Archives de catégorie : Nouvelles diverses

Appel à communications : Rethinking the form, governance & legal constitution of corporations

Call for papers for track T01_06
Rethinking the form, governance & legal constitution of corporations theoretical issues & social stakes

SIG 01: Business for Society (B4S) & SIG 02: Corporate Governance (CoGo) (co-sponsorship)
Convenors: Blanche Segrestin, Kenneth Starkey, Jeroen Veldman

L’Afrique des routes au musée du quai Branly-Jacques Chirac 2017

http://www.achac.com/blogs/137

Le musée du quai Branly-Jacques Chirac accueille, du 31 janvier au 19 novembre 2017, une exposition ambitieuse, L’Afrique des Routes, qui évoque, à l’aide de 350 œuvres et documents, le rôle mondial de l’Afrique des origines à nos jours. De la Chine aux Amériques en passant par l’Inde, l’Indonésie, le monde arabo-musulman et l’Europe, routes commerciales, routes jalonnées de villes, routes spirituelles et religieuses, routes des formes, routes coloniales, routes des objets, c’est l’évocation d’un continent au cœur de l’histoire globale, qui démontre la mobilité et l’ouverture des Africains tout au long de leur histoire. Le mythe des « arts premiers » et de l’Afrique « continent sans histoire » est révolu. 

Contrairement aux idées reçues, l’Afrique a toujours été un continent ouvert. Cela est démontré par la circulation des objets autant que des hommes, de leurs langues, de leur culture. L’exposition inclut des éléments majeurs de ces rencontres et nombreux sont les indices d’une vie incessante de relation : l’arrivée des langues afro-asiatiques ; les creusets que furent les espaces égyptien ou punique/carthaginois ; l’expansion des peuples de langues bantoues ; les échanges de plantes vers et depuis l’Afrique ; l’utilisation du dromadaire (avec les Romains, autour du Ier siècle de notre ère) qui transforma l’espace transsaharien ; les échanges religieux dont l’arrivée de l’islam en Afrique de l’ouest et sur la côte orientale (à partir des VIIe–Xe siècles) ; l’influence perse en Afrique orientale (1er– VIe siècles) ; l’essor du monde de l’Océan Indien et le rôle de l’or de Zimbabwe et des expéditions chinoises (Xe–XVe siècles) ; les routes de l’or qui déterminèrent « les siècles d’or » de l’Afrique occidentale dans la même période ; la présence de l’ivoire très précoce hors Afrique (déjà à Rome et dans l’Europe médiévale), et exponentielle à partir du XVIIIe siècle sur les marchés européen et asiatique ; la circulation ancienne des cauris (coquillages-monnaie) des îles Maldives en Afrique sahélienne occidentale. 

Les routes ne firent que s’amplifier avec l’essor des traites d’esclaves, puis la culture atlantique, l’influence chrétienne, l’intrusion du capitalisme européen… L’exposition entend aussi souligner le rôle de diffusion de savoirs et de cultures joué par les esclaves dans le reste du monde ; enfin, survient la rupture provoquée par l’invention des routes coloniales, qui bouleverse à nouveau les sociétés. Un colloque sur Les mondialisations africaines dans l’histoire le précisera les 20 et 21 avril 2017, et un cycle de neuf conférences mensuelles au fil de l’année, pour accompagner cette exposition-événement.

Parution de l’ouvrage de Manuela Martini : “Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue “parisienne .

Parution de  l’ouvrage de Manuela Martini : Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue parisienne aux éditions du CNRS.

