Allocataire de l’allocation de recherche Jean Heffer 2019

Samedi 6 décembre, la nouvelle présidente de l’AFHE, Manuela Martini, a dévoilé le nom de l’allocataire de l’allocation de recherche Jean Heffer pour l’année 2019 (Règlement de l’allocation de recherche AFHE en l’honneur de Jean Heffer).

 

Il s’agit de Leïla Cheurfa, qui fait un M2 sur l’emprisonnement pour dettes à Aberdeen aux XVIIIe siècle à l’Université Paris-I sous la direction d’Anne Conchon.

Voici son discours de remerciement :

 

Mesdames, Messieurs, c’est pour moi un grand honneur de recevoir l’allocation de recherche offerte par l’AFHE, en honneur à Jean Heffer. Je souhaiterai remercier vivement monsieur le président de l’AFHE Guillaume Daudin ainsi que tous les membres du Comité directeur pour cette grande opportunité.

            Je suis actuellement en seconde année de Master de recherche en histoire économique à Paris 1 Panthéon Sorbonne sous la direction de madame Anne Conchon, que je remercie également pour son soutien et ses excellents conseils. Je me permets maintenant de vous présenter en quelques mots mes travaux, que l’AFHE a décidé d’encourager, en m’accordant cette bourse.

Mon sujet de recherche porte sur l’emprisonnement pour dette à Aberdeen, en Écosse, au XVIIIe siècle. C’est alors une cité prospère, la troisième ville la plus importante du Royaume derrière Édimbourg et Glasgow. Son activité commerciale de plus en plus florissante repose nécessairement sur l’usage constant du crédit. Or, les travaux de chercheurs sur l’emprisonnement pour dettes et les relations de crédits en Écosse sont peu nombreux, et aucun ne s’intéresse particulièrement à Aberdeen et à sa région alors que les archives de la ville sont extrêmement riches sur le sujet. De plus, les historiens ont peu, voire oserais-je dire n’ont pas porté leurs études sur l’histoire des institutions judiciaires locales et sur le rôle qu’elles endossent dans les relations sociales et économiques, réservant cela à quelques juristes. J’espère pouvoir ici apporter un regard quelque peu nouveau dans l’Histoire écossaise.

            L’année dernière, pour mon mémoire de Master 1, j’ai pu dresser un état historique et situer mon objet de recherche à l’intersection de plusieurs orientations historiographiques et disciplinaires à savoir l’histoire du crédit, l’histoire de la justice, l’économie du droit ou encore l’histoire urbaine. Les archives n’étant pas numérisées je suis allée une première fois sur place, en janvier dernier, ce qui m’a permis de me familiariser avec le système documentaire, et je vous l’avoue, la paléographie écossaise. De cette mission j’ai décidé de centrer mon étude sur les Incarcerations and liberations books : il s’agit d’ouvrages présentant une suite d’actes contenant des affaires de la cour des baillis de la ville se soldant par la mise en prison ou la libération d’un débiteur. Ils couvrent un long XVIIIe siècle allant de 1709 à 1788.

            Ainsi par exemple on a le cas, le 28 août 1710, de l’incarcération de John Pawl pour non-paiement d’une dette principale de 200 livres écossaises dues à un certain Patrick Sandiland. A cela s’ajoute tous les intérêts accrus depuis la date du non remboursement ainsi que 40 livres « of liquidat expenses » c’est-à-dire de frais de pénalité, qu’il doit en espèces sonnantes et trébuchantes.

            Par l’étude de ces documents mon questionnement s’est lentement mis en place : je m’interroge sur les différents types de crédits qui arrivent en cours de Justice, sur les montants dont il est question, les coûts de la procédure. Quels sont les choix faits par les acteurs pour résoudre leurs différends ? Et en quoi l’emprisonnement permet-il aux créanciers de recouvrir plus sûrement les sommes qui leur sont dues ? Afin de répondre à ces questions il faut reconstituer les relations socio-économiques de crédit, s’intéresser à la sociologie des acteurs concernés, comprendre les régulations juridiques et le fonctionnement des institutions. C’est pourquoi, pour ma deuxième année de Master j’ai décidé de poursuivre, bien sûr, ma réflexion sur les incarcerations and liberations books. Toutefois, pour comprendre la signification de ces registres il est aussi important d’avoir accès aux étapes précédentes de la procédure judiciaire : de l’établissement de la créance dans un bill ou un bond, à la protestation du document dans un décret, et en passant par la rédaction à Édimbourg d’un mandat d’arrêt. Pour cela je dois croiser ma première documentation avec d’autres archives susceptibles de diversifier mon corpus et de m’aider à comprendre les enjeux à l’œuvre.

            Je suis donc partie pour une seconde mission de recherche à Aberdeen, fin octobre-début novembre, où j’ai eu accès à plusieurs fonds intéressant comme les papiers de l’avocat John Durno, ceux de la famille Arbuthnot, conservés aux archives de l’université, ou encore la série concernant les affaires judiciaires du quartier d’Old Aberdeen. J’ai aussi eu accès a des archives imprimées compilant des traités juridiques permettant dès lors d’améliorer la compréhension des lois théoriques locales et de les comparer à ce que l’on trouve dans la pratique des acteurs. Cependant, par manque de temps, je n’ai pas encore eu l’opportunité de photographier l’entièreté de la documentation, notamment les Registers of Deeds et les Registers of Deeds Warrant qui conservent les documents originaux de tous les actes ainsi que les protestations, parmi lesquels figurent ceux relatifs à l’emprisonnement pour dette. Je n’ai pas eu l’occasion non plus de poursuivre mes investigations jusqu’à Édimbourg où plusieurs séries pourraient également éclairer mon questionnement.

            Cette bourse de recherche va pouvoir m’aider à réaliser ces dépouillements complémentaires qui me sont nécessaires pour la composition de mon mémoire de Master 2 mais qui me permettront également de pouvoir commencer à envisager la préparation d’un potentiel futur projet de contrat doctoral. En plus d’être extrêmement touchée par l’attention que vous avez porté à mon projet, je vous suis infiniment reconnaissante de m’octroyer cette allocation. Ainsi j’espère, dans quelques mois/quelques temps, pouvoir vous faire part des avancées de mon travail.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.