Hommage à jean Heffer

Au nom du Bureau de l’AFHE, Patrick Fridenson a accepté de rédiger l’hommage à Jean Heffer qui suit. Nous lui en sommes très reconnaissant et nous nous joignons à lui pour honorer la mémoire de notre ancien président.

 

Suite à une concertation au sein du Bureau de l’AFHE, je voudrais évoquer ci-dessous notre collègue et ami Jean Heffer, qui est disparu le 27 juin, dans sa 86e année. Il n’aura donc pu voir la tenue du Congrès de l’AFHE en décembre 2019 dont lors d’un comité directeur il avait inspiré le thème : “les conséquences économiques de la paix”, suggestion qui témoignait à la fois de son sens de l’actualité historiographique et de sa volonté de relier nos recherches et l’œuvre des économistes.

Un mot d’abord sur l’homme : comment ne pas évoquer l’indépendance et l’équité de ses jugements, sa disponibilité pour le débat et le travail avec les autres, et sa passion pour la musique ? Bref, comme nous l’a écrit notre ancienne présidente Cecilia d’Ercole, c’était “une personne adorable”.

Sur sa page web Jean Heffer se définissait comme “spécialiste d’histoire économique et des Etats-Unis”. C’est surtout le premier aspect que je voudrais ici mettre en valeur.

Bénéficiant de la confiance de ses pairs, il avait d’abord exercé pendant 10 ans les fonctions de secrétaire général de notre association. Celles-ci n’impliquaient pas seulement la collaboration avec trois présidents successifs qui étaient de fortes têtes, elles consistaient aussi à sélectionner les collègues qui faisaient des conférences et à éditer régulièrement un bulletin dont le contenu reste éloquent et illustre l’intense activité de Jean Heffer au service de la communauté. Sur la base de cette activité, de ses recherches, de la fermeté de ses convictions, il avait ensuite élu à l’unanimité président de notre association et de 1989 à 1992 avait accompli le mandat de 3 ans avec dynamisme et sérénité. Depuis lors, il participait régulièrement au comité directeur où, quand il intervenait, il était toujours très écouté. On se souviendra de son exposé incisif à la journée du cinquantenaire de notre association en décembre 2015 : « L’AFHÉ ou le retard français ? ».

Jean Heffer n’était pas prédestiné à devenir un champion de l’histoire économique quantitative ni un spécialiste internationalement reconnu des Etats-Unis. Après avoir passé l’agrégation, il avait enseigné dans différents lycées : Amiens (1957), Bône (Algérie)(1959-1960), Turgot (Paris)(1960-1961), Pierre de Fermat (Toulouse)(1961-1963), Lycée français de New York (1963-1965), Berthelot (Toulouse)(1965-1967), Carnot (Paris)(1968-1969). Son goût de la recherche s’était développé, et ses deux affectations toulousaines lui avaient inspiré un sujet de thèse de 3e cycle, La Manufacture des tabacs de Toulouse au XIXe siècle, 1811-1914. La thèse avait été soutenue à l’Université de Toulouse. Très classique, elle est toujours consultée, m’a indiqué un collègue toulousain, mais n’a donné lieu qu’à un article, bien plus tard, lors du bicentenaire de la manufacture (commémoré après sa fermeture) : « La fabrication du tabac à Toulouse avant le monopole napoléonien », in La Manufacture des tabacs de Toulouse. 200 ans d’histoire…et demain ?, Toulouse, Archives de Midi-Pyrénées et de la Haute-Garonne, 1990. Signalons ici que les bâtiments de la manufacture ont ensuite été affectés à l’Université de Toulouse I, dans le cadre du Plan Université 2000, et ont rouvert après réhabilitation à usage universitaire en 1996.

Aussitôt après sa thèse de 3e cycle, Jean Heffer était en effet passé à autre chose, sans doute à la suite de son enseignement au lycée de New York : la préparation d’une thèse d’Etat, dirigée par Claude Fohlen, soutenue à Paris I en 1984 et publiée sous le titre Le port de New York et le commerce extérieur américain, 1860-1900, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986. Ce travail sur les capacités d’adaptation du port de New York aussi magistral que périodiquement austère était frappé au sceau de l’histoire quantitative, ce qui n’était pas la passion principale de son directeur de thèse, et c’était la première thèse “à intégrer dans sa démarche le raisonnement économétrique”, comme l’a noté Patrick Verley dans son compte rendu des Annales en 1988. Elle portait ainsi la marque la plus personnelle de son auteur, qui, après un autre grand livre : Les États-Unis et le Pacifique. Histoire d’une frontière, Paris, Albin Michel, 1995, avait entrepris la préparation d’un ouvrage sur la croissance économique des États-Unis de 1774 à 1945, que toutes ses autres activités ne lui ont pas permis de mener à bien mais dont on trouve des éléments dans sa participation au volume de la Nouvelle Clio Canada et États-Unis depuis 1770 (Paris, PUF, 1997) et dans ses nombreux articles.
 