Vous en trouverez une présentation sur le site de l’éditeur en suivant ce lien :

http://www.cnrseditions.fr/histoire/7375-batiment-en-famille.html

Collectif des docteur.e.s sans postes

Bonjour,
Ci-dessous, et en PJ, la présentation d’un nouveau collectif de lutte contre la précarité dans l’ESR : celui des “docteur.e.s sans postes”. N’hésitez pas à nous rejoindre et à diffusez largement ce message.
Cordialement

Notre initiative s’inscrit dans la dynamique du Collectif national des travailleur.e.s précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR), avec lequel nous articulons différentes luttes localement et nationalement. Face à la précarisation massive et de longue durée dans l’ESR, elle vise à répondre à un problème spécifique : celui de l’atomisation des précaires après l’obtention de leur doctorat, en particulier lorsqu’ils ne sont plus véritablement liés à un laboratoire de recherche et quand ils travaillent dans plusieurs établissements, ce qui les rend extrêmement vulnérables en raison de leur isolement.

Le Collectif Docteur.e.s sans poste regroupe des enseignant.e.s et/ou des chercheur.e.s, titulaires d’un doctorat, qualifié.e.s – ou pas – aux fonctions de maître.sse de conférences (MCF). Ils assurent une très large partie des charges de cours dans l’Université française. Selon un rapport de 2016 sur « l’état de l’emploi scientifique en France », la part des emplois non permanents dans l’enseignement supérieur était de 34% – un tiers du total ! – en 2014. Ils effectuent également, la plupart du temps sans rétribution, une part conséquente de la production scientifique, de la gestion et de l’animation de la recherche.
La création du Collectif des Docteur.e.s sans poste répond au manque de moyens attribués à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, tandis que le nombre d’étudiants n’a cessé d’augmenter (De 2009 à 2015 le nombre d’étudiants est passé de 1 367 275 en 2009 à 1 531 279 soit + 164 004 étudiants tandis que dans même temps, le nombre de postes ouverts au concours MCF a baissé, passant de 1977 en 2009 à 1291 en 2014). À cela s’ajoutent les effets délétères :

➢ De l’autonomisation des universités créée par la LRU
➢ Des réformes qui visent à créer des mastodontes universitaires – COMUE, IDEX – régis par des logiques managériales
➢ De l’accroissement du financement de la recherche par projet au détriment de financements pérennes

La précarité est structurelle et relève de la gestion ordinaire des enseignant.e.s et des chercheur.e.s dans l’ESR. Les docteur.e.s sans poste travaillent dans des conditions d’extrême précarité, très largement invisibilisées :

• Ils peuvent être vacataires (rétribués à l’heure de cours, sans prise en compte du temps de préparation, sous-payés, sans droit au chômage, sans droit à une véritable couverture en cas de maladie ou de grossesse). Pour assurer ces charges de cours, ils doivent justifier de revenus suffisants par ailleurs (!), et sont par conséquent contraints de trouver un emploi principal en dehors de l’ESR, ou de recourir au statut d’auto-entrepreneur, voire de passer par des sociétés de portage salarial.
• Ils peuvent être ATER, contrat d’un an renouvelable une seule fois. Les conditions imposées sont de plus en plus éclatées (certains contrats sont parfois regroupés sur quelques mois et non plus sur douze mois).
• Les contrats postdoctoraux qu’ils décrochent sont également soumis à une variété de situations (bourses et libéralités plutôt qu’un salaire, horaires variables…).
• Certains n’ont comme seule ressource qu’une allocation chômage, le RSA, voire n’ont droit à rien, en attendant un hypothétique recrutement.

Nos objectifs:

* Fédérer et coordonner les docteur.e.s sans poste pour sortir de l’état actuel d’isolement qui nous empêche de mener des luttes collectives
* Faire un état des lieux, témoigner, réunir nos expériences et sortir de l’invisibilité
* Arrêter une plateforme de revendications et définir des modalités de mobilisation

Notre Collectif est ouvert à tou.te.s les docteur.e.s : Toutes les contributions sont bienvenues Venez nous rejoindre !

