Archives de catégorie : Nouvelles diverses

soirée d’ouverture de l’économie aux Rendez-vous de l’histoire le 5 octobre 2022 sur les mutations de mla société française avec jérôme Fourquet et Chloé Morin

Éric Monnet, ancien vice-président de l’AFHé, reçoit le prix du meilleur jeune économiste 2022

L’Association française d’histoire économique présente ses félicitations à Éric Monnet  pour ce prix attribué par le Cercle des économistes et le journal Le Monde.

Voici un lien vers l’annonce de ce prix : https://lecercledeseconomistes.fr/evenements/prix-du-meilleur-jeune-economiste-2022/

A cette occasion, Éric Monnet a présenté ici ses recherches en histoire économique :  https://afhe.hypotheses.org/13910

 

AAC : L’émergence de nouveaux marchés. Congrès AFHE 2023, 30-31 mars / CFP: The emergence of new markets. AFHE 2023 Congress, Lyon, March 30-31, 2023

English version below : click here

Appel à communications : L’émergence de nouveaux marchés. Congrès AFHE 2023, 30-31 mars

Dans le cadre plus général de recherches sur la notion de marchés et le fonctionnement concret de ceux-ci, l’histoire économique s’est déjà penchée sur l’ouverture de nouveaux marchés, en explorant l’apparition de nouveaux produits, les innovations techniques, en se penchant sur l’évolution de la consommation, des transports, des modes de distribution – autant de facteurs qui ont permis l’éclosion et la conquête de nouveaux marchés.

La rencontre proposée pour le prochain congrès de l’AFHE, prévu les 30 et 31 mars 2023, veut focaliser l’attention sur ce moment même de l’émergence, ses causes, ses manifestations et ses conséquences, sur le temps long, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.

Dans le sillage des réflexions déjà menées par les historiens sur les définitions de « marché et marchés », nous proposons d’étudier ce moment d’apparition au prisme de toutes les réalités que recouvre ce mot de marché : un lieu, concret et abstrait, d’échanges entre offre et demande d’un bien, d’un service, qui peut être organisé, officiel, libre, voire « noir », ou « zones grises » ; un jeu d’acteurs entre les producteurs, les consommateurs et le régulateur qui encadre l’activité d’échange, donne les autorisations, fabrique les normes ; un débouché concernant des zones géographiques d’échelles variées ; une institution support de transactions…

Cette rencontre veut tirer le bilan, dans la longue durée, des nouveautés apportées par les recherches récentes dans ce domaine. Les questions auxquelles elle cherchera à répondre sont nombreuses. À partir de quels critères peut-on parler de « nouveau marché » ? Qu’entend-on par « ouverture » de nouveaux marchés ? Cela peut concerner la dimension géographique – des espaces nouvellement parcourus, le passage du local au global -, l’apparition d’un nouveau produit qui conquiert une nouvelle clientèle (comme la soie, le thé, les indiennes, l’automobile…), le changement de routes commerciales, … concernant des marchés de nature variée (financier, du travail, agricole, industriel, artistique…). Quels sont les facteurs qui concourent ou non à cette ouverture ? La naissance d’un nouveau marché peut ainsi s’expliquer par une innovation technique, commerciale, financière, qui favorise la mise sur le marché d’un nouveau produit ; par l’ouverture de nouvelles routes d’échange et de circulation ou grâce aux révolutions des transports ; par de nouvelles modalités de distribution (marchés ouverts ou couverts, boutiques, supermarchés, colportage, vente par correspondance) ; par l’évolution de la démographie, des niveaux de vie et des habitudes de consommation (goûts, modes, cultures). Elle peut aussi être le « fait du prince » : privatisation de biens publics, délivrance d’autorisations de mise sur le marché, réglementation douanière… Ou bien encore elle peut être liée au développement d’une philosophie économique qui favorise ou encadre en arrière-plan la dynamique (mercantilisme, libéralisme, protectionnisme…) ou à une stratégie de conquête géopolitique.

Autant de questions qui pourront être envisagées de manière générale, par l’analyse d’un moment particulier de rupture, tout comme en partant des acteurs des nouveaux marchés (producteurs, consommateurs, marchands, régulateurs) et des modalités de leur action, de l’étude des changements dans les circulations, dans les infrastructures et les techniques, du rôle des innovations… en portant une attention particulière aux interactions de ces différents facteurs dans la chaîne de causalités qui président à l’émergence d’un nouveau marché ou qui font obstacle à ce processus. Vouloir étudier cette émergence comporte un paradoxe qu’il s’agit de dépasser : l’innovation implique souvent une situation de monopole, avec des profits que ses détenteurs cherchent d’abord à préserver avant que l’exclusivité ne leur soit contestée et que se mette en place un processus de construction tendant vers le marché, ce qui renvoie à la question de la fixation des prix et des normes. C’est bien ce moment de basculement, qui voit apparaître un nouveau marché, que l’on entend analyser. Le parti pris de la longue durée devrait permettre de croiser les points de vue, de dégager des continuités ou au contraire de souligner des spécificités dans ces phénomènes de rupture, au fil des âges. Dans un même souci comparatif, le champ géographique couvert par l’enquête ne se limitera pas à l’histoire européenne, les contributions pourront porter sur d’autres aires culturelles.

Conditions de soumission

Les propositions (3 000 signes maximum en fichier word ou pdf) doivent comporter un titre, une problématique explicite et une courte bibliographie. Il est possible de joindre une brève notice biographique (1 000 signes maximum). Les propositions feront l’objet d’un processus d’expertise par les membres du comité directeur de l’AFHE.
Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante : AFHE.congres2023@gmail.com (en indiquant dans l’objet du message ‘soumission congrès AFHE 2023’) avant le 28 février 2022.
Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être présentées en français ou en anglais.

Enfin, nous attirons votre attention sur le fait que les frais de transport et d’hébergement (hors déjeuners et dîners prévus au programme) restent à la charge des communicants qui auront été sélectionnés, mais que des subventions partielles peuvent être envisagées.

