Archives de catégorie : Appels

Appel à communications colloque communisme Rennes mai- juin 2017

Cher-es collègues,

Veuillez trouver ci-après un appel à contribution pour le colloque interdisciplinaire « Communismes, Théories et Pratiques » qui se déroulera à l’Université de Rennes I les 30, 31 mai et 1er juin prochain.

CONTACT:

Bien cordialement,

Continuer la lecture de Appel à communications colloque communisme Rennes mai- juin 2017

Doctoriales de l’histoire de l’énergie

Cher(e)s collègues

Le Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie organise la troisième édition de ses Doctoriales de l’histoire de l’énergie à destination de jeunes chercheurs affiliés à des institutions de recherche en Europe et dans le monde. Le thème retenu pour cette édition est Énergie et patrimoineVous trouverez ci-dessous l’appel complet.

Cordialement,

Renan Viguié

Secrétaire scientifique du Comité d’histoire de l’énergie

Continuer la lecture de Doctoriales de l’histoire de l’énergie

Appel à communications : Rethinking the form, governance & legal constitution of corporations

Call for papers for track T01_06
Rethinking the form, governance & legal constitution of corporations theoretical issues & social stakes

SIG 01: Business for Society (B4S) & SIG 02: Corporate Governance (CoGo) (co-sponsorship)
Convenors: Blanche Segrestin, Kenneth Starkey, Jeroen Veldman

CHORD Workshop and Call for Papers: LUXURY AND EXOTICISM: TEXTILES AND DRESS IN MUSEUMS AND HISTORIC HOUSES

CHORD Workshop and Call for Papers:
LUXURY AND EXOTICISM: TEXTILES AND DRESS IN MUSEUMS AND HISTORIC HOUSES

Thursday 8 June 2017

University of Wolverhampton

CHORD invites submissions for a workshop that explores luxurious and ‘exotic’ textiles and dress in the collections of museums and historic houses.

Papers focusing on any historical period or geographical area are welcome. We define luxury and exoticism broadly, including luxury items with no exotic connotations, and everyday or mass-produced ‘exotic’ items. Both textiles and clothing, decorative and ‘useful’ items are of interest. Museum professionals, conservators, students, academic scholars or anybody with an interest in the topic are warmly invited to submit a proposal. We welcome both experienced and new speakers, including speakers without an institutional affiliation.

Potential speakers are welcome to discuss their ideas with the organiser before submission (please see details below). Some of the themes that might be considered include (but are not limited to):

§ The care, display and interpretation of precious, rare or exotic textiles and dress

§ Chinoiserie, empire and imported luxuries

§ The changing nature and perceptions of luxury and exoticism

§ Fancy dress and masques

§ The conservation, repair and care of luxury dress and textiles.

§ Ethnographical items and collections

§ Haute couture and designer fashions.

§ Collections and collectors, historical and contemporary

To submit a proposal, please send title and abstract of c.300 to 400 words to Laura Ugolini, at l.ugolini@wlv.ac.uk by 10 March 2017.

Individual papers are usually 20 minutes in length, followed by 10 minutes for questions and discussion. We also welcome shorter, 10 minute presentations, also followed by ten minutes of discussion, which might focus on a specific collection, object, new project or work in progress.

If you are unsure whether to submit a proposal or would like to discuss your ideas, please e-mail Laura Ugolini at l.ugolini@wlv.ac.uk

Small bursaries will be available for speakers to subsidise the cost of travel (within the UK) and the workshop fee.

The workshop will be held on Wolverhampton City Campus, University of Wolverhampton, a short walk from Wolverhampton’s bus and train stations.

News about CHORD events, as well as blogs based on past conference papers, can also be found here:
http://retailhistory.wordpress.com/about/

For further information, please see http://home.wlv.ac.uk/~in6086/textiles2017.htm
or e-mail Laura Ugolini at: l.ugolini@wlv.ac.uk

Call for papers: 8th World Congress of Cliometrics

Call for papers: 8th World Congress of Cliometrics
We invite you to submit a paper to the 8th World Congress of Cliometrics that will take place in Strasbourg, France, July 4-7, 2017: http://www.cliometrie.org/en/conferences/world-congress-of-cliometrics
The World Congress is designed to provide extensive discussion of new and innovative research in economic history, with an expected 90-100 papers to be selected for presentation and discussion.
Those wishing to present a paper should provide an abstract and a 3-5 page summary of the proposed paper. Submissions will be accepted only in electronic form: http://www.cliometrie.org/en/paper-submission. At least one author of an accepted paper must be a member of the Cliometric Society. You may join the Cliometric Society at: http://cliometrics.org/membership.htm
We particularly encourage paper proposals from graduate students. A grant from the National Science Foundation provides competitive support for travel and accommodations for students on the program.
A 45 minute session is devoted to each paper, in which authors have 5 minutes to make an opening statement and the rest of the session (40 minutes) is dedicated to discussion among all conference participants in the spirit of the annual cliometric conferences.
All sessions will be held at the Strasbourg Convention Centre.
Calendar:
– Proposals due: January 29, 2017
– Authors notified of acceptance of paper: March 1, 2017
– Due date for accepted papers: April 21, 2017
– World Clio Meeting in Strasbourg: July 4-7, 2017
Questions? Please contact clio2017@hawaii.edu and/or cdiebolt@unistra.fr

Appel à communication au colloque : Frontières, territoires de santé et réseaux de soins, Arras, 1er et 2 juin 2017

