Archives de catégorie : Rencontres

Conférence de Tyler Stovall le 7 décembre

Archives Nationales – Université Paris Lumières – Ville de Saint-Denis

 

Conférence 

de Tyler Stovall (Université de Californie, Santa Cruz) : « Refaire la classe ouvrière: exclusions de race et de genre et citoyenneté au lendemain de la Première Guerre mondiale »

Introduction par Danielle Tartakowsky, professeure d’histoire contemporaine et ancienne présidente de l’Université Paris 8.

 

Mercredi  7 décembre, 18 h – 20 h

A la Mairie de Saint-Denis (salle des mariages),
2 Place du Caquet, 93200 Saint-Denis
Métro Basilique de Saint-Denis

 

Conférence inaugurale du colloque « Quels citoyens pour l’empire ? La citoyenneté française à l’épreuve de l’empire dans la première moitié du XXe siècle » organisé par Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8), Claire Fredj (Université Paris-Ouest), Sylvain Pattieu (Université Paris 8) les 8 et 9 décembre : http://www.idhes.cnrs.fr/quels-citoyens-pour-lempire/

Contact : esibeud@univ-paris8.fr

Corps au travail, JE 2/12

Chers collègues et amis,

Je vous prie de trouver ci-joint l’annonce d’une journée d’études sur « Le corps au travail. Performance, discipline et fatigue dans le mondes de l’industrie (XVII-XXe siècle) », qui aura lieu le 2 décembre prochain à l’université de Valenciennes

bien cordialement,

Corine Maitte
Professeur d’histoire moderne
Université de Paris-Est Marne-la-Vallée
Laboratoire acp
http://acp.u-pem.fr/equipe/corine-maitte/

Le corps au travail : performance, discipline et fatigue dans les mondes de l’industrie (XVIIe -XXe)

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. FLLASH, salle du Conseil

Vendredi 2 décembre 2016, 10h30 – 17h15.

 

Organisateurs : Corine Maitte (ACP – EA 3350, université Paris-Est Marne-la-Vallée), Thierry Arnal (CALHISTE – UVHC), Didier Terrier (CALHISTE – UVHC)

 

Sur les chantiers, dans les manufactures et au sein des fabriques de l’ère préindustrielle, des formes de mécanisation de plus en plus ingénieuses de la production accompagnent l’usage des énergies traditionnelles tandis que des formes multiples de division du travail apparaissent dans des secteurs très divers . Ces transformations traduisent une volonté d’améliorer les performances économiques afin de conquérir de nouveaux marchés et débouchent sur une imposition grandement contraignante de la discipline ouvrière. Si, lors du XIXe siècle, le processus d’industrialisation n’introduit que fort progressivement des ruptures majeures, les exigences nouvelles quant au respect de la solidarité entre l’homme et la machine, l’intensification des rythmes du travail et la multiplication de gestes nouveaux, voire de postures inédites, modifient grandement les exigences auxquelles sont soumis un nombre croissant de travailleurs dans les industries concentrées et mécanisées. Cette relation sans précédent à la machine impose de nouveaux horizons à l’ensemble des mondes du travail et subvertit tout le corps social. La mécanique du mouvement qui construit au même moment le corps travaillé du sportif ne présente-t-elle pas, par exemple, quelque analogie avec les transformations des normes et de l’intensité de l’effort productif alors en cours ? Enfin, l’irruption des « temps modernes » et la mise en place du taylorisme, puis l’automatisation et la dématérialisation du travail marquent à leur tour de nouvelles étapes qui, par leur caractère paradigmatique, systématisent jusqu’à aujourd’hui la soumission des corps aux logiques de la performance.

Ce processus de “machinisation” de l’humain s’est accompagné, en longue durée de nombreuses études théoriques prônant les « vertus » de la rationalisation du travail au nom de l’efficacité et du profit. Taylor n’a-t-il pas, depuis Vauban jusqu’à Ure, Babbage et autres, d’illustres prédécesseurs tandis que le management ne cesse de repousser aujourd’hui plus loin les limites de ce que les entreprises s’estiment en droit d’exiger de leurs travailleurs ? Nombreux sont d’ailleurs les « experts » qui, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui, entretiennent l’illusion selon laquelle la machine va alléger la pénibilité au travail. Pourtant, si au sein des populations laborieuses, la fatigue n’a cessé de meurtrir les corps, ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle qu’elle est désignée comme telle. Elle devient alors progressivement un “mot à maux” que l’on associe à l’apparition de pathologies multiples qui, toutes, confinent à l’usure physique et psychologique des travailleurs.

Pourtant, dès que l’on se rapproche du terrain, la fatigue qu’éprouvent celles et ceux qui sont soumis aux exigences de la performance reste un objet fuyant. Si « le corps à l’ouvrage » (Thierry Pillon) a fait l’objet, à partir de la mise à contribution des écrits de soi et de la littérature prolétarienne du XXe siècle, d’une approche diachronique, on peine toujours, entre dénonciations et préconisations, à prendre la mesure de la fatigue sous ses formes multiples et évolutives, depuis la manière dont on la circonscrit jusqu’à ses effets et son ressenti individu par individu. C’est là probablement un champ où sociologues, historiens, ergonomes et autres pourraient voir leurs curiosités converger. Cette journée aura donc pour objet de faire le point à ce sujet, de proposer des approches inédites et d’explorer en la matière le champ des possibles.

 

Programme

Accueil (10h – 10h30)

 

10h30 – 10h45 : Thierry Arnal et Didier Terrier, « La fatigue au travail : un objet fuyant ? »

 

Regards (10h45 – 12h30)

 

10h45 – 11h15 : Corine Maitte (université Paris-Est Marne-la-Vallée), « La fatigue de l’ouvrier au travail : un impensé de l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècle) ? ».

 

11h15 – 11h45 : Georges Vigarello (EHESS), « Le corps et la fabrique, une vision du dépérissement au XIXe siècle ».

 

11h45 – 12h15 : Nicolas Hatzfeld (université d’Evry-Val-d’Essonne), « Déplacement des figures de l’usure des corps au XXe siècle ».

