administration française était censée faciliter la création de constitutions, de parlements, d’infrastructures sociales et de systèmes juridiques pour les territoires sous mandat. De nombreux syro-libanais ont affronté la nouvelle ère marquée par les horreurs de la guerre mais optimistes quant aux possibilités de suivre d’autres anciennes provinces impériales, en Europe de l’Est par exemple, dans une forme d’indépendance. Mais le Liban et la Syrie font également partie d’un empire colonial français alors à son apogée territoriale, un empire éclairé par des hypothèses de longue date de supériorité française, mais aussi affaibli par la Grande Guerre, et dépendant en dernière analyse de la coercition militaire, légale et différenciation sociale et exploitation économique.

Cette thèse explore l’économie politique de la domination française dans le mandat. Sur la base de recherches archivistiques approfondies, l’étude examine les tensions entre les agendas impériaux et obligatoires français, notamment leur objectif d’améliorer et de profiter des ressources économiques des zones de mandat, et les objectifs et aspirations des circonscriptions syro-libanaises. Dans un premier temps, j’explore les idées et les plans pour l’empire de l’après-Première Guerre mondiale publiés par les colonialistes français, et j’examine comment ils évaluent le potentiel économique de la Syrie et du Liban, en s’inspirant comme ils l’ont fait des typologies culturelles. Je demande également comment les groupes syro-libanais ont tenté de s’approprier de telles idées dans la période fluide de la fin de la guerre. Ensuite, j’examine la politique des concessions d’utilité au Liban et en Syrie dans les années 1920 et 1930, expliquant comment les syro-libanais ont protesté contre l’approche française du développement économique à travers des mouvements de boycott. Bien que la politique nationaliste et de classe ait figuré dans ces mouvements, les boycotts sont restés protéiformes et ont accueilli les réformistes syro-libanais avec des programmes d’amélioration limités. Un autre chapitre sur les foires examine la dynamique d’une autre arène de protestation suffisamment vaste pour accueillir de nombreuses positions sur la politique de l’économie. Enfin, je demande comment la diaspora syro-libanaise du monde entier a travaillé, à travers la Société des Nations en particulier, pour influencer et protester la politique économique dans le cadre du mandat. Par ce mode d’analyse transnational, et plus largement en se concentrant sur les questions politico-économiques, ancrées dans les détails des concessions d’infrastructures, cette étude s’écarte de la concentration standard de l’historiographie existante, qui s’est focalisée sur la politique et le sectarisme.

Abstract: Following the collapse of the Ottoman Empire at the end of World War One, France ruled Lebanon and Syria on behalf of the League of Nations as an ‘A’ mandate until 1946. This form of rule theoretically implied a temporary, tutelary French presence, oriented towards the preparation of the former Ottoman territories for independent sovereignty and economic prosperity. The French administration was supposed to facilitate the creation of constitutions, parliaments, social infrastructure and legal systems for the mandate territories. Many Syro-Lebanese confronted the new era marked by the horrors of war but optimistic about the possibilities of following other former imperial provinces, in Eastern Europe for instance, into some form of independence. But Lebanon and Syria also became part of a French colonial empire then at its territorial apogee, an empire informed by long-standing assumptions of French superiority, but also enfeebled by the Great War, and reliant in the final analysis on military coercion, legal and social differentiation and economic exploitation.

This dissertation explores the political economy of French rule in the mandate. Based on extensive archival research, the study examines the tensions between French imperial and mandatory agendas, notably their aim to improve and profit from the economic resources of the mandate zones, and the goals and aspirations of Syro-Lebanese constituencies. Initially, I explore the ideas and plans for the post-World War One empire publicized by French colonialists, and examine how they assessed the economic potential of Syria and Lebanon, drawing as they did so on cultural typologies. I also ask how Syro-Lebanese groups tried to appropriate such ideas in the fluid period at the end of the war. Next, I examine the politics of utility concessions in Lebanon and Syria during the 1920s and 1930s, explaining how Syro-Lebanese protested the French approach to economic development through boycott movements. Although nationalist and class politics featured in such movements, the boycotts remained protean, and accomodated Syro-Lebanese reformists with limited ameliorative agendas. A further chapter on trade fairs examines the dynamics of another arena of protest large enough to accomodate numerous positions on the politics of the economy. Finally, I ask how the Syro-Lebanese diaspora around the world worked, through the League of Nations in particular, to influence and protest economic policy in the mandate. Through this trans-national mode of analysis, and more broadly by concentrating on political-economic questions, rooted in the details of infrastructure concessions, this study departs from the standard concentration in the existing historiography, which has focussed on politics and sectarianism to a restrictive degree.

                                                                       * * *

Joly, Hervé : L’élite industrielle allemande    Métier, pouvoir et politiques    1933-1989

Sous la direction de Christophe Charle

Thèse de doctorat (sociologie politique)

Soutenue à EHESS, le 18 septembre 1993

Résumé : Ce travail vise à évaluer le pouvoir des dirigeants des groupes industriels allemands à partir de l analyse des conditions d’accès à leurs fonctions. L’étude porte sur près de 700 membres des directoires des quinze plus grands konzerns de l’après-guerre. Cette élite constitue une sorte de « professions » relativement protégée, à l’entrée comme à la sortie. L’étroitesse des filières de recrutement contribue à l autonomie des entreprises par rapport à des influences politiques ou financières. Les relations avec le pouvoirs nazi apparaissent ainsi plus comme une collaboration que comme un dirigisme ; les liens avec les banques relèvent plus de l’association que du contrôle. La rigidité du système n’empêche cependant ni le jeu d’un arbitraire personnel, ni une adaptation des structures industrielles aux évolutions économiques.

Abstract: This work aims at evaluate the power of the managers of the german industrial firms from the analysis of the access conditions to their fonctions. The study rests on near 700 executive committees members of the fifteen greatest konzerne from the post-war. This elite forms a kind of « profession » relatively protected at the entrance like at the exit. The narrowness of the recruitment channels concurs to the autonomy of the firms in front of political or financial influences. The relations with the nazi regime are more alike collaboration than dirigism ; the binds with the banks belong more to association than control. The rigidity of the system prevents however neither from the play of a personal arbitrary, nor rom an adaptation of the industrial structures to the economic evolutions.

                                                                       * * *

Labardin, Pierre : L’émergence de la fonction comptable

Sous la direction de Marc Nikitin

Thèse de doctorat (Sciences de Gestion)

Soutenue à Université d’Orléans, le 4 juin 2008

En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-00487687

Résumé : Cette thèse essaie de comprendre pourquoi et comment s’est constituée la fonction comptable dans les entreprises françaises. Cette recherche se fonde sur des études de cas, la littérature comptable d’abord puis de gestion et sur des sources secondaires. Dans un premier temps, nous rappelons d’abord que la comptabilité est tenue dans les grandes entreprises du XVIIIe et du début du XIX

e siècle sans qu’il n’existe pour autant de fonction comptable autonome. Le contraste est alors éloquent entre une technique assez élaborée mais

diffusée de façon très disparate et un personnel comptable peu nombreux.

Dans un second temps, nous mettons en évidence une rupture dans le savoir comptable à partir du début du XIXe siècle. S’appuyant sur la montée du nombre de faillites, il acquiert progressivement une légitimité suffisante pour devenir normatif, permettant l’apparition d’institutions qu’il légitimera : l’enseignement et les associations comptables, la presse professionnelle et les professions libérales que sont les experts-comptables et les ingénieurs conseils. D’une façon ou d’une autre, elles contribuent à installer, développer et rendre incontournable la fonction comptable comme le mode d’organisation de la comptabilité dans

la grande entreprise. Dans un dernier temps, nous définissons enfin la fonction comptable. Ce sont évidemment des techniques intellectuelle (la comptabilité) et matérielle (la mécanisation, les feuillets mobiles etc.). Mais c’est aussi une multiplication de fonctions où s’invente une division du travail de plus en plus élaborée. La fonction comptable, c’est enfin le lieu où l’organisation prend toute

son importance à travers les problématiques de l’espace, du temps et de la  structure.

Abstract: This PhD dissertation tries to explain why and how the accounting function appeared in French firms. This research is based on cases study, on the study of accounting and management historic literature and on secondary sources.

First of all, we point out that an organization without an accounting function existed during the 18th and the 19th century, even in the greatest firms. There were a huge gap between a technique well developed and the lack of staff.

Then, we show a major change in the structure of the accounting knowledge at the beginning of the 19th century. It is progressively more legitimate and became normative. It can explain the appearance of new institutions: teaching and accounting associations, professional press and professions (accountants and consultants). They helped to diffuse the accounting function as the best way of accounting organization in the greatest firms. At least, we define the accounting function. This is obviously an issue of intellectual (accounting) and material (mechanization, loose leaf etc.) technique. This is also a great increase of functions with a very precise division of labour. This is finally the place where the

word organization can perfectly sum up the situation: the organization of space, of time and of structure.

                                                                       * * *

Lamaison, Denis : Prospérité et barbarie : système économique et violence dans deux colonies françaises au XIXe siècle (la Guyane et l’île de La Réunion)

Sous la direction de Elikia MBokolo

Soutenue à EHESS, le 1er décembre 2015

Résumé : Cette thèse est une étude critique de la notion de prospérité dans deux colonies françaises au XIXe siècle (la Guyane et l’île de La Réunion) au regard des conditions de vie et de travail de la main-d’œuvre (esclaves, affranchis, engagés, bagnards). Elle met en parallèle les discours des élites sur la mise en valeur des colonies avec les violences subies par ces hommes et femmes (violence physique, manque de nourriture et de soin, etc. ). Nous interrogeons ainsi le fait que les planteurs ne cessèrent jamais de demander de nouveaux travailleurs, sans pour autant chercher à les maintenir en bonne santé. Nous revenons également sur la posture des colons et de l’administration s’évertuant à défendre un système économique dont ils reconnaissaient pourtant l’échec. Cette étude questionne notamment la réalité du développement de ces colonies et la pertinence de ce concept eurocentré. Elle s’intéresse enfin à l’écriture de l’histoire qui, dès le XIXe siècle, oublie les victimes de l’esclavage et de la colonisation dans l’élaboration du mythe de la prospérité coloniale.

                                                                       * * *

Lambert, Anne : Les mutations d’une place de change : Lyon entre 1575 et 1630

Sous la direction de Wolfgang Kaiser et Bottin, Jacques

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, le 12 octobre 2018

Résumé : L’étude de Lyon, une des principales places françaises de la première modernité, permet de requestionner l’hypothèse d’un déclin de la place et de son repli régional entre la fin du XVIe siècle et le début de la guerre de Trente ans. Les sources disponibles empêchant une étude quantitative du change lyonnais, l’approche retenue est une étude des pratiques du change, pris à la fois comme institution, savoir-faire et instrument de paiement au service de stratégies commerciales diversifiées.

Durant la période, l’institution des foires et le change connaissent une forte continuité. Le retrait partiel des Italiens facilite certaines mutations mais les foires sont toujours l’institution privilégiée, où s’exerce un change marqué par l’influence italienne. Commerce, banque et financement des activités industrielles restent intrinsèquement liés. La mutation s’exprime par une plus forte dissociation des activités bancaires et financières. La fonction financière tend à se spécialiser. Loin d’être une caste, les marchands-banquiers sont en revanche un groupe aux frontières floues et mouvantes. La circulation des lettres payables à Lyon souligne une appropriation de sa pratique chez des marchands de moindre envergure. Par son fonctionnement, sa permanence et l’homogénéité des pratiques, Lyon est comparable aux principales places de change européennes. La place présente des caractéristiques d’un marché financier. Les foires sont un lieu propice aux échanges d’information et à l’uniformisation des techniques. Elles servent de marché de crédit, pour l’équilibre des flux commerciaux et financiers comme pour les compensations intertemporelles à court, moyen et long terme. Elles limitent les contraintes liées au recours à des monnaies comptant. Les deux usages ne sont pas pour autant exclusifs. Change et trafics de pièces peuvent être combinés à la recherche d’un gain supplémentaire. Le rôle du crédit questionne par ailleurs l’origine des fonds placés sur les foires de Lyon. Les banquiers y sont souvent les intermédiaires de particuliers étrangers à la ville pour des transferts ponctuels. Leur recours au change ne se limite pas à ces occasions. Parmi ceux qui placent de l’argent à change sur les foires, les notables descendants d’anciens marchands-banquiers ne sont pas seuls. Financiers, bourgeois et nobles apparaissent aussi parmi les interlocuteurs des marchands en quête de crédit. Les circuits du change lyonnais confirment également l’intégration de la place dans un espace économique élargi mais multipolaire et déconcentré. C’est par Lyon que se compense traditionnellement l’essentiel des transactions avec l’Italie. Le même phénomène s’opère à l’intérieur du royaume, notamment dans les relations entre le Languedoc et les régions du nord de la Loire. Cette intégration de la place dans des circuits à la fois régionaux, nationaux et européens explique au contraire sa sensibilité aux contre-coups des difficultés rencontrées à chacun de ces niveaux.

Abstract: At the end of the XVIth century, Lyon was a city of great commerce and trade. It had grown as one of the most important in France. Italians had a direct influence in the organization of the exchange fairs. During the last decades of the century, transformation in the European economy sparked a crisis and led to profound changes. The withdrawal of the Italian merchants is accompanied by a partial renewal of the operators. Lyon maintains a sound position between the French kingdom and the Italian peninsula but new market balances are setting up. Exchange continues to spread. New operators pass into the reconfigured exchange market while some players tend to specialize in public finances. The internal changes have consequences over market operations. Commercial standards contribute to the evolution of the institutions. These changes do not challenge the foundations of the Lyons’ exchange market. Fairs still concentrate most of the exchange activity. This is justified by some practices as clearing, deposit and arbitration. These changes illustrate the central role of trade strategies. Commerce, bank and finance are the prime movers of the Lyonese fairs of exchange, notwithstanding the changes taking place. Changes in practice confirm that the operators tend to adapt their behaviour to the economical and political situation. The changes in the Lyonese exchange system need to be replaced in their context, a multi-polar economic world where these strategies ensure that the Lyonese market remains attractive. This way, the fairs allow to combine transactions of different levels, from local to international exchange.

                                                                       * * *

Launay, Yann : Les lotissements d’Orléans et la formation d’une périphérie urbaine (1875-1958) : processus d’extension, formes et règlements

Sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert

Soutenue à Tours, le 29 septembre 2015

Résumé : La formation de la périphérie urbaine d’Orléans des années 1870 à l’après-guerre, étudiée à partir d’une échelle d’analyse particulière, le lotissement, constitue le sujet central de cette thèse. L’analyse des processus d’extension resitue plus largement les lotissements dans la ville. Elle montre d’abord les relations étroites qu’ils entretiennent avec le quartier Dunois, aménagé en 1879-1880. Si les Plans d’aménagement, d’embellissement et d’extension (loi Cornudet, 1919), ont peu d’impact sur la construction des lotissements, ces derniers témoignent, à des degrés divers, de la mise en oeuvre du Projet de reconstruction et d’aménagement de la commune (1949). La compréhension du cadre réglementaire et juridique permet d’éclairer la politique d’aménagement de voirie municipale et les projets de lotissement sur une longue durée. Elle nous renseigne également sur la constitution du paysage urbain. Cette étude offre ainsi de nouvelles clés de lecture du territoire orléanais, en nous informant non seulement sur les acteurs et leurs pratiques, mais également sur les formes urbaines et architecturales que ces hommes ont générées.

                                                                       * * *

Le Bot, Florent : La réaction industrielle. Mouvements antitrust et spoliations antisémites dans la branche du cuir en France, 1930-1950.

Sous la direction de Michel Margairaz

Soutenue à Université Paris VIII Vincennes à Saint-Denis, le 22 novembre 2004

Résumé : La période 1930-1950, qui s’inscrit sur un fond de crise économique et politique, correspond dans le cuir à un cycle de réaction industrielle provoqué par un processus de concentrations et de mutations. Ce cycle peut se découper en trois temps : de 1930 à 1939, les organisations professionnelles, porte-voix des moyennes entreprises groupées pour l’essentiel en districts industriels, obtiennent à l’encontre des « trusts » des mesures protectionnistes et malthusiennes, tout en développant un discours corporatiste et d’exclusion ; de 1940 à 1944, elles s’associent aux mesures de spoliation antisémite jugées légitimes pour inverser le processus ; de 1945 à 1950, elles tentent sans succès d’obtenir la pérennisation du corporatisme et le rétablissement des mesures malthusiennes d’avant-guerre. Toutefois, elles ne peuvent empêcher la reprise d’un phénomène marquant le passage d’une économie de l’offre à une économie de la demande.

Abstract: The 1930-1950 period, in a time of political and economical crisis, tallies, in the leather branch, with a cycle of industrial reaction induced by a concentration and a technological change process. This cycle can be divided into three periods : from 1930 to 1939, the professional federations, speaking for medium sized enterprises mostly grouped in industrial districts, were able to obtain protectionist and Malthusian measures while expressing at the same time views based on corporatism, xenophobia and anti-Semitism ; from 1939 to 1944, they associated themselves with the anti-Semitic despoilment, considered as legitimate in order to reverse the process ; from 1945 to 1950, they tried without success, to obtain the perpetuation of corporatism and to restore the pre-war Malthusian measures. Nevertheless, they could not block the renewal of a phenomenon marked by the passage from a supply-side economics to a demand-side economics.

