Éduquer à la coopération

Compte rendu de la session invitée de l’AFHE dans le cadre du 18e colloque international de l’Association Charles Gide (http://www.charlesgide.fr/), sur le thème « Coopération(s) », à l’Université de Lausanne, 10-12 septembre 2020.

Compte rendu rédigé par Anna Safronova (doctorante de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), dont la participation au colloque a été rendue possible par une aide financière de la Fondation Maison de Salins
https://collections.maison-salins.fr

Illustration : Commission de contrôle des comptes dans une coopérative d’une école en campagne, Musée d’État d’Histoire de Saint-Pétersbourg, Russie, 1922-1943
https://goskatalog.ru/portal/#/collections?id=17675562

Première session. Enseigner la coopération : quoi et à qui ?
Deuxième session. La coopérative entre enjeux éducatifs et politiques
Conclusion
Programme du panel Éduquer à la coopération du 11 septembre 2020

Aujourd’hui, l’enseignement de la coopération semble avoir été chassé des programmes universitaires généralistes, alors qu’au tournant du XXe siècle le milieu académique, principalement les économistes, incluaient la coopération dans ses cours et, plus généralement, dans ses réflexions.

La coopération était pensée par des économistes comme John Stuart Mill, Léon Walras, Charles Gide et Vilfredo Pareto, en tant que dispositif capable d’émanciper les acteurs économiques et d’éduquer les individus à la solidarité, tout en disciplinant les classes subalternes. De ce point de vue, la contribution des économistes à l’enseignement de la coopération a déjà fait l’objet d’études dans le cadre de l’histoire de la pensée économique. La nouveauté du panel, organisé lors du colloque Gide 2020, était de mettre en avant la contribution des acteurs du mouvement coopératif eux-mêmes, en interrogeant les définitions de la coopération, les priorités d’enseignement, les publics visés, les lieux et les institutions qui dispensaient ces enseignements. Les interventions ont interrogé les évolutions de l’éducation à la coopération dans plusieurs pays industrialisés, France, Italie, Allemagne, États-Unis et Russie, pendant la période qui s’étend du XIXe siècle jusqu’aux années 1950.

Première session. Enseigner la coopération : quoi et à qui ?

retour en haut de page

La première partie du panel – ayant pour titre « Enseigner la coopération : quoi et à qui ? » – a été présidée par Alexia Blin qui a ouvert la session avec une brève introduction.

Fabien Knittel a présenté le cas des fruitières jurassiennes en tant que lieu de coopération. Il a étudié comment la formation des jeunes fruitiers se transforme après la mécanisation de la production et l’introduction des écrémeuses centrifuges. Bien que l’enseignement se formalise et se professionnalise, les voies de la transmission non formelle, notamment l’observation et l’imitation, continuent à être des formes d’apprentissage dominantes.

Niccolò Mignemi a étudié le rôle central des coopératives et de la petite exploitation familiale dans la mise en place de la réforme agraire de 1950 en Italie. Les coopératives – auxquelles les détenteurs des terres sont obligés d’adhérer par les lois de réforme – servent de canal de transmission des politiques publiques. Elles deviennent ainsi des lieux de formation qui accompagnent les agriculteurs dans le processus de transformation des exploitations familiales en entreprises agricoles.

Anna Safronova a analysé la place des références occidentales dans le programme de formation d’employés des coopératives dans la période de 1915 à 1932 en Russie tsariste, puis soviétique. Avant Octobre 1917, la transmission de l’idéologie coopérativiste était légitimée par le présupposé que la diffusion des coopératives permettrait à la société russe de suivre le même processus de modernisation que l’Occident. La transmission des principes de la coopération internationale lors de la formation des futurs travailleurs cesse à partir de 1928, comme conséquence de la nouvelle conception de l’histoire, promue dans les programmes scolaires. La Russie soviétique aurait sa propre voie de développement et, par conséquent, la formation à la coopération soviétique n’a plus l’obligation de faire référence aux coopératives occidentales.

