Invention collective, communautés inventives

Un point de convergence entre l’histoire économique et l’économie de l’innovation concerne les formes de régulation collective des économies de la connaissance. Institutions, brevets, réseaux, métiers, territoires sont convoqués pour aborder cette thématique qui ouvre sur des questions actuelles.

Rendez-vous de l’histoire, Blois, 7 octobre 2017.

Enregistrement accessible en ligne

Cédric Perrin Bonjour à tous. On va commencer, si on veut tenir notre timing, et que tout le monde puisse avoir le temps de parler après. Je commence par vous dire deux mots de l’AFHE, puisqu’on est à une table ronde, avec une carte blanche accordée à l’AFHE, l’Association Française d’Histoire Économique.

C’est une association de spécialistes, qui a fêté ses cinquante ans l’année dernière, qui œuvre à promouvoir et à diffuser les travaux d’histoire économique, par plusieurs biais. Tous les trois ans, nous avons un congrès sur un thème spécialisé qui nous permet d’échanger. Nous soutenons aussi la recherche par le biais de prix de thèses et aussi par des bourses qui sont accordées à des doctorants pour aller au Congrès Mondial d’Histoire économique.

Nous avons aussi un site internet auquel je vous renverrai, qui s’appelle afhe.hypotheses.org ; c’est l’un des carnets d’Hypothèses, pour ceux qui connaissent. Vous pourrez aussi trouver une liste de diffusion. Je le dis, parce que le site vous permet d’accéder à diverses informations, et cette liste de diffusion n’est pas réservée aux membres et aux adhérents de l’AFHE. Il suffit de s’inscrire, vous avez le lien sur le site, et vous pouvez ensuite recevoir dans votre boîte aux lettres – si vous n’êtes pas déjà submergés de multiples courriers – les informations qui sont postées sur cette liste de diffusion, qui est donc ouverte à tous, sans obligation de participer. On peut recevoir l’information sur les journées d’études, les colloques, les tables rondes comme celle que nous organisons ce matin, les nouvelles parutions, etc.

Vous pourrez donc retrouver sur le site ces différentes informations et les recevoir au fil de l’année, si vous êtes intéressés par l’histoire économique.

Nous nous retrouvons ce matin pour parler d’un terme bien précis. D’abord, nous sommes ici dans le cadre de « l’Economie aux Rendez-vous de l’Histoire». L’AFHE est partenaire depuis la création de ce volet spécifique des Rendez-vous de l’Histoire. Nous vous proposons cette année une carte blanche sur le thème de l’invention collective, et cette table ronde a été coordonnée par Liliane Hilaire-Pérez qui est à côté de moi. Donc, Liliane Hilaire-Pérez, vous êtes professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Diderot et directrice d’études à l’EHESS. Je vous présente nos quatre intervenants, puis je laisserai madame Hilaire-Pérez vous donner le thème de la matinée.

Vous avez à côté de moi :
Madame Muriel Le Roux qui est chargée de recherche au CNRS ;
Monsieur Gabriel Galvez-Behar, maître de conférences à l’université de Lille et qui est aussi à l’Institut universitaire de France ;
Madame Catherine Verna, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Paris 8 ;
Monsieur Alain-Marc Rieu, professeur émérite de l’École Normale supérieure de Lyon.
Je vous laisse la parole, Liliane.

Liliane Hilaire-Pérez Merci beaucoup, Cédric. Bonjour à tous. Ce thème de l’invention collective entre de plus en plus, je pense, dans la littérature, en histoire économique et en histoire des techniques – on se trouve même à l’intersection entre histoire économique et histoire des techniques. C’est un thème fort, parce qu’actuellement – on va dire depuis une génération – on met de plus en plus en valeur les processus collectifs dans l’invention, à rebours d’une historiographie qui était très prise, en fait, dans des modes de représentations issus du XIXe siècle. On avait beaucoup héroïsé, sacralisé et mis en avant les facultés individuelles et la percée que certains individus avaient opérée dans le domaine des connaissances. De nos jours, cela revient un peu à mettre en cause le titre des journées de « Blois Euréka ». Dans plusieurs tables rondes auxquelles j’ai participé, il y a eu des réflexions critiques sur cet Eurêka. Il est clair que l’on est de plus en plus sceptique à l’égard de cette notion. On discutera dans notre séance, de la part de l’individuel et du collectif dans l’invention mais on peut déjà dire que le curseur, actuellement, se déplace du côté des processus collectifs. De mon côté, j’ai proposé ce thème parce qu’en ayant travaillé sur l’invention au XVIIIe siècle, j’avais été confrontée à un foyer inventif et massif dans une ville, la « soierie lyonnaise » où pendant tout le XVIIIe siècle, se développe un processus d’invention incrémentiel grâce à une circulation intense que j’avais pu pister, entre les rues, jusque dans les appartements. Les nouveaux métiers à tisser et les dispositifs techniques sont vote partagés et améliorés parce diverses ressources institutionnelles encouragent cette open technology.

