Tous les articles par corine maitte

Publication : EIGHTEENTH-CENTURY INTERNATIONAL TRADE STATISTICS

Chers collègues,

Je vous signale la parution d’un numéro spécial sur les statistiques commerciales à l’époque moderne. Il est disponible gratuitement en ligne (http://www.ofce.sciences-po.fr/publications/revue140.php),

Sincères salutations,

Guillaume Daudin

Trade statistics are a unique source to broaden our understanding of early-modern economies and their evolution. Still, they have been under-utilized by researchers.
This volume features a detailed panorama of early-modern trade statistics’ sources and discusses some of the ways they can be used to study the transformation of European commerce and economies in the late-eighteenth and early nineteenth century. It is of special interest for both economists and historians interested in the period of the first Industrial Revolution.
In this special issue, Loïc Charles and Guillaume Daudin have gathered an wide-ranging list of scholars, experts in the economic history of early-modern trade from several countries.
This volume include twenty-three short essays discussing the various available sources on trade data, as well as seven additional research  papers. In total, it provides information on thirty five coun tries or areas. As to the research articles, three of them discuss methodological issues regarding the use of early trade statistics, and the remaining four others actually use some of these trade statistics to produce new insights.

The contributors to this volume are: Loïc Charles, Daniela Ciccolella, Ann
Coenen, Javier Cuenca-Esteban, Guillaume Daudin, Béatrice Dedinger,
Jean-Pierre Dedieu, Jari Eloranta, Hubert Escaith, Mathieu Grenet, Ragnhild
Hutchinson, Alejandra Irigoin, David Jacks, Aidan Kane, Klemens Kaps,
Szymon Kazusek, Lauri Karvonen, Jan Kochanowski, Cristian Luca, Silvia
Marzagalli, Maria Cristina Moreira, Jari Ojala, Ulrich Pfister, Luisa
Piccinno, Philipp Robinson Rössner, Werner Scheltjens, Donatella Strangio,
Eoin Tennisman, Giovanna Tonelli, Jeroen van der Vliet, Patrick Walsh,
Klaus Weber, and Andrea Zanini.

Edited by Loic Charles and Guillaume Daudin
<http://www.ofce.sciences-po.fr/pages-chercheurs/daudin.htm>

Publisher: Les Editions du net
<http://www.leseditionsdunet.com/3429-n-140-eighteenth-century-international-trade-statistics-sources-and-methods–9782312033785.html>

En savoir plus <http://www.ofce.sciences-po.fr/publications/revue140.php>

Contact : sylvie.legolvan@ofce.sciencespo.fr

Bourses de recherche Société Générale du master 1 au doctorat

 

 Bourses de recherche du master 1 au doctorat

La Mission Histoire Société Générale soutient la recherche scientifique et propose des bourses de recherche d’un montant de 2 500 euros pour les étudiants de Master

et de 5 000 euros par an pour les étudiants inscrits en doctorat.

Nos Archives historiques sont ouvertes à la recherche pluridisciplinaire

et représentent une source d’informations privilégiée.

Information et candidature :

https://www.societegenerale.com/fr/connaitre-notre-entreprise/identite/notre-histoire

e-mail : archives.historiques@socgen.com

 

 

 

Aide à la recherche 2015-2016 par le Comité pour l’histoire de La Poste

Mesdames, Messieurs,

Depuis 20 ans, le Comité pour l’histoire de La Poste (CHP) contribue à une meilleure connaissance de l’histoire des Postes, françaises, européennes ou étrangères, des débuts de l’époque moderne à nos jours.

Des aides à la recherche sont accordées à des étudiant(e)s inscrits dans une université française ou en co-tutelle avec une université française.

Les travaux de master ou de doctorat doivent porter sur la Poste ou les systèmes postaux, au moins en partie, selon une approche (non exclusive) des territoires, des communication et/ou des sociétés, au cours des périodes citées ; les disciplines éligibles sont l’histoire, l’histoire du droit, la socio-histoire ou la géo-histoire.

Les projets d’histoire comparée, à dimension internationale, sont recevables.

Les projets et mémoires doivent impérativement être rédigés en français ou en anglais.

Les dossiers de candidature sont à envoyer àjosiane.foynat@laposte.fr avant le lundi 12 octobre 2015.

Il est recommandé de prendre contact avec le CHP avant tout dépôt de candidature pour guider les candidats dans leur démarche.

 

Les aides à la recherche seront décernées en hommage au Professeur François Caron (1931-2014), co-fondateur du CHP en 1995, et président d’honneur de 1997 à 2014.