 

if

institut des frontières et discontinuités

Colloque international
Frontières, territoires de santé et réseaux de soins
1er et 2 juin 2017
Arras – Campus Universitaire

Dates clés à retenir

Les propositions de session sont à envoyer au plus tard le lundi 16 janvier 2017
Les propositions de communication sont à envoyer au plus tard le mardi 28 février 2017 La réponse par le Comité Scientifique sera envoyée le vendredi 31 mars 2017
Les inscriptions au colloque prendront fin le mardi 2 mai 2017

Contact pour les sessions et communications : francois.moulle@univ-artois.fr Contact pour les inscriptions : sophie.declerck@univ-artois.fr
Informations au fil de l’eau à propos du colloque sur : http://ifd.hypotheses.org

Appel à communication

En 2007, l’Université d’Artois organisait un colloque intitulé Frontières et santé – Genèses et maillages des réseaux transfrontaliers (Moullé, Duhamel, 2010). Cette manifestation qui croisait deux champs qui étaient rarement associés avait dressé un tableau de la situation en Europe et dans quelques régions du monde. A l’extérieur de l’Europe, les questions majeures étaient celles de la diffusion des pandémies, des difficultés d’accès aux soins en cas d’asymétrie dans la couverture médicale de part et d’autre de la frontière, de l’essor d’un tourisme de santé accéléré par le développement du transport aérien. Au sein de l’Union Européenne, les communications présentées ont permis de discuter des questions de compatibilité entre les systèmes nationaux de santé, entre l’offre de santé et les demandes des citoyens, et d’étudier l’impact de la libre circulation et de l’ouverture des frontières sur les services et les équipements médicaux et sociaux, à la fois à l’échelle européenne et dans des cadres transfrontaliers.

Dix ans plus tard, une nouvelle rencontre scientifique est envisagée. En effet, le sujet, auparavant marginal, se trouve à présent au cœur de l’actualité : il préoccupe les organisations et les acteurs du secteur de la santé tout autant que les opérateurs du transfrontalier et les institutions européennes. La production scientifique est, pour l’instant, relativement hétérogène.

L’accès aux soins est de plus en plus étudié selon une approche territorialisée ou réticulaire mais encore assez peu dans une perspective transfrontalière. La question de l’organisation des acteurs, de leur ancrage territorial et de l’impact de la frontière sur les processus décisionnels et les actions en matière de santé n’est pas assez prise en compte.

Aborder la question de la santé par le prisme de la frontière permet de mieux comprendre les logiques d’opportunité (Sohn, 2012) et les freins à la construction de coopérations. Depuis 1998, l’Union européenne permet aux patients de consulter un professionnel de la santé dans tout Etat-membre, et d’être pris en charge par leur système national de santé. Mais cette disposition ne s’applique pas aux hospitalisations où une autorisation préalable reste nécessaire. La liberté de choix dont bénéficient les travailleurs frontaliers pour les équipements ne concerne cependant pas les autres citoyens vivant dans les zones frontalières. L’accès aux soins n’est pas encore une réalité quotidienne dans les espaces transfrontaliers en dépit de la liberté de circulation, à l’exception des domaines de secours d’urgence où, depuis 2007, le principe de l’efficacité de l’intervention a été instauré afin de sauver le plus rapidement possible des vies. A côté de ces difficultés, de nombreuses innovations ont été réalisées en matière de connexion et de complémentarité de réseaux de soins : création de Zones Organisées d’Accès aux Soins Transfrontaliers (ZOAST) ou construction de l’hôpital transfrontalier de Cerdagne, entre France et Espagne, inauguré en 2014.

Les interrogations portent certes sur l’Europe occidentale mais également sur des expériences menées sur les dyades dans l’ensemble de l’Europe, notamment dans les parties orientales, ainsi qu’ailleurs dans le monde. Les questions de l’organisation réticulaire ou spatiale des opérateurs de santé, de l’ancrage territorial – infranational ou transfrontalier – des services et des opérations médico-sociales méritent tout particulièrement l’attention. De fait la comparaison avec d’autres exemples à l’échelle mondiale pourra enrichir la réflexion générale.

La manifestation est envisagée dans un cadre multiscalaire (local, régional, transfrontalier) et pluridisciplinaire : les approches géographiques, sociologiques, historiques, économiques, médicales, anthropologiques, et de sciences politiques sont les bienvenues.

Plusieurs pistes sont ainsi proposées :

  • Quels types de projets socio-sanitaires sont instaurés et quels en sont les effets

    spatiaux ?

  • Quelles formes de gouvernance territoriale ou transfrontalière sont mises en place en

    matière de santé? Quelles régulations, quels partenariats ont émergé ?

  • L’accès aux soins en Europe fait-elle partie de la vie quotidienne transfrontalière en 2017 ? En dépit des logiques d’intégration, de nouveaux freins n’apparaissent-ils pas ? Autrement dit, La question de la santé participe-t-elle au savoir vivre ensemble

    territorial, au savoir vivre ensemble transfrontalier ?

  • Comment les systèmes de sécurité sociale coopèrent-ils entre pays, entre régions ?

  • Comment les différents temps de la vie sont-ils pris en compte dans les projets de

    coopérations territoriales voire transfrontalières ?

  • Les acteurs de santé localisés dans les espaces frontaliers développent-ils des

    stratégies spécifiques par rapport aux territoires nationaux voisins ?

