Le goût de l’or blanc, soutenance de thèse de Maud Villeret

Maud Villeret soutiendra sa thèse d’histoire intitulée :

Le goût de l’or blanc. Transformation et diffusion du sucre dans la vallée ligérienne au XVIIIe siècle.

le vendredi 20 novembre 2015 à 14 heures 30 à l’université de Nantes, bâtiment Tertre, chemin de la Censive (salle du conseil) 44100 Nantes.

Composition du jury :

  • Bruno Blondé (rapporteur)
  • Natacha Coquery (directrice de thèse)
  • Liliane Hilaire-Pérez (examinatrice)
  • Yannick Lemarchand (président)
  • Philippe Meyzie (examinateur)
  • Pierrick Pourchasse (rapporteur)

Résumé

À la fin du XVIIIe siècle, le sucre, autrefois considéré comme un produit de luxe, devient un aliment de première nécessité pour une partie des classes populaires. Le fil conducteur de ce travail consiste à comprendre comment le sucre s’est diffusé dans l’alimentation des Français au XVIIIe siècle, selon quels vecteurs, quelle chronologie, et quelles sont les transformations économiques, sociales et culturelles induites par la consommation croissante d’un nouvel aliment. L’étude porte sur la vallée ligérienne, de Nantes, un des premiers ports coloniaux du royaume, à Orléans, premier centre de raffinage. La première partie est consacrée à l’essor de la filière de redistribution du sucre. Au-delà d’une cartographie des marchés de consommation français et européens, il s’agit d’appréhender les stratégies déployées par l’État et les négociants pour développer le commerce. La deuxième partie porte sur les raffineries et explique l’apparent paradoxe : la France, premier producteur de sucre européen, échoue à conquérir les marchés étrangers avec son sucre raffiné. Mais l’histoire du raffinage est aussi émaillée de réussites : grâce à l’arrivée d’ouvriers étrangers qualifiés, aux encouragements de l’État et à l’investissement des négociants, le royaume est devenu autosuffisant à la fin du siècle. La consommation fait l’objet de la troisième partie. L’enjeu est de savoir si, comme en Angleterre, le sucre peut être qualifié de produit de consommation de masse à la fin du XVIIIe siècle. Il s’agit aussi d’établir le rôle des détaillants et de comprendre l’importance du souci de distinction et d’imitation dans l’essor du goût pour le sucre.

Crédit image de une : La boutique du confiseur Berthellemot au Palais Royal vers 1802 © The Trustees of the British Museum, « Le goût du jour n°5 », Caricatures parisiennes, Paris, chez Martinet libraire, vers 1802.

Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.