 

12h15 – 12h30 : discussion

 

Modèles (14h – 15h30)

 

14h – 14h30 : François Vatin (université Paris-Ouest), « De Pierre-Edouard Lemontey (1801) à Charlie Chaplin : l’imaginaire de l’ouvrier-machine. Discussion d’une figure de style ».

 

14h30 – 15h : Thierry Arnal (université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), « L’ouvrier et l’athlète : deux figures du corps productif au XIXe siècle ».

 

15h – 15h15 : discussion

 

Constats (15h45 – 17h15)

 

15h45 – 16h15 : Didier Terrier (université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), « ‘Un travail excessif comme force et comme durée.’ La fatigue au prisme de la loi et des inspecteurs du travail

(1874-1891) ».

 

16h15 – 16h45 : Thierry Pillon (université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), « Le confort des bureaux : un moyen de prévenir la fatigue intellectuelle au début du XXe siècle ».

 

16h45 – 17h : discussion

 

17h – 17h15 : Corine Maitte : conclusion générale

CONFERENCE_ECONOMIC ISSUES OF THE EARLY MODERN PERIOD_FLORENCE


Chères et chers collègues, 

Veuillez trouver ci-joint le programme du colloque conclusif de l’ANR ENPrESa qui se tiendra à Florence, à l’Institut Universitaire Européen, du 24 au 26 novembre 2016 http://salviati.hypotheses.org/ 
Bien cordialement, 
Ingrid Houssaye Michienzi
Economic issues of the Early Modern PeriodBusiness enterprises, spaces, markets
European University Institute (Villa Salviati & Badia Fiesolana), Florence, Italy
24-26 November 2016
Convenors: Luca Molà (European University Institute), Mathieu Arnoux (Université Paris Diderot / EHESS-CRH).
Organization committee: Ingrid Houssaye Michienzi (CNRS-Orient & Méditerranée-UMR 8167), Suzanne Lassalle (European University Institute), Agnès Pallini-Martin (EHESS-CRH/ANR ENPrESa).
The dynamics which made medieval economies evolve towards « modernity » have been the subject, for two decades, of new approaches to international markets and the manufacturing processes. Recent historiographical developments, in particular through the perspective of global history, have seen researchers develop interpretative models based on quantitative analysis, and lead investigations which favor the analysis of flows in geopolitical terms or consider them through anthropological and cultural methodologies. Another major development, which has come out of business history, approaches the study of organizations and institutions of the economy through comparative sociology. The findings of these diverse approaches have not yet been the object of a general discussion, one which confronts the methods, the sources and the hypotheses of research.
The objective of the Florence meeting will be to think afresh the sources relative to the European and Mediterranean economy of the 14th-16th centuries and to propose a plural approach which will address actors and their practices, material and immaterial flows, forms of organization and the markets. This congress, where the results of the collective investigation ANR ENPrESa on the Salviati archives (preserved in the Scuola Normale Superiore of Pisa) will be presented, intends to widen the lens to other archival collections, in order to grapple whith the common problems and issues arising from the exploitation of business documentation. From this perspective, the sources of business companies will be considered from two major points of view : the variety of models and practices of management and organization, and how to assess clues indicating the global evolutions of economies.
The various topics addressed at the conference will enable a confrontation with the results of investigations situated in specific times, geographies, and spaces that were diversified, constructed and articulated on markets. They will mainly focus on:
  • The entrepreneurial structures and the modalities of action of companies
  • dedicated to production, trade or banking activities.
  • The action of « writing the activities » and the evolution of accounting practices.
  • The functionalities of places, the hierarchical organization of merchandise flows and moneraty circulations, concentrating on questions regarding the articulation of geographical scales, operational spaces, and the measurement of time.
  • The actors of industry and trade sectors : their positions in the company, their careers, their formation.
Presentations will be held in French, Italian or English. They will be accompanied by a PowerPoint presentation in another language.
____________________________________________

24 November 2016 (Villa Salviati, Sala De Gasperi)

9.40   Registration
10.00 Welcome Address and Introduction
11.00
Maddalena Taglioli (SNS-Centro Archivistico, Pisa)
I Salviati: una famiglia e il suo archivio & presentation of the Salviati  exhibition

Session « Panorama of current research in Europe »
Chair : Luca Molà (European University Institute)

11.30
Kurt Weissen (Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg)
Lo stato della ricerca in area di lingua tedesca su commercio e banca nel Medioevo
11.55
David Igual Luis (Universidad de Castilla-La Mancha)
Fonti e prospettive per lo studio delle imprese mercantili in area iberica (Castiglia ed Aragona, secoli XIV-XVI)
12.20   Discussion
13.00   Lunch break

Session « Accounting forms »
Chair : Yannick Lemarchand (Université de Nantes)

14.30
Francesco Ammannati (Università Commerciale L. Bocconi, Milano)
Verso un modello comune? La contabilità industriale nelle compagnie dell’Arte della Lana toscane tra XIV e XVI secolo
14.55
Serena Galasso (EHESS-CRH)
Forme dell’agire quotidiano: conti di donne nell’archivio Salviati (XV-XVI secoli)
15.20
Mathieu Harsch (Università di Padova, Ca’ Foscari Venezia e Verona) 
Deux contributions à l’histoire du travail salarié dans l’industrie textile florentine au Moyen Âge
15.45   Coffee break
16.15
Nadia Matringe (London School of Economics/IHMC-UMR 8066) and Jacques Bottin (CNRS-IHMC-UMR 8066)
Les écritures comptables des Salviati du premier XVIe siècle: modèle(s), pratiques, adaptations
16.40
Clément Lenoble (CNRS-CIHAM-UMR 5648, Lyon)
L’Église et la comptabilité à la fin du Moyen Âge
17.05   Discussion

25 November 2016 (Villa Salviati, Sala degli Anelli)

Session « the Salviati, consumers and producers »
Chair : Philippe Braunstein (EHESS-CRH)

