Nouveau numéro de Tracés “Réalités du possible” et appel à contribution du numéro “Pirater”

Bonjour,

la revue Tracés est heureuse d’annoncer la parution de son dernier numéro sur le thème “Réalité(s) du possible” https://www.cairn.info/revue-traces-2013-1.htm , qui aborde notamment les questions des contrefactuels, de la quantification et de la causalité en histoire  (sommaire ci dessous), et de l’appel à contribution du numéro Pirater http://traces.hypotheses.org/680 qui peut également intéresser économistes et historiens (date limite fixée au 31 juillet).

Espérant que ces publications pourront vous intéresser,

Cordialement
Eric Monnet

Carnet de recherche Tracés. Revue de sciences humaines : http://traces.hypotheses.org/

ÉDITORIAL

Page 7 à 19
Laurent Jeanpierre et al. POSSIBILITÉS RÉELLES

ARTICLES

Page 23 à 45
Ivan Ermakoff CONTINGENCE HISTORIQUE ET CONTIGUÏTÉ DES POSSIBLES
Page 47 à 69
Clint Ballinger CONTINGENCE, DÉTERMINISME ET « JUST-SO STORIES »
Page 71 à 84
Noël Bonneuil VIABILITÉ, PROBABILITÉS, INDUCTION
Page 85 à 103
Gunnar Declerck LE POSSIBLE PEUT-IL ÊTRE PERÇU ?

NOTE

Page 107 à 119
Katia Genel L’AUTORITÉ DES FAITS : HORKHEIMER FACE À LA FERMETURE DES POSSIBLES

MANIFESTE

Page 123 à 140
Emmanuel Didier et Cyprien Tasset POUR UN STATACTIVISME. LA QUANTIFICATION COMME INSTRUMENT D’OUVERTURE DU POSSIBLE

TRADUCTIONS

Page 143 à 178
Max Weber POSSIBILITÉ OBJECTIVE ET CAUSATION ADÉQUATE DANS L’APPROCHE CAUSALE EN HISTOIRE
Page 179 à 214
Robert Stalnaker UNE CONCEPTION RÉALISTE DES CONTREFACTUELS

ENTRETIENS

Page 217 à 229
Laurent Jeanpierre et Éric Monnet MANIÈRES DE DIRE L’AVENIR SANS NIER L’INCERTITUDE : DE L’ÉCONOMIE AUX SCIENCES DU CLIMAT. ENTRETIEN AVEC MICHEL ARMATTE
Page 231 à 243
Vincent Farnea et Laurent Jeanpierre DES UTOPIES POSSIBLES AUX UTOPIES RÉELLES. ENTRETIEN AVEC ERIK OLIN WRIGHT
La Lettre de Tracés

Revue interdisciplinaire de sciences humaines

Nouvelles parutions
Numéro 24

Réalité(s) du possible en sciences humaines et sociales

Le réel, ou le possible ? Telle est, dans sa forme élémentaire, l’alternative exclusive dans laquelle semblent bel et bien enfermées les sciences sociales contemporaines. D’un côté, une partie de ces dernières entendent dire la réalité, rien que la réalité, et dévoiler les bonnes raisons qu’elle a d’être comme elle est. De l’autre côté, des courants plus récents de ces disciplines envisagent au contraire les faits observés par le chercheur comme des constructions sociales et des phénomènes contingents, susceptibles par-là même d’être défaits ou transformés, orientant ainsi l’enquête vers l’évocation du possible. Les sciences humaines et sociales ont tout à gagner aujourd’hui à franchir cette ligne de démarcation en apparence insurmontable. C’est ce qu’affirment les contributions de ce numéro, en s’interrogeant d’un point de vue épistémologique, empirique et parfois politique, sur le traitement du possible dans plusieurs disciplines.

Ivan Ermakoff et Clint Ballinger proposent un examen critique, chacun à sa manière, de la notion de contingence. D’autres contributions s’interrogent sur plusieurs instruments d’approche du possible comme les statistiques (Emmanuel Didier et Cyprien Tasset), le raisonnement en termes de probabilités ou de viabilité (Noël Bonneuil) ou bien les scénarios, en économie et en sciences du climat (Michel Armatte). Gunnar Declerck propose de son côté une réflexion sur le statut du possible dans la perception. Les problèmes soulevés par le raisonnement contrefactuel sont par ailleurs au centre des deux traductions proposées (Max Weber et Robert Stalnaker).

Il apparaît aussi que les enjeux de ce que pourrait être à l’avenir une connaissance plus fine du possible ne sont pas seulement scientifiques. Katia Genel explicite ainsi combien le projet inaugural de la « théorie critique » francfortienne visait à saisir l’action « possible » d’une volonté aspirant à l’émancipation. Et Erik Olin Wright nous invite à dépasser l’opposition stérile, en politique, entre réalistes et utopistes. Pour les sciences humaines et sociales critiques, il n’y a pas à choisir entre le réel et le possible.

 

Le numéro est disponible en ligne sur le portail Cairn à cette adresse, ainsi que dans toutes les bonnes librairies. La version papier peut être aussi commandéeen ligne.