                                                                       * * *

Le Dez, Morgan : Le Commerce et l’industrie des pétroles dans la basse vallée de la Seine (1860-1940). La naissance d’un complexe énergétique, entre interventions étatiques et initiatives locales.

Sous la direction de Alain Leménorel

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université du Havre, le 24 juin 2009

Résumé : La Vallée de la Seine est l’un des principaux foyers de l’industrie pétrolière française, tant en termes de production que de concentration d’établissements de ce secteur économique. Les activités commerciales et industrielles générées par les hydrocarbures depuis près de 150 ans font de ce territoire le cadre géographique privilégié pour analyser son processus historique d’apparition et de développement.

S’agissant d’un secteur industriel à caractère stratégique, l’exemple haut normand, comme celui d’autres régions, fait appel à une approche à plusieurs échelles. La question de la localisation des établissements pétroliers, la nécessité de mesurer l’importance de cette activité sur ce territoire, nous amènent à nous interroger sur le rôle des acteurs économiques et politiques locaux dans le développement de cette activité « dangereuse, insalubre et incommode » (Décret du 15 octobre 1810 modifié).

L’approche régionale met en évidence le rôle évolutif de ces acteurs, oubliés des études historiques précédentes d’approche nationale. L’interventionnisme croissant de l’État dans le secteur pétrolier durant la période étudiée, ne doit pas occulter les initiatives locales à portée nationale. Celles des pionniers havrais et rouennais notamment, analysées dans cette recherche, mettent en évidence les perceptions qu’ont les acteurs de l’industrie pétrolière qui se structure au cours de la période étudiée.

Abstract: The Seine Valley is one of the most important French oil industry centers, both in terms of production and concentration of industrial activities. For about 150 years, trading and industrial activities, which were generated by oil, have made of the Seine valley a favourable geographical area for analysing the historical process of its creation and development.

As the Haute Normandie is a strategic industrial site, a multi-scale approach is requested. The issues of the location of oil industry activities and the need of measuring the importance of this activity on the area have led us to wonder about the role of local economic and political partners in the development of this “dangerous, unhealthy and inconvenient” industrial activity (French amended decree, October 15th 1810).

The regional approach shows the gradual involvement of these partners, who had been left out of previous national historical studies. Although State interference in the oil sector increased during the studied period, local involvement must not be overshadowed because it may have a national impact. Analyzed in this research work, local pioneering enterprises, especially those from Le Havre and Rouen, point out the views partners have of the oil industry which was being structured during the studied period.

                                                                       * * *

Lemarchand, Yannick : Du dépérissement à l’amortissement. Enquête sur l’histoire d’un concept et de sa traduction comptable

Sous la direction de Claude Cossu

Thèse de doctorat (Sciences de gestion)

Soutenue à Université Paris XII, le 13 janvier 1993

En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-00548896/

Résumé : Cette étude concerne les pratiques comptables des entreprises françaises sur une période allant du ministère de Colbert à 1914. Elle a pour matériau essentiel les archives d’entreprises et la littérature technique.

Dès la fin du XVIIe siècle, des entrepreneurs intègrent le dépérissement des immobilisations dans leurs calculs. Certains en donnent une traduction comptable. Fin XVIIIe – début XIXe, on rencontre des écritures qui combinent constat de dépréciation et intérêt du capital. L’industrialisation et le développement des sociétés par actions ont favorisé l’émergence du concept, mais le lien n’est pas aussi direct qu’on a pu le penser. D’ailleurs la pratique reste limitée, car l’actif durable échappe souvent à la représentation comptable. Il n’est pour beaucoup qu’un effet mort, son acquisition est assimilée à une consommation. En outre, en dehors du textile, secteur lié au capital marchand, l’industrie ne connait souvent que la comptabilité en recettes et dépenses, mode traditionnel des finances publiques. On se contente d’enregistrer les flux, sans organiser le suivi des stocks.

Durant les années 1820 à 1840, l’usage de la partie double se généralise. On impose à certaines des premières sociétés anonymes de prévoir l’amortissement des immobilisations dans leurs statuts. La préoccupation de reconstitution du capital investi se manifeste par la formation de fonds d’amortissement. C’est alors que le procédé comptable prend sa dénomination actuelle, utilisée jusque-là pour désigner le remboursement d’un emprunt.

Les compagnies de chemin de fer s’abstiennent d’amortir, notamment car elles ont massivement recours à l’emprunt et que l’Etat garantit leurs dividendes. Tout aussi éloignées du standard patrimonial, des entreprises industrielles font du mécanisme l’auxiliaire actif d’une politique d’autofinancement intensif. Ceci déclenche parfois d’âpres conflits entre administrateurs et actionnaires. Malgré quelques velléités de réglementation, on ne réussira guère à discipliner les pratiques avant que n’intervienne l’imposition des bénéfices en 1914.

Mots-Clés : Comptabilité, Histoire, Amortissement, Autofinancement, Archives, Actionnaires, Sociétés, Immobilisations.

Abstract: From ‘dépérissement’ to ‘amortissement’, investigations on the history of an economic concept and its accounting translation

This study concerns accounting practices of French enterprises from the Cabinet under Colbert until to 1914. It is essentially based on firm archives and technical litterature.

At the end of the XVIIth century, certains managers took account of the wear and tear of fixed assets in their forecasting. Some of them gave an accounting translation. Late XVIIIth – beginning of XIXth century, we come upon entries combining depreciation and capital interest. The industrialization and the rise of joint-stock companies favored the birth of the concept, but the link is not so noticeable as one might think. The practise of depreciation was rare, because fixed assets frequently don’t appear in accounts. For many people, they are just a dead stock, the investment is viewed as a consumption. Furthermore, except for the textile industry, which is closely linked to merchant capitalism, entrepreneurs only knew charge and discharge accounting, the traditional model of State finance. Only flows are registered, without organizing the monitoring of fixed assets.

Between the 1820s and 1840s, the use of double-entry spread among all industries. Some of the first PLCs were obliged to include depreciation rules in their articles. The setting-up of sinking funds shows us the preoccupation to rebuild the capital initially invested. It was at this moment that the accounting mechanism took its French name : ‘amortissement’. This word was first used for repayment of loans.

Railways companies refrained from depreciating, partly because they used bond issues for investing on a massive sacle and because the level of theirs dividends was guaranteed by the State. On the other hand, numerous industrial companies used depreciation as a tool for intensive self-financing. This sometimes generates conflicts between managers and stockholders. Despite some attempts to regulate, practises were not successfully brought into line before income tax legislation in 1914.

                                                                       * * *

Lembré, Stéphane : L’école des producteurs. Activités économiques et institutionnalisation de la formation au travail dans la région du Nord des années 1860 aux années 1930

Sous la direction de Jean-François Chanet

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université Lille 3, le 16 septembre 2011

Résumé : L’objectif de cette étude est de comprendre le développement des besoins de formation au travail agricole, commercial et industriel dans le Nord de la France. La chronologie propre à l’institutionnalisation des formations des années 1860 aux années 1930 permet de suivre la construction incertaine d’un système régional de formation. Les dispositifs de formation anciens sont renouvelés et complétés grâce au renforcement des efforts de responsables politiques, économiques et éducatifs convaincus progressivement, et pour des raisons diverses, de la nécessité de disposer d’un personnel formé. Les relations entre collectivités locales et administrations centrales autour du dossier de la formation sont subordonnées à la construction économique régionale. Elles justifient la recherche de niveaux intermédiaires de gestion de ces équipements de l’économie qui reposent sur l’engagement de responsables convaincus, attentifs aux développements des formations en France et à l’étranger.

Abstract: The purpose of this study is to understand the growing need for vocational training both in agriculture, industry and trade in Northern France between the 1860s and the 1930s. The institutionalization of this training during this period reveals the unsteady construction of a regional training system. The long-standing structures of vocational training are reformed and completed by the increasing work of political, economic and educational leaders gradually convinced, for numerous reasons, of the neccessity of a trained workforce. The relationships between local authorities and national services, both in charge of this matter, depend on the economic construction of the area. Therefore, intermediate levels of management are developed for these training institutions, considered as economic tools, whose running relies on the commitment of some strongly convinced leaders who carefully study the development of similar training systems both in France and abroad

                                                                       * * *

Llopart, Michael : Entre l’État, l’Usine et le Marché : « le problème de l’Azote en France ». Retour sur les débuts controversés d’une entreprise publique durant l’Entre-deux-guerres. L’Office national industriel de l’Azote (1924-1940).

Sous la direction de Jean-Marc Olivier et Alain Boscus

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université de Toulouse Jean Jaurès, le 26 juin 2020

Résumé : Devant les nouveaux besoins militaires qu’a fait naître la Première Guerre mondiale, la France s’est trouvée devant le défi de faire évoluer les structures de son industrie chimique. La nécessité d’opérer un changement d’échelle se vérifie particulièrement dans le cas de l’azote, lorsque sous l’effet de la guerre sous-marine, les approvisionnements du pays en nitrates de soude chiliens sont mis à mal. Sans le soutien de ses alliés, la France aurait alors pu se trouver à court de poudres et d’explosifs. Une fois l’armistice signé, les dirigeants politiques encouragent l’implantation sur le sol national d’usines d’ammoniaque synthétique de manière à tendre simultanément vers l’indépendance en matière militaire et agricole (engrais azotés). En 1924, est créé à Toulouse l’Office national industriel de l’Azote (ONIA). Cette création participe de la mise en œuvre d’une politique chimique française plus volontariste qu’auparavant. Toutefois, son contenu est plus complexe qu’il n’y paraît, dans la mesure où l’État n’accompagne pas la création de cette entreprise d’un monopole sur le marché, mais impose à cette dernière de cohabiter avec des concurrents privés.

Au moyen d’une étude de cas consacrée à l’ONIA, cette thèse de doctorat ambitionne de livrer une socio-histoire du problème soulevé par la question de l’azote en France entre 1918 et 1940. Par le moyen d’une histoire d’entreprise qui se veut « totale » dans son approche et qui s’efforce de conjuguer les échelles locale, nationale et internationale, elle souhaite comprendre comment cet office public a été conçu et mis en œuvre comme réponse au défi de l’azote. Retracer la trajectoire industrielle de l’ONIA doit parallèlement aider à éclairer les enjeux qui ont présidé à la matérialisation de cette réponse à l’échelon du pays, de même qu’à mettre en exergue les difficultés qui en ont accompagné la réalisation que ce soit sur le plan technique, économique, politique ou social. Parce qu’elle s’inscrit à la charnière des trois entités que sont l’État, l’usine et le marché, cette histoire d’entreprise permet d’interroger les jeux d’acteurs qui ont pris forme en leur sein et, de ce fait, d’évaluer la capacité qu’ont eu ces derniers à s’entendre sur l’organisation d’une filière aussi stratégique, où intérêts publics et intérêts privés apparaissent étroitement mêlés. Ce travail a également pour objectif de questionner les résultats concrets obtenus par l’entreprise sur le moyen terme et, en outre, de déterminer les retombées qu’a eues la politique initiée par les pouvoirs publics en ce qui concerne la couverture des besoins du pays en produits azotés. S’est-elle révélée concluante en définitive ? Dans ce processus, l’ONIA a-t-il confirmé les attentes placées en lui ? Cette recherche a pour but enfin, d’analyser les diverses pratiques déployées par l’État en tant qu’employeur et industriel au sein d’une filière dépourvue de monopole. Il s’agit entre autres, d’évaluer quelle a été sa capacité à s’adapter aux exigences d’une économie concurrentielle à une époque où les pouvoirs publics n’ont encore que peu d’expérience en matière d’exploitation directe d’affaires de ce type.

Cette étude sur le développement de l’Office et de sa filière apparaît donc intéressante pour montrer qu’à rebours des schémas communément admis sur l’entre-deux-guerres, la notion d’entrepreneuriat d’État ne semble pas s’opposer à celle de marché, ni à celle d’une possible concurrence avec le secteur privé. Dans notre cas d’espèce, ces deux logiques se trouvent même étroitement liées au sein d’un cadre institutionnel régi par des conventions, et dont l’évolution donne à voir un mélange original entre des principes libéraux et des principes dirigistes.

Abstract: Faced with the new military needs created by the First World War, France was faced with the challenge of changing the structures of its chemical industry. The need for a change of scale was particularly evident in the case of nitrogen, when the country’s supplies of Chilean soda nitrates were jeopardized by submarine warfare. Without the support of its allies, France might then have run out of powders and explosives. Once the armistice was signed, the political leaders encouraged the establishment of synthetic ammonia plants on national soil in order to simultaneously move towards independence in military and agricultural matters (nitrogen fertilizers). In 1924, the Office national industriel de l’Azote (ONIA) was created in Toulouse. This creation was part of the implementation of a French chemical policy that was more proactive than before. However, its content is more complex than it seems, insofar as the State does not accompany the creation of this company with a monopoly on the market, but imposes on it to cohabit with private competitors.

By means of a case study devoted to the ONIA, this doctoral thesis aims to provide a socio-history of the problem raised by the nitrogen issue in France between 1918 and 1940. Through a history of a company that wants to be « total » in its approach and that strives to combine the local, national and international scales, it wishes to understand how this public office was conceived and implemented as a response to the nitrogen challenge. At the same time, retracing the industrial trajectory of ONIA should help to shed light on the issues that led to the materialisation of this response at the national level, as well as highlighting the difficulties that accompanied its realisation, whether on a technical, economic, political or social level. Because it is at the crossroads of the three entities of the State, the factory and the market, this corporate history makes it possible to question the interplay of actors that has taken shape within them and, consequently, to assess their ability to agree on the organization of such a strategic sector, where public and private interests appear to be closely intertwined. This work also aims to question the concrete results obtained by the company in the medium term and, in addition, to determine the impact that the policy initiated by the public authorities has had in covering the country’s needs in nitrogen products. Was it ultimately conclusive? In this process, has ONIA confirmed the expectations placed in it? Finally, the aim of this research is to analyse the various practices deployed by the State as an employer and an industrialist within a sector that does not have a monopoly. Among other things, it is a question of assessing its ability to adapt to the requirements of a competitive economy at a time when the public authorities still have little experience in directly operating this type of business.

This study on the development of the Office and its sector is therefore of interest in order to show that, in contrast to the patterns commonly accepted between the two world wars, the concept of State entrepreneurship does not seem to be opposed to that of the market or to that of possible competition with the private sector. In our case, these two logics are even closely linked within an institutional framework governed by conventions, the evolution of which shows an original mix between liberal and dirigiste principles.

                                                                       * * *

Lloret, Sylvain : Entre princes et marchands : les agents généraux de France à Madrid dans les interstices de la diplomatie (1702-1793) ; Between princes and merchants: general agents of France in Madrid in the interstices of diplomacy (1702-1793)

Sous la direction de Lucien Bély

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Sorbonne Université, le 25 juin 2018

Résumé : Entre 1702 et 1793, onze hommes occupèrent la fonction d’agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid. Agissant sans statut officiel, ces envoyés du secrétaire d’État de la Marine étaient la pièce maîtresse d’un réseau d’information français en Espagne. Créés après l’avènement du Bourbon Philippe V au trône d’Espagne, ces experts, clé de voûte du réseau consulaire français dans la Péninsule, mirent leur compétence économique au service d’un rapprochement commercial entre les deux monarchies. Par leur action, leur surface sociale, leur connaissance de l’Espagne et leurs discours, ces intermédiaires s’appropriaient une fonction aux contours obscurs. Hommes de l’ombre sous les ordres de l’ambassadeur français, ils acquirent une dimension qui en fit les véritables artisans d’une diplomatie commerciale franco-espagnole au XVIIIe siècle. Ces instances de dialogue interrogent les interactions croissantes entre commerce et diplomatie. L’étude tend à montrer en quoi ces figures hybrides se situaient à l’interface entre plusieurs mondes : la France et l’Espagne d’une part, le négoce et la sphère politique d’autre part. Informateurs, négociateurs et médiateurs, ces agents interrogent le cheminement qui conduisait de l’information à la négociation. Il s’agit de montrer en quoi ces hommes, acteurs de l’interconnexion des deux monarchies, dessinaient les contours d’un espace de dialogue spécifique qui visait à combler les interstices entre les réalités du terrain et la discussion entre gouvernements.

Abstract: Between 1702 and 1793, eleven men held the position of general agent of the Navy and Trade of France in Madrid. Acting without any official status, these envoys of the Secretary of State of the Navy were the centerpiece of a French informative network in Spain. Created after the advent of the Bourbon Philip V to the Spanish throne, these experts, keystone of the French consular network in the Peninsula, put their economic competence at the service of a commercial alliance between both monarchies. Their action, social surface, knowledge of Spain and discourse, helped these intermediaries seize a function with blurry outlines. Men of the shadow under the orders of the French ambassador, they acquired such a dimension that they became the true artisans of a Franco-Spanish commercial diplomacy in the eighteenth century. These go-between rise the matter of the growing interactions between trade and diplomacy. The study tends to show how these hybrid figures were perfectly in between several worlds : France and Spain on the one hand, trading and the political sphere on the other. Informants, negotiators and mediators, these agents encourage us to question the path that led from information to negotiation. Thus, what is at stake in this study is to show how these men, actors of the interconnection of the two monarchies, drew the frame for a specific dialogue which aimed to fill the interstices between the realities of the field and the more political debate between governments.