Comité Scientifique

  • Dr. Sophie Baudet-Michel, Université Paris-Diderot, UMR Géographie-Cités,

  • Dr. Audrey Bochaton, Université Paris-Ouest-La Défense, France

  • Pr. Martine Camiade, Université de Perpignan Via Domitia, France

  • Pr. Cécile Carra, Université d’Artois, France

  • Olivier Denert, Mission Opérationnelle Transfrontalière, France

  • Dr. Sabine Duhamel, Université du Littoral Côte d’Opale, France

  • Dr. Frédéric Durand, LISER, Luxembourg (BR en cours)

  • Pr. Antoni Dura i Guimera, Universitat Autònoma de Barcelona, Espagne

  • Pr. Fabienne Leloup, Université Catholique de Louvain, Belgique

  • Henri Lewalle, Observatoire Franco-Belge de la Santé

  • Dr. François Moullé, Université d’Artois

  • Pr. Bernard Reitel, Université d’Artois,

  • Pr. Béatrice Touchelay, Université de Lille, France

  • Dr. Alain Vaguet, Université de Rouen, France

  • Pr. Martin Van der Velde, University of Nijmegen, Pays-Bas

    Comité d’Organisation

  • Dr. Sylvie Considère, Espe Lille Nord de France

  • Dr. Sabine Duhamel, Université du Littoral, Côté d’Opale

  • Yannick Yeptiep Siohdjie, Université Catholique de Louvain

  • Dr. Nicolas Lebrun, Université d’Artois

  • Pr. Fabienne Leloup, Université Catholique de Louvain

  • Dr. François Moullé, Université d’Artois

  • Dr. Pierre Tilly, Université Catholique de Louvain 

AAC – Le « petit » dans le monde vitivinicole, Pau, sept. 2017

 

Colloque international

Le « petit » dans le monde vitivinicole

Université de Pau et des pays de l’Adour

28 et 29 septembre 2017

Laboratoire ITEM

 

 

Depuis une dizaine d’années environ, la « culture du vin » est devenue une mode dont se sont emparés médias, éditeurs, bloggeurs, chaines de la grande distribution et grand public. Il est ainsi devenu fréquent de voir tel ou tel grand magazine consacrer numéros spéciaux et cahiers de tendances aux vins, aux conseils d’achats, aux techniques de conservation, aux manières de déguster. Tout aussi régulièrement, les grandes surfaces proposent leur foire aux vins, tout en valorisant, autant que faire se peut, les productions locales tout au long de l’année. Et si les guides se multiplient dans le sillage des publications de Robert Parker au tournant des années 1990, Internet et smartphones ont également permis l’éclosion de quantité de nouveaux supports allant du blog critique d’œnophilie à l’application censée permettre d’allier tel vin avec tel met.

Cet afflux d’informations et de prescriptions tend à enserrer le marché des vins dans des logiques d’injonctions qui recoupent des dynamiques multiples : importance de la notoriété ; rationalisation du goût ; priorité à l’innovation et l’originalité ; souci de la communication ; rapport à la nature et l’environnement ; etc. Surtout, ce regain d’intérêt pour la chose vitivinicole a pour conséquence – entre autres – l’affirmation et la sédimentation d’une hiérarchie pourtant fondée autour de valeurs hautement subjectives telles que le goût, le plaisir ou l’assemblage des mets.

En réalité, il ne s’agit pas là d’une nouveauté. Nombre d’historiens ont montré l’importance de facteurs exogènes dans la création d’une notabilité des crus et, dans la continuité de processus entamés dès l’antiquité puis ayant connu une phase d’institutionnalisation par le biais des premiers classements au XIXe siècle, la hiérarchisation apparaît très clairement comme un élément identitaire constitutif des marchés vitivinicoles. Dans une filière en perpétuelle évolution et sans cesse reconfigurée, il existe donc des territoires plus productifs que d’autres, des marchands objectivement plus actifs que d’autres, des vins réputés meilleurs que d’autres. La dimension comparatiste se révèle dès lors un facteur prédominant à la fois dans les pratiques des acteurs, les consignes des prescripteurs, les représentations des consommateurs ou les études des chercheurs.

Or, si les « grands vins » ou les « grands crus » sont régulièrement mis à l’honneur (par leurs promoteurs, leurs distributeurs ou leurs consommateurs, mais aussi par les chercheurs), rares sont les études qui portent sur des notions aussi simples, bien qu’abondamment employées, de « grand » et de « petit ». Par ailleurs, encore plus rares sont les études qui portent sur le « petit » et sa place dans l’histoire, la filière, les territoires ou les marchés vitivinicoles.

 

Dans la continuité des travaux de recherche menés par le programme « La vigne et le vin dans le Midi aquitain à la lumière d’autres terroirs : histoire, cultures et patrimoines de petits vignobles » porté par le laboratoire ITEM à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce colloque propose d’interroger la notion de « petit » dans le monde vitivinicole. Dans une logique multiperspectiviste, il visera à interroger la question des classifications et des représentations dans la filière, tout en proposant une approche à la fois plus nuancée et plus diverse sur un sujet encore peu exploré. En croisant les regards et les réflexions de chercheurs en sciences sociales ou en sciences fondamentales et appliquées sur ce thème, la réflexion d’ensemble pourra s’organiser autour de quatre grandes thématiques dont la présentation ci-dessous décline quelques pistes de réflexion (non-exhaustives) :

 

  1. La notion de « petit » dans le jeu des échelles temporelles et spatiales. Il s’agira de se demander ce qu’est « être petit » dans la filière. Les communications pourront réfléchir à la question des permanences et mutations que rencontrent les « petits » dans un temps plus ou moins long. Logiquement, ces questionnements renverront au rapport au(x) « grand(s) » et la manière dont le « petit » s’insère dans des logiques, des territoires et des pratiques dominés par le « grand ». Dès lors, le petit, souvent oublié ou méprisé, pourra apparaître comme une nouvelle perspective d’appréhension, de compréhension, de redécouverte du « grand ». Dans ce cadre, la question de l’identité – et de sa construction – est fondamentale ; celle-ci pouvant être en marge, en opposition ou en complémentarité.