Ces livres, sa codirection ou sa participation à des ouvrages collectifs, ses articles ont fait de Jean Heffer un chercheur écouté à la fois des historiens nord-américains et des économistes étrangers et français. Ici il me faut évoquer son rapport à la “nouvelle histoire économique” américaine, encore appelée cliométrie. Jean Heffer en était un partisan convaincu et était membre de la Cliometric Society. Il avait plus que regretté l’accueil très critique que Maurice Lévy-Leboyer avait réservé à cette nouvelle école dans les Annales, considérant que les historiens français faisaient preuve de cécité, et avait répliqué 7 ans plus tard dans les colonnes de la revue sous un titre combatif : « Une histoire scientifique : la nouvelle histoire économique », Annales ESC, n°4, juillet-août 1977, p. 824-842, publiant en outre la même année un copieux dossier de la question », dans un volume traduit : Ralph A. Andreano (dir.), La nouvelle histoire économique. Exposés de méthodologie, Paris, Gallimard, 1977, volume qui n’avait toutefois pas réussi à renverser le courant. Jean Heffer avait continué à rompre des lances en faveur de cette orientation de recherche dans différents articles et considérait que seuls quelques historiens économistes français (dont Gilles Postel-Vinay et André Straus) avaient compris l’enjeu et apporté des contributions significatives par rapport à ce nouveau pan de notre discipline. Cependant en février 2016 il avait eu un de ses grands sourires malicieux en découvrant la publication par deux historiens français en aucune façon spécialistes de l’économie, Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, d’un livre intitulé Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Le Seuil, 2016. La démarche qu’il soutenait avait trouvé des adeptes hors de notre spécialité.
 
Sur l’histoire de l’économie américaine Jean Heffer ne s’intéressait pas qu’aux activités en liaison avec l’économie internationale. Depuis plus de 10 ans, archives à l’appui, il travaillait aussi sur l’économie rurale, décryptant le marché de la terre dans le comté de Lincoln (Missouri) dans la décennie de la guerre de Sécession (1860-1870). Il en parlait avec passion. 
 
Après avoir souligné que Jean Heffer avait également publié sur l’histoire économique de la France, je tiens à mentionner son engagement plus général en faveur de l’histoire de la statistique et de la mesure, notamment comme co-auteur du livre Outils statistiques pour les historiens, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981 (en collaboration avec Jean-Louis Robert et Pierre Saly) et comme membre du comité de rédaction de la revue Histoire et Mesure depuis sa fondation en 1986. Il apportait à cette revue des idées, une lecture aigüe d’articles reçus et l’écriture de comptes rendus critiques qui faisaient autorité.
 
Jean Heffer était très attaché aux deux établissements d’enseignement supérieur successifs où il avait passé sa vie universitaire : la partie de la Sorbonne devenue Paris I, où de 1969 à 1984 il avait été assistant puis maître-assistant, et l’EHESS, où il avait élu directeur d’études en décembre 1984. A Paris I, outre ses recherches de thèse d’Etat et la formation des étudiants, il avait eu l’occasion d’écrire en collaboration des manuels et des ouvrages de vulgarisation, facette indispensable du métier d’historien. A l’EHESS, il devint immédiatement directeur du Centre d’études nord-américaines (CENA) créé par le président François Furet en 1980 pour dynamiser l’intérêt scientifique à l’égard de l’Amérique du Nord en France [un article en français de l’historien allemand Markus Bodler dans Nuevo Mundo en 2010 a décrit les insuffisances françaises en la matière dans les années 1950 et 1960], mais ce centre jusque-là fonctionnait grâce à des enseignements assurés par des invités nord-américains. Jean Heffer développa et anima ce centre jusqu’à sa retraite (elle aussi très active) en 2002. Outre la préparation de thèses et d’HDR et l’accueil de nombreux collègues français et étrangers, il en fit un grand pôle des études nord-américaines en France et en Europe, et un partenaire apprécié de nombreuses équipes canadiennes et américaines. Après lui, et dans le même esprit, François Weil continua et élargit encore l’action de ce centre, lequel depuis 2006 est inséré dans l’UMR EHESS-CNRS Mondes américains. En 2014, un colloque avait été organisé par Cécile Vidal pour le 30e anniversaire de sa direction d’études : “North American Studies in France and Europe: State of the Art and Future Prospects”.
 
On trouvera en ligne l’hommage que son Centre lui a rendu, avec une belle photo en noir et blanc de notre ami : http://mondes-americains.ehess.fr/index.php?2603. On trouvera également en ligne la liste complète de ses publications : http://cena.ehess.fr/docannexe/file/348/publication_heffer_jean.pdf
 Les historiens économistes n’oublieront pas Jean Heffer, un homme d’équité et de générosité, un pilier de notre association, un des innovateurs de notre discipline comme des études américaines.
 
Patrick Fridenson
(pour le Bureau de l’AFHE)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.