Comité d’organisation

Stéphane Bourdin ; Natacha Coquery ; Guillaume Garner ; Jean-Louis Gaulin ; Hervé Joly ; Marguerite Martin ; Manuela Martini ; Laure Quenouëlle-Corre ; François Rivière ; Catherine Virlouvet

Prix de la meilleure communication jeune chercheur

Le comité directeur récompensera la meilleure communication d’un ou d’une jeune chercheur(e) (i.e. en master ou en doctorat avec une soutenance prévue après le 31 mars 2022 au moment de la soumission) d’une valeur de 500 €.

Les jeunes chercheurs sont invités à postuler au présent appel, ou à un appel plus large dans leur direction qui sera diffusé au premier semestre 2022.

Call for papers: The Emergence of New Markets. AFHE 2023 Congress, Lyon, March 30-31, 2023

Economic history has already examined the opening of new markets in the perspective of more general research on the notion of markets and their concrete functioning. The exploration of the appearance of new products, technical innovations, and the evolution of consumption, transportation, and distribution modes contributed to our understanding of how new markets are created, conquered and maintained over time.

The next AFHE Congress aims to focus attention on this very moment of emergence, its causes, manifestations and consequences, from antiquity to the present day.

In the wake of the reflections already carried out by historians on the definitions of “market and markets”, we propose to study this moment of emergence through the prism of all the realities covered by the word “market”: a place, concrete and abstract, of exchange between supply and demand of a good or a service, which can be organized, official, free, or even “black”, or in the “gray area”; a game between producers, consumers and the regulator who frames the activity of exchange, gives the authorizations, makes the standards; a commercial outlet concerning geographical areas of various scales; an institution supporting transactions…

This meeting aims to take stock, in the long term, of the novelties brought by recent research in this field. The questions it will try to answer are numerous. What are the criteria for defining a “new market”? What do we mean by “opening” new markets? This may concern the geographical dimension – newly traversed spaces, a change of scale such as the passage from the local to the global -, the appearance of a new product that conquers a new clientele (such as silk, tea, indienne, the automobile…), the change of trade routes, etc. concerning markets of various kinds (financial, labor, agricultural, industrial, artistic…). What are the factors that contribute or not to this opening? The birth of a new market can thus be explained by a technical, commercial or financial innovation, which favours the marketing of a new product; by the opening of new trade and circulation routes or thanks to the transport revolutions; by new distribution methods (open or covered markets, stores, supermarkets, peddling, mail order); by the evolution of demographics, standards of living and consumption habits (tastes, fashions, cultures). It can also be the “fait du prince”: privatization of public goods, delivery of marketing authorizations, customs regulations… Or it can be linked to the development of an economic philosophy that favors or frames the dynamics in the background (mercantilism, liberalism, protectionism…) or to a strategy of geopolitical conquest.

All these questions can be considered in different ways. The papers can focus on the various factors involved in the chain of causalities that preside over the emergence of a new market, or that impede this process. It can be a particular moment of rupture, or the actors of the new markets (producers, consumers, merchants, regulators) and the modalities of their action, or the study of changes in circulation, in infrastructures and techniques, or the role of innovations… To study the emergence of new markets involves a paradox that must be overcome. Initially, innovation often implies a situation of monopoly, with profits that its holders first seek to preserve, which brings us back to the question of price setting and standards. It is only in a second phase that exclusivity is challenged and a process of construction tending towards the market is put in place. It is this moment of change, which sees the emergence of a new market, that we intend to question. The long-term approach should make it possible to cross the points of view, to identify continuities or, on the contrary, to underline specificities in these phenomena of rupture, over the ages. With the same concern for comparison, the geographical scope of the survey will not be limited to European history, and contributions may cover other cultural areas.

Conditions of submission

Proposals (must include a title, an explicit problematic, a short bibliography and a brief biographical note (word or pdf format, 4,000 characters maximum, including 1,000 characters maximum for the biographical note). The proposals will be subject to an expertise process by the members of the AFHE steering committee.

Proposals should be sent to the following address AFHE.congres2023@gmail.com (with ‘submission to AFHE 2023’ as subject of the message) before February 28, 2022.

The papers should last approximately 20 minutes and can be presented in French or in English.

Finally, we would like to draw your attention to the fact that transportation and accommodation costs (excluding lunches and dinners provided for in the program) are the responsibility of the selected communicants, but can be partly subsidized depending on the case.

Prize for the best young researcher paper

The steering committee of the French Association of Economic History will reward the best paper of a young researcher (i.e. in master or doctorate with a defense planned after March 31, 2022 at the time of submission) with a value of 500 €.

Lauréats du prix de thèse AFHE-BNP Paribas 2021

Fabien Bartolotti et Paul Maneuvrier-Hervieu ont reçu le prix de thèse AFHE-BNP Paribas, le 7 décembre 2021

Photo Roger Nougaret. De gauche à droite : Fabien Bartolotti, Paul Manœuvrier-Hervieu

Jury

Pour BNP Paribas

  • Jean Lemierre, président du conseil d’administration de BNP Paribas
  • Marie Laperdrix, responsable du service des archives de BNP Paribas

Pour l’AFHE

  • Manuela Martini, présidente de l’AFHE
  • Loïc Charles, vice-président
  • Marguerite Martin, membre du comité directeur
  • Matthieu Scherman, membre du comité directeur
  • Laurent Warlouzet, membre
Photo François Rivière. De gauche à droite : Fabien Bartolotti, Paul Manœuvrier-Hervieu, Manuela Martini, Jean Lemierre

Continuer la lecture de Lauréats du prix de thèse AFHE-BNP Paribas 2021

Émilie Pasquier, Les eaux du Caire (1865-1922) : publication du master

Émilie Pasquier a soutenu un master d’histoire à Sciences Po Paris, intitulé Les eaux du Caire (1865-1922) : l’équipement en infrastructures hydrauliques d’une capitale connectée et ses experts européens,  sous la codirection de Giacomo Parrinello et Jean-Pierre Filiu.

Lauréate de la bourse de master AFHE-Ruche en 2020-21, elle a depuis la soutenance obtenu le prix  “Ithaque-Marquet” du mémoire d’histoire économique 2021.

Elle nous fait l’honneur de publier ici son mémoire de Master,  dont la réussite l’encourage à poursuivre des recherches doctorales sur le sujet : nous espérons que les conditions seront réunies pour que ses travaux d’histoire économique et environnementale continuent !

