Archives de catégorie : Appels

CFP Secondhand Economies

Business History
Call for Papers for a Special Issue
Changing Secondhand Economies

For a special issue of Business History on Secondhand Economies, we invite
original research papers focusing on secondhand markets and economies
involving a variety of commodities ranging from used clothing, pre-owned
cars, and antiquities, to recycled ships and electronic waste. This special
issue aims to present the best of ongoing interdisciplinary scholarship on
historical and contemporary processes involved in the flow of secondhand
objects and materials, their transformations and revaluations, and the
persons, policies, and markets involved with them. Recent concerns with the
speed and effects of commodity flows have brought fresh scholarly attention
to secondhand economies both in terms of their history and of their
contemporary significance for livelihoods and sustainability. Since the rise
of global capitalism has markedly altered the functions of secondhand
exchanges, content will be limited to the mid-nineteenth century to the
present.

The secondhand clothing trade, both domestic and transnational, has a long
history explored mainly in fragments, reflecting historical limits of
marginalized groups such the Jewish diaspora and connecting European
countries with the North American colonies, and Europe with Africa, Asia and
Australia. More recently, secondhand economies have attracted new attention
in the context of global economies of recycling. Studies of the international
secondhand clothing trade have explored the role of charitable organizations
in the West in the export of donated used clothing, revealing a gray area
between thrift and profit, questioning the impact of imported secondhand
clothing on domestic textile/clothing industries, and highlighting the
complicated relationship between the production of fast fashion, and the
overconsumption of clothing in the West resulting in huge volumes of worn
clothing in landfills. Recent concerns with sustainability in the West have
spurred some to ‘rediscover’ practices of clothing re-use, re-purposing and
re-cycling at the same time as major high-street retailers are establishing
programs to return used clothing to their stores for re-sale or recycling.
Relatedly, clothing trends, particularly those connected to subcultures, have
for some time periodically embraced secondhand material use and systems of
exchange.

Issue contributions might include longitudinal explorations of

• specific sites of secondhand exchange

• legislation and policies effecting secondhand economies

• the relationship between new and used commerce

• political uses of secondhand exchange and material

• transnational/global costs and benefits of secondhand economies

• cultural and social responses to secondhand materials and trade

• the material culture of secondhand objects/goods

• genealogies of secondhand acquisition

• gendered and sexualized uses of secondhand commerce and goods

• secondhand fashions and trends/subcultures

• business and labor histories of secondhand economies

• theories of informal economies centered on used goods

SUBMISSION DETAILS

Articles should be based on original research and/or innovative analysis and
should not be under consideration by another journal. All articles should be
submitted by December 1 2016 via ScholarOne using the URL link listed below,
clearly indicating that they are for the Special Issue on Changing Secondhand
Economies. All the articles will be peer reviewed and, therefore, some may be
rejected. Authors should ensure that their manuscripts fully comply with the
formatting regulations of Business History.

https://mc.manuscriptcentral.com/fbsh

GUEST EDITORS

Karen Tranberg Hansen, Professor Emerita, Department of Anthropology,
Northwestern University; Jennifer Le Zotte, Lecturer, Department of History,
University of Nevada, Reno.

Jennifer Le Zotte’s work focuses on 19th- and 20th-century United States
history, especially capitalism, material culture and dress, and gender and
sexuality. She received her Ph.D. from the University of Virginia in 2013,
currently teaches at the University of Nevada in Reno, and contributes
articles on dress and material culture to
smithsonian.com<http://smithsonian.com/>. Her book, From Goodwill to Grunge:
A History of Secondhand Styles and Alternative Economies, is forthcoming on
University of North Carolina Press, Spring 2017. Other publications include
“‘Not Charity, But a Chance’: Philanthropic Capitalism and the Rise of
American Thrift Stores,” New England Quarterly 86:2 (Spring 2013): 169-195;
and “’Be Odd’: The Contradictory Use of Dress in the Gilded Age Salvation
Army,” Winterthur Portfolio, 47:4 (Winter 2013): 245-265.

Karen Tranberg Hansen’s work concerns urban economic livelihoods in Africa
with particular focus on Zambia, the informal economy, consumption, dress and
fashion, and gender and youth. She recently retired from the Department of
Anthropology at Northwestern University. Her publications related to this
proposal include Salaula: The World of Secondhand Clothing and Zambia
(Chicago 2000), and the co-edited anthologies African Dress: Fashion,
Agency, Performance (Bloomsbury 2013), Reconsidering Informality:
Perspectives from Urban Africa (Nordic Africa Institute 2004), and Street
Economies in the Urban Global South (SAR Press 2013). Among her numerous
journal articles and book chapters are “The World in Dress: Anthropological
Perspectives on Clothing, Fashion, and Culture,” Annual Review of
Anthropology 33 (2004): 369-392.

AAC Travail et consommation, XIXe-XXe-XXIe siècle

Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous et en pj (en français et en anglais) un appel à communications susceptible de vous intéresser.
Bien à vous,
Fanny Gallot

Appel à communications

Travail et consommation, XIXe-XXe-XXIe siècle

Journées d’Etudes Internationales

27 et 28 Avril 2017

Université Paris Est Créteil

 

 

Introduction

La division du travail scientifique en sous-champs de recherche distincts conduit souvent à fractionner des objets autrement bien plus liés dans l’expérience des individus ou la vie des institutions. Le décloisonnement des sous-champs de recherche est alors un bon moyen de renouveler les discussions scientifiques de manière féconde. En croisant les travaux sur la consommation et ceux sur le travail, c’est un tel décloisonnement que nous souhaitons favoriser lors de ces journées d’études afin de faire dialoguer ces ensembles de travaux couramment disjoints.

En effet, le plus souvent, les recherches sur la consommation oublient la production (Chatriot, Hilton et Chessel, 2004) et/ou la vente tandis que celles s’intéressant au travail évoquent peu les salarié-e-s comme des consommateurs et des consommatrices potentielles. L’histoire des ouvriers au XIXe siècle a été très majoritairement centrée sur le travail et la production, tandis que la consommation est longtemps apparue comme une pratique de la bourgeoisie (Auslander, 1996 ; Tiersten, 2001). Pour les XXe et XXIe  siècles, les études historiques sur la « consommation de masse » ont pour leur part eu tendance à occulter la question des stratifications sociales. Sophie Chauveau (2006, p.4) écrit par exemple que la consommation de masse redéfinit « des modalités d’intégration sociale au moment où s’efface la notion de classe sociale, où le sentiment d’appartenance ne passe plus par le métier ».

