Albert-Buisson, un destin au XXe siècle (1881-1961) Essai sur une prodigieuse réussite sociale française Charles-Albert LUCAS Pierre PASCALLON

ALBERT-BUISSON (1881-1961) retient l’attention par sa trajectoire sociale, la variété et le niveau élevé des responsabilités professionnelles qu’il a occupé. Personnage historique de second plan, il se situe au tout premier rang de ce second plan avec on peut donc l’assurer un véritable destin au XXe siècle.

Fils d’un sabotier d’Issoire (Puy-de-Dôme), après des études de pharmacie, il crée son laboratoire (Théraplix). Poursuivant un double cursus universitaire, il est docteur en droit.

Il intervient en politique : directeur de cabinet de Clémentel, (ministre des Finances – 1924-25), maire d’Issoire (1925), sénateur du Puy-de-Dôme (1937). Il assume également des responsabilités financières: président de la BNFCE (1925-30), il est chargé ensuite de créer la BNCI (1931-35).

Poursuivant sa carrière dans l’industrie, il devient président de Rhône-Poulenc (1935-59), tout en restant à la tête de Théraplix et en siégeant dans les conseils d’administration de grandes sociétés. Pendant la seconde guerre mondiale, il adopte une démarche personnelle qui l’éloigne de P. Laval dont il était un intime avant guerre.

Juge consulaire (1913), il devient président du Tribunal de Commerce de la Seine (1930-34) et donne à cette fonction un tel lustre qu’elle lui permet d’entrer à l’Académie des Sciences morales et politiques (1936). Il poursuit ensuite un cursus académique : Secrétaire perpétuel des Sciences morales, premier Chancelier de l’Institut de France (1953), élu à l’Académie française (1955).

Personnage complexe, Albert-Buisson allie une ductilité de comportement à une fermeté sur les principes et les valeurs qu’il a choisis : libéralisme politique et économique, fidélité à la République.

 

Charles-Albert LUCAS, 64 ans, diplômé de l’IEP de Paris, a eu une carrière variée qui l’a mené de la politique, secrétaire parlementaire et élu local, aux activités commerciales les plus variées (édition, finance). Il a choisi, en 2000, de consacrer, sous la direction du professeur Christophe BOUNEAU (Bordeaux 3), une thèse d’histoire économique contemporaine à Albert-Buisson qui est aussi son grand-père. Il a également collaboré au Dictionnaire historique des patrons français.

 

Pierre PASCALLON, 69 ans, est à la fois universitaire et homme politique : Professeur agrégé de Faculté en sciences économiques et sociales à Clermont-Ferrand, il sera l’un des vice-présidents de l’université. Maire d’Issoire (1984-2008), député (1986-1993), conseiller général du Puy-de-Dôme (1992-2004), il a souhaité initier et consacrer lui-même des travaux à Albert-Buisson dont il a occupé le même fauteuil de premier Magistrat de la Cité de St-Austremoine pendant près de vingt ans.


Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.