Archives de catégorie : Livres

Parution : “Réguler l’économie. L’apport des organisations patronales. Europe, XIXe-XXe siècles”

Parution aux Presses universitaires de Rennes de Réguler l’économie. L’apport des organisations patronales. Europe, XIXe-XXe siècles sous la direction de Danièle Fraboulet, Michel Margairaz et Pierre Vernus.
Après Genèse des organisations patronales (2012), Les organisations patronales et la sphère publique (2013) et Coopérer, négocier, s’affronter (2014), ce quatrième et ultime ouvrage, issu d’un programme de recherche pluridisciplinaire et international sur les organisations patronales en Europe, examine la place de celles-ci dans la régulation des activités économiques et financières.

Parution “Industries, territoires et cultures en Europe du Nord-Ouest XIX-XXe siècles. Hommage à J.-F. Eck”

Parution aux Archives nationales du monde du travail du volume d’hommage à Jean-François Eck :

Françoise Berger, Michel Rapoport, Pierre Tilly  et Béatrice Touchelay (ed.), Industries, territoires et cultures en Europe du Nord-Ouest XIX-XXe siècles, Hérouville-Saint-Clair, 2016.

Table des matières

Préface

Introduction

Première partie « Industries, secteurs et entreprises »

La catastrophe du Titanic : un naufrage au pli de l’industrie moderne (1889-1929), Christian Borde,

La bataille du charbon des années trente, Laurent Commaille,

Les chantiers navals de Dunkerque face à la globalisation (1973-1987), Laurent Warlouzet,

L’Ouverture de Renault au monde, Patrick Fridenson,

L’agriculture en France et en Allemagne de 1870 à 1939, Nadine Vivier,

Le financement des PME en France et en Allemagne au XXe siècle, Michel Lescure,

La crise de l’industrie sidérurgique en France et en Allemagne. Une analyse comparative, Karl Lauschke,

Irrésistible déclin français et renouveau allemand dans l’industrie des machines (années 1960-2010), Hervé Joly,

Quelles relations franco-allemandes à l’heure du Marché Commun ? Les rapprochements entre constructeurs de poids lourds ou le cas d’une coopération franco-allemande avortée (1958-1974) Jean-Francois Grevet,

Seconde partie « Territoires »

La Société du Familistère : tradition commerciale héritée et société de consommation, Jessica Dos Santos,

« Salaires et politique salariale dans les premières années de la RDA  (1945-1958) : une rémunération centralisée et peu différenciée, mais en partie négociée », Michel-Pierre Chélini,

La Chambre de commerce de Roubaix, l’enseignement technique et l’Allemagne (1870-1914), Stéphane Lembré,

Europäische Erinnerungsräume: Zur Genese der « École des mineurs » in Saint-Étienne und der « Bergschule » zu Bochum in der Frühindustrialisierung, Michael Farrenkopf et Peter Friedemann,

Les enjeux de la canalisation de la Moselle et de la Sarre jusqu’au Rhin pour les industriels sidérurgistes du bassin Lorraine-Sarre-Luxembourg  (jusqu’aux années 1950), Françoise Berger,

Territoires et industries sous la contrainte : le Syndicat des fabricants de toiles d’Armentières, Béatrice Touchelay,

Les archives des séquestres économiques et sociaux parisiens : présentation de sources nouvelles sur le monde du travail pendant la Seconde Guerre mondiale, Gersende Piernas,

La Conférence sur l´Avenir de la Ruhr à Castrop-Rauxel en 1979, Jean-Luc Malvache,

Troisième partie : Circulations, échanges, transferts du local au global

La Grande-Bretagne à l’heure de la révolution industrielle : témoignage d’un Français de Saint-Omer (1786), René Leboutte,

Pays sans frontière ? Territorialité, industrie textile et marché du travail entre Aix-la-Chapelle, Liège et Maastricht au dix-huitième siècle, Ad Knotter,

Le sucre au cœur des relations économiques entre la France et la Belgique de 1870 à 1914 : le miroir d’un monde global, Pierre Tilly,

