Archives de catégorie : Revues

Le Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France

Le Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France, 140e année – 2013, vient de paraître. Il compte 173 pages.
Au sommaire :

– Naissance d’une sociabilité érudite parisienne. Les premières années de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France, par Christiane Demeulenaere-Douyère

– Être apprenti chapelier à Paris dans la première moitié de l’époque moderne, par Tiphaine Gaumy.

– “Tombeau” pour l’hôtel Thélusson. Vicissitudes et disparition d’un regrettable monument parisien, par Hervé Robert.

– Antoine Vivenel, entrepreneur général de l’Hôtel de Ville, par Alain Raisonnier.

– Les nuisances dans la ville : le cas des abattoirs parisiens (du XVIIIe au début du XXe siècle), par Sylvain Leteux.

– Le choléra de 1832 à Paris. Une bataille souterraine entre les Anciens et les Modernes, par Fabienne Chevalier.

Rappelons qu’il est compris dans l’adhésion à la Société. Il peut aussi être acquis au prix de 35 euros + 5 euros de frais de port auprès du secrétariat de la Société.

Société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France, Adresse postale : Archives nationales, site de Paris, 59 rue Guynemer 90001, 93383 Pierrefitte-sur-Seine cedex


Christiane Demeulenaere-Douyère

http://koyre.ehess.fr/index.php?374
https://ehess.academia.edu/ChristianeDemeulenaeredouyere

Parution du n° 12 d’Histoire d’entreprises, « Les voyages forment les entrepreneurs ».

Le dossier propose de découvrir comment, en décalant le regard, les
voyages ont participé à la création et au développement des entreprises.

En ouverture de dossier, (re)définition et décryptage du mot voyage
avec l’écrivain Jean-Christophe Rufin.
Récit de l’épopée, à travers le continent asiatique, de la grande
famille de négociants vénitiens dont est issu Marco Polo.
Focus sur le bracelet hindou de la maison Van Cleef & Arpels pour
évoquer la tradition des voyages en Inde de la haute joaillerie
française.
Passage en revue de la culture du déplacement dans l’industrie
charbonnière française aux XIXe et XXe siècles.
Portrait d’Éleuthère Du Pont de Nemours, parti aux Amériques sous la Révolution fonder l’une des plus grandes entreprises aujourd’hui
mondialisées.
Décryptage, avec le cas de la maison Bollinger, d’un succès
français, le champagne, qui doit beaucoup aux étrangers.
Histoire de deux entreprises d’économistes voyageurs, Jean-Baptiste Say et Jean Gustave Courcelle-Seneuil.
Comment les voyages forment le commerce : les allers-retours aux
États-Unis de Geoffroy Guichard, fondateur du groupe Casino.
Retour sur la prégnance du voyage dans l’histoire d’Hermès, du
fondateur de la maison à la directrice artistique Leïla Menchari, qui
livre son témoignage.
Découverte en images des Archives de la planète, trésors
photographiques réunis par le banquier Albert Kahn au début du XXe
siècle.

Mais aussi : l’aventure de Jacques Coeur, entrepreneur au temps de
Charles VII, le récit des croisières Citroën, un aperçu des tours du
monde de la chocolaterie Bonnat, etc.

Hors dossier
Histoire d’Entreprises se penche aussi sur les mondialisations de la
ville italienne de Prato, qui a affiché une étonnante résistance face
aux crises à travers les âges, explore l’histoire des chantiers navals
de Nantes, interroge, avec Balzac, la nécessité d’être honnête en
affaires, navigue avec les armateurs Delmas-Vieljeux, etc.

Pour en savoir plus :
www.histoire-entreprises.fr
info@histoire-entreprises.fr

Histoire d?Entreprises est un magazine qui raconte des histoires
d?entrepreneurs, d?entreprises et de territoires industriels. Il met
également en valeur le travail des historiens, des archivistes, des
organismes qui ?uvrent à la conservation de ce patrimoine et apporte à
l?actualité économique, culturelle et industrielle un éclairage
particulier en donnant la parole à de grands témoins.

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines

Chers collègues,

Créée en 2013, la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, revue semestrielle et francophone, est destinée à promouvoir les recherches sur la technique et la matérialité des pratiques dans les sociétés humaines sur la longue durée. Son ambition est de fédérer l’ensemble des approches développées par les sciences humaines et sociales qui font des techniques, entendues dans une acception large, un passage obligé de leurs analyses ou un élément central de leurs questionnements. Elle est aussi attentive aux réflexions menées sur l’outillage matériel et conceptuel des différentes disciplines. La multiplicité des sources que recouvrent les activités techniques justifie l’intérêt particulier porté aux recherches menées sur le patrimoine technique (écrits, images, objets, sites). Si le cœur de notre revue repose sur une logique historienne et patrimoniale, notre approche des techniques est largement ouverte à l’interdisciplinarité, qu’il s’agisse des thématiques, des méthodes et des questions épistémologiques.