9.40   Visit of the Salviati exhibition
10.05
Sophie Desrosiers (EHESS-CRH) and Suzanne Lassalle (European University Institute)
Archéologie de la soie : la matassa chermisi du fonds Salviati
10.20
Mathieu Arnoux (Université Paris-Diderot/ EHESS-CRH) and Franco Franceschi (Università di Siena, Arezzo)
Un secolo e tre generazioni d’Arte della Lana. La bottega Salviati nel convento di San Martino 1390-1480 circa
10.45   Coffee break
11.15
Dominique Cardon (CNRS-CIHAM-UMR 5648, Lyon) and Ingrid Houssaye Michienzi (CNRS-Orient & Méditerranée-UMR 8167)
L’approvisionnement en colorants et mordants dans la compagnie “Francesco di Giuliano Salviati e comp., tintori d’arte Maggiore”, 1483-1498 : leçons, questions
11.40
Sophie Desrosiers (EHESS-CRH) and Suzanne Lassalle (European University Institute)
Provenances et transformations de la soie dans les ateliers des soyeux florentins (XVe-XVIe siècles)
12.15   Discussion
13.00   Lunch break

Session « Circulations and markets »
Chair : Anthony Molho (European University Institute)

14.30
Joana Sequeira (CHAM-FCSH Universidade Nova de Lisboa, Universidade dos Açores y CITCEM-Universidade do Porto)
Le rôle du Portugal dans le réseau d’affaires Salviati (XVe siècle)
14.55
Ingrid Houssaye Michienzi (CNRS-Orient & Méditerranée-UMR 8167)
Circulation et consommation des produits textiles florentins dans l’Empire ottoman à la fin du XVesiècle
15.20
Agnès Pallini-Martin (EHESS-CRH/ANR ENPrESa)
Le rôle d’un acteur florentin dans la commercialisation du pastel toulousain, fin XVe-début XVIe siècle
15.45   Coffee break
16.15
Matthieu Scherman (Université Paris Diderot-ICT)
L’insertion et l’intégration d’agence à l’étranger : l’exemple de l’implantation des Salviati dans le Nord-Ouest de l’Europe au XVe siècle
16.40
Romain Saffré (Directeur des musées de Saint-Omer)
La Curie et les circuits financiers de l’Europe de l’ouest au milieu du XVe siècle
17.05   Discussion

26 November 2016 (Badia Fiesolana, Sala del Capitolo)

Session « Bank and Finances »
Chair : Mathieu Arnoux (Université Paris-Diderot/EHESS-CRH)

9.40
Amedeo Feniello (Istituto Storico Italiano per il Medioevo)
Un altro dualismo? Banche in Italia nel tardo Quattrocento
10.05
Jim Bolton (Queen Mary University of London) and Francesco Guidi Bruscoli (Università di Firenze)
The bill of exchange in theory and practice in the 1430s: the evidence of the Borromei ledgers
10.30
Nadia Matringe (London School of Economics/IHMC-UMR 8066) and Jacques Bottin (CNRS-IHMC-UMR 8066)
L’activité cambiaire des Salviati de Lyon: représentativité et singularité
10.55   Coffee break
11.25   Discussion
12.00   Round-Table

4th EurasiaTrajeco Conference: “Empires, Cosmopolitan cities and Merchants in Eurasia 10th-20th century” 18-19 novembre à l’EHESS

4th EurasiaTrajeco Conference:

“Empires, Cosmopolitan cities and Merchants in Eurasia 10th-20th century”
EurasiaTrajeco proposes to undertake the first large-scale investigation on a variety of economic institutions which have been crucial to the achievement of economic development in Asia and in Europe: business partnerships, share-holding companies, maritime insurance, the bill of exchange and accounting methods, among others. The main purpose of this study is to conduct a systematic comparison of the trajectories of peculiar economic institutions and business practices in different environments: Europe and Asia.
La conférence aura lieu les 18 et 19 novembre 2016 à l’EHESS :
  • le vendredi 18, de 9h30 à 17h30, Salle B – 190 avenue de France, 75013 Paris
  • le samedi 19, de 9h30 à 16h30,  Salle 8 – 105 bd Raspail, 75006 Paris
Cette conférence se déroulera

 en anglais.
Elle est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles.
 

                           4th EurasiaTrajeco Conference:
Empires, Cosmopolitan cities and Merchants in Eurasia 10th-20th century
Paris, EHESS, 1819 November 2016
 
Day 1. Friday, 18 Nov 2016 Salle B, 190 avenue de France
 
9:30-9:45 François Gipouloux (CNRS): Introduction to the EurasiaTrajeco Programme
9:45-10:30 Keynote Address: Leonard Blussé (Leiden University): The Dutch East India Company and the Chinese network in Southeast Asia.
 
10:30-10:45 Coffee Break
 
10:45-12:00 Session 1: Law, Trade Governance
Chair: Luis Barreto (Macau Scientific and Cultural Centre)
  Billy So (Hong Kong University of Science and Technology) & Sufumi So (George Mason University): Corporate Governance in Modern Book Industry: Kinkōdō (Tokyo), Macmillan & Co. (London), Macmillan & Co. (New York), and Shanghai Commercial Press in the 1890s and 1900s 
Discussant: Christian Lamouroux (EHESS)
 
12:00-13:30 Lunch
 
13:30-15:30 Session 2: Enterprises, Family and Clan
Chair: Ionna Pepelassis (Athens University of Economics and Business)
                Ron Harris (Tel-Aviv University): Three Institutions, Three Paths of Migration: Sea Loan, Funduq/caravanserai and Commanda
                                   Discussant: Luca Mola (IUE)
–    Wang Zhenzhong (Fudan University): The Nagasaki Trade in the mid to late 19th Century and the Decline of Huizhou Sea Merchants – a research centered on Japanese collections of documents related to Cheng Jiatang
Discussant: Michela Bussotti (EFEO)
 
15:30-15:45 Coffee break
 
15:45-17:30  
  David Faure, Cheung Sui-Wai & He Xi (The Chinese University of Hong Kong): China in the eighteenth century: physiocrats coming to terms with the market
                                   Discussant: François Gipouloux (CNRS)
  Oka Mihoko (University of Tokyo): Nanban Trade and Shuinsen Trade in 16th and 17th Century Japan-focusing on their players/actors
Discussant: Guillaume Carré (EHESS)
19:30 Diner
 
