Marquer le poids des recherches économiques sur l’Antiquité !

Nous reproduisons ci-après une lettre envoyée par Véronique Chankowski et Cecilia D’Ercole à la Sophau (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne à l’Université) qui l’a diffusée sur son site le 9 avril 2014.

Chères et chers collègues,

Depuis sa fondation en 1965, l’association Française d’Histoire économique, n’a cessé d’encourager le dialogue entre les différentes périodes historiques. La composition même de son bureau, avec une vice-présidence pour chaque période, montre l’attention portée aux connexions entre les différents champs chronologiques. Dans les dernières années, les signes de cette attention vers l’histoire ancienne se sont multipliés. Les deux éditions du prix de thèse de l’AFHE-BNP Paribas ont primé deux antiquisantes, Virginie Mathé (en 2011) et Aurélie Carrara (en 2013), pour leurs recherches respectives sur les coûts des bâtiments sacrés en Grèce classique et hellénistique et sur la fiscalité grecque entre le VIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle apr. J.-C. Le renouvellement récent (octobre 2013) du Bureau et du Comité de direction a renforcé ces choix par l’élection d’une présidente antiquisante, Cecilia D’Ercole ; Véronique Chankowski a assumé la vice-présidence pour l’histoire ancienne.

En réponse à ces signes encourageants, il serait important que les historiennes et les historiens de l’Antiquité puissent participer de façon active à la vie de l’Association et puissent y avoir une visibilité accrue. Cette démarche est d’autant plus souhaitable dans la conjoncture actuelle, où les liens entre les périodes historiques sont parfois remis en cause. Notre présence active dans l’Association peut prendre deux formes différentes. L’une est l’inscription sur la liste de diffusion de l’AFHE (http://afhe.hypotheses.org), gratuite et ouverte à de nombreux adhérents : elle est notamment consultée et animée par des chercheurs, des professionnels de l’enseignement, des étudiants et post-doctorants. Cette adhésion ouvre la possibilité d’animer le site par l’envoi d’annonces de colloques, de publications d’ouvrages, par l’information sur les programmes et les événements scientifiques, en rapport avec l’histoire économique. L’autre forme de participation, qui peut être complémentaire à la première, est l’adhésion annuelle à l’Association, qui peut se faire aisément par le dossier mis en ligne sur le site. Notons que seulement 13 collègues antiquistes étaient inscrits à l’AFHE en 2013, un chiffre qui est loin de représenter la richesse des recherches et des programmes en cours dans le domaine de l’histoire de l’économie ancienne.

Dans l’immédiat, une occasion concrète se présente à nous pour marquer le poids des recherches économiques sur l’Antiquité, sur le plan international également. Le deuxième appel à contributions pour le XVII congrès mondial d’histoire économique, qui aura lieu à Kyoto en 2015, est ouvert jusqu’en Juillet 2014. Le thème principal du congrès est consacré à la notion de « Diversity in Development » ; quelques dizaines de projets pourront encore être retenus pour la deuxième vague. Les projets de session portant sur l’Antiquité pourraient avoir toute leur place dans cette configuration. L’AFHE a proposé un rôle d’information et de coordination pour l’ensemble des projets français, comme vous pouvez le lire dans l’appel à communications posté sur le site : http://afhe.hypotheses.org/3813

Dans l’attente de vos réactions, nous sommes bien sûr disponibles pour répondre à vos questions si vous le souhaitez et vous prions d’agréer nos salutations les meilleures

Véronique Chankowski, Professeur à l’Université de Lyon 2, vice présidente de l’AFHE, section Antiquité [Veronique.Chankowski [at] univ-lyon2.fr]

Cecilia D’Ercole, Directrice d’Etudes à l’EHESS, Présidente de l’AFHE [Cecilia.dercole [at] ehess.fr]

Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.