Invention collective, communautés inventives

Un point de convergence entre l’histoire économique et l’économie de l’innovation concerne les formes de régulation collective des économies de la connaissance. Institutions, brevets, réseaux, métiers, territoires sont convoqués pour aborder cette thématique qui ouvre sur des questions actuelles.

Rendez-vous de l’histoire, Blois, 7 octobre 2017.

Retranscription du dialogue:

 

 

 

 

 

 

Modérateurs

Cédric PERRIN

Professeur agrégé d’histoire. Lycée Grandmont (Tours)

Liliane HILAIRE-PÉREZ

Professeur d’histoire moderne à l’université Paris Diderot, directrice d’études EHESS

Intervenants

Catherine VERNA

Professeur d’histoire médiévale, université Paris VIII

Gabriel GALVEZ-BEHAR

Maître de conférences HDR en histoire contemporaine

université de Lille

Muriel LE ROUX

Historienne au CNRS à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine – ENS – Paris 1

Alain-Marc RIEU

Professeur émérite de l’université Lyon-Jean Moulin

***

Cédric Perrin : Bonjour à tous. On va commencer, si on veut tenir notre timing, et que tout le monde puisse avoir le temps de parler après. Je commence par vous dire deux mots de l’AFHE, puisqu’on est à une table ronde, avec une carte blanche accordée à l’AFHE, l’Association Française d’Histoire Économique.

C’est une association de spécialistes, qui a fêté ses cinquante ans l’année dernière, qui œuvre à promouvoir et à diffuser les travaux d’histoire économique, par plusieurs biais. Tous les trois ans, nous avons un congrès sur un thème spécialisé qui nous permet d’échanger. Nous soutenons aussi la recherche par le biais de prix de thèses et aussi par des bourses qui sont accordées à des doctorants pour aller au Congrès Mondial d’Histoire économique.

Nous avons aussi un site internet auquel je vous renverrai, qui s’appelle afhe.hypotheses.org ; c’est l’un des carnets d’Hypothèses, pour ceux qui connaissent. Vous pourrez aussi trouver une liste de diffusion. Je le dis, parce que le site vous permet d’accéder à diverses informations, et cette liste de diffusion n’est pas réservée aux membres et aux adhérents de l’AFHE. Il suffit de s’inscrire, vous avez le lien sur le site, et vous pouvez ensuite recevoir dans votre boîte aux lettres – si vous n’êtes pas déjà submergés de multiples courriers – les informations qui sont postées sur cette liste de diffusion, qui est donc ouverte à tous, sans obligation de participer. On peut recevoir l’information sur les journées d’études, les colloques, les tables rondes comme celle que nous organisons ce matin, les nouvelles parutions, etc.

Vous pourrez donc retrouver sur le site ces différentes informations et les recevoir au fil de l’année, si vous êtes intéressés par l’histoire économique.

Nous nous retrouvons ce matin pour parler d’un terme bien précis. D’abord, nous sommes ici dans le cadre de « l’Economie aux Rendez-vous de l’Histoire ». L’AFHE est partenaire depuis la création de ce volet spécifique des Rendez-vous de l’Histoire. Nous vous proposons cette année une carte blanche sur le thème de l’invention collective, et cette table ronde a été coordonnée par Liliane Hilaire-Pérez qui est à côté de moi. Donc, Liliane Hilaire-Pérez, vous êtes professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Diderot et directrice d’études à l’EHESS. Je vous présente nos quatre intervenants, puis je laisserai madame Hilaire-Pérez vous donner le thème de la matinée.

Vous avez à côté de moi :

  • Madame Muriel Le Roux qui est chargée de recherche au CNRS ;
  • Gabriel Galvez-Behar, maître de conférences à l’université de Lille et qui est aussi à l’Institut universitaire de France ;
  • Catherine Verna, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Paris 8 ;
  • Monsieur Alain-Marc Rieu, professeur émérite de l’École Normale supérieure de Lyon.

Je vous laisse la parole, Liliane.

Liliane Hilaire-Pérez. Merci beaucoup, Cédric. Bonjour à tous. Ce thème d’invention collective entre de plus en plus, je pense, dans la littérature, en histoire économique et en histoire des techniques. Et là, on est vraiment à l’intersection entre histoire économique et histoire des techniques. C’est un thème fort, parce qu’actuellement – on va dire depuis une génération – on met de plus en plus en valeur les processus collectifs dans l’invention, à rebours d’une historiographie qui était très prise, en fait, dans des modes de représentations issus du XIXe siècle.