Artefact est une revue à comité de lecture qui donne la possibilité aux chercheurs de proposer des dossiers thématiques et de publier des articles dans des varia et dans la rubrique « Collections techniques – Actualités et recherches ».

Depuis 2013, elle a  publié trois numéros dont un numéro hors-série, que vous pouvez acquérir auprès de CNRS Editions. Le n°1 ” Corps parés, corps parfumés”, a été réalisé sous la direction de Catherine Lanöé et de Laurence Moulinier. Le n°2, “Art et industrie : les enjeux de la formation (XVIIIe-XIXe siècles)”, a été dirigé par Stéphane Lembré et Audrey Millet. Enfin, le numéro hors-série, “Histoire des mobilités électriques – puissances, résistances et tensions (XIXe-XXIe siècles)”, a été  coordonné par Mathieu Flonneau et Arnaud Passalacqua.

Les sommaires sont disponibles ici : http://techniqcak.hypotheses.org/category/revue-artefact-techniques-histoire-et-sciences-sociales
Les amis d’Artefact se donnent rendez-vous ici : https://www.facebook.com/revue.artefact
Site de l’éditeur : http://www.cnrseditions.fr/700-Art-et-technique

Direction de la revue
Sophie ARCHAMBAULT DE BEAUNE (Univ. Lyon III-ArScAn), Liliane HILAIRE-PEREZ (Univ. Paris Diderot-ICT/EHESS-CAK).

Secrétariat scientifique
Christiane DEMEULENAERE-DOUYERE (EHESS-CAK), Stéphane LEMBRE (ESPE Lille Nord de France/Univ. d’Artois-CREHS), Audrey MILLET (Univ. Paris 8-IDHES/Univ. Neuchâtel-Institut d’histoire), Sébastien PAUTET (Univ. Paris Diderot-ICT) , Marie THEBAUD-SORGER (CNRS/EHESS-CAK)

Les Temps Modernes . Ouvriers volontaires, les années 68 : l’«établissement en usine» Juillet-octobre 2015

Bonjour,
Je ne crois pas que cette annonce de parution soit déjà passée sur la liste :

Collectif

Les Temps Modernes

. Ouvriers volontaires, les années 68 :

l’«établissement en usine»  Juillet-octobre 2015

Revue Les Temps Modernes (n° 684), Gallimard

Publication date: 15-10-2015

Juliette Simont, Sur les TM et les années 68

Jean-Pierre Martin, L’épreuve du réel (avant-propos)

1. Histoire et représentations de l’établissement :

Jean-Pierre Le Dantec, D’où vient l’établissement?

François Rivenc, Quelques réflexions sur l’établissement en usine

Donald Reid, Le grand récit des établis (et ses multiples entrées)

Gilles Hanus, Renverser l’ordre des choses, méditations sur l’établissement

Dominique Bondu, L’élaboration d’une langue commune : Lip-la GP

Claude Burgelin, Entrer à l’usine, sortir de l’usine : l’impossible roman des «établis»

2. En Europe et aux États-Unis :

Marica Tolomelli, De l’université à l’usine : Italie et Allemagne (1968-1973)

Salar Mohandesi, «Becoming one with the people» : l’établi américain hier et aujourd’hui

Edgar Blaustein, À l’usine en Californie

Erri De Luca, Le chant de Filomena

3. Précédents historiques :

Marnix Dressen, Déclassés politiques : quelques précédents

Xavier Vigna, «En vadrouille dans la classe ouvrière» : prédécesseurs méconnus

Anne Roche, L’année d’usine de Simone Weil (1934-1935)

4. Récits d’ex-établis :

Michel Arbatz, Les mains, la voix

Pierre Alban Delannoy, Nos usines ont été des vallées

Pierre Vidal-Naquet, Une sombre expérience

Nicolas Dubost, Neuf ans et demi d’usine : aucun regret?

Juliette Campagne, Roubaix : du Petit Livre rouge aux livres d’images

Jacques Verlhac, Quarante ans à Renault Flins

Leslie Kaplan, Usine

Pierre Saint-Germain, Une jeunesse

Éliane Chemla, Comme une vraie ouvrière, à Nîmes

Daniel Rondeau, Établi pour la vie

Marnix Dressen, A working class hero is something to be!