Day 2. Saturday, 19 Nov 2016, Salle 8, 105 bd Raspail
 
9:30-12:30 Session 3: Cosmopolitan Cities
Chair: David Faure (Hong Kong Chinese University)
  Youssef Cassis (EUI) : International Financial Centres in Eurasia, 1900 – 2000
  Jean-Pascal Bassino (Ecole Normale Supérieure de Lyon) & Joerg Baten (University of Tuebingen and CESifo) : A Curse of ‘Point Source’ Ressources? Cash Crops and Numeracy in the Philippines, 19th-20th Century
Discussant: Ioanna Pepelassis (Athens University of Economics and Business)
 
11:00- 11:15: Coffee break
 
11:15-12:00
   Luca Molà (EUI): A Cosmopolitan City and its Merchants: Early Modern Venice as a Node of Eurasian Exchange
Discussant : Youssef Cassis (EUI)
 
12:00-13:30 Lunch
 
13:30-15:30 Session 4: Empires and Merchants  
Chair: Youssef Cassis (EUI)
  Pierre-Emmanuel Bachelet (Ecole Normale Supérieure de Lyon) : Silk and calambac. Japanese merchants in early 17th Hội An (central Vietnam)
Discussant: Cheung Sui-Wai (Hong Kong Chinese University)
  Claude Chevaleyre (EHESS): Nature versus economic functions of bondage in Ming China
Discussant: He Xi (Hong Kong Chinese University)
–   Adele Carrai (EUI): Chinese Officers at the Imperial Maritime Custom Service and the Making of an inter-national China, 1854-1912
Discussant: Luis Barreto (Macau Scientific and Cultural Centre)
 
15:30 -15:45 Coffee Break
 
15:45-16:30 Session 5: Dissemination and future prospects
Chair: Leonard Blussé (Leiden University)
  François Gipouloux (CNRS)
 
 16:45-17:30 Cocktail
 

Table ronde : L’histoire fait-elle vendre? A Paris-Est Créteil les 18 et 19 novembre

L’histoire fait-elle vendre ? C’est la question à laquelle réfléchiront les participants à la table-ronde internationale organisée à l’Université Paris-Est Créteil les 18 et 19 novembre, par le Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée et le Master d’Histoire de l’UPEC-Mention Histoire Publique avec le soutien de l’IUF.

 

Présentation :

L’histoire publique, la Public History, a à voir avec des pratiques de l’histoire qui dépassent les cercles académiques. Si ces pratiques répondent à une demande forte des publics pour des récits historiques accessibles, compréhensibles, attrayants voire ludiques, elles se traduisent également en consommation de biens culturels (cinéma, télévision, musées, jeux, radio, livres…) s’appuyant sur l’histoire. De la même façon, les entreprises peuvent exploiter, pour leur communication institutionnelle, l’histoire de l’entreprise ou de ses produits. Il nous faut donc d’abord confirmer l’hypothèse selon laquelle l’histoire attire. Et, si elle fait vendre, à quelles conditions ? Ce sont là les principaux thèmes que nous aborderons dans une perspective de comparaison internationale.

Programme ci-dessous ou téléchargeable sur le site du CRHEC.

Bien à vous,

Virginie Mathé.

Vendredi 18 novembre (UPEC – Salle des thèses)

10h Présentation : Catherine Brice (UPEC)

10h15 Serge Noiret, European University Institute (Florence), Fédération internationale d’Histoire publique.

À quoi sert la fédération internationale d’histoire publique ?

10h45 Ruth ben Ghiat, New York University, Department of Italian Studies et CNN.

Le fascisme fait-il vendre ? L’histoire publique en Italie

11h15 Marie Ansar, Service Ville d’art et d’histoire, Direction des affaires culturelles, Beauvais.

L’impact du label Ville d’art et d’histoire sur le tourisme de Beauvais

11h45 Marie-Noëlle Polino, Rails et histoire.

L’historien d’entreprise face aux risques venus du présent

12h15 Thomas Cauvin, Université de Louisiane à Lafayette, Fédération internationale d’histoire publique.

Enseigner une histoire utile? Les programmes universitaires nord-américains et l’histoire publique

13h Discussion

 

14h30 Jean-Louis Voisin, UPEC

Le site d’Alésia, enjeux historiques et économiques, politiques et touristiques

15h  Hilaire Multon, directeur du Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye-

Entrez dans votre histoire ! La stratégie de programmation du Musée d’archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain en Laye

15h30 Julien Caporal, Manzalab.

Serious games et histoire : une synergie intéressante ?

16h30 Theckla Keuck, Geschichtsbüro Reder, Roesling & PrüferComment le Geschichtsbüro Reder, Roesling & Prüfer pratique-t-il l’histoire appliquée ?

17h Olivier Thomas, revue L’Histoire

Les revues d’histoire grand public en France : un modèle fragile ?

17h30 Emmanuel Laurentin, France Culture,

Atouts et écueils de l’histoire à la radio : la Fabrique de l’Histoire

18h Discussion

Samedi 19 novembre, 10h-13h (Salle i1-128, UPEC)

Table ronde

Modérateurs : Jérôme Bazin (UPEC) et Virginie Mathé (UPEC)

Participants à la table ronde :

Ruth ben Ghiat (New York University)

Marjolaine Boutet (Université de Picardie-Jules Verne)

Benjamin Brillaud (Nota bene)

Thomas Cauvin (Université de Louisiane à Lafayette)

Marie José Cegarra (directrice des produits culturels groupe Leclerc)

Rachel Donadio (New York Times), sous réserve

Serge Noiret (EUI, IFPH)

Roger Nougaret (responsable du département Archives et histoire du groupe BNP Paribas)

Marie-Noëlle Polino (Rails et histoire)

Journée de recherche interdisciplinaire de l’IUT de Sceaux : “L’obsolescence et ses déclinaisons : quels regards sur le progrès ?” Lundi 19 juin 2017

« Il ne suffit pas de changer le monde. Nous le changeons de toute façon. Il change même considérablement sans notre intervention. Nous devons aussi interpréter ce changement pour pouvoir le changer à son tour. Afin que le monde ne continue pas ainsi à changer sans nous. Et que nous ne nous retrouvions pas à la fin dans un monde sans hommes ».

Günter Anders, L’obsolescence de l’homme : sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle, 1956, éd. française 2011.

