Candidates et candidats au comité directeur de l’afhe, 2020-2022

Télécharger la liste des 19 candidatures

19 candidatures pour 19 postes à pourvoir.

Procédures de vote possibles:

    • le 7 décembre à l’AG de l’AFHE
    • par procuration. La personne chargée de vous représenter devra présenter la procuration signée le 7 décembre (chaque adhérent pouvant recevoir quatre procurations au maximum )
    • par correspondance. Afin de garantir le vote anonyme, nous proposons aux membres qui souhaitent voter par correspondance d’envoyer par courrier une enveloppe fermée et anonyme qui contiendra la liste des membres du Comité directeur pour lesquels vous votez (barrez les autres noms). Le courrier comprenant une lettre signée permettant de vous identifier ainsi que le formulaire de vote inséré séparément dans l’enveloppe anonyme pour le vote  doit être envoyé à Eric Monnet, Ecole d’économie de Paris, 48 Boulevard Jourdan, 75014 Paris. Précisez sur l’enveloppe Élections CD AFHE. A envoyer avant le 3 décembre 2019
  •  

Déclarations de candidatures:

1) Mathieu Arnoux

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Diderot.

Outre la préparation du Congrès international de 2021 à laquelle je participe depuis 2017, je

souhaite pouvoir porter lors du prochain mandat un dossier scientifique qui me tient

particulièrement à coeur, l’histoire de l’énergie et la transition climat/environnement, encore peu

étudié dans notre domaine mais sujet majeur de la recherche dans les années à venir.

Éléments de CV

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Diderot.

Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

Formation

1980-85 : Élève à l’École Normale Supérieure Paris

1990 : Doctorat à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (dir. Philippe Braunstein) : Études sur la production, le

travail et le commerce du fer en Normandie (XIe – XVIe siècles).

1997 : Habilitation à diriger des recherches en histoire médiévale, Université Paris-Diderot.

Professionnel

1991-1997 : maître de conférence, Université Paris-Diderot.

Depuis 1998 : professeur, Université Paris-Diderot.

Depuis 2001 : directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

2009-2014 : membre sénior de l’Institut Universitaire de France.

Depuis juillet 2015 : directeur du Laboratoire Interdisciplinaire des Énergies de Demain (UMR 8236-CNRS

Université Paris-Diderot)

2012-2019 : membre du comité exécutif de l’Association Internationale d’Histoire Économique.

2019-… : membre de la commission recherche de la Faculté « Humanités et sciences sociales » (Université de Paris).

Publications récentes :

Le temps des laboureurs. Croissance, travail et ordre social en Europe (XIe-XIVe siècles), Paris, 2012.

« Forgerons, fourneaux et marteaux. Choix techniques et usages du fer dans l’Europe médiévale jusqu’au milieu du XIIIe

siècle », Il fuoco nell’alto medioevo (Atti della LXa settimana di studi del Centro italiano di studi sull’alto medioevo),

Spolète, CISAM, 2013, p. 272-294.

« Border, Trade Route or Market ? The Channel and the Medieval European Economy from the twelfth to the Fifteenth

Century », Anglo-Norman Studies, 36 (2014), p. 39-52.

« European Steel vs Chinese Cast-Iron: From Technological Change to Social and Political Choices (Fourth Century BC to

Eighteenth Century AD) », History of Technology, 32 (2014), p. 297-312.

Manger ou cultiver: laboratores, oratores et bellatores entre production et consommation (XIe – XIIIe siècle), dans

L’alimentazione nell’alto medioevo: pratiche, simboli, ideologie, Spolète (Settimane di studio della fondazione Centro

Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 63, CISAM, 2016, p. 939-962.

« Famines, blés marocains, marins génois et pirates français à Sandwich (1316-1318) », dans N. BOULOUX,

A. DAN et G. TOLIAS (éd.), Orbis disciplinae. Liber amicorum Patrick Gautier Dalché, Turnhout, Brepols, 2017,p. 507-523.« 1202 : quatre vénitiens aux foires de Champagne » dans P. BOUCHERON (dir.), Histoire mondiale de la France,2017, p. 161-164.

(avec Eunhyie KIM et Petros CHATZIMPIROS), « Agri-food-energy system metabolism: a historical study fornorthern France, from nineteenth to twenty-first centuries », Regional Environmental Change, 2017, p. 1-11.« Campagnes : la révolution permanente », dans Europa. Notre Histoire, dir. Ét. François et Th. Serrier, Paris,2017, p. 81-94.

« Ressources et croissance dans le monde anglo-normand : sources et hypothèses », Anglo-norman studies, 40 (2018),p. 53-62.

« Des marchands sans livres de comptes? Sources d’entreprises et documentation commerciale dans l’Europe francophone (Royaume de France, Îles britanniques, XIVe-XVe siècles) », dans Les documents du commerce entre Moyen Âge et époque moderne (XIIe-XVIIe siècle), Rome, École française de Rome, 2018, p. 117-132.

« Postface » dans Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques du Moyen Âge à nos jours, Paris, éd. de la Sorbonne, 2019, p. 375-378.

Traductions :

(avec Nora WANG) Kenneth POMERANZ, Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale,

Albin Michel, collection « L’évolution de l’humanité » ; coordination éditoriale et participation à la traduction.

(avec Ida Giordano) Giacomo TODESCHINI, Les Marchands et le Temple. La société chrétienne et le cercle vertueux de la richesse, du Moyen Âge à l’époque moderne, Albin Michel, collection « L’évolution de l’humanité » ; coordination éditoriale et participation à la traduction.

2) Régis Boulat

Maître de conférences en histoire économique contemporaine à l’Université de Haute-Alsace (UHA),

Sur le plan scientifique, mes recherches m’ont conduit successivement à retracer la contribution de Jean Fourastié et de la notion de productivité au processus de modernisation de l’économie française des années trente aux années cinquante (thèse publiée en 2008 sous le titre Jean Fourastié, un expert en productivité et en modernisation, Besançon, PUFC, 2008), à travailler sur le secteur des fabricants de matériels et de vêtements de sports et loisirs alpins et, plus récemment, sur l’économie alsacienne au second vingitième siècle, notamment le processus de désindustrialisation. En matière de responsabilités collectives, j’ai été sucessivement directeur-adjoint du Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT) de 2016 à 2018 puis directeur du département d’histoire de l’UHA (2018-2019). Aujourd’hui responsable de l’Axe 1 du CRESAT ( Histoire et patrimoines de l’industrie), je suis en outre membre du Conseil scientifique de la mission histoire de la Société générale et membre du bureau de l’Association pour l’histoire du management et des organisations (AHMO).

