Copyright Bernard Maris/RadioFrance 2015

Hommages à Bernard Maris, 1946-2015

Copyright Bernard Maris/RadioFrance 2015
© B. Maris/RadioFrance 2015

_

_

_

Économiste lucide et penseur original, Bernard Maris vient de perdre tragiquement la vie. Nous déplorons vivement la perte d’une intelligence et d’une parole éclairantes.

Ce site publiera prochainement une plus large réflexion sur sa pensée et son œuvre. Pour l’heure, nous vous proposons une revue de presse avec les renvois aux hommages déjà parus.

Natacha Coquery, Cecilia D’Ercole & Émilien Ruiz

_

_

_

Billets, articles et chroniques en hommages à Bernard Maris

  • “Oncle Bernard, tu vas nous manquer”, par Stéphane Ménia (Econoclaste)

“La tuerie au siège de Charlie Hebdo me touche pour plein de raisons. Parmi celles-ci, il y a le décès de l’économiste Bernard Maris, qui écrivait sous le pseudo oncle Bernard chez Charlie. Compte tenu de l’objet de ce site, je vais m’attarder sur ce point. D’autres parleront bien mieux des autres disparus. D’autres parleront également mieux que moi de Maris. Mais je me permets de le faire ici modestement, sans relecture, pour dire qu’il va nous manquer. Bernard Maris était un économiste atypique. Pas un chercheur, au sens classique. Vous ne trouverez aucune de ses publications dans les grandes revues spécialisées. En revanche, c’était un passeur…” [Lire la suite]

  • “Hommage à Bernard Maris”, par Mireille Azzoug (Blog Mediapart de Bernard Gensane)

“Né à Toulouse le 23 septembre 1946, Bernard Maris, professeur des universités, économiste, essayiste et chroniqueur au journal Charlie Hebdo, nous a quittés ce mercredi 7 janvier 2015. Il a été froidement exécuté, avec neuf autres membres de l’équipe de ce journal et deux policiers, par des tueurs barbares qui s’en sont pris à la liberté de la presse, à la liberté de penser, aux valeurs fondamentales de la démocratie, de la République et de l’humanité…” [Lire la suite]

  • “Adieu à Bernard Maris”, par Philippe Frémaux (Alternatives économiques)

“L’attentat contre Charlie Hebdo n’a pas seulement tué des personnes. Il s’est aussi attaqué à la liberté d’expression, à la démocratie et à la cohésion de notre société. Il nous faut lutter contre le terrorisme avec détermination, mais sans perdre de vue que ce serait donner raison à ceux qui le pratiquent que d’abandonner nos valeurs pour adopter la vision du monde qui est la leur, un monde où l’intolérance est loi, un monde où l’identité se fonde sur la détestation de l’autre…” [Lire la suite ici – ou ]

  • Hommage à Bernard Maris, par Gilles Raveaud (L’économie politique)

“Bernard Maris a été assassiné le mercredi 7 janvier 2015 dans les locaux du magazine Charlie Hebdo, lors de la conférence de rédaction à laquelle il participait. Bernard Maris avait de multiples qualités, tant intellectuelles, professionnelles, artistiques, que personnelles. En particulier, il était doté d’une gentillesse et d’une bienveillance rares. En tant qu’économiste, il possédait avec brio ce qui est peut-être la qualité la plus importante : la capacité de surprendre, de provoquer, mais aussi et surtout d’expliquer au plus grand nombre, de décortiquer, d’expliquer et… de faire rire. [Lire la suite]

  • “Atterré”, par Jean-Marie Harribey (Alternatives économiques & Basta!)