Pour télécharger le PDF du mémoire, cliquer ici : Pasquier_2021_Societe Eaux Caire

 

AG et Journée d’études : Ressources : enjeu global, déclinaisons locales

Journée d’études organisée par Laurent Herment (CNRS-CRH) dans le cadre de l’assemblée générale 2021 de l’Association Française d’Histoire Économique

Assemblée générale de l’AFHE : 16h30-18h

 7 décembre 2021

BNP Paribas, 14 rue Bergère, 75009 Paris

Continuer la lecture de AG et Journée d’études : Ressources : enjeu global, déclinaisons locales

Procès-verbal de l’assemblée générale de l’Association française d’histoire économique (11 décembre 2020)

Version PDF officielle : PV AG AFHE 11 décembre 2020

Présents : Régis Boulat, Jérôme Bourdieu, Cédric Chambru, Nathalie Champroux, Denis Cogneau, Anne Conchon, Jean-Claude Daumas, Clothilde Druelle-Korn, Pierre Dessaux, Alexandre Fernandez, Patrick Fridenson, Pierre-Cyril Hautcoeur, Laurent Herment, Lionel Kesztenbaum, Manuela Martini, Paul Maneuvrier-Hervieu, Virginie Mathé, Marguerite Martin, Nicolas Marty, Michèle Merger, Nicolo Mignemi, Roger Nougaret, Emilie Pack, Laure Quennouëlle-Corre, François Rivière, Matthieu Sherman, Pierre Sicsic, Béatrice Touchelay et  Catherine Virlouvet.

La réunion débute à 17h30 par visio-conférence.

L’année 2020 a été marquée par les contraintes qui ont pesé sur toute activité collective en raison de la crise sanitaire mondiale liée au Coronavirus-Covid 19. Le comité directeur a cependant pu tenir trois réunions : la première 24 janvier 2020 dans les locaux de l’EHESS (avec quelques membres en visio-conférence), une deuxième entièrement à distance le 28 avril 2020 et une dernière en format hybride le 7 septembre 2020. Une réunion du bureau a été décidé de façon tout à fait exceptionnelle le mardi 1er décembre 2020 en visio-conférence. M. Martini tient à signaler la présence de nombreux collègues à ces réunions et la qualité des échanges à ces différentes occasions. Il importe de souligner l’importance de pouvoir disposer de salles équipées convenablement, notamment pour les réunions de l’année prochaine.  

Les initiatives menées en 2020 résultent d’un travail collectif impliquant de nombreux membres du comité directeur qui ont participé activement à la vie de l’association cette année.

1. Rapport moral de la présidente de l’association, Manuela Martini

– Bourse AFHE-RUCHE

L’idée d’une bourse de 1000 euros destinée à encourager la recherche croisant histoire économique et histoire de l’environnement a pris forme lors d’une discussion que M. Martini a eue au tout début de l’année 2020 avec le président du Ruche, Stéphane Frioux. Comme convenu, l’appel à candidatures a été diffusé à la rentrée universitaire 2020. Parmi les dix dossiers, qui étaient globalement de bonne qualité, un était non éligible car présenté par une étudiante fonctionnaire. Le jury, réuni le 19 septembre 2020, était composée de N. Marty, V. Mathé, P. Sicsic et M. Martini pour l’AFHE d’une part, et de Didier Boisseuil, Stéphane Frioux, Emilie-Anne Pepy et Céline Pessis pour le RUCHE d’autre part. À l’issue d’une discussion très constructive et consensuelle, la bourse a été attribuée à Émilie Pasquier, inscrite en master d’histoire à Sciences Po Paris, pour son sujet de master 2 intitulé Les eaux du Caire (1865-1922) : l’équipement en infrastructures hydrauliques d’une capitale connectée et ses experts européens, préparé sous la codirection de Giacomo Parrinello et Jean-Pierre Filiu. Le projet allie histoire économique, histoire environnementale et histoire urbaine en se situant au sein du champ en plein essor des études sur les eaux et leur gestion. Il renouvelle une historiographie francophone qui a pu s’intéresser à la place de l’eau dans la ville et dans les projets urbains, à la mutation des paysages urbains de l’eau, ou aux procédés techniques et processus politiques menant à la sécurisation des approvisionnements en eau. À travers l’histoire de deux sociétés, la Société des Eaux du Caire, une société française créée par concession de l’Etat égyptien en 1865 afin d’équiper la ville avec un réseau d’eau potable, et sa concurrente britannique, la Société des Eaux du Caire, le projet vise à étudier la manière dont la gestion de l’eau et la mise en place du réseau d’eau potable et du système d’égouts participent à la croissance urbaine du Caire entre les années 1860 et le début du XXe siècle. Les eaux du Nil font l’objet des observations des administrateurs coloniaux et des ingénieurs européens entre préoccupations économiques et hygiénistes. Émilie Pasquier sera invitée à présenter ses travaux lors de l’assemblées générales du Ruche en juin 2021 et, après la soutenance, lors de l’assemblée générale de l’AFHE en décembre 2021.

– Participation à des congrès de l’AFHE

L’AFHE a participé au 18ème colloque international de l’Association Charles Gide sur les « Coopération(s) », qui a eu lieu en présence à Université de Lausanne le 10-12 septembre 2020
organisé par le centre Walras Pareto d’études interdisciplinaires de la pensée économique et politique et l’université de Lausanne (faculté de Sciences sociales et politiques, Institut d’Études politiques). La session AFHE, intitulée « Éduquer à la coopération », a été organisée par Alexia Blin et Niccolò Mignemi. Un compte-rendu de cette séance, rédigé par Anna Sofranova, va être publié sur le site de l’AFHE d’ici la fin de l’année. Dans le prolongement de cette session, N. Mignemi et A. Blin ont décidé de s’adjoindre Pierre-Antoine Dessaux pour soumettre une proposition de panel pour le WEHC 2022.