Cette candidature s’explique par plusieurs raisons. D’abord, je suis désireux de participer plus activement à la vie d’une association à laquelle j’ai adhéré pour la première fois il y a une quinzaine d’année comme doctorant. Aujourd’hui titulaire, je souhaite contribuer à la fois à son dynamisme, son renouvellement, tout en représentant les universités du Grand-Est où la spécialité compte malheureusement de moins en moins d’enseignants-chercheurs. Ma participation au Comité permettrait également de maintenir et de renforcer le lien qui existe déjà avec l’AHMO.

Depuis 2014 : Maître de conférences en histoire économique contemporaine à l’Université de Haute-Alsace et membre du CRESAT ( http://www.cresat.uha.fr/regis-boulat ).

II. Dernières publications

– « “Nous sommes aux bords d’un univers statistique quasiment inconnu” : le CREDOC et la quantification de la consommation (France, années 1950), dans la France des Trente glorieuses », Les Etudes sociales, n°169, 1er semestre 2019, p. 155-175.

– « La mode des sports d’hiver. Généalogie du vêtement de ski du XIXe siècle à nos jours », Modes pratiques. Revue d’histoire du vêtement et de la mode, n°3, 2018, p. 271-285.

– En codirection avec Jean-Paul Barrière, Alain Chatriot, Pierre Lamard et Jean-Michel Minovez (dir.), Les trames de l’histoire. Entreprises, territoires, consommations, institutions. Mélanges en l’honneur de Jean-Claude Daumas, Besançon, PUFC, 2017.

– « Jacques Henry Gros, le dernier grand patron alsacien ? » in Barrière Jean-Paul, Boulat Régis, Chatriot Alain, Lamard Pierre et Minovez Jean-Michel (dir.), Les trames de l’histoire. Entreprises, territoires, consommations, institutions. Mélanges en l’honneur de Jean-Claude Daumas, Besançon, PUFC, 2017, p. 193-203.

3) Loïc Charles

 Professeur des Universités en économie à l’Université de Paris 8

Je travaille depuis longtemps dans des domaines de recherche couvert par l’Association Française d’Histoire de l’économie : l’histoire des savoirs économiques et des sciences sociales françaises au XVIIIe siècle, l’histoire économique de la France et de l’Europe au XVIIIe siècle et l’histoire des représentations visuelles de l’économie au XXe siècle.

Membre de l’AFHE depuis quelques années, membre du comité du WEHC 2021, je souhaite désormais apporter ma contribution au développement de cette association et de ses thématiques en me présentant pour être membre du prochain comité directeur de l’AFHE.

CV

J’ai soutenu ma thèse en économie en 1999. J’ai ensuite occupé le poste de maître de conférences en économie à l’Université de Paris II Panthéon-Assas de 2003 à 2008. Après avoir obtenu l’agrégation des universités, j’ai été nommé Professeur à l’Université de Reims Champagne Ardennes où je suis resté de 2008 à 2013, je suis désormais en poste à l’Université de Paris 8 depuis Novembre 2013.

Au cours de ma carrière, j’ai publié de nombreux articles en anglais et en français, notamment dans Past & Present et la Revue d’Histoire moderne et contemporaine. J’ai également co-dirigé trois ouvrages/numéros thématiques de revues. Je dirige actuellement deux thèses en histoire des savoirs économiques. J’ai co-dirigé avec Guillaume Daudin l’ANR TOFLIT 18 (commerce extérieur de la France sur le long 18e) de 2014 à 2017

4) Sabine Effosse

Professeure à l’université de Paris Nanterre,

Outre ma participation au projet WEHC Paris 2021 depuis son lancement, en tant que co-­‐pilote du mécénat, je poursuis actuellement mes recherches sur « Les femmes qui comptent dans la banque en France et en Europe aux XXe et XXIe siècles », projet pour lequel j’ai été lauréate d’une année à temps plein de délégation CNRS (2018-­‐2019).

CV (pour plus d’information, cf. :

https://idhes.parisnanterre.fr/equipe/chercheurs-­‐enseignants-­‐chercheurs/mme-­‐sabine-­‐ effosse-­‐-­‐627487.kjsp?RH=1429711876647&RF=1429711876647

Professeure des Universités (histoire contemporaine) – Université de Paris Nanterre

(2012-­‐2019)

Visiting Professor, New York University, Institute of French Studies (printemps 2018)

Membre élu des conseils d’administration des universités Paris Nanterre et Paris Lumières (2015-­‐2019)

Membre honoraire junior de l’Institut universitaire de France (2010-­‐2015) Directrice du laboratoire IDHES-­‐Nanterre CNRS (2014-­‐2018)

Publications (sélection) :

2019 – “Consumer Credit as a Marketing Tool: The French Experience in European and Transatlantic comparison, 1950s-1960s”, in J. Logemann, G. Cross & I. Köhler (eds.), Consumer Engineering, 1920s-1970s, New York, Palgrave, p. 149-170.

  • “S’équiper sans s’endetter. Les pionniers du leasing en France, 1957-1972”, dans

M. Lescure (dir.), Le credit inter-entreprises en Europe. Une perspective historique, Paris, IGPDE, p. 172-186.

  • “L’évolution des usages du credit à la consommation dans les familles françaises après 1945: d’un choix par défaut à la volonté de jouir du confort sans attendre”, dans F. Le Bot, T. Nootens et Y. Rousseau (dir.), L’argent des familles en Occident aux XIXe et XXe siècles, Centre interuniversitaire d’études québecoises, p. 329-341.

2017  « El cheque en Francia : el lento ascenso de un medio de pago de masas (1918-   1975) » (Le chèque en France : la lente ascension d’un moyen de paiement de masse, 1918-1975) in J. Maixe-Altes, G. Del Angel, B. Batiz-Lazo, « Retail payments in historical perspective », Revista de la Historia de la Economia y de la Empresa, XI, 2017, p. 77-94.

2016 Sabine Effosse et Laure Quennouëlle-Corre, L’économie mondiale depuis 1945, La Documentation photographique, n°8110, mars-avril 2016.

2015 Sabine Effosse (coordination et éditorial du dossier),  « L’art  et  la  manière  d’acheter. Apprendre à consommer en Europe dans le second XXe siècle », Le Mouvement social, n°250/1, janvier-mars, p. 3-7.

2014 Le crédit à la consommation en France, 1947-1965. De la stigmatisation à la réglementation, Paris, IGPDE-Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 318 p.

5) Laurent Feller

professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Spécialiste de l’histoire de l’Italie rurale du haut Moyen Âge, il a orienté ses travaux récents vers les questions concernant les conditions matérielles et culturelles de la vie économique médiévale.

