Tous les articles par AFHE

Les dessinateurs de fabrique en France, 18e-19e s.

Audrey Millet soutiendra sa thèse d’histoire intitulée

« Les dessinateurs de fabrique en France, XVIIIe-XIXe siècles » 

mardi 30 juin 2015, à l’université Paris 8

 

 

Composition du jury : 

  • Philippe Minard (directeur de la thèse), Université Paris 8
  • Olivier Christin (directeur de la thèse), Université de Neuchâtel
  • Liliane Hilaire-Pérez, Université Paris 7
  • Olivier Raveux, UMR TELEMME 7303
  • Giorgio Riello, Warwick University
  • Laurent Tissot, Université de Neuchâtel

Th_A-MILLET

 

Résumé : 

La première industrialisation, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, s’est appuyée sur ce que l’historiographie récente appelle « la révolution des consommateurs » : une consommation et une circulation accrue de tous les objets du quotidien, ces « choses banales » que sont tissus, dentelles, tapisseries, faïences, papiers peints, vaisselle… Le désir d’acheter et de posséder des biens autres que ceux qui permettent la simple survie conduit ainsi à une affirmation des phénomènes de mode, impliquant pour les producteurs la nécessité de prendre en compte le goût changeant des consommateurs et la diversification de leurs consommations. La course à la novation pour séduire la clientèle devient un enjeu majeur pour les manufacturiers. Le dessinateur occupe une place essentielle dans cette compétition, puisque la première phase du processus de production, avant celle de la fabrication et de la commercialisation, est celle de la création, du design du produit. Ce travail vise donc à interroger le statut de cette main-d’œuvre très qualifiée, détentrice d’un savoir-faire encore peu formalisé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais qui tend à une lente institutionnalisation, dont nous examinerons les rythmes jusqu’à l’émergence et la codification de la profession. Une première partie est consacrée au dessin de fabrique qui définit en partie le métier de dessinateur. La seconde partie examine un corpus d’environ 4 000 dessinateurs afin de comprendre leurs mobilités, leur formation, leur condition salariale et leur niveau de vie. Enfin, la troisième partie analyse les débats liés à la copie et à l’innovation, et la protection des dessins de fabrique. Il convient de faire le deuil des taxinomies sociales ordinaires et en particulier des oppositions binaires figées : art/industrie, artiste/artisan, art libéral/art mécanique, mais aussi dessin de figure/dessin linéaire.

 

La soutenance débutera à 9 h.15 précises à l’Université Paris 8 :

2 rue de la liberté, Saint-Denis
Métro Saint-Denis université (ligne 13, terminus; attention à l’embranchement à la station La Fourche)
bâtiment D, salle 143 (1er étage)

Une réception suivra, vers 13h30 environ.

RSVP : audreypatrizia *at* yahoo *dot* fr

 

Copenhagen conference in press

Dear All,

The
proceedings of the DAMIN Copenhagen conference on Mints, Technology and Coin Production (May 28-29, National Museum of Denmark) is now in press
and will be available in July.

You can
have a look to the volume on http://ift.tt/1GbxvFq

Best wishes

Georges

Georges Depeyrot, Directeur de rechercheUMR 8546 (CNRS – Ecole Normale Superieure)Moneta http://ift.tt/1yH4wnY http://ift.tt/1yH4wo7 http://ift.tt/1cuyzbY Project http://ift.tt/1e0gd3F http://ift.tt/1yH4wo9 http://goo.gl/jo1wN0  

Colloque – La Technologie entre l’Europe et les États-Unis : rencontre et ignorance – 5 juin 2015, EHESS