                                                                       * * *

Londeix, Olivier : Du client au consommateur : Casino, une chaîne succursaliste alimentaire française (1898-1960)

Sous la direction de Sabine Effosse

Soutenue à Université Paris Nanterre, le 27 novembre 2018

Résumé : Les chaînes de magasins d’alimentation et d’approvisionnement diffusent leurs succursales à partir de la fin du XIXe siècle dans les pays industrialisés. Leur avantage concurrentiel repose sur l’intégration de la fonction de grossiste. Fondée par Geoffroy Guichard à Saint-Étienne en 1898, Casino est la seule société succursaliste française à avoir conservé ses archives. L’histoire de l’entreprise permet d’identifier les dispositifs d’intégration de catégories de plus en plus diverses d’acheteurs au marché des biens de consommation : l’attachement à la marque-enseigne et aux marques propres, la professionnalisation de la vente. Les tensions peuvent se lire dans les archives entre la mise en application de principes fordistes de standardisation et la volonté de renforcer le lien de clientèle. Dès avant l’unification du marché français par une nouvelle génération d’opérateurs, les succursalistes entament un processus de fabrique du consommateur – un acteur détaché des relations de fidélités traditionnelles. En France, les chaînes succursalistes sont à l’origine du passage du comptoir, au libre-service et aux supermarchés – en 1960 chez Casino. Dans cette lutte séculaire entre deux principes théoriques antagoniques (le commerce et la distribution), l’État se présente en position d’arbitre, sommé d’engager la « réforme du commerce », un processus débouchant finalement sur le triomphe de la grande distribution.

                                                                       * * *

Lupo, Sébastien : Révolution(s) d’échelles : Le marché levantin et la crise du commerce marseillais au miroir des maisons Roux et de leurs relais à Smyrne (1740-1787)

Sous la direction de Gilbert Buti

Soutenue à Aix-Marseille, le 29 juin 2015

Résumé : Les Capitulations accordées par la Porte en 1740 fixent un cadre favorable pour le commerce français au Levant. Cependant, le XVIIIe siècle est celui de sa régression. Smyrne, qui s’impose alors comme la première Échelle ottomane, offre un point d’observation idoine pour comprendre cette crise où se mêlent confusément la dégradation des changes et celle des draps, l’article le plus exporté. Pourtant, la maison marseillaise Roux établit une commandite à Smyrne en 1759 après avoir eu recours à des tiers. Grâce aux apports de la sociologie économique, notre étude montre que le contexte levantin, sujet aux révolutions de toute sorte, n’offre pas toutes les aménités escomptées. La structure sociale légalement induite, et dominée par les Marseillais, fonctionne selon une prudence encastrée qui assimile les régisseurs à des subalternes suspects d’opportunisme. Une telle organisation entrave la saisie des occasions offertes par le marché oriental. Alors que la Méditerranée devient un espace périphérique du commerce mondial, les Roux échouent à valoriser leur implantation levantine malgré l’étendue de leurs réseaux. La domination marseillaise de la draperie languedocienne contribue en fait à sa précarisation et à la baisse de sa qualité. Dès la fin de la guerre de Sept Ans, ces exportations entrent dans une phase dépressive que l’inertie des pratiques négociantes ne fait qu’entretenir. Celles-ci expliquent également l’absence de diversification. Ainsi, les défauts réticulaires se combinent à la complexité du marché levantin, aux troubles géopolitiques du XVIIIe siècle et à la transition hégémonique au profit des Anglais pour expliquer la crise du commerce marseillais levantin.

                                                                       * * *

Malaprade, Sébastien : Stratégies familiales et mobilité sociale : fortune et infortunes de la famille Jurado y moya dans la première moitié du XVIIe siècle

Sous la direction de Laurent Bourquin et Jean-Frédéric Schaub

Soutenue à EHESS, le 23 juin 2015

Résumé : Cette thèse adopte une démarche micro-historienne pour étudier la trajectoire familiale d’un magistrat dans l’Espagne du premier XVIIe siècle, Rodrigo Jurado y Moya. Son parcours permet d’interroger les mécanismes socio-politiques qui favorisent la mobilité sociale au sein d’une société d’Ancien Régime qui se prétend immobile. La situation de mobilité accélérée rencontrée par ce dernier (ascension et chute) permet de saisir comment un roturier peut créer de toute pièce une « maison » noble. L’analyse aborde trois points principaux. La complémentarité des stratégies qui soutiennent l’ascension sociale. L’étude lie ensemble les projets d’une famille, les opportunités financières et commerciales qui lui sont offertes par le service du roi, ses relations avec les milieux d’affaires et la construction d’une fortune. La légitimation des positions acquises. L’analyse des discours et des stratégies de Rodrigo Jurado signale son recours à la dissimulation pour légitimer son ascension. Le but est de manipuler son identité pour la rendre conforme aux représentations nobiliaires dominantes. Les processus d’hybridation. La thèse démontre la porosité entre le monde des juristes et celui des financiers. Leur culture commune est un fait essentiel pour comprendre les rouages du système « fisco-financier ». Il apparaît que la gestion des finances obéit à des logiques largement privées. Ces trois orientations invitent à nuancer la pertinence de paradigmes, comme celui de mentalité rentière ou de fermeture sociale en temps de crise, en montrant la capacité des acteurs à s’adapter aux changements de conjonctures et à en tirer profit.

                                                                       * * *

Martin, Pierre : Histoire du groupe Azur : les mutations d’un groupe d’assurances mutuelles (1819-2000)

Sous la direction de Jacques Marseille

Soutenue à Université de Paris-I, le 1er décembre 2003

En ligne : http://www.theses.fr/2003PA010620

Résumé : Comment expliquer la spécificité et la longévité des sociétés d’assurance mutuelle ? Ces sociétés sans capital sont soumises au marché mais sont gérées par les plus gros assurés, qui se cooptent. Trois mutuelles, réunies fin XXe siècle dans le Groupe Azur, ont été étudiées à partir des archives privées d’entreprise. La puissante Assurance Mutuelle de la Seine et de la Seine et Oise née en 1819 a une belle clientèle : la branche noble. La Beauce réunit de solides agriculteurs : la branche roturière (1874). La Cérès, société grêle née en 1822, fonctionne sur un marché peu profitable. L’approche comparée permet d’expliquer le fonctionnement des marchés, bien avant que la théorie économique n’en précise les concepts, d’appocher les réseaux humains d’assurés qui sont aussi assureurs.

                                                                       * * *

Martinez, Sandra : Les fournisseurs de parures à la cour madrilène sous Charles II (1665-1700). Service et représentation du souverain au cœur de son royaume

Sous la direction de Araceli Guillaume-Alonso

Thèse de doctorat (Histoire et Civilisation de l’Espagne)

Soutenue à Université Paris-Sorbonne Paris IV, le 22 avril 2017

Résumé : Pour Charles II, souverain malade, héritier tardif d’une fin – fin d’un siècle, fin d’une dynastie, fin du « temps de l’Espagne » –, la mise en scène du pouvoir est une nécessité majeure. Le corps du roi, par-delà l’apparence physique, est le réceptacle de la souveraineté, d’une représentation politique. Sur ce corps vêtu, la physionomie est transcendée par le vêtement et par sa fonction de reconnaissance et de légitimation. Le rôle de la parure est de forger l’image du monarque. L’expertise et le travail du fournisseur en parures, véritable architecte de l’image du roi, masquent, créent, subliment la silhouette et la figure royale. Pour travailler le rôle et le statut des fournisseurs royaux en parures sous Charles II, nous avons fondé nos analyses sur des manuscrits inédits des archives du palais royal de Madrid. La découverte de certains documents remarquables a permis une étude en profondeur du métier des marchands et artisans attitrés de la famille du souverain.

Mots-clés : fournisseurs ; commerce ; marchands ; artisans ; parures ; habit ; représentations ; image ; maisons royales ; cour ; famille royale ; Charles II ; Madrid ; XVII e siècle ; histoire ; Espagne.

Abstract: For Charles II, ill sovereign, late heir of an end – end of a century, end of a dynasty, end of the « time of Spain » –, the representation of power is an absolute necessity. The king’s body, beyond physical appearance, carries sovereignty, political representation. On this dressed body, clothing and its function of recognition and justification transcends physiognomy. Finery role is to forge the image of the monarch.

Competence and work of the supplier of finery, real architect of the king’s image, hide, create, sublimate king’s figure and form. In order to work on the role and status of royal family suppliers of livery under Charles II, we based our analysis on original manuscripts of Madrid royal palace’s archives. The discovery of some notable documents allowed a deep study of the trade of merchants and craftsmen with royal warrants.

Keywords : suppliers ; trade ; merchants ; craftsmen ; finery ; dress ; representations ; image ; royal households ; court ; royal family ; Charles II ; Madrid ; XVII th century ; history ; Spain.

                                                                       * * *

Millet, Audrey : Les dessinateurs de fabrique en France (XVIIIe-XIXe siècles)

Sous la direction de Philippe Minard et Olivier Christin

Soutenue à Paris 8, le 30 juin 2015

Résumé : La première industrialisation, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, s’est appuyée sur « la révolution des consommateurs » : une consommation et une circulation accrue de tous les objets du quotidien que sont tissus, dentelles, tapisseries, faïences, papiers peints, vaisselle… Le désir d’acheter et de posséder des biens autres que ceux qui permettent la simple survie conduit ainsi à une affirmation des phénomènes de mode, impliquant pour les producteurs la nécessité de prendre en compte le goût changeant des consommateurs et la diversification de leurs consommations. La course à la novation pour séduire la clientèle devient un enjeu majeur pour les manufacturiers. Le dessinateur occupe une place essentielle dans cette compétition, puisque la première phase du processus de production, avant celle de la fabrication et de la commercialisation, est celle de la création, du design du produit.Ce travail interroge le statut de cette main-d’œuvre qualifiée, détentrice d’un savoir-faire peu formalisé durant le XVIIIe siècle, mais qui tend à une lente institutionnalisation, dont nous examinons les rythmes jusqu’à l’émergence et la codification de la profession. L’œuvre et l’auteur étant des entités indissociables, il s’agit de questionner le statut du dessinateur-auteur au sein du processus de production collectif et industriel, et non singulier et artistique. Rarement étudiée, la place des femmes dans le monde manufacturier doit aussi être analysée. De plus, il convient de faire le deuil des taxinomies sociales ordinaires et en particulier des oppositions binaires figées : art/industrie, artiste/artisan, art libéral/art mécanique, mais aussi dessin de figure/dessin linéaire.

                                                                       * * *

Minvielle Larousse, Nicolas : L’âge de l’argent. Mines, société et pouvoirs en Languedoc médiéval

Sous la direction de Marie-Christine Bailly-Maître et Philippe Allée

Thèse de doctorat (Archéologie)

Soutenue à Université d’Aix-Marseille, le 2 décembre 2017

Résumé : Thèse d’histoire et d’archéologie qui porte sur l’exploitation des minerais argentifères du Languedoc médiéval. Les entreprises qui conduisent ce processus sont analysées sous un angle d’histoire et d’archéologie sociales, pour d’articuler les étapes de la production avec l’organisation du travail, et questionner les liens qu’elles entretenaient avec les pouvoirs. L’enquête se fonde sur un corpus de 22 espaces miniers du sud du Massif-central, réunis en catalogue dans un second volume. Un troisième volume contient le regeste de 261 documents.

La première partie de la thèse s’attache à définir les lieux de l’exploitation argentifère en Languedoc oriental. Elle repose sur le dépouillement des exploitations mentionnées dans les textes et sur l’inventaire des vestiges qui s’y rattachent potentiellement. Cette tâche a permis de mettre en évidence la forte discontinuité des travaux, tant spatiale que temporelle, et d’engager des réflexions typologiques et conceptuelles sur les différents espaces miniers constitués.

La seconde partie engage l’étude des entreprises contenant ces espaces. Dans leur fonctionnement, une dialectique se met en place entre ceux qui dominent, ceux qui exploitent et ceux qui travaillent. Pour envisager de quelle manière était conduit le processus de production, l’unité de base considérée est le « minier » des textes, incarnation matérielle de l’entreprise regroupant une portion de gisement, des ateliers de transformation et des territoires d’approvisionnement. Partant, chaque étape du processus a été analysée dans une perspective technique et sociale, jusqu’à envisager les problèmes de quantification et de diffusion des métaux produits.

Une troisième partie apporte un regard spécifiquement archéologique sur ces questions. Un site d’extraction et de préparation du minerai daté des XIe et XIIe siècles a été fouillé en aire ouverte (vallée du Chassezac, Ardèche). Le filon a été abattu par les mineurs tandis qu’un quartier de traitement du minerai et d’assistance a été installé à proximité. L’étude des réseaux miniers, la fouille de ce quartier et les sondages effectués en marge de ce site ont offert une rare opportunité de documenter dans son ensemble une exploitation minière, fruit de l’activité de plusieurs petites entreprises rurales.

Une dernière partie inscrit la production argentifère dans le temps et l’inscrit dans ses contextes. Si du IIe au Xe siècle, le désert minier n’est pas aussi complet qu’on a pu le supposer, un large essor minier se développe au XIe siècle, et semble couvrir une large partie de l’Occident médiéval. Ensuite, la production paraît marquer le pas. Encore large au début du XIIIe siècle, elle diminue nettement dans son dernier quart, cependant que d’autres concurrences, conséquences de la Croisade, se manifestaient pour drainer une part de ses fruits. Malgré des initiatives et des innovations, les gisements languedociens s’épuisent progressivement à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle.

                                                                       * * *

Modanese Cécile : La dynastie des pépiniéristes Baumann de Bollwiller et son influence sur l’horticulture et le goût des jardins (XVIIIe siècle – XXe siècle)

Sous la direction de Nicolas Stoskopf et Bernard Jacqué

Thèse de doctorat (Histoire contemporaine)

Soutenue à Université de Strasbourg – UHA, le 29 juin 2020

Résumé : Les pépinières Baumann sont fondées à Bollwiller par Jean Baumann vers 1735. Révolutionnant les pratiques arboricoles d’alors, celui-ci créé pour son propre compte une pépinière d’arbres fruitiers à objectif mercantile. L’activité traverse la Révolution française et réalise une formidable ascension en trois générations. Elle connaît son heure de gloire au XIXe siècle, documentée notamment par des archives familiales et par des articles dans diverses revues horticoles du XIXe siècle. L’entreprise perdure non sans difficultés de transmission à travers six générations, jusqu’en 1969, mais sans jamais plus atteindre la renommée des Frères Baumann. Le succès extraordinaire de cette entreprise spécialisée au XIXe dans les arbres fruitiers et d’ornement, repose sur sa capacité à s’approvisionner et à reproduire des plantes rares et prisées. Elle se distingue par la qualité et la rareté de ses produits : camélia, séquoia géant, sophora pleureur… La pépinière se charge elle-même de la commercialisation des productions, sur un marché en expansion et en constante mutation. Ainsi, ces plantes participent à la propagation d’un goût nouveau : celui pour la végétation exotique, propice à l’évasion par la rêverie. Son champ d’activité principal de production d’arbres et d’arbustes est complété dès le début du XIXe siècle par le travail de « dessin de jardins », diffusant notamment en Alsace et en Suisse les jardins pittoresques.

En étudiant cet établissement pionnier, qui se développe en amont de l’âge d’or de l’horticulture, la thèse éclaire un angle mort de la recherche historique à savoir l’histoire de l’horticulture, située à la croisée de plusieurs spécialités historiques reconnues.  Cette étude s’insère à la fois dans l’histoire des entreprises, l’histoire agricole, l’histoire des sciences et dans l’histoire de l’art. Par ailleurs, elle met en avant l’importance de cette nouvelle activité économique : celle des pépinières, jouant le rôle du maillon manquant entre la plante rare et celle largement diffusée dans les jardins.

L’étude incite enfin à aborder l’analyse patrimoniale des parcs et jardins, avec une place particulière pour l’étude des végétaux présents et utilisés pour la composition de ceux-ci.

Abstract: The Baumann tree nurseries were established in Bollwiller around 1735 by Jean Baumann. Revolutionizing the arboricultural practices of the time, he sets up for his own account a profit-oriented fruit tree nursery. The activity gets over the French Revolution and achieves a remarkable growth over three generations. It reaches its moment of glory in the 19th century, as documented by family archives in particular and by articles in various 19th century horticultural magazines. Until 1969 and during six generations, the business remains family run, although not without transfer difficulties and never again reaching the Baumann Brother’s reputation. The overwhelming success of this company, which specialized in the 19th century in fruit and ornamental trees, is based on its ability to get hold of and reproduce rare and prized plants. It is characterized by the quality and rarity of its products: camellia, giant sequoia, sophora japonica pendula… The nursery takes responsibility for its own products’ marketing in a growing and ever changing market. Thus, these plants partake in spreading a new taste: that for exotic vegetation, conducive to daydreaming escape.