L’IUT de Sceaux organise chaque année une journée de recherche interdisciplinaire autour d’un thème fédérateur. L’objectif d’une telle journée est de permettre à des chercheurs de partager leur manière d’appréhender un concept avec leurs homologues, issus de disciplines sans lien apparent avec la leur. L’expérience montre que ce type de croisement disciplinaire est généralement très fécond et permet d’engager des échanges très stimulants.

L’appartenance disciplinaire n’a pas d’importance ; elle peut relever aussi bien des sciences formelles (chimie, informatique, mathématiques, physique, etc.) ou de la nature (agronomie, biologie, géologie, etc.) que des sciences humaines et sociales (économie, gestion, histoire, etc.). La finalité d’une telle journée est d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion pour chacun et de décloisonner les approches méthodologiques et les disciplines scientifiques. L’objectif est de nous donner à penser autrement et différemment nos propres champs de recherche. Tel un laboratoire d’idées, ce moment partagé doit permettre de faire émerger une pluralité de définitions établies, de défricher ensemble de nouveaux possibles, d’interroger nos certitudes et d’élaborer des pistes nouvelles de réflexion. Toutes les contributions sont donc bienvenues avec un seul impératif : rendre accessible ses connaissances pour qu’elle puisse être l’objet de discussions et d’interrogations de la part de chacun, avec la bienveillance indispensable à un échange fécond et constructif.

Si vous souhaitez assister à la journée, vous devez adresser un mail à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 10 juin 2017. La journée est gratuite mais l’inscription obligatoire.

Le thème de cette année est consacré au concept d’obsolescence(s) (cf. texte ci-dessous).

Texte introductif

Dans le langage commun, l’obsolescence, ou désuétude, désigne l’état de ce qui a perdu son utilité et n’est plus employé.

Transversale, la notion est régulièrement employée dans différentes disciplines. En linguistique par exemple, elle renvoie à la disparition de mots ou d’expressions, soit car le signifiant a été abandonné, soit car le signifié a lui-même disparu. En sociologie, elle renvoie à la disparition de certaines pratiques, coutumes ou usages sociaux. En droit, elle concerne certains textes de lois, progressivement abandonnés. En gestion, elle désigne la perte de valeur résultant de facteurs internes ou externes à l’entreprise. En philosophie, elle a été pensée dans sa globalité en considérant que la modernité a pour corollaire la désuétude de tout ce qui constitue notre histoire et donc notre présent.

Au nom commun peut être accolé un adjectif qualificatif afin de mieux en déterminer la nature. Ainsi, l’obsolescence peut être dite « économique » car liés à des facteurs extérieurs à l’objet lui-même, « fonctionnelle » car déterminés par son inadaptation partielle ou totale aux besoins actuels,  ou encore « programmée » car décidés par le concepteur de l’objet. Ce dernier cas a fréquemment attiré l’attention des pouvoirs publics, des associations de consommateurs ou, plus largement du grand public, car l’obsolescence n’est alors plus déterminée par l’objet ou son environnement, mais résulte d’une action délibérée visant à augmenter la fréquence d’achat et de renouvellement du bien considéré.

Quels que soient son objet et le domaine dans lequel elle se manifeste, l’obsolescence s’inscrit dans une perspective dynamique : la plupart du temps, elle implique à la fois un abandon mais aussi un renouvellement.

Un tel constat conduit à interroger différentes disciplines (sociologie, gestion, économie, , linguistique, épistémologie…) pour comprendre les tenants et les aboutissants de la désuétude, qu’elle soit naturelle ou planifiée.

Reposant à la fois sur les idées de disparition et de nouvellement, la désuétude est-elle une conséquence inévitable de l’évolution et du progrès ? Est-elle légitime, c’est-à-dire dans l’ordre « naturel » des choses ? Sur quels fondements et pour quelles raisons peut-on parfois la refuser ? Quels en sont alors les risques ?

Si vous souhaitez soumettre une communication, vous devez envoyer votre projet (2 pages maximum) à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 15 mai 2017. Vous serez averti avant le 5 juin 2017 si votre communication est retenue ou pas. Votre projet doit notamment comporter l’indication de votre spécialité scientifique, vos coordonnées, votre laboratoire de recherche et votre institution de rattachement.

Journée Hélène VÉRIN – FIGURES D’INGÉNIEURS ET MOBILITÉS EN EUROPE, XVe-XVIIIe s.

– 3 déc. 2016, Centre KOYRE

Vous trouverez via le lien ci-dessous le programme d’une  journée d’études en l’honneur d’Hélène VÉRIN. Vous êtes les bienvenu.es.

https://techniqcak.hypotheses.org/3530

FIGURES D’INGÉNIEURS ET MOBILITÉS EN EUROPE,  XVe-XVIIIe SIÈCLES

3 décembre 2016

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris.

Cordialement,

Stéphane BLOND, Liliane HILAIRE-PÉREZ et Michèle VIROL

Naissance d’une discipline : le droit des assurances, entre enseignement, pratique et expertise ,1884-1970

Vendredi 18 Novembre

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 5 Place du Panthéon, 75005 Paris Salle 1   PROGRAMME DE LA JOURNEE D’ETUDES   Naissance d’une discipline : le droit des assurances, entre enseignement, pratique et expertise (1884-1970)   9 h 00 – Accueil   9h15 – Ouverture : Allocutions de M. Georges Haddad, président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Madame Sandrine Duchêne, Secrétaire générale du groupe AXA France.   9h30 –  Propos introductifs : Raymond Dartevelle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS) et Nelly Hissung-Convert (Université Paris 1, ISJPS) : « Des instituts privés de formation professionnelle à l’enseignement du droit et des sciences de l’Assurance ».     MATINEE : Juristes universitaires, experts du droit des assurances, assureurs et militants des grands débats assurantiels   Président : Nader Hakim (Université de Bordeaux)   10h00 – David Deroussin (Université Jean Moulin-Lyon 3) : « Henri Capitant (1865-1937), un juriste penseur de l’Assurance en France, fin XIXe-années 1930 ».   10h30 – Fatiha Cherfouh (Université Paris-Descartes) : « Joseph Lefort (1848-1927). Expertise et réflexions d’un inlassable promoteur du droit des assurances ».   11h00 – Pause   11h30 – Cyrille Marconi (Université de Pau et des Pays de l’Adour, UPPA) : « Assurances sociales ou assurance contre le socialisme ? L’engagement de Marcel Porte, mutualiste militant au sein de la faculté de Grenoble au début du XXe siècle ».   12h00 – Discussions   Pause méridienne     APRES-MIDI : Professionnalisation de l’enseignement du droit et des sciences de l’Assurance, approches pluridisciplinaires et comparées   Présidente : Nathalie Sigot (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)  14h30 – Martin Lengwiler (Université de Bâle) : « Le modèle allemand de l’enseignement des sciences assurantielles (fin XIXe-milieu du XXe siècle) ».   15h00 – Michel Armatte (Université Paris-Dauphine) : « Logiques savantes et logiques professionnelles : actuaires, statisticiens, économistes et juristes face à l’assurance d’après leurs journaux  (1890-1940) ».   15h30 – Nicolas Leboisne (Université Claude Bernard Lyon 1, directeur de l’ISFA) : Témoignage : « Histoire et transformation de l’Institut de science financière et d’assurance de Lyon depuis 1930 ».   16 h 15 – Discussions   16 h 45 – Clôture de la journée : M. Délégué général de la Fédération Française de l’Assurance – FFA  et Nelly Hissung-Convert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS) et Raymond Dartevelle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS).          