Nous disposons d’une liste de discussion pour débattre collectivement et élaborer nos revendications et nos actions :
idf-docsansposte@precairesesr.fr
Pour s’inscrire sur la liste :
https://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/listinfo/idf-docsansposte

Des informations sur le Collectif des Précaires de l’ESR Site http://precairesesr.fr & Wiki http://wiki.precairesesr.fr

Bourse d’études – The Rothschild Archive

David Todd attire notre attention sur l’existence de la bourse d’études de The Rothschild Archive, qui sert à financer des déplacements internationaux des étudiants en recherche ou des chercheurs pour consulter les fonds Rothschild, soit à The Rothschild Archive à Londres soit aux Archives Nationales du Monde du Travail à Roubaix (série 132 AQ). Les bourses sont d’un montant maximal de £2000 et les candidatures peuvent être rédigées en français ou en anglais. Ces fonds constituent une ressource utile en histoire économique contemporaine bien sûr, mais aussi dans d’autres domaines tels que l’histoire du judaïsme, l’histoire de la philanthropie ou l’histoire des sciences.
Vous trouverez plus d’informations sur la procédure d’allocation des bourses au lien suivant:
David Todd
King’s College London, Senior Lecturer
Academic Advisory Board of the Rothschild Archive, Chair

Offre d’emploi :Three Tenure-track positions at Denison University

Please share the following job ads with PhD candidates and other interested individuals in your network.

Position 1 (Economics Department): Financial Economics

Position 2 (Global Commerce program): Economic History

Position 3 (Data Analytics program): Mathematical & Quantitative Methods

Best wishes,

Fadhel

فاضل قابوب

Fadhel Kaboub
Associate Professor of Economics, Denison University
President, Binzagr Institute for Sustainable Prosperity
Granville, OH 43023 740-587-6315 @FadhelKaboub

Le mercredi 12 octobre 2016 à 19 heures se tiendra à l’Institut culturel italien de Paris, 50 rue de Varenne, 75007 Paris une rencontre en hommage à la mémoire d’Alberto Tenenti.
Y sera présenté le volume des Actes du Colloque international organisé par le Collège de France les 9 et 10 novembre 2012 à l’occasion du 10ème anniversaire de sa disparition, le 11 novembre 2002, à Paris :
“La Renaissance d’Alberto Tenenti (1924-2002). Portrait intellectuel d’un historien franco-italien”, Essais réunis par Maurice Aymard, François Dupuigrenet Desroussilles et Carlo Ossola, Studi Veneziani, N.S. LXXII (2015).
Interviendront Maurice Aymard, François Dupuigrenet Desroussilles, Yves Hersant et Carlo Ossola

Rappelons, parmi les ouvrages d’histoire économique et sociale d’Alberto Tenenti:

Naufrages, corsaires et assurances maritimes à Venise (1592-1609), Paris, Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études, 1959
Venezia e i corsari, 1580-1615, Bari, Laterza, 1961
L’Italia del Quattrocento : economia e società, Laterza, 1996

Où en est l’enseignement de l’histoire économique en France ?

La table ronde organisée par l’AFHE dans le cadre des 19e Rendez-vous de l’histoire se déroulera :

Vendredi 7 octobre 2016 à 11h45

à Blois, au campus de la CCI (Amphi vert)

eco-rvh-2016_7oct_afhe

La Carte blanche de l’AFHE réunira enseignants du secondaire et du supérieur, économistes et historiens pour établir ensemble un bilan de l’enseignement de l’histoire économique en France. Quelle est la place de l’histoire économique dans les programmes d’histoire et de SES du secondaire et dans les cursus d’économie et d’histoire à l’université ?

Intervenants :

  • Cédric PERRIN, professeur agrégé d’histoire au lycée Grandmont (Tours), Chargé de mission AFHE
  • Véronique CHANKOWSKI, Maître de conférence en histoire antique à l’université de Lyon
  • Guillaume DAUDIN, professeur à l’université Paris-Dauphine
  • Igor MARTINACHE, professeur agrégé en sciences sociales, représentant de l’APSES

Modération : Stéphane FRACHET, journaliste, correspondant régional du journal les Échos.