André Diemunsch, De l’usine à la vache Aubrac

Fabienne Lauret, Une vie de femme à Renault Flins (1972-2008)

Jean-Pierre Martin, «Ouvrier sérieux, pas de problème particulier»

Daniel Lemoine, Six ans à Citroën, Rennes. Une mission : la révolution

Solange Lissner, Une entreprise d’horlogerie au pays de Sochaux

Yves Cohen, Sochaux

Claire Brière-Blanchet, La base n° 1…

Nicolas Hatzfeld, L’usine revisitée (expériences d’établissement en écho)

Petite bibliographie autour des ouvriers volontaires des années 68

432 pages, sous couverture illustrée, 135 x 215 mm

Achevé d’imprimer : 01-10-2015

Genre : Revues et périodiques Catégorie > Sous-catégorie : Revues > de connaissance

ISBN : 9782070115822 – Gencode : 9782070115822 – Distributor code : A11582

Price 28,50 €

Cédric PERRINIDHES-EvryChargé de mission AFHEhttp://www.univ-evry.fr/fr/recherche/les_laboratoires/histoire_economique_sociale_et_des_techniques/perrin_cedric.html

La magie du chiffre (vient de paraître)

Le n° 79 de la revue Entreprises et Histoire, sous la direction de Eve Lamendour et Yannick Lemarchand, vient de paraître. Il est consacré à “la magie du chiffre”.

En voici le sommaire ci-dessous. Le n° est consultable en ligne sur www.cairn.info

Ève Lamendour, Yannick Lemarchand
Éditorial
Page 7 à 11
Quantification, normes et croyances

La magie du chiffre

Thomas Depecker, Nathalie Joly

Page 12 à 23
La terre et ses manufacturiers. L’introduction d’une raison gestionnaire dans les domaines agricoles (1800-1850)

Mohamed Ali Dakkam

Page 24 à 40
Quelques aspects inexplorés de l’histoire managériale des chemins de fer en France : les méthodes de calcul du prix de revient (1842-1883)

Nathalie Angelé-Halgand, Thierry Garrot

Page 41 à 58
Discipliner par le chiffre : l’hôpital financiarisé au risque de la réification ?

Rémi Tréhin-Lalanne

Page 59 à 73
Le « miroir » de la comparaison internationale. Politiques et mises en scène des chiffres sur l’éducation dans la « société de la connaissance »

Corine Eyraud

Page 74 à 87
Réflexions pour une sociologie de la quantification statistique et comptable

Catherine Vuillermot-Febvet

Page 88 à 99
Le chiffre : de l’absence à l’obsession. L’exemple du discours de Paribas à ses actionnaires de 1872 à nos jours

Mathieu Floquet, Marc Nikitin

Page 100 à 116
L’illusion d’informer. Étude de l’information comptable dans les revues internes (1954-1982)

Eugénie Briot

Page 117 à 134
Le 5 de Chanel, numéro gagnant de la parfumerie française (1973-2012)

Béatrice Touchelay

Page 135 à 146
La fabuleuse histoire de l’indice des prix de détail en France

Philippe Verheyde

Page 147 à 159
La bataille des chiffres des réparations ou les étranges calculs de Monsieur Keynes

Ève Lamendour

Page 160 à 173
Gérer l’erreur : le quotidien décisionnel d’un institut de sondages

Débat

Eve Chiapello, Corine Eyraud, Philippe Lorino, Alain Supiot, Débat animé et propos retranscrits par  Ève Lamendour,Yannick Lemarchand

Page 174 à 187
À propos de l’emprise du chiffre

Document

Texte choisi et présenté par  Yannick Lemarchand

Page 188 à 193
Règlement de la prime de production et de gestion. Berliet 1946

Chroniques

Marie-Vic Ozouf-Marignier, François Weil
Hommage
Page 194 à 196
Louis Bergeron

Pierre-Emmanuel Augé
Nouvelles des archives
Page 197 à 200
Chiffres et entreprises aux archives départementales de Charente-Maritime

Anne-Marie Sohn

Page 201 à 205
En lisant les thèses récentes

Anaïs Albert, Consommation de masse et consommation de classe

Page 206 à 206
Actualités

Ève Lamendour
Clin d’œil
Page 207 à 210
« Je ne suis pas un numéro »

“Satistique et société”, Vol. 3, No 2 (2015): Archives de la statistique

Béatrice Touchelay nous envoie le sommaire de “Statistique et Société”, Vol. 3, No 2 (2015) consacré aux Archives de la statistique, qui  vient d’être publié.