Ancien élève de l’École Normale Supérieure, ancien membre de l’École française de Rome, il est membre senior (honoraire) de l’Institut Universitaire de France. D’abord Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il a été ensuite professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Valenciennes (1997-2000) puis à l’Université de Marne-la-Vallée (2000-2005) et, depuis 2005, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a dirigé plusieurs programmes de recherche : Le marché de la terre au Moyen Âge (1999-2003), Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge (2005-2010). Il a co-dirigé l’ANR « Salaire et Salariat au Moyen Âge » avec P. Beck et P. Bernardi.

Orientation bibliographique

L. Feller et C. Wickham (éd.) Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, 2005 Collection de l’Ecole française de Rome, n°350.

L. Feller, A. Gramain et F. Weber, La fortune de Karol : marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, 2005 Collection de l’Ecole française de Rome, n°347.

Calculs et rationalités dans la seigneurie médiévale : les conversions de redevances entre XIeet XVe siècles. Actes de la table ronde organisée par le Lamop à Auxerre les 26 et 27 octobre 2006, éd. L. Feller, Paris, 2009.

 « Histoire du Moyen Âge et histoire économique (Xe-XVe siècle) », F. Ammanati (dir.), Dove va la storia economica ? Metodi e prospettive, secc. xiii-xviii. Ati dlla 42a settimana di studi, 18-22 aprile 2010, Florence, 2011, p. 39-60.

« Sur la formation des prix dans l’économie du haut Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 66, 3, 2011, p. 627-661.

L. Feller, « Transformation des objets et valeur des choses. L’exemple de la Vita Meinwerici », L. Feller et A. Rodriguez (dir.), Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge,  Paris, 2013, p. 91-122.

Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, éd. P. Beck, P. Bernardi et L. Feller, Paris, 2013.

L. Feller, « Évaluer les objets de luxe au Moyen Âge », F. de Asís García García, L. Rodriguez et P. Martinez Taboada (dir.), Splendor. Artes suntuarias en la Edad Media hispánica, = Anales de Historia del Arte, Vol. 24, nº especial, 2014,  2015, p. 133-146.

L. Feller, « La croissance médiévale. Rythmes et espaces », F. Franceschi (dir.), La crescita economica dell’occidente medievale. Un tema storico non ancora esaurito (25° convegno. del cenro italiano di storia e d’arte di Pistoia), Pistoia, 2017, p. 47-68.

L. Feller, « Des terres et des liens : transactions foncières du haut Moyen Âge », J. Claustre (dir.), Transiger,  Paris, 2019, p. 33-59.

L. Feller, « Growth and Peasant Labour in the 10th-13th century. Between Constraint, Consent and Economic Mechanisms », The journal of European Economic History, 2019, p. 211-230.

L. Feller, « Money and its ideas: Payment Methods in the Middle Ages », R. Naismith (dir.), Cultural History of Money in the Medieval Age,  Londres, 2019, p. 37-55.

6) Pierre-Cyrille Hautcoeur

Directeur d’études EHESS

j’ai l’honneur de me porter candidat au Comité directeur de l’AFHE. J’espère continuer à y jouer un rôle pour faciliter la coopération entre historiens et économistes si nécessaire à notre profession, et contribuer à l’organisation du Congrès mondial de Paris 2021.

CV bref (détails à https://www.parisschoolofeconomics.eu/fr/hautcoeur-pierre-cyrille/)

ENS, maîtrise Paris Nanterre (histoire), DEA EHESS (économie), doctorat Paris 1 (économie)

Agrégé répétiteur ENS, professeur à Orléans (1998-2002), Paris 1 (2002-06), directeur d’études EHESS (depuis 2006). Séjours longs de recherche à Rutgers (1997-98) et Madrid (2007-08).

Président de l’EHESS (2012-17).

Membre de l’AFHE depuis 1995. Ancien membre du Comité directeur. Ancien président de l’European historical economics society (2017-19).

Domaine de recherche : histoire monétaire et financière (marchés financiers, dette publique, inflation, faillites, profits, assurance), principalement France 19e-20e siècles.

Publications principales : Le marché financier français au 19e siècle (2007), La crise de 1929 (2009), principaux articles dans Revue économique, Economic history review, Journal of monetary economics, European review of economic history.

7) Laurent Herment

Chargé de recherche CNRS

Je suis trésorier de l’AFHE depuis le 1 janvier 2017. Si je suis élu au CD, je demanderai le renouvellement de ce mandat pour une période de 3 ans. Je m’engage à ne pas demander le renouvellement de ce mandat au-delà de 2021.

CV.

Doctorat d’histoire et civilisation EHESS (2009).

Chargé de recherche CNRS (2013). Centre de recherche historique. EHESS/CNRS UMR 8558.

Historien.

  • Système agraire de l’Europe du nord-ouest (19e – premier 20e siècle)
  • Emergence des filières agro-industrielles et agroalimentaire au 19e siècle.

Publications récentes :

Direction d’ouvrage :

  • Avec Wouter Ronsijn (Gand) et Niccolo Mignemi (CNRS), Stocks, seasons and sales. Food supply, storage and markets in Europe and the New World, c. 1600-2000, Brepols, collection Comparative Rural History Network, 2019
  • L’histoire rurale de l’Europe (XVI-XXe siècle), Editions EHESS, 2019

Article :

  • Avec Eric Mermet (CNRS) « L’aire de diffusion des engrais commerciaux en France au milieu du XIXe siècle », Histoire et Mesures 2018/1, p. 111-148 (paru en 2019).
  •  

8) Lionel Kesztenbaum

Directeur de recherche à l’INED

Économiste et historien de formation, je suis chercheur à l’Ined (Institut National d’Études Démographiques) depuis 2008, dans l’unité Histoire et populations. Je suis également chercheur associé à l’école d’économie de Paris (PSE) et membre du Centre d’histoire économique et sociale François Simiand. Mes travaux se situent en histoire contemporaine, à la croisée de l’histoire économique et de la démographie historique et portent principalement sur la France ; ils visent à construire des observatoires empiriques des transformations des sociétés sur le temps long, en veillant notamment à sortir d’une vision linéaire du progrès et de la modernité (révolution industrielle ou transition démographique).

J’ai également consacré une partie importante de mon activité de recherche à l’élaboration, l’enrichissement et la diffusion de bases de données historiques. En particulier, je participe au développement de l’enquête TRA depuis les années 2000 et j’ai écrit, avec Jérôme Bourdieu et Gilles Postel-Vinay, un ouvrage qui fait le bilan de plusieurs décennies de recherche sur les grandes bases de données historiques, présente l’enquête TRA et en fournit les données (pour le XIXe siècle).

C’est avec grand plaisir que je présente ma candidature au comité directeur de l’AFHE. Le point de départ de cette candidature est ma participation dans l’organisation de la World Economic History Conference à Paris en 2021. En effet, je suis activement impliqué dans la préparation de ce grand événement, depuis le dépôt de candidature, auquel j’ai contribué, jusqu’à l’organisation de la conférence elle-même : je suis en charge des ressources web dans le comité de pilotage.