-- 
Nicolas Marty
Secrétaire Général AFHE 
Université de Perpignan Via Domitia
Courriel : 
 nicolas.marty@univ-perp.fr

Naissance d’une discipline : le droit des assurances, entre enseignement, pratique et expertise 1884-1970

Vendredi 18 Novembre

 

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

5 Place du Panthéon, 75005 Paris

Salle 1

 Le jeune étudiant, 1894, Ozias Leduc, Musée des Beaux-arts du Canada, d’Ottawa.
Le jeune étudiant, 1894, Ozias Leduc, Musée des Beaux-arts du Canada, d’Ottawa.

Manifestation organisée dans le cadre de la convention de recherche entre l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne et la Fédération Française de l’Assurance-FFA.

Les actes de la journée seront publiés dans la Revue d’histoire des facultés de droit.

Organisateurs

Raymond Dartevelle                                            Nelly Hissung-Convert raymond.dartevelle@gmail.com                    nellyconvert@yahoo.fr

sans-titreassurance

 

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS

 

 

PROGRAMME DE LA JOURNEE D’ETUDES

 

Naissance d’une discipline : le droit des assurances,

entre enseignement, pratique et expertise (1884-1970)

 

9 h 00 – Accueil

 

9h15 – Ouverture : Allocutions de M. Georges Haddad, président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Madame Sandrine Duchêne, Secrétaire générale du groupe AXA France.

 

9h30 – Propos introductifs : Raymond Dartevelle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS) et Nelly Hissung-Convert (Université Paris 1, ISJPS) : « Des instituts privés de formation professionnelle à l’enseignement du droit et des sciences de l’Assurance ».

 

 

MATINEE : Juristes universitaires, experts du droit des assurances, assureurs

et militants des grands débats assurantiels

 

Président : Nader Hakim (Université de Bordeaux)

 

10h00 – David Deroussin (Université Jean Moulin-Lyon 3) : « Henri Capitant (1865-1937), un juriste penseur de l’Assurance en France, fin XIXe-années 1930 ».

 

10h30 – Fatiha Cherfouh (Université Paris-Descartes) : « Joseph Lefort (1848-1927). Expertise et réflexions d’un inlassable promoteur du droit des assurances ».

 

Continuer la lecture de Naissance d’une discipline : le droit des assurances, entre enseignement, pratique et expertise 1884-1970

Conference “Oil Imperialism? Energy and Political Power from a Global perspective”,

   Oil Imperialism?
Energy and Political Power from a Global Perspective
    An international conference organized by Prof. Eric Bussière (Sorbonne University), Prof. Alain Beltran (CNRS, UMR Sirice 8138), Dr. Guillemette Crouzet (Graduate Institute of International and Development Studies, University of Geneva), Dr. Victor McFarland (University of Missouri) and Marta Musso (European University Institute).
    This conference has been funded by the University Paris-Sorbonne, the Labex EHNE “Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe”, the UMR CNRS 8138 CNRS Sirice and the University of Missouri.

 

                                                        Programme
Day One: Friday, 4th of November
Amphitheatre, Sorbonne University, Maison de la Recherche – Rue Serpente
9:30
Welcome, Prof. Barthélémy Jobert, President of the Sorbonne University
9:30-9:40
Opening, Prof. Eric Bussière (Sorbonne University, Director of the Labex EHNE)
9:40-10:00
Introduction to the Theme “Oil Imperialism”, Prof. Alain Beltran
(CNRS, UMR Sirice 8138)
 
10:00-10:20
Coffee/tea break
10:20-12:20
Panel 1: Oil, Empire, and International Relations
Chair: Prof. Youssef Cassis, European University Institute
Guillemette Crouzet, Graduate Institute, Geneva
British Oil Imperialism in Bakhtiaristan at the Beginning of the 20th Century
Benjamin Bengobeyi, University Paris I-Panthéon Sorbonne
Le Pétrole une arme? L’Irak et la libération de la Nation arabe: l’exemple de la guerre du Kippour
Victor McFarland, University of Missouri
Oil, Empire, and the U.S. Role in the Gulf
Emily Meierding, U.S. Naval Postgraduate School
Oil vs. Islands: Disentangling the Causes of Conflict in the East China Sea
12:20-14:20
Lunch, Club des Enseignants, Site: Sorbonne
14:20-16:20
Panel 2: State and Corporate Power: National and Multinational Oil Companies
Chair: Prof. Jean-Pierre Dormois, Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux
Marta Musso, European University Institute
Hunting grounds for their monopoly: France, Italy and the State oilmen
Touraj Atabaki, Leiden University
Labour and the Birth of Oil Capitalism : The Emergence of Oil Imperialism in the First World War
Kevin Wunsthorn, University Paris I-Panthéon Sorbonne
Entre rivalité et coopération : la Compagnie française des pétroles face à l’impérialisme pétrolier anglo-saxon dans le golfe Arabo-Persique
16:20-16:40
Coffee/tea break
16:40-17:40
Keynote Address: Prof. Myrna Santiago, Saint Mary’s College