Colloque – La Technologie entre l’Europe et les États-Unis : rencontre et ignorance – 5 juin 2015, EHESS La Technologie entre l’Europe et les États-Unis aux xixe et xxe siècles : rencontre et ignorance 5 juin 2015 EHESS, 190 av. de France, 75013 Paris, salle 640 http://ift.tt/1HxOtgs : affiche, livret de résumés bilingues, programme http://40ans.ehess.fr : interview des organisateurs (bilingue) 9h30-10h :  Introduction Guillaume Carnino (Utc) et Liliane Hilaire-Pérez (Ehess Cak, Paris 7 ict) 10h-11h15 : séance inaugurale Présidente de séance : Aleksandra Kobiljski (EHESS/CRJ) Francesca Bray (University of Edinburgh), Between technologie and history of technology: frameworks, sources and other challenges Eric Schatzberg (University of Wisconsin-Madison), Why There Is No Discipline of Technology in Anglo-American Scholarship 11h30-13h00 : Transferts et institutionnalisations au xixe siècle Président de séance : Marie Thébaud-Sorger (CNRS, CAK) Koen Vermeir (CNRS, SPHERE), The Prehistory of « Technology »: the 16th and 17th centuries Jérôme Baudry (CAK / Harvard University), Les brevets d’invention et la technologie (France – États-Unis) Konstantinos Chatzis (ENPC/LATTS) et Thomas Prévéraud (Centre F. Viète, Université de Nantes), La présence française dans la formation des ingénieurs américains durant les deux premiers tiers du XIXe siècle : aspects institutionnels et intellectuels 14h-15h30 : Diffusions et territorialisations au xxe siècle Président de séance : Jochen Hoock (Université Paris 7) Vincent Dray (IRTES-RÉCITS), Le discours de la « Technology » aux Etats-Unis:  rencontre, mobilités et diffusion (1914-1939) Adelheid Voskhul (University of Pennsylvania), Philosophies in the Industrial Age: German and American Engineers in Trans-Atlantic Trade of Theories and Practices of Technology, 1870 to 1930 Steeve Sabatto (EHESS CAK), Mode de circulation et de territorialisation des systèmes constructifs durant la Guerre Froide 16h00-17h00 : Anthropologie et philosophie contemporaines de la technologie Président de séance : Guillaume Carnino (UTC) Ludovic Coupaye (University College of London), De l’anthropologie des techniques à l’anthropologie de la Technologie Xavier Guchet (université Paris 1 / CETCOPRA), Le tournant empirique en philosophie des techniques (1980-2015) : échanges Etats-Unis/France  17h00-17h30 : Discussion générale Journée-débat organisée par Patrice Bret, Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski, Allan Potofsky, Marie Thebaud-Sorger, Koen Vermeir en collaboration avec Jochen Hoock et Eric Schatzberg Partenaires q       Ehess : Centre Alexandre Koyré q       GIS Unité de la Technologie et des Sciences humaines (utsh) q       Université technologique de Compiègne (Utc), programme HumanTechnology (fonds européen Feder) q       International Committee for the History of Technology (icohtec) q       Laboratoire larca (CNRS/université Paris 7)  q       Laboratoire sphere (CNRS/université Paris 7)  q       Laboratoire ict (université Paris 7) Soutiens scientifiques et diffusion q       Institut des Humanités et des Sciences de Paris (Ihsp) q       Society for the History of Technology (Shot)

JE, 15 Juin: Capitalism and the Environment: Concepts, Methodologies and Precedents for a New History

Chers Collègues, Ci-dessous le programme d’une JE qui devrait intéresser certains parmi les abonnés à cette liste. cordialement, Paul Cheney Capitalism and the Environment: Concepts, Methodologies and Precedents for a New History 15 June, Monday,  9:30 a.m. University of Chicago Center in Paris 6 rue Thomas Mann 75103 Paris Métro: Bibliothèque François Mitterrand  Coffee and Welcome 9:30-10 A.M.  Introduction: Paul Cheney (University of Chicago) Session 1, World Ecology and World Systems 10:00-12:00 AM ·      Andreas Malm (Lund) In the Heat of the Past: Can we Write a History of Fossil Capital? ·      Christophe Bonneuil (CNRS) The World Ecology of the Great Acceleration: Combining Earth-Systems and World-Systems Perspectives ·      Comment: Venus Bivar (Washington University, St. Louis) Lunch 12:00-1:00 Session 2, Histories of Environmental Degradation 1:00-4:00 PM ·      Thomas Le Roux (EHESS) Capitalism and Industrial Pollution: the Great Shift, France 1750-1850 ·      Tim Cooper (Exeter) Capitalism and the Antinomies of Everyday Environmentalism: The case of the Torrey Canyon ·      Fabien Locher (EHESS) Beyond private property ? Commons and Environment in the Cold War Era ·      Comment: Fredrik Albritton-Jonsson (University of Chicago) Café Pause  Session 3, Ideology and Critique 4:30-6:30 PM ·      Charles-François Mathis (Bordeaux) Thinking about Nature, Accepting Capitalism? Toward a Cultural History of Capitalist Visions of the Environment ·      Paul Warde (Cambridge) Histories of Blame. Categories and Culpability in the History of Capital and Environment ·      Comment: Ken Pomeranz (University of Chicago) Cocktail Paul Cheney · University of Chicago · Department of History  Director, University of Chicago Center in Paris

L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Programme du congrès AFHE 2013

Affiche du Colloque 2013 de l'AFHE
Affiche du Colloque 2013 de l’AFHE

À l’occasion de son congrès 2013, qui se tiendra les 4 et 5 octobre aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, l’AFHE propose, en collaboration avec l’IRHiS (UMR 8529, université de Lille 3), de s’intéresser aux vertus économiques de l’échec.