Emile de Laveleye, passeur d’idées entre la France, l’Allemagne et l’Angleterre, Michel Dumoulin,

Deux aventures éditoriales de l’entre-deux-guerres : The Hogarth Press et Victor Gollancz Ltd, Michel Rapoport,

Commission centrale de navigation sur le Rhin (CCNR), Europe communautaire et navigation sur le Rhin au cours des années 1960, Sylvain Schirmann,

La mission prospective des industriels américains en France en 1916, Clotilde Druelle-Korn,

Guerre et génération : un moment Vietnam ?, Jean-François Sirinelli,

Bibliographie de Jean-François Eck

Prix : 7,5€ pour une expédition sous format lettre ou colissimo (794 g). Pour vous le procurer envoyez votre adresse et les timbres postaux aux ANMT à :

Vincent Boully (commande ouvrage JF Eck)

78 Bd du général Leclerc .59100    Roubaix

Parution : La gamelle et l’outil. Manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Chères et chers collègues,

Nous sommes heureux de vous annoncer la parution du livre collectif La gamelle et l’outil. Manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre Bleu Éditions, 2016, 367 p., 25 €.

Sous la direction de Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna

Manger au travail, un sujet anecdotique pour les sciences sociales ? Les auteurs de cet ouvrage novateur affirment le contraire : la pause-repas qui interrompt la journée ou la nuit de travail offre, à qui sait l’analyser, un observatoire privilégié des sociétés contemporaines. Quoi de plus nécessaire que de se restaurer pour les travailleurs ? On imagine sans peine que l’appréciation des employeurs est toute différente face à ce temps mort du point de vue de la production. La pause-repas dans les sociétés industrielles et salariales est un enjeu de luttes incessantes, qu’elles soient ouvertes ou souterraines, les revendications des uns (allongement des temps de pause, choix des lieux de repas…) s’opposant aux logiques des autres (contrôle de la durée de pause, rationalisation de l’organisation du temps et de l’espace).
Comment, quand, avec qui et où mange-t-on pendant son temps de travail depuis plus de deux siècles ? La gamelle et l’outil pose de précieux jalons en croisant les pays (outre la France, l’Italie, la Pologne, la Suisse, l’URSS…) et les familles professionnelles – celles qui ont fait les riches heures de l’histoire ouvrière (les mineurs, les cheminots…) et d’autres moins étudiées (les ouvriers des arsenaux, les policiers, les salariés du cinéma…) –, mais aussi en mettant l’accent sur des pratiques rebelles (la « soupe communiste » et autres repas de grève) ou sur les imaginaires du repas au travail chez les premiers socialistes du xixe siècle.
À la croisée d’une histoire sociale et politique, c’est toute l’organisation du temps et de l’espace des sociétés de l’ère industrielle qui se réfracte dans cette étude de l’alimentation au travail.

Avec les contributions de Daniela Adorni, Denis Bayon, Thomas Bouchet, Claudy Chêne, Tadeusz Czekalski, Thomas Depecker, Bernard Desmars, Jean-Claude Farcy, François Fourn, Stéphane Gacon, François Jarrige, Stefano Magagnoli, Michaël Meyer, François-Xavier Nérard, Morgan Poggioli, Vincent Porhel, Pascal Raggi, Vincent Robert, Gwenaële Rot, Julien Saint-Roman, Ophélie Siméon, Jean-Claude Sosnowski, Xavier Vigna et Jean-Pierre Williot.

Vous pouvez trouver sur le site de l’éditeur l’introduction générale de l’ouvrage : http://arbre-bleu-editions.com/manger-au-travail.html

Les banques françaises et la Grande Guerre

Parution :

Fabien Cardoni (dir.)

Les banques françaises et la Grande Guerre

Paris, IGPDE-Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, 302 p. (dont un cahier iconographique de 12 pages couleur), 28 euros

Présentation de l’éditeur :

Banques_1GM.jpg_240pixDurant la Grande Guerre, la mobilisation financière des Français pour soutenir les combats a été à la hauteur de la mobilisation humaine. Dans ce contexte et pour gagner une guerre totale et mondiale, les banques nationales deviennent des acteurs clés du financement du conflit.