Oil Imperialism and Its Discontents
 
Chair: Barbara Curli, University of Turin
19:30
Conference dinner for participants
Restaurant Gastro/Brasserie: La Ferrandaise­­­­

Consumption, Commercial Actors and the Emergence of the Middle Class in Late Nineteenth – Early Twentieth Century Japan

Dans le cadre du séminaire « Sciences sociales du Japon contemporain »,

nous avons le plaisir de vous informer de l’intervention de Janet Hunter (LSE) sur le thème:

Consumption, Commercial Actors and the Emergence of the Middle Class 

in Late Nineteenth – Early Twentieth Century Japan

 Mercredi 26 octobre 2016
18h-20h
Université Paris Diderot
Salle 481C ,  Bâtiment C, 4ème étage
(5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris – Métro Bibliothèque François Mitterand (ligne 14; RER C ; bus 62, 64 et 89)

Résumé de l’intervention

The emergence of a Western style ‘middle class’ in Japan has normally been seen as a 20th century phenomenon, with the growth of urbanisation and new patterns of consumer culture in the interwar years, and the identification of a postwar ‘new middle class’. By the late 1970s surveys showed that a very high proportion of all Japanese self-identified as ‘middle class’. This paper explores the transitional period between the Meiji Restoration of 1868 and the First World War, which was in many respects one of dramatic political, social, intellectual, economic and cultural transformations. The period was closely associated with the exchange of goods, technology and ideas with other countries in Asia and the West, but Japan retained far more independence in its international interactions than most other ‘peripheral’ territories. Economic processes played a crucial part in the emergence of social distinctions; having a certain level of income was integral to any lifestyle that might be viewed as ‘middle class’, and the pattern of income distribution and economic activity helped determine the changing shape of class and social relations, and the discourse surrounding them.

The talk will firstly discuss the existing literature on the emergent middle class of Japan after 1868 and its links to pre-Restoration economic, social and intellectual trends. It will then consider the new ‘bourgeois’ business and commercial elites credited with Japan’s early industrialisation in conjunction with the evolution in the late 19th-early 20th centuries of what have been termed the ‘old middle class’, which had clear pre-Restoration origins Finally, it will explore patterns of consumption across this period, suggesting how ‘traditional’ (i.e. traditional or indigenous Japanese) and ‘Western’ concepts and artefacts became intertwined in a way that influenced perceptions of what it was to be middle class in Japan, and how that might, or might not, suggest shared values and practices with other parts of the globe.

Présentation de l’intervenante

Janet Hunter est professeur d’histoire économique à la London School of Economics and Political Science, spécialiste du Japon moderne. Ses recherches ont porté sur le développement économique et social du Japon moderne, plus particulièrement sur le développement du marché du travail des femmes, l’industrie textile et le développement des communications. Elle travaille actuellement sur deux projets de recherche :

1/ l’histoire économique des catastrophes naturelles en étudiant les effets économiques du grand tremblement de terre du Kantô de 1923 ;

2/ l’évolution des idées sur les questions d’éthique et de morale dans les affaires commerciales de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle (en collaboration avec la Shibusawa Eiichi Memorial Foundation).

Parmi ses nombreuses publications, on peut citer : ‘The Historical Consumer: Consumption and Everyday Life in Japan, 1850-2000’ (edited with P. Francks), Londres, Palgrave, 2011; ‘Reviving the Kansai Cotton Industry: Engineering Expertise and Knowledge Sharing in the Early Meiji Period’, Japan Forum, Spring 2014 ; “Kōsei na shudan de tomi o eru: kigyō dōtoku to shibusawa eiichi”, in Kikkawa Takeo and Patrick Fridenson (eds.), Gurōbaru Shihonshugi no naka no Shibusawa Eiichi – Gappon Kyapitarizumu to Moraru, Tokyo,Tōyō Keizai Shinpōsha, 2014, p. 117-153 ; ‘Deficient in Commercial Morality’? Japan in Global Debates on Business Ethics in the Late Nineteenth and Early Twentieth Centuries, Londres, Palgrave, 2016

La présentation sera en anglais.
Patrick Fridenson

Journées d’études Etats et entreprises publiques

Bonjour à tous,

Nous avons le plaisir de vous informer que les journées d’études sur les relations entre Etats et entreprises publiques que nous organisons avec l’AFS, le CSO, le Clersé, Sciences Po et le groupe Spéco de l’AFSP auront lieu les 3 et 4 novembre 2016 à Sciences Po (programme ci-dessous).

Une table ronde réunira autour de la question de la propriété publique du capital Catherine Comet (Clersé), Claude Didry (IDHES), Pierre François (CSO), Michel Margairaz (IDHES) et Béatrice Touchelay (IRHiS).

 

Attention: les JE ne se passent pas dans les bâtiments principaux de Sciences Po et le lieu est différent les deux jours !

 

– Jeudi 3/11 dans la salle de séminaire du Centre de Sociologie des Organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris, Métro la Tour Maubourg

            Sonner à l’interphone et première porte à gauche en entrant.

 

– Vendredi 4/11 dans la salle du LIEPP, 254 bd Saint Germain, 75007 Paris, Métro Solferino

Pour accéder au LIEPP (1er étage) :

– Appuyer sur le bouton P du digicode de l’entrée principale (la porte extérieure)

– A votre droite, sonner à “Accueil” pour passer la porte en verre

– Une fois entré, prendre l’escalier jusqu’au premier étage.

 

Pour des raisons logistiques et d’accès aux bâtiments, merci de prévenir les organisateurs de votre venue.