En sociologie, les sous-champs de la sociologie du travail d’une part et de la consommation d’autre part se sont construits séparément, même si les études statistiques de consommation prennent largement en compte les catégories socioprofessionnelles. Les travaux pionniers de Frédéric Le Play sur les budgets ouvriers, poursuivis notamment par Maurice Halbwachs (2011) ou Paul-Henry Chombart de Lauwe (1956) ont en effet été développés pour toutes les catégories sociales par les approches statistiques plus récentes (Siblot et al., 2015). Celles-ci croisent systématiquement catégories socioprofessionnelles et consommation pour souligner les inégalités qui subsistent dans les budgets des différents groupes sociaux (par exemple Chauvel, 1999, INSEE, 2009). Mais ces recherches rentrent peu dans le détail des professions et dans la nature du lien entre travail et consommation. Par ailleurs, les recherches qualitatives sur la consommation ou les styles de vie ont difficilement accès aux espaces de travail des individus étudiés et traitent ainsi plutôt de segments de l’espace social que de travailleurs ayant des métiers spécifiques (par exemple Hoggart, 1957 ; Perrot, 1961 ; Verret, 1988 ; Weber, 1989 ; Schwartz, 1990). De même, en sociologie du travail, les études qualitatives qui questionnent la consommation des travailleurs sont assez rares.

Pourtant, le travail et la consommation sont intimement liés et surtout se mêlent dans les quotidiens salarié-e-s si bien qu’il est parfois difficile de dissocier d’un côté le temps du travail et de l’autre, celui de la consommation, notamment lorsque les travailleurs/euses consomment le produit, matériel ou immatériel, de leur travail. Qu’il s’agisse de la production de biens ou de services, les salarié-e-s peuvent parfois être mis à contribution dans la conception ou la vente de produits alors même que cela n’est pas initialement prévu dans leur travail. Ce sont alors leurs qualités de consommateur ou consommatrice qui se trouvent mobilisées. Enfin, la consommation peut également être pensée comme un travail, que ce soit en tant que partie du travail domestique féminin (Delphy, 1978) ou comme un travail gratuit d’évaluation des produits (Dujarier, 2014).

En d’autres termes, ces journées d’études ambitionnent de repenser les liens entre travail et consommation dans la lignée de ce que propose Frank Trentmann (2004) lorsqu’il souligne que « toute discussion sérieuse autour de la société de consommation doit recenser les pratiques et les significations de la consommation en tant que phénomène indissociable de structures sociales et d’activités qui ont lieu loin des comptoirs des magasins. Au lieu d’opposer des grilles de lecture – la consommation contre la production – et de faire se succéder des phases historiques – la société de consommation après la société des classes –, le défi du renouvellement de la recherche dans ce domaine sera celui de l’intégration de ces différentes dimensions. »

Dans une approche interdisciplinaire (histoire, sociologie, science politique, anthropologie), il s’agit donc de s’intéresser à tous les métiers d’une part, et à tout type de consommation d’autre part. Trois axes de recherche sont envisagés : les liens entre l’entreprise et la consommation des salariés ; la consommation de travailleurs/euses et leurs identités de race, de classe ou de sexe ; consommation, travail et mobilisations. Les propositions travaillant les catégories de sexe, de classe ou de race seront particulièrement appréciées, de même que les contributions portant sur d’autres pays que la France.

 

Axe 1 : Les liens entre l’entreprise et la consommation des salariés

La consommation est souvent pensée comme une activité qui a lieu en dehors du travail. Un certain nombre de travaux montrent pourtant bien qu’il y a de la consommation au travail, qu’elle soit amenée par les salarié-e-s ou encouragée par les directions d’entreprises. La question de l’alimentation au travail a, par exemple, fait l’objet de plusieurs études récentes (Bruegel, 2004 ; Bouchet et al., 2016). Les entreprises ont depuis longtemps mis en œuvre des politiques internes susceptibles de favoriser ou d’encadrer la consommation – cantines, vente des produits au personnel, ou autres avantages en nature (Tanner, 1999 ; Clarke, 2012 ; Gallot, 2013). Les salarié-e-s peuvent eux/elles aussi être amené-e-s à participer, dans le cadre de l’entreprise, à l’organisation d’activités liés à la consommation – notamment par le biais du Comité d’entreprise ou des coopératives de consommation. Lors de ces journées d’études, nous souhaitons rendre compte de la diversité et de l’évolution de ces pratiques, en nous interrogeant sur leur rôle dans la construction des identités et leurs effets sur les comportements.

Comment ont évolué les politiques internes des entreprises dans ce domaine depuis le XIXe siècle ? Dans quelle mesure et par quels moyens les entreprises cherchent-elles à mobiliser les salarié-e-s en tant que consommateurs-trices ? Comment s’articulent les identités de travailleur-euse et de consommateur-trice, lorsqu’on achète/acquiert des biens de consommation au travail ? Comment l’expertise sur un produit acquise au travail peut-elle amener le/a travailleur/euse à consommer lui/elle-même ce produit d’une manière spécifique ? Que signifient les pratiques de revente ou de partage de ces biens dans son entourage (on peut penser aux trajets gratuits dont les personnels des compagnies aériennes peuvent faire bénéficier leurs proches) ? En ce qui concerne le monde ouvrier, il a souvent été question de l’attachement de l’ouvrier-ère à sa machine, à son moyen de production, mais qu’en est-il du rapport au produit de son travail, dès lors que les ouvriers-ères des industries de fabrication sont amenés à consommer les produits qu’ils/elles fabriquent ? Dans quelle mesure le produit fabriqué – ou le produit vendu dans le cas des employés du commerce – participe-t-il de l’attachement à l’entreprise ?