 

Pour la constitution des dossiers et connaître le montant des aides, des informations sont disponibles sur le site : www.laposte.fr/chp

Sébastien Richez

chargé de recherche / docteur en histoire

DIRECTION DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE DU GROUPE LA POSTE
COMITÉ POUR L’HISTOIRE DE LA POSTE
CP V 312
44 BOULEVARD DE VAUGIRARD
75757 PARIS CEDEX15
Tél. : +33 (0)1 55 44 01 53
sebastien.richez@laposte.fr
www.laposte.fr/chp
Adresse visiteur : 44 boulevard de Vaugirard
75015 Paris

International Colloquium on commerce and City, Sao Paulo

I am writing to let you know about the V International Colloquium on commerce and City, to be held in march 2016, in São Paulo, Brasil.
This time we will accept papers in Portuguese, Spanish and English and the presentation can be in any of these 3 languages as well.
Could you divulge the call for paper below in your network?
Best regards
Heliana C Vargas

The Laboratory of Commerce and City (LABCOM)
http://www.labcom.fau.usp.br

at the Faculty of Architecture and Urbanism and Design of São Paulo University will hold the V CINCCI – V INTERNATIONAL COLLOQUIUM ON COMMERCE AND CITY: A RELATIONSHIP OF ORIGIN .

The colloquium will take place in March 21-24 , 2016 in São Paulo, with the theme ” COMMERCE AND CITY: CHANGES AND PROSPECTS”.

See how to participate in

www.commerceandcity.com<http://www.commerceandcity.com>

Nouvelles Approches de la Pauvreté et de l’Exclusion dans le Nord-Pas-de-Calais – NAPE – 25 juin 2015 ANMT Roubaix

Nouvelles approches de la pauvreté et de l’exclusion dans le Nord-Pas-de-Calais
NAPE
Projet citoyen financé par la région du Nord Pas-de-Calais


Première journée
« Logement, exclusion et pauvreté »
Jeudi 25 juin
Archives Nationales du Monde du Travail (Roubaix)
9h30-16h

9h30-9h40
Présentation du projet NAPE, Béatrice Touchelay, université de Lille3-IRHiS

9h40-11h. Presse régionale et pauvreté : la question du logement (1948-1954)
Travaux d’étudiants de l’université de Lille3 en master histoire  
– La situation du logement en France : une crise aigue (1948-1954)
Delphine Polvent 
– La presse régionale et la question du logement
Audrey Policante et Isabelle Douek « Nord Matin »
Marjorie Morel et Léonore Dufour « La Voix du Nord »
Samuel Facq et Bertrand Regazzi « Liberté »
Nathan Lebas et Jéremy Panant, « Nord Eclair »

11h15-12h15. Médecins et précarité 
Caroline de Pauw, directrice de l’Union Régionale de Professionnels de Santé – médecins libéraux, chercheure associée au Clersé, « Précarité et médecine générale: des enjeux inconciliables ? »
Discussion

12h30-14 h déjeuner

14h-15 h. Les archives des associations
Florine Catteau, archiviste d’Emmaüs international, « L’appel de l’Abbé Pierre, 1er février 1954 à travers les archives Emmaüs »
ATD Quart-Monde (sous réserve), « Présentation du centre Joseph Wresinski »

15h-15h30. Un projet en acte 
Marion Leboucher, étudiante en master 2 de sciences politiques, université de Lille 2, attachée au projet NAPE, « Présentation des six premiers mois du projet NAPE, bilan et perspectives » 

15h30-17h. Echanges croisés  « Mots et maux de la pauvreté », 
Alexandre Guerillot, étudiant en master de sciences politiques université de Lille2, « Les sciences sociales et  la pauvreté »
Discussion entre chercheurs, acteurs des associations partenaires (ATD Quart Monde, Médecins du Monde, Réseau Santé solidarité Lille Métropole) et archivistes. 

Entrée libre

Archives nationales du monde du travail
78 Boulevard du Général Leclerc
78 Boulevard du Général Leclerc, 59100 Roubaix
Métro Eurotéléport
http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/camt/fr/Infos_pratiques/donnees_acces/DSC_0046.JPG

Pour tous renseignements : beatrice.touchelay@free.fr 

Allocations doctorales ED 540

Bonjour,

 

l’ED 540 (ENS) lance un appel pour 4 allocations doctorales.

Vous trouverez toutes les informations sur le site de l’ED 540 (http://ift.tt/1dAkkmk).