On avait beaucoup, dans certains pays, héroïsé, sacralisé et mis en avant les facultés individuelles et la percée que certains individus avaient opérée dans le domaine des connaissances. De nos jours, ça revient un peu au titre des journées de « Blois Euréka », dans plusieurs tables rondes, auxquelles j’ai participé, il y a eu des petites réflexions sur cet Eurêka. En fait, on est de plus en plus sceptique à l’égard de cette notion. On discutera de l’individuel et du collectif dans l’invention mais on peut dire que le curseur, actuellement, se déplace vraiment du côté des processus collectifs dans l’invention et de mon côté, pourquoi j’ai proposé cela, c’est parce qu’en ayant travaillé sur l’invention au XVIIIe siècle, j’avais été confrontée à un foyer inventif et vraiment massif dans une ville, une ville qui inventait et non pas un individu, c’est la « soirée lyonnaise » où on est, pendant tout le XVIIIe siècle, face à un processus d’invention incrémental, des améliorations, des améliorations, des améliorations, une circulation très forte et j’avais pu pister, entre les rues, entre les appartements, les circulations des nouveaux métiers et des dispositifs parce qu’il y a toutes sortes de sources institutionnelles qui le permettent.

Pourquoi des sources institutionnelles ? Parce que les autorités locales, notamment la grande fabrique d’une corporation de métiers, les autorités municipales et le gouvernement central avaient encouragé cette diffusion extrêmement rapide et accélérée de toutes les micros inventions dans la soirée au XVIIIe siècle. C’est-à-dire que ce modèle de partage immédiat des connaissances nouvelles avait été vraiment forgé, voulu, pensé par les autorités à différents niveaux et avait été considéré comme le meilleur moyen de pouvoir progresser et aboutir à des gains de productivité sur un marché international qui était extrêmement tendu, le marché du luxe. Dans la soirée, il y avait une concurrence très forte donc ça avait été considéré comme un moyen innovant et efficace, performant comme on dirait de nos jours avec une absence complète de reconnaissance des droits des inventeurs locaux, à Lyon au XVIIIe siècle, alors que les privilèges exclusifs d’invention qui sont l’ancêtre des brevets existent depuis la fin du Moyen Âge mais à Lyon, il n’y a plus aucun privilège exclusif accordé au XVIIIe siècle. C’est-à-dire qu’il y a une sorte de mainmise de la corporation sur ce potentiel d’invention collective, donc toutes sortes de tensions aussi quand on ne reconnaît pas les droits d’un inventaire individuel.

Cette notion d’invention collective, comme vont le montrer nos collègues, c’est une notion qui a été très théorisée, vraiment pensée et je ne détaillerai bien sûr pas du tout cette question, ce sera fait par mes collègues. Je vais juste citer de nom Robert Allen qui a identifié ce processus entre entrepreneurs dans un secteur qui est la sidérurgie, au XIXe siècle et puis Paul David qui est un économiste de l’innovation, vous en avez peut-être entendu parler pour la « dépendance de sentier – path dependence », il a mis cette notion en avant, il l’avait appelée « open technology », technique ouverte donc ce n’est pas invention collective, c’est circulation très rapide dans un milieu professionnel, dans une communauté de connaissances acquises et qui sont, finalement, la propriété de cette collectivité.

On sent bien que cette notion peut être valable, je vous ai parlé de cette configuration artisanale et des corps de métier, ce qui veut dire aussi un tout autre regard sur les corps de métiers qui ont si souvent été considérés comme hostiles, rétifs au changement technique, à Lyon, ce sont eux qui organisent, qui gèrent, qui établissent le modèle d’innovation locale. En amont et en aval, c’est un mode de fonctionnement, un mode de régulation de la circulation de l’information technique, un mode de coordination des acteurs de l’innovation qui peut être extrêmement utile, c’est vraiment un outil heuristique qui permet d’analyser toutes sortes de configuration de l’invention et de l’innovation dans le monde du travail, que ce soit en amont, on va aborder la question du point de vue des territoires de l’innovation, les territoires techniques au Moyen Âge, des communautés humaines porteuses de savoir et aussi dans le monde de l’entreprise à des périodes beaucoup plus contemporaines avec notamment la question de l’émergence de l’inventeur salarié.

Cette notion d’invention collective est très plastique, c’est un bon outil, quelque chose qui est utile en ce moment pour analyser des processus d’invention et d’innovation dans différentes configurations. C’est un outil qui aide à analyser quelque chose qui est relativement complexe malgré tout, les notions d’invention collective, parce que justement on n’a pas d’attribution, pas de processus linéaire comme telle invention, tels inventeurs qui se succèdent de manière linéaire comme les brevets. Là, on est face à quelque chose de plus complexe donc c’est un outil très intéressant comme on va le voir maintenant.

