Appel à contributions pour le colloque Les préfets dans la « modernisation » de la France, 1953-1972, Paris, novembre 2017

Appel à contributions pour le colloque
Les préfets dans la « modernisation » de la France, 1953-1972
Paris, novembre 2017

Majoritairement composé d’universitaires, le Comité pour l’histoire préfectorale du ministère de l’Intérieur a pour mission de mettre en œuvre et de financer des manifestations de tous ordres visant à favoriser les travaux de recherche universitaire sur le rôle des préfets et des préfectures depuis la création de cette fonction par le Consulat, au tout début du dix-neuvième siècle.

C’est ainsi qu’en 2016 il a organisé trois rencontres scientifiques, à Lyon (janvier), Caen (mai) et Paris (octobre) sur le thème « Préfets et préfectures durant la Seconde Guerre mondiale ». Significatif de sa volonté de rapprocher les mondes, si cloisonnés dans notre pays, des chercheurs et des décideurs est le fait que trois des communications du colloque de Paris furent prononcées par des membres du corps préfectoral.

Dans le même ordre d’idées se tiendra à Paris, à l’automne 2017, un colloque, co-organisé avec le Centre de Sociologie des Organisations (UMR 7116 CNRS/Institut d’études politiques de Paris), consacré au rôle des préfets dans ce qu’il est convenu d’appeler les politiques de modernisation conduites par la Quatrième République puis par la Cinquième République gaullienne.

Sans que ces dates aient à être considérées comme intangibles, les bornes chrono­logiques envisagées à ce stade iraient de 1953 à 1972 : la première vit édicté le décret du 26 septembre 1953 réformant les pouvoirs des préfets, celle de fin correspond tant à la loi créant les établissements publics régionaux – en choisissant donc de ne pas faire de la région une collectivité territoriale de plein exercice – qu’au début de la mise en œuvre du Sixième Plan (1971-1975), dont les objectifs ambitieux de développement industriel et de rééqui­librage Paris-Province se brisèrent sur le choc pétrolier de 1973 et la crise économique mondiale qu’il engendra.

Choisir de travailler ainsi sur une durée moyenne, en s’affranchissant des segmentations de l’histoire politique constitutionnelle, vise à tenter de se replacer dans les logiques internes au corps préfectoral, à mi-chemin de la longue durée des carrières – rappelons, à titre de symbole, que dans le gouvernement que constitue le général de Gaulle en juin 1958 le ministère de l’Intérieur est confié au préfet de la Seine Émile Pelletier, qui occupa son premier poste dans la préfectorale en 1920, sous la Troisième République, et accéda, pour un bref temps il est vrai, aux fonctions de préfet régional sous Vichy – et du temps court de la décision administrative et du calendrier politique, ce dernier particulièrement instable sous la Quatrième République.

La prise en compte de ces deux décennies informe également sur la gestion du corps, dont on entend faire un axe fort du colloque. En 1953 en effet, on peut considérer comme achevée la phase de remise en ordre née de l’épuration et du renouvellement des personnes grâce à l’entrée d’hommes issus de la Résistance au sein du corps préfectoral. En 1972, ce dernier voit sa physionomie largement modifiée par l’accès massif aux postes préfectoraux des anciens élèves de l’ENA. Rappelons à cet égard qu’un matériau pratiquement inédit reste à exploiter avec les rapports et comptes rendus que les élèves de cette école rédigent à l’issue de leur stage en préfecture, ensemble qui permet de lire près de soixante-dix ans d’histoire administrative de l’organisation territoriale du pays.

De la même manière que les rencontres de 2016 portaient chacune le nom d’une figure importante mais méconnue du ministère de l’Intérieur durant la période concernée (Édouard Bonnefoy à Lyon, Pierre Daure à Caen, Adrien Tixier à Paris), le colloque de 2017 se veut aussi hommage à Stanley Hoffmann (1928-2015), politiste franco-américain dont les travaux pionniers se proposant d’aller, dès 1963, à la recherche de la France, ont inspiré plusieurs générations de chercheurs résolus à mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement de la machinerie politico-administrative française. Une ou plusieurs communications relatives à l’œuvre de S. Hoffmann seront ainsi les bienvenues.

Les autres pourraient porter – sans que la liste figurant ci-dessous soit limitative – sur :

1/ Sources et matériaux

Les sources papier : archives publiques, fonds privés

Quelles sources audio-visuelles ? (INA)

Les campagnes de témoignages oraux recueillis, paroles d’acteurs encore vivants

Les recherches menées à l’époque (commissions du Ve Plan, lien entre administration et recherche)

Travaux d’histoire économique, d’histoire urbaine (Groupe d’études des villes nouvelles)

2/ Portrait d’un corps

Le service des préfets au sein de l’administration centrale et les modalités de gestion du corps

Réformes statutaires et mouvements préfectoraux

Étude de cohortes et analyses des effets de générations (Résistance, l’expérience algérienne, montée en puissance des élèves de l’ENA, l’impact de mai 68, etc.)

Construire sa carrière (parrainage d’élus puissants, passage en cabinet, sillage de hauts fonctionnaires influents, etc.)

Adapter le corps à ses tâches nouvelles : diversification du recrutement, formation, etc.

Au sein du corps : les « grandes figures » et les autres

3/ Ministère de l’Intérieur et corps préfectoral face aux réformes institutionnelles

La réformes de 1964 : les partenaires institutionnels et leurs stratégies

Le chemin tortueux et inachevé vers la régionalisation

Acteurs centraux : de Gaulle, Pompidou, Guichard, Monod et leurs collaborateurs

Acteurs locaux : que faire des /comment faire avec les « barons » locaux ?

4/ Les préfets, bras armé de la modernisation des territoires ?

Qu’est-ce que la « modernisation » ? grammaires et rhétoriques de l’action préfectorale

Préfets et services extérieurs des ministères : résistances et collaboration

Unicité du modèle administratif, diversité des réalités territoriales (ville/campagne, Paris/province, nord/sud, plaine/montagne, etc.)

Repenser l’aménagement des territoires, repenser l’organisation des préfectures

Gérer les tensions dues à la modernisation (grèves, agitation rurale, etc.)

Modalités de l’appel à contributions

Les personnes intéressées par ces thèmes et disposées à intervenir lors de ce colloque, qui se tiendra en novembre 2017[1] à Paris, sont invitées à se faire connaître en adressant avant le 31 janvier 2017 un CV résumé, ainsi qu’une courte note (1.500 à 2.500 signes) précisant le titre et un résumé de leur proposition d’intervention, à :

– Mme Catherine Grémion, directrice de recherches émérite au CNRS, coordinatrice scientifique du colloque : c.gremion@cso.cnrs.fr

– M. Marc Olivier Baruch, vice-président du comité pour l’histoire préfectorale, directeur d’études à l’EHESS : baruch@ehess.fr

Les propositions seront évaluées par un comité scientifique composé de Mmes et MM. Marc Olivier Baruch (EHESS-CRH), Emmanuel Bellanger (CNRS-CHS), Olivier Borraz (CNRS-CSO), Violaine Challéat-Fonck (Archives nationales), Alain Chatriot (Sciences Po-CHSP), Olivier Dard (Université Paris IV-SIRICE), Florence Descamps (EPHE), Jean-Pierre Duport (ACPHFMI), Catherine Grémion (CNRS), Patrick Le Lidec (CNRS-CEE), Pierre-André Peyvel (Comité pour l’histoire préfectorale), Jeanne Siwek-Pouydesseau (CNRS).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.