L’historiographie abonde de succès, de réussites et de conquêtes, au risque d’oublier les échecs, tout aussi nombreux, qu’ils soient humains, financiers, commerciaux, stratégiques, technologiques ou politiques. Au-delà de la légende de Bernard Palissy ou de la mode contemporaine de la sérendipité, l’échec ne serait-il qu’un succès différé, une preuve d’héroïsme technique et économique ? Est-il synonyme de fin ou de terminus pour l’historien ? Comment ce dernier le perçoit-il et l’analyse-t-il, en regard des enjeux qui lui sont propres ? Et quels sont, pour les contemporains, les éléments qui permettent d’en comprendre la réception, l’analyse et la sanction ? Faut-il y voir la source des efforts d’autres agents, une simple étape au sein d’un processus d’innovation ? Peut-on même en envisager les retombées imprévisibles, pas nécessairement négatives, que l’on se place au niveau des individus, des familles, des sociétés ou de l’humanité toute entière ?

Ces problèmes, et bien d’autres, questionnent notre rapport à l’échec, que l’on soit acteur ou historien. Faire varier les échelles d’analyse – temporelle, spatiale et sociale  – peut aider à en révéler les multiples dimensions, d’où le choix des six sessions : les usages sociaux de la faillite ; histoire des entreprises ; espaces transfrontaliers et politique en Europe ; discours, récit et image de l’échec ; les districts et les territoires ; institutions et politiques publiques.

« Les progrès de l’industrie perfectionnée » – Ateliers et manufactures de la Révolution française au Premier Empire (France, 1789-1815)

Version française

Colloque international pluridisciplinaire
Vendredi 13 et samedi 14 juin 2014
Paris, Institut national d’histoire de l’art et Centre allemand d’histoire de l’art

Entre la réunion des États généraux et la fin du Premier Empire, vingt-cinq ans s’écoulent pendant lesquels bouleversements politiques, économiques, sociaux et culturels créent un contexte d’instabilité pour le secteur du luxe et du demi-luxe français.

Les ateliers et les manufactures sont confrontés à des conditions matérielles et organisationnelles difficiles. Le manque de matières premières, la détérioration des finances et la diminution du personnel en raison du départ des jeunes hommes aux armées ont un impact négatif sur la production artisanale. L’incertitude générale que représente cette période d’instabilité politique et de conflits armés n’empêchent pourtant pas l’émergence de modes. De nouveaux marchés s’ouvrent et offrent de riches opportunités aux artistes et artisans pour diversifier et élargir leurs créations.

La période révolutionnaire a souvent été considérée comme un temps de rupture, en particulier dans le domaine du luxe dont elle remet en cause les fondements. Il s’agira ici, au contraire, de l’envisager dans sa continuité, à la jonction des XVIIIe et XIXe siècles. La reprise de la production des objets de luxe s’observant dès le Directoire et s’épanouissant avec l’Empire, les mutations de la société et du travail posent la question du développement de nouveaux paradigmes. À quels évènements et à quels changements les manufactures d’État, les ateliers de renom ainsi que les producteurs régionaux doivent-ils faire face entre l’Ancien Régime et la Restauration des Bourbons ? De quelle manière les artistes et les artisans réussissent-ils – ou échouent-ils – à s’adapter ? Mais aussi comment, de ces situations complexes, émergent les facteurs mêmes d’une évolution possible d’un secteur en processus d’industrialisation ?

Le présent colloque entend faire le point sur cette période charnière de l’histoire des arts décoratifs en France, l’objectif étant de mieux comprendre comment, au sein d’une actualité foisonnante, porteuse de transformations, ont fonctionné des ateliers et des manufactures établis à Paris et sur l’ensemble du territoire français.

Pluridisciplinaire, croisant en particulier l’histoire de l’art, l’histoire sociale, l’histoire économique, l’histoire culturelle et l’histoire des techniques, le colloque cherchera autant à affiner la périodisation de son sujet d’étude qu’à fournir les clefs de lecture d’une analyse plurielle des objets, en complément d’une approche stylistique déjà éprouvée.

Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront s’articuler autour de trois axes :

  • Organisation de la production : Acteurs et lieux de la production – Organisation des ateliers avant et après la dissolution des corporations en 1791 – Cadre institutionnel et juridique de la production – Concepteurs et fabricants des différents métiers liés au luxe – Fournisseurs et fournitures de matières premières – Émulation et compétition entre manufactures étatiques et entreprises privées.
  • Formes et Matérialité : Outils, techniques et matériaux – Modes – Évolutions formelles et industrialisation – Écoles et académies au service de l’industrie – Bilan quantitatif et qualitatif de la production – Motifs iconographiques et stylistiques des objets manufacturés – Savoir-faire et évolution du goût.
  • Distribution : Expositions internationales à partir de 1798 (an VI) – Voies de diffusion –Fournisseurs d’objets manufacturés – Réseaux commerciaux – Presse et publicité – Intermédiaires et marchands – Lieux de vente – Présents diplomatiques – Compétitivité et concurrence commerciale.

