Appel à communications LA COMMISSION CENTRALE POUR LA NAVIGATION DU RHIN

Madame, Monsieur, cher(e) collègue,

une erreur de date s’étant glissée dans l’appel à communications que je vous avais adressé et qui portait sur “Les 200 ans d’histoire de la Commission centrale pour la navigation du Rhin”, je me permets de vous en livrer la version mise à jour.

En vous en souhaitant bonne réception, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, cher(e) collègue, en mes sentiments les plus cordiaux.

Pour le Comité d’organisation du colloque,
Martial Libera

 

 

 
Madame, Monsieur, cher(e) collègue,

une erreur de date s’étant glissée dans l’appel à communications que je vous avais adressé et qui portait sur “Les 200 ans d’histoire de la Commission centrale pour la navigation du Rhin”, je me permets de vous en livrer la version mise à jour.

En vous en souhaitant bonne réception, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, cher(e) collègue, en mes sentiments les plus cordiaux.

Pour le Comité d’organisation du colloque,
Martial Libera

————————————————-
APPEL A COMMUNICATIONS
Colloque international

LA COMMISSION CENTRALE POUR LA NAVIGATION DU RHIN
200 ANS D’HISTOIRE

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications pour un colloque organisé par le Centre Raymond Poidevin (UMR 7367 « Dynamiques européennes) de l’Université de Strasbourg et la Commission centrale pour la navigation du Rhin, qui aura lieu les 18 et 19 juin 2015 à Strasbourg sur le thème suivant : « La Commission centrale pour la navigation du Rhin : 200 ans d’histoire ».

Présentation du colloque

La Commission centrale pour la navigation du Rhin (CCNR) fêtera en 2015 son 200e anniversaire. Créée lors du Congrès de Vienne, en 1815, la CCNR est la plus ancienne des organisations internationales contemporaines. Dès les origines, la CCNR a eu pour mission de veiller à la liberté de navigation sur le Rhin et à la non-discrimination entre pavillons. Son action a également été déterminante dans  l’aménagement du fleuve et l’amélioration de sa navigabilité. Elle a contribué à faire du Rhin un grand axe de transport et a dynamisé l’économie des pays riverains. Sa gouvernance, très tôt empreinte de supranationalité, fait d’elle une institution en avance sur son temps. Elle joue de surcroît un rôle important dans la diplomatie européenne, où elle est tantôt l’instrument d’une puissance dominante, tantôt un vecteur de coopération entre les décideurs politiques et les acteurs économiques des pays riverains.  Pour autant, l’histoire de !
la CCNR reste, sur des pans entiers, très largement méconnue. La célébration de son 200e anniversaire en 2015, ponctué de différentes manifestations, sera l’occasion de revenir sur l’histoire de la CCNR et d’explorer ce passé riche, complexe, ancré au cœur de l’histoire du continent européen, à l’interface de thématiques institutionnelles, de questions économiques et d’enjeux géopolitiques. Pour ce faire, la CCNR et l’Université de Strasbourg, en partenariat avec les universités de Rotterdam et de Düsseldorf, organiseront un colloque international en juin 2015 sur l’histoire de la CCNR.

Thématiques des contributions

Les propositions de communications devront s’articuler autour de l’un ou de plusieurs des quatre grands axes thématiques suivants.

Le premier renvoie à l’organisation de la CCNR en elle-même. Il s’agit ici d’analyser, notamment sous un angle juridique, les institutions de la CCNR, leur fonctionnement, d’explorer la gouvernance, en partie supranationale, de la Commission, de la confronter, pour le XIXe siècle au moins, à l’ « ère des nationalismes », dans laquelle s’inscrit son action. Un autre aspect de l’histoire de l’institution conduit à s’intéresser à la personnalité de ses dirigeants. Quels étaient leurs cultures politiques, leurs formations, leurs parcours ? Ont-ils marqué l’institution de leur passage ? Ont-ils en retour été influencés par l’organisation et acquis à sa cause ? Dans le même ordre d’idées, des communications pourront porter sur les délégations nationales qui siègent à la CCNR, étudiées à des moments ponctuels ou sur la longue durée. Le système de prise de décision au sein de la CCNR mérite également d’être analysé et explic!
ité. Il s’agit notamment de mieux comprendre le degré d’indépendance de l’institution par rapport aux Etats membres. Enfin, la CCNR a incontestablement joué un rôle de modèle pour l’administration d’autres bassins fluviaux, en Europe mais aussi sur d’autres continents. Quelle influence la Commission a-t-elle eue sur ces organisations créées après elle ? On s’interrogera ici sur les transferts qui s’opèrent en termes de gouvernance et d’administration d’une institution à l’autre. De la même façon, on mettra en évidence les différences entre ces organisations.