Quelles ressources institutionnelles ? Les autorités locales, notamment la Grande Fabrique (c’est-à-dire la corporation de métier dédiée à la soierie) et les autorités municipales mais aussi le gouvernement central ont encouragé cette diffusion accélérée des micros inventions dans la soierie lyonnaise au XVIIIe siècle. C’est-à-dire que ce modèle de partage immédiat des connaissances nouvelles a été vraiment forgé, voulu, pensé par les autorités à différents niveaux et a été considéré comme le meilleur moyen de pouvoir progresser et aboutir à des gains de productivité sur un marché international extrêmement tendu, le marché du luxe. Cette implication politique a été considérée comme un moyen innovant et efficace, performant comme on dirait de nos jours mais il va de pair avec une absence complète de reconnaissance des droits des inventeurs locaux, alors que les privilèges exclusifs d’invention qui sont l’ancêtre des brevets existent depuis la fin du Moyen Âge. A Lyon, il n’y a plus aucun privilège exclusif accordé au XVIIIe siècle. C’est-à-dire qu’il y a une sorte de mainmise de la corporation sur ce potentiel d’invention collective, d’où toutes sortes de tensions sociales autour de la reconnaissance de l’inventeur individuel.

Cette notion d’invention collective, comme vont le montrer nos collègues, est aussi une notion qui a été théorisée, pensée et je ne détaillerai bien sûr pas cette question, ce sera fait par mes collègues. Je vais juste citer le nom de Robert Allen qui a identifié ce processus d’invention collective entre entrepreneurs dans la sidérurgie au XIXe siècle, puis Paul David, un économiste de l’innovation, vous en avez peut-être entendu parler pour la « dépendance de sentier – path dependence», qui a mis cette notion en avant. Il l’avait appelée « open technology », technique ouverte, soit la circulation rapide dans un milieu professionnel, dans une communauté de connaissances acquises et qui deviennent, finalement, la propriété de cette collectivité.

On sent bien que cette notion peut être intéressante pour les historiens, je vous ai parlé de la configuration artisanale et des corps de métier, ce qui veut conduit aussi à porter un tout autre regard sur les corporations qui ont si souvent été considérés comme hostiles,rétives au changement technique. ALyon, ce sont elles qui organisent, qui gèrent, qui établissent le modèle d’innovation locale. C’est un mode de fonctionnement, un mode de régulation de la circulation de l’information technique, un mode de coordination des acteurs de l’innovation qui peut être extrêmement utile, c’est aussi un outil heuristique qui permet d’analyser toutes sortes de configuration de l’invention et de l’innovation dans le monde du travail, que ce soit en amont, on va aborder la question du point de vue des territoires de l’innovation, des territoires techniques au Moyen Âge, des communautés humaines porteuses de savoir, aussi dans le monde de l’entreprise à des périodes beaucoup plus récentes avec notamment la question de l’émergence de l’inventeur salarié.

Cette notion d’invention collective est donc plastique, c’est un bon outil, utile pour analyser des processus d’invention et d’innovation dans différentes configurations. C’est un outil qui aide à analyser un phénomène relativement complexe, l’invention, parce qu’il permet d’éviter toute attribution hâtive d’une invention à un inventeur, tout processus linéaire aussi de succession des inventions comme ont pu y conduire des analyses (longtemps) non contextualisées des brevets. La notion d’invention collective permet au contraire de restituer de la complexité, comme on va le voir maintenant.
Je vais céder la parole à Catherine Verna et l’on va commencer par le Moyen Âge.