Je vais céder la parole à Catherine Verna et on va commencer par le Moyen Âge.

Catherine Verna. Bonjour. En 10 minutes, je vais essayer de brasser un certain nombre de notions, de résultats scientifiques autour de ce thème. Je crois qu’avant de parler d’innovation, d’invention collective, il faut bien voir que pour le Moyen Âge, c’est très difficile de pister l’invention qu’elle soit individuelle ou collective, même si les brevets ont été inventés à Venise et qu’incontestablement il y a déjà une demande d’encadrement de l’invention, son soutien institutionnel et également financier. Pour les médiévistes, c’est très complexe.

Ce qu’on arrive à voir assez facilement et de mieux en mieux, c’est l’innovation, c’est bien évidemment pour l’essentiel, l’innovation collective, c’est-à-dire définie pour nous, par rapport à l’invention, comme une diffusion de l’invention, une mise en pratique de l’invention et cette innovation, on la piste surtout à deux niveaux ou des nouveaux outils, en quelque sorte les nouveaux ateliers, de nouvelles machines ou des nouveaux produits également. Il y a quelques instants, on parlait justement de la fente comme nouveaux produits innovants dès le XIIIe siècle.

Cette diffusion d’innovation clairement perceptible, une des perceptions immédiates qu’on peut avoir en tant que médiévistes, c’est justement ce que vient de dire Liliane, c’est-à-dire la coreconstitution de territoires techniques que l’on voit se mettre en place du XIIIe, XIVe et XVe siècle. On peut vraiment dire selon le modèle de Galuzzi et d’autres modèles qui ont été pris que véritablement il y a des territoires techniques innovants qui se mettent en place. Comment définir un territoire technique ? C’est lorsque l’innovation se diffuse dans un contexte particulier, qu’elle s’implante durablement sur un espace et qu’elle va, dans ce mouvement, qui peut durer un siècle au moins, au moment de la diffusion, rejeter, c’est ça qui est très intéressant, un certain nombre d’autres techniques équivalentes. On le voit très bien dans le domaine de la sidérurgie.

Quand il est capable de changer d’échelle et d’aller de ces territoires techniques, de diffuser l’innovation, on peut approfondir l’aspect collectif même si le territoire lui-même à cette notion d’innovation collective et on peut voir qu’il y a une prise en charge collective de l’aide à l’innovation. Elle peut être une prise en charge juridique avec des lois, qu’elles soient seigneuriales d’ailleurs, royales mais aussi toute une législation communautaire. Là, je ne fais pas du tout référence à ce que les médiévistes appellent les métiers et que les modernistes appellent les corporations, je fais référence à des communautés, communautés d’habitants qui sont très visibles pour les médiévistes, surtout dans les montagnes où il y a vraiment des institutions particulières avec des lois, tout un code de lois qui, bien que reconnues par le prince, partent d’une demande de la collectivité qui est toujours dominée par une notabilité et cette notabilité est tout à fait là pour diffuser, aider, encadrer juridiquement la diffusion de l’innovation dans ces territoires.

La diffusion collective se fait bien évidemment aussi du point de vue des investissements, des capitaux. On parle souvent d’investissements monastiques, royaux, seigneuriaux, j’ai moi-même travaillé là-dessus il y a très longtemps mais ce qu’on voit maintenant aussi de plus en plus, c’est cet investissement collectif ou que les gens s’organisent en sociétés, le cadre d’entreprise mais aussi que l’argent est rassemblé par une collectivité et là, il y a des éléments tout à fait intéressants, depuis cinq ou six ans, qui sortent c’est-à-dire l’usage des confréries dont on sait que certaines d’entre elles sont des banques incontestablement et on voit que l’usage des confréries, que l’on avait toujours dit l’aide aux plus malheureux, aux plus déshérités, c’est vrai mais c’est aussi une aide aux entrepreneurs. Là, on le voit très bien, quand on a des sources merveilleuses, par exemple celle que j’ai pu rencontrer en Catalogne, c’est assez rare mais néanmoins on le voit.