 

cordialement
Georges Depeyrot, Directeur de rechercheUMR 8546 (CNRS – Ecole Normale Superieure)Moneta http://ift.tt/1yH4wnY http://ift.tt/1dAkjiq Moneta catalogue http://ift.tt/1IMyjDf program  http://ift.tt/1sXFLo7 http://ift.tt/1IMyhLT

nouveau master « Patrimoines d’entreprise »

Chers collègues,  Je me permets de faire connaître un nouveau parcours de Master Histoire créé à Evry à la rentrée 2015, dans le cadre du Master Histoire Paris-Saclay.   Il s’agit d’un parcours « Sources et Valorisation des Patrimoines d’Entreprise ».  A côté du parcours Recherche déjà existant en Histoire économique et sociale (HES), ce parcours (SVP) vise à former des historiens à l’appréhension d’archives, à leur compréhension et à la mise en oeuvre de projets de valorisation.  Il entend répondre à des  demandes émanant d’entreprises privées ou de collectivités publiques.  Bien cordialement,  Nicolas Hatzfeld  IDHES – Université d’Evry Sources et valorisation des patrimoines d’entreprise Débouchés Le parcours SVP débouche sur des métiers «chargé des archives, sources et valorisation du patrimoine d’entreprise», professionnel polyvalent, formé à la fois à la documentation, à la communication et à la médiation. Ce profil correspond à une demande dans le secteur privé, les entreprises et leurs services d’archives et de communication ; les entreprises, les agences de communication, les agence spécialisée dans la conception, la programmation et la réalisation d’expositions. Il débouche aussi dans le secteur public, les collectivités territoriales en charge de patrimoines économiques et industriels. Objectifs  1.      Identifier et analyser des archives internes et externes Archives « classiques » Sources iconographiques Supports audiovisuels 2.      Restituer la mémoire de l’entreprise Témoignages oraux Traces matérielles : sites, vestiges, outils et produits 3.      Organiser et structurer les données  Indexations  Numérisations  Dossiers documentaires indexés, portfolios  Bases de données interopérables  4.      Élaborer des stratégies de valorisation  Communication interne et externe  Liens avec les partenaires socioprofessionnels (entreprises, medias, associations, collectivités) 5.      Mettre en œuvre des programmes de valorisation  Évaluations du patrimoine matériel ou immatériel  Rapports d’expertise en matière de « CV » d’entreprises et de sites  Ouvrages « mémoire d’entreprise », « de territoires industriels »  Projets de réalisation thématique (plaquette, exposition, rencontre, film documentaire)  Sites internet et intranet  Reconstitutions et restitutions 3D de sites, de bâtiments, de machines et postes de travail, etc.  

AAC : « L’intelligence de la pauvreté. Usages de l’argent et des ressources en milieu populaire (XIXe-XXIe s.) »

Appel à contribution pour la revue Les Etudes sociales

L’intelligence de la pauvreté.

Usages de l’argent et des ressources en milieu populaire (XIXe-XXIe s.) 

RESUMÉ

La conception du rapport à l’argent et aux ressources des pauvres et des nécessiteux s’est modifiée au XIXe siècle. La revue Les Etudes sociales se propose de revenir sur quelques-uns des aspects de cette « intelligence de la pauvreté » et du rôle qu’ont tenu (et tiennent encore) les sciences humaines et sociales dans cette ingénierie à visée réformatrice et populaire, à travers un numéro spécial.

ARGUMENTAIRE 

La conception du rapport à l’argent et aux ressources des pauvres et des nécessiteux s’est modifiée au XIXe siècle. Confrontée à une misère sans fin, la charité ordinaire a rencontré ses limites. Gens d’œuvres et des bureaux d’assistance, philanthropes et spécialistes de l’économie sociale et des sciences morales et politiques ont alors imaginé de compléter le don par une action plus rationnelle et éducative. Leurs maîtres-mots sont prévoyance et responsabilité. Désormais, il ne s’agit plus seulement d’aider le pauvre matériellement, mais de lui apprendre à gérer et à utiliser ses ressources au mieux, à devenir responsable du patrimoine, aussi modeste soit-il, qu’il peut se constituer par l’épargne. De leur côté, les pauvres eux-mêmes modifient leurs pratiques de l’argent : ils apprennent à épargner, à refuser l’usure et les prêts sur gages abusifs, à se prêter entre eux. Face à un système bancaire dont ils étaient exclus, se développent des établissements d’un genre nouveau qui permettent à l’argent des pauvres d’être thésaurisé et de circuler. Simultanément, on assiste à une régulation des dépenses par de nouvelles pratiques de consommation et de gestion des ressources. Une « nouvelle économie de la pauvreté » se constitue peu à peu.

Cette NEP – si l’on se risque à ce jeu d’initiales – a souvent été imaginée par des protagonistes des « sciences morales et politiques » ou de l’« économie sociale », premières appellations de nos modernes sciences humaines et sociales. Ceux-ci ont vu, dans cette application pratique, une manière de rendre leurs sciences utiles au plus grand nombre et, par là, à la société toute entière. En opposant la consommation éclairée et coopérative au commerce abusif de marchandises frelatées, le financement mutuel à l’usure scandaleuse et au système bancaire verrouillé, l’épargne garantie et avec intérêts au bas-de-laine dangereux et improductif, etc., les économistes sociaux ont voulu réformer le rapport des pauvres à leurs ressources et leur consommation. Du passage d’une misère sans issue et désespérée à une situation de dénuement en voie de dépassement, ils escomptaient, pour les populations pauvres, des améliorations matérielles, mais aussi des retombées morales. Frédéric Le Play et ses continuateurs ont été aux premiers rangs de cette nouvelle économie de la pauvreté qui mise plus sur les initiatives personnelles, individuelles et collectives, que sur le recours à l’Etat et à la charité chrétienne.