On pourra également s’interroger sur le rapport travail/consommation dans les métiers où les pratiques vestimentaires du personnel (souvent imposées) participent fortement à la construction de la marque (hôtesses de l’air, métiers de la mode…).

 

Axe 2 : Consommation de travailleurs/euses et identités de race, de classe ou de sexe

Une autre piste de questionnement est celle de la manière dont les travailleurs signalent une appartenance sociale par leur consommation. Prenant acte que les biens et services sont classés et classants dans l’espace social, les pratiques de consommation peuvent à la fois être vues comme autant d’indices pour reconnaître les appartenances sociales des individus, et comme des stratégies (conscientes [Veblen, 1899] ou inconscientes [Bourdieu, 1979]) mises en place par les individus pour se donner une identité sociale spécifique. Dès lors on peut s’interroger sur les significations des consommations, et au-delà, sur les styles de vie de certains travailleurs appartenant à la même profession ou la même entreprise. Existent-ils des types de consommation caractéristiques d’un groupe de travailleurs/euses ? Comment l’activité de travail peut-elle jouer dans les consommations adoptées par les travailleurs/euses ? Dans quels cas ces pratiques constituent-elles des stratégies de distinction pour les travailleurs/euses, qui cherchent alors à se rapprocher socialement d’un groupe de classe, de sexe et/ou de race par le biais de leur consommation (Albert, 2013 ; Menoux, 2015, Bernard, 2016) ?

Les pratiques de consommation vestimentaire peuvent à ce titre être particulièrement fécondes pour l’analyse, en tant qu’identificateur central du sexe, de la classe et de la race des individus (Gallot, 2012 ; Avril, 2015). Les dépenses pour des prestations de service comme celles de restauration ou de tourisme (Furlough, 2005) sont aussi des pistes intéressantes à creuser, en étudiant par exemple l’utilisation des tickets repas ou des chèques vacances obtenus sur le lieu de travail. Les voyages que permettent les congrès de médecins à l’étranger peuvent ainsi être des moyens de lier statut social acquis par le travail et son renforcement par la consommation. De même, les communications pourront aussi s’interroger sur les consommations culturelles des travailleurs/euses. Par exemple, qu’en est-il des pratiques effectives permises par la possession d’une carte professionnelle donnant un accès gratuit aux musées (pour les journalistes ou les enseignants) ?

Une autre manière d’envisager cette question est la façon dont la sociabilité au travail peut impliquer des consommations qui mettent en jeu l’identité des salarié-e-s (en dehors ou sur le lieu de travail, avec les collègues ou sans) : que ce soit par exemple par la consommation attendue d’alcool entre collègues ou par le biais de discussions lors des pauses où il faut mettre en avant son capital culturel, ce qui provoquerait des consommations culturelles spécifiques. Ce questionnement peut permettre de penser les contradictions entre consommation et statut pouvant être relevées par les collègues ou amis, montrant la circulation entre ces différents aspects dans la vie des travailleurs/euses.

Axe 3 : Consommation, travail et mobilisations

Le thème des mobilisations collectives et de leurs formes est une question classique de l’histoire ouvrière. La consommation a été un motif important des luttes collectives, comme l’ont montré de nombreux historiens : E. P. Thompson dans son article classique sur l’économie morale de la foule (Thompson, 1971), Michelle Perrot dans son ouvrage sur les grèves en France au XIXe siècle (Perrot, 1974) ou Lawrence Glickman dans son étude sur la revendication du living wage (salaire pour vivre) aux États-Unis au début du XXesiècle (Glickman, 1997). Dans la lignée de ces travaux, on s’interrogera sur toutes les formes de mobilisations des travailleurs et des travailleuses où la consommation joue un rôle moteur : les grèves contre la vie chère, pour l’augmentation du pouvoir d’achat ou celles conduisant à la relance de la production, mais aussi les manifestations ou encore les émeutes. Comment s’articulent les rôles de consommateur et travailleur dans ces mobilisations ? Comment évolue cette relation du XIXe au XXIe siècle ?

Le discours du mouvement ouvrier, partis et syndicats, sur la consommation est également une dimension à interroger. Au XIXesiècle, il est dominé par l’idée que le système capitaliste, en recherchant la production de davantage de biens à moindre coût, repose sur l’exploitation des travailleurs et pressure leurs salaires. La consommation de masse est alors condamnée, au motif qu’elle dégrade les conditions de travail des ouvriers ou alors parce qu’elle endort leurs aspirations révolutionnaires en les « embourgeoisant ». La revendication du « salaire pour vivre » ou du « pouvoir d’achat » émerge peu à peu, signe d’un tournant majeur dans la conception de la valeur du travail. Les revendications sur la rémunération se fondent alors de plus en plus sur la quantité de biens qu’il est possible d’acheter, et de moins en moins dans la mesure et la qualité du travail fourni.

On pourra également se demander s’il est possible – et heuristique – d’analyser les mobilisations de consommateurs avec les outils de l’histoire et de la sociologie du travail. Des travaux sur la « politisation de la consommation », en France (Trentmann, 2008 ; Hilton, 2003) ou en France (Chatriot, Chessel, Hilton, 2005) ont ouvert la voie à de telles interrogations. Ces études se sont penchées sur des formes de mobilisations de consommateur, mais qui concernent au premier chef le monde du travail, comme les coopératives de consommation (Furlough, 1991) ou encore les phénomènes de boycott et des listes blanches (Vincent, 2005). Le potentiel révolutionnaire ou insurrectionnel de ces mouvements (Stovall, 2012) est également une question qui rejoint celle de l’histoire du mouvement ouvrier. D’ailleurs ces mobilisations de consommateurs et de consommatrices peuvent tisser des liens originaux avec le monde ouvrier, comme dans le cas de la Ligue Sociale d’Acheteurs, où des femmes de la bourgeoisie luttent par la consommation, pour améliorer les conditions de travail des ouvrières (Chessel, 2012). Aujourd’hui, des associations d’usagers des transports ont vocation de donner la parole à celles et ceux qui sont obligé(e)s de faire un trajet quotidien pour se rendre à leur travail (cette double identité de travailleur/euse et consommateur/trice se résumant parfaitement en anglais dans le mot ‘commuter’).  Enfin, on pourra se demander si les luttes collectives de salariées font plus de place que celles des hommes aux questions de consommation.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication d’une page maximum sont à envoyer avant le 30 novembre à l’adresse suivante : travailetconsommation@gmail.com. Un retour sur les propositions sera effectué avant le 17 décembre.