Ce livre présente des destins bancaires très contrastés. Alors que la Société générale se recentre sur ses activités en France, Paribas se tourne résolument vers les États-Unis et se renforce en Europe centrale. Une autre banque parisienne, le CIC, s’offre une expansion régionale dans la continuité de l’avant-guerre. Certaines banques du Nord se régénèrent à Paris, développent un réseau national et sortent de la guerre renforcées, malgré les vicissitudes de l’occupation allemande. Les banques alsaciennes, quant à elles, souffrent cruellement lors du conflit puis du rattachement à la France. Continuer la lecture de Les banques françaises et la Grande Guerre

De l’université de Paris aux universités d’île-de-France

1457346714Le décret du 21 mars 1970, qui supprime l’Université de Paris et la scinde en treize universités réparties dans la capitale et en proche banlieue, a été longtemps interprétée comme une conséquence de la crise de Mai 1968. Sans minimiser l’impact de cet acte fondateur, ce livre propose une lecture renouvelée de la naissance des universités contemporaines en Île-de-France. S’appuyant sur des recherches récentes et des approches pluridisciplinaires, il analyse les logiques à l’œuvre à la charnière des années 1960 et 1970 et trace les contours de la réinvention de l’espace universitaire francilien, passé récent dont les effets de mémoire sont indéniables sur le temps présent. Continuer la lecture de De l’université de Paris aux universités d’île-de-France

Parution : “La politique du blé. Crises et régulation d’un marché dans la France de l’entre-deux-guerres “

La politique du blé. Crises et régulation d’un marché dans la France de l’entre-deux-guerres.

par Alain Chatriot

Fondée sur des archives diverses et méconnues, cette étude se veut une illustration de l’entremêlement de l’histoire économique et de l’histoire sociale avec l’histoire politique. Elle permet aussi de revenir aux sources des mécanismes de régulation des marchés agricoles qui ont été très influents dans la seconde moitié du XXe siècle et en particulier pour la politique agricole commune (PAC).

Editeur : Institut de la Gestion Publique et du Développement Économique (IGPDE) / Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Cet ouvrage a été publié avec le soutien de France Agrimer.

Ouvrage papier : 39 € – 620 p.

ISBN 978-2-11-129398-4

Epub et PDF prochainement disponible  :12,99 €

ISBN électronique 978-2-11-129402-8

 

Parution : “Le temps des objets. Une histoire du design industriel en France (1945-1980)”

Parution de l’ouvrage de Claire Leymonerie :
Le temps des objets. Une histoire du design industriel en France (1945-1980) aux éditions de la Cité du design.
 
Image en ligne

 
Le temps des objets
Une histoire du design industriel en France (1945-1980)
 
Depuis l’avènement de la société de consommation dans les années
1950 jusqu’à sa virulente mise en cause dans les années 1970, les objets techniques ont envahi le quotidien des Français. C’est dans ce contexte que le design industriel français trace sa voie singulière, entre héritage du mouvement moderne, imitation ou rejet de l’industrial design américain et fascination pour le rationalisme de l’école allemande.
 
288 pages – 23 euros.
 

Parution : Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises

Parution aux Presses universitaires du Septentrion du Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises,  dirigé par Didier Bensadon, Nicolas Praquin et Béatrice Touchelay  et qui réunit plus de quatre-vingt contributeurs.

L’ouvrage sera disponible en librairie à partir du 17 mars, mais vous pouvez dès à présent acquérir une version numérique.