Catherine Verna Bonjour. En 10 minutes, je vais essayer de brasser un certain nombre de notions, de résultats scientifiques autour de ce thème. Je crois qu’avant de parler d’innovation, d’invention collective, il faut bien voir que pour le Moyen Âge, il est très difficile de pister l’invention qu’elle soit individuelle ou collective, même si les brevets ont été “inventés” à Venise et qu’incontestablement il y a déjà une demande d’encadrement de l’invention, de soutien institutionnel et également financier. Pour les médiévistes, c’est très complexe.

Ce qu’on arrive à voir assez facilement et de mieux en mieux, c’est l’innovation, et c’est bien évidemment pour l’essentiel, l’innovation collective, c’est-à-dire définie pour nous, par rapport à l’invention, comme une diffusion de l’invention, une mise en pratique de l’invention. Cette innovation, on la piste surtout à deux niveaux : de nouveaux outils, en quelque sorte de nouveaux ateliers ou de nouvelles machines ou bien encore de nouveaux produits. Il y a quelques instants [dans une autre table-ronde], on parlait justement de la fonte comme nouveau produit innovant dès le XIIIe siècle.

Cette diffusion d’innovation, une des perceptions immédiates qu’on peut avoir en tant que médiévistes, c’est justement ce que vient de dire Liliane, c’est-à-dire la co-reconstitution de territoires techniques que l’on voit se mettre en place du XIIIe, XIVe et XVe siècles. On peut vraiment dire selon le modèle de Galluzzi et d’autres modèles qui ont été pris que véritablement il y a des territoires techniques innovants qui se mettent en place. Comment définir un territoire technique ? C’est lorsque l’innovation se diffuse dans un contexte particulier, qu’elle s’implante durablement sur un espace et qu’elle va, dans ce mouvement, qui peut durer un siècle au moins, au moment de la diffusion, rejeter (c’est ça qui est très intéressant), un certain nombre d’autres techniques équivalentes. On le voit très bien dans le domaine de la sidérurgie.

Quand on est capable de changer d’échelle et d’aller de ces territoires techniques, on peut appliquer l’aspect collectif à cette notion d’innovation et on peut voir qu’il y a une prise en charge collective de l’aide à l’innovation. Elle peut être une prise en charge juridique avec des lois, qu’elles soient seigneuriales d’ailleurs, royales mais aussi toute une législation communautaire. Là, je ne fais pas du tout référence à ce que les médiévistes appellent les métiers et que les modernistes appellent les corporations, je fais référence à des communautés, communautés d’habitants qui sont très visibles pour les médiévistes, surtout dans les montagnes où il y a vraiment des institutions particulières avec des lois, tout un code de lois qui, bien que reconnues par le prince, partent d’une demande de la collectivité qui est toujours dominée par une notabilité et cette notabilité est tout à fait là pour diffuser, aider, encadrer juridiquement la diffusion de l’innovation dans ces territoires.

La diffusion collective se fait bien évidemment aussi du point de vue des investissements, des capitaux. On parle souvent d’investissements monastiques, royaux, seigneuriaux, j’ai moi-même travaillé là-dessus il y a très longtemps mais ce qu’on voit maintenant aussi de plus en plus, c’est cet investissement collectif ou que les gens s’organisent en sociétés, le cadre d’entreprise mais aussi que l’argent est rassemblé par une collectivité et là, il y a des éléments tout à fait intéressants, depuis cinq ou six ans, c’est-à-dire l’usage des confréries dont on sait que certaines d’entre elles sont des banques incontestablement et on voit que l’usage des confréries, que l’on avait toujours dit l’aide aux plus malheureux, aux plus déshérités, c’est aussi une aide aux entrepreneurs. Là, on le voit très bien, quand on a des sources merveilleuses, par exemple celles que j’ai pu rencontrer en Catalogne, c’est assez rare mais néanmoins on le voit.