Cette économie, expérimentale à ses débuts, s’est progressivement institutionnalisée dans les sociétés occidentales. Elle s’incarne aujourd’hui dans des institutions et des professionnels qui ont pignon sur rue, mais se sont, parfois, éloignés de leurs buts et de leurs destinataires originels. Les classes moyennes se sont substituées aux classes pauvres comme agents et clients des institutions du tiers-secteur. Pourtant, par une récurrence remarquable, les processus qu’ont connu les sociétés occidentales au XIXe siècle tendent à se reproduire dans des sociétés appauvries qui, revenant aux sources de cette « intelligence de la pauvreté », découvrent les vertus du micro-crédit (voir, en particulier, les travaux récents d’Abhijit V. Banerjee et Esther Duflo) ou de l’économie domestique (voir le courant de recherches impulsé par Florence Weber).

La revue Les Etudes sociales se propose de revenir sur quelques-uns des aspects de cette « intelligence de la pauvreté » et du rôle qu’ont tenu (et tiennent encore) les sciences humaines et sociales dans cette ingénierie à visée réformatrice et populaire, à travers un numéro spécial. On voudrait aborder ce dossier dans une double démarche pluridisciplinaire et transnationale à laquelle sont invités historiens, sociologues, économistes, juristes, etc. Tout en étant ancrée dans l’espace français, on voudrait favoriser une approche à l’échelle européenne, soit par comparaison d’objets similaires (voir la méthode développée par Catherine Maurer, La ville charitable. Les œuvres sociales catholiques en France et en Allemagne au XIXe siècle, Paris, 2012 ; de solides monographies peuvent servir de point de départ : pour Lyon, voir récemment Axelle Brodiez-Dolino, Combattre la pauvreté, Paris, 2013), soit par l’étude des circulations de pratiques et d’idées. C’est cette approche transnationale qui fait défaut aux synthèses disponibles (par exemple, André Gueslin, L’invention de l’économie sociale, Paris, 1998). 

Ce dossier d’orientation historique et sociologique sera composé de contributions de 50 000/60 000 signes au maximum, relatives à la période 1820-1950. Des contributions sur l’actualité et le devenir de l’« intelligence de la pauvreté » au XXIe siècle, mises en perspective historique, sont également encouragées.

Quelques pistes indicatives, non exclusives d’autres propositions :

Dispositifs et acteurs de terrain

Monographies de caisses d’épargne, monts-de-piété, banques populaires, mutuelles scolaires, caisses rurales, coopératives d’achats, restaurants populaires, jardins ouvriers, etc., montrant la diversité des mises en pratique de la NEP et de leur inspiration.

Concepteurs et théoriciens

Ici, pourraient être présentés des promoteurs de la nouvelle économie de la pauvreté et leur conception, notamment leur philosophie de l’argent.

Il suffit de citer, pour le XIXè s., les noms de Delessert, Cavé, Ludovic de Besse, Rostand, Rayneri, Durand (pour la France), de Vigano, Raiffesen, Schulze-Delitzsch, Wollemborg, Luzzati (pour l’Allemagne et l’Italie), pour deviner l’ampleur de ce groupe des pionniers qui pourrait être élargi à des contemporains.

Institutions et dirigeants

Une caractéristique de la NEP réside dans sa forte capacité à se fédérer et à s’institutionnaliser à un niveau meso, situé entre le « terrain » et ses acteurs, d’une part, l’Etat et son administration, d’autre part.

Ici, la focale ciblerait les institutions et leurs dirigeants, porteurs de la NEP, et leur étayage théorique et politique (par exemple, la Fédération nationale des coopératives de consommation dont le fonds est au Cedias-Musée social, les diverses mutuelles, Caisse des allocations familiales avec son réseau de conseillers en économie sociale et familiale, etc.)

Réception de la NEP, usagers et bénéficiaires

On tâcherait, ici, à travers ces études de cas, d’estimer l’impact de la NEP. L’étude des usagers pourrait passer par des exemples d’emprunteurs en milieu urbain ou en milieu rural (voir les monographies de familles de l’Ecole de Le Play), ou de groupes sociaux bénéficiaires, appuyées sur les archives des secteurs concernés. 

Finalités et retombées morales 

Les concepteurs et animateurs de la NEP cherchent-ils à enrichir le pauvre et/ou à l’éduquer au-delà d’une sphère purement économique, voire financière ? 