 

Nous vous invitons à lire l’introduction du volume, éditorial rédigé par les coordinateurs Laurent Jeanpierre, Florian Nicodème et Pierre Saint-Germier, qui est accessible gratuitement dans son intégralité.

 

Prochains numéros

Numéro 25
Éducation : émancipation?

La revue Tracés consacre son numéro 25 à l’éducation, recentrée autour de l’école comme lieu paradigmatique d’apprentissage et d’intériorisation des contenus disciplinaires, des codes de sociabilité et des rapports sociaux. L’angle abordé est celui de l’élucidation non seulement des rapports de domination au sein desquels les enseignant-e-s et apprenant-e-s sont insérés, mais également des processus d’émancipation rendus possibles à la fois par et contre l’éducation. L’objectif est d’évaluer, à l’aune de la recherche actuelle portant notamment sur l’articulation des différents types de rapports de domination – de classe, de race, de sexe –, ce qui dans l’école renforce ou au contraire contribue à mettre à jour et à critiquer ces différents types de domination. L’exploration de cette question amène alors, non seulement à redéfinir à chaque fois par rapport à quoi il y a émancipation, mais aussi à interroger cette notion-même, porteuse en son sein d’une lutte d’interprétations, démontrant par là l’intensité d’un enjeu politique à la hauteur de l’instrumentalisation dont l’objectif d’émancipation peut faire l’objet.

 

Hors-série 2013 : Philosophies et sciences sociales

 

Les sciences sociales sont nées dans un élan de différenciation et de détachement par rapport à la philosophie mais elles ont également conduit aux évolutions et réformes de cette dernière. Ce hors-série de Tracés a pour but de proposer un état des lieux de l’actualité de ces relations aussi fructueuses que difficiles, conflictuelles et enrichissantes, entre la philosophie et les sciences sociales. Les textes présentés ici font le pari de la possibilité, voire de la nécessité, d’un dialogue mutuel mais qui ne confine pas pour autant à l’intégration totale des différentes disciplines et qui pose au contraire la question de la traduction ou de la conversion du discours philosophique dans l’optique de la pratique des sciences sociales.

Peut-on concilier les conceptions sociologique et philosophique de la vulnérabilité (Marie Garrau) et de l’identité (Christian Lazzeri)? Comment peut-on bâtir une « esthétique sociale » dans laquelle la philosophie joue un rôle de synthèse qui connecte les savoirs empiriques produit par la littérature, la sociologie et l’histoire de l’art (Barbara Carnevali)? Comment faire appel à la philosophie pour penser les évolutions des systèmes économiques et rapport salariaux et proposer un « structuralisme des passions » (Frédéric Lordon) ? L’histoire peut-elle être foucaldienne (Florence Hulak) ? Comment porter une critique philosophique des indicateurs de pauvreté et d’inégalité développés par les économistes et les sociologues (Thomas Pogge) ? Qu’est-ce qu’un texte sociologique et comment s’y mêlent politique et philosophie (Dany Trom) ? Le statut de fondement normatif qu’on peut accorder à une autorité est-il plutôt d’ordre sociologique ou philosophique (Bruno Karsenti) ?

Telles sont les principales questions abordées dans ce hors-série. La philosophie n’exerce plus ici de magistère sur les sciences sociales mais elle offre des concepts, méthodes et types de raisonnements disponibles à la réappropriation. Elle se situe elle-même, en retour, dans un rôle d’ouverture et d’attention vis-à-vis des sciences sociales qui constituent le prisme de son rapport au réel.

 

Appel à contributions
Numéro 26
Pirates

Ce numéro de Tracés visera à explorer la question du piratage informatique en le rapprochant d’autres phénomènes qualifiés de pirate. Il s’agira de rassembler des contributions qui, en mobilisant les ressources disciplinaires des différentes sciences humaines et sociales, pourront porter tout autant sur les pirates informatiques, leurs pratiques, leurs cultures, la façon dont ils sont saisis par le droit, les idéologies qui s’en réclament, que sur les autres phénomènes, réels ou imaginaires, qualifiés de piraterie, et éclairés de façon nouvelle par la diffusion contemporaine du terme pirate : la flibuste d’abord, mais aussi la piraterie maritime contemporaine, la bio-piraterie, etc.

Attention : la date limite est repoussée au 31 juillet 2013.

Argumentaire complet et modalités de soumission à l’adresse qui suit :

http://calenda.org/239236

Où nous trouver ?

Tracés est présent dans de nombreuses librairies en France, et peut être également commandée auprès de votre libraire. Nous sommes distribués par le CID.

La revue est disponible sur le portail CAIRN, à l’achat pour les numéros récents, accessibles gratuitement pour les numéros parus il y a trois ans ou plus.

On peut également acheter les numéros sur le site du Comptoir des presses d’université ou de la Fnac.

Abonnez-vous

L’abonnement à Tracés pour les particuliers est de 30 euros et l’abonnement institutionnel de 45 euros. Il permet de recevoir trois numéros par an. Pour vous abonner, abonner un proche ou une institution, le bulletin figure ici et en pièce jointe.

Contact

Le site de la revue

Le blog de la revue

Nous écrire

Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.