Je serai heureux de travailler à la réussite de cette conférence mondiale, occasion unique de promotion de notre association, mais aussi de participer au développement de l’histoire économique dans une perspective résolument pluridisciplinaire.

Sélection de publications :

Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum et Gilles Postel-Vinay (2013) L’enquête TRA : histoire d’un outil, outil d’histoire. Tome 1. 1793-1902, Paris, Éditions de l’Ined.

Lionel Kesztenbaum et Michel Oris (dir.) (2012) numéro “Les migrations : dynamiques en contexte” Annales de Démographie historique, 2.

Lionel Kesztenbaum (2016) « Historical demography: beyond eurocentrism » in Koen Matthijs, Saskia Hin, Jan Kok et Hideko Matsuo (eds). Upside and down and inside out. The future of historical demography. Leuven, Acco, p. 32-35.

Cris Beauchemin, Mathieu Ichou et Lionel Kesztenbaum (2016) « Accueillir des « vagues » de migrants en France : un détour par l’histoire » in Cris Beauchemin et Mathieu Ichou (dir). Au-delà de la « crise des migrants » : décentrer le regard. Paris, Karthala, p. 33-52.

Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum et Gilles Postel-Vinay (2011) « Renten oder Ersparnisse? Altern und Lebenshaltung in Frankreich, 1820-1940 », in Thomas Sokoll (eds) Soziale Sicherungssysteme und demographische Wechsellagen, Berlin, LIT Verlag, p. 61-95.

Angéline Escafré-Dublet et Lionel Kesztenbaum (2011) “Mesurer l’intégration des immigrés. Genèse et histoire des enquêtes Girard-Stoetzel, 1945-1953”, Genèses, 84, p. 93-112.

Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum et Gilles Postel-Vinay (2011) “Thrifty Pensioners: Pensions and Savings in France at the Turn of the Twentieth Century”, The Journal of Economic History, 71:2, p. 386-415.

Lionel Kesztenbaum et Jean-Laurent Rosenthal (2011) “The health cost of living in a city: The case of France at the end of the 19th century”, Explorations in Economic History, 48(2), p. 207–225.

9) Marguerite Martin

MCF Histoire moderne Université Paris I Panthéon-Sorbonne

J’ai été récemment recrutée maîtresse de conférences à l’université Paris I Panthéon Sorbonne (en 2018) au sein du laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie et de la Société (IDHE.S), après avoir soutenu une thèse d’histoire moderne sous la direction de Dominique Margairaz en 2016, à Paris I également.

Dans le cadre de mon travail de doctorat, j’ai beaucoup bénéficié du travail de l’association, grâce à son œuvre de collecte et distribution de l’information sur la liste de diffusion histoire_eco, grâce aux publications des colloques récemment organisés, et leurs utiles bilans historiographiques, et de son soutien financier via le prix de thèse 2017, qui me permet aujourd’hui de préparer sereinement la publication du manuscrit.

Je souhaiterais donc à mon tour contribuer à maintenir une structuration forte de l’histoire économique en France en m’investissant au sein de l’association. Je crois à la vertu du travail collectif et à l’utilité de créer des occasions fréquentes de se retrouver pour faire vivre l’histoire économique, entre chercheurs spécialistes de différentes périodes, qu’ils soient doctorants, post-doctorants, docteurs en poste dans le secondaire ou titulaires, donc j’espère pouvoir y contribuer dans ce sens.

Formation :

 2016    Thèse de doctorat réalisée sous la direction de Dominique Margairaz (Paris I):

Les marchés de l’indigo en France. Flux, acteurs, produits. XVIIe – XVIIIe siècle

Thèse récompensée en 2017 par le prix de l’AFHE – BNP Paribas 2017 et par une mention spéciale du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage.

2009     Diplômée de l’Institut d’Etudes politiques de Paris

Fin de scolarité à l’Ecole Normale supérieure, rue d’Ulm

Publications récentes :

– « Pour des couleurs plus solides ? Transgression des règlements et diffusion de l’indigo dans la teinture des étoffes de qualité intermédiaire au 18e siècle », Dix-huitième siècle, 2019/1 (n° 51), p. 141-158

– Martin Marguerite, Villeret Maud, (dir.),  La Diffusion des produits ultramarins en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018, 170 p.

Communications récentes :

– 2019  Les dynamiques spatiales du marché des colorants en France : essai d’évaluation quantitative, Colloque « La Nouvelle Aquitaine et les outre-mers : le métissage des cultures matérielles », Bordeaux

– 2019  Indigo : de la construction des savoirs sur un produit exotique à la définition commerciale du produit et de ses usages, Journée d’étude « Bleu – Les mondes croisés de la couleur au XVIIIe siècle » organisée par Charlotte Guichard, Anne-Solenn Le Hô et Hannah Williams, INHA, Paris

– 2018  Dyeing cheaper fabrics in blue during the French Revolution, Workshop « Ordinary Blues and Uniform reds. Color and Clothes in circulation, c.1640-1914 », University of Warwick.

10) Manuela Martini

Professeure d’histoire contemporaine

Université Lumière Lyon 2

Dans la continuité avec mon premier mandat au sein du Comité directeur de l’AFHE, je souhaite renouveler ma candidature pour la période 2019-2021. Je reste convaincue de l’importance du dialogue à plusieurs voix entre les disciplines et de la nécessité de soutenir les rencontres croisant les approches méthodologiques.

J’espère également pouvoir continuer à encourager les collaborations entre spécialistes de périodes historiques différentes comme je m’efforce de le faire dans mes recherches et les activités universitaires que j’anime.

Enfin, je demeure fidèle à l’ouverture internationale de l’AFHE et suis prête à oeuvrer à son développement dans cette phase de son existence riche en échanges internationaux, marquée comme elle est par sa participation à l’organisation du Congrès mondial d’histoire économique de 2021.

Manuela Martini est professeure d’histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2 et chercheuse au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes-UMR 5190.

Après avoir reçu un diplôme de laurea de la Faculté de lettres et philosophie de l’université de Bologne (parcours Histoire), elle a obtenu un Diplôme d’études approfondies en Histoire et civilisations à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris et a intégré ensuite le doctorat d’Histoire économique et sociale de l’université L. Bocconi de Milan. Grâce à une Marie Curie Fellowship de la Commission européenne, elle a travaillé successivement à l’Institut National d’Etudes Démographiques de Paris et comme post-doctorante au CNRS-IDHES, avant d’être recrutée à l’université de Paris 7 en 2001, où elle a enseigné l’histoire contemporaine de l’Europe, l’histoire économique et l’histoire des migrations. Depuis 2016 elle est professeure d’histoire contemporaine à l’université Lumière Lyon 2 où elle est responsable des relations internationales pour l’UFR Temps et territoires et co-responsable du Master Matilda-Histoire des femmes et du genre en Europe.