Partenaires et adversaires

Le rôle de l’administration et des collectivités locales vis-à-vis de la NEP, ainsi que celui des syndicats, des forces politiques et culturelles (églises, franc-maçonnerie) pourrait être ici traité. Mais aussi, les adversaires de cette nouvelle économie (banque traditionnelle, usuriers, philanthropie ancienne manière)

Devenir et actualité

Ici figureraient des contributions sur les formes et pratiques contemporaines d’usages de l’argent et des ressources, allant jusqu’à la suppression de la monnaie (micro-crédit en France et à l’étranger ; banques alimentaires ; troc de services, etc.), qui prolongent ou renouent avec l’économie de la pauvreté historique 

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les propositions sont à adresser, sous forme d’un bref argumentaire accompagné de quelques éléments de présentation de l’auteur, à Antoine Savoye et Matthieu Brejon de Lavergnée avant le 1er octobre 2015. Après acceptation par le comité de rédaction des Études sociales, la première version du texte sera à rendre pour le 30 mars 2016. Publication : 2e semestre 2016.

CONTACTS

antoine.savoye@free.fr

matthieu.brejon@gmail.com

Cédric PERRIN

IDHES-Evry

Chargé de mission AFHE

Deuxième séminaire de l’Asie des réseaux, le mardi 9 juin, de 9h30 à 13h. EHESS, 190, Avenue de France, 6e étage, noyau A, salle 638

 

François Gipouloux (CNRS)
et Guillaume Carré (EHESS) ont le plaisir de vous inviter au deuxième séminaire
de l’Asie des réseaux, le mardi 9 juin, de 9h30 à 13h.

EHESS, 190, Avenue de
France, 6e étage,  noyau A,
salle 638

 

L’axe
transversal « l’Asie des réseaux : XVe-XXIe
siècle » se propose d’étudier les différentes formes de réseaux et leurs
acteurs en Asie orientale, pour mettre en évidence, concrètement, les modalités
d’échanges dans l’espace sinisé (Chine-Corée-Japon) depuis l’époque de la
première mondialisation (celle des « grandes découvertes ») jusqu’à
nos jours.

 

Introduction :
« Issues in comparative economic history »

François Gipouloux (CNRS)

 

« Muslim Memories of
Song-Yuan-Ming Transition in Southeast China »

 

Oded ABT (University of Tel Aviv)

 

The paper examines hitherto overlooked written
sources and oral traditions shedding new light on the relations between the
late Yuan regime and the southeastern coast Muslim elites. Its main aim is to
analyze changing narratives of lineages of Muslim descent, concerning the
persecution and forced assimilation they went through during the late Yuan and
early Ming periods. According to current accepted narratives, the fate of the
lineages of Muslim descent was largely determined due to their ancestors’ close
association with the Yuan Mongol rulers. These narratives have been
disseminated since the late fourteenth century through genealogical texts, oral
legends, various references within the ancestral worship and symbolic imageries
in the family shrines. Focusing on the Lishi 麗史, a historical novel included in a Ming
genealogy of a Fujianese lineage of Muslim descent, I address the changing
perspectives regarding the Yuan treatment of its Muslim subjects, and analyze
their role in Muslim descendants’ identity formation from the Ming period down
to the present.

 

Discussion

 

« Trading Along the
Yangzi: the Pains and Problems of Huizhou Merchants in the Late Ming »
Joe McDERMOTT (University of Cambridge)

 

This paper explores Huizhou
merchants’ perceptions of their commercial
world and its practices in the late Ming. It identifies some of the abuses
they regularly encountered on the Yangzi and the solutions they attempted
to impose, ranging from involvement with the military to their
establishment of family agents at different ports along the Yangzi.

 

Discussion

 

*

 

Francois GipoulouxDirecteur de recherche, CNRSEcole des Hautes Etudes en Sciences Sociales190-198 Avenue de France, 75244 Paris cedex 13Tél : 01 49 54 20 90; Fax 01 49 54 20 78E-mail:Gipouloux@ehess.frhttps://umr-ccj.ehess.fr/Page personnelle:     http://ift.tt/1eXM9Gp EurasiaTrajeco:  http://ift.tt/1gPRuJ0

 

8, 9, 10 juin: colloque TRAVAIL LIBRE/TRAVAIL FORCÉ : CONTRAINTES LOCALES ET DYNAMIQUES GLOBALES. AFRIQUE, EUROPE, ASIE, DU XVIE SIÈCLE À NOS JOURS

Dans le cadre du projet : Travail libre/travail forcé

Financé par Paris Nouveau Mundi http://www.hesam.eu/blog/category/recherche/programme-next/

Coordinateur : Alessandro Stanziani (EHESS)

TRAVAIL LIBRE/TRAVAIL FORCÉ : CONTRAINTES LOCALES ET DYNAMIQUES GLOBALES. AFRIQUE, EUROPE, ASIE, DU XVIE SIÈCLE À NOS JOURS

