Finalistes du prix de thèse AFHE-BNP Paribas 2019

Chers collègues,

Au nom du comité directeur de l’AFHE, j’ai le plaisir de dévoiler les six finalistes du prix de thèse AFHE-BNP Paribas qui sera décerné par M. Jean Lemierre le 6 décembre lors du congrès de l’AFHE.

Je tiens aussi à féliciter l’ensemble des candidats : nous avons reçu de nombreuses thèses d’excellente qualité et le choix a été difficile.

Guillaume Daudin


# Florence BRACHET-CHAPSAUR, Créer c’est avoir vu le premier. Les Galeries Lafayette et la mode (1893-1969), dir. P. Fridenson, EHESS, 2018
Cette thèse étudie, dans la durée, la place des Galeries Lafayette au cœur du système de la mode. Elle réévalue le rôle de la distribution et du grand magasin comme intermédiaires créateurs de valeur dans la relation entre le producteur et le consommateur. Elle souligne la capacité d’innovation d’une entreprise familiale du secteur du commerce et montre que l’introduction des méthodes nouvelles d’organisation, importées et adaptées des États-Unis, ne se limite pas à l’industrie. Dans une première partie, la thèse étudie la fondation de l’entreprise, ses concurrents et ses clients. Pour se différencier, les Galeries Lafayette fabriquent et vendent sous leur propre marque des modèles inspirés de ceux des couturiers. Au tournant du XXe siècle, alors que les maisons de couture exercent un monopole sur les tendances, les Galeries Lafayette ont fait « entrer la mode dans le grand magasin ». Cette appropriation efficace de la création construit la légitimité de l’entreprise en tant qu’intermédiaire ainsi que le pouvoir prescripteur de la marque sur le marché de la mode. Elle fait aussi des Galeries Lafayette un acteur de l’économie de la contrefaçon, au centre des enjeux de l’industrie du vêtement dans l’entre-deux-guerres. La thèse montre cependant qu’il existe plusieurs régimes de management de la création aux Galeries Lafayette. Dans une seconde partie, elle analyse les investissements de l’entreprise dans les industries créatives et en particulier les cas des Parfums Chanel, des maisons Madeleine Vionnet et Jean Patou. Ce faisant, elle se saisit pour la première fois de la question du financement de la couture et décloisonne l’étude des principaux acteurs du système de la mode. Dans une troisième partie, la thèse étudie les transformations de l’environnement à partir de la Seconde Guerre mondiale : la modernisation de la filière habillement, la « révolution » du prêt-à­porter, et l’émergence de nouvelles capitales de la mode. Le démantèlement de l’intégration verticale de la fabrication, l’ouverture de la centrale d’achat à de nouveaux fournisseurs, la mise en place pionnière d’un bureau de style au début des années 1950 induisent une nouvelle organisation et des transformations dans le lien entre créateurs, industriels et clients.

# Thibault CASTELLI, Recherches sur les échanges économiques des cités grecques du littoral occidental de la Mer Noire du Ve siècle au Ier siècle A.C., C. Müller et A. Avram, Université Paris-Nanterre, 2017
On se propose d’élaborer une nouvelle vision des échanges entre les cités grecques du littoral occidental de la mer Noire et le reste du monde grec de l’époque classique à l’époque hellénistique. En étudiant ces cités de Nikônion à Apollonia, dans une perspective économique, cette thèse se propose de découvrir si elles ont des caractéristiques économiques semblables et si elles suivent le même rythme de développement. Ceci pourra aider à vérifier dans quelle mesure ces cités, qui ont des relations commerciales intenses, peuvent être regroupées en un ensemble économique cohérent. On devra identifier également les acteurs de ces échanges, ainsi que les produits échangés, dont certains (céréales, poissons, esclaves…) n’ont laissé que peu de traces dans les sources archéologiques, épigraphiques et littéraires. La recherche inclue les relations avec les populations et les royaumes de l’hinterland qui influent sur l’exploitation des territoires ruraux de ces cités et qui sont des partenaires commerciaux. Cette recherche permettra de comparer le fonctionnement des échanges avec d’autres parties du Pont-Euxin, notamment le Pont Nord où l’influence d’Athènes est importante durant le IVe siècle. Le but est de pouvoir comparer les flux observés dans l’espace pontique avec ceux existant dans d’autres régions grecques.

