Éric Monnet, nominé au prix du meilleur jeune économiste 2020 : politique, monnaie, finance et banques aux XIXe et XXe siècles

À l’occasion de sa nomination pour le prix du Prix du meilleur jeune économiste (décerné par Le Monde et le Cercle des économistes), Éric Monnet présente ses recherches dans le champ de l’histoire économique. Il a été vice-président de l’AFHE de 2016 à 2019.

1- Entre macroéconomie et histoire politique
2- Les années 1930 : une crise bancaire sous-estimée
3-  À la croisée des statistiques et des décisions politiques : quelques influences
4- Banques centrales et investissement, de la reconstruction à la lutte contre le réchauffement climatique
5- Le tournant vers  le marché (années 1970-1980)
6- Le système monétaire d’avant 1914 et la zone euro
7- Le mythe de Bretton Woods
8- La Banque de France et la dette publique depuis 1914 : un cache-cache statistique
9- Statistiques, causalités multiples et institutions : des relations complexes

Entre macroéconomie et histoire politique

Mes recherches portent sur les politiques et systèmes monétaires et financiers aux 19e et 20e siècles, avec une attention particulière pour l’histoire française et son contexte européen. J’ai ainsi notamment écrit sur la politique de la Banque de France, la reconstruction économique européenne après 1945, sur le rôle des banques centrales et marchés financiers dans le système monétaire international, ainsi que sur les crises bancaires pendant la Grande Dépression. D’un point de vue méthodologique, mon approche se situe à l’intersection de la macroéconomie et de l’histoire politique. Cela consiste à utiliser les outils théoriques et statistiques de l’analyse macroéconomique, en plus de la méthodologie historique fondée sur les archives, pour restituer le contexte des prises de décisions politiques et, en retour, à étudier les effets de ces politiques sur l’économie. Une hypothèse de cette démarche est que l’on peut recontextualiser certaines politiques en procédant à une analyse a posteriori de l’économie, et en portant ainsi un regard critique sur ce qui était appréhendé par les acteurs contemporains. Cela ne revient pas à nier la perception que ces derniers avaient de l’économie (forgée par leurs relations sociales, l’usage de statistiques, leur connaissance théorique en économie, leur insertion dans des cadres hiérarchiques et rapports de pouvoir, etc.), mais au contraire à étudier leurs représentations et décisions au regard de l’évolution de court et long terme des structures économiques. Cela implique notamment une dose de raisonnement contrefactuel, en ce qu’on se demande si les responsables politiques auraient pu penser et décider autrement, pour in fine comprendre ce qui les poussait à agir. L’objectif n’est pas de réduire la politique à une histoire évènementielle mais bien de caractériser des périodes successives pour mieux retracer conjointement les mutations des structures économiques et d’idéologies.
Retour haut de page

Les années 1930 : une crise bancaire sous-estimée

Prenons comme exemple de cette démarche le sujet sur lequel je travaille actuellement qui est la crise bancaire et la Grande Dépression en France dans les années 1930. Grâce à un travail de reconstitution statistique et de mise à jour des mécanismes économiques de la crise bancaire et sa propagation, on sait maintenant que cette crise a été beaucoup plus sévère que la manière dont elle était perçue par certains contemporains et en particulier par les responsables politiques à la Banque centrale ou au gouvernement. Le nombre de faillites et de ruées bancaires ainsi que la chute d’activité de ce secteur excèdent largement ce qui était documenté dans les années 1930. Le fait que l’ampleur de la crise fut minorée tient notamment au fait que l’Etat ne collectait pas alors de statistiques sur les banques. Cette absence de statistiques nous informe également sur la vision que la banque centrale se faisait de son rôle dans la stabilité financière, et plus généralement sur l’absence d’une conception holistique du système bancaire et donc de la possibilité d’une crise systémique. La crise prit la forme d’un retrait massif des dépôts dans les banques et d’un transfert vers les Caisses d’épargne (qui ne pouvaient que financer la dette publique) car, en l’absence de régulation bancaire, les premières étaient perçues comme insuffisamment sûres. Comprendre cela déplace le débat sur la perception politique et pousse à comprendre le cadre idéologique qui a conduit les contemporains à interpréter ce transfert comme une marque de résilience de l’économie française, plutôt que de l’effondrement du système bancaire, et ainsi à refuser toute relance économique au nom de la protection de l’épargne. Reconstruire conjointement cette histoire économique et politique est un premier pas vers une quantification des effets de la politique budgétaire et monétaire sur l’économie pendant la Grande Dépression. A partir de ce moment de crise, on en vient alors à pouvoir décrire ce qui a caractérisé une époque, sur le plan économique comme idéologique, et donc, par exemple, à apprécier ensuite les évolutions et rupture avec les politiques de régulation financière et de direction du crédit qui sont mises en place pendant la guerre et l’après-seconde guerre mondiale. Il est également possible de tisser les liens avec le présent puisque la concentration bancaire française actuelle, ainsi que la prédominance des dépôts régulés comme le Livret A, sont aussi en partie le fruit de la crise bancaire des années 1930. Et même si le système bancaire et la conception des politiques macroéconomiques sont aujourd’hui très différentes, la question de la réaction de l’Etat face à une surabondance d’épargne sûre (livret A, assurances vie, immobilier, etc.) en période de crise demeure d’actualité.
Retour haut de page