Deux autres congrès en revanche n’ont pas pu se tenir. Le Colloque annuel de l’Association Etienne Till a été annulé. Quant au congrès de l’Association Française de Science Économique qui aurait dû avoir lieu du 10 au 12 juin 2020, il a été reporté aux 8-10 juin 2021. L’appel à communications et à sessions est disponible sur le site (69th Annual Meeting of the French Economic Association – Sciencesconf.org). Les modalités d’organisation seront précisées dans le courant du mois de février 2021. L. Kesztenbaum suggère que l’AFHE pourrait organiser une session sur le thème des ressources en écho avec le congrès du WEHC

La table-ronde AFHE organisée par Matthieu Sherman pour les 24e Rendez-vous de l’histoire de Blois en octobre 2020 sur « Les protections avant les protections sociales » a été annulée à cause de la défection de deux collègues, Isabelle Lespinet et Christophe Capuano. La table-ronde, éventuellement remaniée, pourrait être proposée au comité de l’Économie pour l’édition de l’an prochain dont le thème sera le travail. A Conchon suggère toutefois de reformuler l’intitulé de la table-ronde.

Webinaire de l’AFHE « Finances publiques et approvisionnement en sortie de crise: regard sur le passé » (28 mai 2020)

Cette manifestation a été organisée en temps record avant le déconfinement grâce à la mobilisation de plusieurs membres du comité directeur. Les interventions de Laurent Herment, Laure Quennouëlle-Corre, David Sassu-Normand et Béatrice Touchelay, modérées par Alain Chatriot, présentaient, dans un format bref d’1h30, de courtes synthèses faisant état de débats actuels en histoire économique, mais accessibles également à un public de non spécialistes. Le webinaire est en ligne (https://afhe.hypotheses.org/13628) et a déjà comptabilisé environ 900 vues.

– Table-ronde « Institutions et développement économique dans une perspective globale » (11 décembre 2020)

La table-ronde organisée ce jour par Alessandro Stanziani et animée par Catherine Virlouvet a également été enregistrée et sera bientôt disponible en podcast.

– Activité du groupe de travail numérique

F. Rivière expose le bilan de ce groupe de travail qui réunit également P. Sicsic, N. Marty, G. Daudin et M. Martini. 

• La liste des thèses, mise à jour et assortie de résumés, est disponible sur le site de l’AFHE. Elle a fait l’objet de 4600 consultations en 2020, soit un doublement des vues. Une feuille google sera diffusée pour la campagne de cette année avec un rappel au début de l’année 2021.

• L’annuaire en cours de refonte. Les années 2019 et 2020 ont été actualisées. Pour y figurer, il suffit de remplir le formulaire suivant : https://forms.gle/AXMWPP82DFeDB5hb6

• L’activité sur Twitter se développe aussi, le fil relayant notamment les informations disponibles sur le site. Les consultations du compte de l’association sont passées de 13 726 en 2019 à 91 100 en 2020.

Il importe d’envoyer des billets pour faire vivre le site (comptes-rendus de colloque, présentations d’HDR, bibliographies sur tel ou tel thème). Il suffit de les adresser à F. Rivière (franc.riviere@gmail.com). A titre d’exemple, le billet sur ‘L’impact des crises sanitaires. De la peste antonine aux crise actuelle’ (table-ronde AFHE au Rendez-vous d’historie de Blois 2018) comptabilise à ce jour 5000 vues, se plaçant juste derrière la consultation des procédures de recrutement.

– Groupe de travail sur les ‘nouveaux marchés’ 

C. Virlouvet rend compte de l’activité de ce groupe de travail qui réunit également F. Rivière, M. Martin et L. Quennouëlle-Corre. Dans la mesure où les nouveaux marchés ont déjà fait l’objet de nombreux travaux, l’objectif de ce congrès est de centrer la réflexion sur leur émergence et leur ouverture. C. Virlouvet remercie P.-C. Hautcoeur pour ses remarques à propos du projet que ce groupe de travail a soumis aux membres du comité directeur. Le congrès devrait être l’occasion d’un dialogue avec les autres sciences sociales et d’une ouverture à différentes aires géographiques. Il a vocation à intégrer de nouveaux chercheurs et à renouveler l’expérience de 2019 avec l’attribution d’un prix décerné à la meilleure communication d’un jeune chercheur. L’appel à communication devrait être publié entre la fin de l’année 2021 et le début de l’année 2022.

Parution des actes du colloque de Toulouse (2016)

Les actes du colloque de l’AFHE qui s’est tenu en 2016 « Art et économie: une histoire partagée », dont Cécilia D’Ercole a assuré la direction scientifique avec Jean-Michel Minovez,  sont enfin à l’imprimerie. Ils seront le 4 janvier chez l’éditeur et le 4 février dans les librairies. Normalement les membres de l’AFHE à jour avec la cotisation devraient recevoir un exemplaire.

Vote

28 votants

Abstentions : 0

Favorables : 28

Le rapport moral est approuvé à l’unanimité.

2. Rapport financier fait par Lionel Kesztenbaum, trésorier de l’association (exercices 2019 et 2020)

Bilan des comptes de l’exercice 2019 et budgets prévisionnels 2020-2023

– Présentation générale

Avant de débuter ce rapport financier, L. Kesztenbaum rappelle qu’il vient de reprendre en main les comptes, dans des circonstances particulières du fait de la pandémie qui a compliqué beaucoup la passation. Il remercie de son aide Laurent Herment, le précédent trésorier, qui a facilité le transfert des éléments de la trésorerie. Il souligne qu’il n’a ni les compétences ni la vocation de mettre en place une comptabilité au sens strict qui organiserait les comptes par exercice (ce qui oblige à jongler avec des dépenses et recettes qui peuvent avoir lieu à plusieurs années civiles d’écart). C’est particulièrement visible pour l’année en cours (2020) puisque la principale dépense de cette année concerne la publication des actes du colloque de Toulouse, donc une dépense qui aurait dû être imputée sur l’exercice 2017.

Situation financière de l’association

La situation financière de l’association est saine, les comptes de l’association font apparaître une trésorerie nettement excédentaire. L’année 2019 a été particulièrement faste avec un des recettes importantes, liées notamment à un nombre d’adhérents particulièrement élevé, et un excédent budgétaire (augmentation des réserves de l’association) important. Ainsi, malgré la tenue du Congrès annuel, cette année a été extrêmement favorable, sur le plan financier, à l’AFHE.