Vous le trouverez à cette adresse :
www.statistique-et-societe.fr

Éditorial, Emmanuel DIDIER 1-8
Archives de la statistique – Introduction, Béatrice TOUCHELAY 9-11
Les archives de la statistique des ministères économiques et financiers,
Agnès d’ANGIO-BARROS 13-19
La bibliothèque et les archives de l’Insee, Stéphanie GROUDIEV, Michel de
SABOULIN 21-28
Les statistiques dans les fonds d’entreprises conservés aux Archives
nationales du monde du travail à Roubaix, Gersende PIERNAS 29-32
L’Académie des sciences et la statistique : quelles archives ?, Christiane
DEMEULENAERE-DOUYERE 33-37
Les archives d’Alain Desrosières, entre écrits et discussions, Geneviève
PROFIT 39-43
Mémoire statistique, René PADIEU 45-49
Méthodes statistiques de l’économétrie : l’apport d’Edmond Malinvaud, Pascal
MAZODIER 51-57
Quelles méthodes pour l’évaluation standardisée des compétences des élèves?
Thierry ROCHER

Cliometrica, Vol. 9, No. 3, 2015.

Cliometrica, Vol. 9, No. 3, 2015: http://www.springer.com/journal/11698

Springer Verlag, together with the managing editor, the co-editors, the honorary members and the associate editors are pleased to announce the online publication of Cliometrica, Vol. 9, No. 3, September 2015: http://link.springer.com/journal/11698/9/3/page/1

Gregory Clark: Markets before economic growth: the grain market of medieval England
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-014-0117-7

Sophia Du Plessis, Ada Jansen, Dieter von Fintel: Slave prices and productivity at the Cape of Good Hope from 1700 to 1725: Did everyone win from the trade?
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-014-0116-8
ERRATUM: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-014-0122-x

Ian Keay: Immunity from the resource curse? The long run impact of commodity price volatility: evidence from Canada, 1900-2005
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-014-0118-6

Miguel Martín-Retortillo, Vicente Pinilla: On the causes of economic growth in Europe: why did agricultural labour productivity not converge between 1950 and 2005?
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-014-0119-5

As accepted papers get typeset, they become available for journal subscribers through Springer’s Online Program. For access, click on the following link: http://link.springer.com/journal/11698/onlineFirst/page/1

I take this opportunity to renew my invitation and warmly encourage all of you to submit your own new articles to our journal and of course to motivate your colleagues to do the same.

For all editorial matters, including articles offered for publication, please go to: http://www.editorialmanager.com/clio/, or contact me by e-mail: cdiebolt@unistra.fr.

Sincerely yours,

Claude Diebolt.

P.S.: The Handbook of Cliometrics: http://www.springer.com/fr/book/9783642404054

P.P.S.: Submit your book proposals to Studies in Economic History: http://www.springer.com/series/13279

Faire et défaire des affaires en famille

Cahiers de la MSHE Ledoux ont le plaisir de vous annoncer que l’ouvrage ci-dessous paraîtra prochainement (fin septembre- début octobre 2015) :
Faire et défaire des affaires en famille
dirigé par Dominique JACQUES-JOUVENOT et Yvan DROZ
édité par les Presses universitaires de Franche-Comté
 1ereCouv-Socio-petit
 
 Dans lʼagriculture, le commerce, la restauration, lʼartisanat, le chef dʼentreprise est aussi un « chef » de famille qui compte sur lʼappui de ses membres pour le seconder dans son activité. La création dʼune très petite entreprise (TPE) est souvent envisagée comme un projet de vie qui concerne plusieurs membres de la cellule familiale. L’articulation entre la famille et le travail constitue une force et une faiblesse pour l’entreprise. L’attachement du couple à l’entreprise est une force mais le travail souvent non salarié des femmes, une faiblesse qui fragilise l’entreprise en cas de rupture familiale (décès, divorce, ou accident). Avant d’entraîner une fragilisation de la TPE, lʼarticulation famille/travail peut aussi être la cause de tensions et de rupture.