Comité d’organisation

  • Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2, LAHRA)
  • Jörg Ebeling (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)
  • Anne Perrin-Khelissa (université Toulouse 2 Le Mirail)
  • Philippe Sénéchal (Institut national d’histoire de l’art)

Comité scientifique

Marc Bayard (Mobilier national, Paris) ; Jean-Francois Belhoste (École Pratique des Hautes Études, Paris) ; Andreas Beyer (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris) ; Philippe Bordes (université Lumière Lyon 2) ; Anne Dion (musée du Louvre) ; Daniela Gallo (université Pierre Mendès France – Grenoble 2) ; Liliane Hilaire-Pérez (université Paris 7) ; Ulrich Leben (Bard Graduate Center, New York) ; Lesley Miller (Victoria & Albert Museum, Londres) ; Jean-Michel Minovez (université de Toulouse 2) ; France Nerlich (université de Tours) ; Odile Nouvel (Paris) ; Jean-Michel Olivier (université de Toulouse 2) ; Hans Ottomeyer (Berlin) ; Daniel Roche (Collège de France, Paris) ; Bénédicte Savoy (Technische Universität, Berlin) ; Patrick Verley (Genève).

Les propositions de communication d’une page maximum ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique en français ou en anglais sont à envoyer à l’adresse mail suivante avant le lundi 30 septembre 2013 : AteliersManufactures1789-1815@dt-forum.org

Langues du colloque : français et anglais.

Téléchargez l’appel au format PDF.

 

English version

« Les progrès de l’industrie perfectionnée » – Workshops and manufactures in the years between the French Revolution and the Napoleonic Empire (France 1789 – 1815)

International symposium
Friday and Saturday, June 13 & 14, 2014
Paris, Institut national d’histoire de l’art and Centre allemand d’histoire de l’art

The twenty-five years between the assembly of the États généraux and the end of the Napoleonic Empire saw political, social, cultural and economic changes that created a context of instability for the luxury industries and fine arts in France.

Workshops and manufacturers were confronted with material and logistical challenges. The shortage of materials, the collapse of the financial system and the loss of a significant number of skilled workmen to the army, had a direct impact on French productivity. In spite of these difficult conditions, the insecurity and instability of social upheaval and war in this period, creativity and the invention of new trends and fashions were by no means halted in Paris. New markets quickly offered plenty of opportunities for inventive craftsmen to extend and diversify their activities.

Up until now the revolutionary period has mainly been considered as a period of disruption, especially in the field of luxury industries, which were considered to be at odds with the values of the new emerging social system. It is now possible to show that contrary to this general assumption, continuity can be found in this pivotal period between the eighteenth and nineteenth centuries. The quick re-awakening of the production of luxury goods followed the establishment of the Directoire and its flowering during the Napoleonic years is proof of great flexibility and adjustment to social change and the new paradigms of labor. A number of questions emerge from these observations: what events and changes confronted former royal and later national manufacturers, famous workshops and regional producers in the years between the Ancien Régime and the Bourbon Restoration? In what ways were artists and artisans able to adapt or resign themselves to the new challenges?  But also – to what extent did these events stimulate new modes of creativity and production which would have an impact on the development of industrialization in France?
This symposium aims to shed light on a pivotal period in the history of material culture and the decorative arts in France. One of its goals is to provide a better understanding of and insight into what exactly happened during these years and into the impact of the transformation of every aspect of civil and industrial life on Parisian and regional production in this period, which is generally recognized as one of cataclysmic change.

Organized as an interdisciplinary event, this symposium will study the period from the point of view of art, social, economic and technological histories. Its main objectives are to define and shed light on the specific characteristics of the period and its production, in order to generate new insights and conclusions which complement the field’s well-established stylistic analyses, while also providing new tools for the broader analysis of objects.