Un deuxième ensemble de questions s’articule autour des missions de la CCNR et de leur impact économique. Une première approche consistera à montrer l’action de la CCNR en faveur de la liberté de navigation sur le Rhin, son rôle visant à garantir la liberté et la sécurité de la navigation sur le fleuve, à assurer l’égalité de traitement des bateaux de tous pavillons. L’action de la CCNR a également été déterminante dans l’organisation des travaux d’aménagement du fleuve, dans les projets de canalisation des affluents du Rhin, dans la construction d’ouvrages d’art, dans la régularisation du niveau des eaux, autant de questions qui méritent d’être approfondies. Il conviendra également d’étudier son rôle de police de la navigation, de précepteur de réglementations et, par là-même, de normalisation et de standardisation. Par ailleurs, des contributions pourront porter sur les fonctions de justice de la CCNR puisqu’elle a, à cert!
ains moments, été chargée d’arbitrer en appel les différends concernant le trafic fluvial ou les plans d’aménagement et d’entretien du Rhin. La dimension économique est tout autant au cœur des missions de la CCNR. Il s’agira d’examiner son rôle dans la mise en place d’échanges entre industriels, marchands et armateurs et dans la naissance de certaines formes de coopérations transfrontalières. Ces thématiques économiques invitent également à analyser l’organisation du trafic sur le Rhin et les formes d’échanges que la CCNR a contribué à mettre en place. L’un des débats du second après-guerre a par exemple consisté à trancher entre deux options radicalement différentes : soit adapter le nombre d’entreprises de transport au volume des marchandises, soit laisser le plus possible de libertés aux différents acteurs économiques. Dans le même ordre d’idées, les politiques menées par la CCNR en réaction à la concurrence que consti!
tue, pour la navigation fluviale, le développement des transp!
orts fer
rés puis routiers, gagneraient à être analysées et interprétées. Il serait enfin stimulant de préciser le rôle de la CCNR dans les thématiques liées à la préservation de l’environnement et à l’émergence des questions écologiques en rapport avec la pollution croissante du Rhin.

Ces différentes formes de concurrence et de coopération inscrivent clairement la CCNR au centre d’enjeux géopolitiques et diplomatiques. La CCNR est d’abord confrontée aux intérêts des Etats membres. Son degré d’indépendance par rapport à ses « tutelles » est révélateur des rapports de force internationaux.  A deux périodes au moins, entre 1871 et 1918 et après la Première Guerre mondiale, l’Allemagne et la France développent de véritables politiques de puissance, dont la CCNR est l’un des instruments et que le déplacement de son siège de Mannheim à Strasbourg manifeste au grand jour. A d’autres périodes au contraire, la CCNR est le lieu et le symbole d’une coopération renforcée entre les Etats riverains. Après 1945 surtout, la CCNR n’est plus la seule organisation à être en charge des questions de transport. Elle entretient alors des relations avec toute une série d’organisations internationales et  d’institutions européennes!
– CECA, CEE/UE, CEMT (Conférence européenne des ministres des Transports), ECITO (European Central Inland Transportation Organization), OECE. L’opposition entre la CCNR et la CEE/UE est de ce point de vue exemplaire. Enfin, l’action de la CCNR mérite d’être interrogée à propos de l’organisation du continent européen : quel rôle a-t-elle joué dans l’émergence de l’idée européenne à l’ère des nationalismes puis d’une forme d’identité européenne au XXe siècle ? Dans le processus de construction européenne, a-t-elle une vision à l’échelle régionale – l’axe rhénan – et un projet particulier articulé avant tout autour de principes économiques ? A l’heure de la globalisation, quelle stratégie la CCNR développe-t-elle vis-à-vis de l’articulation de différentes échelles territoriales (nation, régionalisme européen, mondialisation) ?