 

 
Le bon de souscription de l’ouvrage (table des matières inclue) est disponible sur le lien suivant :
 
 
 
Prix spécial de souscription jusqu’au 15 octobre 2015
 

L’économie du changement

Marché & organisations, n°23
“L’économie du changement”

sous la direction de Dimitri Uzunidis

MarchéOrganisations23La crise économique annonce le changement. Ce changement se manifeste après une longue période de transition durant laquelle la trajectoire de l’évolution socioéconomique se modifie. Ce numéro présente certains traits caractéristiques des processus de changement. Pour comprendre ces évolutions, les auteurs réactualisent les approches de la pensée dans les domaines des révolutions industrielles, des paradigmes sociotechniques de l’entreprise et des entrepreneurs. Continuer la lecture de L’économie du changement

Appel à articles “Sociologies Pratiques” : entreprise et travail

Cher.e.s collègues,

Vous trouverez en pj l’appel à articles pour le numéro 33 de Sociologies Pratiques s’intitulant « Mises en scènes, en mots et en images de l’entreprise et du travail
Représentations et contre-représentations du monde du travail ». Les intentions d’article (4000 signes espaces compris) sont à adresser avant le 31 août 2015 par voie  électronique à sp33@sociologies-pratiques.com. Après examen, la revue retournera son avis aux auteurs le 21 septembre 2015 au plus tard. Les auteurs devront alors proposer une première version complète de leur article (27000 signes espaces compris, bibliographie non comprise) pour le 12 décembre 2015.

Bien cordialement,

François Sarfati, pour le comité de rédaction

Sociologies pratiques, n°33
Coordinatrice scientifique : Emmanuelle Savignac
Coordinateur éditorial : Frédéric Rey
Appel à articles et à contributions
Mises en scènes, en mots et en images de l’entreprise et du travail
Représentations et contre-représentations du monde du travail

Cet appel à articles s’adresse aux professionnels, intervenants, artistes qui mobilisent la
sociologie pour leurs travaux tout autant qu’aux chercheurs académiques et universitaires.

Les représentations font débat dans l’espace social soit par le caractère d’innovation de ce
qu’elles véhiculent (la psychanalyse, la génétique…), soit par leur caractère polémique
(l’armée, le nucléaire, le féminisme, la GPA…) soit encore par leur importance pour tout un
chacun dans sa vie quotidienne. C’est le cas du travail et des lieux qui l’organisent. Ces
représentations que l’on dit sociales, circulant d’interactions interpersonnelles en médias et en
institutions, donneraient à voir les termes dans lesquels s’énoncent ces débats sur ces
questions complexes. Ces termes étant pluriels, parfois même en opposition, ils esquissent des
territoires symboliques rassemblant autour d’aspects contrastés les parties-prenantes aux
débats. Ce que dessinent les représentations pourrait ainsi renvoyer à des populations
rassemblées autour de définitions communes, de valeurs positives comme négatives de l’objet
représenté.

Sur certains objets lourds d’enjeux individuels, sociaux, politiques et économiques comme le
sont le travail et l’entreprise, on ne saurait penser ces débats comme étant fortuits ou encore
spontanés. Plusieurs instances d’élocution et d’émission de représentations les portent et les
travaillent délibérément. Ceux qui les produisent s’inscrivent de fait dans des logiques de
travail et d’organisation du travail. A l’aide de canaux de diffusion de masse, médias comme
institutions, les organisations et leurs dispositifs de communications, les syndicats patronaux,
les syndicats de travailleurs, les personnalités politiques, les chercheurs, les artistes etc.
multiplient des discours. Ceux-ci, sur certains points peuvent concorder mais entrent, sur
d’autres, en concurrence. Tels en attestent la construction des discours scolaires et les récents
débats quant aux acteurs qui seraient les plus légitimes à les produire (enseignants en sciences
économiques et sociales ou syndicats patronaux ?). On évoquera enfin la production d’objets
médiatiques dans lesquels sont véhiculés des messages spécifiques par des dirigeants
d’entreprises et des travailleurs ou, en dernier exemple, la montée, en France, d’un cinéma
(Cantet, Moutout, Le Guay, Godet…) ou d’un théâtre (Bloch, Tostain, Pommerat…) critiques
de la question du travail et de ses effets sur les personnes. Cette concurrence dans la mise en
circulation de représentations se comprend en relation avec la présupposition des « effets »
des représentations sur les attitudes et les comportements. On sait pour autant depuis Paul
Lazarsfeld, Richard Hoggart, Stuart Hall etc. leurs effets limités. Paroles, discours et images
médiatiques ne sont pas pris pour argent comptant. Les récepteurs des discours mobilisent en
effet expériences et échanges qui passent au filtre sélectif, adaptatif ou critique les
productions de masse. Individus en interaction, école, mondes professionnels, médias… loin
d’être étanches, intègrent en les modifiant (Herskovits, 1967) les catégories et chaines de sens
produites par les autres. C’est d’ailleurs parce qu’elles auraient une grande capacité
intégratrice que certaines productions médiatiques connaîtraient le succès (John Fiske, 1990).
Se pose donc la double question pour toute instance souhaitant user d’influence dans l’espace
public de la compréhension des représentations et de leur captation au service d’un sens
politique (représentation, contre-représentation) à leur donner.