La présentation générale de ce dictionnaire et sa table des matières sont disponibles à partir du lien suivant :

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100336010

 

Parution Samir Saul, Intérêts économiques français et décolonisation de l’Afrique du Nord (1945-1962), Genève, Droz, 2016.

http://www.droz.org/france/fr/6333-9782600018999.html

Ce livre engage une enquête approfondie sur l’activité économique française en Afrique du Nord à la veille de la décolonisation. Mettant à contribution un vaste ensemble de fonds publics, de papiers privés et d’archives du monde des affaires, il participe de l’histoire des relations internationales, de l’histoire coloniale/d’outre-mer et de l’histoire des entreprises.

intérêts-économiques-français-et-décolonisation-de-l-afrique-du-nord-1945-1962

Vérifier l’existence d’une relation entre les intérêts économiques français et l’accession à l’indépendance du Maghreb est au cœur de la démarche. Il s’agit de déterminer si l’Afrique du Nord avait cessé d’être rentable, et si les milieux d’affaires et l’Etat métropolitain s’en étaient départis pour des motifs économiques.

L’enquête conduit au constat que l’économie nord-africaine demeure attractive et que les intérêts économiques français ne favorisent pas la décolonisation.  Ni les milieux d’affaires ni les pouvoirs publics n’obéissent à une logique d’élagage.
Les implications de cette conclusion sont de deux ordres : d’abord, le
capitalisme n’est pas décolonisateur, nonobstant une tendance récente à  croire le contraire ; ensuite, les mouvements nationalistes maghrébins  conservent leur centralité comme vecteurs de la décolonisation.

Parution “L’utopie en héritage. La Familistère de Guise 1888-1968” de Jessica Dos Santos

Le livre de Jessica Dos Santos, L’utopie en héritage. Le Familistère de Guise 1888-1968, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2016, 452 pages plus un cahier photo de 36 pages vient de paraître dans la collection Perspectives historiques série Entreprises.  On peut le commander pour 24 €.
Ce livre est tiré d’une thèse de l’Université Lille III, dirigée par Jean-François Eck, qui a écrit la préface. Cette thèse avait obtenu trois prix nationaux différents, dont le Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises, organisé en partenariat avec la revue Entreprises et Histoire.

L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

En octobre 2013, le congrès de l’AFHE se tenait aux archives nationales du monde du travail (ANMT) à Roubaix autour des vertus économiques de l’échec.

Les actes viennent de paraître (en décembre 2015) aux éditions du Comité pour l’histoire économique et financières de la France – IGPDE, sous la direction de Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira.

Présentation :

À l’été 2008, la planète tremble en découvrant l’ampleur de la crise financière. Les subprimes deviennent en quelques semaines une réalité dévastatrice. Continuer la lecture de L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

Parution : the international Aluminium Cartel.

Marco Bertilorenzi : The International Aluminium Cartel. The business and politics of a cooperative industrial institution (1886-1978), chez Routledge (série International Studies in  Business History). Ce livre est issu de ma thèse en cotutelle (Florence et Paris IV) et des recherches post-doctorales au sein de l’ANR “Créalu.
Création et aluminium”. Ici le lien vers le site de l’éditeur:
https://www.routledge.com/products/9780415742542

Description du livre dans le site de l’éditeur:

Aluminium was one of most cartelised industries in the international economic panorama of the 20th century. Born following the discovery of electrolytic smelting process in 1886, this industry, even in its infancy, established a cartel which characterised its history until nearly 1980. Managers of the aluminium industry from various historical eras and countries shared the same  vision about the development of their industry: to keep prices as stable as possible in order to encourage expansions and to provide return on
investments. Price instability, which characterised the trade of other
commodities, was unknown to the aluminium industry.
Continuer la lecture de Parution : the international Aluminium Cartel.

Parution : Les Gillet de Lyon. Fortunes d’une grande dynastie industrielle. 1838-2015

“Les Gillet de Lyon.
Fortunes d’une grande dynastie industrielle. 1838-2015”

est maintenant  disponible en librairie ou chez l’éditeur Droz
(http://www.droz.org/france/fr/6316-9782600018944.html).<https://www.facebook.com/Librairie-Droz-394663260590969/

