Éduquer à la coopération. Session AFHE au Colloque Gide 2020 (10-12 septembre).

Session « Éduquer à la coopération », organisée en partenariat avec l’AFHE dans le cadre du 18e colloque international de l’Association Charles Gide intitulé Coopération(s). (Université de Lausanne, 10-12 septembre 2020). http://wp.unil.ch/gide20/

Organisateurs : Alexia Blin (Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle), Niccolò Mignemi (CNRS, UMR 8236 LIED).

Dans un article de 2012, l’historien de l’économie Philip B. Wyman, estime que la science économique s’est, au moins depuis le début du XIXe siècle, intéressée « régulièrement » et « de très près aux différentes manifestations du mouvement [coopératif], pour leur fournir une aide et un soutien pratiques, ou bien pour les critiquer et les rejeter, mais peut-être de manière plus significative, pour proposer des cadres théoriques et des éclairages quant à leur organisation et leurs performances, qui puissent les aider à informer leurs actions à venir »1. De John Stuart Mill à Léon Walras ou à Charles Gide, des économistes importants, discutent avec enthousiasme les possibilités offertes par la coopération. D’autres comme Vilfredo Pareto sont bien plus critiques, mais ils n’en prennent pas moins le temps de les interroger. Tous s’intéressent, à la fois du point de vue théorique et du point pratique, à la coopération comme articulation originale de l’individuel et du collectif capable de garantir une meilleure distribution de la richesse. Pour les plus fervents, les coopératives constituent une école d’apprentissage à la fois de la démocratie et des principes de l’entreprise moderne. Elles seraient un instrument capable d’émanciper les acteurs économiques, d’éduquer les individus à la solidarité aussi bien que de discipliner les classes subalternes. Cet intérêt se traduit alors par la place accordée à la coopération dans l’enseignement de l’économie, qui persiste jusqu’au milieu du XXe siècle, mais qui semble aujourd’hui avoir complètement disparu des cursus classiques. En dehors d’un domaine de spécialisation très isolé, et en dépit d’un récent regain d’intérêt pour « l’économie sociale et solidaire », en particulier au sein des sciences de gestion, l’enseignement à la coopération est désormais réduit à peu de choses.

Qu’en est-il des coopérateurs eux-mêmes ? Comment ont-ils contribué à l’histoire de l’éducation à la coopération ? En effet, au XIXe siècle et dans la première moitié du XXsiècle, l’enseignement des principes coopératifs n’est pas l’apanage du seul milieu académique. Suivant les principes de Robert Owen définis dans les années 1820, les membres des coopératives consacrent une partie de leur temps et de leurs revenus à l’éducation. Ils mettent en place toute une série de structures qui visent à former leurs membres et à promouvoir leur modèle d’organisation. Ce faisant, il s’agit de conserver l’originalité de leur mode de gestion, de leur organisation du travail et de leur rémunération du capital, tout en assurant l’équilibre économique de leurs entreprises. L’éducation proposée par les coopératives peut chercher à établir des normes communes, ou bien encore des instruments de surveillance censés fournir des garanties aux interlocuteurs publics et privés (organismes de contrôle, promoteurs de travaux publics, institutions de crédit, clients etc.) sans compromettre l’autonomie des initiatives. D’autres acteurs encore, en particulier les agents de l’État dans le domaine de l’agriculture au début du XXe siècle, ont pu trouver nécessaire d’éduquer le public aux méthodes de la coopération.

Les définitions de la coopération, les priorités (pratiques ou théoriques), ou le public visé évoluent selon les périodes, les lieux et les institutions qui dispensent l’enseignement. Mais l’éducation à la coopération semble bien être un enjeu important entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle, et c’est cette histoire que la présente session se propose d’interroger, à partir d’études centrées sur divers terrains.

Nous poserons en particulier les questions suivantes :

  • Quelles institutions s’en sont chargées, pour quels publics ? Comment sont-elles financées ? Quels enseignements sont présents dans les « cursus coopératifs » et comment se transforment-ils au cours du temps ? Qui assure ces enseignements ?
  • Quelle place les disciplines académiques ont attribuée à la théorie ou bien à la pratique de la coopération dans les différents pays ? Quelles circulations transnationales sont observables dans ce domaine ? Sont-elles portées par les réseaux des scientifiques ou du mouvement coopératif ?
  • Dans quelle mesure les initiatives de formation internes au mouvement coopératif se donnent pour cible tous les sociétaires ou seulement les cadres dirigeants ? Le but est juste de former des « bons gestionnaires » ou on peut observer une volonté de participer à la construction d’un horizon plus large de réforme sociale ?

Partie 1 (vendredi 11 septembre 2020, 11h00-12h30) : Enseigner la coopération : quoi et à qui ? (Présidence de session : Alexia Blin).

  • Fabien Knittel (Université de Franche-Comté), Éducation et coopération à partir du cas des fruitières de l’Arc jurassien au XIXe siècle (discussion : Dominique Ganibenc, Université Paul-Valéry Montpellier 3).
  • Niccolò Mignemi (CNRS, LIED), Former des agriculteurs ou des coopérateurs ? L’enjeu de l’éducation dans la réforme agraire italienne de 1950 (discussion : Antoine Missemer, CNRS, CIRED).
  • Anna Safronova2 (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), L’enseignement de l’idéologie ou de l’administration technique ? Formation des travailleurs des coopératives en Russie, 1915-1932 (discussion : François Allisson, Université de Lausanne).

Partie 2 (vendredi 11 septembre 2020, 14h30-16h00) : La coopérative entre enjeux économiques et politiques (Présidence de session : Niccolò Mignemi).

  • Alexia Blin (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), Rendre l’éducation à la coopération obligatoire ? Origines et évolutions de la loi de 1935 dans le Wisconsin (discussion : David Philippy, Université de Lausanne).
  • Simon Godard (Sciences Po Grenoble), « On ne peut pas gouverner un État peuplé d’analphabètes politiques et économiques ». Écoles communistes et coopératives en concurrence dans l’éducation à l’économie des ouvrier.e.s en Allemagne (des années 1920 aux années 1950) (discussion : Félix Megret, Université Paris Nanterre).
  • Davide Lago (Faculté théologique de la Vénétie et Université de Padoue), L’Université coopérative internationale (1976-1992) : un mouvement éducatif axé sur le développement des territoires (discussion : Emmanuel d’Hombres, Université catholique de Lyon).
  1. Philip B. Whyman, « Co-operative Principles and the Evolution of the ‘Dismal Science’: the Historical Interaction between Co-operative and Mainstream Economics », Business History, 54-6, 2012, p. 833-854 (citation p. 847). []
  2. Participation au colloque rendue possible grâce à une aide financière de la Fondation Maison de Salins. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.