C’est ce débat, cette mise en concurrence des discours et la présupposition des effets de ces
discours qui nous conduisent à souhaiter aborder, dans ce numéro de Sociologies pratiques, la
question des représentations du travail et de l’entreprise dans les productions culturelles que
celles-ci soient littéraires, télévisuelles, cinématographiques, théâtrales ou encore plastiques,
adressées aux adultes comme aux enfants.

Etudier les représentations du travail et de l’entreprise mène au constat d’une forte asymétrie
entre d’un côté la rareté des images du travail en tant qu’activité et de l’autre l’abondance de
celles produites sur le monde du travail et notamment l’entreprise. Eric Macé, dans son
ouvrage « La société et son double » (Macé, 2006), découvre combien la thématique élargie
du « travail », en tant que monde, occupe la première place dans les propos et les images
portés par la télévision. Le travail, ses conditions, ses contextes, ses populations, l’emploi, le
chômage et les restructurations sont centraux dans les discours télévisuels. Mais son étude ne
se penche pas sur les représentations du travail comme activité, qui est au contraire quasi
absente. Ceci a pu être expliqué par le caractère prétendument ennuyeux du travail, à l’écran
comme dans la vie, à l’opposé de la finalité de loisirs assignée aux productions filmiques
(Leblanc, 1996). Il est vrai que la répétition et la lenteur de l’activité se prêtent sans doute peu
au jeu de la mise en boîte cinématographique même si le seul Les temps modernes de Chaplin
fait mentir ce postulat… et que des productions télévisuelles émergentes comme les Vis ma
vie – mon patron à ma place ou les Patron incognito donnent à voir, assez longuement, les
gestes, mouvements, techniques propres aux « petits métiers ». Au cinéma, si le travail
manuel n’apparait que rarement ces vingt dernières années, grande place est donnée, par
contre, à celle du management (Jeantet, Savignac, 2012), du fait de sa dimension relationnelle
et des rapports sociaux qu’il engage. Le cinéma, par l’absence de représentation des ouvriers
quand il y est centralement question du monde du travail, se différencie du théâtre, au sein
duquel le monde ouvrier et l’usine ont leur place (Hamidi-Kim, Talbot, 2010). Mais qu’en estil
des autres métiers ? Les films et les séries télévisuelles affectionnent les métiers héroïques,
souvent les mêmes, mais qu’en montrent-ils ? On ne voit du travail des policiers nulle
bureaucratie, du travail des enseignants nulle préparation, du travail des juges très peu la
lecture des dossiers. Les hôpitaux des fictions oublient les staffs administratifs. Ainsi, c’est à
une disparition du monde ouvrier que nous assistons quand nous observons les productions
télévisuelles contemporaines.

Rendre compte des représentations sociales du travail et des organisations de travail conduit à
pointer, selon les arts, le saillant (le policier à la télévision, la grande entreprise au cinéma) et
le rare (la pause dans le travail photographique d’Alain Bernardini et de Nicolas Frize, la
petite entreprise dans les fictions audiovisuelles). Ce travail permet aussi de mettre en lumière
l’héroïsation particulière des fonctionnaires (policiers, juges, instits’…), la présence montante
dans la fiction du bureaucrate et la centralité du travail et de ses effets dans les espaces
professionnels, certes, mais aussi familiaux, conjugaux et amicaux. Se pose par conséquent la
question des normes couplées à ces productions qui porteront autant sur les émotions (de
quoi/qui rit-on, s’indigne-t-on), sur les valeurs positives et négatives énoncées sur les façons
de travailler, de s’organiser ou d’être un bon ou un mauvais professionnel, que sur ce qui
fondera une esthétique autour du travail et de ses lieux.