Since the beginning of the 19th century, the main activity of trees and shrubs production has been completed by “gardens’ design” which contributed to disseminate picturesque gardens, in particular in Alsace (France) and Switzerland.

By studying this pioneering company which developed prior to the golden age of horticulture, the thesis sheds light on a blind spot in historical research, namely the history of horticulture, located at the crossroads of several recognized specialties. Indeed, this study is incorporated in the history of business, of agriculture, of sciences and the history of art. Furthermore, it highlights the importance of a new economic activity: that of tree nurseries as a missing link between rare plants and those widely distributed in gardens. Finally, the thesis encourages to consider parks and gardens’ estate analysis, with a particular focus on the study of the current vegetation and of the plants used in their design.

                                                                       * * *

Montagnon, Florent : Construire le stable et l’instable. La gestion du personnel d’exécution des transports publics urbains lyonnais, 1894-1948

Sous la direction de Sylvie Schweitzer

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université Lumière Lyon 2, le 14 septembre 2009

Résumé : Le réseau des transports urbains lyonnais est exploité par la Compagnie des omnibus et tramways de Lyon (OTL), société anonyme fondée en 1879. Comme toutes les entreprises de service public, l’OTL octroie à certains de ses salariés, les « titulaires », des garanties d’emploi et des avantages sociaux en avance sur la législation. Grâce à des normes dans l’organisation du travail, la plupart des titulaires ont un emploi du temps et des affectations préétablis. Toutes ces dispositions sont définies dans des contrats collectifs de travail résultant de négociations avec le puissant syndicat cégétiste, au cours desquelles interviennent fréquemment les collectivités locales, ville de Lyon et département du Rhône.

Mais l’OTL doit adapter ses effectifs aux variations de la charge de travail et cherche à réduire les dépenses de personnel. Elle définit dès le début du XXe siècle des formes de flexibilité qui s’articulent autour des rythmes, des temps et des postes de travail. Jusqu’en 1949, tous les salariés sont embauchés avec des contrats où se combinent durées déterminées ou indéterminées de l’emploi avec le travail à temps partiel ou à temps plein, avant d’obtenir éventuellement une place plus stable : les « auxiliaires » travaillent uniquement le dimanche, ou bien les jours de semaine mais uniquement selon les besoins du service et peuvent être licenciés sans indemnité. La flexibilité affecte aussi les titulaires, essentiellement au début de leur carrière.

Des tendances fortes se dégagent. Premièrement, la conceptualisation et la sophistication des formes de flexibilité sont concomitantes de la construction du statut des titulaires. Deuxièmement, les normes temporelles du travail sont de plus en plus complexes. Troisièmement, la main-d’œuvre se partage entre des titulaires qui restent trente ans dans l’entreprise et de très nombreux auxiliaires ou titulaires présents quelques semaines seulement, démissionnaires à cause des salaires médiocres et des conditions de travail mauvaises.

                                                                       * * *

Morival, Yohann : Les Europes du Patronat : l’enjeu « Europe » dans les organisations patronales françaises depuis 1948

Sous la direction de Michel Offerle

Soutenue à EHESS, le 19 novembre 2015

Résumé : Comment l’Europe est-elle constituée comme un enjeu distinct au sein des organisations patronales françaises ? L’objectif de cette thèse peut surprendre tant l’intégration européenne est régulièrement présentée comme un processus exogène et univoque s’imposant aux acteur nationaux. Pourtant, entre 1948 et 2014, plusieurs acteurs s’opposent sur le sens à donner à l’Europe dans les organisations patronales étudiées et la manière de la traiter (faut-il ou non des structures spécialisées ?). Pour comprendre ces pratiques et représentations concurrentes de l’Europe, cette thèse se situe au carrefour de la sociologie des organisations patronales et d’une socio-histoire de l’intégration européenne. Elle mobilise des archives, des entretiens et des observations concernant principalement la confédération patronale française (le CNPF-MEDEF) et incluant plusieurs fédérations sectorielles. La première partie analyse la définition de plusieurs prises de position sur l’intégration européenne au sein du CNPF-MEDEF. Elle indique l’impossibilité de circonscrire un espace stable où sont produites ces décisions sur la période étudiée. Afin d’expliquer les réussites variables de l’adoption d’une décision sur l’Europe, cette thèse met l’accent sur les différentes modalités d’obtention d’un consensus au sein du CNPF-MEDEF. La seconde partie explicite la constitution des différentes légitimités revendiquées pour traiter l’Europe par les acteurs patronaux, à la fois dans les organisations nationales et à l’échelle européenne. De plus, l’enquête historique décrit la différenciation pratique des échelles nationale et européenne sans pour autant les considérer comme des niveaux autonomes.

                                                                       * * *

Mosgalik, Inès Charlotte : Uses of power. Nations and consumer associations in the making and un-making of European electricity consumers and norms (EU, Britain, France and Germany, 1973-2009)

Sous la direction de Paul-André Rosental

Thèse de doctorat (Histoire (mais ma thèse a également été nourrie par les sciences politiques et administratives, l’économie de l’énergie, les recherches en anthropologie et sociologie, les STS … ))

Soutenue à Sciences Po, Paris, le 1er juillet 2019

En ligne : http://www.theses.fr/s69243

Résumé : L’électricité alimente la « vie moderne ». Au cours des dernières décennies, les politiques de libéralisation et de re-régulation du secteur énergétique ont contribué à re-façonner de nombreuses normes de consommation électrique en l’Union européenne. Aujourd’hui, les consommateurs de l’électricité – et de plus en plus lesdits « prosommateurs » – sont mis en avant comme clefs de voûte de la réussite des transitions énergétiques en cours. Ceci étant dit, dans les faits notre compréhension de la malléabilité des usages électriques (domestiques) reste limitée.
En étudiant, à travers les données iconographiques, textuelles et quantitatives, les récits relatifs à la consommation de l’électricité dans les trois plus grands pays européens ainsi qu’au niveau de la gouvernance de l’UE (et avant de la CE et CEE) à proprement parler, et en donnant la parole aux intermédiaires représentant les consommateurs des « classes moyennes », cette recherche dresse un tableau relativement complexe et dynamique de la façon dans laquelle les usages de l’électricité ont été forgés en pratique sur le terrain. Cela faisant, elle contribue à démystifier les récits jusqu’ici souvent linéaires d’usages qui seraient de plus en plus convergents au sein de l’UE.
Ce travail s’appuie sur le croisement de sources d’organisations gouvernementales et non-gouvernementales internationales, ainsi que sur le dépouillement systématique des magazines mensuels des trois principales associations de consommateurs des pays qui formaient le champ de cette étude.
Cette approche de recherche nourrit l’actuelle historiographie sur plusieurs plans (histoire économique, histoire de l’intégration européenne, histoire de la consommation, histoire sociale de l’électrification), tout en contribuant aux «STS ».

Abstract: Electricity powers modern life. In the past decades of power sector de- and re-regulation, numerous European norms have fundamentally re-shaped the boundaries of what electric consumption means. Today, electricity consumers – and increasingly pro-sumers – are even cast as one of the, if not the, central brick to bring the current energy transition(s) to success. Still, we know relatively little about the malleability of domestic electricity uses on the ground.

By studying both qualitative and quantitative accounts of domestic electricity consumption in the three largest European nations as well as at the EU (and prior to this the EEC and EC) level of governance, and by giving a say to consumer testing bodies or, in other words, to the usually overlooked organised representatives of the middling sort, the present research paints a pretty complex and dynamic picture of how electric uses have been shaped on the ground, debunking conventional linear accounts of increasingly converging uses within the EU.

It builds on a combination of fresh historical sources, criss-crossing records of international governmental and non-governmental organisations with a systematic comparative excavation of the monthly magazines of the three leading independent consumer testing bodies – all representing their countries within what is now named Consumers’ International – of the nations that have formed the centre span of my study. Whilst being valuable proxies to gain a deeper understanding of how and why some everyday uses of electricity, but not others, have emerged, stabilised or disappeared, all have, so far, received very little attention in academia.

By adopting these lenses, this research brings about two main findings: (1) far from the expected converging march towards unified patterns of domestic electricity uses within the affluent (and equipped) Western European nations of the late 20th and early 21st centuries, many concrete uses did actually further split apart during the time period studied and (2) official norms of electric consumption were complemented, if not preceded, by unofficial, though not necessarily less effective, norms, oftentimes established by consumer representatives themselves. In other words, this research uncovers to what extent consumers’ everyday electricity uses must be tied back to the different industrial tissues of their nation state, as well as to the formation of consumers’ cultural inclinations and price considerations, each of them forming part and parcel of the “bigger picture”.

This approach further contributes to close some of the remaining research gaps in different areas of current historiography (economic history, history of European integration, history of consumption, social history of electrification), while equally contributing to the increasingly multidisciplinary “STS” scholarship. By stepping back on this relatively recent European past, this work, perhaps most importantly, brings into light to what extent organised representatives of the middling sort contributed – and still can, though perhaps in other more digital forms – to re-shape Europe’s “balance of power”.

                                                                       * * *

Mottier, Cédric : Les salines de Tourmont et de Montmorot au comté de Bourgogne (Franche-Comté) sous Marguerite d’Autriche. Ou l’échec d’une souveraine à rebours de ses prédécesseurs.

Sous la direction de Paul Delsalle

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université de Bourgogne-Franche Comté, le 4 décembre 2020

Résumé : Cette thèse a pour objet les deux salines (sites de production de sel) que Marguerite d’Autriche (1480-1530), comtesse de Bourgogne depuis 1509, fit construire à Tourmont (Jura), dès 1510, et à Montmorot (Jura), dès 1514 ; la même année, elle autorisa l’exploitation des sources salées de la châtellenie de Poligny (Jura) autres que celle de Tourmont. Ce faisant, elle revenait sur la politique de ses prédécesseurs qui, depuis le milieu du XIVe siècle, par la fermeture de salines et la non-exploitation de nouvelles sources salées, avaient progressivement concentré la production du sel comtois à Salins (Jura).

Pourquoi Marguerite d’Autriche agit-elle ainsi ? Comment a-t-elle mis en œuvre son projet princier ? Et quels résultats obtint-elle au final ?

Répondre à ces questions a permis d’élaborer des éléments de connaissance nouveaux, nombreux et variés, en lien avec ces différents objectifs : contribuer à l’histoire du sel ignigène et des salines comtoises à la charnière du Moyen Age et de la Renaissance, abordée sous un angle technique, politique et économique, et à travers l’étude inédite de deux petites salines, alors que Salins s’est taillé la part du lion dans les études menées depuis les années 1960 ; dialoguer avec l’archéologie, en confrontant l’apport des sources manuscrites, et même iconographiques, aux observations de terrain issues du projet collectif de recherche Les sources salées du Jura, 6000 ans d’exploitation (1996-2001) ; éclairer le principat comtois de Marguerite d’Autriche (1509-1530), très peu étudié à ce jour, à travers la politique salicole qu’elle conduisit en rupture avec celle de ses prédécesseurs (1509-1522) ; et plus généralement, voir en quoi ces faits nous renseignent sur sa manière d’exercer son pouvoir en Comté.

Abstract: This doctoral thesis has as its object the two saltworks which Margaret of Austria, as a new countess of Burgundy from 1509, had built at Tourmont (France, Jura), from 1510, and Montmorot (France, Jura), from 1514 ; in the same year she authorized the exploitation of the salty springs of the castellany of Poligny (France, Jura) other than that of Tourmont. In doing so, she returned to the policy of her predecessors, who, since the middle of the 14th century, by the closure of salt-works and the non-exploitation of new salty springs, had gradually concentrated in Salins (France, Jura) the production of salt from their county of Burgundy.

Why Margaret of Austria did this ? How did she implement her princely project ? And which results did she achieve in the end ?

Answering these questions made it possible to develop new, numerous and varied elements of knowledge, in connection with these different objectives : to contribute to the history of salt and saltworks of Franche-Comté at the hinge of the Middle Ages and the Renaissance, addressed under a technical, political and economic side, and through the fully new study of two small saltworks, while Salins has carved out the lion’s share in the studies carried out since the 1960s ; dialogue with archeology, by comparing the contribution of handwritten and even iconographic sources with field observations from the collective research project Les sources salées du Jura, 6000 years of exploitation (1996-2001) ; enlighten the principate of Margaret of Austria in Franche-Comté (1509-1530), very little studied to this day, through the salt production policy that she led, breaking with that of her predecessors (1509-1522) ; and more generally, to see how these facts tell us about the way she exercised her power in Franche-Comté.

                                                                       * * *

Mounier-Kuhn, Pierre : L’informatique en France, de la Seconde Guerre mondiale au Plan Calcul : Science, Industrie, Politiques publiques

Sous la direction de Jean-Jacques Salomon et Pr. François Caron

Thèse de doctorat (Histoire, Science-technologie-Société)

Soutenue à Conservatoire national des arts & métiers, le 10 mai 1999

Résumé : 1er volume : l’environnement scientifique. Une comparaison internationale montre que la France est le seul pays industrialisé où la recherche publique n’a pas réussi à construire d’ordinateur dans la période pionnière, avant 1960. Analyser ce « fait négatif » met en lumière certains traits de l’industrie et de la science française, visibles dès l’entre-deux guerres, et éclaire les tribulations ultérieures de l’informatique.

Celle-ci s’est développée dans des universités qui possédaient une forte tradition de sciences appliquées : d’abord Grenoble, Toulouse, Nancy, facultés comportant des laboratoires intégrés aux structures d’enseignement et habitués à travailler avec l’industrie ou l’armement. Le ch. 3 explique le processus de répartition des pôles de recherche en informatique sur le territoire scientifique français et décrit l’émergence de l’informatique dans les écoles d’ingénieurs.

Les conflits autour de la reconnaissance institutionnelle de l’informatique révèlent la tension entre des représentations antagonistes de la Science. L’informatique conquiert sa légitimité, d’abord à travers la revendication d’autonomie des mathématiques appliquées, puis en sortant de ce cadre et en s’associant avec d’autres disciplines. Au CNRS, les discussions sur l’informatique émergente fournissent un cas d’école pour étudier trois problèmes cruciaux de l’évaluation : Comment détecter un champ de recherche nouveau ? Comment assurer la représentation d’un domaine pluridisciplinaire ? Comment gérer les relations entre recherche fondamentale et industrie ? S’appuyant sur une volonté politique et sur l’industrie, l’informatique obtient une reconnaissance officielle dans les commissions du CNRS et de l’Université au milieu des années 1970.

2e volume : L’industrie. Entre les deux guerres, face aux multinationales NCR et IBM, diverses tentatives ont abouti à la création de Logabax et de la Compagnie des Machines Bull. La « révolution » de l’électronique vers 1950 offrait l’occasion d’amplifier cet effort de redressement. Faute de bénéficier de prototypes d’ordinateurs et de compétences issus de la recherche publique, l’industrie française a adopté trois approches de l’innovation, correspondant à trois types d’entreprises :

  • Une entreprise d’ingénieurs, la SEA, s’est lancée dès 1948 dans le développement de calculateurs, en prenant tous les risques. L’approche en termes d’« acteur-réseau » permet d’analyser son action et ses limites.
  • Les producteurs de matériels de gestion ont évolué de la mécanographie à l’informatique. Bull est devenue une multinationale, mais en conservant sa gestion de firme familiale. Son vaste réseau commercial ne peut pallier, après 1960, l’absence de produits adaptés. L’« affaire Bull » se solde en 1964 quand General Electric en prend le contrôle.
  • Les grands groupes de construction électrique français — CSF, CGE, SACM-Alcatel, Cie des Compteurs, Thomson — n’ont d’abord pas investi dans l’électronique digitale. Pris de court vers 1960 quand l’Etat commence à réclamer des ordinateurs, ils acquièrent des calculateurs d’automation sous licence américaine, reproduisant en informatique la situation de dépendance qui était celle de l’industrie électrique au début du siècle.

Ces firmes diffèrent par leurs attitudes envers la recherche, leurs stratégies de brevets, leurs investissements commerciaux et leurs relations avec l’Etat. Il n’existe pas d’‘entreprise à la française’, sinon par la force du cadre juridique, mais des types de firmes et de configurations innovantes, qui transcendent frontières et cultures nationales.

3e volume : L’Etat. Les Armées ont favorisé le développement de laboratoires et d’entreprises voués au traitement électronique de l’information pour réaliser divers systèmes d’armes, et ont contribué à structurer l’industrie informatique française. Dans la recherche et l’enseignement supérieur, elles ont fortement soutenu le développement des mathématiques appliquées et de l’informatique.

Réagissant au « défi américain », la politique gouvernementale est élaborée dans les instances — Commissariat au Plan, DGRST, DRME — où se négocient les rapports de forces et d’intérêts entre les protagonistes administratifs, savants et industriels, dans de profondes contradictions. L’ambition d’une informatique nationale est en compétition, pour les ressources, avec les autres grands programmes technologiques de l’Etat : nucléaire, aérospatial, réseaux radar. Le Plan Calcul emprunte à ces programmes des modèles d’action, des procédures et des dirigeants dont les aptitudes sont inadaptées à l’informatique, au moment où celle-ci évolue d’un marché technique à un marché de masse.