Crédit image de une : “Claremont High School, Television in the classroom”- Tasmanian Archive and Heritage Office: AB713-1-9607 en cc sur Flickr

Apprendre de ses erreurs, par Hubert Bonin

Sur le site de l’Histoire, Hubert Bonin rend compte de la publication des actes du colloque de l’AFHE à Lille : L’échec a-t-il des vertus économiques ? publié sous la direction de Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira :

“Généralement, on n’aime pas l’échec ni ceux qui échouent dans le monde de l’entreprise et de l’économie. Avec audace, une équipe de 24 historiens a pris le sujet à bras le corps lors d’un congrès. Ils discutent du rapport délicat entre prudence et avancées stratégiques ou innovations ; des effets des échecs sur l’enrichissement du capital d’expérience des manageurs, plus prompts désormais à une anticipation plus rationnelle, car la fameuse « gestion du changement » implique des tâtonnements, dont des cas concrets sont ici fournis, surtout pour l’histoire contemporaine, mais aussi pour les Temps modernes.

Des échecs conduisent à des impasses et des faillites ; d’autres à plus de coopération interentreprises ou européenne (sidérurgie). Il est clair que certains révèlent des inflexions durables de l’environnement économique : il devient alors illusoire de vouloir freiner le mouvement, malgré des essais de la part de l’État ou de l’Europe : il faut dès lors réinventer l’histoire d’une cité, d’une branche, d’une entreprise.”

(source)


Crédit image de une : “The Accident at the Gare Montparnasse (35º50’31.11″,+2º19’13.14” by Jon Horvath and Hans Gindlesberger. Archival pigment print.

[Création à partir de l’image originale de l’accident de la Gare Montparnasse de 1895 en couverture de l’ouvrage recensé]

Chers collègues,

Je remercie très chaleureusement tous ceux d’entre vous qui ont accepté de me renseigner sur ces questions. Un bon témoignage de leur nombre et que je n’ai pas réussi à leur répondre à tous ! (Mais j’y travaille). Tout le territoire n’est pas couvert, mais nous nous en rapprochons…

Certains collègues m’ont signalé, à raison, que mon message faisait comme si les gestionnaires n’étaient pas concernés par la question. Ce serait absurde. Je leur présente mes excuses.

Je serai aussi très content de savoir ce qui se fait en histoire des entreprises en particulier et en histoire économique en général dans les premiers et les seconds cycles de gestion.

Rappel : pour ne pas encombrer la liste, il vaut sans doute mieux que vous m’envoyiez vos réponses à mon adresse mail (gdaudin@mac.com ou guillaume.daudin@dauphine.fr)

Sincères salutations,

Guillaume Daudin

Forwarded message:

From: Guillaume Daudin gdaudin@mac.com
To: histoire_eco@groupes.renater.fr
Subject: Enseignement de l’histoire des faits économiques dans les facultés d’économie ?
Date: Tue, 30 Aug 2016 09:29:35 +0200

Chers collègues,

Il se tiendra le 7 octobre à Blois une table ronde sur l’enseignement de l’histoire économique (http://www.rdv-histoire.com/edition-2016-partir/ou-en-est-l-enseignement-de-l-histoire-economique). Je dois présenter ce qui se passe dans les facultés d’économie. Je connais la situation à Dauphine, un peu celle à Lille, je peux me renseigner sur Paris… Mais c’est tout de même un horizon assez étroit !