Questionnements
Plusieurs axes de questionnements sont proposés pour explorer cette thématique :

– Mondes représentés, mondes oubliés : quels mondes du travail sont donnés à
voir ? Quels secteurs d’activité, types d’organisations, métiers, niveaux hiérarchiques,
catégories de travailleurs, sexes… sont les oubliés ou les représentés dans les
productions culturelles ? Si l’on considère ce questionnement du point de vue d’une
organisation du travail, quelles activités, temps, modèles d’organisation sont
présentés ? Dans les arts plastiques, quels univers de travail sont dépeints ? A
l’esthétique des corps des travailleurs de la première moitié du XXe siècle, une autre
esthétique s’est-elle substituée ? Quelle perspective socio-historique est-elle donnée
sur certains métiers ou secteurs ? Dans une perspective narratologique, quels sont les
thèmes narratifs premiers et secondaires ? Solidarité, violence, coopération,
concurrence… ? Quels sont les rapports entre groupes sociaux représentés ? Qui sont
les personnages principaux, les héros, les adversaires, les témoins, les figurants parmi
les métiers, les hiérarchies ? Quelles inégalités potentielles cela dessine-t-il ? Les
stéréotypes sont-ils mobilisés (de métier, de genre, etc.) dans ces productions
culturelles ? Les préjugés y sont-ils travaillés ou médiés ?

– Représentations, contre-représentations et réception: que deviennent les discours
du management ou de la contestation salariale dans les productions étudiées ? Y
a-t-il discours sur le discours (patronal, syndical, économique…) ? Partant de la
diversité voire de la concurrence des discours sur l’entreprise, ses acteurs, le travail,
qu’est-ce qui est entendu des différents publics (salariés, scolaires…) sur le travail et
les organisations ? Comment ces productions rencontrent-elles leur public ?

– Travail avec les représentations / travail sur les représentations : artistes,
pédagogues, intervenants en entreprise travaillent avec leurs propres représentations
tout en produisant régulièrement un travail de commentaire des représentations
circulant dans l’espace social. Comment les représentations du travail sont-elles
mobilisées, utilisées, débattues ?

• Articles attendus et procédure de soumission
Nous proposons que ces questionnements puissent être abordés à travers tout type de
production dite culturelle, que celle-ci soit esthétique, romanesque, filmique, théâtrale, relève
de la bande-dessinée, des productions pour la jeunesse ou encore des séries télévisuelles. Les
analyses fournies peuvent être diachroniques, thématiques comme de terrain.

Les disciplines convoquées pour ces analyses peuvent être sociologiques, ethnologiques,
historiques, littéraires, cinématographiques, issues des sciences de l’information et de la
communication…

Les intentions d’article (4000 signes espaces compris) sont à adresser avant le 31 août 2015
par voie électronique à sp33@sociologies-pratiques.com. Après examen, la revue retournera
son avis aux auteurs le 21 septembre 2015 au plus tard. Les auteurs devront alors proposer
une première version complète de leur article (27000 signes espaces compris, bibliographie
non comprise) pour le 12 décembre 2015.
Toute intention d’article, comme tout article, est soumis à l’avis du Comité de lecture de la
revue, composé des deux coordinateurs, des membres du Comité de rédaction et d’un
relecteur externe. L’acceptation de l’intention d’article ne présume pas de l’acceptation de
l’article.

• Présentation de la revue
Sociologies pratiques est une revue de sociologie fondée en 1999 par Renaud Sainsaulieu
et l’Association des professionnels en sociologie de l’entreprise (APSE). Elle est aujourd’hui
éditée par les Presses de Sciences Po. La revue est intégrée dans la liste des revues
scientifiques reconnues par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement
supérieur (AERES). Elle est répertoriée sur les bases Francis et Cairn.

Sociologies pratiques paraît deux fois par an. Ses numéros thématiques (environ 200
pages) donnent la parole à des chercheurs ou à des praticiens afin de témoigner de réalités
sociales émergentes et de comprendre les mouvements de notre monde. Le projet éditorial de
la revue rend compte d’une sociologie appliquée. En ce sens, il recherche un équilibre entre
monde académique et monde professionnel, entre compréhension et action, tout en portant un
regard clairement sociologique pour comprendre le changement social. Reprenant un
diagnostic de Renaud Sainsaulieu établi à la fin des années 1980, il s’agit toujours de
contribuer à la mise en visibilité du savoir sociologique, qu’il soit élaboré par la recherche ou
par l’application. D’un monde à l’autre, nous pensons qu’il est possible de discerner une
posture commune orientée vers la nécessité d’analyses objectivées de la réalité sociale et vers
la distance par rapport aux évidences, aux normes et aux enjeux politiques.