“Le mot “atterré” a pris aujourd’hui un autre sens. Il ne désigne plus seulement une poignée d’économistes en opposition avec leurs collègues qui continuent envers et contre toute pensée logique de faire prendre des vessies pour des lanternes aux citoyens et à leurs étudiants. Bernard Maris faisait partie de ces économistes atterrés. Mais aujourd’hui le mot “atterré” désigne l’effondrement qui nous atteint, nous sidère et nous submerge…” [Lire la suite ici ou ]

  • “Hommage à Bernard Maris”, par Marion L’Hour – On arrête pas l’éco (France Inter)

“Il y a encore un an, l’émission s’ouvrait par le portrait au vitriol de l’homme ou la femme de la semaine économique, dressé par Bernard Maris. Pour rendre hommage à l’économiste de Charlie Hebdo, nous décrochons ce samedi l’un de ces “Encadrés”…” [Lire – et écouter – la suite]

  • “Lire Bernard Maris”, par Benoît Melançon (L’oreille tendue)

“Lisant la Vie habitable de Véronique Côté (2014), l’Oreille tombe sur cette citation de Capitalisme et pulsion de mort de Gilles Dostaler et Bernard Maris (2010) : «La technique appelle l’utilité, et l’utilité la laideur. […] La beauté ne fait pas partie du plan capitaliste. À l’inutile et à la beauté, il n’est pas nécessaire de donner d’explication, c’est pourquoi la technique et la loi rationnelle les ignorent» (cité p. 20).” [Lire la suite]

  • “Hommage à Bernard Maris”, par Dominique Seux (France Inter)

“Sept ans de régal, à l’écouter, à dialoguer avec lui, à  être son complice. A être en désaccord  -parfois, souvent, pas toujours-, mais bien sûr, pas son adversaire. Bernard est pour moi bien plus qu’un confrère, c’est un compère. Depuis hier, je ne peux pas y croire. Bernard et sa tête d’épagneul triste quand le monde le désespère, Bernard et ses bras qu’il jette un peu partout d’enthousiasme quand un ami surgit ou une idée le séduit…” [Lire – et écouter – la suite]

  • “À Bernard Maris, homme délicieux”, par Jacques Sapir (Huffigton Post & RussEurope)

“L’attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo, et provoqué la mort de deux policiers nous remplit d’horreur et de dégoût. Certains de ces journalistes étaient connus de tous. Je ne puis écrire en vérité que pour un, l’économiste Bernard Maris, qui écrivait sous le pseudonyme d’« Oncle Bernard » des billets hilarants et décapants…” [Lire la suite ici ou – traduction en anglais et italien]

  • “Charlie Hebdo : hommage à Bernard Maris”, par Olivier Pastré (Le Figaro/Vox)

“Dieu – sic – sait que tu m’énervais parfois. Pourquoi fallait-il que tu pousses parfois trop loin tes critiques les plus pertinentes sur les dysfonctionnements de l’économie de marché mondialisée? Pourquoi fallait-il que tu désignes certains tenants de la pensée néo-libérale comme bouc-émissaires si faciles à «dézinguer»? Tu étais trop talentueux pour, dans certains cas, te laisser aller à de telles facilités. Tu avais par ailleurs quatre immenses qualités qui font, pour certaines, défauts à tant de tes confrères…” [Lire la suite]

  • “Bernard Maris, économiste iconoclaste, homme jubilatoire”, par Antoine d’Abbundo (La Croix)

“Selon l’état civil, il s’appelait Bernard Maris, né en 1946, docteur en sciences économiques, tendance Keynes, et professeur à la retraite. Mais les lecteurs de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et ses amis le connaissaient d’abord sous le nom d’Oncle Bernard, un pseudo sous lequel il signait, depuis des années, une chronique drolatique et vitriolée contre la pensée libérale et les forces du marché…” [Lire la suite]

  • “Bernard Maris ou les paradoxes d’un assassinat”, par Maurice Szafran (Challenges)

“Dans Charlie, le grand Charlie des années 2000, ce journal qui chaque semaine agitait ses lecteurs, les faisait à la fois rire et réfléchir, Oncle Bernard occupait une place tout à fait particulière…” [Lire la suite]

Voir aussi

Le mensuel Alternative économique a ouvert l’accès à l’ensemble des publication de Bernard Maris dans ses colonnes.

Sur Youtube, vous trouverez de nombreuses interventions filmées et des entretiens. Par exemple, celle qu’il fit pour le 30e anniversaire du CEMAGREF, devenu Irstéa pour l’occasion :

Clioweb, le blog vous propose une revue de liens vers quelques textes et hommage de ou concernant Bernard Maris.