Les tensions entre travail libre et travail forcé ne peuvent se résumer aux passages canoniques du féodalisme au capitalisme en Europe, de l’esclavage à la liberté dans l’espace Atlantique. Au contraire, ces tensions concernent toutes les régions du monde sur la très longue durée, bien avant l’expansion européenne et au-delà des changements institutionnels tels que la Révolution française ou le mouvement abolitionniste. En témoignent les millions de personnes – hommes, femmes, enfants – en état d’esclavage ou de dépendance absolue de nos jours, de l’Afrique, à l’Inde, à l’Asie du Sud-Est et à la Chine, sans oublier l’Amérique latine et, bien entendu, les travailleurs au noir et les immigrés clandestins en Europe et aux USA. Ce colloque se propose de rendre compte des relations entre coercition et travail sur la longue durée, du xvie siècle jusqu’à nos jours, sur des espaces multiples et hiérarchisés en Afrique, en Asie et en Europe.

FREE/UNFREE LABOR:

LOCAL CONSTRAINTS AND GLOBAL DYNAMICS. AFRICA, EUROPE, ASIA, 16TH CENTURY TO PRESENT DAYS

Tensions between free and unfree labor cannot be resumed to the classical passages from feudalism to capitalism in Europe, from slavery to freedom across the Atlantic. To the contrary, these tensions concern all the world regions and on the very longue durée, well before the European expansion and well after the French revolution and the abolitionist movement. Millions of bonded people in Africa, India, South-East Asia and China, not to forget Latin America and the “West” itself testify to this persistence.

This workshop aims at discussing the tensions between labor and coercion since the 16th century to present days in multiple, hierarchical spaces over Africa, Asia, the Americas and Europe. Scholars from different fields –historians, economists, sociologists-, NGOs and ILO representatives will take part to the discussions.

8-9-10 JUIN 2015

8 & 9 JUIN : SALLE CLAUDE LEVI-STRAUSS (N°3)
COLLEGE DE FRANCE, 52, RUE DU CARDINAL LEMOINE (Paris 5e – Métro : CARDINAL LEMOINE)

10 JUIN : SALLE DENYS LOMBARD
EHESS, 96, BOULEVARD RASPAIL (Paris 6E – Métro : St Placide ou Notre Dame des Champs)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

8 JUIN – 9:30-13:00

  • Anne Conchon[Paris 1] : La corvée au xviiie siècle : les formes de dépendance à l’œuvre dans la contrainte de travail.
    Corvée in 18th century France: forms of dependance and labor constraints.
  • Philippe Minard[Paris 8-EHESS] : Relation salariale et subordination : le régime britannique Master & Servant (xviie-xixesiècles).
    Wage relationships and subordination : the Master and Servant regime in Britain (17th-19th centuries)
  • Alessandro Stanziani[CNRS-EHESS (CRH)] : Recrutement forcé des marins, France-Angleterre-Océan indien, xviiie-xixesiècles.
    Force recruitment of seamen, France-Britain-Indian Ocean, 18th-19th centuries
  • Jérôme Bourdieu[INRA-EHESS-PSE] et Lionel Kesztenbaum [INED-PSE] : Dépendance au travail et développement du salariat durant la révolution industrielle.
    Control of the workforce and the rise of wage-earners during the industrial revolution.

8 JUIN – 14:00 -17:30

  • Thomas Vernet[Paris 1] : Esclaves et clients. Formes de la dépendance, mobilités et traites dans le monde swahili, 1500-1820.
    Slaves and clients. Dependence, mobility and the slave trade in the Swahili world, 1500-1820
  • Catarina Madeira Santos[EHESS] : Le pawnship en Angola. Une approche de longue durée.
    Pawnship in Angola: a long-term approach.
  • Richard Roberts[Stanford University] : Changement économique et mobilisation du travail après l’abolition de l’esclavage au Soudan français, 1890-1930.
    Economic Change and Labor Mobilization in the Aftermath of the End of Slavery in the French Soudan, 1890-1930.
  • Babacar Fall[Université de Dakar] : Premiers grands travaux coloniaux et main-d’œuvre au Sénégal. Étude de cas : Le port de Dakar et le chemin de fer Dakar-Saint-Louis (1855 – 1885).
    First colonial works and labor force in Senegal. Case study: the Dakar port and the railway Dakar-Saint-Louis, 1855-1885.

9 JUIN­ – 9:30-13:00

  • Céline Flory[CNRS] : Mondes américains, « Recapturés », « rachetés », « engagés » : abolitions et « nouveaux » travailleurs africains en colonies.
    Re-captured, “rachetés”, indentured: abolition and new African workers in the French colonies. 
  • Hideaki Suzuki[School of Global Humanities and Social Sciences, Nagasaki University] Les logiques de la dépendance et de la protection dans le golfe Persique au début du xxe siècle.
    Logics of bonding and protection in the early twentieth century Persian Gulf, early 20th Century.
  • Kudakwashe Manganga[Department of History, University of Zimbabwe] : Debt and Bondage in Colonial Zimbabwe: the Role of the Rural White Petite Bourgeoisie and the Credit System (Chimbazo).
    Dette et dépendance dans le Zimbabwe colonial: le rôle de la petite bourgeoise blanche rurale and le système de crédit (Chimbazo).
  • Andreas Eckert[Humboldt University] : Travail forcé et décolonisation en Afrique.
    Forced labor and decolonization in Africa. 