Qu’en est-il des métiers au Moyen Âge parce que c’est quand même une figure historiographique, c’est aussi une collectivité alors qu’elle est sans rapport à l’innovation ? Vous le savez tous, il y a le blocage des métiers, l’archaïsme des métiers. D’abord, les métiers en Occident, au Moyen Âge, on aurait tous les exemples et tous les contre-exemples en termes de soutien ou non d’innovation. Je crois qu’il faut revenir sur certains éléments ou certaines figures fondamentales comme par exemple le refus du moulin drapant. On va traiter le drap en le piétinant, on le piétine avec ses pieds et puis à un moment, arrive le moulin qui frappe et qui mécanise ce travail. Il est évident qu’il y a un refus, un barrage face à cette innovation mais ce barrage n’est pas seulement technique. Il est surtout social parce que bien évidemment les gens qui tiennent ce métier et toute la population d’ouvriers qui est liée n’ont pas très envie que la machine leur enlève leur travail. Il faut bien voir que derrière le refus de l’innovation, il y a aussi la conservation de son travail.

Ensuite, si on change donc de vue par rapport au métier, qu’on sort du métier mais qu’on suit des maîtres, on s’aperçoit qu’ils sont convoqués dans un contexte particulier qui est celui des expertises. De plus en plus, on a rassemblé des dossiers d’expertise. Naturellement dans le bâtiment, ils sont très connus et beaucoup plus maintenant, ou encore l’expertise de produits. Si je prends le bâtiment ou même les mines, on voit que les experts, maîtres des métiers; quand on les convoque, c’est pour traiter des problèmes complexes, des problèmes même dangereux. On n’a pas envie que la cathédrale s’effondre et on n’a pas envie que la mine recouvre l’ensemble des mineurs. Là, on a des expertises où il est dit noir sur blanc «on va trouver une solution neuve, nos vieilles solutions ne peuvent plus marcher, voilà ce que je vous propose ». Il y a non seulement des propositions mais il y a aussi la volonté de trouver quelque chose de neuf. C’est ainsi que c’est énoncé dans les textes.

Pour terminer cette course à l’innovation collective au Moyen Âge, un autre aspect que je trouve très intéressant pour le Moyen Âge, c’est la volonté de diffuser des innovations au collectif. Cette volonté de diffusion qui passe, pour le Moyen Âge on le sait, par les savoirs tacites, les savoirs qu’on se transmet d’homme à homme ; ils sont fondamentaux et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de trace écrite que tout le monde était analphabète et incapable, mais incontestablement on a pu mettre en valeur un certain nombre de traités. Ces traités, on les connaît dès le XIIIe, il y en a de très prestigieux mais il y en a d’autres, des petits cahiers, des feuillets qui montrent bien qu’on veut diffuser par écrit à une collectivité qui peut être celle du métier mais qui peut être bien plus large. L’élément sur lequel je voudrais conclure c’est plutôt la relation entre la codification par écrit dans les traités et, à l’origine, en amont l’innovation collective.

Quand je prends un monstre qu’est le De Re Metallica d’Agricola, pendant la première moitié du XVe siècle, je vois une construction vraiment théorique, rhétorique avec une mise en forme de gravures, etc. Ce document est très connu mais maintenant qu’on le connaît mieux, on sait qu’il met en forme des techniques médiévales et que bien évidemment il n’est pas là pour instruire les gens du métier qui n’en ont pas besoin, il est là pour mettre en forme ce qui a été fait sur le terrain. Quand on va sur le terrain, lorsqu’on est capable de travailler sur ces territoires techniques où on repère les innovations mises en forme, en valeur par Agricola, on s’aperçoit qu’au XVe siècle on les voit émerger, on les voit mises en place dans différents territoires, on les voit en concurrence et cette construction collective de l’innovation est mise en forme par le traité mais celui-ci est en quelque sorte la dernière étape de diffusion collective, car en amont, on voit qu’il s’agit de techniques déjà élaborées collectivement dans des territoires particuliers.

Liliane Hilaire-Pérez. Merci beaucoup Catherine, cette notion de culture technique de territoire est très importante, c’est tout à fait fondamental pour le Moyen Âge et sur la longue durée, de même celle d’ouverture, de régime d’ouverture des savoirs, c’est ce qui se tient derrière l’invention collective comme open technology, à la différence d’autres logiques qui coexistent, de fermeture, de repli, de secret dans l’histoire de l’invention et de l’innovation. Depuis une génération, on met en valeur toutes les modulations dans ces régimes d’ouverture des savoirs et de constitution de communautés professionnelles autour du partage d’un certain nombre de savoirs. Je crois que les notions abordées par Catherine sont aussi très importantes sur la longue durée. On va poursuivre avec Gabriel Galvez-Behar qui va faire le lien, sur un temps plus long, entre cette fin du Moyen Âge, la période moderne et la période contemporaine dont il est familier.