 

  1. Être un petit acteur. Ici le questionnement portera sur les spécificités d’acteurs considérés (ou qui se considèrent) comme « petits » dans le monde vitivinicole. Il s’agira de s’interroger, entre autres, sur leur rôle dans la filière, leur rayonnement, leur interaction, leur originalité, leur passé ou leur devenir. Par « acteurs », nous entendons ici toute une multitude d’agents (producteurs, ouvriers, intermédiaires, commerçants/débitants, représentants, offices de tourisme, etc.) qui interagissent dans la filière pour produire, distribuer, valoriser, commenter les marchandises et les territoires vitivinicoles en France et dans le monde. Une attention particulière pourra être portée sur certaines des dynamiques actuelles et leur inscription dans le temps (féminisation ; vins bios et natures ; cours d’œnologie ; etc.).
  2. Être petit sur le marché. Plus spécifiquement, l’interrogation s’articulera autour de la place des petits sur le marché vitivinicole, ainsi que des manières dont ils sont perçus. En effet, depuis les marchés de niche jusqu’aux marchés de vins de consommation courante, la place des petits, tout en étant multiforme, est prépondérante. Elle engage des identités aux contours particulièrement variés et entre en résonance avec des formes de concurrences diverses, depuis les petits États producteurs jusqu’aux petites aires de production, en passant par les petits producteurs indépendants ou les petits cavistes. Par extension et dans cette optique, une réflexion pourra être menée sur la consommation familiale, son évolution au fil du temps et ses mutations (depuis la petite parcelle d’autoconsommation aux caves privées).

 

  1. Le petit et l’immatériel. Un dernier type d’intérêt pourrait porter sur ce qui se passe du côté du sensible, du difficilement perceptible et des pratiques dans le monde vitivinicole. Bien évidemment, cela amènerait à interroger la dimension « micro » voire moléculaire, tant à l’échelle du territoire que du produit lui-même, mais également au niveau du consommateur. Cela renverrait par exemple à l’utilisation (ou non) de la chimie et de ses effets, voire à des problématiques liant neurosciences et comportements de consommation. En toute logique, cela viserait également à interroger une notion en vogue depuis quelques décennies, le small is beautiful, valorisant de nouvelles tendances (circuits courts ; éthique de production et de consommation ; rapport au capital nature ; économie à taille humaine ; etc.).

 

Cet appel à communications est ouvert à tout chercheur, français ou étranger, dont les axes de recherche pourraient croiser le thème général ou les thématiques particulières. Résolument interdisciplinaire, ce colloque qui donnera lieu à publication, concerne historiens, historiens de l’art, géographes, sociologues, anthropologues, économistes, juristes, scientifiques, etc., ainsi que l’ensemble des périodes et des territoires. Les propositions des jeunes chercheurs (master, doctorat, post-doc) ainsi que celles de professionnels de la filière, tout comme les approches comparatistes, seront, dans la continuité des journées d’étude menées à Pau depuis quatre ans, particulièrement les bienvenues.

Les propositions de communications – en français ou en anglais – sont à renvoyer avant le 15 février 2017 à stephane.lebras [arobase] yahoo.fr. Elles devront comprendre un titre, un résumé (1.500 signes max.) et une courte biographie. Une réponse sera donnée dans le courant du mois de mai.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

 

Comité scientifique : Isabelle Bianquis (U. Tours) ; Jean-Pierre Garcia (U. Bourgogne) ; Léonard Laborie (CNRS) ; Sandrine Lavaud (U. Bordeaux) ; Andrew Smith (U. London) ; Olivier Jacquet (U. Bourgogne); Éric Rouvellac (U. Limoges) ; Rémy Pech (U. Toulouse) ; Sophie Lignon-Darmaillac (U. Paris-Sorbonne) ; Francis Brumont (U. Toulouse) ; Jordi Planas (U. Barcelona) ; Guilhem Ferrand (U. Pau) ; Corinne Marache (U. Bordeaux) ; Benoît Musset (U. Le Mans) ; Raphaël Schirmer (U. Bordeaux) ; Paolo Tedeschi (U. Milan) ; Danielle Cornot (U. Toulouse) ; Samuel Leturcq (U. Tours).

 

Comité d’organisation : Stéphane Le Bras et Laurent Jalabert

 

CHORD workshop cfp – ‘Retailing, Distribution and Reputation: Historical Perspectives’

 

CHORD Workshop and Call for Papers:
RETAILING, DISTRIBUTION AND REPUTATION: HISTORICAL PERSPECTIVES

Tuesday 23 May 2017

University of Wolverhampton

The Centre for the History of Retailing and Distribution invites submissions for a workshop that explores the role of reputation in retailing and distribution.