Ses recherches se situent à la croisée entre l’histoire du travail et de la petite entreprise, l’histoire des femmes et du genre et celle des migrations internationales. Elle coordonne plusieurs programmes de recherche internationaux et a publié de nombreux travaux sur l’histoire de la petite entreprise, l’économie familiale et le travail des hommes et des femmes en migration, parmi lesquels figurent le volume Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue parisienne au XXe siècle (Paris, CNRS éditions, 2016) et l’ouvrage collectif What is Work ? Gender at the Crossroads of Home, Family, and Business from the Early Modern Era to the Present, Oxford-New York, Berghahn, 2018 (éd. avec. R. Sarti et A. Bellavitis).

11) Virginie Mathé

MCF en histoire ancienne à l’Université Paris-Est Créteil / Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée 

Membre du comité directeur de l’AFHE depuis 2016, je souhaiterais continuer à participer à la réflexion et aux actions qui y sont menées en faveur de l’histoire économique. Parmi les nombreux enjeux qui se posent pour la vitalité de l’association et de la discipline, trois me semblent toujours fondamentaux :

– la capacité de l’AFHE à réunir des spécialistes de domaines, de périodes et de régions du monde variés, soulignant la diversité des manières de faire de l’histoire économique et les débats historiographiques que cela entraîne.

– la volonté de porter les termes de ces débats et les savoirs académiques en dehors du seul cercle universitaire

– l’appui aux jeunes chercheurs, qu’il s’exprime par le prix AFHE – BNP Paribas, dont j’ai eu l’honneur d’être lauréate, ou par le suivi des recrutements.

J’espère pouvoir continuer à contribuer dans ces sens à l’organisation des diverses actions de l’AFHE.

• Situation professionnelle

Depuis 2013 : MCF en histoire ancienne, UPEC / Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée, co-responsable du master 2 histoire publique ; chercheuse associée à l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique

• Thématiques de recherche

Mes travaux portent sur les aspects économiques et sociaux des grands chantiers de construction en Grèce antique, notamment sur les pratiques comptables, les modalités de financement, les rapports entre États commanditaires et artisans et le déroulement des chantiers ; ils se fondent sur la confrontation de sources écrites (essentiellement des documents comptables gravés sur la pierre) et de données archéologiques.

Je travaille aussi sur l’évolution de la perception de la ville et de ses bâtiments à travers l’étude des mots et des discours (co-responsable du programme Les mots grecs de la ville antique).

• Mots-clés : Histoire économique et sociale / Histoire de la construction / Histoire urbaine / Grèce antique / Comptabilité / Archéologie et architecture / Vocabulaire

12) Niccolò Mignemi

Chargé de recherche CNRS

LIED UMR8236 – Université Paris Diderot

Je fais acte de candidature comme membre du Comité directeur de l’Association française d’histoire économique pour la période 2020-2022. J’entends ainsi participer au développement des activités de l’association et à son rayonnement international. Il s’agira, dans le même temps, de m’engager à renforcer les opportunités d’échanges parmi les membres et à élargir les collaborations avec les collègues d’autres disciplines. Je souhaiterais enfin contribuer à la réflexion sur les instruments pour communiquer les travaux menés dans le champ de l’histoire économique et sur la manière de mettre les résultats des recherches à la disposition du public. La thématique des ressources qui a été choisi pour le prochain Congrès mondial d’histoire économique, à Paris en 2021, me paraît offrir une occasion particulièrement intéressante à cet égard.

Chargé de recherche CNRS (UMR 8236 – LIED, Université Paris Diderot), j’ai soutenu en 2012 une thèse à l’EHESS sur l’histoire des coopératives agricoles en France et en Italie au cours de la première moitié du XXe siècle (publiée sous le titre Coopératives et mondes agricoles. France et Italie, 1880-1950, Presses universitaires de Rennes, 2017). Pendant les trois ans de mon post-doctorat en tant que membre de l’École française de Rome (section Époques moderne et contemporaine, 2014-2017), mes recherches se sont orientées vers l’étude des premières formes de coopération scientifique et professionnelle en matière agricole et alimentaire, qui se mettent en place dans le cadre de l’Institut international d’agriculture (1905-1946). Je suis membre de l’équipe ERHIMOR et je co-anime depuis 2013 le séminaire Atelier de lecture en histoire et sociologie rurales (EHESS, Paris). Je suis par ailleurs membre du groupe Ru-Lav au sein de l’association italienne d’histoire du travail (SISLav) et membre du comité de rédaction de la revue Études rurales. Mon nouveau projet de recherches s’intéresse aux transformations de l’espace, du travail et des savoirs qui accompagnent le développement des spécialisations fruitières et maraîchères dans l’Europe méditerranéenne et en Californie, entre la fin du XIXe siècle et le tout début des années 1960. Parmi mes publications récentes : Stocks, seasons and sales : Food supply, storage and markets in Europe and the New World, c. 1600-2000, dirigé avec Wouter Ronsijn et Laurent Herment (Brepols, 2019) et le dossier « International organizations and agriculture, 1905 to 1945 », dirigé avec Juan Pan-Montojo (Agricultural History Review, n° 2, 2017).

13) Laure Quennouëlle-Corre       

Directrice de recherche CNRS             

Je suis membre du CD de l’Afhé depuis 2014 et  suis prête à renouveler ma candidature au sein cette instance  pour le mandat 2020-2022 si besoin est.

Il me semble que l’histoire économique française qui a subi beaucoup d’évolutions depuis plusieurs décennies est, une fois encore à la croisée des chemins, pour de multiples raisons :  

1/ Le rétrécissement continu du nombre de postes d’enseignants-chercheurs en histoire économique conduit inéluctablement à une diminution du nombre de thèses – encore que l’histoire économique résiste, au regard des derniers recensements CNU et CNRS.

2/ Le développement de nouvelles méthodes (quantitatives, analyses de réseaux, construction de base de données, humanités numériques, …)  défie l’attachement aux sources primaires et à la contextualisation ainsi que la critique rigoureuse des sources qui caractérisent l’école historienne française ; cela touche particulièrement l’histoire économique.

3/ Face à une pluridisciplinarité souvent imposée, l’attrait de l’histoire économique dans des disciplines connexes appelle une réflexion des départements d’histoire sur les réponses à apporter (à l’échelle de la formation, de l’encadrement de thèses, et de programmes de recherche communs, …).

