Publication: Gérad Minaud – Les gens de commerce et le droit à Rome

Le vocabulaire latin est riche de termes évoquant les échanges et les transactions économiques, mais les Romains n’en ont laissé aucune définition.

Pour commencer, un examen diachronique des mots va faciliter la recherche, notamment en vérifiant par exemple si l’appellation de mercator ou celle de negotiator renvoyaient à un régime juridique particulier, parallèlement au statut civil des personnes (Romain ou non, libre ou esclave, femme, etc). Ce travail d’identification des acteurs conduit ensuite à voir de façon plus détaillée les rapports entre la vie commerciale et le droit.

Plusieurs questions, toujours d’actualité aujourd’hui, retiennent alors l’attention : qui pouvait faire du commerce, de quelle manière et où, quel contrôle exerçait l’autorité publique sur cette faculté, quelles règles s’appliquaient aux gens de commerce, dans quels métiers, comment s’organisaient leurs rapports juridiques, entre eux ou avec un tiers, de quelles juridiction relevaient-ils, etc ?

Le législateur romain avait en effet déjà cerné tous ces problèmes de la vie commerciale, mais plutôt que d’avoir bâti un droit commercial, c’est un droit des affaires innommé qu’il semble avoir mis en place au fil du temps. Au IVe siècle p.C., un statut administratif des gens de commerce et des juridictions commerciales donnent la timide impression de se manifester, mais l’Empire romain vivait son dernier siècle en Occident, et cette tendance ne put prospérer.

Gérard Minaud, diplômé de l’Institut supérieur de gestion (1984), docteur en histoire (EHESS, 2002) et docteur en sciences juridiques (Université Paul Cézanne Aix-Marseille III 2009), propose dans cet ouvrage le texte de sa dernière thèse : par son sujet elle s’inscrit dans la suite de son précédent ouvrage La comptabilité à Rome. Après avoir dirigé pendant près de vingt ans des entreprise industrielles, siégé au Conseil de prud’hommes de Marseille et au conseil d’administration d’institutions publiques, Gérard Minaud se consacre désormais à la recherche et à l’enseignement, il est notamment chercheur associé au Centre Camille Jullian (UMR 6573). Spécialiste de la gestion dans l’Antiquité romaine, ses travaux actuels portent sur la gestion du travail

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.