Papers focusing on any historical period or geographical area are welcome. We invite both experienced and new speakers, including speakers without an institutional affiliation. Potential speakers are welcome to discuss their ideas with the organiser before submission (please see details below). Some of the themes that  might be considered include (but are not limited to):

§ Character, reputation and credit

§ Branding, name recognition and advertising

§ Exposés, scandals and disreputable practices

§ Modernity and tradition

§ Reputations, ethnicity, gender and class

§ Mysteries, secrets and arcane knowledge

§ Representations and self-presentation

§ Scientific discourses, technology and reputations

§ Trade bodies, guilds and self-regulation

Individual papers are usually 20 minutes in length, followed by 10 minutes for questions and discussion. We also welcome shorter, 10 minute ‘work in progress’ presentations, also followed by 10 minutes for discussion.

To submit a proposal, please send title and abstract of c.300 to 400 words, specifying whether you are proposing a 10 or a 20 minute presentation to Laura Ugolini, at l.ugolini@wlv.ac.uk by 3 March 2017.

If you are unsure whether to submit a proposal or would like to discuss your ideas, please e-mail Laura Ugolini at l.ugolini@wlv.ac.uk

The workshop will be held on Wolverhampton City Campus, University of Wolverhampton, a short walk from Wolverhampton’s bus and train stations.

For further information, please see http://home.wlv.ac.uk/~in6086/reputation.htm
or e-mail Laura Ugolini at: l.ugolini@wlv.ac.uk

News about CHORD events can also be found here: http://retailhistory.wordpress.com/about/

Prof. Laura Ugolini
Professor of History

Dept. of History, Politics, War Studies
Faculty of Social Sciences
Room MH124
Mary Seacole (MH) Building
University of Wolverhampton
Wolverhampton
WV1 1LY

Call for papers: The History of Macroeconometric Modeling, Utrecht, 6-7 April 2017

Conference: The History of Macroeconometric Modeling

Utrecht University, April 6-7, 2017

Call for Papers

This conference is based on the assumption that macroeconometric modeling should be seen as central to the development of macroeconomics. Such models were the way in which insights from macroeconomic theory were applied to policy. For example, the construction and running of large macroeconometric models was a major activity in many treasuries and central banks. Such models and models based on competing methodological approaches were a major element in the testing and development of macroeconomic theories and in attempts to resolve controversies, such that between Keynesianism and monetarism or between and new classicals and new Keynesians.

However, this close relationship between macroeconomics and macroeconometric modeling has not generally been acknowledged by historians of economics largely, we suggest, because a division of labour has emerged in which the history of macroeconomics has focused on macroeconomic theory, whilst the history of macroeconometric modeling has generally been seen as part of the history of econometrics, with a high proportion of accounts being written by practitioners. As a result the history of macroeconometric modeling remains not only disconnected from broader developments in macroeconomics but also unsystematic compared with histories of macroeconomic theory or econometrics. The aim of this conference is to make the history of macroeconometric modeling more central to the history of macroeconomics.

The history of macroeconometric modeling should, we contend, be of great interest to historians of economics who have, in recent years, paid much more attention to the institutional setting in which economists’ practices have developed. Whilst university economics departments have been very important, it is impossible to provide a serious history of macroeconometric modeling without taking into account the varied institutional settings in which it has been undertaken—treasuries, central banks, independent research institutes, international organizations (including the International Monetary Fund, the World Bank, the Organization for Economic Cooperation and Development, and the United Nations) and private consultancy organizations. There are also different national traditions in such work and in its relationship to policy making.

In order to provide a more satisfactory history, that explores the interface of macroeconomics, econometrics and policymaking, there are many questions that we would like to see addressed:

 

1)     The role played by macroeconometric modeling in the history of macroeconomics as a whole: the share of the profession (researchers and graduate students) involved in macroeconometric modeling or conducting alternative empirical investigations; its history in textbooks; etc.

1)     Relationships between theoretical and applied work: the cross-fertilization of macro modeling and econometrics; the shaping of the theoretical agenda; policymakers’ engagement with these types of macroeconomics; etc.

2)     Technology and computation: the relationships between macroeconomists, econometricians and software developers; IT progress shaping macroeconometric modeling; etc.

3)     Places and communities: institutional basis of models; relationships between universities, central banks, consultancy firms and others producing macro models; was there convergence between the agendas and methods pursued by academics and central banks and if so what form did it take?

4)     Modelers and their clients: How did modelers engage with their clients?

We are interested in bringing together historians of science and of economics from different countries and with complementary interests to shed new light on the history of empirical macro, policymaking, monetary theories, policies and institutions.

The conference will be at Utrecht, The Netherlands, in one of the historical building in the Centre of Utrecht, and will be sponsored by the Tjalling Koopmans Institute (U.S.E. research Institute) and the Descartes Centre for the History and Philosophy of the Sciences (and hopefully a third funding agency). It is a two-day conference, on 6 and 7 April, 2017. We have already nine papers that will be presented and we are looking for additional contributions. Please submit your proposals to Marcel Boumans (m.j.boumans@uu.nl) no later than January 10, 2017. Accepted submissions will be announced by January 20, 2017. Full papers are due by March 15, 2017.

Conference organizer: Marcel Boumans (Utrecht University)

Project organizers and scientific committee:

Roger Backhouse (University of Birmingham, UK, and Erasmus University, The Netherlands)

Marcel Boumans (Utrecht University, The Netherlands)

Béatrice Cherrier (University of Caen, France)

Pedro G. Duarte (University of São Paulo, Brazil)

Kevin Hoover (Duke University, USA)

 

Appel à contributions pour le colloque Les préfets dans la « modernisation » de la France, 1953-1972, Paris, novembre 2017

Appel à contributions pour le colloque
Les préfets dans la « modernisation » de la France, 1953-1972
Paris, novembre 2017

Majoritairement composé d’universitaires, le Comité pour l’histoire préfectorale du ministère de l’Intérieur a pour mission de mettre en œuvre et de financer des manifestations de tous ordres visant à favoriser les travaux de recherche universitaire sur le rôle des préfets et des préfectures depuis la création de cette fonction par le Consulat, au tout début du dix-neuvième siècle.