Face à ces défis, il me semble que l’effort collectif est le meilleur moyen de réfléchir et d’agir et que l’AFHE est l’un des outils pour y parvenir

Laure Quennouëlle-Corre, directrice de recherche au CNRS, rattachée au Centre de Recherches Historiques (CNRS/EHESS), est spécialisée en histoire monétaire et financière contemporaine. Ses thèmes de recherches actuels sont : Monnaie; banques et marchés financiers ; dette publique ; les femmes dans la banque et la finance ; libéralisme économique.

Elle exerce par ailleurs des responsabilités dans l’administration de la recherche : Présidente de la section 33 du Comité national du CNRS (2017-2021) et membre actif de Missions historiques dans le domaine bancaire et financier public et privé (Ministère de l’Economie et des finances, Société générale, BNP Paribas).

14) Béatrice Touchelay

professeure d’histoire contemporaine à l’université de Lille depuis 2011,

spécialiste de l’histoire économique et sociale de la France et du monde anciennement industrialisé, 19 et 20e siècle. Thèmes de recherche : 1/ Sur le Nord de la France/Belgique : industrialisation/désindustrialisation/pollutions des anciens bassins industriels ; inégalités territoriales de santé ; 2/ Sur les instruments de régulation et l’intervention de l’État: chiffres publics (statistiques) et privés (comptabilité des entreprises) ; fraude impôts et régulations ; 3/ Dernier:« Des statistiques coloniales à la coopération statistique à l’échelle des empires, ou la mise en chiffre du monde »

Je souhaite rester au comité directeur pour susciter une réflexion collective autour de trois objectifs:

– élargir les relations de l’AFHE avec d’autres associations d’histoire économique ou d’économie (AFEP, j’ai organisé trois sessions « histoire » au dernier congrès, Lille, juillet 2019) ou de sciences de gestion (AHMO, j’ai présidé deux ans cette association et je reste au bureau) françaises et étrangères (Association d’histoire économique des caraïbes –AHEC, je suis en contact avec plusieurs membres pour mes recherches actuelles)

– contribuer à renforcer la notoriété de l’AFHE en participant à des manifestations publiques (Journées d’histoire de Blois, par exemple) et participer dans la mesure du possible à l’organisation du prochain congrès mondial d’histoire économique qui est une échéance importante pour notre avenir

 – susciter une réflexion collective sur les moyens d’attirer de jeunes historiens vers l’histoire économique et sociale, de soutenir leurs recherches et leurs quêtes de débouchés, je pense particulièrement aux étudiants de province souvent éloignés des ressources et des réseaux parisiens

CV

Cursus universitaire

HDR soutenue en 2009, titre du dossier : « Chiffres, entreprises et état dans la France du XXe siècle, entre histoire économique, histoire politique et histoire sociale », université Panthéon Sorbonne, Garant  Michel Margairaz. Manuscrit inédit publié sous le titre L’État et l’entreprise. Une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française, Rennes, PUR, 2011.

Doctorat d’histoire contemporaine, 1993 : « L’INSEE des origines à 1961 : évolution et relation avec la réalité économique, politique et sociale », université de Paris Est-Créteil, dir. Albert Broder

Carrière d’enseignement

1993-… Enseignements à l’Université :

– depuis 2011 Professeure d’histoire contemporaine (histoire économique et sociale) à l’université de Lille, rattachée au laboratoire IRHiS – UMR CNRS 8529 (encadrement de 6 doctorants, dont 5 en cours et 4 financés)

–   1997-2011 MCF d’histoire Université de Paris12-Créteil

–   1993-1997 Université de Versailles–Saint-Quentin-en-Yvelines, département de sociologie

1983-1993 Enseignements de sciences économiques et sociales en Lycées 

Dernières publications (ouvrages)

Fraude, Frontières et Territoires, Comité pour l’histoire économique et financière de la France-IGPDE, publication 2020.

Avec Isabelle Bruno et Florence Jany-Catrice (ed.), The Social Sciences of Quantification. From Politics of Large Numbers to Target-Driven Policies, Springer, 2016. http://www.springer.com/fr/book/9783319439990#aboutAuthors

Avec Nicolas Praquin et Didier Bensadon (ed.), Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises, Villeneuve d’Ascq, PUS du Septentrion, 2016.

Dernières publications (chapitres d’ouvrages)

« La fonction comptable à l’origine de la définition des ‘cadres’ », in Valérie Broussard et al. dir., Les travailleurs du management, Paris, CNAM, 2020.

« S’enrichir dans le Nord pendant l’occupation allemande : business as usual ? », in Robert Vandenbusshe dir., Vivre sous l’Occupation : collaboration, illégalité, Résistance en Zone interdite et en Belgique (1940-1944), Villeneuve d’Ascq, PUS, 2020.

 “ British and French colonial statistics: development by hybridization from the 18th to mid-20th centuries”, in James Fichter ed., Connected Empires: British and French colonialism in Africa, Asia and the Middle East from the 18th to 20th centuries, Palgrave, 2018, p. 249-274.

Coordination de recherche collective en cours

2019-2023 Responsable de l’équipe SHS (dont 1 doctorant et un post doctorant d’histoire-sociologie) du projet Pilote « Santé et environnement » financé par l’I-Site Université de Lille (124 000 euros)

15) Cécile Sabathier

Doctorante Université Paris I Panthéon Sorbonne – ED 113 Histoire.

UMR 8589 – Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris.

Ma thèse porte sur les entreprises de construction publique à l’époque médiévale. Par l’attention portée aux acteurs et aux réseaux de l’industrie du bâtiment, mon objet d’étude s’insère par bien des aspects au champ de l’histoire économique. Siéger au comité directeur de l’AFHE serait ainsi l’opportunité de renforcer mon ancrage universitaire et scientifique en étant au plus près de l’actualité et du dynamisme de ce domaine de recherche. De plus, la portée thématique de mon sujet, au croisement de l’histoire de la construction et de l’histoire urbaine, me permettrait d’apporter aux discussions du comité un éclairage sur le dialogue nécessaire entre les différents domaines de recherche.

CURRICULUM VITAE

(CV complet disponible sur https://univ-paris1.academia.edu/CécileSabathier)

Formation :

Depuis 2015 : Thèse de doctorat à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, LaMOP.

Sujet de thèse : Penser, décider et bâtir l’urbain : la gestion des chantiers de travaux publics à Albi et Rodez aux XIVe et XVe siècles sous la direction de Philippe Bernardi (LaMOP, UMR8589, CNRS-Université Paris I) et de Sandrine Victor (MCF Institut National Universitaire Champollion Albi).

Contrat doctoral et prix de recherche :

2015-2018 : Contrat doctoral du LabEx Hastec, laboratoire d’excellence.

Février 2019 : Lauréate du Prix Jeune Chercheur 2019 de la Fondation des Treilles.

