Soutenance de thèse « Les marchés de l’indigo en France », 19 novembre

Mesdames et Messieurs les Professeurs, chers collègues, chers amis,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse, intitulée

Les marchés de l’indigo en France. Flux, acteurs, produits (XVIIe – XVIIIe siècles)

qui se tiendra le samedi 19 novembre 2016 à 14h

à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne

Galerie Dumas, Salle D 632 (entrée 14 rue Cujas, 75005 Paris)

Le jury sera composé de :

Monsieur Guillaume Daudin, Professeur à l’Université Paris-Dauphine

Monsieur Robert DuPlessis, Professeur émérite à Swarthmore College

Monsieur Pierre Gervais, Professeur à l’Université Sorbonne nouvelle-Paris III

Madame Corine Maitte, Professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Madame Dominique Margairaz, Professeur émérite à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne (directrice de thèse)

 La soutenance sera suivie d’un pot dans la bibliothèque de l’Institut d’histoire économique et sociale (escalier C, 3e étage à gauche, vers 17h) auquel vous êtes chaleureusement conviés.

En raison des mesures de sécurité mises en place à l’entrée de l’université, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me signaler par courriel ( marguerite.t.martin@gmail.com) votre intention d’assister à la soutenance avant le jeudi 17 novembre : seules les personnes inscrites sur la liste des invités seront autorisées à entrer.

En attendant d’avoir le plaisir de vous retrouver à cette occasion, je vous adresse à tous mes meilleures salutations,

Marguerite Martin

Résumé de la thèse :  

Centrée sur l’espace constitué par le royaume de France et ses colonies, cette thèse met en évidence les structures et les dynamiques du marché de l’indigo, entre le milieu du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle. Colorant exotique principalement employé en teinture, blanchisserie et peinture, l’indigo fait partie de ces nouveaux produits qui transforment la palette des couleurs à l’époque moderne. Le secteur de la finition des étoffes est alors un secteur fondamental de la production textile. Il est réglementé afin de garantir aux consommateurs la solidité et la beauté des couleurs. Il est aussi au cœur de l’innovation textile, afin de répondre aux demandes d’une population qui a adopté la « culture des apparences » (Daniel Roche). La France est un espace central du marché de l’indigo européen et atlantique en raison de sa position dominante dans la production et redistribution du colorant bleu, sa colonie de Saint-Domingue étant le principal producteur d’indigo pour l’Europe pendant tout le XVIIIe siècle. Dans les ports du royaume, une large gamme d’acteurs est intéressée à son commerce, en particulier des grands négociants qui contrôlent une part importante des quantités en circulation. L’étude de leurs correspondances permet de saisir comment à partir des informations qui leur parviennent d’Europe et d’Amérique, ils sont en mesure de construire leurs anticipations et quelle perception ils ont du marché. L’hétérogénéité des qualités des indigos mis sur le marché, l’existence de réputations de qualité associées aux différentes zones de production pour l’Europe, en particulier Saint-Domingue, le Guatemala espagnol, la Caroline anglaise, mais aussi le Venezuela ou Java, recoupent des filières de distribution distinctes par empire colonial, contribuant à structurer le marché tout comme les effets recherchés en teinture par les utilisateurs du colorant.


Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.