 

Bibliographie:

Albert Anaïs, « Les midinettes parisiennes à la Belle Époque : bon goût ou mauvais genre ? », Histoire, économie & société, 3/2013 (32e année), p. 61-74.

Avril Christelle, Les aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La dispute, 2015.

Auslander Leora, Taste and Power: Furnishing Modern France, Berkeley, University of California Press, 1996.

Bernard, Lise, “Des ascensions sociales par un métier commercial. Le cas des agents immobiliers”, Politix, n°114, vol 2, 2016, p. 73-98.

Bouchet Thomas et al., Manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Arbre Bleu, 2016.

Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Editions de minuit, 1979.

Bruegel Martin, « Le Repas à l’usine : industrialisation, nutrition et alimentation populaire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51-53 (2004), p. 183-198.

Chatriot Alain, Marie-Emmanuelle Chessel et Matthew Hilton (dir.), Au nom du consommateur. Consommation et politique en Europe et aux Etats-Unis au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2005.

Chauveau,  Sophie « Regards sur la consommation de masse », Vingtième Siècle, 2006, 3, p. 3-7.

Chauvel Louis, « Du pain et des vacances : la consommation des catégories socioprofessionnelles s’homogénéise-t-elle (encore) ? », Revue Française de Sociologie, 1999, 40-1, p. 79-96.

Chessel Marie-Emmanuelle, Consommateurs engagés à la Belle époque : la Ligue sociale d’acheteurs, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2012.

Clarke, Jackie, « Work, Consumption and Subjectivity in Postwar France: Moulinex and the Meanings of Domestic Appliances 1950s–70s », Journal of Contemporary History, n°47/4 (2012), p. 838-859.

Delphy Christine, « Travail ménager ou travail domestique ? », in A. Michel (dir.), Les femmes dans la société marchande, Paris, PUF, 1978, p. 39-54.

Dujarier Marie-Anne, Le travail du consommateur,  De Mac Do à eBay : comment nous coproduisons ce que nous achetons, Paris, La Découverte, 2014.

Furlough Ellen, Consumer Cooperation in Modern France: The Politics of Consumption, Ithaca, Cornell University Press, 1991.

Furlough Ellen, « Tourisme, mouvement ouvrier et critique de la consommation en France (1945-1985) », in Alain Chatriot, Marie-Emmanuelle Chessel et Matthew Hilton (dir.), Au nom du consommateur, Paris, La Découverte, 2005, p. 391-404.

Gallot Fanny, « La revanche du soutien-gorge. Le corps des ouvrières de la lingerie (1968-2012) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], n°38 (2013), p. 61-78.

Glickman Lawrence, A Living Wage: American Workers and the Making of Consumer Society, Ithaca, Cornell University Press, 1997.

Hilton Matthew, Consumerism in Twentieth Century Britain: The Search for a Historical Movement, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

Hoggart Richard, The Uses of Literacy. Aspects of Working Class Life, London, Chatto & Windus, 1957.

INSEE, Cinquante ans de consommation, Paris, INSEE, 2009.

Menoux Thibaut, « La distinction au travail. Les concierges d’hôtel de luxe », in Quijoux Maxime (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, PUR, 2015, p. 247‑66.

Perrot Michelle, Les ouvriers en grève. France 1871-1890, Paris/La Haye, Mouton, 1974.

Schwartz, Olivier, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Presses Universitaires de France, 1990.

Siblot, Yasmine, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet et Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin, 2015.

Stovall Tyler, Paris and the Spirit of 1919 ; Consumer Struggles, Transnationalism, and Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 2012.

Tanner Jakob, Fabrikmahlzeit. Ernährungswissenschaft, Industriearbeit und Volksernährung in der Schweizt 1880-1950, Chronos Verlag, 1999.

Thompson Edward P., « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », Past and Present, n°50, 1971, p. 76-136.

Tiersten Lisa, Marianne in the Market: Envisioning Consumer Society in Fin-de-Siècle France, University of California Press, 2001.

Trentmann Frank, « Beyond Consumerism: New Historical Perspectives on Consumption », Journal of Contemporary History n° 39/3 2004, p.373-401

Trentmann Frank, Free Trade Nation. Commerce, Consumption and Civil Society in Modern Britain, Oxford, Oxford University Press, 2008.

Veblen Thorstein, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1970 [1899].

Verret, Michel, La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, 1996 [1988].

Vincent Julien, « L’économie morale du consommateur britannique en 1900 » in Alain Chatriot, Marie-EmmanuelleChessel et Matthew Hilton (dir.), Au nom du consommateur, Paris, La Découverte, 2005, p. 231-246.

Walton Whitney, France at the Crystal Palace: Bourgeois Taste and Artisan Manufacture in the Nineteenth Century, Berkeley, University of California Press, 1992.

 

Organisation :

Anaïs Albert (historienne, Centre d’histoire du XIXe, Université Paris 1) ; Amélie Beaumont (sociologue et politiste, CESSP/Cresppa-CSU, Université Paris 1); Jackie Clarke (historienne, School of Modern Languages and Cultures, University of Glasgow); Fanny Gallot (historienne, CRHEC, UPEC-ESPE)

Action financée par la Région Ile-de-France, le CRHEC et le Cresppa-CSU

Travail et consommation, 19e-21e siècles

Appel à communications
Travail et consommation, XIXe-XXe-XXIe siècle
Journées d’Etudes Internationales
27 et 28 Avril 2017

Université Paris Est Créteil

Introduction

La division du travail scientifique en sous-champs de recherche distincts conduit souvent à fractionner des objets autrement bien plus liés dans l’expérience des individus ou la vie des institutions. Le décloisonnement des sous-champs de recherche est alors un bon moyen de renouveler les discussions scientifiques de manière féconde. En croisant les travaux sur la consommation et ceux sur le travail, c’est un tel décloisonnement que nous souhaitons favoriser lors de ces journées d’études afin de faire dialoguer ces ensembles de travaux couramment disjoints. Continuer la lecture de Travail et consommation, 19e-21e siècles

