Archives de catégorie : Congrès

Congrès de l’AFHE : L’émergence de nouveaux marchés, Lyon,29-31 mars 2023

L’émergence de nouveaux marchés.
Congrès de l’Association française d’histoire économique,
en partenariat avec les laboratoires CIHAM, HISOMA, LARHRA, Triangle de Lyon et le soutien de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, de l’université Lumière Lyon 2 et de l’IUF,
29-31 mars 2023

Lieu :

Auditorium des Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon : 34, rue du Général Mouton-Duvernet, 69003 Lyon (descendre à la gare de Lyon Part-Dieu, sortie Villette, accès possible en tramway ligne T4 direction Hôpital Feyzin-Vénissieux, une station jusqu’à l’arrêt « Archives départementales », sinon en moins de 10 mn à pied le long de la rue de la Villette).

29 mars

14h30-15h30 Ouverture et introduction. Manuela Martini (Université Lumière Lyon 2) et Catherine Virlouvet (Aix-Marseille Université)

15h30-16h Keynote Speaker James Davis (Queen’s University Belfast), Common Foundations: The Emergence of Local Markets across the Medieval World

16h-16h30 Pause

Session 1 : Régulation des nouveaux marchés

Présidence Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2)

16h30-17h Judicaël Petrowiste (Université Paris Cité), Le pourpoint et l’aiguillette. Nouveaux goûts vestimentaires et réglementations professionnelles à Toulouse à la fin du Moyen Âge

17h-17h30 Clémence Pailha (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Ouverture économique, fermeture corporative. Les nouveaux marchés des épiceries à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles

17h30-18h Laurent Warlouzet (Sorbonne Université), Les nouveaux marchés offerts par la libéralisation : entre innovation et européanisation (1986-1993)

18h-18h30 discussion

30 mars

9h-9h30 Keynote Speaker Giorgio Riello (Institut Universitaire Européen – Université de Warwick), Commodities, Markets and Early Modern Global Capitalism

 

Session 2. Changements géopolitiques et nouveaux marchés

Présidence Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2)

9h30-10h Arnaud Bartolomei (Université Côte-d’Azur), La reconfiguration des circuits commerciaux dans l’Atlantique hispanique à la veille et au lendemain des indépendances. Le cas de l’ouverture du Mexique (1821)

10h-10h30 Séverine Antigone Marin (Université de Strasbourg), Les luttes pour l’indépendance peuvent-elles créer des nouveaux marchés ? La promotion du marché indien par les indépendantistes auprès des exportateurs allemands dans les années 1920

10h30-11h Soazig Villerbu (Université de Limoges), Marché et géopolitique : une « transition textile » en Haute-Louisiane autour de 1803 ?

10h30-11h Pause

Session 3. Acteurs institutionnels et entrepreneuriaux

Président Hervé Joly (CNRS, Université de Lyon)

11h-11h30 Matteo Calabrese (Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History), Emergence and success of the investment fund Industry in Luxembourg XXe (29-89)

11h30-12h Silvia A. Conca Messina (Université de Milan), From informal rules to regulation: the creation of the silk market system in Italy (1815-1914)

12h-12h30 Pierre-Antoine Dessaux (Université de Tours), Construire les marchés de la « malbouffe » : sodas, snacking et alimentation industrialisée dans la France des années 1980

12h30-13h Discussion

13h-14h Pause déjeuner

14h-16h Table ronde « Que nous apprennent les sciences sociales sur l’émergence de marchés ? »

Modérateur Pierre-Cyrille Hautcœur (EHESS),

avec Emmanuelle Chevreau (Université Paris Panthéon-Assas), Pierre Dockès (Université Lumière Lyon 2), Pascale Trompette (CNRS, PACTE-Université Grenoble-Alpes)

16h-16h30 Pause

Session 4. Comment organiser l’offre ?