Deuxième session. La coopérative entre enjeux éducatifs et politiques

retour en haut de page

Alexia Blin a interrogé les raisons de la mise en œuvre de l’enseignement obligatoire de la coopération dans les écoles publiques de l’État du Wisconsin par la loi de 1935. Cette étude a permis d’analyser dans quelle mesure la promotion d’un modèle d’entreprise, par l’intermédiaire de l’enseignement, est un enjeu politique perçu comme tel par les acteurs de l’époque. Malgré les attaques contre la loi, l’obligation d’enseigner la coopération reste en vigueur et elle l’est encore aujourd’hui. Cependant, sa mise en œuvre s’affaiblit progressivement, jusqu’à finir par être ignorée alors que, entre 1935 et les années 1950, elle a fait l’objet d’un véritable débat politique sur le soutien public à une forme alternative d’organisation de l’activité économique.

Simon Godard a enfin examiné la place et les formes de l’éducation coopérative en Allemagne des années 1920 aux années 1950. Ce système de régulation du capitalisme promeut la participation ouvrière depuis 1920 et transforme le mouvement coopératif en un acteur central des réflexions sur les savoirs économiques alternatifs des ouvriers et ouvrières. Face au développement du système communiste à partir de 1949 en Allemagne de l’Est, les savoirs économiques sont toutefois pris dans la politisation spécifique au contexte de deux États allemands, où se mêlent des ordres économiques capitaliste, coopératif et communiste.

Une dernière intervention de Davide Lago était enfin prévue. Elle devait s’intéresser à l’expérience du mouvement éducatif autour du réseau de l’Université coopérative internationale dans la seconde moitié du XXe siècle, mais la présentation n’a pas pu avoir lieu en raison de l’absence de son auteur.

Conclusion

retour en haut de page

Le panel a permis d’explorer la question de l’éducation à la coopération dans les pays industrialisés du XIXe siècle jusqu’aux années 1950. Il a démontré que l’enseignement de la coopération dispensé par le mouvement coopératif lui-même a su répondre à des multiples enjeux socio-politiques. Au cours de cette période, l’enseignement massif et général de la coopération a par ailleurs été promu dans des pays caractérisés par des régimes politiques différents, des États-Unis à l’URSS. Cependant, dans la seconde moitié du XXe siècle, ces perspectives deviennent de plus en plus marginales au point qu’il semble impensable aujourd’hui d’imaginer des cours de coopération dispensés par des institutions d’enseignement secondaire ou supérieur, en dehors de quelques filières spécialisées mais plutôt isolées.

Programme du panel Éduquer à la coopération du 11 septembre 2020

retour en haut de page

Organisateurs de la session : Alexia Blin, Niccolò Mignemi

Première session. Enseigner la coopération : quoi et à qui ?

Présidence : Alexia Blin (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Fabien Knittel (Université de Franche-Comté), Éducation et coopération à partir du cas des fruitières de l’Arc jurassien au XIXe siècle.

Discutant : Dominique Ganibenc (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Niccolò Mignemi (CNRS, LIED), Former des agriculteurs ou des coopérateurs ? L’enjeu de l’éducation dans la réforme agraire italienne de 1950.

Discutant : Antoine Missemer (CNRS, CIRED)

Anna Safronova (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), L’enseignement de l’idéologie ou de l’administration technique ? Formation des travailleurs des coopératives en Russie, 1915-1932.

Discutant : François Allisson (Université de Lausanne)

Deuxième session. La coopérative entre enjeux éducatifs et politiques.

Présidence : Niccolò Mignemi (CNRS, LIED)

Alexia Blin (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), Rendre l’éducation à la coopération obligatoire ? Origines et évolutions de la loi de 1935 dans le Wisconsin.

Discutant : David Philippy (Université de Lausanne)

Simon Godard (Sciences Po Grenoble), « On ne peut pas gouverner un État peuplé d’analphabètes politiques et économiques ». Écoles communistes et coopératives en concurrence dans l’éducation à l’économie des ouvrier.ère.s en Allemagne (des années 1920 aux années 1950).

Discutant : Félix Megret (Université Paris Nanterre)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.