Histoire de la coopération, 2017-2018

Appel à communications
Histoire de la coopération : expériences et pratiques
Trois journées d’études les 22 juin 2017, 19 octobre 2017 et 8 février 2018 – Centre Georges Chevrier, UMR 7366

Selon le Comité économique et social européen, l’Union européenne comptait en 2010 plus de 200 000 coopératives regroupant 4,7 millions de travailleurs. Avec les mutuelles et associations elles forment un tiers secteur bigarré unifié sous l’appellation d’« économie sociale et solidaire » censé se distinguer de l’économie capitaliste par sa quasi non-lucrativité et des principes de fonctionnement démocratiques. Promu par des acteurs très divers depuis la crise financière de 2008, le mouvement dit coopératif regroupe des sociétés privées dont le capital est détenu par ses propres salariés, ses clients ou ses consommateurs qui élisent les dirigeants. Né au XIXe siècle, parallèlement à l’industrialisation et à la promotion du libéralisme, le mouvement coopératif entendait Continuer la lecture de Histoire de la coopération, 2017-2018

History of Economics Summer School in Latin America

Call for proposals
Second History of Economics Summer School in Latin America (HESSLA)
Ouro Preto, Minas Gerais, Brazil
February 7-10, 2017

Supported by HES and INET

The second History of Economics Summer School in Latin America (HESSLA) will take place in Ouro Preto, Brazil, between February 7-10, 2017. Following a very successful first edition in Bogotá, the summer school will once again bring together junior and senior scholars engaged in advanced research on the history and methodology of economics for a week of warm and lively academic exchanges. The theme for this second edition will be ‘State and Capitalism in the History of Economics’, with lectures from prominent scholars covering a wide range of topics, from the early modern era to the postwar years. Invited speakers include Jimena Hurtado, Erik Reinert, Keith Tribe, and Michele Alacevich. Continuer la lecture de History of Economics Summer School in Latin America

Cfp : Contributions to the History of Health Economics

CALL FOR PAPERS

https://oeconomia.revues.org/2399

Contributions to the History of Health Economics

Editors of special issue: Philip Clarke (University of Melbourne) and Guido Erreygers (University of Antwerp)

_expression_ of interest: November 15th 2016.

Notification by the editors: December 15th 2016.

Deadline for submission: July 15th 2017.

Planned publication of the issue: 2018.

Nowadays, health economics is a thriving sub-discipline of economics. The field has its own specialised journals, conferences and academic programmes. The results of applied health economics research are used intensively both by the medical sector and by public policy makers.

The origins of health economics are usually traced to three seminal contributions. Selma Mushkin’s 1962 paper “Health as an investment” focused on the role of health in human capital formation. Kenneth Arrow’s 1963 paper “Uncertainty and the welfare economics of medical care” has shaped the way health economists think about the market for health care. And Michael Grossman’s 1972 paper “On the concept of health capital and the demand for health” laid the foundations of the influential health capital model.

But the history of health economics goes further than that. Economists, social researchers, epidemiologists and many others have analysed topics at the intersection of medicine and economics. How should health insurance be organised? How do we calculate the value of life in the context of cost-benefit analysis? What is the role of health organisations? Many of these issues have not received much attention by historians of economic thought.

The aim of this special issue of Œconomia is to gather contributions which present original insights into the history of health economics. No limitations are imposed with regard to period of time, issue or approach. Papers based on archival research or highlighting forgotten contributions will be greatly appreciated.

A non-exhaustive list of topics that could be explored includes:

  • Debates among 19th and early 20th century economists as to the factors contributing to infant mortality
  • Methods of valuation of life and health outcomes.
  • Economic approaches to outcomes and efficiency.
  • The economics of health organisations.
  • The influence of related disciplines, such as operations research, on health economics.
  • etc

Researchers are invited to express their interest by sending an email to oeconomia@openedition.org at the latest by November 15th 2016. They should indicate the main theme of their contribution by providing a provisional title and a 200-word abstract. Invitations for submitting contributions will be notified by December 15th 2016. The deadline for submission of the full paper is July 15th 2017.

 

Cfp : The Concept of Care from an Economic Philosophy Perspective

Call for papers

https://oeconomia.revues.org/2398

The Concept of Care from an Economic Philosophy Perspective

Editors of special issue: John Davis (Marquette University and University of Amsterdam) and Evelyn Forget (University of Manitoba)

_expression_ of interest: November 15th 2016.

Notification by the editors: December 15th 2016.

Deadline for submission: July 15th 2017.

Planned publication of the issue: 2018.

The concept of care has a limited place in economics. Yet it is a fundamental dimension of life and plays an important role in markets and the economy. Feminists have succeeded in demonstrating the important, though generally overlooked nature of care in many social relationships. On the margins of health economics and in the caring professions many regard care as a fundamental dimension of health. But is care even more pervasive and central to economic life? Part of the challenge in answering this question lies in the lack of an examination and investigation of the care concept in economic philosophy. Care needs to be explained in terms of behavior and social interaction. Care also needs to be analyzed in its normative dimensions, and thus in relation to normative thinking in economics.

Contributors to this special issue of Œconomia are invited to explore the fundamental nature of care in economics, and apply their insights to how care operates in and influences economic life. Papers are encouraged that:

  • address any of the social and economic domains in which care can be shown to play a central role.
  • examine the place of the concept of care in the history of economics.
  • review the important contributions of feminists and discuss the role of gender in regard to care.
  • discuss the place of care in the caring professions, including health and education.
  • examine the role of care in the nonprofit or third sector.
  • develop careful philosophical analyses of the concept of care.
  • show the interdisciplinary dimensions of care across the social sciences.
  • examine the complex association of caring labor with the market.

Researchers are invited to express their interest by sending an email to oeconomia@openedition.org at the latest by November 15th 2016. They should indicate the main theme of their contribution by providing a provisional title and a 200-word abstract. Invitations for submitting contributions will be notified by December 15th 2016. The deadline for submission of the full paper is July 15th 2017.