Présidence Christine Zabel (Institut historique allemand de Paris)

16h30-17h Églantine Cussac (Université de Strasbourg), Piloter l’émergence d’un marché. Le lancement de Pathé-Baby et le rôle des directeurs commerciaux (1922-1923)

17h-17h30 Mathieu Sadourny (Université de Clermont-Auvergne), La fabrique du marché des mangas en France

17h30-18h Louis Bissières (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), L’illusion d’un nouveau marché sans demande : l’échec de l’entreprise de spéculation foncière de Levi Hollingsworth dans la vallée de l’Ohio (années 1780-1790)

18h-18h30 Discussion

18h30 visite de l’exposition “Foires, villes et marchands (1350-1600)” présentée par Jean-Louis Gaulin

31 mars

9h30-10h Keynote Speaker Federico De Romanis (Université de Roma 2 Tor Vergata), Les nouveaux marchés du blé et du poivre dans la Rome antique : ingrédients de leur succès

Session 5. Nouveaux produits et nouveaux lieux

Présidence Magnus Ressel (Institut historique allemand de Paris)

10h-10h30 Louise Fauchier (Université Lumière Lyon 2), Le marché de l’asty de l’Athènes classique : étudier le développement d’un marché face aux sources ruinées de l’Antiquité

10h30-11h Cecilia D’Ercole (EHESS), L’essor du marché de la soie chinoise dans la Rome impériale

11h-11h30 Pause

11h30-12h Anne Conchon (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Les privilèges de neige et de glace : l’émergence d’un marché de produit et de titres (XVII-XVIIIe siècles)

12h-12h30 Camille Neufville (Université de Strasbourg), Du thé pour l’Empire : l’émergence d’un marché du thé en Russie impériale (1860-1917)

12h30-13h Discussion

13h-14h30 Pause déjeuner

À partir de 14h30 Assemblée Générale de l’AFHE

 

Comité d’organisation :

Stéphane Bourdin (Université Lumière Lyon 2-HISOMA), Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2-LARHRA), Guillaume Garner (ENS Lyon-LARHRA), Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2 CIHAM), Hervé Joly (CNRS-Triangle), Marguerite Martin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne-IDHES), Manuela Martini (Université Lumière Lyon 2-LARHRA), Laure Quennouëlle-Corre (CNRS, CRH), François Rivière (Université d’Évry-IDHES), Catherine Virlouvet (Aix-Marseille Université-CCJ)

Comité scientifique :

Mathieu Arnoux (Université Paris Cité-LIED), Stéphane Bourdin (Université Lumière Lyon 2-HISOMA), Véronique Chankowski (Ecole Française d’Athènes), Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2-LARHRA), Jean-Claude Daumas (Université de Franche-Comté), James Davis (Queen’s University Belfast), Federico De Romanis (Université de Roma 2 Tor Vergata) Guillaume Garner (ENS Lyon-LARHRA), Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2 CIHAM), Hervé Joly (CNRS-Triangle), Marguerite Martin (Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne-IDHES), Manuela Martini (Université Lumière Lyon 2-LARHRA), Laure Quennouëlle-Corre (CNRS-CRH), Giorgio Riello (Institut Universitaire Européen, Florence), François Rivière (Université d’Évry-IDHES), Catherine Virlouvet (Aix-Marseille Université-CCJ)

 

Parution. Art et économie : une histoire partagée

Un ouvrage issu du congrès de l’Association Française d’Histoire économique qui a eu lieu à Toulouse les 18 et 19 novembre 2016 est paru en 2021 sous la direction de Maria Cecilia D’ERCOLE et de Jean-Michel MINOVEZ : http://pum.univ-tlse2.fr/~Art-et-economie-une-histoire~.html Continuer la lecture de Parution. Art et économie : une histoire partagée

Compte-Rendu du congrès de l’AFHE 2019 (avec certaines communications)

6 décembre

BNP Paribas (14 rue Bergère 75009 Paris)

9h. Accueil

Allocution introductive de Guillaume Daudin (Université Paris-Dauphine), président de l’AFHE

9h30-10h20. Conférence invitée : Hervé Drévillon (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), L’Etat éco-militaire au péril de la paix (XVIIe-XIXe siècles) Continuer la lecture de Compte-Rendu du congrès de l’AFHE 2019 (avec certaines communications)

Lauréat du prix “Meilleure communication d’un jeune chercheur” lors du congrès de l’AFHE 2019

Samedi 6 décembre, Cécilia d’Ercole a annoncé le nom du Lauréat du prix “Meilleure communication d’un jeune chercheur” lors du congrès de l’AFHE 2019.

Il s’agit de Paul Maneuvrier-Hervieu, doctorant de Université de Caen / Université de Rouen sous la direction de Jean-Marc Moriceau & Michel Biard, travaillant en ce moment au Paul Bairoch Economic History Institute de l’Université de Genève (https://paulmaneuvrierhervieu.com/).