L’année 2020 est pratiquement à l’équilibre et devrait l’être in fine (ou alors avec un très léger déficit). La principale dépense de cette année a été relative à la publication des Actes du colloque de Toulouse, soit 4000€ qui restaient à solder (depuis assez longtemps en réalité). Cela représente l’essentiel des dépenses de l’année (le total du reste, essentiellement des frais bancaires, Paypal, adhésion à l’IEHA…) se monte à un peu plus de 1000€. C’est ce qui explique que les comptes pour 2020 soient juste à l’équilibre malgré la faiblesse des activités (ainsi l’AG annuelle et son colloque ont eu lieu en ligne, ce qui n’a pas occasionné de frais supplémentaires que les 16 euros et quelques que l’on verse à Zoom chaque mois). Une autre explication pour ces comptes 2020 est le faible montant des rentrées, lié à un nombre réduit d’adhérents.

– Situation de la trésorerie, 2018-2020 (en euros courants)

En effet, le nombre d’adhérents est une donnée importante pour la vie financière de l’association. Pour atteindre l’indépendance financière, il faudrait  supposer que l’association soit capable de mener à bien les missions qu’elle s’est fixées : attribution tous les deux ans de deux prix de thèse d’un montant de 4.000 euros (8.000 euros au total, financé par BNP-Paribas), attribution de bourses à des étudiants pour participer au WEHC qui a lieu tous les trois ans (en 2018, nous avons attribué 5 bourses de 1.000 euros), participation à divers événements (dont les journées d’histoire de Blois), organisation d’un congrès tous les trois ans et publication d’un volume d’acte (8.000 euros au total pour le congrès de Toulouse), etc. Pour remplir l’ensemble de ses missions l’association doit avoir au moins 200 membres (autour de 6000€ de cotisations par an).

Cet équilibre a été atteint en 2018, poursuivant une dynamique d’augmentation du nombre d’adhérents. Il a même été battu largement en 2019 avec un nombre sans doute record d’adhérents qui ont apporté un montant lui aussi exceptionnel de cotisations (en partie du fait d’un don exceptionnel de 1000€ de Global Warning). Il est sans doute probable qu’il y ait plus d’adhérents les années où la bourse de thèse AFHE-BNP-Paribas est versée (il faut adhérer pour candidater), soit les années impaires.

Pour 2020, la situation est moins florissante, ce qui s’explique sans doute par le contexte particulier de l’épidémie et du confinement qui a contraint à réduire les activités de l’association et a contribué à l’annulation de nombreux colloques qui lui garantissait une certaine visibilité (et, accessoirement, cela a également réduit les moyens financiers des potentiels membres). Une autre explication est sans doute le caractère trop tardif des relances des adhérents. Le trésorier reconnaît qu’il n’a sans doute pas fait avec assez de persévérance les relances en cette année de transition et porte donc certainement une part de responsabilité dans la situation actuelle. L’année prochaine sera l’occasion de mettre en place des automatismes, notamment des relances tous les trimestres pour assurer la rentrée des cotisations. Une ultime relance, personnalisée sur ceux qui avaient cotisés en 2019 devrait permettre d’obtenir des adhésions complémentaires.

Nombre d’adhérents, 2018-2020

Les nouveautés pour 2021 : reçu fiscal et Hello Asso

L’association a reçu de l’administration un rescrit fiscal le 18/11/2019. Celui-ci était néanmoins conditionnel (au moins en partie) à un changement des statuts pour clarifier le fait que le bureau (et plus largement tous les membres qui s’occupent du fonctionnement de l’association) effectue ses activités à titre bénévole, sans aucune contrepartie financière. Cette modification ayant été adoptée à la précédente assemblée générale (en 2019), il a été décidé de mettre en œuvre le reçu fiscal pour la première fois pour les cotisations de 2020.

Cela signifie que, début 2021, un reçu fiscal sera envoyé à tous les adhérents (voir le modèle en annexe). Ceux qui le souhaitent pourront alors l’utiliser pour déduire une partie du montant de leur cotisation à l’AFHE, en accord avec les règles fiscales en vigueur. L. Kesztenbaum pose cependant la question de sa valorisation : est-ce qu’il faut communiquer plus largement autour du reçu fiscal, dans les messages de relance comme sur le site internet de l’association ? Après discussion, l’assemblée générale suggère qu’il serait bien de mentionner plus fréquemment le reçu fiscal, l’information figurera donc dans le prochain bulletin d’adhésion comme dans les mails de relance.

Le second changement en débat concerne l’ajout d’une modalité supplémentaire pour les adhésions, sous la forme de Helloasso. Pour rappel, longtemps les adhérents pouvaient payer leur cotisation soit par chèque soit par virement. Il y a quelques années l’adhésion par Paypal a été introduite et donc pour 2020 étaient disponibles ces trois modalités d’adhésion (chèque, virement bancaire, paypal). Le tableau ci-dessous montre la distribution des adhésions selon le type de paiement, qui montre un recul du chèque au profit de Paypal, recul qui s’est grandement accéléré en 2020, sans qu’il soit possible de connaître précisément les raisons de cette accélération (la pandémie a certainement réduit le recours au chèque mais il est possible également que les adhérents de 2019 qui n’ont pas, ou pas encore, renouvelé leur adhésion, sont plus fréquemment ceux qui payaient par chèque).

Modalité de paiement des adhérents, 2018-2020

L’un des défauts de Paypal est que cela occasionne des frais, en partie proportionnels au montant des cotisations. Ces frais (76€ en 2018, 114€ en 2019 et 84€ en 2020) représentent environ 1,5% du total des cotisations et sont à mettre en regard des frais bancaires qui s’élèvent autour de 194€ par an. En outre, le fait que le paiement sur Paypal soit par défaut un paiement récurrent conduit à quelques frictions et commentaires d’adhérents qui contestent cette organisation (d’autres sont également hostile à Paypal comme multinationale américaine). Paypal possède néanmoins des avantages en termes de facilité de paiement en ligne et de simplicité d’utilisation (et d’autres adhérents soulignent l’avantage du paiement récurrent qui permet d’être certain que l’on va régler sa cotisation tous les ans sans avoir à y penser). En outre, avoir un compte Paypal facilite un certain nombre de transactions par ailleurs (par exemple cette année lorsqu’il a fallu en urgence obtenir un compte Zoom pour l’association).

