Incertitude, marchés et spéculation (31 mai 2011)

Prochain Carrefour du CRH

Incertitude, marchés et spéculation

Le mardi 31 mai 2011 de 14-18h

EHESS-Salle 3
190-198, avenue de France
75244 Paris cedex 13

A l’occasion de la parution de :

Eric Brian, Comment tremble la main invisible. Incertitude et marchés. Paris, Berlin, Springer, 2009.

Nadine Levratto, Alessandro Stanziani (dir), Crédit et spéculation en France, XVIIIe-début du XXe siècle. Bruxelles, Bruylant, 2011.

La présentation des ouvrages sera menée par Jérôme Bourdieu (INRA, PSE) et Pierre-Cyrille Hautcœur (EHESS, PSE) en présence des auteurs Patrice Baubeau (Paris X), Eric Brian (EHESS), Jean-Yves Grenier (EHESS), Paul Lagneau-Ymonet (Paris Dauphine), Nadine Levratto (Paris X), Gilles Postel-Vinay (EHESS, INRA), Angelo Riva (EBS), Alessandro Stanziani (EHESS, CNRS).

Alors que les innovations financières, les subprimes et l’économie de casino sont brandies par la classe politique comme les seuls éléments caractéristiques à l’origine des crises en ce début du XXIe siècle, cette journée d’études s’interroge sur les dynamiques de longue durée aussi bien dans les modalités de calcul des acteurs que dans le fonctionnement même des marchés. Nous discuterons de la manière dont les différentes sciences sociales, l’histoire, le droit et les mathématiques ont appréhendé l’incertitude ; nous évaluerons aussi la place de l’incertitude dans les phénomènes économiques et financiers. Dans un cas comme dans l’autre, nous intégrerons les réflexions et les pratiques économiques dans des contextes historiques appropriés. En particulier, l’ouvrage d’Eric Brian avance l’hypothèse que les crises récentes ont révélé une faille dans les systèmes de gestion des risques et, à partir de ce constat, il propose une nouvelle approche de la cohérence des marchés. Pour leur part, les auteurs ayant participé à l’ouvrage sur Crédit et spéculation suggèrent que la manière dont le futur est appréhendé change au fil du temps. Entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle, de fin ultime de l’activité économique, le futur devient objet en soi des transactions dont une partie peut alors se détacher des valeurs réelles.

Contacts et information :

Nadja Vuckovic (CRH-EHESS), vuckovic [at] ehess [point] fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.