Contributions of 20 minutes should approach the following pivotal points:

  • The organization of production: Actors and places of production – The management of workshops before and after the abolition of the guilds in 1791 – The institutional and legal context for production – Creators and makers in different trades linked to the luxury industries- Supply and  suppliers of materials – Competition between national and private industries.
  • Forms and Materials: Tools, techniques and materials – Fashion and trends – The relation of stylistic evolution and industrialization- Professional schools and academic institutions for the industries- Iconographies and style for manufactured goods – Know-how and the evolution of style
  • Distribution: Industrial exhibitions from 1798 onwards – Methods of distribution – Producers of manufactured goods – Commercial networks – Press and publicity – Franchising and dealers – Places of sale – Diplomatic gifts – Commercial challenge and competition

Organisational Board

  • Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2, LAHRA)
  • Jörg Ebeling (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)
  • Anne Perrin-Khelissa (université de Toulouse 2 Le Mirail)
  • Philippe Sénéchal (Institut national d’histoire de l’art)

Scientific Board

Marc Bayard (Mobilier national, Paris) ; Jean-Francois Belhoste (École Pratique des Hautes Études, Paris) ; Andreas Beyer (Centre allemand d’histoire de l’art) ; Philippe Bordes (université Lumière Lyon 2) ; Anne Dion (musée du Louvre) ; Daniela Gallo (université Pierre Mendès France Grenoble 2) ; Liliane Hilaire-Pérez (université Paris 7) ; Ulrich Leben (Bard Graduate Center, New York) ; Lesley Miller (Victoria & Albert Museum, London) ; Jean-Michel Minovez (université de Toulouse 2) ; France Nerlich (université de Tours) ; Odile Nouvel (Paris) ; Jean-Michel Olivier (université de Toulouse 2) ; Hans Ottomeyer (Berlin) ; Daniel Roche (Collège de France, Paris) ; Bénédicte Savoy (Technische Universität, Berlin) ; Patrick Verley (Geneva).

Papers may be given in French or English language

Proposals for papers of one A-4 side length and a short biography in French or English should be sent to the following address before Monday September 30th 2013: AteliersManufactures1789-1815@dt-forum.org

Download the original AAC.

Colloque: Crisis, Auxesis

Affiche_CrisisL’analyse des concepts économiques de crise, de croissance et de progrès se heurte souvent, pour les économies antiques, d’une part à un manque de sources chiffrées, d’autre part à l’impression d’une stagnation de ces économies sur plusieurs siècles. Pourtant, l’accumulation des données et le renouvellement de la compréhension des sources par de nombreuses publications récentes ont apporté des précisions considérables sur le fonctionnement des structures économiques antiques. Il devrait être possible alors d’aboutir à un tableau mieux hiérarchisé des économies antiques, rendant compte de variations géographiques et d’évolutions chronologiques entre les différents systèmes économiques qui se sont développés dans l’Antiquité.

La question est d’abord méthodologique : à quoi reconnaît-on une crise, ou inversement des indices de croissance, dans nos sources ? Comment peut-on analyser, en contexte, une amélioration des conditions de vie des populations ? Comment interpréter les moments d’échec dans les économies antiques? Il s’agit également de s’interroger sur la formulation et la perception par les Anciens de ces notions de crise, de croissance et de progrès. Comment sont-elles exprimées ? La notion de croissance est-elle dissociée de celle de crise (alors que dans l’analyse économique classique, crise, croissance et progrès sont indissociablement liés) ?

Enfin, la question est aussi celle des modes d’analyse des données quantitatives. On aurait certainement tort de renvoyer dos à dos les méthodes statistiques contemporaines et le caractère lacunaire des sources antiques. Il convient d’exploiter davantage les données chiffrées dont nous pouvons disposer dans les sources.

Qu’est-ce qu’une crise ? La question mérite d’être posée à travers l’examen de tous les types de sources disponibles: c’est donc à partir de l’analyse d’épigraphistes, de numismates, de céramologues, d’archéologues, d’historiens aussi bien que d’économistes que la réflexion s’engagera au cours de cette table ronde.

Programme détaillé du colloque

Colloque: Pollutions industrielles et espaces méditerranéens, XVIIIe-XXIe siècle

Porté par les laboratoires TELEMME et LAMES de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, ce colloque s’inscrit dans un champ de recherche récent associant étroitement sciences sociales et sciences de la nature, qui s’est surtout développé jusque- là en Europe occidentale. Il entend placer l’espace méditerranéen au cœur des débats actuels provoqués par la question des pollutions industrielles à travers une démarche résolument internationale et pluridisciplinaire.

Téléchargez le programme.

Relevé des décisions du Comité directeur (9 octobre 2012)

Point 1. Congrès AFHE 2013

Le CD prend connaissance avec satisfaction de l’avancement de la préparation du congrès AFHE 2013.