Je serai donc content si ceux d’entre vous qui savent ce qui se passe dans la faculté d’économie de leur université (ou tout autre institution du supérieur) voulaient le partager. Quelques questions possibles et non-limitatives :

  • Est-ce qu’il y a des cours d’histoire des faits économiques en premier et/ou en second cycle d’économie ?
  • Sont-ils optionnels ou obligatoires ?
  • S’ils sont optionnels, quelles est la part (approximative) de la promotion qui les choisit ?
  • Sont-ils limités à des cours magistraux ou sont-ils accompagnés de TD ?
  • Sont-ils dispensés par des historiens des faits économiques, des historiens de la pensée économiques ou des économistes ? Ou tout autre aspect qui vous semble pertinent et intéressant…

Pour ne pas encombrer la liste, il vaut sans doute mieux que vous m’envoyiez vos réponses à mon adresse mail plutôt qu’à la liste (gdaudin@mac.comou guillaume.daudin@dauphine.fr)

Si vous êtes suffisamment nombreux à me répondre, je partagerais avec la liste les résultats de mon enquête avec la liste des informateurs (sauf avis contraire), par exemple par un billet sur le carnet de recherche de l’association (https://afhe.hypotheses.org)

Merci d’avance !

Guillaume Daudin
Professeur des Universités en Économie
Université Paris-Dauphine

1er octobre, Journée d’étude : Décentrer l’histoire du travail

Journée d’étude de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail

Décentrer l’histoire du travail
(mondes asiatiques et maghrébins)
Samedi 1er octobre 2016
Centre Malher, 9 rue Malher, 75004 Paris
Métro : Saint-Paul
 
Dès sa création en 2013, l’Association française pour l’histoire des mondes du travail a inscrit une ouverture globale dans ses orientations de recherches. Elle a ainsi vocation à promouvoir des études sur le travail et les travailleurs à toutes les époques et sous toutes les latitudes.
Le thème choisi pour sa deuxième journée d’études invite à décentrer l’histoire du travail en s’intéressant à d’autres espaces que ceux largement balisés par une historiographie  centrée sur le monde occidental (Europe et Amérique du Nord) et sur les formes de mobilisation contrainte de la main d’œuvre instituées dans les territoires coloniaux.
À l’heure de l’histoire globale, décentrer l’histoire du travail ne consiste pas à satisfaire à une mode scientifique, en déplaçant à d’autres aires géographiques des questionnements mûris dans le creuset de l’historiographie occidentale. Quitter les rivages de l’Europe et de l’Amérique du Nord, c’est non seulement envisager des traditions historiographiques singulières, mais aussi étudier des chronologies différentes, des formes alternatives de production et d’organisation du travail, d’autres rapports de subordination, d’action et de lutte, impliquant des mains d’œuvre aux statuts divers. C’est surtout permettre de penser à nouveaux frais des notions qui ont été élaborées dans le cadre des historiographies occidentales ou des processus explicatifs (comme celui cherchant à rendre compte des dynamiques capitalistes) qui leur sont associés.
Dans cette perspective, il s’agit d’abord d’envisager des historiographies, des temporalités et des contextes généralement mal connus par les historiens non spécialistes de ces terrains, et susceptibles de proposer de nouveaux éclairages sur les dynamiques historiques du travail. Le propos se veut aussi plus ambitieux : le décentrement invite à  considérer à nouveaux frais les territoires et les histoires plus familiers, à intégrer d’autres récits pour composer des histoires plus vastes, à inventer des chronologies plus ambitieuses. Une telle démarche doit permettre également de dénaturaliser quelques évidences et de questionner quelques certitudes : l’Europe occupe-t-elle nécessairement une position centrale ?  L’Occident incarne-t-il nécessairement la modernité ?
En invitant ainsi quelques-uns des meilleurs spécialistes d’histoires du travail non-occidentales, l’AFHMT fait le pari qu’il y a beaucoup à apprendre de telles approches  comparées.
Programme
9 h 30 – 12 h 30 : Amphithéâtre Dupuis (discutant : Philippe MINARD, Paris 8 et EHESS) :
1.      Vanessa CARU (CNRS, CEIAS), Du paradigme de la “modernisation” à l’histoire sociale, les renouvellements de l’historiographie du travail en Inde au XXe siècle.
2.      Annick LACROIX (Paris-Ouest), Etudier le travail dans l’Algérie et  le Maghreb au XXe siècle.
3.      Claude CHEVALEYRE (EHESS, CECMC)Histoire du travail et de la servitude en Chine impériale. Problèmes conceptuels et historiographiques.
 