# Clair JUILLIET, Bâtir les relations professionnelles sous l’égide de l’État. Conflits et consensus, socio-économiques dans un établissement de constructions aéronautiques français (1943-1978), dir. J.-M. Olivier, Université Toulouse 2, 2018
Si l’industrie aéronautique a fait l’objet d’investigations historiques poussées, le versant économique et social semble être resté dans l’ombre pour ce qui concerne l’après Seconde Guerre mondiale. Cette thèse de doctorat, à travers l’exemple d’un établissement de constructions aéronautiques nationalisé, s’intéresse au rôle joué par les salariés dans l’édification de l’entreprise sur une trentaine d’années, au moyen d’une micro-histoire socio-économique. L’analyse des trajectoires suivies par la négociation collective, ainsi qu’une attention portée au développement industriel et à l’activité productive, permettent de mettre en lumière comment se construisent, au quotidien, les relations professionnelles au sein d’une firme relevant de l’autorité de l’État. La politisation des rapports sociaux qui découle de son statut et de son rôle dans la Défense nationale, amène souvent ses acteurs à s’opposer sur les questions sociales, industrielles ou encore politiques tout au long des années 1950 et des années 1960. Dans le dernier tiers de cette décennie, une partie d’entre eux décide finalement de revenir à la table des négociations et de fonder leurs relations sur des pratiques contractuelles, ce qui contribue, au terme de discussions difficiles, à un apaisement durable des relations sociales.
Ainsi, s’interroger sur les rapports qui prennent forme dans l’espace usinier, à une échelle multiscalaire – entre local, national et international et entre établissement, société, branche et interprofessionnel – permet de mettre en évidence la capacité qu’ont les protagonistes à réaliser ou non des compromis. Il s’agit de mieux comprendre le rôle des conflits et des consensus dans le développement industriel, afin de démontrer que de la santé de relations sociales peut dépendre, pour partie, son développement socio-économique. L’exemple démontre qu’à rebours des schémas communément admis, il existe une culture de la négociation dans les entreprises, lorsque le compromis est rendu possible par la coopération des diverses parties, et ce, même lorsque les relations professionnelles y sont fondées sur le rapport de forces, ou marquées par l’influence des thématiques politiques et par l’intrication des rôles de l’État.

# David NDIAYE, Les chambres de commerce napoléoniennes de Gênes, Bruges et Cologne (1802-1815). Intégration impériale, modèles institutionnels et pouvoirs locaux, dir. L. Hilaire-Perez et D. Margairaz, Université Paris Diderot, 2018
Ce travail s’intéresse aux relations entre l’économie, la société et l’État au travers de la comparaison de trois institutions économiques – les chambres de commerce de Gênes, Bruges et Cologne – dans le contexte de la construction de l’Empire napoléonien. En s’appuyant sur une documentation issue des archives des chambres de commerce dans les trois villes étudiées, de fonds préfectoraux et des archives du ministère de l’Intérieur à Paris, il s’agit d’étudier les modalités du transfert culturel opéré à partir de 1802 avec la création des premières chambres de commerce dans les départements annexés de l’Empire français. Cette perspective, inscrite dans un questionnement global portant sur la rationalité du modèle institutionnel des chambres de commerce napoléoniennes, permet d’analyser les formes d’appropriations locales des institutions et pose la question de la spécificité de ces constructions institutionnelles dans les départements annexés. Ce travail montre que les règles, les ressources et les compétences des chambres sont en grande partie déterminés par les acteurs locaux, plutôt que par l’État. Il souligne également l’enracinement du fonctionnement de ces institutions dans un ensemble de réseaux sociaux et institutionnels construits sur l’initiative des négociants membres des chambres, sur lesquels reposent également les pouvoirs qui leur sont conférés par l’État et son administration dans la régulation des économies locales. Enfin, la localisation des chambres étudiées dans les départements annexés constitue plutôt une ressource dans la mesure où leur position d’intermédiaire auprès de l’État et des négociants locaux est renforcée.