Les Gillet, porteurs d’un patronyme très courant au point que l’on
précise souvent « de Lyon », formaient une dynastie industrielle
étonnamment méconnue. Leur importance économique à l’échelle nationale voire internationale dans les industries textiles et chimiques justifie une monographie, mais celle-ci se veut aussi un fil rouge pour évoquer les transformations du capitalisme français depuis un siècle et demi.
Cet ouvrage associe histoire d’entreprise et biographie familiale. Il
s’appuie sur des années de recherche dans des sources multiples, en
l’absence d’« archives Gillet » constituées. Il est écrit sans
complaisance, tout en faisant justice de légendes plus souvent noires
que dorées. Le modeste atelier de teinture pour soie fondé en 1838 par  François Gillet est devenu, trois générations plus tard, un ensemble  industriel gigantesque dont on peine à dégager toutes les ramifications.
Le vaste réseau familial s’est implanté dans de nombreuses institutions. Les observateurs de l’époque lui ont prêté une influence considérable.  Hervé Joly mène une enquête rigoureuse pour en analyser les ressorts.

Hervé Joly, directeur de recherche CNRS (Laboratoire Triangle,
Université de Lyon), travaille depuis de nombreuses années sur
l’histoire économique et sociale des entrepreneurs et des milieux
d’affaires. Parmi ses publications antérieures : /Patrons d’Allemagne.
Sociologie d’une élite industrielle. 1933-1989/ (Presses de SciencesPo,  1996) et /Diriger une grande entreprise au XXe siècle : l’élite  industrielle française/ (Presses universitaires François-Rabelais, 2013,  Prix Crédit agricole d’histoire des entreprises).

Collection : Publications d’histoire économique et sociale internationale
décembre 2015
ISBN 978-2-600-01894-4
512 p.
29 € papier, 23,20 € numérique
https://www.facebook.com/Librairie-Droz-394663260590969/
https://twitter.com/Librairie_Droz
<https://www.facebook.com/Librairie-Droz-394663260590969/>) .

Parution : “Lettres sur le Visa des dettes de l’État ordonné en 1721”

/Lettres sur le Visa des dettes de l’État ordonné en 1721
/par François-Michel Chrétien-Deschamps/Classiques Garnier

Ce récit inédit de la restructuration de la dette publique française
après la banqueroute de Law fut commandité par
son architecte, Joseph Paris-Duverney, à François-Michel
Chrétien-Deschamps (1688-1747), auteur dramatique et
financier. L’ouvrage est certes apologétique mais présente une vue de
l’intérieur et presqu’en temps réel sur cette
opération gigantesque et sans précédent. L’introduction présente
l’ensemble de l’opération et en fait le bilan comptable
et financier. On trouvera aussi des éléments biographiques sur l’auteur ainsi que sur certains personnages clés, en
particulier les protagonistes de l’affaire de malversation qui entacha
la fin du Visa en 1723.

Eric SCHNAKENBOURG (dir.) : “Neutres et neutralité dans l’espace atlantique durant le long XVIIIe siècle (1700-1820). Une approche globale”

Eric Schnakenbourg annonce la parution de:

*Neutres et neutralité dans l’espace atlantique durant le long
XVIIIe siècle (1700-1820). Une approche globale / Neutrals and Neutrality in the Atlantic World during the long eighteenth century (1700-1820). A global approach*,

Bécherelle, Perseides, coll. Monde Atlantique, 2015, 491 p.

L’étude de la neutralité révèle les tensions entre les logiques de
guerre et les logiques négociantes qui manifestent, autant l’une que
l’autre, l’intensité des relations au sein du monde atlantique. C’est
pourquoi la neutralité doit être étudiée comme une réalité transversale
inscrite dans un espace marqué par la fluidité des circulations. Elle
impose de dépasser les cadres nationaux pour promouvoir une approche
ouverte des interconnections afin d’envisager à nouveaux frais les
questions relatives à la neutralité et au rôle des neutres au cours du long
XVIIIe siècle. Cette approche, qui participe du décloisonnement spatial et thématique de l’histoire atlantique, permet d’embrasser dans une même perspective aussi bien « les » Amériques, septentrionale, intertropicale et méridionale, que l’Europe. La neutralité atlantique est une arène au sein
de laquelle se nouent des relations entre Européens, entre Américains, et entre Européens et Américains. Elle peut être envisagée comme une entrée dans la réflexion sur la formation d’un espace euroaméricain économique, juridique et diplomatique.