C’est ainsi qu’en 2016 il a organisé trois rencontres scientifiques, à Lyon (janvier), Caen (mai) et Paris (octobre) sur le thème « Préfets et préfectures durant la Seconde Guerre mondiale ». Significatif de sa volonté de rapprocher les mondes, si cloisonnés dans notre pays, des chercheurs et des décideurs est le fait que trois des communications du colloque de Paris furent prononcées par des membres du corps préfectoral.

Dans le même ordre d’idées se tiendra à Paris, à l’automne 2017, un colloque, co-organisé avec le Centre de Sociologie des Organisations (UMR 7116 CNRS/Institut d’études politiques de Paris), consacré au rôle des préfets dans ce qu’il est convenu d’appeler les politiques de modernisation conduites par la Quatrième République puis par la Cinquième République gaullienne.

Sans que ces dates aient à être considérées comme intangibles, les bornes chrono­logiques envisagées à ce stade iraient de 1953 à 1972 : la première vit édicté le décret du 26 septembre 1953 réformant les pouvoirs des préfets, celle de fin correspond tant à la loi créant les établissements publics régionaux – en choisissant donc de ne pas faire de la région une collectivité territoriale de plein exercice – qu’au début de la mise en œuvre du Sixième Plan (1971-1975), dont les objectifs ambitieux de développement industriel et de rééqui­librage Paris-Province se brisèrent sur le choc pétrolier de 1973 et la crise économique mondiale qu’il engendra.

Choisir de travailler ainsi sur une durée moyenne, en s’affranchissant des segmentations de l’histoire politique constitutionnelle, vise à tenter de se replacer dans les logiques internes au corps préfectoral, à mi-chemin de la longue durée des carrières – rappelons, à titre de symbole, que dans le gouvernement que constitue le général de Gaulle en juin 1958 le ministère de l’Intérieur est confié au préfet de la Seine Émile Pelletier, qui occupa son premier poste dans la préfectorale en 1920, sous la Troisième République, et accéda, pour un bref temps il est vrai, aux fonctions de préfet régional sous Vichy – et du temps court de la décision administrative et du calendrier politique, ce dernier particulièrement instable sous la Quatrième République.

La prise en compte de ces deux décennies informe également sur la gestion du corps, dont on entend faire un axe fort du colloque. En 1953 en effet, on peut considérer comme achevée la phase de remise en ordre née de l’épuration et du renouvellement des personnes grâce à l’entrée d’hommes issus de la Résistance au sein du corps préfectoral. En 1972, ce dernier voit sa physionomie largement modifiée par l’accès massif aux postes préfectoraux des anciens élèves de l’ENA. Rappelons à cet égard qu’un matériau pratiquement inédit reste à exploiter avec les rapports et comptes rendus que les élèves de cette école rédigent à l’issue de leur stage en préfecture, ensemble qui permet de lire près de soixante-dix ans d’histoire administrative de l’organisation territoriale du pays.

De la même manière que les rencontres de 2016 portaient chacune le nom d’une figure importante mais méconnue du ministère de l’Intérieur durant la période concernée (Édouard Bonnefoy à Lyon, Pierre Daure à Caen, Adrien Tixier à Paris), le colloque de 2017 se veut aussi hommage à Stanley Hoffmann (1928-2015), politiste franco-américain dont les travaux pionniers se proposant d’aller, dès 1963, à la recherche de la France, ont inspiré plusieurs générations de chercheurs résolus à mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement de la machinerie politico-administrative française. Une ou plusieurs communications relatives à l’œuvre de S. Hoffmann seront ainsi les bienvenues.

Les autres pourraient porter – sans que la liste figurant ci-dessous soit limitative – sur :

1/ Sources et matériaux

Les sources papier : archives publiques, fonds privés

Quelles sources audio-visuelles ? (INA)

Les campagnes de témoignages oraux recueillis, paroles d’acteurs encore vivants

Les recherches menées à l’époque (commissions du Ve Plan, lien entre administration et recherche)

Travaux d’histoire économique, d’histoire urbaine (Groupe d’études des villes nouvelles)

2/ Portrait d’un corps

Le service des préfets au sein de l’administration centrale et les modalités de gestion du corps

Réformes statutaires et mouvements préfectoraux

Étude de cohortes et analyses des effets de générations (Résistance, l’expérience algérienne, montée en puissance des élèves de l’ENA, l’impact de mai 68, etc.)

Construire sa carrière (parrainage d’élus puissants, passage en cabinet, sillage de hauts fonctionnaires influents, etc.)

Adapter le corps à ses tâches nouvelles : diversification du recrutement, formation, etc.

Au sein du corps : les « grandes figures » et les autres

3/ Ministère de l’Intérieur et corps préfectoral face aux réformes institutionnelles

La réformes de 1964 : les partenaires institutionnels et leurs stratégies

Le chemin tortueux et inachevé vers la régionalisation

Acteurs centraux : de Gaulle, Pompidou, Guichard, Monod et leurs collaborateurs

Acteurs locaux : que faire des /comment faire avec les « barons » locaux ?

4/ Les préfets, bras armé de la modernisation des territoires ?