12 h 30 – 13 h 30 : déjeuner (inscription préalable nécessaire : 20 € environ, mais à moitié prix pour les adhérent-e-s)
13 h 30 – 15 h : Assemblée générale (adhérent-e-s de l’AFHMT)
15 h – 17 h : Amphithéâtre Dupuis (discutant : Alessandro STANZIANI, EHESS, CRH)
1.      Aditya SARKAR (Université de Warwick), Arrears Due: Wage-Payments and Mill Politics in Late 19th Century Bombay. 
2.      Bernard THOMANN (INALCO, ESOPP)Les mineurs dans l’histoire du travail au Japon. 
Inscription auprès de Nicolas Hatzfeld (nicolas.hatzfeld@gmail.com) jusqu’au 23 septembre

 

Philippe Minard
UMR 8533 CNRS (IDHE.S), université Paris 8, et EHESS (CRH)

Votre avis nous intéresse !

Enquête auprès des lectrices et des  lecteurs du carnet de l’AFHE

Utilisateurs et utilisatrices des outils de communication numérique de l’AFHE, membre ou non de l’association, votre avis nous intéresse.

En suivant ce lien, vous trouverez un court questionnaire anonyme auquel nous vous remercions par avance de répondre.

__________

Crédit image de une : Benjamin Reay – Big question mark en cc sur Flickr

A propos de la crise européenne et les unions monétaires dans l’histoire

Durant des années nous avons tenté d’obtenir un financement pour étudier les questions des Unions monétaires dans l’histoire, en particulier la fin des unions.

Voir par exemple http://www.monetary-union.net/The-EMU-Project

Chaque fois (appels COST, appels européens, visite à la BCE, ANR) on nous a dit que le sujet ne présentait pas d’intérêt, que la construction européenne était une marche irréversible vers l’union.

Maintenant nous voyons le résultat de cet aveuglement des technocrates.

 

On peut toujours relire ce que nous avons écrit sur la fin des unions et la crise du 19e siècle Moneta publications (www.moneta.be)

Georges Depeyrot, Directeur de recherche CNRS
Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

NEW ! Promotion: -25 % on Moneta volumes 
Subscribe to the newletter Moneta http://www.moneta.be
Moneta on Facebook https://www.facebook.com/collection.moneta
DAMIN program  http://www.anr-damin.net
Academia
 http://cnrs.academia.edu/GeorgesDepeyrot

Soutenir Metropolitiques !

LogoMetropolitiquesAppel à dons exceptionnel

Cinq ans après sa création, la revue Métropolitiques  s’est désormais installée au cœur des débats sur les questions urbaines et territoriales. Avec plus de 900 articles publiés (dont 250 en anglais), elle joue désormais un rôle important dans la diffusion des savoirs et l’animation des débats entre chercheurs, professionnels, politiques et citoyens. Malgré cette réussite, dont atteste un nombre croissant de lecteurs, la revue connaît actuellement d’importante difficultés financières. Continuer la lecture de Soutenir Metropolitiques !

Conférence D. Agut, J.C. Moreno Garcia – Documents fonciers égyptiens

Dans le cadre du séminaire d’histoire économique de l’Antiquité (J. Zurbach), Damien Agut et Juan Carlos Moreno Garcia feront une intervention commune le jeudi 19 mai sur des documents fonciers de l’Égypte ancienne.

Documents fonciers égyptiens. I : documents ramessides (J.C. Moreno Garcia)

Documents fonciers égyptiens. II: cadastres et registres fiscaux du XIe au IXe siècle (D. Agut)

Le séminaire a lieu à l’ENS, 45 rue d’Ulm, Paris, en salle d’Histoire (esc. D, 2e étage), de 16 à 18h.