À la croisée des statistiques et des décisions politiques : quelques influences

Combiner l’histoire des décisions et représentations politiques aux outils de l’analyse macroéconomique n’est pas si courant en histoire économique. Cette démarche emprunte également à l’histoire des statistiques, l’histoire des idées économiques ou l’histoire des administrations. Je peux citer comme influences – dans des styles différents  –  l’ouvrage Golden Fetters de Barry Eichengreen sur l’étalon-or pendant l’entre-deux-guerres, ceux d’Alan Milward sur la reconstruction économique d’après-guerre et l’Union Européenne, les différents travaux d’Anna Schwartz et Michael Bordo  sur l’histoire monétaire des Etats-Unis et du système monétaire international en lien avec l’histoire des idées économique, les études d’Alice Amsden sur les politiques d’industrialisation d’après-guerre en Asie ou encore Le Salaire de la Destruction d’Adam Tooze sur l’économie de l’Allemagne nazie. Dans ce dernier, Tooze fait constamment le va et vient entre l’information économique dont pouvaient disposer les dirigeants nazis, l’environnement économique de l’entre-deux-guerres et l’interprétation idéologique qui était faite de ces statistiques et de cet environnement. Il poursuit ensuite la même démarche quand il s’intéresse aux effets des politiques économiques du IIIe Reich, comparant les perceptions d’alors à une analyse quantitative a posteriori de leurs conséquences.

Outre le projet sur la Grande Dépression évoqué auparavant, je mentionnerais les quelques sujets de recherche suivants qui peuvent donner un aperçu de mon travail et de mes publications.
Retour haut de page

Banques centrales et investissement, de la reconstruction à la lutte contre le réchauffement climatique

Le rôle de la banque centrale dans la reconstruction économique et les politiques d’investissement d’après-guerre. Il s’agissait d’une politique d’orientation du crédit et de lutte contre l’inflation reposant sur des instruments quantitatifs plutôt que sur les taux d’intérêt. On peut voir certains traits de ce type de politique réapparaître depuis 2008 sous la forme de la « politique macro-prudentielle » visant à limiter le risque financier. Beaucoup appellent également aujourd’hui à aller dans cette voie pour financer les investissements nécessaires à la lutte contre le réchauffement climatique.

Le tournant vers le marché (années 1970-1980)

Les ressorts théoriques et idéologiques du tournant des années 1970 (achevé dans les années 1980) vers une économie plus « libérale » où l’allocation du financement des investissements par le marché devient la norme. Comment cela a été déterminant pour la définition légale et politique particulière de l’indépendance des banques centrales adoptée par la suite ainsi que pour la gestion de la dette publique.

Le système d’avant 1914 et la zone euro

La capacité des banques centrales d’avant 1914 à prêter aux banques sur demande pour amortir les chocs internationaux, dans le contexte de l’étalon-or. Ces recherches offrent une image moins figée des règles de l’étalon-or et montrent également combien il était coûteux pour un pays comme les Etats-Unis avant 1913 d’être financièrement intégré au reste du monde sans avoir de banque centrale. Une manière d’interpréter ces conclusions dans le contexte actuel est de lire la politique de la Banque centrale européenne visant à harmoniser les taux d’intérêt entre pays comme la politique normale d’une banque centrale en taux de change fixe (zone monétaire) et non comme un écart à la règle.

Le mythe de Bretton Woods

Comment le système monétaire d’après 1945 (dit de « Bretton Woods ») n’a pas fonctionné comme prévu lors de la conférence initiale de 1944 mais a au contraire évolué en réaction à la réouverture des marchés financiers internationaux, des politiques des Etats-Unis et déséquilibres géopolitiques ou de la persistance de la croyance des banques centrales dans la nécessité de la valeur de l’or comme référence de la politique monétaire. Ces résultats nuancent l’importance de Bretton Woods dans la conduite des politiques d’après-guerre et incitent à avoir une approche plus contingente et moins déterministe du système monétaire international.

La Banque de France et la dette publique depuis 1914 : un cache-cache statistique

Le rôle de la Banque de France dans le financement de la dette publique française depuis 1914, marqué par l’affichage d’une volonté constante de normalisation, contredite par une grande inventivité des catégories statistiques permettant de requalifier en d’autres termes les prêts au gouvernement.

Statistiques, causalités multiples et institutions : des relations complexes

Une réflexion sur la causalité en histoire économique et en particulier une discussion des difficultés des analyses statistiques à prendre en compte la multiplicité et la temporalité des relations causales et le rôle des institutions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.