Archives de catégorie : Congrès

Appel à communication congrès de l’AFHE 6-7 décembre 2019


Appel à communication pour le congrès de l’AFHE
6-7 décembre 2019
à BNP Paribas (14 rue Bergère 75009 Paris)
et à l’Université Paris 1-Pantéhon-Sorbonne (12 place du Panthéon 75005 Paris)

Les conséquences économiques de la paix

Les périodes de paix ont-elles été favorables à la croissance économique, ou au contraire correspondent-elles à des périodes de ralentissement sinon de déclin ? Cette question a fait l’objet d’interrogations répétées de la part des économistes (c’est le cas notamment de John Maynard Keynes avec l’ouvrage qu’il publia en 1919 dans lequel il compare le traité de Versailles à une « paix carthaginoise ») ; elle est aussi au cœur des préoccupations des historiens qui ont envisagé l’impact de la paix sur les structures et les dynamiques économiques à différentes périodes. Alors même que les effets économiques des guerres ont été largement étudiés, les enjeux économiques liés au rétablissement de la paix n’ont pas fait l’objet de la même attention.
L’objectif de ce congrès est d’approfondir cette réflexion en envisageant le rôle de la paix, qu’elle sanctionne la fin d’une guerre civile ou d’un conflit international, qu’elle soit temporaire ou permanente,  dans les dynamiques et les régulations économiques en longue durée. Dans quelle mesure les négociations et les traités de paix intègrent-ils des dispositions relatives aux moyens de rétablir les systèmes de production et les circuits de distribution (grâce au versement de réparations de guerre par exemple), ou inversement hypothèquent-ils les potentialités économiques (en raison du poids des confiscations ou des spoliations) ? En quoi la paix est-elle perçue par les acteurs économiques comme la possible restauration d’un ordre ancien ou comme un terreau favorable à des réformes économiques ?
Il serait toutefois réducteur de considérer que les périodes de paix marquent nécessairement des ruptures, alors qu’elles ne font parfois qu’accélérer des recompositions en cours à différentes échelles. En quoi correspondent-elles à des phases de croissance par le rétablissement de la confiance et la réduction de l’incertitude, ou à des conjonctures de décroissance ? A quelles échelles temporelles et spatiales auxquelles est-il possible de mesurer les conséquences économiques de la paix et les recompositions auxquelles elle donne lieu ?
A l’évidence les conséquences économiques de la paix diffèrent selon que l’on se situe du côté des vainqueurs ou des vaincus. Quelles redistributions de richesses s’opèrent alors entre les pays ou entre les groupes sociaux susceptibles de profiter des confiscations de guerre ou du partage des terres nouvellement conquises? Une telle réflexion amène aussi à considérer de façon différenciée les conséquences économiques de la paix en fonction des positions des acteurs dans le circuit économique et des secteurs d’activités. Quels comportements économiques les acteurs développent-ils ? Voit-on émerger alors de nouveaux acteurs économiques ?
Cet appel est ouvert à des contributions présentant des approches disciplinaires diverses, couvrant un large spectre chronologique (depuis l’Antiquité à nos jours) et géographique (les communications peuvent porter sur d’autres aires que l’Europe).

Conditions de soumission
Les propositions (3 000 signes maximum en fichier word ou pdf) doivent comporter un titre, une problématique explicite et une courte bibliographie. Il est possible de joindre une brève notice biographique (1 000 signes maximum). Les propositions feront l’objet d’un processus d’expertise par les membres du comité directeur de l’AFHE.
Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante : afhe.association@gmail.com (en indiquant dans l’objet du message ‘soumission congrès AFHE 2019’) avant le 15 avril 2019
Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être présentées en français ou en anglais.

Prix de la meilleure communication jeune chercheur
Le comité directeur récompensera la meilleure communication d’un.e jeune chercheur.e (i.e. en master ou en doctorat avec une soutenance prévue après le 31 mars 2019 au moment de la soumission) d’une valeur de 500 €.

L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

En octobre 2013, le congrès de l’AFHE se tenait aux archives nationales du monde du travail (ANMT) à Roubaix autour des vertus économiques de l’échec.

Les actes viennent de paraître (en décembre 2015) aux éditions du Comité pour l’histoire économique et financières de la France – IGPDE, sous la direction de Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira.

Présentation :

À l’été 2008, la planète tremble en découvrant l’ampleur de la crise financière. Les subprimes deviennent en quelques semaines une réalité dévastatrice. Continuer la lecture de L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Actes du congrès AFHE 2013

Art et économie, une histoire partagée – Congrès AFHE 2016

 

Appel à contributions pour le Congrès de l’Association Française d’Histoire Economique 2016.

AFHE/FRAMESPA. Toulouse, 18 et 19 novembre 2016

Argumentaire

Le colloque international est ouvert aux historiens, économistes, archéologues, historiens de l’art, historiens de la littérature, aux doctorants, jeunes chercheurs et aux personnalités impliquées dans la thématique (culture, patrimoine, arts du spectacle, etc.). Il se propose d’explorer dans la longue durée les relations entre l’économie et l’art dans toutes ses déclinaisons. Continuer la lecture de Art et économie, une histoire partagée – Congrès AFHE 2016

L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Programme du congrès AFHE 2013

Affiche du Colloque 2013 de l'AFHE
Affiche du Colloque 2013 de l’AFHE

À l’occasion de son congrès 2013, qui se tiendra les 4 et 5 octobre aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, l’AFHE propose, en collaboration avec l’IRHiS (UMR 8529, université de Lille 3), de s’intéresser aux vertus économiques de l’échec.

L’historiographie abonde de succès, de réussites et de conquêtes, au risque d’oublier les échecs, tout aussi nombreux, qu’ils soient humains, financiers, commerciaux, stratégiques, technologiques ou politiques. Au-delà de la légende de Bernard Palissy ou de la mode contemporaine de la sérendipité, l’échec ne serait-il qu’un succès différé, une preuve d’héroïsme technique et économique ? Est-il synonyme de fin ou de terminus pour l’historien ? Comment ce dernier le perçoit-il et l’analyse-t-il, en regard des enjeux qui lui sont propres ? Et quels sont, pour les contemporains, les éléments qui permettent d’en comprendre la réception, l’analyse et la sanction ? Faut-il y voir la source des efforts d’autres agents, une simple étape au sein d’un processus d’innovation ? Peut-on même en envisager les retombées imprévisibles, pas nécessairement négatives, que l’on se place au niveau des individus, des familles, des sociétés ou de l’humanité toute entière ?

Ces problèmes, et bien d’autres, questionnent notre rapport à l’échec, que l’on soit acteur ou historien. Faire varier les échelles d’analyse – temporelle, spatiale et sociale  – peut aider à en révéler les multiples dimensions, d’où le choix des six sessions : les usages sociaux de la faillite ; histoire des entreprises ; espaces transfrontaliers et politique en Europe ; discours, récit et image de l’échec ; les districts et les territoires ; institutions et politiques publiques.