Néanmoins, il existe d’autres solutions de paiement qui pourraient être mises en œuvre. En particulier, différents moyens de paiement par internet existent, plus ou moins aisés à mettre en œuvre. L. Kesztenbaum fait suite à une suggestion de certains membres du bureau qui ont mentionné Hello Asso comme un recours supplémentaire. Il s’agit d’une entreprise (française) de paiement en ligne pour le secteur associatif, agréé “Entreprise solidaire d’utilité sociale” (ESUS). Concrètement Hello Asso (voir le détail sur www.helloasso.com) fournit une plateforme de paiement aux associations, que ce soit pour des activités ponctuelles (paiement des entrées à une manifestation culturelle par exemple) ou plus durable (paiement de cotisation). Pour simplifier, on peut résumer ses différences avec Paypal : c’est gratuit[1], particulièrement simple d’accès et d’utilisation (pas besoin de créer un compte), il y a édition automatique d’un reçu fiscal.

L. Kesztenbaum propose de conserver le compte Paypal pour l’instant, autant pour les questions pratiques (par exemple pour Zoom) que pour les adhérents qui sont en paiement récurrents (et préfèrent Paypal qu’ils connaissent), mais ne plus le mettre en avant pour les cotisations et le remplacer sur le bulletin d’adhésion et le site par Hello Asso.

– Le budget triennal de l’AFHE

Conformément aux décisions prises lors de l’Assemblée générale du 12 décembre 2012 et à l’article 9 de nos statuts, L. Kesztenbaum présente brièvement le budget sur trois ans, soit le cycle d’activité de l’association. Il rappelle que le cycle en cours sera un peu plus long puisque la pandémie a retardé le congrès mondial du WEHC (en 2022) ce qui oblige le décalage du congrès annuel de l’AFHE au premier semestre 2023. D’où un bilan présenté jusqu’en 2023 avec notamment une évaluation de financement du Congrès de l’association cette année-là. Ce budget permet de tenir compte des « obligations de dépenses » qui ne sont pas encore effectives, ainsi que des dépenses à prévoir et qui nécessitent donc l’accumulation d’excédents en années « creuses » en vue de financer les années « pleines ».


Budget prévisionnel de trésorerie 2018-2020

Annexe : modèle de reçu fiscal pour l’AFHE

A l’issue de l’exposé du rapport financier, une discussion s’engage pour trouver les moyens les plus adéquats pour remédier à la baisse notable du nombre d’adhésions. L. Herment suggère qu’une relance soit envoyée chaque trimestre. M. Merger propose quant à elle que soient ciblés les adhérents qui ne sont pas à jour et plaide pour une augmentation de la cotisation (un montant plus élevé pourrait être proposé à ceux qui souhaitent contribuer davantage pour l’association). Plusieurs participants approuvent le passage à HelloAsso. L. Herment se propose par ailleurs de vérifier les comptes avec L. Kesztenbaum.

Vote

Nombre de votants : 25

Abstentions : 0

Favorables : 25 voix

Le rapport financier est approuvé à l’unanimité.

3. Convention entre l’AFHE et l’association japonaise PEEHS (Political Economy and Economic History Society)

A. Conchon et M. Martini ont suivi la mise au point d’une convention rédigée en français, anglais et japonais, portant sur un échange académique entre l’Association française d’histoire économique (France) et la Political Economy and Economic History Society (Japon), dont le président était en 2019-2020 le professeur Kazuhiko Yago. L’objectif de ce rapprochement est de promouvoir des échanges bilatéraux et de développer une coopération scientifique, à travers la mobilité réciproque de leurs membres, les échanges de documents d’archives, la diffusion de publications et de collaborations académiques, et la coopération bilatérale dans le cadre de rencontres universitaires. Cette convention a été signée le 24 octobre 2020. L. Quennouëlle-Corre a pris contact avec K. Yago pour engager un projet comparatif sur les systèmes financiers.

Vote

Nombre de votants : 24

Abstentions : 0

Favorables : 24 voix

La convention passée entre l’AFHE et la PEEHS est approuvée à l’unanimité.

4. WEHC Paris 2022

En raison de la crise sanitaire, le congrès a été décalé d’un an et reporté aux 25-29 juillet 2022.  Les sessions sélectionnées à l’issue du premier appel, portées par un ou une collègue travaillant dans une université française, sont au nombre de 13 (sur une centaine de sessions). M. Martini invite le comité d’organisation à soutenir la participation française et à encourager plus particulièrement la place des femmes dans l’organisation de sessions.

Liste des 13 sessions françaises actuellement sélectionnées :

M. Arnoux, « What are renewable energy systems? Economic history approaches to a technological problem »

D. Cogneau, « Political Economy of Colonialism 19th-21st century »

C. D’Ercole, « Oil in the Ancient Near-East and Mediterranean: Landscapes, Techniques and Uses »

G. Daudin, « New approaches to the consequences of trade agreements »

Fernandez Alexandre, « Public services in Latin America and Europe: Circulation of capital, financing and foreign investment; Water supply, electricity, rail and tramways (19th and 20th centuries) »

I. Houssaye Michienzi, « Trans-Saharan and Saharan Trade: new approaches and new sources to a global economic system (800-1800) »

P. Labardin, « Accounting resources for Economic and Financial History (19th and 20th century) »

M. Martini, « Labour organisation, technological changes and workforce mobility in textile trades. North-European and Med. production from the 17th to the 20th century »

Z. Moutoukias, « Relational resources in credit, money and public financing. Comparing financial and sovereign institutions, social actors and resource management (14th-19th centuries) »

F. Rivière, « Meat and leather: the exploitation of livestock resources in the Middle Ages in Europe and the Islamic World »

A. Stanziani, « The Welfare state in colonial and post-colonial perspective »

A. Stanziani, « Resources for Teaching and researching global economic history: a new trick from the North? »

P. Vernus, « Silk: trades, production and skills in a Eurasian perspective from the Seventieth to the mid Twentieth century »

Comme membres du comité de pilotage du WEHC, G. Daudin et A. Conchon donnent quelques informations complémentaires.

PSE co-organise désormais cette manifestation après le retrait de l’EHESS. Le comité de pilotage est par ailleurs en train de réflexion sur congrès mêlant des interventions sur place avec des communications en visioconférence.

