Soutenance de thèse : Sébastien Durand « Les entreprises de la Gironde occupée (1940-1944) : restrictions, intégrations, adaptations

INVITATION :
Soutenance de thèse
« Les entreprises de la Gironde occupée (1940-1944) : restrictions, intégrations, adaptations »
le lundi 8 décembre 2014 à 13h30
à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
Salle Jean Borde

devant un jury composé de :

-Monsieur Dominique BARJOT, Professeur, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
-Monsieur Marcel BOLDORF, Professeur, Université Lyon 2
-Monsieur Christophe BOUNEAU, Professeur, Université Bordeaux Montaigne (directeur)
-Monsieur Alexandre FERNANDEZ, Professeur, Université Bordeaux Montaigne
-Monsieur Hervé JOLY, Directeur de recherche CNRS, UMR Triangle-ENS Lyon (rapporteur)
-Monsieur Michel MARGAIRAZ, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteur)

Un cocktail se tiendra à l’issue de la soutenance. Merci de faire part de votre présence avant le 28 novembre à l’adresse-mail suivante : sebastienp.durand@laposte.net.

RÉSUMÉ :

Tandis que la Drôle de Guerre est l’occasion d’une première confrontation avec la réglementation et la réquisition, la signature de l’armistice marque pour les entreprises de la Gironde occupée le début d’un dialogue complexe et fécond avec le gouvernement de Vichy et les autorités allemandes. Celles-ci font face à une polycratie franco-allemande, imposant des nouveaux cadres, administratifs et territoriaux, à leur activité. L’entreprise devient un enjeu de pouvoir. Apparaissent à la fois des réels points de convergence (aryanisation des « entreprises juives », rémunérations du travail) et d’importantes surfaces de tension (contrôle du port, concentration de la production, départ d’ouvriers pour l’Allemagne).
Par ailleurs, le régime de Vichy ne lésine pas sur les moyens, en vue de faire de l’entreprise une vitrine idéologique (Révolution nationale) : cérémonies collectives, structures d’entraide, corporatismes, associations politiques, mouvements collaborationnistes. Armé d’un redoutable arsenal législatif et répressif, il parvient – avec le soutien des Allemands – à en faire un lieu d’exclusion, d’où sont violemment extraits les éléments jugés indésirables, que ce soit pour leurs activités politiques (les communistes) ou pour leur appartenance religieuse abusivement qualifiée de « raciale » (les juifs). À l’inverse, la stratégie consistant à faire de chaque établissement un lieu d’intégration à ses idéaux, ne rencontre qu’un succès mitigé. L’attachement des acteurs de l’entreprise à la personne même du maréchal Pétain, réel au début de la période, s’estompe sous l’effet des épreuves et des sujétions dont sont victimes les Girondins. De ce point de vue, la politique sociale de l’État français (Charte du travail et comités sociaux) ne lui permet pas – sauf exception – de « ramener » patrons et ouvriers dans le giron vichyste.
Dans un contexte de graves restrictions (matières premières, main-d’œuvre, moyens de transport), les entreprises girondines cherchent bien des alternatives à ce qu’on appelle communément la « collaboration économique » : utilisation de produits de remplacement, reconversion des activités, réadaptation de l’appareil productif, essor des pratiques illicites (marché noir). Mais rares sont les patrons à ne pas devoir se poser la question de l’opportunité de proposer une offre de services à l’occupant. Cette offre est largement répandue, mais variable selon les métiers, les branches et les temps de l’Occupation. Les occupants tirent ainsi profit des atouts du tissu économique local, puisqu’ils parviennent à intégrer à leur économie de guerre les industries anciennement mobilisées pour la Défense nationale et plus encore les richesses tirées du sol girondin : le bois, la résine, le vin.

Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.