 

Programme:

 

Jeudi 3 Novembre 2016 – Salle de séminaire du CSO, 19 rue Amélie, Paris

 

9h30-10h – Accueil des participants

 

10h-12h30 – Circulation des élites et interventions politiques à la tête des entreprises publiques

Discussion : Catherine Comet

 

Romain Lecler – CESSP, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Ecole Normale Supérieure

Pratiques de nomination. Politisation et compétition au sein de l’audiovisuel extérieur

 

Hervé Joly – CNRS, Laboratoire Triangle, Université de Lyon

Les dirigeants des entreprises publiques françaises entre carrières internes, logiques de corps et facteurs politiques : approche historique (années 1930-1990)

 

Georges Ribeill – Ecole nationale des Ponts et Chaussées, ParisTech

La SNCF, une entreprise au service du « colbertisme high-tech ». Forces et faiblesses d’un système d’acteurs des années 1950 à nos jours

 

Pause déjeuner

 

14h-16h30 – Transformations de l’Etat, reconfigurations des modes de propriétés

Discussion : Michel Margairaz

 

Etienne Riot – Ville Mobilité Transport, Ecole nationale des ponts et chaussées Paristech

L’économicisation des gares : l’influence de l’Etat en Italie et en Italie dans la transformation d’une activité des entreprises ferroviaires publiques

 

Catherine Baron –LEREPS, Sciences Po Toulouse

Des formes partenariales ambiguës entre Etat et entreprises publiques de l’eau dans les pays sous régime d’aide – Le cas de l’ONEA au Burkina Faso

 

Nadège Vezinat – Université de Reims Champagne-Ardenne, Laboratoire REGARDS, CMH

Les entreprises publiques sont-elles des révélateurs des transformations de la régulation étatique ? Regard sur les obligations de service public de La Poste

 

17h-18h15 – Table ronde « Les recompositions de la propriété publique des moyens de production »

 

Avec : Catherine Comet (Clersé), Claude Didry (IDHES), Pierre François (CSO), Michel Margairaz (IDHES) et Béatrice Touchelay (IRHiS)

Vendredi 4 Novembre 2016 – Salle du LIEPP, 254, bd Saint Germain (1e étage), Paris

 

9h-10h40 – État employeur, État DRH : les relations professionnelles dans les entreprises publiques

Discussion : Béatrice Touchelay

 

Jean-Louis Escudier – CNRS, LAMETA, Université Montpellier I

Charbonnages de France, l’Etat et la représentation syndicale ou les subtilités d’un jeu tripartite (1946-2000)

 

Anton Perdoncin – IDHES, ENS Cachan, chercheur associé au CMH-ETT, ENS

Les rapports État / entreprise publique au prisme d’une politique de main-d’œuvre : contournement, détournement et instrumentalisation des procédures de gestion des flux migratoires par les Houillères du Nord-Pas-de-Calais (1955-1980)

 

 

11h-12h40 – Relations professionnelles et statuts d’emploi dans les entreprises publiques

Discussion : Claude Didry

 

Julie Maurice – École nationale des Chartes, Université Paris-Sorbonne, SNCF

Le rôle de l’État dans la mise en place de la convention collective des cheminots de 1938

 

Michael Llopart – Université de Toulouse, Faculté Jean Jaurès, FRAMESPA

Dialogue social et relations professionnelles au sein d’une entreprise publique atypique: l’Office national industriel de l’azote (1924-1945).

 

Pause déjeuner

 

14h15-16h45 – Transitions et modèles de propriété hybrides

Discussion : Andy Smith

 

Abdoul Fattah Ehrari – LIRSA, Conservatoire national des arts et métiers

Les privatisations dans un Etat en voie d’institutionnalisation – le cas des entreprises publiques en Afghanistan

 

Sadia Chérif – Université Alassane Ouattara, Abidjan

D’un monopole public à un monopole privé : la gestion post privatisation d’une filière agro-industrielle, la filière palmier à huile ivoirienne

 

Kathryn Furlong – Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada en Eau et urbanisation, Centre de recherche en éthique (CRE)

Entre le social et le commercial : L’émergence d’un nouveau modèle de l’entreprise publique

 

Dans l’attente de vous voir à ces journées,

 

Très cordialement,

 

Hadrien Coutant, Jean Finez et Scott Viallet-Thevenin pour le comité d’organisation

 

 

Hadrien COUTANT

Doctorant au Centre de Sociologie des Organisations / Sciences Po
Ph.D. Candidate, Center for the Sociology of Organizations / Sciences Po Paris (France)

(+33) 6 22 75 38 01

Workshop on the history of exchange rate systems

Bonjour à tous,

 

Vous trouverez ci-dessous un appel pour le workshop : Workshop on the history of exchange rate systems qui aura lieu à l’Université de Lund (Suède) le 24 et 25 Avril 2017. S’il vous plaît envoyer votre résumé à e-mail : jonas.ljungberg@ekh.lu.se au plus tard le 1 décembre 2016.

Bien cordialement

Anders Ögren

 

Call for papers

Workshop on the history of exchange rate systems

 

24-25 April, 2017, in Lund.

The aim of the workshop is to discuss issues related to the history of exchange rate systems since early modern times. Such issues could concern both quantitative aspects and the development of the political and economic discourse around international monetary arrangements. Paper proposals, as well as questions,  are welcome!

            Jonas.ljungberg@ekh.lu.se

The workshop is organized by the project Asymmetric trends under different exchange rate systems: the long-term impact on convergence and growth, which is pursued at the Department of Economic History at Lund University.

Send an abstract (about 300-500 words) of your (planned) paper, no later than 1 December!

Best regards

Jonas Ljungberg and Anders Ögren

Le mercredi 12 octobre 2016 à 19 heures se tiendra à l’Institut culturel italien de Paris, 50 rue de Varenne, 75007 Paris une rencontre en hommage à la mémoire d’Alberto Tenenti.
Y sera présenté le volume des Actes du Colloque international organisé par le Collège de France les 9 et 10 novembre 2012 à l’occasion du 10ème anniversaire de sa disparition, le 11 novembre 2002, à Paris :
“La Renaissance d’Alberto Tenenti (1924-2002). Portrait intellectuel d’un historien franco-italien”, Essais réunis par Maurice Aymard, François Dupuigrenet Desroussilles et Carlo Ossola, Studi Veneziani, N.S. LXXII (2015).
Interviendront Maurice Aymard, François Dupuigrenet Desroussilles, Yves Hersant et Carlo Ossola

Rappelons, parmi les ouvrages d’histoire économique et sociale d’Alberto Tenenti:

Naufrages, corsaires et assurances maritimes à Venise (1592-1609), Paris, Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études, 1959
Venezia e i corsari, 1580-1615, Bari, Laterza, 1961
L’Italia del Quattrocento : economia e società, Laterza, 1996