L’étude du processus de décision menant au Plan Calcul révèle l’incohérence flagrante entre ce « grand dessein » et les faibles moyens industriels qu’il met en œuvre. L’Etat charge la CII d’affronter IBM dans des conditions qui interdisent d’atteindre jamais la rentabilité. Enfin ses actionnaires, CGE et Thomson, sont en rivalité chronique sur un champ de bataille voisin : les télécommunications. Ces contradictions fragilisent d’emblée le Plan Calcul, qui ne résistera pas aux changements politiques de l’après-gaullisme.

                                                                       * * *

Mussa, Valentina : Athènes et ses sanctuaires. L’administration économique et financière des lieux de culte en Attique à l’époque classique et au début de l’époque hellénistique

Sous la direction de Marie-Christine Marcellesi

Thèse de doctorat (Histoire économique de la Grèce ancienne)

Soutenue à Sorbonne Université (Faculté de Lettres), le 30 novembre 2019

Résumé : Le contrôle et la gestion des fortunes des sanctuaires représentaient un enjeu majeur dans toute polis grecque. Les sanctuaires permettaient en effet l’accumulation et le stockage de richesses collectives. Ils se trouvaient au centre de transactions multiples à la fois liées à l’exploitation de leurs propres ressources et aux échanges économiques qu’ils entretenaient avec la communauté environnante. Au cours de notre étude, nous avons souligné comme l’administration économique et financière des lieux de cultes dépendait d’une équation complexe qui mettait en relation la polis et ses subdivisions avec les sanctuaires et les sanctuaires avec le territoire. A Athènes, la cité exerçait une autorité formelle sur l’ensemble de ses lieux de culte, intervenant de manière différente dans leur administration. Le degré d’intervention effective de la polis dans la gestion des sanctuaires attiques dépendait de la présence d’autres instances directement impliquées dans ce domaine, notamment les dèmes, subdivisions territoriales et administratives d’Athènes, et les associations religieuses privées. Au cours de l’époque classique, la polis conçut une vision unitaire de la gestion des cultes et des richesses de ses sanctuaires. Athènes mit en place un système de gestion plus rationnel et cohérent de ses biens sacrés en même temps qu’elle se dota de structures administratives et institutionnelles lui permettant de gérer un empire maritime en expansion. Ce système, loin d’être figé, reposa sur la mobilisation des pratiques et instruments comptables qui conduisirent à une connaissance plus précise des fortunes des sanctuaires et à une organisation et exploitation plus efficaces des trésors sacrés. La structure administrative fortement hiérarchisée su bien s’adapter aux statuts variés des sanctuaires attiques ainsi qu’aux spécificités liées à leur positionnement géographique. La polis déclina en effet de façon différente ses interventions dans la gestion économique des lieux de culte dispersés sur son territoire. Elle procéda souvent au maintien des spécificités régionales dans la gestion des sanctuaires. Elle adapta en même temps ces différentes réalités administratives aux objectifs de l’administration religieuse : les gestionnaires sacrés firent preuve d’inventivité dans l’adoption de solutions originales pour diversifier les recettes destinées à financer les dépenses des sanctuaires et garantir à ces derniers la plus complète autonomie financière. Les pratiques administratives et comptables adoptées par la polis et visant à l’équilibre budgétaire et la prévision de dépenses furent exportées avec succès aussi en dehors du territoire attique (ex. Délos). Cependant, la rupture de l’unité territoriale attique, intervenue après les années 260 avant J.-C., compromettra irrémédiablement le maintien d’une politique cohérente de gestion et contrôle de la part de la polis des aspects cultuels et des finances de l’ensemble de ses sanctuaires.

Abstract: In Athens, since de development of the maritime Empire, the management system of sacred finances became increasingly centralized on the Acropolis. The city developed a more rational and coherent method of administration of its sacred properties. This system was based on several practices and instruments of accountability that allowed the Athenian State to better control the wealth of attic sanctuaries and to better exploit it in order to finance religious life. Furthermore, attic sanctuaries bore different statuses and different economic roles inside Attic boundaries. For these reasons, Athens declined in a different way its interventions in the economic management of its sacred treasures. The Polis maintained, anyway, regional diversities in the administration and harmonized it inside a unified and coherent management system. Thus, the current study is devoted to study the articulation and evolution over time of the forms and methods of economic and financial administration of Athenian sacred wealth as well as the role and action of its main actors in this system : central and local civic authorities, sanctuaries and the territory.

                                                                       * * *

Pallini-Martin, Agnès : Réseaux florentins, négoce et politiques à Lyon autour de 1500. Giuliano da Gagliano et la compagnie Salviati

Sous la direction de Mathieu Arnoux

Thèse de doctorat (Histoire economique médiévale)

Soutenue à EHESS, le 26 juin 2013

Résumé : Ce travail de thèse propose une comparaison et une analyse en parallèle de documents comptables de marchands banquiers florentins à Lyon à la fin du Moyen Age, Giuliano da Gagliano travaillant pour le compte des Médicis et la compagnie d’Alamanno et de Jacopo Salviati. Les sources comptables conservées dans les archives italiennes permettent de poursuivre une analyse des pratiques marchandes et des fonctionnements internes des entreprises. Elles offrent un autre point de vue sur le rôle et la présence des Florentins à Lyon et dans le Royaume de France que celui envisagé par les sources françaises, notariales et fiscales. Il s’agit de mettre en évidence les stratégies d’affaires ainsi que les réseaux politiques et commerciaux pour une période mal connue de l’historiographie classique lyonnaise.

                                                                       * * *

Pasquini, Béline : Mesurer le développement économique en Gaule du Ier siècle av. J.-C. au VIIe siècle ap. J.-C. Analyse méthodologique et épistémologique

Sous la direction de Christophe Petit

Thèse de doctorat (Archéologie)

Soutenue à Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le 4 septembre 2020

Résumé : L’héritage du XIXe siècle selon lequel « sous la domination romaine, par la paix et la sécurité établie, les Gaulois […] connurent la richesse et le luxe » (Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, 1875) est toujours plébiscité dans ses grandes lignes par une partie de la communauté scientifique, selon laquelle l’Empire romain aurait apporté de multiples bienfaits à ses provinces et sa chute aurait rejeté l’Occident dans l’obscurité. Cependant, depuis les années 1970, une forte tendance à la revalorisation de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age a remis en question l’importance des variations du développement économique intervenues au moment de l’essor puis de la chute de Rome. Mon travail de doctorat ne prétend pas trancher une dispute qui ne sera sans doute jamais close mais vise à apporter un cadre de réflexion innovant sur l’évolution des conditions de vie des Hommes entre la fin de l’Age du Fer et le début du Moyen Age. Dans ce but, je propose une étude de cas centrée sur la Gaule entre le Ier siècle av. J.-C. et le VIIe siècle ap. J.-C. : À quel moment les Gaulois vivaient-ils le mieux ? Quelles ont été les périodes les plus difficiles ?

Ce travail se propose d’aborder ces questions sous l’angle du concept de développement économique, défini comme une combinaison de la croissance économique et du bien-être des populations. Ces deux dimensions du développement requièrent une approche quantitative, seule à même de restituer leurs fluctuations. Le cœur du travail de thèse consiste en une analyse critique des méthodes de mesure des différentes dimensions de la croissance et du bien-être afin de mettre en évidence ce qu’il nous est possible de mesurer. Pour la croissance, je me concentre sur l’analyse critique des proxies et des modèles utilisés pour restituer les conditions économiques à l’aide des données archéologiques. Pour le bien-être, je propose plusieurs modèles afin de rendre compte de ses différents aspects (sécurité, inégalités, santé, etc.) grâce aux vestiges matériels. Cette thèse met en évidence les méthodes de mesure qu’il nous est possible de mettre en place pour évaluer les variations du développement. Grâce à une analyse critique des différentes approches et des données utilisées par les archéologues, elle identifie les limites de nos données et ce qu’elles peuvent ou ne peuvent pas nous dire du développement dans l’Antiquité.

Abstract: ‘Under the Roman rule, through established peace and security, the Gauls … enjoyed wealth and luxury.’ Fustel de Coulanges’ famous argument represents the traditional consensus which is still widely shared within academia: the coming of the Romans made their provinces safe and prosperous, and their downfall left their subjects in the ‘Dark Ages’. However, since the 1970s, the re-evaluations of Late Antiquity and the Early Middle Ages have brought into question the dramatic difference in economic development before and after the Roman occupation. To test the relevance of this conclusion to the Roman Gaul, I use the Gallic region as a case study and re-appraise living conditions from the end of the Iron Age (1st c. BC) to the beginning of the Middle Ages (7th c. AD). When did the Gauls have the best life? When did they fare worst? My dissertation offers an innovative methodological and epistemological framework to synthesize diverse archaeological evidence and measure the economic development in the ancient world.

This project applies modern criteria of measuring economic development through two dimensions: growth and well-being. Both dimensions require quantitative analyses to reconstruct the fluctuations. For growth, my core discussion focuses on a critical review of all the proxies and models used to restore the economic conditions through archaeological data. For well-being, I propose multiple models to reflect different aspects (security, inequalities, health, etc.) through material evidence. In the end, my dissertation reveals the possibility of conducting meaningful and sophisticated measurement and discussions of ancient economic development. My re-examinations of previous approaches and data also yields a clear definition of the limits which our evidence can reflect of the ancient world.

                                                                       * * *

Passaqui Jean-Philippe : Intégration vers l’amont, politique d’approvisionnements en matières premières et combustibles fossiles solides, au sein des établissements Schneider et Cie, du Creusot, de 1836 à 1945.

Sous la direction de Serge Wolikow

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université de Bourgogne, le 8 décembre 2001

Résumé : « Pierre le matin, fonte le soir. » Ces quelques mots rédigés par le journaliste Simonin, ingénieur civil des mines de formation, au terme d’une visite de l’usine du Creusot et des mines qui l’alimentent, font ressortir la singularité des établissements Schneider et Cie. Vers 1860-1870, cette entreprise est capable d’extraire puis d’expédier les matières premières et les combustibles nécessaires au bon fonctionnement de la plus grande usine sidérurgique de France.

Pour parvenir à ce résultat, les Schneider, gérants de l’entreprise, issus d’une des plus prestigieuses dynasties de maîtres de forges, sont amenés à se lancer dans une stratégie d’expansion ambitieuse, basée sur un fort degré d’intégration. Pareille orientation s’est esquissée à partir des années 1840, avant d’être confortée au cours des années 1860. À cette époque, l’environnement minéral du Creusot n’est plus en mesure de fournir les charbons et les minerais nécessaires aux productions sidérurgiques qui font la prospérité et la réputation de l’usine. Eugène Schneider doit se tourner vers des fournisseurs extérieurs qui sont rarement soucieux de respecter les contrats signés. Le brillant sidérurgiste doit devenir exploitant minier.

Il réunit à son entreprise un ensemble d’exploitations minières regroupées sous le terme de Domaine minier. Celui-ci devient un élément déterminant de la politique industrielle des établissements Schneider et Cie. Mais sa constitution hypothèque, en définitive, les possibilités de redéployer une partie des activités de l’usine du Creusot vers les régions qui sont, à l’instar de la Lorraine, plus aptes à la fabrication de produits sidérurgiques courants. À la veille de la Première Guerre mondiale, l’intégration cesse d’être une force et une spécificité de l’entreprise pour devenir un facteur d’immobilisme et de perte de compétitivité. Elle conduit les établissements Schneider à conserver leur domaine minier après 1918, mais en entamant une logique de filialisation et de plus large autonomie commerciale, afin que les intérêts miniers et métallurgiques ne se retrouvent plus en contradiction. Les nationalisations, avec la perte des mines du Creusot et surtout de La Machine, dans la Nièvre, mettent un terme aux ambitions minières de l’entreprise, au moins pour ce qui concerne sa capacité à contrôler, par ses propres exploitations, ses approvisionnements charbonniers. 

                                                                       * * *

Pelletier, François : Ernest Mercier, le pétrole et la France

Sous la direction de Alain Beltran et Samir Saul

Soutenue à Paris 1 : Panthéon-Sorbonne/Université de Montréal, le 30 mai 2016

Résumé : Ernest Mercier est l’un des patrons les plus influents de l’entre-deux-guerres en France. Ses différentes activités industrielles l’ont conduit à siéger sur de vastes pans de l’économie française, notamment du secteur énergétique. La thèse retrace la carrière pétrolière d’un homme qui a joué un rôle central pour le développement d’une industrie devenue stratégique, mais qui est embryonnaire lorsqu’il rejoint ce secteur après la Première Guerre mondiale. Mercier assiste et assure la création d’une industrie pétrolière nationale. Les obstacles se font légion contre les ambitions pétrolières de la France. Elle se présente bien tard sur un marché étroitement contrôlé par de puissants trusts. La recherche et l’exploitation pétrolière demandent d’importantes ressources, et aucune société française n’a les moyens d’une politique indépendante. Certaines banques se lancent alors dans les affaires de pétrole en s’alliant aux grands trusts internationaux. C’est le cas de Paribas; la gestion de ses avoirs roumains représente la première expérience de Mercier dans ce secteur. L’État s’intéresse aussi au pétrole, il devient un acteur incontournable. Le gouvernement français n’a pourtant pas les moyens de ses ambitions dans le domaine pétrolier. La politique nationale mise en place durant l’entre-deux-guerres doit faire appel à l’épargne privée française. La création d’une compagnie nationale, la Compagnie française des pétroles, en 1924 regroupe ainsi les différentes banques et sociétés intéressées au pétrole. Mercier est personnellement choisi par le président Raymond Poincaré pour mener à bien cette mission. Cette carrière s’articule donc autour d’un fragile équilibre entre milieux privés et gouvernement. Mercier devient rapidement l’intermédiaire incontournable qui régit ces relations. La thèse s’appuie sur les archives bancaires et industrielles, mais aussi sur celles du gouvernement français et de ses différents ministères. Cette analyse de la carrière d’Ernest Mercier permet de retracer les origines du secteur pétrolier français et l’action déterminante d’un homme. Elle expose les mécanismes d’influence d’une puissante banque d’affaires et les conflits d’intérêts qu’engendre l’exploitation pétrolière.

Abstract: Ernest Mercier is one of the most influential business managers in interwar France. His different industrial activities led him to oversee large areas of the French economy, notably in the energy sector. This thesis examines the career in oil of the man who played a central role in the development of an industry that became strategic but was still nascent when he joined this sector after First World War. Mercier assisted and oversaw the creation of a national oil industry. The obstacles in the path of France’s oil ambitions were legion. The country was a latecomer on a market that was largely controlled by powerful foreign trusts. The search for oil and its exploitation require important resources which no single French company possessed on its own. Certain banks thus decided to approach oil business by allying themselves with the different international trusts. This was the case for the French bank Paribas, whose Romanian holdings Mercier managed. In this context, state intervention became necessary, although the government did not have the means to achieve the full scope of its ambitions in the oil sector. The national oil policy formulated during the interwar period had to involve French private interests. The creation of a national oil company, the Compagnie française des pétroles, involved several banks and industrial companies interested in oil. Mercier was personally chosen by French president Raymond Poincaré to take up this task. His career revolved around a fragile equilibrium between private interests and state intervention. Mercier rapidly became the intermediary that managed these relations. The thesis makes use of banking and industrial archives but also of government records. This analysis of Ernest Mercier’s career enables us to review the origins of the French oil sector and the determining role of one man. It exposes the influence mechanism of a powerful French business bank and the conflicts of interest that oil exploitation engenders.

                                                                       * * *

Perron, Fabrice : L’économie du département de la Marne sous le Directoire, crise ou mutations? L’exemple des cantons des anciens districts de Reims, Châlons et Epernay

Sous la direction de Bernard Grunberg

Soutenue à Université de Reims, le 9 mars 2009

Résumé : L’objet de ce travail consiste en la discussion du bien fondé de l’emploi du terme de crise pour apprécier la situation économique d’une microrégion, celle des cantons des anciens districts de Reims, Châlons et Epernay. Il s’agit d’étudier la mise en place d’une voie vers une amélioration de l’activité économique. Elle commence par un questionnement sur la réalité démographique de cette période et par une approche des contrastes sociaux, distinguant les acteurs en difficultés et les élites susceptibles à priori de compter davantage de gagnants de cette période. Nous insistons ensuite sur deux axes : en premier lieu, les facteurs d’une amélioration de l’activité économique, sans ignorer pour autant les obstacles pouvant freiner celle-ci, et en deuxième lieu, la combinaison des indices de reprise et des signes de mutation. Plusieurs indices positifs pour une amélioration peuvent se distinguer, à la fois à l’aune des intentions et des réalisations. Ils ne doivent pas pour autant faire oublier la persistance de difficultés pour certaines catégories de population. Il apparaît cependant que le Directoire, malgré les difficultés qui lui sont généralement attribuées, ouvre la voie, dans cette microrégion, à une situation économique en progrès sous le Consulat et au début de l’Empire.