Sur le site de France Inter, où Bernard Maris était chroniqueur, vous trouverez – via cette page – de nombreux podcasts. Par exemple, en octobre 2014, il fut l’invité de Jean Lebrun pour une marche de l’histoire consacrée à Hayek.

________________________

_

Merci à @mart1oeil, @emikochert, @jeanbaptisteb, @rpierronnet, @schapuisdespres, @balleverte, @benoitmelancon et @ATERdeluxe pour leur contribution, via Twitter, à la constitution de cette petite revue de presse. D’autres hommages et ressources à signaler ? N’hésitez pas à les indiquer en commentaires. E.R.

_

Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter


2 réflexions sur « Hommages à Bernard Maris, 1946-2015 »

  1. “Et si on aimait Bernard Maris ?” par Gérard Leclerc (Royaliste)

    Depuis son sauvage assassinat avec l’équipe de Charlie Hebdo, on n’a pas assez, à mon goût, parlé de Bernard Maris. Certes, il était complètement solidaire d’une rédaction à laquelle sa mort l’identifie définitivement. Mais il était quand même ce personnage original, cet économiste anti-conformiste, cet humaniste à la curiosité multiple, que l’identité du journal satirique ne recouvre pas vraiment. Je n’ai pas été témoin des discussions de l’équipe, mais je suis à peu près sûr qu’il y avait son ton propre, un peu comme l’admirable critique littéraire qu’est Philippe Lançon, qui a miraculeusement échappé à la tuerie, quoique très gravement blessé. Un ton propre, avide d’entendre d’autres tons résonner avec leurs couleurs contrastées. Je remarque que dans le livre posthume qu’il nous laisse à la gloire de la France (tiens !) il distingue deux personnalités, qu’il estime être parmi les plus grands défenseurs de son pays : François Cavanna « rat d’archives et grand connaisseur de la période des rois fainéants, incroyable goûteur et apprêteur de la langue, ennemi radical du point-virgule que j’adore, et le meilleur conteur de l’histoire et de l’architecture de Paris. » Fort d’une unique conversation avec l’intéressé, je confirme. À l’écart des beuveries des Choron et compagnie, il se passionnait pour la langue et le style et je l’ai entendu disserter sur la vertu des notes en bas de pages. Le second défenseur de la France, c’était l’admirable Mustapha, lui aussi assassiné : « Mustapha, algérien, correcteur de son métier, immigré dont la syntaxe est tellement parfaite qu’il en remontrerait au Bon Usage – fait par un Belge, si j’ai bonne mémoire. »
    Je ne partage pas pour autant toutes les admirations et les détestations de Bernard Maris. Parfois je proteste contre ses jugements à l’emporte-pièces. Comment peut-il mettre dans la même catégorie Adolphe Thiers et Charles de Gaulle, ce dernier étant accusé de s’être réfugié à Baden-Baden, « sous les jupes du général Massu » ? Comme s’il ne s’agissait pas d’une manoeuvre géniale, qui lui permit de reprendre la main par rapport à une situation qui lui avait échappé ! Mais il est vrai que dans ses foucades, il sait retrouver les proportions : « De Gaulle ne fut pas toujours de Gaulle, et Massu (« Massu le corsaire » disait Leclerc) ne fut pas qu’un tortionnaire. De Gaulle, Thiers, le peuple. Le Prince, les Grands, le peuple. Les trois ont fait la France et la feront. » C’est quand même sympathique un homme vraiment libre, trouvant son bien où il lui plaît, et donc capable au passage de saluer d’autres bandes que la sienne : « J’ai connu des gens plein de gaieté qui parlaient de la France avec tristesse, et d’autres plein de tristesse qui en parlaient encore joyeusement. À dire vrai, j’ai connu des Français pleins de gaité. Authier, Lapaque et leur bande, par exemple. »
    Son éclectisme m’enchante. Réputé de gauche, il lit les historiens de droite avec plaisir « de Bainville à Tocqueville en passant par Pierre Chaunu et Patrick Buisson. » Il assène ses coups sans complexe, détaché des réflexes idéologiques. Jacques Duclos en prend pour son grade « appelant les ouvriers à la fraternisation avec l’occupant au nom de la lutte contre l’impérialisme anglo-saxon, dans des tracts douteux où l’on évoque la juiverie internationale. » Mais le patronat français n’est pas épargné, pour avoir « bétonné le mur de l’Atlantique et fourni camions, chars, armes, avions à la Wehrmacht pendant que le peuple l’entretenait de gré ou de force. »