C’est dans ce contexte que Sociologies pratiques s’inscrit en mettant l’accent sur la
diversité et la richesse des pratiques académiques et professionnelles de la sociologie. Chaque
dossier thématique cherche ainsi à rendre compte de la diversité des sociologies en acte2, à
illustrer la variété des pratiques contemporaines, à composer entre contributions descriptives
de pratiques et apports réflexifs sur les conditions, les justifications et les conséquences sur
l’action. La volonté de croiser témoignages d’acteurs de terrain – qui agissent au coeur des
transformations – et réflexions de chercheurs – qui donnent les résultats de leurs enquêtes les
plus récentes – font de Sociologies pratiques un espace éditorial et intellectuel original qui
s’adresse à tout lecteur intéressé par la sociologie en pratique, qu’il soit diplômé en sociologie
ou non, qu’il soit chercheur ou professionnel.

Outre le dossier thématique composé des articles retenus à partir de l’appel à articles,
Sociologies pratiques propose d’autres rubriques ; par exemple : Sociologies d’ailleurs, Le
Métier, Lectures, Échos des colloques, Bonnes feuilles des Masters. Des varia peuvent aussi
être publiés.

Bibliographie indicative
Aubenas, J., 2011, Les corps, les gestes et le paysage, sur le cinéma des frères Dardenne,
Images Documentaires, Dossier sur « La question du travail », n°71-72, pp.36-50.
Becker, H.S., 2009, Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et
représentations sociales, Paris, La Découverte.
BEINSTINGEL, T. 2012, « Langages et littératures du travail chez les écrivains français
depuis mai 1968 », Intercâmbio, 2ª série, vol. 5, pp. 50-60.
Burch, N., Sellier, G., 2009, Le cinéma au prisme des rapports de sexe, Paris, Vrin.
Cadé, M., 2000, L’écran bleu. La représentation des ouvriers dans le cinéma français,
Collection Études Presses Universitaires de Perpignan.
Comolli, J.-L., « Cinéma contre médias » (entretien), La lettre des pôles, n°9, 2008.
Dejours, C., 1998, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil.
Fiske, J., 1990, Television culture, New York, Routledge.
Gehin J-P. et Stevens H. (eds), 2012, Images du travail, travail des images, Rennes, PUR.
Grenouillet, C., 2015, Usines en textes, écritures au travail : Témoigner du travail au
tournant du XXIe siècle, Classiques Garnier, 2015.
Hamidi-Kim, B., Talbot, A. (dir), 2010. “L’usine en pièces. Du travail ouvrier au travail
théâtral”, Théâtre public, n°196.
2.
Marc
Uhalde,
«
Avant-­‐propos
:
Reconnaître
la
diversité
des
sociologies
en
acte
»,
Sociologies
pratiques,
n°16,
2008.
6
Hatzfeld N., 2013, « Figures filmiques d’ouvrières : travail, genre et dignité, variations sur une
trilogie classique (1962-2011) », Clio 2/2013 (n° 38), pp. 79-96
Herskovits, M., 1967 (1948), Les bases de l’anthropologie culturelle, Payot.
Jeantet, A. et Savignac, E., 2009, “Les représentations du travail dans les séries de
divertissement : le travail comme ressort du loisir”, in Eyraud, C. et Lambert, G. (coord.),
Filmer le travail. Films et travail. Cinéma et sciences sociales, Coll. Hors Champs, Presses
Universitaires de Provence, 2009, pp. 187-192
Jeantet, A. et Savignac, E., 2012, « Représentations du monde professionnel et du rapport
subjectif au travail dans les films de fiction français contemporains », Travailler 1/2012 (n°
27) , p. 37-63.
Jodelet, D., 1994, Les représentations sociales, Paris, PUF.
Labadie, A., 2014, « Le roman d’entreprise français au tournant du XXIe siècle. », Les
Cahiers du Ceracc, nº 7, 2014 [en ligne]. URL : http://www.cahiers-ceracc.fr/labadie.html.
Lamendour, E., 2009, Le manager pygmalion, Revue française de gestion, 4, n°194, pp.149-
167.
Leblanc, G., 1996, La disparition du travail, Images Documentaires, Dossier sur « Filmer le
travail », n°24.
Le Saulnier G., 2011, « Les policiers réels devant leurs homologues fictifs : fiction
impossible ? », Réseaux 1/2011 (n° 165), pp. 109-135.
Macé, E., 2006, La société et son double, Paris, Armand Colin.
Malbois F., 2013, « Représenter deux burnouts à la télé », Réseaux 4/2013 (n° 180), pp. 39-66
Meyer, M., 2012, Médiatiser la police, policer les médias. Editions Antipodes.
Moscovici, S., 1961, La psychanalyse, son image et son public: étude sur la représentation
sociale de la psychanalyse, Paris, PUF.