                                                                       * * *

Pitteloud, Sabine : « Les invisibles deviennent visibles » : le rôle politique des multinationales et les débats sur l’internationalisation en Suisse [1942-1993]

Sous la direction de Mary O’Sullivan

Thèse de doctorat (Histoire économique et sociale)

Soutenue à Université de Genève, le 2 juillet 2019

En ligne : https://archive-ouverte.unige.ch/unige:121457

Résumé : Cette thèse porte sur le rôle politique des multinationales helvétiques depuis 1942 et sur les débats que le processus d’internationalisation a provoqués en Suisse. La première partie analyse la genèse et l’évolution d’Industrie-Holding, une association créée durant la Seconde Guerre mondiale par plusieurs multinationales industrielles suisses afin de défendre leurs intérêts auprès des autorités fédérales. La deuxième partie étudie comment d’autres groupes d’intérêts, notamment les syndicats, ont perçu le phénomène d’internationalisation des entreprises après 1945. Elle analyse également le rôle particulier d’Industrie-Holding au sein de la coordination patronale suisse, notamment à l’occasion de la création de la garantie contre les risques à l’investissement ou encore de la conclusion d’un accord de double imposition avec l’Italie. La troisième partie étudie les réactions et les stratégies des multinationales suisses lorsque le processus d’internationalisation est remis en cause dans les années 1970, en Suisse, mais aussi à l’international, dans le cadre de l’élaboration de codes de bonne conduite.

                                                                       * * *

Poncet, Fabrice : Plus de beurre que de pain ? la spécialisation agricole dans le Plain et le Bessin (XVe-XIXe siècles)

Sous la direction de Jean-Marc Moriceau

Soutenue à Caen, le 13 novembre 2015

Résumé : Longtemps considéré comme un « mal nécessaire », l’élevage a pourtant joué un rôle majeur dans la transformation des campagnes de l’époque moderne. En Normandie, quelques régions s’orientent particulièrement vers l’élevage bovin comme l’ensemble Plain-Bessin, principalement réputé pour sa production de beurre. À partir de cet exemple régional, ce travail se propose de conduire une réflexion sur la notion de spécialisation agricole pour des époques préindustrielles. Mais il vise également à préciser la géographie, la chronologie ainsi que l’assise sociale du changement. Enfin, il entend contribuer à l’étude des facteurs de localisation de ces espaces pionniers, avant que le « modèle herbager » ne se généralise, en Normandie, aux XIXe-XXe siècles. Consacrées au commerce du beurre et à sa consommation, sous toutes ses formes, les deux premières parties combinent, sur le temps long, les approches économiques, sociales et culturelles. Elles révèlent la sensibilité des producteurs à l’égard du marché (et notamment de Paris) ainsi que des espaces concurrents (Gournay). Dans un deuxième temps, l’activité laitière est replacée dans le cadre plus général de la production agricole de la région. Les signes de changement dans les productions animales et végétales mettent en évidence des activités complémentaires ou antagonistes et aident à distinguer plusieurs profils d’exploitation. Les deux dernières parties sont centrées sur des thématiques spatiales. Tandis que les terres de labours sont mises en herbe et qu’un bocage à grandes mailles se développe, les marais sont l’objet d’aménagements et enjeux de tensions sociales.

                                                                       * * *

Quertier, Cédric : Guerres et richesses des nations. La communauté des marchands florentins dans la Pise du XIVe siècle

Sous la direction de Laurent Feller et Giuliano Pinto

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à université Paris 1 et université de Florence, le 27 mai 2014

En ligne : https://www.academia.edu/11021656/Position_de_thèse_Guerres_et_richesses_des_nations._La_communaute_des_marchands_florentins_dans_la_Pise_du_XIVe_siecle

Résumé : Cette thèse est centrée sur les délibérations du tribunal de la Mercanzia de Florence. Pour les Florentins, l’accès au port de Pise, dont il est indirectement possible de reconstituer le trafic, est crucial et transcende les relations compliquées entre les deux villes. Mais, s’ils sont prêts à quitter Pise (1356-1369 et 1399-1406) ou à déclencher des guerres (1362-1364 et 1397-1398) pour défendre leurs exemptions de droits de douanes et de gabelles, leur analyse précise prouve la faible incidence sur les prix de vente. Ces sommes sont en réalité transférées à la nation florentine, dont la direction est bicéphale (un consul pisan, un notaire-syndic florentin). La découverte d’un statut de la nation (1381) permet de mieux connaître le rôle des dirigeants et la conservation d’un livre de compte (1374-1382) éclaire leur rémunération. Les structures communautaires sont centrées sur le fondaco de Porto Pisano, géré par la commune pisane, et sur la loggia, située dans le palais du seigneur de Pise de 1369 à 1392, ou 1395, date à laquelle la nation est transférée à Livourne et Piombino. Une double certification de la citoyenneté, par le serment de deux marchands et par l’envoi de lettres de la Mercanzia, est également mise en place. Les listes des traités bilatéraux ne recensent que les compagnies habilitées à prêter serment, ce qui rend difficile la prosopographie de la communauté. Le dernier chapitre montre la formation d’un champ judiciaire commun, capable de fonctionner durant les périodes de tension, à travers l’examen des procédures et du règlement de conflits concernant les franchises de taxes, le règlement des faillites et l’application du droit de représailles.

Abstract: This PhD thesis focuses on the Deliberazioni of the Florentine court called Mercanzia. Access to the port of Pisa, the traffic of which can indirectly be reconstructed, is essential for Florentine people and transcends the difficult relationships between both cities. They are ready to leave Pisa (1356-1369 and 1399-1406) or to go to war (1362-1364 and 1397-1398) to defend their tax and customs exemptions, but an analysis of the specifics shows a weak impact on prices. These sums are transferred to two- headed Florentine natio (one Pisan consul, one Florentine notary-sindaco). The discovery of the natio’s statute (1381) improves our knowledge of the the managers’ duties and the remaining accounts shows how they are paid. The structures of the community are concentrated on the fondaco of Porto Pisano, which is administrated by the Pisan city-state (commune), and on the loggia, located in the Pietro Gambacorta’s palace in Pisa from 1369 to 1392, or 1395, the year when the natio was transferred to Livorno and Piombino. Double certification of citizenhip, first by an oath sworn by two merchants, second by the sending of letters by the Mercanzia, does exist. Lists in bilaterals treaties only register the companies, whose members are able to declare one’s citizenship under oath, wich makes the prosopography of the community even more difficult. The last chapter analyses the formation of a common judiciary field, able to function in times of strained relationship, through the presentation of bilateral procedures and of cases of conflict about tax exemptions, bankruptcy and reprisals.

                                                                       * * *

Rivière, François : Travail et métiers en Normandie à la fin du Moyen Âge. Institutions professionnelles et régulation économique

Sous la direction de Arnoux, Mathieu

Soutenue à EHESS, le 4 mars 2007

Résumé : Dans la Normandie médiévale, à partir de la fin du XIIIe siècle, le terme « métier » peut désigner une catégorie d’institutions professionnelles reconnue par les contemporains. Les modalités d’application de la réglementation économique propre à ces professions se caractérisent notamment par le rôle de gardes désignés avec la participation du groupe professionnel. Un panorama des institutions de métiers normandes a été réalisé pour 60 ressorts juridictionnels, urbains et ruraux. Il suggère une diffusion géographique de l’institutionnalisation vers des pôles urbains plus modestes, et la diversification des secteurs concernés, au-delà des biais documentaires. Les comparaisons révèlent que les organisations de métiers dépendent le plus souvent des autorités pour sanctionner les infractions, mais qu’elles fournissent une expertise sur la qualité et sur la qualification, ce qui leur donne un pouvoir de marché.

Abstract: In medieval Normandy, from the end of the XIIIth century, the word métier (craft) could refer to a category of profession-based institutions that were clearly identified by the contemporary society. The enforcement of economic rules by these professional institutions specifically relied on craft officers (gardes du métier) who were appointed in agreement with the craft group. A review of all the known craft institutions was carried out for over 60 urban and rural jurisdictions. It suggests that the diversity of places and activities ruled by craft institutions grew at the end of the Middle Ages. Comparisons reveal that craft organisations most often depended upon the public authorities to enforce the rules, but that they provided expertise on quality and skills which gave they leverage on the markets.

                                                                       * * *

Rojon, Jérôme : L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile (fin XVIIIe siècle-1914)

Sous la direction de Serge Chassagne

Soutenue à Université Lumière Lyon 2, le 29 juin 2007

Résumé : Dans les dernières années de l’Ancien Régime, la « nébuleuse » toilière du Bas-Dauphiné connaît une forte croissance. Les négociants en toiles de Voiron ont organisé un kaufsystem dans les campagnes. Plus à l’ouest, à Jallieu , des capitaux suisses sont à l’origine de l’industrie cotonnière, d’abord avec la construction d’une manufacture d’impression sur étoffes, en 1787, puis avec celle d’une filature et de trois tissages, sous la Restauration. Mais dès la fin des années 1820, l’industrie textile traverse une crise structurelle profonde. Une nouvelle génération de fabricants lyonnais de soieries disperse ses métiers à tisser manuels en Bas-Dauphiné, soit chez des paysans, soit dans des fabriques. Les Isérois, soumis à une forte pression démographique et à une situation de pauvreté, subsistant grâce une petite propriété à l’ombre d’une noblesse légitimiste omniprésente, acceptent de travailler pour les Lyonnais. Dès le milieu du XIXe siècle, le tissage de soieries a fait la conquête du Bas-Dauphiné. Cette contrée s’engage dans un processus d’industrialisation douce. Les fabricants s’appuient sur de nouveaux intermédiaires, les façonniers, des entrepreneurs dotés d’un savoir-faire technique, et chargés d’exécuter leurs ordres avec des capitaux souvent modestes. À la fin du siècle, les fabricants et les façonniers doivent, néanmoins, concentrer et mécaniser la production pour répondre à la demande. Pour réduire davantage leurs coûts et améliorer leur organisation, ils s’appuient sur une discipline plus forte et sur une main d’œuvre féminine, juvénile et étrangère. Le tissage à façon subsiste largement, car les façonniers ont su utiliser et mettre en valeur leur territoire.

Abstract: During the last years of the Ancien Regime, the hemp cloth nébuleuse of Bas-Dauphiné highly developed. The hemp cloth merchants of Voiron set up a kaufsystem in the countryside. More in the west, in Jallieu , some Swiss funds enabled the birth of cotton industry, forst with the construction of a textile printing factory in 1787 and then with that of a spinning mill and three weaving factories during the Restauration. But as early as the end of 1820s, textile industry went through a serious structural crisis. A new generation of silk Lyons manufacturers spread their handlooms in Bas-Dauphiné, either to peasants or factories. Because of demographic pressure and poverty, the people of Isère, who were surviving thanks to a small piece of land in the shadow of an omnipresent legitimist nobility, agreed to work for the Lyons manufacturers. As early as the mid XIXth century, silk weaving industry progressively conquered Bas-Dauphiné. This country entered an age of smooth industrialization. Manufacturers used new middlemen, known as façonniers, who were entrepreneurs with high technical skills and who had to do work with modest fundings most of the time. Nevertheless, at the end of the century, both manufacturers and façonniers had to concentrate and mechanize their production to meet with the needs. In order to cut their expenditure and improve their organization, they used a stronger work ethic as well as a female, juvenile and foreign workforce. This new system was successful because façonniers had known how to use their area and exploit it.

                                                                       * * *

Roy, Alexandre : Le développement industriel japonais au cours de la seconde moitié du dix‐neuvième siècle analysé à partir du port de Moji (Kyûshû Nord)

Sous la direction de Pierre‐François Souyri

Soutenue à INALCO, le 29 mars 2013

Résumé : Notre thèse propose d’éclairer « par le bas » le développement industriel japonais au cours de la seconde moitié du dix‐neuvième siècle, en étudiant le cas du port de Moji. Commandant les voies de communications entre le Japon central, le continent et l’île de Kyûshû, ce port – délaissé sous l’ancien régime (1603‐1867) –devint aussitôt après son ouverture au commerce international (en 1890) le grand port charbonnier de l’Asie, l’un des coeurs économiques de la région. S’appuyant sur un champ large de sources (archives locales, gouvernementales, d’entreprises, presse japonaise et internationale, etc.) notre travail montre, d’abord, le rôle de « pilote » du nouvel Etat et celui de « moteur » des acteurs locaux sur les deux premières décennies de l’ère de Meiji (chap. 1 à 4). Nous montrons aussi comment dans tous les secteurs (productif, logistique, commercial et financier), la dynamique des « petits » acteurs locaux a vite buté contre le développement hégémonique des zaibatsu (chap. 5 à 7). Enfin, notre analyse de l’expansion commerciale du charbon japonais depuis Moji sur toute l’Asie orientale au cours des années 1890 (chap. 8) insiste sur les facteurs externes : elle résultait de la hausse de la demande en Asie et d’un mouvement global de régionalisation des marchés à l’échelle mondiale… qui éloigna les concurrents britanniques et australiens hors d’Asie. Notre thèse montre ainsi comment le développement industriel japonais reposa autant sur la vigueur des acteurs locaux que sur la direction assurée par l’Etat, avant d’être récupéré et dominé par les zaibatsu, et comment, de bout en bout, ce processus est resté marqué par les évolutions économiques internationales.

                                                                       * * *

Sanna, Francesca : Organiser la Méditerranée minière : gestion d’entreprise, contrôle des ressources et rationalisation du travail à la Société Minière et Métallurgique Peñarroya (1881-1950)

Sous la direction de Mathieu Arnoux et Manuela Martini

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université de Paris, le 18 décembre 2020

Résumé : Entre le milieu du XIXe siècle et les années 1950, la Méditerranée participe à l’un des phénomènes les plus dynamiques de l’industrie contemporaine : le développement combiné de la mine et du rail dans l’espace européen. Dans ce contexte, on assiste, surtout à partir de 1850, à une véritable ruée vers l’exploitation minière, caractérisée par la prolifération d’entreprises de toute taille et d’acteurs issus d’horizons variés qui s’engagent dans le secteur minier. La Société minière et métallurgique Peñarroya (SMMP) est l’une de premières multinationales européennes dans le secteur des métaux et la première multinationale méditerranéenne spécialisée dans l’extraction de minerais non–ferreux. Dans sa dynamique d’expansion, la SMMP met en place des processus de restructuration et de mise en réseaux des exploitations et des compagnies absorbées ou contrôlées, qui deviennent parfois des véritables filiales. Elle construit ainsi une architecture industrielle et financière complexe et multipolaire, qui connecte les fragments et les réseaux de la Méditerranée minière du siècle précédent. Ainsi entrelacées dans les mailles de ce réseau, les interconnexions méditerranéennes se canalisent en circuits industriels, qui transforment et propulsent les flux de ressources minières vers le marché. Le réseau est donc organisé afin de garantir un contrôle des ressources et une gestion de leurs flux sur le terrain des sites miniers, dans la continuité des complexes techniques que l’entreprise élabore et met en œuvre dans l’administration de la propriété et de l’espace productif. L’un des instruments de cette stratégie est la rationalisation de la gestion de la main-d’œuvre, que la SMMP décline selon l’objectif et le contexte d’application, mais principalement dans les formes de la mécanisation et de l’organisation scientifique du travail (OST). À travers l’histoire de la SMMP l’enquête porte donc, dans une perspective à la fois globale et micro–analytique, sur l’espace minier méditerranéen comme laboratoire d’outils managériaux. Est ainsi proposée une histoire spatiale de l’entreprise, où l’organisation s’affirme comme objet historique pour interroger l’espace et les transformations économiques, techniques et sociales de la Méditerranée contemporaine.

Abstract: Between the mid-19th century and the 1950s, the Mediterranean mining basin participated in the combined development of mining and railways, one of the most dynamic phenomena of contemporary industry. In this context, especially from 1850 onwards, we observe a mining rush, in which companies of all sizes and players from various backgrounds were involved in mining operations. The Peñarroya Mining and Metallurgical Company (SMMP) is one of the leading European multinationals in this sector and the first Mediterranean multinational specialised in the extraction of non-ferrous minerals. The SMMP implemented its structure by restructuring a network of existing companies, which sometimes become real subsidiaries. The SMMP built a complex and multipolar industrial and financial architecture, which connected the fragments of the Mediterranean mining basin. Those interconnections, converted into industrial circuits, transformed and propelled the flow of mining resources into the metallurgical verticalisation and, eventually, into the market. To this extent, management was the key to guarantee the control of the resources and the continuity of the technical processes within the administration of the productive space. Rationalisation and scientific management was used by the SMMP to develop its managerial structure. Throughout the history of the SMMP, this thesis focuses, both in a global and micro-analytical perspective, on the Mediterranean mining area as a laboratory of managerial tools. In a sort of a spatial history of the Company, scientific management asserts itself as a historical object to question the economic, technical and social transformations of the contemporary Mediterranean.

