Prix de thèse AFHE-BNP Paribas 2019 – Résultat

Les prix (d’une valeur de 4000 € ) ont cette année été remis par Monsieur Jean Lemierre le 6 décembre à : Clair JUILLIET et Lise SAUSSUS.

Voici plus de détails sur les thèses :

Clair JUILLIET, Bâtir les relations professionnelles sous l’égide de l’État. Conflits et consensus, socio-économiques dans un établissement de constructions aéronautiques français (1943-1978), dir. J.-M. Olivier, Université Toulouse 2, 2018
Si l’industrie aéronautique a fait l’objet d’investigations historiques poussées, le versant économique et social semble être resté dans l’ombre pour ce qui concerne l’après Seconde Guerre mondiale. Cette thèse de doctorat, à travers l’exemple d’un établissement de constructions aéronautiques nationalisé, s’intéresse au rôle joué par les salariés dans l’édification de l’entreprise sur une trentaine d’années, au moyen d’une micro-histoire socio-économique. L’analyse des trajectoires suivies par la négociation collective, ainsi qu’une attention portée au développement industriel et à l’activité productive, permettent de mettre en lumière comment se construisent, au quotidien, les relations professionnelles au sein d’une firme relevant de l’autorité de l’État. La politisation des rapports sociaux qui découle de son statut et de son rôle dans la Défense nationale, amène souvent ses acteurs à s’opposer sur les questions sociales, industrielles ou encore politiques tout au long des années 1950 et des années 1960. Dans le dernier tiers de cette décennie, une partie d’entre eux décide finalement de revenir à la table des négociations et de fonder leurs relations sur des pratiques contractuelles, ce qui contribue, au terme de discussions difficiles, à un apaisement durable des relations sociales.
Ainsi, s’interroger sur les rapports qui prennent forme dans l’espace usinier, à une échelle multiscalaire – entre local, national et international et entre établissement, société, branche et interprofessionnel – permet de mettre en évidence la capacité qu’ont les protagonistes à réaliser ou non des compromis. Il s’agit de mieux comprendre le rôle des conflits et des consensus dans le développement industriel, afin de démontrer que de la santé de relations sociales peut dépendre, pour partie, son développement socio-économique. L’exemple démontre qu’à rebours des schémas communément admis, il existe une culture de la négociation dans les entreprises, lorsque le compromis est rendu possible par la coopération des diverses parties, et ce, même lorsque les relations professionnelles y sont fondées sur le rapport de forces, ou marquées par l’influence des thématiques politiques et par l’intrication des rôles de l’État.

 

Lise SAUSSUS, La métallurgie du cuivre dans les villes médiévales des Flandres et des environs (XIIIe-XVe siècles) : hommes, ateliers, techniques et produits. L’exemple de Douai, dir. L. Verslype et N. Thomas, Université catholique de Louvain / INRAP-LAMOP, 2017
Cette recherche entreprend l’étude des hommes qui travaillent le cuivre et ses alliages dans la Flandre, en particulier à Douai, entre le XIIIe et le XVe siècle, à travers les productions, les techniques, les matériaux, la topographie des ateliers mais aussi le niveau de fortune des artisans et leurs relations sociales. Les ateliers répondent à une forte demande en objets manufacturés en alliage à base de cuivre. Or, si les centres de production mosans sont mieux connus, les ateliers des villes non réputées pour la métallurgie ne sont que peu étudiés, voire ignorés. Comblant cette lacune, ce travail vise à saisir la production de ces ateliers secondaires, mais aussi l’usage et la biographie de ces objets du quotidien qui composent une part importante de la culture matérielle médiévale. Plusieurs types de sources s’articulent étroitement : archéologiques, avec l’étude approfondie d’un atelier du XIIIe siècle et de nombreux objets régionaux issus de contextes variés ; écrites, avec plusieurs milliers d’actes de la pratique ; archéométriques, avec quelques centaines d’analyses de composition élémentaire. S’ajoutent des observations à partir de l’iconographie et de l’archéologie expérimentale. Dans un premier temps, l’étude révèle l’activité d’individus opposés à la production de masse et au commerce de longue distance. Face à des centres exportateurs, les ateliers de proximité résistent à la concurrence en s’implantant au coeur de la ville. Exerçant un travail peu délocalisable, ils répondent à des commandes variées, réparent la vaisselle et profitent du marché de l’occasion, tandis qu’ils servent de relais au marché global pour la distribution des productions. Finalement, le global ne domine pas le local, les deux sphères, côte à côte, forment un système fait d’interactions complexes.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.