Un dernier axe de recherche s’articule autour des questions de réseaux et de transferts. La CCNR constitue en soi un réseau qui mériterait d’être étudié. En son sein, ses membres exercent différentes fonctions – diplomates, administrateurs, ingénieurs et experts –, ils ont des formations et des cultures diverses. Dans leur carrière, leur passage à la CCNR n’a pas partout la même importance. En d’autres termes, l’étude des réseaux existant au sein de la Commission centrale permettrait de mieux comprendre son fonctionnement. Les membres de la CCNR sont par ailleurs en relation avec des associations professionnelles, par exemple celles d’armateurs ou d’entreprises de navigation, avec des organismes privés, nationaux ou internationaux, comme l’Union des chambres de commerce rhénanes, avec les gouvernements des pays membres et, enfin, avec d’autres institutions européennes ou internationales, déjà évoquées. Il s’agit ici d’analyser le!
s interactions et les connexions entre ces acteurs, que celles-ci relèvent du lobbying exercé sur la CCNR, des différentes formes de coopération/concurrence qui structurent les relations entre ces acteurs ou, enfin, de la diffusion des normes, de standards, de savoirs par la CCNR. Sur ce dernier point, on s’interrogera sur les canaux de diffusion – journaux, revues spécialisées, centres – utilisés par la CCNR, sur les « publics » visés, sur l’impact des décisions de la Commission sur la normalisation et l’unification de la navigation sur le Rhin.

Conditions de soumission des propositions de communication

Les propositions de communication devront être adressées avant le 15 novembre 2014, en français, en anglais ou en allemand, aux adresses suivantes : C.hurbourque@ccr-zkr.org ; s.schirmann@unistra.fr ; martial.libera@unistra.fr .

Les propositions comprendront un titre et un résumé n’excédant pas 4000 signes, les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonctions, adresse électronique, adresses postales de l’institution de rattachement et du domicile privé, téléphones professionnel et privé, fixe et portable) ainsi qu’un court Curriculum Vitae faisant notamment ressortir les publications de l’intervenant en lien avec le thème du colloque.

Le Comité scientifique du colloque donnera sa réponse aux auteurs des propositions au plus tard le 15 décembre 2014.
Les auteurs dont les propositions auront été retenues remettront au Comité scientifique du colloque, au moins un mois avant la tenue du colloque, soit le 20 mai 2015, un résumé reprenant les thèses essentielles et les principaux axes de leur communication (deux à trois pages). Lors du colloque, les communications pourront être prononcées en français, en allemand ou en anglais.

Le Comité d’organisation du colloque prendra en charge les frais de transport, d’hébergement et de restauration des intervenants.

Comité d’organisation du colloque
– Clémentine HURBOURQUE, Commission centrale pour la navigation du Rhin, Strasbourg
– Martial LIBERA, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg
– Sylvain SCHIRMANN, professeur à l’Université de Strasbourg et directeur de l’Institut d’études politiques de Strasbourg

Comité scientifique du colloque
– Etienne DESCHAMPS, collaborateur scientifique à l’Université catholique de Louvain
– Jean-François ECK, professeur émérite à l’Université Charles-de-Gaulle Lille III
– Hein KLEMANN, professeur à l’Université Erasmus de Rotterdam
– Martial LIBERA, maître de conférences à l’Université de Strasbourg
– Sylvain SCHIRMANN, professeur à l’Université de Strasbourg et directeur de l’Institut d’études politiques de Strasbourg
– Guido THIEMEYER, professeur à l’Université Heinrich Heine de Düsseldorf
– Jean-Marie WOEHRLING, ancien secrétaire général de la Commission centrale pour la navigation du Rhin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.