L’AFHE dote par ailleurs deux prix, d’un montant respectif de 400 euros, pour la promotion de l’usage des ressources numériques en histoire économique. Tous les chercheurs, jeunes ou confirmés, peuvent concourir dans deux catégories, la “Diffusion des connaissances” et l’”Innovation numérique”. Les candidatures seront closes le 31 janvier 2022 et les projets sélectionnés seront communiqués pour le 1er mars 2022. Une session spéciale du WEHC 2022 permettra aux candidats ou aux équipes sélectionnés de présenter leur projet en 15 minutes avant la sélection finale. Il est prévu de faire circuler cette information sur la liste histoire_eco et par tweet au début de l’année 2021 et à la fin de la même année 2021 (https://www.wehc2021.org/call-for-competitions/).

La question des bourses allouées par l’AFHE, qui dépend très largement du calendrier d’attribution des bourses attribuées par l’IEHA, sera discutée à l’occasion d’un prochain CD

5. Congrès de l’AFHE et mandat du comité directeur

En raison du report d’un an du WEHC, il a été décidé de décaler d’un an le congrès de l’AFHE et de l’organiser au printemps 2023. Cela impliquera de prolonger le mandat du comité directeur de quelques mois.

6. Activités prévues pour 2021

Conformément à ce qu’elle avait annoncé l’année dernière, M. Martini espère vivement que l’AFHE poursuivra sa politique de soutien à l’égard des jeunes collègues, notamment grâce aux relations établies avec d’autres sociétés académiques savantes. Il faut espérer que les activités prévues puissent nous réunir autrement qu’en visioconférence.

– Journée d’études « Ressources » (décembre 2021)

L. Herment se charge d’organiser cette manifestation scientifique prévue à l’occasion de l’assemblée générale de l’association en décembre 2021. Il en sera question lors du prochain comité directeur.

– Groupe de travail thématique “Relations inter-entreprises” (2022)

M. Martini propose que l’AFHE, en parallèle du congrès mondial d’histoire économique et dans le cadre de son partenariat avec l’association japonaise PEEHS, organise une table-ronde sur les relations inter-entreprises pour les périodes moderne et contemporaine. Cette initiative s’inscrit dans le prolongement du World Business History Congress (WBHC). Initialement prévu à Nagoya en septembre 2020, il a été reporté d’un an (9-11 septembre 2021) et se déroulera en visio-conférence. L’appel à contributions a été réactivé jusqu’au 15 janvier. P. Fridenson se propose de prendre contact avec Masayuki Tanimoto professeur à l’Université de Tokyo et nouveau président de l’association PEEHS.

– Participation de l’AFHE aux congrès organisés en 2021 respectivement par l’association E. Thil et AFSE (voir ci-dessus).
– Participation aux Rendez-vous de l’histoire de Blois 6 au 10 octobre 2021 sur le thème du Travail (voir ci-dessus).
– Numérisation des archives pour l’histoire économique

M. Martini propose la constitution d’un groupe de travail pour identifier les initiatives en matière de numérisation d’archives relatives à l’histoire économique et financière, et inciter les institutions qui en conservent à développer la communication dématérialisée de ce type de sources. M. Martini, B. Touchelay et P. Fridenson se proposent pour coordonner ce groupe de travail, et d’y associer R. Nougaret puis son successeur. B. Touchelay suggère également de mettre sur le site de l’AFHE un lien renvoyant aux Archives du Monde du Travail.

– Participation de l’AFHE à l’opération Déclics (Dialogues Entre Chercheurs et Lycéens pour les Intéresser à la Construction des Savoirs).

A. Conchon et M. Martini ont pris quelques contacts pour proposer, en collaboration avec le Cercle FSER (Fondation Schlumberger pour l’Éducation et la Recherche), l’organisation de séances dans des lycées, à Nantes et à Paris notamment, dans le cadre de l’opération Déclics visant à faire rencontrer des membres d’équipes de recherche de différentes disciplines avec des élèves de Seconde.

Il est à souhaiter que l’AFHE puisse coordonner de telles rencontres à la rentrée 2021 pour sensibiliser les lycées aux questions d’histoire économique et financière.

Anne CONCHON                           Lionel KESZTENBAUM                                Manuel a MARTINI


[1] Plus précisément, Hello Asso est financé par une contribution volontaire des donateurs : lorsque vous payez votre cotisation à une association (ou tout autre paiement sur la plateforme), il vous est proposé de verser une donation supplémentaire (minime) pour le fonctionnement de la plateforme. Cette donation n’est pas obligatoire.

Éduquer à la coopération

Compte rendu de la session invitée de l’AFHE dans le cadre du 18e colloque international de l’Association Charles Gide (http://www.charlesgide.fr/), sur le thème « Coopération(s) », à l’Université de Lausanne, 10-12 septembre 2020.

Compte rendu rédigé par Anna Safronova (doctorante de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), dont la participation au colloque a été rendue possible par une aide financière de la Fondation Maison de Salins
https://collections.maison-salins.fr

Illustration : Commission de contrôle des comptes dans une coopérative d’une école en campagne, Musée d’État d’Histoire de Saint-Pétersbourg, Russie, 1922-1943
https://goskatalog.ru/portal/#/collections?id=17675562

Première session. Enseigner la coopération : quoi et à qui ?
Deuxième session. La coopérative entre enjeux éducatifs et politiques
Conclusion
Programme du panel Éduquer à la coopération du 11 septembre 2020

Aujourd’hui, l’enseignement de la coopération semble avoir été chassé des programmes universitaires généralistes, alors qu’au tournant du XXe siècle le milieu académique, principalement les économistes, incluaient la coopération dans ses cours et, plus généralement, dans ses réflexions. Continuer la lecture de Éduquer à la coopération

Bourse AFHE-RUCHE 2020-2021

Le RUCHE et l’AFHE (Association Française d’Histoire Économique) souhaitent encourager la recherche croisant histoire économique et histoire de l’environnement. Les deux associations ont créé cette année une bourse d’un montant de 1000 euros, destinée aux étudiant.e.s de toutes nationalités inscrit.e.s en master 2 dans une université ou dans un établissement supérieur public français, à l’exception des fonctionnaires déjà rémunérés pour leurs études.