 

Appel à communications, SISSCO Research Seminar 2017-2018 “The Italian Middle Classes in the Twentieth Century”.

SISSCO Research Seminar 2017-2018

The Italian Middle Classes in the Twentieth Century.Politics, Representation, Business and Welfare in International Perspective

 CALL FOR PAPERS

Throughout the twentieth century the growth of the middle classes was a fundamental force in social stability. Yet the recent dismantlement of state regulatory systems coupled with the impacts of an economic crisis that began in 2008 have deepened inequalities and reduced the middle classes. The vision of the middle classes as a social group in distress, destined to disappear because of the polarization between wealth and poverty, has been revived. Still, many scholars have suggested that the middle class could yet be a fulcrum for the formulation of new policies that insure greater economic and social cohesion and inclusion, noting that the importance of social relationships, economic initiatives and cultural practices that originate in the middle classes, often undervalued, can be essential assets toward social and systemic integration.

The time has come for further reflection on the challenges of defining this diverse social group and deeper consideration of its changing roles and functions in historical perspective. Areas of particular interest include transformations in representations of the middle classes, measures that have been designed to protect the middle classes, and the capacity of the middle classes to respond to and overcome crises, in particular in business arenas. To that end, the organizing committee proposes a series of research conferences to survey the state of current knowledge and enlarge this area of historical research. The conferences will be held in Lecce, Florence, Bologna and Macerata (Italy) between Spring 2017 and Spring 2018.

They will provide occasions for seminars that promote reflection and academic exchanges regarding ongoing studies of the social, political, economic, organizational and ideological-cultural aspects of the Italian middle classes in the twentieth century.

Researchers are invited to submit proposals for seminar meetings. Proposed papers should address the following topics within the context of the Italian middle class in the twentieth century:

• welfare and welfare policy measures

• state structures, political parties, representations and associations

• business and social mobility

• lifestyles and consumption

• development of new professions (including relationships between middle classes and

financial groups and between middle classes and international organizations).

Areas of particular interest include early forms of protection for the middle classes promoted in Italy and Europe at the start of the twentieth century; guarantee of social rights established by Italian Republic Constitution (health, education, work et cetera); representation and affiliation with associations and organizations, including new political parties; development of new occupations; lifestyle change and the symbolic and identity practices of the Italian middle classes during the 1950s and 1960s (the “Economic Miracle”) and the crisis of the 1970s; support provided to the Berlusconi platform.

Given the need to understand the middle class more broadly within the general contexts of Europe and of globalization, the committee encourages contributions that provide international perspective. It also encourages proposals that offer comparative or interdisciplinary perspectives, including with regard to the definition of the middle classes in different contexts and periods.

Paper proposals (title and summary abstract not exceeding 500 words, in Italian or English or French) accompanied by a short biographic statement (maximum 200 words) should be emailed to seminariocetimedi@gmail.com.

The deadline for the submission of proposals is November 20,2016.

Decisions will be announced on December 20, 2016. Accepted proposals will be grouped into thematic sessions that will be held on specific dates. Presenters will be promptly informed of the date of their session. Presenters are required to provide a provisional text of their paper to the organizers two weeks in advance of their seminar date. Conference proceedings will be published in a monograph and/or special journal issue.

 The first workshop will take place in Lecce on March 28, 2017.

Coordinators : Elisabetta Caroppo and Anna Pina Paladini

 Organizing Committee

Francesco Bartolini (University of Macerata), Davide Baviello (University of Firenze), Alessandra Cantagalli (University of Bologna), Elisabetta Caroppo (University of Salento), Anna Pina Paladini(University of Salento), Anna Pellegrino (University of Bologna)

 Scientific Committee

Arnaldo Bagnasco, Edoardo Bressan, Carlo Carboni, Anna Lucia Denitto, Monica Galfré, Vitantonio Gioia, Serge Jaumain, Heinz Gerhard Haupt, Maria Malatesta, Manuela Martini, Dora Marucco, Lilian Hilarie Pérez, Michele Romano, Maria Salvati, Giulio Sapelli, Marco Soresina

 Partner

Laboratoire ICT di Paris Diderot 7

 Contact details

elisabetta.caroppo@unisalento.it; annapina.paladini@unisalento.it

 

 

Appel à contribution GHI Londres: Moralising Commerce in a Globalising World – Multidisciplinary approaches to a history of economic conscience, 1600-1900

Moralising Commerce in a Globalising World – Multidisciplinary approaches to a history of economic conscience, 1600-1900
Venue: German Historical Institute London
 
Date: 22-24 June 2017
Deadline: 15 November 2016
In the twenty-first century, the principles and practices of ethical investment and fair trade, the politics of boycott as well as corporate ‘greenwashing’ are well established in the repertoire of corporate and individual action and public debate. The history of transatlantic slavery and its opponents in the eighteenth century, and of the opposition against colonial exploitation in the nineteenth century, remind us that this repertoire has a history; neither moral indifference nor ethical engagement is ‘natural’ or self-evident. When and how do (and did) people with a measurable material interest, but who are not already embedded in long-standing maritime-mercantile networks, come to see themselves as participants in global businesses? How and when does (and did) awareness of one’s material stake in an aspect of global trade prompt awareness of ethical implication and/or moral-political engagement? How and when have those who benefited from business enterprises with human or environmental costs indirectly, at second hand, or as subaltern agents come to reflect on the nature of the business?
This conference aims to provide a focus for discussion of how we might historicise economic conscience, investigating the means and processes by which individuals and collective actors have learned to see their own economic choices as contributing to a global system and to reflect on the impacts of their choices on other people and places, both near and far. Accordingly, our interest is less in critical characterisations of global systems – colonialism, imperialism, capitalism for example – or the social movements that inscribed those critiques on their banners than in the structures of sentiment and knowledge that made possible new articulations between understandings of moral obligation, locality, the spaces of humanity and the ‘economic’. Based on that, we furthermore ask about respective individual expressions and collective actions like criticism of greed for profits from global commerce, voluntary self-restrictions, consumer boycotts and responding corporate strategies.
We invite contributions that explore the evidence of individual mentalities, collective argument as well as public discourse, and also papers reflecting on the social and cultural preconditions for change, including the ways in which information regimes of various kinds were implicated in the transmission of ethically meaningful knowledge. Contributions from all relevant disciplines are welcome, including historical, economic, literary, cultural and visual studies. Possible topics and contexts might include:
  • Absentee slaveholding, antislavery, ethics of consumption, and the politics of boycott
  • The company as political or economic actor / the shareholder as citizen or profiteer (e.g. in critiques of the East India Company and beyond)
  • Corporate governance and the morality of the enterprise; ethical semiotics: trademarks and branding
  • Reflections on exploitative modalities of global trade and its social and environmental costs
  • Contested commodities and negative depictions of commercial actors (e.g. the gun-runner)
  • Articulations of global humanity in relation to commercial exchange
The conference will be held at the German Historical Institute, London. We anticipate being able to reimburse standard travel expenses and the cost of accommodation for the duration of the conference.
Papers from scholars at any stage of their career drawing on reflecting developments in any world area and any period between roughly 1600 and 1900 are invited. Abstracts of about 300 words and a short CV should be sent both to Felix Brahm and Eve Rosenhaft (brahm@ghil.ac.uk, dan85@liverpool.ac.uk ) by 15 November 2016.
Dr. Jürgen Finger
DAAD P.R.I.M.E.-Fellow