                                                                       * * *

Saussus, Lise : La métallurgie du cuivre dans les villes médiévales des Flandres et des environs (XIIIe-XVe siècles) : hommes, ateliers, techniques et produits : l’exemple de Douai

Sous la direction de Laurent Verslype et Nicolas Thomas

Soutenue à UCLouvain (Belgique), le 27 novembre 2017

Résumé : Cette recherche entreprend l’étude des hommes qui travaillent le cuivre et ses alliages dans les Flandres, en particulier à Douai, entre le XIIIe et le XVe siècle, à travers les productions, les techniques, les matériaux, la topographie des ateliers mais aussi le niveau de fortune des artisans et leurs relations sociales. Les ateliers répondent à une forte demande en objets manufacturés en alliage à base de cuivre. Or, si les centres de production mosans sont mieux connus, les ateliers des villes non réputées pour la métallurgie ne sont que peu étudiés, voire ignorés. Comblant cette lacune, ce travail vise à saisir la production de ces ateliers secondaires, mais aussi l’usage et la biographie de ces objets du quotidien qui composent une part importante de la culture matérielle médiévale. Plusieurs types de sources s’articulent étroitement : archéologiques, avec l’étude approfondie d’un atelier du XIIIe siècle et de nombreux objets régionaux issus de contextes variés ; écrites, avec plusieurs milliers d’actes de la pratique ; archéométriques, avec quelques centaines d’analyses de composition élémentaire. S’ajoutent des observations à partir de l’iconographie et de l’archéologie expérimentale. Dans un premier temps, l’étude révèle l’activité d’individus opposés à la production de masse et au commerce de longue distance. Face à des centres exportateurs, les ateliers de proximité résistent à la concurrence en s’implantant au coeur de la ville. Exerçant un travail peu délocalisable, ils répondent à des commandes variées, réparent la vaisselle et profitent du marché de l’occasion, tandis qu’ils servent de relais au marché global pour la distribution des productions. Finalement, le global ne domine pas le local, les deux sphères, côte à côte, forment un système fait d’interactions complexes.

Abstract: This research undertakes the study of the men who work copper and its alloys in the Flanders region, especially in Douai, between the 13th and the 14th century, by focusing on productions, techniques, materials, the topography of workshops but also the level of the craftsmen’s wealth and social relations. Workshops cater to the high demand for copper alloy objects. While the Mosan

                                                                       * * *

Scherman, Matthieu : Familles et travail à Trévise. (1434-1509)

Sous la direction de Mathieu Arnoux et Reinhold Mueller

Thèse de doctorat (Histoire médiévale)

Soutenue à Université de Paris VII et Ca’ Foscari (Venise), le 15 décembre 2007

Résumé : Trévise au XVe siècle est une « ville-sujette » ; elle fait partie du territoire de Terre Ferme de Venise. La domination vénitienne, par ses exigences financières, a provoqué l’élaboration des estimi, c’est-à-dire l’instrument mis en place par les autorités trévisanes pour répartir l’imposition directe entre les contribuables de Trévise, une ville d’environ 10 000 habitants. Durant le XVe siècle, de 1434 à 1504, neuf estimi furent organisés. À partir de l’étude exhaustive de la documentation issue de la confection des estimi, l’organisation du travail à l’intérieur d’une « ville- sujette » a été analysée ; les modalités de fonctionnement d’une économie urbaine sont ainsi mises en évidence. L’objet principal de la thèse est le travail manuel, ainsi que le monde de la marchandise et des échanges. Les possibilités prosopographiques offertes par la succession des opérations de recensements fiscaux permettent de s’intéresser à l’histoire des mobilités sociales, aussi bien ascendantes que descendantes à l’intérieur de la ville. Les positions hiérarchiques dans le travail, les rôles de chacun selon sa place à l’intérieur des familles, les économiques, l’organisation spatiale de la production et le fonctionnement des protections sociales, voire d’une « sécurité sociale urbaine », sont successivement examinés. Enfin, la place de Trévise et du Trévisan dans les échanges régionaux et internationaux est analysée.

Abstract: Treviso in the xvth is part of the Venetian Mainland, it’s a « dominate city ». The venetian domination had a direct consequence for the trevisan population of around 10 000 inhabitants: the payment of direct taxes in order to support, chiefly, its war efforts. A fully shaped and regulated taxes systern had been built during the xvth century : the estimo. In seventy years, from 1434 to 1504, nine census were made. The studying of the whole documentation created by the estimi permitted the understanding of the organization of work in a dominated city; the mechanisms of the urban economy are instanced, Manual labour and the pattern of exchanges are the main topics of the thesis. The sequence of estimi renders not a photograph but an evolution, one tax payer and his or her successors can be owed during a period of time, so as structures of production and the number and varieties of activities. That characteristic allows to concentrate on social and economic mobility within the city. Works and economic hierarchies, the organization of work in the family, spatial organization of production and the elaboration of the city’s welfare are studied. Finally, Treviso’s part in the regional economy and trades is studied.

                                                                       * * *

Smaghue, Nicolas : Les toiles d’Armentières. Entreprises et entrepreneurs du lin (XIXe-XXIe siècles)

Sous la direction de Didier Terrier

Soutenue à Valenciennes, le 25 septembre 2015

Résumé : Longtemps appelée la « cité de la toile », Armentières a vu sa prospérité reposer, un siècle durant, sur la fabrication et la commercialisation des tissus majoritairement en lin. Pourtant, si cette ville manufacturière a largement contribué à la renommée textile de la région lilloise, elle est restée en retrait par rapport à Lille, Roubaix et Tourcoing. C’est si vrai qu’aujourd’hui encore, on peine à retrouver les traces du riche patrimoine industriel dont elle disposait il y a trois ou quatre décennies. Contrairement à ses prestigieuses voisines, faute de réhabilitation et de reconversion de son bâti usinier, elle a tourné le dos à son passé comme si celui-ci ne valait pas la peine que l’on s’y attarde. Aussi, entre requalification des friches et absence de volonté pour valoriser ce qui reste du patrimoine industriel, on oublierait presque qu’Armentières a été de temps immémoriaux un centre manufacturier non pas secondaire mais second. Grâce aux nouvelles techniques numériques et aux ressources désormais mises à la disposition du chercheur, il est malgré tout possible de reconstituer l’empreinte que l’industrie a laissée dans le tissu urbain. Emprise foncière des bâtiments dévolus à la fabrication ou à la commercialisation des toiles, procédés constructifs et matériaux, organisation des lieux productifs : il a fallu exhumer et agencer toute la documentation disponible pour faire ressurgir un passé en quasi-totalité disparu. Pourtant, quand il s’est agi, dès le milieu du XIXe siècle, de répondre aux défis des marchés, les entrepreneurs locaux ont réussi à développer la convoitise de la clientèle pour le linge de maison et de table. Ils ont également répondu avec succès aux demandes toujours plus exigeantes de l’armée et des administrations. Bref, en valorisant la tradition tout en répondant aux exigences de produits « techniques », les industriels d’Armentières sont parvenus, autour du travail du lin, à imposer la localité comme une véritable marque de fabrique pour mieux soutenir la comparaison avec leurs puissants voisins. Mais cette conquête des marchés n’aurait pas eu lieu sans une indéniable capacité à maîtriser le travail d’une fibre longtemps rétive à la mécanisation. Aussi, pénétrer dans les usines, recenser les matériels et retrouver les gestes du fileur et du tisseur étaient indispensable pour comprendre comment, par delà les vicissitudes de la conjoncture, les défis techniques ont été relevés afin de conjuguer production de masse, qualité de la marchandise et coûts de fabrication. Histoire des lieux de la production, des marchandises et de la fabrication des toiles, ce travail entend également revenir sur le milieu des patrons armentiérois déjà étudié, non sans complaisance envers son milieu d’origine, par Lambert-Dansette. Les sources de l’Enregistrement et les actes notariés, entre autres, ont permis de revenir sur les origines géographiques et sociales des entrepreneurs puis de s’interroger sur les montages juridiques, les financements et les modes de gestion qui ont rendu possible cette aventure industrielle. C’était là l’occasion de mesurer la spécificité du monde des liniers au sein du patronat régional et, plus encore, de comprendre leur étonnante capacité à repousser, à partir des années 1930, les échéances d’une mort annoncée. Soucieux de souscrire à la « main invisible du marché » et de sanctifier tous les dogmes libéraux, les patrons d’Armentières ne s’arrangent-ils pour bénéficier de l’aide de l’État dont ils attendent à la fois une relative souplesse à leur égard et, singulièrement une protection infaillible ? En définitive, le choix délibéré de faire l’histoire en longue durée des entreprises et des entrepreneurs du lin à une échelle locale permet de réinterroger les modes de coordinations et les combinaisons multiples qui, en mariant le local et le global, autorisent à saisir d’un seul tenant tous les déterminants spatiaux du capitalisme.

                                                                       * * *

Touchelay, Marie-Christine : La Guadeloupe, une île entreprise, des années 1930 aux années 1960. Les entrepreneurs, le territoire, l’Etat

Sous la direction de Danièle Fraboulet

Soutenue à Université de Paris 13, le 24 novembre 2017

Résumé : L’objectif de cette étude est de démontrer le poids des entreprises sucrières dans l’histoire de la Guadeloupe. Installées, puis maintenues par la France, elles retardent à la fois l’aménagement d’un espace public et l’apprentissage de la notion de service public, invitant à qualifier ce territoire d’ ILE ENTREPRISE. Incarnée par le groupe d’entrepreneurs qui les administre localement des années 1930 aux années 1960, la domination de l’industrie sucrière repose sur l’héritage de l’ ILE A SUCRE, qui constitue sa force par l’ancienneté de l’activité, autant que sa faiblesse par les stigmates de l’esclavage qui pèsent sur les relations entrepreneuriales. Constitué dans les années 1930, quand l’État colonial fait dépendre l’économie locale de son activité sucrière, le groupe patronal de Guadeloupe la transforme en ILE DU SUCRE, totalement dépendante de l’exportation de sa monoculture cannière.

 En grande partie interrompue par le second conflit mondial, l’exportation stoppée n’empêche pas l’industrie sucrière de perdurer sur l’ ILE A STOCKS, mettant en évidence l’absurdité du système économique. Confortés par la colonisation, les mêmes entrepreneurs sucriers s’activent encore dans le nouveau département après 1946 et confirment son statut d’ ILE ENTREPRISE. La déprise des entreprises sucrières coïncide avec la cessation d’activité professionnelle de la plupart des acteurs qui les ont faites vivre, laissant le champs libre à un apprentissage du service public par le territoire à la fin des années 1960.

Abstract: The objective of this study is to demonstrate the importance of sugar companies in Guadeloupe’s history. Established and then maintained by France, they delay the development of a public space as well as the apprenticeship in the concept of public service, thus inviting to qualify this territory as an ENTERPRISE ISLAND. Embodied by the group of entrepreneurs who administer them locally from the 1930s to the 1960s, the domination of the sugar industry is based on the SUGAR ISLAND’s legacy, which constitutes its strength through its long-standing activity as much as its weakness by the stigma of slavery that weighs on entrepreneurial relations. Created in the 1930s, when the colonial state made the economy dependent on its sugar industry, the Guadeloupe employers’ group transformed it into a ISLAND FOR SUGAR, dependent on the export of its sugar cane monoculture. The disruption of exports during the Second World War does not hinder the sugar industry from surviving on an island now a STOCKPILE ISLAND, highlighting the absurdity of the economic system. Having been comforted by colonization, the same sugar entrepreneurs are still active after the island becomes a french department in 1946 and confirms its status as an ENTERPRISE ISLAND. The decline of sugar companies coincides with the cessation of the professional activity of most of the actors who made them live, leaving the field open to a public service apprenticeship by the territory from the late 1960s onwards.

                                                                       * * *

Tristani, Philippe : L’Iraq Petroleum Company de 1948 à 1975. Stratégie et déclin d’un consortium pétrolier occidental pour le contrôle des ressources pétrolières en Irak et au Moyen-Orient

Sous la direction de Alain Beltran et Éric Bussière

Soutenue à Paris IV, le 17 octobre 2014

Résumé : L’Iraq Petroleum Company (IPC) est un consortium britannique formé le 30 mai 1929 et qui prend la suite de la Turkish Petroleum Company qui opérait sur l’ensemble de l’Empire ottoman. Sa mission est de trouver, exploiter et transporter du pétrole brut provenant de ses vastes concessions au profit de ses actionnaires. C’est l’Irak qui se trouve au cœur de l’entreprise pétrolière que les Majors comptent mener au Moyen-Orient, tout au moins à ses débuts. L’IPC exploite à partir de 1925 une concession qui s’étend à l’est du Tigre. En juillet 1938 et en mai 1939, deux de ses filiales, la Basra Petroleum Company (BPC) et la Mosul Petroleum company (MPC), gèrent respectivement les territoires situés au sud et au nord du 33e parallèle. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, c’est donc la presque totalité de l’Irak qui est aux mains du consortium britannique pour une durée de 75 ans.

Abstract: The Iraq Petroleum Company (IPC) is a British company that, in July 1928, succeeded the Turkish Petroleum Company, which held a concession in Iraq. Since its creation, the IPC had been both an emanation of the major Western oil groups and the concrete expression of the oil policy pursued in the Middle East by the major Western powers, the United States, Great Britain and France. It was a petroleum production consortium whose activities were mainly in Iraq.

From his creation in 1929 to his nationalization in 1975, IPC associated all of the Western Majors. In 1932 and in 1938, the Mosul Petroleum Company (MPC) and the Basrah Petroleum Company (BPC) rounded out this system in the southern part of Iraq. So, on the eve of World War II, the area of the concessions covered all Iraq.

Until the 1970s, the concession system governed relationships between operating companies and producing countries. In those agreements, the producing countries did not control the amounts produced, the level of exports, or prices. But, as of the 1950s, the complex oil system implemented by the Majors was threatened by the de-colonization movement. The Soviet threat and the Israeli-Arab conflicts strengthened this increasing instability. So the battle for freeing the Arab nation incorporated the fight against IPC to return Arab oil to the Arabs.

The revolution of 14 July 1958, which overthrew Nouri Saïd’s pro-Western government and brought General Abd el-Karim Kassem to power, intensified a constant political desire for re-appropriation of the Iraqi oil economy in the name of Iraq’s development and national sovereignty.

                                                                       * * *

Vacheron, Simon : Mobiliser l’industrie textile (laine et coton). L’État, les entrepreneurs et les ouvriers dans l’effort de guerre, France, 1914-1920

Sous la direction de Dominique Barjot et Olivier Dard

Soutenue à Université Paris Sorbonne, le 6 décembre 2017

Résumé : Au cours de la Première Guerre mondiale, les industries de la laine et du coton se retrouvent entraînées dans la mobilisation industrielle. L’intervention de l’État dans ces branches se révèle indispensable, et une nouvelle relation s’établit entre la puissance publique et les entreprises. La modification de la teinte de l’uniforme, sa large diffusion à près de huit millions d’appelés sur quatre ans et la perte des bassins industriels du Nord et de l’Est conduisent à la mise sous contrôle de l’État de presque toute l’industrie lainière, tandis que l’industrie cotonnière reste indépendante jusqu’en 1917. Cette relation s’étend jusque dans les importations de matières premières, avec une centralisation progressive qui exclut le commerce privé, mais associe négociants et industriels. En outre, la gestion de la main-d’œuvre constitue un défi quotidien pour les entreprises. Le besoin de travailleurs reste important, et les difficultés liées aux conditions de travail et au renchérissement de la vie entraînent des tensions sociales, malgré l’Union sacrée observée par les organisations syndicales. Dans le même temps, la perte des principaux territoires industriels représente une aubaine pour les autres régions, dont celles dont l’industrie textile est sur le déclin avant la guerre. Les fortes demandes de l’armée et les hauts prix du commerce privé entraînent des bénéfices importants, et conduisent l’État à adopter une fiscalité de guerre et réprimer les abus. Le retour des industries sinistrées à la fin du conflit, la question des dommages de guerre et la réintégration de l’Alsace-Lorraine mettent les industries textiles face à des changements radicaux.

Abstract: During the World War I, the industries of the wool and the cotton find themselves pulled(entailed) in the industrial mobilization. The intervention of the State in these branches shows itself essential, and a new relation becomes established between the public authorities and the companies. The modification of the colour of the uniform, its wide distribution about eight million conscripts over four years and the loss of the industrial areas of the North and east lead to the putting under control of the State of almost all the wool trade, whereas the cotton industry remains independent until 1917. This relation extends to the imports of raw materials, with a progressive centralization which excludes any private business(trade), but associates traders and industrialists. Besides, the management of the workforce constitutes a daily challenge for companies. The need in workforce remains important, and the difficulties bound in working conditions and to the increased cost living trigger social tensions, in spite of the “Union sacrée” respected by labor unions. At the same time, the loss of the main industrial territories represents a chance of a lifetime for the other regions, among which those whose textile industry is on the decline before the war. The high demands of the army and the high prices of private trade yeld important profits, and lead the State to adopt a war tax system and to repress the abuses. The return of the stricken industries at the end the conflict, the question of war damage and reinstatement of Alsace-Lorraine put the textile industries in the face of radical changes.