Qu’est-ce que la « modernisation » ? grammaires et rhétoriques de l’action préfectorale

Préfets et services extérieurs des ministères : résistances et collaboration

Unicité du modèle administratif, diversité des réalités territoriales (ville/campagne, Paris/province, nord/sud, plaine/montagne, etc.)

Repenser l’aménagement des territoires, repenser l’organisation des préfectures

Gérer les tensions dues à la modernisation (grèves, agitation rurale, etc.)

Modalités de l’appel à contributions

Les personnes intéressées par ces thèmes et disposées à intervenir lors de ce colloque, qui se tiendra en novembre 2017[1] à Paris, sont invitées à se faire connaître en adressant avant le 31 janvier 2017 un CV résumé, ainsi qu’une courte note (1.500 à 2.500 signes) précisant le titre et un résumé de leur proposition d’intervention, à :

– Mme Catherine Grémion, directrice de recherches émérite au CNRS, coordinatrice scientifique du colloque : c.gremion@cso.cnrs.fr

– M. Marc Olivier Baruch, vice-président du comité pour l’histoire préfectorale, directeur d’études à l’EHESS : baruch@ehess.fr

Les propositions seront évaluées par un comité scientifique composé de Mmes et MM. Marc Olivier Baruch (EHESS-CRH), Emmanuel Bellanger (CNRS-CHS), Olivier Borraz (CNRS-CSO), Violaine Challéat-Fonck (Archives nationales), Alain Chatriot (Sciences Po-CHSP), Olivier Dard (Université Paris IV-SIRICE), Florence Descamps (EPHE), Jean-Pierre Duport (ACPHFMI), Catherine Grémion (CNRS), Patrick Le Lidec (CNRS-CEE), Pierre-André Peyvel (Comité pour l’histoire préfectorale), Jeanne Siwek-Pouydesseau (CNRS).

Appel à communications, entreprises et bonheur, Strasbourg juin 2017

Cher-es collègues,

Dans le cadre du Congrès de l’Association Française d’Études Américaines, qui se tient cette année à Strasbourg, du 6 au 9 juin 2017, et qui a pour thème « la recherche du bonheur », veuillez trouver un appel à communications pour un atelier en rapport avec l’histoire des entreprise.

 

Les entreprises américaines font-elles le bonheur (19e-21e siècles) ?

La ferme individuelle de l’ère Jeffersonienne, la société General Motors du milieu du 20e siècle et les « startups » du début du 21e siècle  ont peu de choses en commun si ce n’est peut-être leur lien avec l’ensemble de valeurs, de croyances et d’espoirs que l’on rassemble habituellement sous le terme de « rêve américain ».  Depuis le début du 19e siècle, la recherche du bonheur a inspiré à la fois des projets de réforme de l’organisation des entreprises et des tentatives plus radicales pour remettre en cause la propriété privée ou pour inverser l’ordre des priorités entre le profit économique, l’épanouissement personnel et l’harmonie sociale.

Nous souhaitons dans cet atelier nous interroger sur la dimension proprement économique du rêve américain, et plus précisément sur le rôle assigné à l’entreprise dans la recherche du bonheur. Dans quels termes les différents acteurs du monde de l’entreprise ont-ils défini cette contribution et comment s’articulent les composantes matérielles, morales, individuelles et collectives du bonheur ? L’aspiration à des relations sociales plus satisfaisantes dans le monde des affaires et du travail a coexisté avec des projets d’expansion de la sphère des loisirs, de la philanthropie et de la consommation. Dans une certaine mesure, l’État a lui aussi joué un rôle dans la quête du bonheur   dans l’entreprise.

La relation entre les entreprises conventionnelles et les entreprises alternatives ou marginales est aussi une question à aborder. Des Shakers à Edward Bellamy et aux communes des années Soixante, les projets utopistes se sont souvent heurtés à la difficulté de rompre avec les pratiques économiques établies. Inversement, les initiatives paternalistes, les innovations dans la « gestion des ressources humaines »  et dans les stratégies de communication doivent peut-être davantage qu’on ne le pense habituellement aux champions radicaux de la cause du bonheur. C’est autour de ces questions que nous espérons construire cet atelier, en sollicitant des contributions axées sur différents périodes de l’histoire des États-Unis, y compris la période très contemporaine.

 

Do American business enterprises foster happiness (19th-21st centuries)?

The individual farm of the Jeffersonian era, the General Motors corporation of the mid-20th century and the ‘startups’ of the early 21st century have little in common except perhaps their association with the nexus of values, beliefs and hopes usually subsumed under the ‘American dream’ label.  Since the early 19th century, the pursuit of happiness has inspired both experiments with new forms of business organization and more radical efforts to challenge private property or to reverse the order of priorities between economic profit, self-fulfillment and social harmony.

This workshop questions the economic dimension of the American dream, and more specifically the role assigned to business enterprises in the pursuit of happiness. In what terms have the different actors of business enterprises defined this contribution, and how have they articulated the material, moral, individual and collective components of happiness? Aspirations to more satisfying social relations in business and work have coexisted with plans to expand the sphere of leisure, philanthropy and consumption. To some extent, the State has also shaped the pursuit of happiness in business enterprise.

Another set of questions pertains to the relation between mainstream and marginal or alternative enterprises. From the Shakers to Edward Bellamy and the communal movements of the Sixties, utopian projects have often foundered on the difficulties of breaking with established business practices. Conversely, paternalistic schemes, innovations in ‘human resources management’ and public relations strategies may owe more than is generally acknowledged to the radical champions of happiness. We invite contributions addressing some of these questions in different periods of US history, including in our time.