# Lise SAUSSUS, La métallurgie du cuivre dans les villes médiévales des Flandres et des environs (XIIIe-XVe siècles) : hommes, ateliers, techniques et produits. L’exemple de Douai, dir. L. Verslype et N. Thomas, Université catholique de Louvain / INRAP-LAMOP, 2017
Cette recherche entreprend l’étude des hommes qui travaillent le cuivre et ses alliages dans la Flandre, en particulier à Douai, entre le XIIIe et le XVe siècle, à travers les productions, les techniques, les matériaux, la topographie des ateliers mais aussi le niveau de fortune des artisans et leurs relations sociales. Les ateliers répondent à une forte demande en objets manufacturés en alliage à base de cuivre. Or, si les centres de production mosans sont mieux connus, les ateliers des villes non réputées pour la métallurgie ne sont que peu étudiés, voire ignorés. Comblant cette lacune, ce travail vise à saisir la production de ces ateliers secondaires, mais aussi l’usage et la biographie de ces objets du quotidien qui composent une part importante de la culture matérielle médiévale. Plusieurs types de sources s’articulent étroitement : archéologiques, avec l’étude approfondie d’un atelier du XIIIe siècle et de nombreux objets régionaux issus de contextes variés ; écrites, avec plusieurs milliers d’actes de la pratique ; archéométriques, avec quelques centaines d’analyses de composition élémentaire. S’ajoutent des observations à partir de l’iconographie et de l’archéologie expérimentale. Dans un premier temps, l’étude révèle l’activité d’individus opposés à la production de masse et au commerce de longue distance. Face à des centres exportateurs, les ateliers de proximité résistent à la concurrence en s’implantant au coeur de la ville. Exerçant un travail peu délocalisable, ils répondent à des commandes variées, réparent la vaisselle et profitent du marché de l’occasion, tandis qu’ils servent de relais au marché global pour la distribution des productions. Finalement, le global ne domine pas le local, les deux sphères, côte à côte, forment un système fait d’interactions complexes.

# Stefano UNGARO, The Relationship Between Money and Financial Markets in France (1880-1914), dir. P.-C. Hautecoeur, EHESS, 2018
Cette thèse composée étudie les relations entre le marché monétaire et le marché financier entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Ces deux marchés se différencient essentiellement par leur différent horizon temporel. Les marchés monétaires sont conçus pour négocier des prêts à court terme, auxquels ils offrent une rémunération, un certain degré de sécurité, et la possibilité de liquider l’investissement assez facilement et rapidement. Sur les marchés financiers ou des capitaux on négocie des instruments de long terme ; ces marchés sont normalement plus risqués, moins liquides, et par conséquent plus profitables. Dès que le financement à long terme de l’économie emploie de l’épargne à court terme, les deux marchés interagissent. Dit différemment, toute relation entre marché monétaire et marché de capitaux implique une transformation d’échéance. Historiquement, les dépôts à court terme ont fréquemment été utilisés pour financer des investissements à échéances plus longues. La transformation d’échéances est une des fonctions principales du secteur financier dans son ensemble. Les acteurs qui assument ce risque peuvent être, selon le contexte, des banques, des Bourses de valeurs, et d’autres institutions financières.
La thèse étudie en détail deux segmentes de ce marché : les avances sur titres (prêts à court terme garantis), et le marché des reports (« sale and repurchase agreements ») . Les intermédiaires clé sont la Banque de France, quatre grandes banques de dépôt, les banques régionales, et les deux acteurs du marché boursier : la Compagnie des agents de change et la Coulisse. La thèse est structurée en trois chapitres. Le premier porte sur l’introduction d’une chambre de compensation dans le marché des reports en France, et étudie les conséquences de cette introduction sur le risque de contrepartie. Le deuxième chapitre porte sur la politique monétaire de la Banque de France entre 1890 et 1913 et le rôle du secteur bancaire sur la transmission de la politique monétaire même. Le troisième et dernier chapitre porte sur la crise financière de 1914 en France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.