Qu’en est-il des métiers au Moyen Âge parce que c’est quand même une figure historiographique, c’est aussi une collectivité alors qu’elle est sans rapport à l’innovation ? Vous le savez tous, il y a le blocage des métiers, l’archaïsme des métiers. D’abord, les métiers en Occident, au Moyen Âge, on aurait tous les exemples et tous les contre-exemples en termes de soutien ou non d’innovation. Je crois qu’il faut revenir sur certains éléments ou certaines figures fondamentales comme par exemple le refus du moulin drapant. On va traiter le drap en le piétinant, on le piétine avec ses pieds et puis à un moment, arrive le moulin qui frappe et qui mécanise ce travail. Il est évident qu’il y a un refus, un barrage face à cette innovation mais ce barrage n’est pas seulement technique. Il est surtout social parce que bien évidemment les gens tiennent ce métier et toute la population d’ouvriers qui est liée n’a pas très envie que la machine lui enlève son travail. Il faut bien voir que derrière le refus de l’innovation, il y a aussi la conservation de son travail.

Ensuite, si on change donc de vue par rapport au métier, qu’on sort du métier mais qu’on suit des maîtres, on s’aperçoit qu’ils sont convoqués dans un contexte particulier qui est celui des expertises. De plus en plus, on a rassemblé des dossiers d’expertise. Naturellement dans le bâtiment, ils sont très connus et beaucoup plus maintenant, ou expertise d’autres produits. Si je prends le bâtiment ou même les mines, on voit que les experts, maîtres des métiers, quand on les convoque, c’est pour traiter des problèmes très complexes, des problèmes même dangereux. On n’a pas envie que la cathédrale s’effondre et on n’a pas envie que la mine recouvre l’ensemble des mineurs. Là, on a des expertises où il est dit noir sur blanc « on va trouver une solution neuve, nos vieilles solutions ne peuvent plus marcher, voilà ce que je vous propose ». Il y a non seulement des propositions mais il y a aussi la volonté de trouver quelque chose de neuf. C’est-à-dire que c’est comme ça que c’est énoncé dans les textes.

Pour terminer cette course à l’innovation collective au Moyen Âge, un autre aspect que je trouve très intéressant pour le Moyen Âge, c’est la volonté de diffuser des innovations au collectif. Cette volonté de diffusion qui passe, pour le Moyen Âge on le sait, il y a les savoirs tacites, les savoirs qu’on se passe d’homme à homme sont fondamentaux et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de trace écrite que tout le monde était analphabète et incapable mais incontestablement on a pu mettre en valeur un certain nombre de traités. Ces traités, on les connaît dès le XIIIe, il y en a de très prestigieux mais il y en a d’autres, des petits cahiers, des feuillets qui montrent bien qu’on veut diffuser par écrit à une collectivité qui peut être celle du métier mais qui peut être bien plus large. L’élément sur lequel je voudrais conclure c’est plutôt la relation entre la codification par écrit dans les traités et, à l’origine, en amont l’innovation collective.

Quand je prends un monstre qu’est le « De Re Metallica » de Agricola, première moitié du XVe siècle, je vois une construction vraiment théorique, rhétorique avec une mise en forme de gravures, etc. Ce document est très connu mais maintenant que l’on connaît mieux ce document, que l’on sait qu’il met en forme des techniques médiévales et que bien évidemment il n’est pas là pour instruire les gens du métier qui n’en ont pas besoin, il est là pour mettre en forme ce qui a été fait sur le terrain. Quand on va sur le terrain, lorsqu’on est capable de travailler sur ces territoires techniques où on repère les innovations mises en forme, en valeur par Agricola, on s’aperçoit qu’au XVe siècle on les voit émerger, on les voit mises en place dans différents territoires, on les voit en concurrence et cette construction collective de l’innovation est mise en valeur par le traité mais en amont, en quelque sorte la dernière étape de diffusion collective mais en amont, on voit qu’il s’agit de techniques déjà élaborées collectivement dans des territoires particuliers.

Liliane Hilaire-Pérez. Merci beaucoup Catherine, ce sont vraiment des notions très importantes ces notions de culture technique de territoire, c’est tout à fait fondamental pour le Moyen Âge et sur la longue durée et puis cette notion d’ouverture, de régime d’ouverture des savoirs, c’est ce qu’il y a derrière cette notion d’invention collective ou cette open technology contrairement à d’autres logiques qui existent aussi de fermeture, de repli, de secret font aussi partie de l’histoire de l’invention et de l’innovation, mais malgré mettant en avant, depuis une génération, toutes les modulations dans ces régimes d’ouverture des savoirs et ces formes de partage et de constitution de communautés humaines et de communautés professionnelles autour du partage d’un certain nombre de savoir. Je crois que les notions abordées par Catherine sont très importantes sur la longue durée. On va poursuivre avec Gabriel Galvez-Behar qui va faire le lien, sur un temps plus long, entre cette fin du Moyen Âge, la période moderne et la période contemporaine dont il est familier.


Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.