Responsabilités administratives :

2016-2018 : Représentante des doctorants auprès du Conseil Scientifique de l’École doctorale d’Histoire de l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne (ED 113).

Activités d’enseignement :

2018-2020 : Chargée de cours, TD Méthodologie en histoire et TD Histoire médiévale. Institut National Universitaire Champollion Albi.

Activités scientifiques et publication :

Juin 2018 : Participation au IIème Atelier international de formation doctorale « Pouvoirs, sociétés, imaginaires dans les villes du monde méditerranéen (XIIe-XVe siècle), San Gimignano.

Publication : « La récupération et le réemploi des matériaux dans les villes du sud-ouest de la France pendant la guerre de Cent Ans», in Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 129-1, 2017, URL : https://journals.openedition.org/mefrm/3620

16) Matthieu Scherman

Maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Je présente une candidature pour le prochain comité directeur de l’AFHE. Je participe depuis 2017 aux activités de l’AFHE, notamment comme chargé de mission pour l’organisation de la carte blanche de l’association aux Rendez-vous de l’Histoire et les relations avec le secondaire. En intégrant le comité directeur, je souhaiterais de la sorte poursuivre le travail entamé et continuer à promouvoir l’histoire économique auprès d’un large public.

Éléments de CV Maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée. Formation 2007 : -Doctorat (Université Paris VII-Denis Diderot/Ca’ Foscari (Venise) 2012-2015 –Membre de l’École française de Rome 2010-2012 et 2015-2018 –Enseignant dans le secondaire Publications récentes Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434- vers 1509), Rome, École française de Rome (BÉFAR – 358), 2013. avec Anne WEGENER SLEESWIJK et Vincent DEMONT (dir.), Le pouvoir des courtiers. Intermédiation marchande et évolution des pratiques commerciales européennes (XVe- XVIIIe siècle), Paris, Éditions rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, 2018 avec Joël BLANCHARD et Giovanni CIAPELLI, La correspondance de Girolamo Zorzi. Ambassadeur vénitien en France (1485-1488), Genève, Droz, à paraître en décembre 2019. « 1456, Jacques Coeur meurt à Chios », dans Patrick BOUCHERON (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil, 2017, p. 244-247. « Les « pauvres de Dieu » et les marchands-banquiers, la redistribution chez les Salviati de Londres (vers 1445-vers 1465) » dans Traverse. Revue d’histoire, Numéro thématique : Andreas BEHR, Gisela HÜRLIMANN, Sonja MATTER, Malik MAZBOURI (dir.), Umverteilen – Redistribution, 1, 2015, p. 65-78. « Un manuel de comptes pour les petits marchands : Per tenir conto de Graziol della Corona, (marchand) vénitien du début du XVIe siècle », dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 127, 2, 2015 (consultable en ligne mefrm.revues.org/2783). « Le crédit : une obligation de tous les jours (ou presque). Aperçus depuis une économie urbaine de la fin du Moyen Âge (Trévise au XVe siècle) », dans Histoire urbaine. Numéro thématique : Claire BILLEN, Martha HOWELL (dir.), Histoire du crédit et des relations de crédit au sein de la population ordinaire dans l’Europe du bas Moyen Âge et du début de l’époque moderne, 51, 2018, p. 111-130.

17) Pierre Sicsic

Conseiller à la Banque de France

Je me porte candidat au Comité directeur pour favoriser la recherche en histoire économique sur la période des années 1960 et 1970. Des caractéristiques françaises qui paraissent anciennes et au moins présentes depuis 1945, en particulier l’importance des dépenses publiques et la place des grandes entreprises publiques dans la modernisation, méritent un examen. La modification des structures bancaires et la montée de l’endettement bancaire de la fin des années 60, plutôt qu’un financement par appel au marché de capitaux, parallèlement à un épisode de faible taux réel suivi d’un retournement massif, est un autre champ de recherche qui éclairerait les spécificités françaises de la phase dite « néo libérale » des années 80. L’existence de travaux d’économie appliquée de l’époque, ce qui la distingue des périodes plus éloignées, ne peut se substituer à une analyse historique. J’espère susciter plus facilement des recherches sur ces sujets en étant membre du Comité directeur de l’Afhe.

Plus prosaïquement, je vous propose de contribuer à une meilleure communication entre les membres de l’Afhe en établissant une liste à jour des adresses électroniques en partant de la liste des cotisations connue du trésorier (voir la liste disponible qui est à revoir à annuaire https://afhe.hypotheses.org/annuaire-afhe).

Diplômé de l’ENSAE (1981), de l’IEP de Paris (1982), DEA d’Économie et Finance Internationales Paris IX Dauphine (1982), Licence d’Histoire Paris IV Sorbonne (1983), Ph.D. d’Économie Harvard (1991).

Carrière à la Banque de France, actuellement conseiller à la Direction générale des statistiques, études et international. Prévisions macroéconomiques à plusieurs reprises, dont directeur 2011-17, adjoint puis directeur de la Balance des paiements de 2004-2011, détaché à CDC-Marchés 1999-2003.

Chercheur invité à l’Ecole d’économie de Paris, 2017-2019. Recherches sur le succès de la phase modernisatrice « pompidolienne » du milieu des années soixante à 1973.

Voir le projet de recherche à projet, https://www.dropbox.com/s/hdnst6036fnpjb1/Apogee%20Pompidou%20large%20firms%20and%20vocational%20training%2017%20mai.pdf?dl=0

Premières conclusions sur une forte expansion de la formation continue en entreprises disponibles à draft

https://www.dropbox.com/s/dzq9v3kww2hcsig/Sicsic%20Continuing%20Vocational%20Training%20draft%2021%20August.pdf?dl=0

Incursions plus anciennes en histoire économique : sur la taille des entreprises en France, les dispersions salariales à la fin du XIXè (Ph.D), stabilisation Poincaré et taux d’intérêt dans les années20, marché monétaire et marché des reports à la fin du XIXè.

18) Alessandro Stanziani

Directeur de recherche CNRS – EHESS

Après avoir longtemps travaillé sur la pensée économique et l’histoire économique et sociale de la Russie (1870-1930), je me suis déplacé vers les marchés « occidentaux », France principalement, en partie Angleterre et Italie, en étudiant les marchés alimentaires, la qualité des produits et à partir de là les règles de la concurrence, fin XVIIIe-début XXe siècle. Depuis une dizaine d’années, je m’occupe des formes historiques du travail contraint (servage et post-servage en Russie, immigration indentured dans l’Océan indien) dans une perspective d’histoire comparée, connectée et globale à la fois.