                                                                       * * *

Victor, Sandrine : La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

Sous la direction de Christian Guilleré

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université de Savoie (aujourd’hui Savoie-Mont Blanc), le 10 décembre 2002

Résumé : Le projet de thèse était d’aller jusqu’au bout d’une approche sociale afin d’éclairer, en plus des techniques de production et de gestion économique et humaine d’un grand chantier gothique catalan du XVe siècle, les destins singuliers des obscurs artisans, ouvriers et manœuvres de la construction et d’entrer en relation avec les personnes et leur vie. Au total près de 2500 noms ont revu la lumière, et il a été ainsi permis de décliner leur rôle aussi bien sur la plan technique que social, de montrer leur poids démographique, économique et politique dans la Gérone du XVe siècle.

                                                                       * * *

Villain, Julien : Appareil commercial et diffusion des biens de consommation au XVIIIe siècle. Aires et structures du commerce des commodités en Lorraine centrale et méridionale, années 1690-1791

Sous la direction de Dominique Margairaz

Soutenue à Paris 1, le 5 décembre 2015

Résumé : Quelle fut l’ampleur de l’extension de la consommation marchande des commodités au XVIIIe siècle ? Pour répondre à cette question, nous avons choisi d’étudier l’évolution du nombre de commerçants et des pratiques commerciales en Lorraine, région que son histoire démographique, économique et sociale rend assez représentative des mutations que connaît l’Europe de l’ouest entre 1700 et 1790. Notre étude montre que la présence des boutiques sur le territoire s’est renforcée au fil du temps, tant en valeur absolue que par rapport à la population. Les boutiquiers s’appuyaient pour constituer leurs stocks sur une étroite élite de marchands-grossistes importateurs, dont le niveau d’affaires croît au cours du siècle. C’est là le signe d’une extension géographique et sociale de la consommation marchande, dans les villes comme dans les campagnes. A la veille de la Révolution, la clientèle populaire était ainsi majoritaire chez les marchands de commodités. L’extension de la consommation marchande est également passée par les catégories les plus aisées de la population, séduites par la démultiplication des types de produits et des qualités largement promue par les boutiquiers. Le XVIIIe siècle n’a cependant pas connu de bouleversement dans le recours à la boutique ou dans les pratiques commerciales. Le semis des boutiques sur le territoire était ainsi important dès 1700 : c’est le signe que la consommation marchande était déjà largement pratiquée par des segments importants de la population, aussi bien à la ville qu’à la campagne – y compris donc parmi les classes populaires. Par ailleurs, les modalités de distribution des biens n’ont pas connu de grandes transformations au fil du siècle : le mouvement de spécialisation commerciale n’a guère débordé hors des principales villes, de même que la diffusion des pratiques marchandes les plus innovantes – recours à la publicité, jeu sur l’attractivité des boutiques ou vente à prix fixe.

                                                                       * * *

Villeret, Maud : Le goût de l’or blanc : transformation et diffusion du sucre dans la vallée ligérienne au XVIIIe siècle

Sous la direction de Natacha Coquery

Soutenue à Nantes, le 20 novembre 2015

Résumé : A la fin du XVIIIe siècle, le sucre, autrefois considéré comme un produit de luxe, devient un aliment de première nécessité pour une partie des classes populaires. Le fil conducteur de ce travail consiste à comprendre comment le sucre s’est diffusé dans l’alimentation des Français au XVIIIe siècle, selon quels vecteurs, quelle chronologie, et quelles sont les transformations économiques, sociales et culturelles induites par la consommation croissante d’un nouvel aliment. L’étude porte sur la vallée ligérienne, de Nantes, un des premiers ports coloniaux du royaume, à Orléans, premier centre de raffinage. La première partie est consacrée à l’essor de la filière de redistribution du sucre. Au-delà d’une cartographie des marchés de consommation français et européens, il s’agit d’appréhender les stratégies développées par l’État et les négociants pour développer le commerce. La deuxième partie porte sur les raffineries et consiste à expliquer l’apparent paradoxe : la France, premier conducteur de sucre européen, échoue à conquérir les marchés européens avec son sucre raffiné. Mais l’histoire du raffinage est aussi émaillée de réussites : grâce à l’arrivée d’ouvriers étrangers qualifiés, aux encouragements de l’État et à l’investissement des négociants, le royaume est devenu autosuffisant à la fin du siècle. La consommation fait l’objet de la troisième partie. L’enjeu consiste à déterminer si, comme en Angleterre, le sucre peut être qualifié de produit de consommation de masse à la fin du XVIIIe siècle. Il s’agit aussi d’établir le rôle des détaillants et de comprendre l’importance du souci de distinction et d’imitation dans l’essor du goût pour le sucre.

                                                                       * * *

Warlouzet Laurent : Quelle Europe économique pour la France? : La France et le marché commun industriel, 1956-1969

Sous la direction de Eric Bussière

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Unviersité Paris 4-Sorbonne, le 30 novembre 2007

En ligne : https://books.openedition.org/igpde/102?lang=fr

Résumé : La politique de la France envers la CEE a souvent été étudiée sous un angle essentiellement politique alors même que le traité de Rome vise avant tout à instaurer une union économique entre ses membres. Cette thèse vise à combler cette lacune en étudiant la politique de la France face à la CEE sous l’angle économique de 1956 à 1969. Pendant ces années, différents modèles d’Europe économique se sont affrontés, sans qu’il soit possible de réduire ce débat à une opposition binaire entre protectionnistes et libre-échangistes. L’Europe de la politique de la concurrence s’oppose ainsi à l’Europe de la politique industrielle dès les années 1960, anticipant de nombreux débats des années 1980-2000. Ce travail permet également de prendre la mesure des failles du processus de décision français en matière européenne, mais aussi de constater la naissance, dès les premières années de la CEE, d’une dynamique technocratique qui a nourri le phénomène du « déficit démocratique ».

Abstract: France’s policy towards the EEC has been mostly considered from an essentially political perspective, despite the fact that the Rome Treaty had primarily sought to establish an economic union between the member states. This doctoral dissertation seeks to fill that gap by studying France’s EEC policy between 1956 and 1969 from an economic angle. During this period, there was a clash between various economic models for Europe, and it is misleading to solely reduce it to a competition between protectionism and Free-trade. The debate opposed two visions of Europe, one based on competition policy and the other on Industrial Policy, a debate that is still relevant today. This thesis examines not only the French decision-making process and its flaws, but also the institutionnal model of the EEC. The latter’s technocratic dynamic proved both a source of strength and of weakness, since it fostered the « democratic deficit » that is very clear today.

                                                                       * * *

Zurbach, Julien : Problèmes de la terre en Grèce, de l’époque mycénienne à la fin de l’époque archaïque

Sous la direction de Pierre Carlier

Thèse de doctorat (Histoire)

Soutenue à Université Paris Ouest-Nanterre, le 12 juin 2008

En ligne : Publié: Scripta Antiqua 95, Ausonius 2017

Résumé : La question foncière attendait depuis longtemps d’être remise au coeur de l’histoire grecque des premiers temps, de l’apogée des palais mycéniens à la formation des cités-Etats. Ce livre présente une analyse des systèmes fonciers reposant sur un large inventaire des sources disponibles, des textes mycéniens aux traditions sur la Grèce archaïque et à l’archéologie rurale. Il vise à montrer l’importance de la période des palais mycéniens dans l’histoire économique et sociale de la Grèce, au-delà des débats schématiques entre partisans de la continuité ou de la rupture. Il aboutit à une relecture d’ensemble de l’histoire économique et sociale de ces siècles, portant aussi bien sur le système foncier que les échanges, les formes monétaires, la dette, le prélèvement, la mobilisation du travail libre et contraint. Les développements économiques doivent être placés au coeur du processus de formation des cités-Etats. Cela aboutit à replacer les cités grecques dans le vaste contexte méditerranéen, bien au-delà de toute idée de miracle ou d’exception grecque.

Abstract: The long neglected issues of land distribution and exploitation had to be placed again at the heart of the history of early Greece, from the great period of Mycenaean palaces to the formation of City-States. This book presents an analysis of land tenure systems based on all available sources, from Mycenaean texts to traditions on Archaic Greece and rural archaeology. Its aim is to demonstrate the importance of the palatial period in the economic and social history of Greece, beyond schematic debates on continuity or discontinuity. Analyzing land tenure and also exchanges, monetary forms, debt relations, the rent, the mobilization of free and unfree labour leads to a new understanding of the economic and social history of these centuries. Economic processes played a central role in the formation of City-States. This is how Greek City-States will find their place in the wider Mediterranean context again, beyond the idea of a Greek miracle or exception.

                                                                       * * *

Habilitations à diriger des recherches (résumés)

Cardoni, Fabien : Le choix des futurs. La programmation des dépenses militaires en France 1945-1973

Garant ou garante : Alya Aglan

Habilitation à diriger des recherches en Histoire

Soutenue à Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le 6/20/2019

Jury : Bertrand Blancheton (Université de Bordeaux), Herrick Chapman (New York University), Robert Frank (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Michel Margairaz (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nicolas Roussellier (Institut d’études politiques de Paris)

 

Résumé de l’HDR : Le manuscrit inédit est intitulé « Le choix des futurs. La programmation des dépenses militaires en France 1945-1973 ».

Pourquoi une programmation à moyen terme des dépenses militaires a-t-elle été développée en France au cours du second XXe siècle, et que nous apprend cette innovation sur les finalités des politiques de défense entre présent et futur et du jeu d’acteurs qui les mettent en œuvre ?

La première partie analyse les conditions qui ont accéléré ou freiné l’émergence d’un nouvel horizon stratégique et militaire, porteur d’une ambition nucléaire et interarmées, dont l’effort financier est planifié sur plusieurs années.

Après la gestation de la programmation, la deuxième partie s’intéresse à une acmé programmatique, entre 1960 et 1973, et étudie les techniques de projection financière, afin de révéler les luttes de pouvoir autour de la maîtrise du futur militaire.

Enfin, une troisième partie examine les résultats à court, moyen et long terme de la programmation au regard des objectifs affichés initialement. Si elle réussit à créer un système d’armes nucléaires autochtone, la programmation, présentée comme la traduction d’une grande ambition pour les armées, reste l’instrument d’une conversion douloureuse de celles-ci vers un ensemble interarmées sous-équipé aux effectifs réduits. Prises en étau entre la volonté inébranlable de l’exécutif de réaliser  rapidement la nucléarisation des forces et la direction du Budget, qui bride année après année les ambitions militaires et qui rechigne à toute forme de pluriannualité, les armées n’ont en réalité pas le choix de leur futur.

The unpublished manuscript is entitled “The Choice of Futures. The Programming of Military Expenditures in France 1945-1973”.

Why was medium-term military expenditure planning developed in France during the 20th century second-half, and what does this innovation tell us about the aims of defence policies between present and future, and the game of actors who implement them?

The first part analyses the conditions that have accelerated or hampered the emergence of a new strategic and military horizon, carrying a nuclear and joint forces ambition, whose financial effort is planned over several years.

After the programming genesis, the second part looks at a programmatic acme, between 1960 and 1973, and studies the techniques of financial projection, in order to reveal the power struggles around the control of the military future.

Finally, a third part examines the short, medium and long term results of programming in relation to the objectives initially displayed. If it succeeds in creating an indigenous nuclear weapons system, the programming, presented as the translation of a great ambition for the armies, remains the instrument of a painful conversion of these to a sub-equipped joint forces with downsized troops. Sandwiched between the unwavering will of the executive to quickly realize the nuclearization of the forces and the direction of the Budget, which year after year constrains the military ambitions and balks at every form of multiannual spending, Armies really have no choice about their future.

 

                                                                       * * *

 

Passalacqua, Arnaud : Une illusion au pays du rêve : le TGV et la Floride (années 1980)

Garant ou garante : Kostantinos Chatzis

Habilitation à diriger des recherches en Histoire

Soutenue à Université Paris-Est, le 6/27/2019

Jury : Christophe Bouneau (Université Bordeaux Montaigne), Konstantinos Chatzis (Université Paris-Est), Laetitia Dablanc (Université Paris-Est), Marie Delaplace (Université Paris-Est), Hélène Harter (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), John Krige (Georgia Institute of Technology), Pierre Lamard (Université de technologie Belfort-Montbéliard), Pierre Zembri (Université Paris-Est)

Voir en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02415249v1

Résumé de l’HDR : Le TGV a fait l’objet de très nombreuses approches par les sciences sociales, dans ses dimensions notamment territoriales et économiques. Pourtant, il est un volet de son histoire quasi vierge, celui touchant à son exportation. Même ses succès à l’international ne sont pas bien connus en termes scientifiques. Ses échecs sont aussi peu documentés, souvent écartés d’un revers de main comme une évidence a posteriori. Ce travail d’HDR a donc cherché à suivre le TGV dans ses tentatives d’implantation aux États-Unis au cours des années 1980, en particulier en Floride, c’est-à-dire là où l’exportation était la plus difficile. Celle d’un train de voyageurs à grande vitesse au pays de l’automobile, de l’avion et du fret ferroviaire. Celle d’un projet porté par des acteurs publics, au pays qui incarne – à tort ou à raison – le libéralisme. Celle, aussi, d’un système complet et unique sur un marché flou, et non d’un objet mobile reproduit à des millions d’exemplaires, comme cela peut être le cas pour la vente de voitures, sur des marchés bien connus. Pourtant, des deux côtés de l’Atlantique, des acteurs ont investi leur énergie ou leur argent dans la promotion d’un tel projet. Le mémoire cherche donc à éclairer à la fois les raisons de cet échec et celles de la croyance en un succès possible, alors que tant de vents semblaient contraires. Pour cela, il mobilise à la fois des éléments territoriaux, financiers et politiques, qui rendent le système du TGV incompatible avec la logique de l’action publique états-unienne et une dimension sociologique qui lie les acteurs à leurs objets et à leur rôle, à l’origine de cette illusion, dont les Français n’ont pas été les seuls à souffrir, ayant suivi en cela la dynamique japonaise autour du Shinkansen, également abordée par l’HDR.

                                                                       * * *

 

Warlouzet, Laurent : L’Europe occidentale face au choc de la globalisation. La solution de la Communauté économique européenne (CEE) (1973-1985)?

Garant ou garante : Olivier, Feiertag (Université de Rouen)

Habilitation à diriger des recherches en Histoire

Soutenue à Université de Rouen, le 10/2/2015

Résumé de l’HDR : L’Europe occidentale face au choc de la globalisation La solution de la CEE (1973-1985).

Le mémoire étudie les mutations des politiques économiques et sociales européennes de 1973 à 1986, à partir de l’étude des archives allemandes, britanniques, françaises et celles de la Communauté européenne, mais aussi, plus ponctuellement, celles d’autres organisations internationales, syndicales et patronales, et celle d’une entreprise (les chantiers navals de Dunkerque).

Loin de l’idée de l’émergence inéluctable d’une Europe communautaire néolibérale, ce mémoire montre au contraire qu’un double débat s’est cristallisé à l’époque:

-sur le plan institutionnel, l’échelle de coopération de la Communauté européenne a parfois été choisie, mais souvent par défaut et non pas par enthousiasme européiste. Ainsi, par exemple, la décision de créer le marché unique en 1986 a été prise après l’échec de voies alternatives, nationales, binationales ou internationales.

-sur le plan économique, les Européens ont noué des compromis successifs entre les approches sociales, néomercantilistes, de marché et néolibérales. Les deux premières ont été très prégnantes dans les années 1970, avec notamment un projet de contrôle des multinationales bien plus avancé que dans les autres organisations internationales. La vision néolibérale ne s’est imposée que tardivement, en particulier du fait d’une politique largement négligée, la politique de la concurrence.

English summary of the published version: Laurent Warlouzet, Governing Europe in a Globalizing World. Neoliberalism and Its Alternatives following the 1973 Oil Crisis, London, Routledge, 2018.

The book examines how Western Europe adapted its economic and social policies to the shock of Globalization. It focuses on the period ranging from 1973 to 1986 and it provides a broader interpretative framework of the relationship between Europe and globalization up to 2017.

Governing Europe challenges the narrative of the inevitable emergence of a neoliberal Europe by demonstrating that alternatives were discussed and implemented. Hence, it examines the interaction between three models of economic and social policies : socially-oriented, neomercantilist and market-oriented Europe. Neoliberal policies fit into the last category as a radical variant of market-oriented policies.

The book compares the European Economic Community with other international institutions (ILO, OECD, etc.) in order to understand why did European leaders chose to pool sovereignty in certain areas but not in another.

Based on newly uncovered archival materials from archives of national, international and transnational actors scattered over across seven countries, it provides a fresh perspective on characters such as Thatcher, Delors, Schmidt or Kohl.

It has two core arguments:

-institutional: European leaders often chose the EEC only after having exhausted other options, either national or international (OECD, GATT, ILO), and not out of idealism (or not only for that).

-in terms of economic policy: instead of an inexorable rise of neoliberal Europe, the book argues that there was a constant balance between social, neo-mercantilist, market-oriented and neoliberal policies. The conclusion includes a section on the period between 1987 and 2017.

Link: https://www.routledge.com/Governing-Europe-in-a-Globalizing-World-Neoliberalism-and-its-Alternatives/Warlouzet/p/book/9781138729421

 

                                                                       * * *

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search