Point 2. Préparation de l’Assemblée générale de l’AFHE du 12 décembre 2012

L’assemblée générale aura lieu le mercredi 12 décembre à 14 heures au centre de sociologie des organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris. Elle sera suivie par la table ronde animée par Claire Lemercier et Frédéric Clavert – « Le numérique : de nouvelles façons d’écrire l’histoire ? » – et se terminera par un pot amical. Continuer la lecture de Relevé des décisions du Comité directeur (9 octobre 2012)

Le numérique: de nouvelles façons d’écrire l’histoire ? (AG du 12 décembre)

La table ronde, organisée par Frédéric Clavert (Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe, Luxembourg) et Claire Lemercier (CNRS, Centre de sociologie des organisations) dans le cadre de l’AG annuelle de l’AFHE proposera une discussion entre quatre intervenant.e.s et avec la salle, centrée sur deux enjeux de l’histoire économique numérique :
  • la formation:
    • quelle alphabétisation aux nouvelles pratiques numériques pour nos étudiant.e.s, mais aussi pour nous-mêmes?
    • quelles relations entre historien.ne.s, informaticien.ne.s et autres spécialistes ?
  • l’écriture en ligne, particulièrement le « blogging scientifique » :
    • quels apports pour l’enseignement secondaire et supérieur, la recherche et les circulations entre eux ?
    • quels liens avec les formes plus classiques de publication et de discussion scientifique ?

Les intervenants seront:

  • Ingénieure de recherche, Martine Sonnet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, CNRS), est spécialiste d’histoire des femmes et du genre. Elle anime notamment le séminaire « Femmes au travail, questions de genre XVe-XXe siècles », qui est associé à un carnet de recherche: http://fht.hypotheses.org/. Martine Sonnet tient également un blog personnel: « L’employée aux écritures » (http://www.martinesonnet.fr/blogwp/).
  • Doctorant à l’EHESS, Émilien Ruiz termine une thèse sur la question des effectifs de l’État dans la France du XXe siècle (dir. Marc Olivier Baruch). Avec Franziska Heimburger (EHESS), il anime « La Boîte à outils des historiens » (http://www.boiteaoutils.info/), blog créé pour accompagner et prolonger une formation de Master aux outils informatiques pour les historiens. En outre, Émilien a créé le carnet de recherche « Devenir historien.ne » (http://devhist.hypotheses.org) L’objectif de ce carnet est d’accompagner les historien-ne-s en devenir dans la découverte de méthodes de travail qu’il leur faudra maîtriser pour leurs premières recherches.
  • Enseignant en lycée, Benoît Kermoal mène une thèse sur le sujet: « Violences, guerre et paix dans les pratiques militantes socialistes (Bretagne, première partie du XXe siècle – dir. Christophe Prochasson) ». Pour accompagner ses recherches et l’écriture de sa thèse, Benoît Kermoal a ouvert le carnet de recherche Enklask (enquête) – http://enklask.hypotheses.org/
  • Daniel Letouzey est un des enseignants qui ont milité en faveur d’un usage raisonné de l’ordinateur au lycée en HG (cf la carto statistique, de Logicarte à Géoclip). Il a participé à la création de H-Français, une des listes de diffusion hébergées par le serveur H-Net. Dans la revue Historiens & Géographes, depuis deux septennats, la Chronique internet témoigne des activités développées par nos collègues, assure une veille documentaire et un suivi des débats suscités par les technologies éducatives. Clioweb, un portail indépendant et réactif, prolonge ce travail artisanal, individuel et collectif, mené dans la durée. Une revue de presse quotidienne s’intéresse à l’actualité de l’histoire et de la géographie scolaires.

La table-ronde sera présidée par Claire Lemercier (Directrice de recherche, Centre de sociologie des organisations) qui travaille sur les institutions économiques et les relations entre régulations publiques et privées en France, XIXe-XXe siècles. Elle anime avec Claire Zalc le séminaire Quanti IHMC sur les méthodes quantitatives en sciences historiques (http://www.quanti.ihmc.ens.fr/).

La table-ronde sera animée par Frédéric Clavert (Docteur en histoire contemporaine), coordinateur du « Digital Humanities Lab » du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (Luxembourg, http://www.cvce.eu) et organisateur de la série de conférences « Digital Humanities Luxembourg » (http://www.digitalhumanities.lu). »

Écouter la table ronde

Enregistrement audio sur archive.org (le fichier est téléchargeable, environ 15 Mo ; l’enregistrement dure 2h05)

Quelques liens utiles à propos du thème de la table ronde

Continuer la lecture de Le numérique: de nouvelles façons d’écrire l’histoire ? (AG du 12 décembre)

Assemblée générale annuelle de de l’AFHE : 12 décembre 2012 de 14h à 17h

Logo de l'AFHE

L’Assemblée générale de l’Association française d’histoire économique aura lieu le mercredi 12 décembre dans l’après-midi.

