Lauréats du prix de thèse AFHE-BNP Paribas 2021

Fabien Bartolotti et Paul Maneuvrier-Hervieu ont reçu le prix de thèse AFHE-BNP Paribas, le 7 décembre 2021

Photo Roger Nougaret. De gauche à droite : Fabien Bartolotti, Paul Manœuvrier-Hervieu

Jury

Pour BNP Paribas

  • Jean Lemierre, président du conseil d’administration de BNP Paribas
  • Marie Laperdrix, responsable du service des archives de BNP Paribas

Pour l’AFHE

  • Manuela Martini, présidente de l’AFHE
  • Loïc Charles, vice-président
  • Marguerite Martin, membre du comité directeur
  • Matthieu Scherman, membre du comité directeur
  • Laurent Warlouzet, membre
Photo François Rivière. De gauche à droite : Fabien Bartolotti, Paul Manœuvrier-Hervieu, Manuela Martini, Jean Lemierre

Thèses des lauréats pour 2021

Fabien Bartolotti,  Le port de Marseille face aux bouleversements économiques des années 1945-1992 : rythmes, stratégies des acteurs, enjeux environnementaux, sous la direction de Xavier Daumalin, Aix-Marseille Université le 1er février 2021.

Sujet d’intérêt majeur pour l’histoire économique, l’histoire du premier port de France sur près d’un demi-siècle fait l’objet d’une thèse de doctorat dense, dont le cadre interprétatif est nuancé et multifactoriel.

Ce travail apporte des réponses tant aux débats historiographiques anciens (le poids du commerce colonial, le déclin de la bourgeoisie locale, le poids du volontarisme étatique colbertiste, les conflits sociaux) qu’aux questionnements plus contemporains d’histoire environnementale dans les différents cycles d’industrialisation, y compris lors de la période antérieure à l’arrivée des hydrocarbures et de la sidérurgie.

Paul Maneuvrier-Hervieu,  La Normandie dans l’économie Atlantique au 18e siècle. Production, commerce et crises, sous la direction de Jean Marc Moriceau et Michel Biard, soutenue à Université de Normandie, le  27 novembre 2020

Innovante au plan méthodologique et importante au plan historiographique par ses résultats, cette thèse s’inscrit de manière ambitieuse dans la tradition des grandes thèses régionales de l’âge d’or des Annales.  

L’auteur indiquant clairement et de manière rigoureuse les outils et les ressorts du raisonnement, il ouvre la voie à une discussion extrêmement fructueuse sur des sujets centraux pour notre compréhension des dynamiques à l’œuvre au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, relatives à l’essor de l’économie atlantique, l’industrialisation et la révolution.

Félicitations aux 3 autres finalistes

Le jury félicite aussi les 3 autres finalistes, dont les thèses, de très grande qualité, ont été difficiles à départager de celles des lauréats :

Anne-Laure ALARD-BONHOURE, Richesses en crises. Techniques de gestion et écritures comptables à l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise (années 1320 – années 1490), thèse d’histoire dirigée par Laurent Feller, soutenue le 7 septembre 2019 à l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Anne ALONZO, La guerre est déclarée ! La mobilisation industrielle à Toulouse pendant la Première Guerre mondiale, thèse d’histoire dirigée par Dominique Barjot, soutenue le 19 octobre 2020 à Sorbonne Université (Lettres)

Claudia GATTA, Les briqueteries et l’opus doliare estampillé de la famille des Domitii. L’analyse et l’intégration des estampilles dans l’histoire d’un patrimoine sénatorial, thèse d’histoire dirigée par François Chausson et Alfredo Buonopane, soutenue le 14 septembre 2020 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne



Citer ce billet
François Rivière (2021, 8 décembre). Lauréats du prix de thèse AFHE-BNP Paribas 2021. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aqpt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.