Gabriel Galvez-Behar. Pour commencer, je vais vous faire une petite lecture. La lecture d’un extrait d’un texte de Michel Chevalier, économiste et sénateur du Second empire, ouvrage qu’il publie en 1878 à propos d’une question assez importante à l’époque sur les brevets d’invention. Ce ne sont pas les brevets qui m’intéressent aujourd’hui, c’est ce qu’il dit de l’invention. Je le cite :

« Toute découverte industrielle est le produit de la fermentation générale des idées, le fruit d’un travail interne qui s’est accompli avec le concours d’un grand nombre de collaborateurs successifs ou simultanés dans le sein de la société, souvent pendant des siècles. Une découverte industrielle est loin d’offrir au même degré que la plupart des autres productions de l’esprit, une empreinte d’individualité qui oblige de la reporter à qui s’en dit l’auteur. C’est ce qui rend très équivoque la prétention de celui-ci à la paternité. Le fait de la génération même est fort incertain. Vous dites que c’est vous qui êtes le père et vous le croyez mais ces mêmes germes, ces mêmes éléments qui flottaient dans l’air où les générations successives les avaient répandus et que vous avez saisis pour réformer la découverte dont il s’agit, un autre que vous, dix autres ont pu les prendre en vol en même temps que vous. De la sorte, l’enfant peut avoir légitimement plusieurs pères, pourquoi préférer l’un d’eux aux autres ? La paternité multiple n’est pas un pur hasard, elle résulte de l’ordre naturel des choses. »

C’est un texte qui est assez intéressant car il insiste sur le fait que l’invention a une dimension sociale, il ne parle pas d’invention collective à proprement parler mais Michel Chevalier, qui est contre les brevets d’invention, défend l’idée que l’invention ne résulte pas d’un acte individuel.

C’est un texte assez important – on est à la fin du XIXe siècle – parce qu’il montre qu’en dépit de tous ces efforts d’héroïsation qui ont été faits au temps des révolutions industrielles (même si le terme révolution industrielle prête toujours à discussion), il s’est maintenu un regard particulier sur l’invention, un regard qui insiste sur sa dimension sociale, voire collective. C’est ce que je voudrais montrer dans un premier temps, montrer que l’invention collective a perduré au temps de la révolution industrielle.

D’abord pour une raison assez simple. Si on s’intéresse au cas français, en dépit de l’abolition des corporations sous la Révolution française, les logiques de métier n’ont pas complètement disparu. Ces logiques de métier continuent d’exister au moins dans la première moitié du XIXe siècle et sans doute après dans la soierie lyonnaise par exemple mais également dans ce qu’on appelle la fabrique parisienne, notamment l’industrie du vêtement, l’industrie de la décoration et ces logiques de métiers perdurent, avec des logiques d’invention collective. Dans une certaine mesure la notion de technique ouverte est encore valable à cette époque. Le plus intéressant, c’est qu’au-delà de cette persistance des logiques d’invention collective portées par les métiers, on peut remarquer qu’au XIXe siècle les nouvelles activités qui caractérisent la prétendue révolution industrielle, reposent, elles aussi, sur des logiques d’invention collective. Liliane rappelait tout à l’heure cet article fondateur de Robert Allen de 1983 sur l’invention collective dans la sidérurgie, les progrès de la sidérurgie au XIXe siècle sont des éléments moteurs de la révolution industrielle et Allen montre que dans la Grande-Bretagne du milieu du XIXe siècle, les industriels s’échangent des informations pour faire progresser leur outil industriel et leurs procédés sidérurgiques.

Cette industrie n’est pas une exception. L’industrie de la photographie repose également sur des logiques d’invention collective, ainsi que l’horlogerie ou certains domaines de la chimie. Donc quand on regarde de près les choses, quand on regarde comment l’invention se crée, on se rend compte qu’au-delà des inventeurs héroïsés ou des inventeurs héroïques on voit apparaître des groupes, des collectifs qui s’attachent à faire progresser les techniques.