Vous pouvez trouver sa communication ici :

Maneuvrier-Hervieu 2019_congres_afhe

 

Allocataire de l’allocation de recherche Jean Heffer 2019

Samedi 6 décembre, la nouvelle présidente de l’AFHE, Manuela Martini, a dévoilé le nom de l’allocataire de l’allocation de recherche Jean Heffer pour l’année 2019 (Règlement de l’allocation de recherche AFHE en l’honneur de Jean Heffer).

 

Il s’agit de Leïla Cheurfa, qui fait un M2 sur l’emprisonnement pour dettes à Aberdeen aux XVIIIe siècle à l’Université Paris-I sous la direction d’Anne Conchon.

Continuer la lecture de Allocataire de l’allocation de recherche Jean Heffer 2019

Règlement de l’allocation de recherche AFHE en l’honneur de Jean Heffer

Objet

L’AFHE a décidé d’offrir une allocation de recherche à hauteur de 1000 euros pour financer une mission de dépouillement en archives pour son congrès 2019.

L’allocation est dédiée cette année à la mémoire de Jean Heffer.

Critères d’éligibilité

Peuvent candidater les étudiants inscrits en Master 2 et en doctorat, en France ou dans un pays francophone, et travaillant sur un sujet d’histoire économique, sans restriction de période.

Les pièces à fournir sont :

  • une lettre du directeur de recherches justifiant l’intérêt de la mission.
  • un projet de recherche (6 000 signes)
  • une liste détaillée des archives à consulter

Les candidats doivent être adhérents de l’association à jour de leur cotisation.

Calendrier

Les propositions sont à envoyer à l’adresse de la secrétaire générale de l’AFHE : anne.conchon@univ-paris1.fr en indiquant dans l’objet du message “Allocation Archives AFHE 2019” jusqu’au 30 novembre 2019.

Jury

Le lauréat sera désigné par le comité directeur de l’AFHE

Conditions

Le lauréat, s’engage à :

  • présenter son projet de recherche dans le cadre du congrès de l’AFHE en quelques minutes.
  • rédiger un compte-rendu de sa mission dans un délai de trois mois après la fin de sa mission pour diffusion sur le site de l’AFHE
  • participer au congrès suivant de l’AFHE pour exposer le résultats de ses recherches.

Le versement s’effectuera sur présentation du titre de transport. L’allocation couvrira le billet de train ou d’avion et des per diem (groupe 1 de http://pauillac.inria.fr/~leifer/ijeuro/#info) calculés en fonction de la longueur du séjour, pour un maximum de 1000 euros.  Elle sera versée avant le début du séjour.

Bien que l’allocation soit cumulable avec une autre subvention, le lauréat s’engage à ne pas demander un double remboursement pour les mêmes dépenses.

 

Plus de détails sur le congrès : https://afhe.hypotheses.org/11738
L’inscription est obligatoire : https://forms.gle/rECXZH8hjNQTKbqu6
Pour adhérer à l’AFHE : https://afhe.hypotheses.org/category/actualite-de-lafhe/adherer

Programme congrès de l’AFHE 6-7 décembre 2019

Congrès de l’AFHE (6-7 décembre 2019)