Lieu

Au Centre de sociologie des organisations, 19 rue Amélie, 75007 Paris. Métro La Tour-Maubourg ; plan du quartier – sonner à la porte ; la salle de séminaire est accessible par la première porte à gauche en entrant

Continuer la lecture de Assemblée générale annuelle de de l’AFHE : 12 décembre 2012 de 14h à 17h

AFHE – Les paysans – Produire Plus ? – 15e rendez-vous de l’histoire de Blois

 

Dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire,

l’Association Française d’Histoire Economique

vous invite à une rencontre :

Produire plus ? Les mutations de l’agriculture du Moyen Age à nos jours.

Intervenants :

  • Laurent Feller, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Llorenc Ferrer-Alos, docteur en Histoire, université de Barcelone
  • Anne-Lise Head-König, professeure à l’université de Genève
  • Laurent Herment, chercheur associé au GDRI-CRICEC
  • Cédric Perrin, chercheur associé à l’IDHE, Paris Ouest Nanterre La Défense

Dimanche 21 octobre de 11h30 à 13h

Amphi rouge du Campus de la CCI (Blois)

Colloque : « Enjeux touristiques et lieux commercçants; Enjeux commerciaux et lieux touristiques » – Amiens, 12-14 juin 2012

Journées de la Commission « géographie du commerce » et de la Commission « géographie du tourisme et des loisirs »

MARDI 12 JUIN 2012, Logis du Roy

Accueil des participants et introduction aux journées du CNFG [15h40- 16h40] :

  • Réception « officielle » des participants ; intervention de représentants des collectivités  territoriales
  • Accueil des participants : Philippe NIVET, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Picardie Jules Verne, Directeur de l’UFR d’Histoire et de Géographie ; Olivier LAZZAROTTI, Professeur de géographie, Directeur de l’équipe « Habiter le Monde », Université de Picardie Jules Verne
  • Introduction des journées des Commissions « Commerce » et « Tourisme » du CNFG : Nathalie LEMARCHAND, Professeur de géographie, Présidente de la Commission de géographie du commerce, CNFG, Université Paris 8 ; Philippe DUHAMEL, Professeur de géographie, Président de la Commission de géographie du tourisme, CNFG, Université d’Angers

Session 1 : Le commerce des lieux touristiques / Le commerce dans les lieux touristiques [1/2], 16h40-18h30

  • 16h40-17h : Maria GRAVARI-BARBAS, EIREST, IREST, Université Paris 1 et Chiara RABIOSI, EIREST, IREST, Université Paris 1 : Les grands magasins parisiens, entre stratégies commerciales et stratégies touristiques.
  • 17h-17h20 : Laurie LEPAN, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers : Shopping et tourisme :
    comment les lieux du shopping s’insèrent-ils dans les mobilités touristiques ? Le cas de la
    métropole parisienne.
  • 17h20-17h40 : Anne-Cécile MERMET, EA EIREST, Université Paris 1, UFR TES, Université Paris 8 : Produire et consommer l’authenticité dans des quartiers touristiques : le cas des centres historiques (le Marais et le Vieux Lille).
  • 17h40-18h : Yoann MORVAN, Coresponsable de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (Institut Français d’Etudes Anatoliennes – USR 3131), Chercheur associé au Centre de Recherches Français à Jérusalem (USR 3132) : Istanbul et Jérusalem : entre bazar et mall, nouvelles synergies des pélerinages marchands
  • 18h-18h25 : Débats et questions

Session hors les murs : visite d’Amiens, 18h30-19h30

Dîner offert par l’Université de Picardie-Jules Verne

MERCREDI 13 JUIN 2012, Logis du Roy

Session 2 : Le commerce des lieux touristiques/le commerce dans les lieux touristiques [2/2], 9h-10h50

  • 9h-9h20 : Anouk BONNEMAINS, Véronique PEYRACHE-GADEAU et Christophe GAUCHON, Laboratoire EDYTEM, Université de Savoie : L’offre commerciale dans les stations de Tarentaise : marqueur de l’évolution et de la spécification d’un territoire touristique ?
  • 9h20-9h40 : Christian HELION, UFR des Sciences Sociales, Université de Versailles Saint Quentin-en-Yvelines : Le Yumbo Center (Gran Canaria) : rôle d’une armature commerciale dans la dynamique territoriale d’une destination gay.
  • 9h40-10h : Khadija BENRBIA, Université Mohamed Premier, Oujda, Maroc : Tourisme et activités commerciales dans une ville balnéaire. Le cas de la ville de Saïdia.
  • 10h-10h20 : Jérôme PIRIOU, UMR ESO-Angers, Sup de Co La Rochelle : La fonction de services des lieux dans un espace touristique régional : une autre lecture de la relation centre-périphérie.
  • 10h20-10h50 : Débats et questions

