HDR  : la céruse et le saturnisme professionnel, Judith Rainhorn

Cher(e)s collègues,
Cher(e)s ami(e)s,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous convier à la soutenance de mon dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches en Histoire,
intitulé Histoire sociale des populations au travail. Ville, santé, migrations, XIXe-XXe siècles.

Le mémoire de recherche inédit s’intitule
Poison légal. Une histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel,
XIXe-premier XXe siècle

La soutenance se tiendra jeudi 10 décembre 2015, à partir de 9h30, à Sciences Po
salle de réunion de l’École doctorale,
199 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris (métro Rue du Bac, Saint-Germain des Prés),
escalier sous la voûte, 3e étage.

Le jury sera composé de :

M. Vincent Barras, Professeur, Université de Lausanne, Suisse (rapporteur)
M. Jean-Paul Gaudillière, Directeur de recherche, INSERM-EHESS
M. Nicolas Hatzfeld, Professeur, Université d’Évry-Val d’Essonne (président)
Mme Gabrielle Hecht, Professeure, University of Michigan, États-Unis
Mme Anne Rasmussen, Professeure, Université de Strasbourg (rapporteur)
M. Paul-André Rosental, Professeur, Institut d’Études politiques de Paris (garant)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié(e)s.
Merci de me confirmer votre présence avant le 5 décembre.

Bien amicalement,

——-
Judith Rainhorn
Maître de conférences à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
Laboratoire Calhiste / Esopp (CRH – EHESS)
http://www.univ-valenciennes.fr/CALHISTE/membres/rainhorn_judith

Résumé :
Le mémoire inédit présenté pour l’Habilitation à diriger des recherches met en perspective, sur le temps long, l’histoire inachevée des tensions entre un poison industriel et la société humaine qui l’héberge et qui, pendant deux siècles, s’est accommodée de cette cohabitation. Le constat liminaire qui préside à cette enquête est celui-ci : la céruse (ou blanc de plomb), produit reconnu éminemment dangereux pour la santé humaine a, en dépit de cela, été fabriquée, diffusée et très largement utilisée en France pendant près de cent-cinquante ans, de l’aube du XIXe au milieu du XXe siècle, en toute connaissance de cause. Il s’agit par conséquent d’interroger les raisons du maintien durable d’une substance toxique au sein du paysage industriel et sur le marché français et européen, et de questionner les conditions du consentement collectif des acteurs concernés : monde ouvrier au front de la toxicité, industriels entre profit et progrès technique, corps médical constatant les dégâts sanitaires, opinion publique témoin de l’affection, pouvoirs publics confrontés au dilemme entre l’économiquement possible et le sanitairement souhaitable. L’empoisonnement de ceux qui fabriquent, de ceux qui utilisent, voire de ceux qui cohabitent avec le produit, a fait l’objet, pendant deux siècles, d’un consentement quasi général, au regard des mobilisations intermittentes qu’il a suscitées. Poison légal : voilà donc l’oxymore qui est au cœur de cette recherche.
Celle-ci se situe au carrefour de l’histoire sociale du travail dans la société industrielle, de l’histoire de la santé et des savoirs médicaux, de l’histoire économique d’un secteur industriel et de celle des mobilisations et des politiques publiques en matière de santé ouvrière. Elle cherche à retracer l’itinéraire de l’accommodement au poison industriel qui épouse une chronologie heurtée, faisant alterner périodes de publicisation et périodes de confinement des discours et des mobilisations, pendant un siècle et demi. À partir de sources industrielles, médicales, parlementaires et administratives, elle fait de l’histoire de la céruse et du saturnisme professionnel un observatoire privilégié pour poser la question du gouvernement des risques professionnels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.