L’inscription est obligatoire : https://forms.gle/rECXZH8hjNQTKbqu6

Les conséquences économiques de la paix

Les périodes de paix ont-elles été favorables à la croissance économique, ou au contraire correspondent-elles à des périodes de ralentissement sinon de déclin ? Cette question a fait l’objet d’interrogations répétées de la part des économistes (c’est le cas notamment de John Maynard Keynes avec l’ouvrage qu’il publia en 1919 dans lequel il compare le traité de Versailles à une « paix carthaginoise ») ; elle est aussi au cœur des préoccupations des historiens qui ont envisagé l’impact de la paix sur les structures et les dynamiques économiques à différentes périodes. Alors même que les effets économiques des guerres ont été largement étudiés, les enjeux économiques liés au rétablissement de la paix n’ont pas fait l’objet de la même attention.
L’objectif de ce congrès est d’approfondir cette réflexion en envisageant le rôle de la paix, qu’elle sanctionne la fin d’une guerre civile ou d’un conflit international, qu’elle soit temporaire ou permanente,  dans les dynamiques et les régulations économiques en longue durée. Dans quelle mesure les négociations et les traités de paix intègrent-ils des dispositions relatives aux moyens de rétablir les systèmes de production et les circuits de distribution (grâce au versement de réparations de guerre par exemple), ou inversement hypothèquent-ils les potentialités économiques (en raison du poids des confiscations ou des spoliations) ? En quoi la paix est-elle perçue par les acteurs économiques comme la possible restauration d’un ordre ancien ou comme un terreau favorable à des réformes économiques ?
Il serait toutefois réducteur de considérer que les périodes de paix marquent nécessairement des ruptures, alors qu’elles ne font parfois qu’accélérer des recompositions en cours à différentes échelles. En quoi correspondent-elles à des phases de croissance par le rétablissement de la confiance et la réduction de l’incertitude, ou à des conjonctures de décroissance ? A quelles échelles temporelles et spatiales auxquelles est-il possible de mesurer les conséquences économiques de la paix et les recompositions auxquelles elle donne lieu ?
A l’évidence les conséquences économiques de la paix diffèrent selon que l’on se situe du côté des vainqueurs ou des vaincus. Quelles redistributions de richesses s’opèrent alors entre les pays ou entre les groupes sociaux susceptibles de profiter des confiscations de guerre ou du partage des terres nouvellement conquises? Une telle réflexion amène aussi à considérer de façon différenciée les conséquences économiques de la paix en fonction des positions des acteurs dans le circuit économique et des secteurs d’activités. Quels comportements économiques les acteurs développent-ils ? Voit-on émerger alors de nouveaux acteurs économiques ?

6 décembre

BNP Paribas (14 rue Bergère 75009 Paris)

9h. Accueil

Allocution introductive de Guillaume Daudin (Université Paris-Dauphine) président de l’AFHE

9h30-10h20. Conférence invitée : Hervé Drévillon (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), L’Etat éco-militaire au péril de la paix (XVIIe-XIXe siècles)

Pause-café

10h45-12h15. Session 1, présidée par Pierre Gervais (Université Paris 3)

Katia Schörle (Université Côte d’Azur), Paix, intégration économique, surveillance militaire et ressources d’Egypte et d’Orient (Ier-IIIe siècle après J.C.)

Sylvain Lloret (Sorbonne Université), Prospérité, résistance ou repli ? Les négociants français et anglais en Espagne et la paix d’Utrecht (1713)

David Do Paço (Sciences Po-CHSP), Paix et intégration régionale au XVIIIe siècle : le port franc de Trieste

12h30-13h45. Déjeuner

13h45-15h15. Session ‘Jeunes Chercheurs’, présidée par Laure Quenouelle-Corre ( CNRS – CRH)

Jean-Laurent Cadorel (École d’Economie de Paris), Une explication internationale et monétaire du Krach du NYSE d’octobre 1929

Adrien Montalbo (École d’Economie de Paris), Instruction primaire et croissance des communes XIXe siècle

Pierre Niccolò Sofia (Université Côte d’Azur), Venise et l’économie atlantique à la fin du XVIIIe siècle : le cas des perles de verre

Pause-café

15h45-17h45. Session ‘Jeunes Chercheurs’, présidée par Mathieu Arnoux (Université Paris-Diderot)

Marina Passat (Sorbonne Université), Le rétablissement du Pirée après la paix de 404 av. J.-C. : d’un outil politique à un instrument économique ?

David Bourgeois (Université de Haute-Alsace UHA), La fin des Guerres de Bourgogne et le développement des mines polymétalliques du sud des Vosges

Paul Maneuvrier-Hervieu (Normandie Université/Université de Genève), De la guerre au « doux commerce » : les conséquences de la paix en Normandie

Blaise Truong-Loi (Sciences-Po Paris / CHSP), Les traités de paix, des moments clés dans la mise sous tutelle des États endettés à la fin du XIXe siècle. Perspectives croisées entre la Chine, l’Empire ottoman et le Maroc.

18h. Remise du Prix AFHE-BNP Paribas

18h45 cocktail

7 décembre

Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (12 place du Panthéon 75005, salle n°1)

9h-10h. Réunion du bureau

10h15-11h45. Session 2, présidée par Grégory Chambon (EHESS)

Catherine Bregianni (Academy of Athens), Faire la paix avec l’ex-Empire Ottoman. Enjeux économiques et financiers du traité de Lausanne (1923)

Elisa Grandi (École d’économie de Paris), The World Bank opens for business. The first loan to France and its aftermaths (1947-1952)

Alexis Drach (Université de Glasgow), Les conséquences bancaires de la paix européenne (1957-1992)

11h45-13h. Assemblée générale et proclamation des résultats du vote renouvelant le comité directeur  

13h-13h15. Réunion du nouveau comité directeur et élection du bureau

Déjeuner

14h30-16h. Session 3, présidée par Manuella Martini (Université Lyon 2-Lahra)

Gabriel Galvez-Béhar (Université de Lille), Des brevets à Versailles : la négociation et l’application des dispositions relatives à la propriété industrielle du traité de Versailles

Alexandre Bibert (Université de Mayence), Les espoirs du monde ouvrier à la fin de la Seconde Guerre Mondiale : la conférence syndicale mondiale de Londres et ses suites.