9 JUIN – 14:00-17:30

  • Denis Cogneau[PSE-IRD] : L’économie politique de la conscription militaire en Afrique coloniale française.
    The political economy of military conscription in French colonial Africa. 
  • Eveline Baumann[UMR 245 CESSMA (Université Paris Diderot – INALCO – IRD)] : De la normalité du travail vulnérable au Sénégal.
    The normality of vulnerable work in Senegal.
  • Karin Marazyan[Paris 1] : Child fostering in Senegal.
    Le placement des enfants au Sénégal.
  • Yuka Tomomatsu[Tokyo University] : Meaning of labour: contextualizing savanna household economy in northern Ghana.
    La signification du travail : contextualisation de l’économie du ménage dans la savane du Ghana du Nord.

10 JUIN ­– 9:30-13:00

  • Isabelle Guérin[IRD-Cessma and French Institute of Pondicherry] : Le travail non libre à l’ère de la financiarisation.
    Unfree labor in the financial era.
  • Smita Premchander[Sampark, Bangalore] : Contracting and sub-contracting: how markets work to perpetuate indebtedness and bondage.
    Contrat et sous-contrat : comment les marches pérennisent la dette et la dépendance.
  • Harsh Mander: Youth, Jobs and Dreams in contemporary India.
    Jeunes, travail et rêves dans l’Inde contemporaines.
  • Coen Kompier[ILO, Delhi] : Stubborn Debts and State Complicity. Bonded Labour in the Indian Ocean Rim for the past 15 Years.
    Persistance de la dette et complicités étatiques. Le travail forcé sur les rives de l’océan indien au cours des quinze dernières années.

10 JUIN – 14:00- 17:30

  • Thomas Cayet[EHESS] : Le « travail forcé » à l’Organisation Internationale du Travail, une vision « en creux » d’un idéal de modernisation ?
    Forced labor at the ILO, a vision of an ideal of modernization?
  • Laura De Lisi[EHESS] : Le travail des enfants en Côte d’Ivoire (1980-2000) : de fortes interactions avec le travail des femmes.
    Child labor in Ivory Coast (1980-2000): strong interaction with women labor.
  • Michealle Decoeck[ILO, Genève] : Forced labour today: the challenges of implementing solid research and data collection.
    Le travail force aujourd’hui : les défis de la mise en place de recherches solides et de la collecte de données.
  • Table rondeautour de Prabhu Mohapatra (Delhi University), Richard Roberts (Stanford) et  Coen Kompier (ILO)

2/6: Hadrien Coutant au séminaire des grandes entreprises

 La dernière séance 2014/2015 du séminaire grandes entreprises aura lieu le mardi 2 juin à 14h30.
Nous recevrons Hadrien Coutant, doctorant au CSO, qui donnera une présentation intitulée :
« Financiarisation de l’Etat, financiarisation de la firme. Le cas de la relation de l’Etat à un groupe public aéronautique »
 

Comme d’habitude, l’intervention aura lieu au CSO (19, rue Amélie, 75007 Paris), dans la salle de séminaire.

Pour préparer la séance, nous mettons à disposition un papier que vous pouvez nous demander par mail.
Bien amicalement,
Sebastian Billows
Scott Viallet-Thévenin

5/6, Ehess: La Technologie entre l’Europe et les États-Unis aux xixe et xxe siècles : rencontre et ignorance

La Technologie entre l’Europe et les États-Unis aux xixe et xxe siècles : rencontre et ignorance

5 juin 2015

EHESS, 190 av. de France, 75013 Paris, salle 640

http://techniqcak.hypotheses.org/2576

9h30-10h :  Introduction

Guillaume Carnino (Utc) et Liliane Hilaire-Pérez (Ehess Cak, Paris 7 ict)

10h-11h15 : séance inaugurale

Présidente de séance : Aleksandra Kobiljski (EHESS/CRJ)

Francesca Bray (University of Edinburgh), Between technologie and history of technology: frameworks, sources and other challenges

Eric Schatzberg (University of Wisconsin-Madison), Why There Is No Discipline of Technology in Anglo-American Scholarship

11h30-13h00 : Transferts et institutionnalisations au xixe siècle

Président de séance : Marie Thébaud-Sorger (CNRS, CAK)

Koen Vermeir (CNRS, SPHERE), The Prehistory of « Technology »: the 16th and 17th centuries