Institut historique allemand

8 rue du Parc Royal
75003 Paris

Appel à communications pour « Économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains

Appel à communications pour les XXXVIIèmes journées de l’AES :
« Économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains »

organisées à St-Denis les 7 et 8 septembre 2017, par le Laboratoire d’économie dionysien, Université Paris 8.

Cet appel à communications est ouvert à différentes disciplines (économie, sociologie, science politique, histoire, sciences de gestion…) et à leur croisement (approche interdisciplinaire).

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 21 novembre 2016.

Ces propositions sont à adresser à : aes2017@univ-paris8.fr

Vous retrouverez l’appel à communications ainsi que toutes les informations du colloque sur le site dédié :http://aes2017.sciencesconf.org

Colloque “Art du puissant, objet multiple: médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la première guerre mondiale

” Au XVe siècle, la médaille renaît dans les cours italiennes et revêt une valeur commémorative qui s’étend aux autres souverainetés européennes. Les médailles, les jetons et autres objets monétiformes sans valeur fiduciaire se répandent alors pour connaître de véritables moments d’apogée durant les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles : les plus célèbres manifestations de cette production étant, par exemple, l’édition d’histoires métalliques de Louis XIV à Napoléon, en passant par le Tsar de Russie. Malgré les fluctuations du goût qui lui font successivement connaître des périodes de renom puis de défaveur, la médaille ne perdit jamais de sa force d’usage et fut tout autant employée par les régimes républicains pour véhiculer leurs idéaux. Ces objets, produits d’un art officiel, allient l’image au texte pour transmettre un message tout en s’appuyant aussi sur une hiérarchie de valeurs intrinsèques ordonnées par les métaux employés, allant de l’or aux alliages
les plus modestes. Reproductibles, portatifs, ils offrent la possibilité d’une large diffusion et leurs biographies présentent de ce fait certaines spécificités. Une première réflexion porte sur le rôle du graveur, dont la fonction oscille entre celle d’artisan, d’artiste ou d’agent du pouvoir. Cet artiste, nommé par une instance officielle, peut aussi connaître une forme de pratique paradoxale, entre les contraintes imposées par les conventions du support, le cahier des charges de la commande et la liberté de création. Dès lors que ce dernier s’inscrit dans la logique de détention d’une charge ou d’une commande, il répond alors à une réalité propre au cadre de production où il s’inscrit, en lien avec l’entité émettrice ou le commanditaire de référence.
 Les propositions de communication sous la forme d’un résumé (400 mots), accompagnées d’un titre et d’une brève mention
biographique seront à envoyer avant le 6 novembre 2016 à l’adresse suivante :
colloquemedailles2017@gmail.com.

Continuer la lecture de Colloque “Art du puissant, objet multiple: médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la première guerre mondiale

Journal of Historical Research in Marketing – special issue

The guest editors wish to bring to your attention a forthcoming special issue  in the Journal of Historical Research in Marketing, on the origins of  marketing thought and practices in the United Kingdom, which will be  published at the end of 2017. The emergence of marketing in the United Kingdom has received limited
attention by historians. Reflecting a desire to flesh out this neglected  history, this special issue of JHRM seeks historically oriented contributions that examine early marketing practices in the UK (please see the special  issue webpage for an indicative list of potential topics). Put otherwise, do consider submitting your work! This is a great opportunity to disseminate your research and ideas to like-minded scholars all working in a similar area. For further information, see:
http://www.emeraldgrouppublishing.com/products/journals/call_for_papers.htm?id=6722

The deadline for paper submissions is May 15, 2017. And, please don’t  hesitate to contact the guest editors if you have any questions about the SI or if we can help in any way:

Andrew Pressey, University of Birmingham,
A.Pressey@bham.ac.uk<mailto: A.Pressey@bham.ac.uk>
Mark Tadajewski, Durham University,
mark.tadajewski@durham.ac.uk<mailto: mark.tadajewski@durham.ac.uk>
Brian Jones, Quinnipiac University,
bjones1@quinnipiac.edu<mailto: bjones1@quinnipiac.edu>

Best wishes,
Andrew, Mark and Brian.