Plusieurs raisons justifient ma candidature au bureau à commencer par l’importance de la formation en histoire économique et sociale, et donc les relations avec les enseignants du secondaire et, plus avancés, les prix de thèse. À un moment où les manières d’enseigner l’économie, surtout dans le secondaire, sont plus que jamais soumises à tension, il me parait que l’histoire économique et sociale a son mot à dire en encourageant l’interface entre histoire et sciences sociales dans une perspective qui, de plus, permette de prendre en compte aussi les réalités non européennes. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai proposé au colloque à venir de 2021 deux pistes de réflexions : la signification et la portée de l’État social dans les mondes coloniaux et post-coloniaux, d’une part, la force mais aussi les limites de l’histoire globale dans la perspective des pays du « Sud », concernés par des contraintes budgétaires majeures pour ce genre d’opération, d’autre part. Des liens plus importants avec des associations dans ces pays (Inde, Sénégal, Afrique du Sud, Argentine), outre que avec les « usual suspects », entrent dans mon programme.

Cv

Directeur de recherche, CNRS et directeur d’études cumulant, EHESS, CRH

Onze ouvrages individuels parmi lesquels : L’économie en révolution, le cas russe, 1870-1930 (Paris, Albin Michel, 1998) ; Histoire de la qualité alimentaire (Paris, Seuil, 2005), Rules of Exchange, French Capitalism in Comparative Perspective (Cambridge University Press, 2012), Bondage. Labor and Rights in Eurasia, 17th-early 20th century (New York, Berghan, 2014), Seamen, Slaves and Migrants in the Indian Ocean World, 1870-1914 (New York, Palgrave MacMillan, 2014), After Oriental Despotism (London, Bloomsury 2014), Labor in the Fringes of the Empire (New York, Palgrave Mac Millan, 2018), Les Entrelacements des mondes (Paris, CNRS éditions, 2018).

19) Catherine Virlouvet

Professeur émérite d’histoire ancienne

Aix-Marseille Université

Centre Camille Jullian (UMR 7299-MMSH)

Professeur émérite depuis peu -j’ai dirigé l’École française de Rome pendant huit ans et ce jusqu’au 31 août 2019-, je suis désireuse de mettre au service de la communauté scientifique mon dynamisme et mon expérience en matière d’accompagnement de la recherche et de la formation à la recherche.

Historienne de la société et de l’économie du monde romain antique, je suis convaincue que les antiquisants doivent s’investir davantage dans une entreprise comme l’AFHE, convaincue aussi de la pertinence, dans certains domaines, des études sur la longue durée, comme en témoigne ma longue collaboration avec les médiévistes et les modernistes sur les questions d’approvisionnement des villes et de politique de stockage dans les sociétés méditerranéennes d’Ancien Régime. C’est pourquoi je serais heureuse de rejoindre le CD d’une association regroupant les historiens sur l’ensemble du champ chronologique, une association dont j’ai pu mesurer le dynamisme, et apprécier l’intérêt des annonces qu’elle diffuse et des rencontres qu’elle promeut, non seulement pour les chercheurs, mais aussi pour les jeunes doctorants.

Titres et diplômes

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses (1976-1981)

Agrégée d’Histoire (1980)

Ancienne membre de l’École française de Rome (1983-1986)

Docteur en histoire de l’université de Paris 1 (1986) ; titulaire d’une HDR (Paris , 1998)

Positions dans l’enseignement supérieur

Depuis le 1e septembre 2019 : professeur émérite d’Aix-Marseille Université, rattachée au Centre Camille Jullian (UMR 7299-MMSH)

2011-2019 : Directrice de l’École française de Rome, en détachement d’Aix-Marseille Université

1999-2019 : Professeur d’histoire ancienne à l’Université de Provence devenue en 2012 Aix-Marseille Université ; rattachée au Centre Camille Jullian (UMR 7299) comme enseignant chercheur.

1993-1999 : Directrice des études à l’École française de Rome (section Antiquité), en détachement de l’Université de Rouen

1987-1993 : Maître de Conférences en histoire ancienne à l’Université de Rouen

Responsabilités administratives au cours des dix dernières années

2011-2019 : Directrice de l’École française de Rome

2008-2011 : vice-présidente en charge du CEVU de l’Université de Provence

2008-2011 : directrice de l’École doctorale « Espaces, cultures, sociétés » (ED 355, MMSH, Aix-en-Provence)

Participation actuelle à des conseils

Membre du CA du Louvre depuis 2014

Membre de l’« Advisory board » de la Scuola Normale Superiore de Pise depuis 2019

Responsabilités éditoriales actuelles

Depuis 2013 : membre du conseil éditorial de la revue RIPARIA. Revista internacional de Historia de la interaccíon sociedad y medio anbiente en los espacios ribereños, revue électronique de l’université de Cadix (Espagne)

Depuis 2012 : membre du comité éditorial de la collection Pragmateia dirigée par E. Lo Cascio aux éditions Edipuglia (Italie).

Depuis 2012 : membre du comité de lecture de la Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine (BiAMA) (CCJ, UMR 7299-CNRS-AMU)

Depuis 2002 : correspondante de la revue L’Histoire

Principales publications depuis 2016

Ouvrages :

B. Marin, C. Virlouvet (dir.), Entrepôts et trafics annonaires en Méditerranée. Antiquités-Temps modernes, Collection de l’EFR 522, Rome, 2016, 406 p.

G. Caneva, C. M. Travaglini, C. Virlouvet (dir.), Roma, Tevere, Litorale. Ricerche tra passato e presente, collana Roma e il suo territorio (CROMA-Roma Tre), Roma, 2017, 215 p.

V. Chankowski, X. Lafon, C. Virlouvet (dir.), Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique, BCH supp. 58, Athènes, 2018, 312 p.

P. Faure, N. Tran, C. Virlouvet, Rome. Cité universelle. De César à Caracalla, 70 av. J.-C.-212 ap. J.-C., Belin, 2018, 871 p., sous la direction de Catherine Virlouvet, dans la collection Mondes Anciens (dir. J. Cornette).

G. Vertecchi, C. Virlouvet (ed.), City, River, Littoral. The Extension of Transportation Infrastructure in Delta Areas, numéro special de la revue Riparia, ISSN 2443-9762, 2018.

Articles :

La citoyenneté romaine, dans Citoyenneté et droits de l’homme, P. Schmitt-Pantel (dir), Galerie de la Méditerranée /catalogue du MuCEM, Marseille, 2016, p. 52-79.

La mer et l’approvisionnement de la ville de Rome, dans Ph. De Souza, P. Arnaud, Ch. Buchet (ed.), The Sea in History-The Ancient World/ La mer dans l’Histoire-L’Antiquité, Boydell Press, 2017, p. 268-282.

Sous presse, The Warehouse System, in S. Keay, P. Arnaud (ed.), New Roman Ports, actes du colloque international ERC tenu à la British School at Rome les 29-30 janvier 2015.

Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.