Béatrice Touchelay (Université de Lille), Une conséquence économique de la paix au XXe siècle : le développement des statistiques coloniales sous le regard des organisations internationales

Pause-café

16h30-17h20 Conférence invitée : Julie Claustre (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), Sortir de la Guerre de Cent Ans. Le coût de la paix en Ile-de-France à la fin du XVe siècle

17h30.

Remise du prix de la meilleure communication ‘Jeune chercheur’

Annonce concernant le lauréat de la bourse de recherche ‘Jean Heffer’

Cocktail

Comité d’organisation : A. Conchon (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne/IDHES), L. Feller (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), P. Gervais (Université Paris 3) et L. Herment ( CNRS – CRH)

L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

En octobre 2013, le congrès de l’AFHE se tenait aux archives nationales du monde du travail (ANMT) à Roubaix autour des vertus économiques de l’échec.

Les actes viennent de paraître (en décembre 2015) aux éditions du Comité pour l’histoire économique et financières de la France – IGPDE, sous la direction de Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira.

Présentation :

À l’été 2008, la planète tremble en découvrant l’ampleur de la crise financière. Les subprimes deviennent en quelques semaines une réalité dévastatrice. Continuer la lecture de L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

Art et économie, une histoire partagée – Congrès AFHE 2016

 

Appel à contributions pour le Congrès de l’Association Française d’Histoire Economique 2016.

AFHE/FRAMESPA. Toulouse, 18 et 19 novembre 2016

Argumentaire

Le colloque international est ouvert aux historiens, économistes, archéologues, historiens de l’art, historiens de la littérature, aux doctorants, jeunes chercheurs et aux personnalités impliquées dans la thématique (culture, patrimoine, arts du spectacle, etc.). Il se propose d’explorer dans la longue durée les relations entre l’économie et l’art dans toutes ses déclinaisons. Continuer la lecture de Art et économie, une histoire partagée – Congrès AFHE 2016

L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Programme du congrès AFHE 2013

Affiche du Colloque 2013 de l'AFHE
Affiche du Colloque 2013 de l’AFHE

À l’occasion de son congrès 2013, qui se tiendra les 4 et 5 octobre aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, l’AFHE propose, en collaboration avec l’IRHiS (UMR 8529, université de Lille 3), de s’intéresser aux vertus économiques de l’échec.

L’historiographie abonde de succès, de réussites et de conquêtes, au risque d’oublier les échecs, tout aussi nombreux, qu’ils soient humains, financiers, commerciaux, stratégiques, technologiques ou politiques. Au-delà de la légende de Bernard Palissy ou de la mode contemporaine de la sérendipité, l’échec ne serait-il qu’un succès différé, une preuve d’héroïsme technique et économique ? Est-il synonyme de fin ou de terminus pour l’historien ? Comment ce dernier le perçoit-il et l’analyse-t-il, en regard des enjeux qui lui sont propres ? Et quels sont, pour les contemporains, les éléments qui permettent d’en comprendre la réception, l’analyse et la sanction ? Faut-il y voir la source des efforts d’autres agents, une simple étape au sein d’un processus d’innovation ? Peut-on même en envisager les retombées imprévisibles, pas nécessairement négatives, que l’on se place au niveau des individus, des familles, des sociétés ou de l’humanité toute entière ?

Ces problèmes, et bien d’autres, questionnent notre rapport à l’échec, que l’on soit acteur ou historien. Faire varier les échelles d’analyse – temporelle, spatiale et sociale  – peut aider à en révéler les multiples dimensions, d’où le choix des six sessions : les usages sociaux de la faillite ; histoire des entreprises ; espaces transfrontaliers et politique en Europe ; discours, récit et image de l’échec ; les districts et les territoires ; institutions et politiques publiques.