10 étudiantes et étudiants ont candidaté pour cette première édition, et un jury de 8 membres, choisi à parité entre les deux associations et représentatif des différentes périodes de l’histoire, a délibéré le 19 novembre dernier. Il a choisi d’attribuer la bourse à Émilie Pasquier, inscrite en master d’histoire à Sciences Po Paris, pour son sujet intitulé Les eaux du Caire (1865-1922) : l’équipement en infrastructures hydrauliques d’une capitale connectée et ses experts européens, préparé sous la codirection de Giacomo Parrinello et Jean-Pierre Filiu.

Le projet allie histoire économique, histoire environnementale et histoire urbaine en se situant au sein du champ en plein essor des “water studies“. Il renouvelle une historiographie francophone qui a pu s’intéresser à la place de l’eau dans la ville et dans les projets urbains[1], à la mutation des paysages urbains de l’eau[2], ou aux procédés techniques et processus politiques menant à la sécurisation des approvisionnements en eau[3].

À travers l’histoire de deux sociétés, la Société des Eaux du Caire, une société française créée par concession de l’Etat égyptien en 1865 afin d’équiper la ville avec un réseau d’eau potable, et sa concurrente britannique, la Cairo Water Company, le projet vise à étudier la manière dont la gestion de l’eau et la mise en place du réseau d’eau potable et du réseau d’égouts participent à la croissance urbaine du Caire entre le années 1860 et le début du XXe siècle.  Les eaux du Nil font l’objet des observations des administrateurs coloniaux et des ingénieurs européens entre préoccupations économiques et hygiénistes.  

Émilie Pasquier sera invitée à présenter ses travaux lors des assemblées générales des deux associations.

Mise à jour le 6 décembre 2021 : le mémoire d’Émilie Pasquier est disponible en ligne sur le site de l’AFHE, cliquer ici.

Pour plus d’informations : Stéphane Frioux, président du RUCHE, stephane.frioux@univ-lyon2.fr et Manuela Martini, présidente de l’AFHE, afhe.association@gmail.com

 

[1] Frédéric Graber, Paris a besoin d’eau. Projet, dispute et délibération technique dans la France napoléonienne, Paris, CNRS Editions, 2009 ; Vincent Lemire, La soif de Jérusalem. Essai d’hydro-histoire (1840-1948), Paris, Editions de la Sorbonne, 2011.

[2] Alice Ingold, Négocier la ville. Projet urbain, société et fascisme à Milan, Paris/Rome, École française de Rome/Éditions de l’EHESS, 2003

[3] Stéphane Frioux, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement de Pasteur aux Trente Glorieuses, Paris, PUF, 2013.

PODCAST vidéo et audio : webinaire Finances publiques et approvisionnement en sortie de crise : regard sur le passé

Le webinaire n°1 de l’AFHE, qui s’est tenu le 28 mai 2020, est désormais disponible en podcast vidéo et audio :
https://www.canal-u.tv/producteurs/afhe/2020.0/webinaire
(pour accéder à l’audio seulement : aller sur l’onglet “téléchargements”)

Programme

 

Éric Monnet, nominé au prix du meilleur jeune économiste 2020 : politique, monnaie, finance et banques aux XIXe et XXe siècles

À l’occasion de sa nomination pour le prix du Prix du meilleur jeune économiste (décerné par Le Monde et le Cercle des économistes), Éric Monnet présente ses recherches dans le champ de l’histoire économique. Il a été vice-président de l’AFHE de 2016 à 2019.

1- Entre macroéconomie et histoire politique
2- Les années 1930 : une crise bancaire sous-estimée
3-  À la croisée des statistiques et des décisions politiques : quelques influences
4- Banques centrales et investissement, de la reconstruction à la lutte contre le réchauffement climatique
5- Le tournant vers  le marché (années 1970-1980)
6- Le système monétaire d’avant 1914 et la zone euro
7- Le mythe de Bretton Woods
8- La Banque de France et la dette publique depuis 1914 : un cache-cache statistique
9- Statistiques, causalités multiples et institutions : des relations complexes

Continuer la lecture de Éric Monnet, nominé au prix du meilleur jeune économiste 2020 : politique, monnaie, finance et banques aux XIXe et XXe siècles

Mise à jour de la liste des thèses d’histoire économique depuis 1985

L’Association Française d’Histoire Économique, grâce à un travail collectif, a mis à jour la liste des thèses abordant l’histoire économique grâce à une sélection des données du site theses.fr et aux résumés de thèses qui lui ont été soumis ici.

Sur la page Titres des thèses en histoire économique (depuis 1985), vous trouverez 1211 thèses de doctorat qui ont abordé l’histoire économique entre 1985 et 2019, classées par ordre chronologique inverse des dates de soutenance, des plus récentes aux plus anciennes.

Des pages spécifiques ont été élaborées pour regrouper les thèses abordant certaines périodes historiques :

Bonne consultation !

Appel à candidature : Doctorants/post-doctorants, 9e école d’été d’histoire économique (Moyen Âge – époque moderne) de Suse, 26-28 août 2020

Thématique : Circulation des savoirs et dynamiques économiques aux époques médiévale et moderne : mobilités des hommes, transferts techniques et enjeux territoriaux (Moyen Âge-époque Moderne)

Theme : Knowledge circulation and economic dynamics during the Middle Ages and the Modern Period. Human mobility, technical transfers and territorial issues

La thématique retenue cette année – « Circulation des savoirs et dynamiques économiques aux époques médiévale et moderne : mobilités des hommes, transferts techniques et enjeux territoriaux » est à la croisée de l’histoire culturelle et de l’histoire économique. Cette thématique permettra également de poursuivre et d’approfondir celles qui ont été développées les années précédentes (La valeur des choses, La pauvreté, Les biens communs, Les moyens de paiement, La qualité, L’organisation du travail, Les écritures de l’économie, Entreprendre).

Voir le projet scientifique détaillé ici Continuer la lecture de Appel à candidature : Doctorants/post-doctorants, 9e école d’été d’histoire économique (Moyen Âge – époque moderne) de Suse, 26-28 août 2020

Protestation contre La Restriction d’accès aux archives du Service Historique de la Défense

L’AFHE s’est joint à de nombreuses sociétés savantes pour protester contre la restriction d’accès aux archives du service historique de la défense.

 

Par ailleurs, une pétiton à ce sujet est en ligne que chacun peut signer :Pétition Change.org

Continuer la lecture de Protestation contre La Restriction d’accès aux archives du Service Historique de la Défense