Jérôme Baudry (CAK / Harvard University), Les brevets d’invention et la technologie (France – États-Unis)

Konstantinos Chatzis (ENPC/LATTS) et Thomas Prévéraud (Centre F. Viète, Université de Nantes), La présence française dans la formation des ingénieurs américains durant les deux premiers tiers du XIXe siècle : aspects institutionnels et intellectuels

14h-15h30 : Diffusions et territorialisations au xxe siècle

Président de séance : Jochen Hoock (Université Paris 7)

Vincent Dray (IRTES-RÉCITS), Le discours de la « Technology » aux Etats-Unis:  rencontre, mobilités et diffusion (1914-1939)

Adelheid Voskhul (University of Pennsylvania), Philosophies in the Industrial Age: German and American Engineers in Trans-Atlantic Trade of Theories and Practices of Technology, 1870 to 1930

Steeve Sabatto (EHESS CAK), Mode de circulation et de territorialisation des systèmes constructifs durant la Guerre Froide

16h00-17h00 : Anthropologie et philosophie contemporaines de la technologie

Président de séance : Guillaume Carnino (UTC)

Ludovic Coupaye (University College of London), De l’anthropologie des techniques à l’anthropologie de la Technologie

Xavier Guchet (université Paris 1 / CETCOPRA), Le tournant empirique en philosophie des techniques (1980-2015) : échanges Etats-Unis/France

17h00-17h30 : Discussion générale

Journée-débat organisée par Patrice Bret, Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski, Allan Potofsky, Marie Thebaud-Sorger, Koen Vermeir en collaboration avec Jochen Hoock et Eric Schatzberg

Partenaires

q       Ehess : Centre Alexandre Koyré

q       GIS Unité de la Technologie et des Sciences humaines (utsh)

q       Université technologique de Compiègne (Utc), programme HumanTechnology (fonds européen Feder)

q       International Committee for the History of Technology (icohtec)

q       Laboratoire larca (CNRS/université Paris 7)

q       Laboratoire sphere (CNRS/université Paris 7)

q       Laboratoire ict (université Paris 7)

Soutiens scientifiques et diffusion

q       Institut des Humanités et des Sciences de Paris (Ihsp)

q       Society for the History of Technology (Shot)

10/6, Rouen: zones monétaires et coopération internationale en Afrique (XXe-XXIe siècles)

La journée d’étude initialement prévue à Rouen le 20 mai a dû être décalée au 10 juin 2015, au profit d’un programme enrichi.

Tous ceux qui souhaitent assister à la journée d’études sont les bienvenus. Nous vous remercions néanmoins, pour organiser au mieux votre accueil, de signaler votre présence par une simple réponse à ce courriel.

Pour les parisiens, un accueil sera réalisé en gare de Rouen à 9h (heure d’arrivée du train Paris-Le Havre partant de St Lazare à 7h53), pour vous conduire sur le campus. 

Programme ci-dessous également consultable et téléchargeable ici : www.hizof.fr 

IRIHS – 17 rue Lavoisier – 76130 Mont Saint-Aignan
10 Juin 2015

9h30 – 11h : Session 1 : Les banques centrales au coeur de la coopération monétaire internationale.

Présidence : Christian de Boissieu (Paris 1)

– Vincent Duchaussoy (Rouen/Glasgow) : Décolonisation de la coopération monétaire en Afrique de l’Ouest et africanisation de la BCEAO dans les années 1960-1970
– Tchétché N’Guessan (Abidjan) : Les banques centrales et la coopération monétaire en Zone franc depuis les années 1990.

11h15 – 12h45 : Session 2 : L’internationalisation de la coopération monétaire

Présidence : Christian de Boissieu (Paris 1)

– Olivier Feiertag (Rouen) : Le Maroc, de la Zone franc à la crise de la dette :
quelle place pour la coopération monétaire internationale ?
– Michel Lesourd (Rouen) : Le Cap Vert et la zone escudo

14h15 – 17h00 : Session 3 : Coopération monétaire et expériences nationales

Présidence : Vincent Duchaussoy (Rouen/Glasgow)

– Florian Ferrand (Rouen) : L’économie malgache dans la Zone franc.
– Chislain Moupebele Makadjoka (Paris 7) : La Caisse Autonome d’Amortissement et la Banque de France : quel accord de consolidation de la dette extérieure du Gabon (1982-1992) ?
– N’Famoussa Bagayoko (EHESS) : L’endettement extérieur des pays de l’UEMOA dans les années 1975-1995.
– Karl Adhépeau (Paris 4) : L’intégration monétaire européenne et sa portée en Zone franc.
– Edwige Kamdem (Bordeaux 4) : La définition de la politique monétaire en zone CEMAC.

Bien cordialement,
Vincent Duchaussoy.
Docteur en histoire économique contemporaine
Chargé de recherches et animation scientifique
Université de Rouen
HIZOF & @HIZOF on Twitter