AAC : Loi d’orientation foncière dans l’histoire de l’aménagement rural et urbain

La loi d’orientation foncière 
dans l’histoire de l’aménagement rural et urbain
Colloque international pluridisciplinaire. 8-9 novembre 2017
Appel à communication
Promulguée le 30 décembre 1967 et publiée au Journal officiel du 3 janvier 1968, la Loi d’orientation foncière (LOF) est demeurée le texte de référence en matière d’aménagement et d’urbanisme[i]jusqu’à la loi Gayssot du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU). Par sa longévité, comme par l’ampleur du champ d’application couvert par ses 85 articles, la LOF incarne les ambitions d’un urbanisme “à la française”, intrinsèquement lié à l’histoire du champ de l’aménagement tant rural qu’urbain. Ce socle juridique, dont les décrets d’application s’étalèrent jusqu’au début des années 1970, résista aux changements de paradigme des politiques d’aménagement de la fin des Trente Glorieuses (émergence des politiques de l’environnement et du cadre de vie, développement du péri-urbain, arrêt des grands ensembles), à la remise en cause des politiques d’aménagement du territoire (politiques des villes moyennes versus grands aménagements touristiques ou métropoles d’équilibre) et aux lois de décentralisation des années 1980-1990. Il résista aussi aux crises industrielles (reconversion des sols) et économiques (chocs pétroliers, dévaluations du franc,…) aux alternances politiques, libérale de 1974 et socialiste de 1981, et permit ainsi à des pratiques et à une certaine culture de l’aménagement[ii] , avec une forte implication du ministère de l’Equipement, de se maintenir jusqu’à la fin des années 1990. Pour le dire autrement, la LOF suggère une lecture de l’histoire de l’Aménagement dans le dernier tiers du XXe siècle en termes de continuité et d’adaptation continuelle de la technocratie[iii] – celle de l’État puis celles des collectivités locales – aux contextes et non en termes de ruptures comme peuvent le suggérer d’autres grilles de lecture (environnement, décentralisation).

Appel à communications – Le patrimoine industriel entre action et réflexion – date limite 5 septembre

Cher.e.s collègues,

ce courriel pour vous rappeler que la date limite d’envoi des propositions est fixée au 5 septembre

.


Le patrimoine industriel entre action et réflexion

Journées d’étude en hommage à Louis Bergeron

2 et 3 décembre 2016

Appel à communications

 

En octobre 2014 disparaissait Louis Bergeron, directeur d’études à l’EHESS, président d’honneur du CILAC et de TICCIH – The International Committee for the Conservation of the Industrial Heritage – dont le rôle dans le champ du patrimoine industriel en France comme à l’étranger fut très important.

Homme de réflexion devenu acteur de terrain, il a accompagné et influencé nombre de structures – associatives, muséales, culturelles – et d’hommes et de femmes issus de milieux très divers, tous passionnés par le patrimoine matériel et immatériel de l’industrie.

Après l’hommage qu’il lui a rendu lors du XVIe congrès de TICCIH, le CILAC souhaite organiser deux journées d’étude les 2 et 3 décembre 2016, lors de son prix Jeune chercheur, afin de revenir sur le chemin parcouru depuis la fin des années 1970, et de saisir les multiples façons, directes et indirectes, par lesquelles s’est exercée l’influence de Louis Bergeron. Elles se dérouleront à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, 4 place Saint-Germain-des-Prés, 75006 Paris.

Plusieurs pistes sont proposées sans être exhaustives :

–  Les associations : l’action de L. Bergeron au sein du CILAC comme de TICCIH s’est exercée à différentes échelles et périodes, auprès d’institutions et sur des modes qu’il s’agira de retracer (conseil, mise en réseau, structuration, définition des objectifs, etc.)

–  Une communauté de chercheurs : directeur d’études à l’EHESS, L. Bergeron a non seulement formé des étudiants devenus chercheurs à leur tour,  mais aussi intéressé à son domaine ses collègues. De quelles transmissions générationnelles s’agit-il ?

–  Des lieux, des hommes et des femmes : musée, écomusée, centre d’interprétation, paysage culturel, autant d’espaces où s’est illustrée la présence de L. Bergeron qui fut président de l’Écomusée du Creusot.

–  Ses écrits. En plus de la revue Industrial Patrimony, ses ouvrages ont été importants, notamment dans l’espace francophone, pour des raisons différentes, comme :

  • Le patrimoine industriel, un nouveau territoire,Paris, Éditions Liris, 1996 (avec G. Dorel-Ferré) avec une première réflexion épistémologique sur ce nouveau champ
  • Le patrimoine industriel aux États-Unis, Paris, Hoëbeke, 2000(avec M.-T. Maiullari-Pontois) pour faire découvrir à la communauté francophone les réalisations américaines dans ce domaine.

De nombreux articles ont également été largement lus et diffusés, tels que ses notices dans l’Encyclopædia Universalis. Il s’agira ici de comprendre l’influence et les apports de cette littérature sur laquelle il est toujours possible de prendre appui et de voir dans quelle direction s’oriente aujourd’hui la réflexion dans ce champ.

–    L’approche comparée et le développement de réseaux internationaux dans le champ du patrimoine industriel.

Cette manifestation sera l’occasion de rappeler l’apport intellectuel et l’action sur le terrain de Louis Bergeron dans le patrimoine industriel, mais surtout de poser ces questionnements pour aujourd’hui et demain en donnant la parole aux associations, aux chercheurs et aux étudiants qui, aujourd’hui, s’inspirent de ses travaux.

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 5 septembre. Le résumé d’une vingtaine de lignes, accompagné d’une présentation de l’auteur, est à envoyer à cilac@cilac.com. Réponse prévue pour le 1eroctobre.

Les journées d’étude se tiendront à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, 4 place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris.

La prise en charge des déplacements sera possible dans la limite du budget disponible.

Comité scientifique :

– Louis André, Maître de Conférences, Univ. Rennes 2

– Claudine Cartier, Conservateur général honoraire du patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication

– Gracia Dorel-Ferré, IPR, Univ. de Savoie

– Marina Gasnier, Maître de conférences, HDR, Univ. Technologique Belfort-Montbéliard

– Florence Hachez-Leroy, Maître de conférences, HDR, CRH/EHESS – Comue Lille Nord de France

– Ivan Kharaba, Académie François Bourdon

– Massimo Preite, Professeur des universités, Univ. de Florence

– Denis Woronoff, Professeur des universités émérite, Univ. Panthéon Sorbonne

Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel

BP 20115 – F-75261 PARIS Cedex 06 – France – cilac@cilac.com

Florence Hachez-Leroy

Présidente du CILAC
Maître de conférences, HDR

ComUE Lille Nord de France, U. Artois

Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS)

190-198, avenue de France

F-75244 Paris cedex 13
http://grheco.ehess.fr/hachez-leroy-florence/
http://grhen.ehess.fr/index.php?313