 

 

Organisation

Alexia BLIN, ATER, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – Doctorante EHESS

Ophélie SIMÉON, MCF, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Évelyne PAYEN-VARIÉRAS, MCF, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

 

Les propositions de communication, d’environ 250 mots, accompagnées d’une courte biographie, sont à envoyer avant le 15 janvier 2017 à alexia.blin@ehess.frophelie.simeon@univ-paris3.fr, et evelyne.payen@univ-paris3.fr

 

Voir le site du Congrès :

http://www.afea.fr/-Congres-2017-Strasbourg-La-recherche-du-bonheur-.html

 

 

 

Alexia BLIN
Doctorante EHESS – CENA – Mondes Américains

Histoire des coopératives 1870s-1930s
ATER à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle
Département du Monde Anglophone

CFP Secondhand Economies

Business History
Call for Papers for a Special Issue
Changing Secondhand Economies

For a special issue of Business History on Secondhand Economies, we invite
original research papers focusing on secondhand markets and economies
involving a variety of commodities ranging from used clothing, pre-owned
cars, and antiquities, to recycled ships and electronic waste. This special
issue aims to present the best of ongoing interdisciplinary scholarship on
historical and contemporary processes involved in the flow of secondhand
objects and materials, their transformations and revaluations, and the
persons, policies, and markets involved with them. Recent concerns with the
speed and effects of commodity flows have brought fresh scholarly attention
to secondhand economies both in terms of their history and of their
contemporary significance for livelihoods and sustainability. Since the rise
of global capitalism has markedly altered the functions of secondhand
exchanges, content will be limited to the mid-nineteenth century to the
present.

The secondhand clothing trade, both domestic and transnational, has a long
history explored mainly in fragments, reflecting historical limits of
marginalized groups such the Jewish diaspora and connecting European
countries with the North American colonies, and Europe with Africa, Asia and
Australia. More recently, secondhand economies have attracted new attention
in the context of global economies of recycling. Studies of the international
secondhand clothing trade have explored the role of charitable organizations
in the West in the export of donated used clothing, revealing a gray area
between thrift and profit, questioning the impact of imported secondhand
clothing on domestic textile/clothing industries, and highlighting the
complicated relationship between the production of fast fashion, and the
overconsumption of clothing in the West resulting in huge volumes of worn
clothing in landfills. Recent concerns with sustainability in the West have
spurred some to ‘rediscover’ practices of clothing re-use, re-purposing and
re-cycling at the same time as major high-street retailers are establishing
programs to return used clothing to their stores for re-sale or recycling.
Relatedly, clothing trends, particularly those connected to subcultures, have
for some time periodically embraced secondhand material use and systems of
exchange.

Issue contributions might include longitudinal explorations of

• specific sites of secondhand exchange

• legislation and policies effecting secondhand economies

• the relationship between new and used commerce

• political uses of secondhand exchange and material

• transnational/global costs and benefits of secondhand economies

• cultural and social responses to secondhand materials and trade

• the material culture of secondhand objects/goods

• genealogies of secondhand acquisition

• gendered and sexualized uses of secondhand commerce and goods

• secondhand fashions and trends/subcultures

• business and labor histories of secondhand economies

• theories of informal economies centered on used goods

SUBMISSION DETAILS

Articles should be based on original research and/or innovative analysis and
should not be under consideration by another journal. All articles should be
submitted by December 1 2016 via ScholarOne using the URL link listed below,
clearly indicating that they are for the Special Issue on Changing Secondhand
Economies. All the articles will be peer reviewed and, therefore, some may be
rejected. Authors should ensure that their manuscripts fully comply with the
formatting regulations of Business History.

https://mc.manuscriptcentral.com/fbsh

GUEST EDITORS

Karen Tranberg Hansen, Professor Emerita, Department of Anthropology,
Northwestern University; Jennifer Le Zotte, Lecturer, Department of History,
University of Nevada, Reno.

Jennifer Le Zotte’s work focuses on 19th- and 20th-century United States
history, especially capitalism, material culture and dress, and gender and
sexuality. She received her Ph.D. from the University of Virginia in 2013,
currently teaches at the University of Nevada in Reno, and contributes
articles on dress and material culture to
smithsonian.com<http://smithsonian.com/>. Her book, From Goodwill to Grunge:
A History of Secondhand Styles and Alternative Economies, is forthcoming on
University of North Carolina Press, Spring 2017. Other publications include
“‘Not Charity, But a Chance’: Philanthropic Capitalism and the Rise of
American Thrift Stores,” New England Quarterly 86:2 (Spring 2013): 169-195;
and “’Be Odd’: The Contradictory Use of Dress in the Gilded Age Salvation
Army,” Winterthur Portfolio, 47:4 (Winter 2013): 245-265.

Karen Tranberg Hansen’s work concerns urban economic livelihoods in Africa
with particular focus on Zambia, the informal economy, consumption, dress and
fashion, and gender and youth. She recently retired from the Department of
Anthropology at Northwestern University. Her publications related to this
proposal include Salaula: The World of Secondhand Clothing and Zambia
(Chicago 2000), and the co-edited anthologies African Dress: Fashion,
Agency, Performance (Bloomsbury 2013), Reconsidering Informality:
Perspectives from Urban Africa (Nordic Africa Institute 2004), and Street
Economies in the Urban Global South (SAR Press 2013). Among her numerous
journal articles and book chapters are “The World in Dress: Anthropological
Perspectives on Clothing, Fashion, and Culture,” Annual Review of
Anthropology 33 (2004): 369-392.