    Dans son dernier (mais il l’ignorait !) livre, l’économiste s’est lâché au gré de ses tendances mais aussi de ses humeurs. S’il avait repris son manuscrit inachevé, l’aurait-il remanié ? Peu importe. Il nous a livré, un peu à la diable, ses impressions, son diagnostic sur ce qu’est la France aujourd’hui, jamais déconnectée de celle d’hier. Dans ses loisirs, n’avait-il pas trouvé le temps d’étudier sérieusement la figure et l’oeuvre de Maurice Genevoix, dont il avait par ailleurs épousé la fille, en plaçant ce remarquable mémorialiste de la Première Guerre mondiale en vis-à-vis d’Ernst Jünger, beaucoup plus connu mais selon lui inférieur à l’auteur de Ceux de 14. Je n’ai pas le temps d’exprimer vraiment mes accords et désaccords avec un essai qui aborde, toujours avec humour, des questions si diverses. Je me retrouve tout à fait avec l’économiste qui décrit les effets calamiteux de la mondialisation et la destruction du territoire. Comment pourrais-je bouder mon plaisir, lorsqu’il déclare : « L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime est une merveille, Élisabeth Badinter le sait bien, mais tout Ariès est une merveille : Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle, L’homme devant la mort etc. » Pourtant, je ne suis pas complètement d’accord à propos de la transition démographique étudiée par Ariès telle que Maris l’interprète ; car autant la maitrise des flux de population apparaît comme une nécessité, autant une attitude unilatéralement contraceptive peut déboucher sur ce que Pierre Chaunu avait prédit, avec le décrochage de toute une partie de l’Europe. Il est vrai que la France lui a échappé. Sait-on vraiment pourquoi ?
    Mais j’ai envie d’associer à cet adieu qu’il nous adresse, l’avant dernier livre de Bernard Maris, intitulé Houellebecq économiste, car c’est un modèle du genre qui apporte une conclusion heureuse au principal labeur d’une vie, celui de l’économiste. Le regard qu’il porte sur le romancier est d’évidence très ciblé, mais il fait ressortir une étonnante congruence avec son propre souci d’analyste. Il a retrouvé une peinture des moeurs et des habitus, qui correspond à son sentiment et à la distance qu’il a toujours eue à l’égard de l’orthodoxie disciplinaire de ses collègues. Ce qu’il a refusé de toute son âme, ce sont les a priori d’une science « où ne doivent régner que l’égoïsme, la cruauté et le cynisme. L’altruisme, la coopération sont des notions anti-canoniques, comme la compassion, le don, la générosité, et bien entendu l’acte suprême, l’amour. » Houellebecq avait été bouleversé d’avoir été compris de façon aussi pénétrante. Confronté à Marshall, Malthus, Keynes et Schumpeter, il s’avérait être plus lucide que « les sachants ». Tel est le dernier message que Bernard Maris nous a adressé. Comment ne pas l’en remercier ?
    Gérard LECLERC
    Bernard Maris – « Et si on aimait la France », Grasset, 04/2015, 144 pages, prix public : 15 €.
    Bernard Maris – « Houellebecq économiste », Coll. documents et essais, Flammarion, 09/2014, prix public : 14 €.

  2. Notre collègue Bernard Maris est décédé dans les conditions tragiques que l’on connaît. Les médias ont, à juste titre, rappelé ses multiples facettes : journaliste, essayiste, débatteur, vulgarisateur, romancier, érudit… Peu ont mis en exergue l’enseignant-chercheur. Mondes Sociaux, magazine en ligne de Sciences humaines et sociales, a voulu combler cette lacune en donnant la parole à des chercheurs du LEREPS, laboratoire toulousain auquel il a appartenu pendant huit ans et qu’il a dirigé durant deux années.

    « Bernard Maris, un humaniste et un penseur critique de l’économie dominante » : http://sms.hypotheses.org/3383

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.