10h50-11h20 : Pause café

Session 3 : Lieux du commerce, lieux touristiques [1/2], 11h20-12h30

  • 11h20-11h40 : Vincent COËFFE et Jean-René MORICE, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers : Du grand magasin au lieu touristique : l’exemple des Galeries Lafayette Haussmann.
  • 11h40-12h : Pierre CHABARD, Ecole nationale supérieure d’architecture, de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée (Université Paris-Est), Directeur de l’Observatoire de la Condition Suburbaine : L’architecture, le lieu et l’identité : Val d’Europe vs. Metropol Parasol.
  • 12h-12h30 : Débats et questions

Déjeuner : 12h30-13h30 (lieu à préciser)

Session hors les murs : excursion en baie de Somme, Saint-Valéry-sur-Somme « Station touristique balnéaire sur la rive sud de la Baie de Somme, Saint-Valéry-sur-Somme est aujourd’hui l’une des communes à proximité d’Amiens où tourisme et commerce participent, simultanément, à l’animation du lieu. On s’y rend aussi bien pour ses éléments historiques ou « naturels » du patrimoine que pour le nombre et la diversité de ses restaurants, entre autres. »

Dîner à Saint Valéry sur Somme

JEUDI 14 JUIN 2012, Logis du Roy

Session 4 : Lieux du commerce, lieux touristiques [2/2], 9h–12h50

  • 9h-9h20 : Francesco ADAMO, GeoProgress, Onlus, Università degli Studi del Piemonte O. “A. Avogadro”, Novara, Italie : Commerce, tourisme et loisir. Le cas de la ville de Turin.
  • 9h20-9h40: Caterina CIRELLI, Université de Catane, Teresa GRAZIANO, Université de Catane, Enrico NICOSIA, Université de Macerata et Carmelo MARIA PORTO, Université de Macerata : The gateways of contemporary cities, between tourist flows and retail vocation.
  • 9h40-10h : Ekaterina ANDREEVA-JOURDAIN, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers : Les touristes russes et les lieux du commerce en France.
  • 10h-10h30 : Débats et questions

10h30-11h : Pause café

  • 11h-11h20 : Nadjia BENALI-NOUANI, Chercheur au Laboratoire « Ville, Urbanisme et Développement Durable » VUDD, Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger, EPAU, Algérie : Les centres commerciaux algérois, lieux de loisirs et du tourisme ?
  • 11h20-11h40 : Koudzo SOKEMAWU, Département de Géographie, Université de Lomé (Togo) : Le marché aux fétiches d’Akodessewa : un lieu touristique au coeur de la ville de Lomé (Togo).
  • 11h40-12h : Aurore NAVARRO, Laboratoire d’études rurales, Université Lyon 2 : Du tourisme urbain au tourisme rural en Ardèche méridionale, les marchés de détail comme faire-valoir des lieux.
  • 12h-12h20 : Si Mohamed BEN MASSOU, École Supérieure de Technologie d’Essaouira (ESTE), Université Cadi Ayyad, Marrakech (Maroc) : Les lieux de commerce : des produits touristiques entre les mains des voyagistes
  • 12h20-12h50 : Débats et questions

Déjeuner (lieu à préciser)

Session 5 : Modèles spatiaux, pratiques sociales, 14h-16h40

  • 14h00-14h20 : Matthieu DELAGE et Antoine FLEURY, UMR Géographie-cités (CNRS, Universités Paris 1 et Paris 7) : Commerces et centralités touristiques à Paris.
  • 14h20-14h40 : Isabelle COLLIN, Laboratoire Hommes, villes et Territoires, UFR de géographie et d’aménagement, Université Lille 1 : Le commerce une facette majeure du dynamisme touristique des centres-villes métropolitains : l’exemple de Lille et Marseille.
  • 14h40-15h : Débats et questions

15h-15h20 : Pause café

  • 15h20-15h40 : Teresa GRAZIANO, Université de Catane et Enrico NICOSIA, University of Macerata (Italie) : New tourist practices and consumption patterns: the impact of the factory outlet format on the Sicilian tourist sector.
  • 15h40-16h0 : Colette RENARD-GRANDMONTAGNE, CLSH-Nancy, Université de Lorraine : Au coeur de l’été madrilène : Madrid-Xanadú.
  • 16h-16h20 : Alfred Homère NGABDAM MFONDOUM, Département de géographie, Université de Yaoundé I (Cameroun) : Déploiement spatiotemporel des fabriques et des centres de commerce artisanaux, et touristification de l’espace urbain – étude de cas dans la ville de Foumban (Département du Noun – Ouest-Cameroun).
  • 16h20-16h40 : Débats et questions

Conclusions des journées du CNFG, 16h40-17h20

Adresse des journées d’études du CNFG : Université de Picardie Jules Verne, Le Logis du Roy, Passage du Logis du Roi, 80 000 Amiens