Soutenance de thèse : Une sociologie des chemins de fer français aux XIXe et XXe siècles

Chères collègues, chers collègues,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat en sociologie intitulée :

Pratiques économiques et pensées du changement dans un service public marchand
Une sociologie des chemins de fer français aux XIXe et XXe siècles

La soutenance aura lieu le jeudi 26 novembre 2015 à 14h00 à l’Université Lille 1 (métro Cité scientifique, amphi B16, bâtiment SH3). Elle sera suivie d’un pot de thèse auquel vous êtes convié(e)s. Afin d’en faciliter son organisation, merci par avance de m’annoncer votre présence.

Jury :
Bernard Convert, Directeur de recherche au CNRS, Université Lille 1, codirecteur de la thèse
Marnix Dressen, Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, codirecteur de la thèse
Olivier Godechot, Directeur de recherche au CNRS, Sciences Po Paris, rapporteur
Frédéric Lebaron, Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur
Fabian Muniesa, Maître de recherche au Centre de sociologie de l’innovation, Mines ParisTech, examinateur
Georges Ribeill, Directeur de recherche honoraire à l’École nationale des Ponts et chaussées, examinateur
Philippe Steiner, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne, président

Résumé :
A partir d’un matériau composé d’archives, d’ouvrages spécialisés, de littérature grise et d’entretiens, cette thèse explore les transformations des manières de faire et de concevoir l’économie ferroviaire en France. Notre analyse socio-historique met au jour les recompositions de la politique du rail et l’évolution des logiques de gestion des compagnies ferroviaires sur le moyen et le long terme. Tandis que, dans les années 1820-1830, le développement des chemins de fer est laissé à l’initiative des entrepreneurs privés, la seconde moitié du XIXe siècle est marquée par un engagement progressif de l’Etat dans le secteur, qui finance et encadre l’exploitation de vastes réseaux organisés en monopoles régionaux. La nationalisation des chemins de fer en 1938 et la politique de planification des transports de la période d’après-guerre constituent l’apogée de ce processus d’étatisation. Le dernier demi-siècle se caractérise au contraire par une érosion de la conception traditionnelle du service public et par une intensification de la régulation marchande, dont la récente libéralisation du rail et la nouvelle politique commerciale de la SNCF sont les signes les plus manifestes. Les transformations du rail renvoient à l’évolution des catégories de pensée et d’action dominantes au sein du champ politico-administratif, aux rapports de force sociaux dans les entreprises ferroviaires, ainsi qu’aux propriétés matérielles des chemins de fer en comparaison de celles des autres techniques de transport existantes. Ensemble, ces trois dimensions définissent l’espace des possibles et des probables de l’économie ferroviaire.

Bien cordialement,

Jean FINEZ
Doctorant en sociologie (Univ. Lille 1, Clersé-CNRS)
Page personnelle : http://clerse.univ-lille1.fr/spip.php?article441


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.