Une question qui se pose est de savoir quelle forme cette innovation ou cette invention collective prend à l’époque. Il y a une forme qui est importante qui est la question de la circulation de l’information. On voit qu’au XIXe siècle l’invention collective va de pair avec un développement de la presse technique et de la littérature technique. C’est par exemple le cas dans la photographie où aux États-Unis on voit l’émergence d’un grand nombre de périodiques consacrés à la photographie où l’on décrit des techniques nouvelles, où l’on juge d’autres techniques. Cette question de l’information est donc une question très importante.

L’autre forme, l’autre circuit, c’est la mobilité, pour une raison qui est assez simple : la question de la transmission du geste ou du savoir tacite n’a pas disparu. Là encore, le cas de la photographie est un cas assez intéressant parce qu’au tout début de la photographie, la question du tour de main pour préparer les produits nécessaires au développement des images est quelque chose d’assez important à un moment même où on n’a pas encore trouvé le langage pour décrire les procédés photographiques. Donc la mobilité, c’est-à-dire qu’on passe d’un atelier à un autre et au-delà de ça, des groupes, des associations. On voit naître au XIXe siècle des associations d’inventeurs, elles existent déjà dès le XVIIIe siècle mais elles se développent au XIXe siècle, des associations d’inventeurs qui non seulement procèdent à ces échanges d’informations mais aussi, c’est quelque chose d’assez saisissant, essaient de réunir des capitaux – assez modestes, il faut être juste –  ou essaient de mettre à disposition des inventeurs des outils de travail collectifs, de petits ateliers, de petits laboratoires. Au cœur de la première révolution industrielle, cette logique d’invention collective est toujours présente.

Ce qu’il est important de retenir, c’est qu’il n’y a pas une exclusivité entre l’invention collective et l’invention individuelle, il y a une tension entre les deux. Parfois certains inventeurs peuvent être tentés de sortir du collectif pour s’approprier des découvertes qui ont été faites par le collectif, c’est un autre problème. Ces logiques ont des échos contemporains, notamment tout ce qui se passe autour de l’open source en informatique peut être analysé comme un écho de ces logiques collectives.

Cela dit, il y a une évolution, et ce sera mon dernier point, à la fin du XIXe siècle avec le développement de la grande entreprise, notamment en Allemagne et aux États-Unis, qui va poser deux types de problèmes. Le premier type de problème est qu’ on s’aperçoit à la toute fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, que les grandes entreprises allemandes, américaines mais également françaises vont avoir de plus en plus recours à des stratégies d’appropriation et notamment aux brevets d’invention. De manière très concrète, on voit au tout début du XXe siècle un doublement du poids des grandes entreprises dans les prises de brevets. Ça indique que les entreprises sont de plus en plus attentives à contrôler l’invention en interne. Je vous donne un exemple qui est le règlement que fait publier l’entreprise Schneider, une entreprise française, en 1911 à propos de ces aspects d’invention. En 1911 le comité de direction générale a affiché le règlement suivant, je vous le cite :

« Tout employé ne pourra écrire dans les journaux ou faire éditer des livres, brochures, etc., ni prendre de brevets sans en avoir préalablement obtenu l’autorisation de Messieurs Schneider et compagnie. En cas d’invention rentrant dans les industries de la maison, les recherches devront être faites d’accord avec Messieurs Schneider et compagnie, chez eux et par eux. »

Donc se mettent en place des régulations pour s’approprier ou contrôler l’invention faite au cœur de l’entreprise.

Cette évolution est importante. Avec cette évolution va naître un deuxième problème qui est le problème de l’invention salariée. C’est-à-dire que l’activité inventive du salarié de la grande entreprise va devenir un problème, un problème social. Vous allez avoir de grandes revendications des ingénieurs allemands dès la fin du XIXe siècle pour négocier, dans les conventions collectives qui se mettent en place, un certain nombre de clauses et dans les années 1920, dans certains pays même comme le Japon, des lois spécifiques à l’invention salariée vont être adoptées. Dans cette première moitié du XXe siècle, après la Première guerre mondiale, la question de l’invention salariée devient une revendication de certains syndicats et aux États-Unis les choses vont se réguler différemment, elles vont se réguler par le contrat. Les grandes entreprises imposent à leurs salariés, souvent des ingénieurs, ceux qui font de la recherche, des clauses dans les contrats de recrutement de telle sorte à ce que les salariés cèdent, par avance, leur invention à l’entreprise. On voit donc qu’avant la Seconde guerre mondiale, avec l’émergence de la grande entreprise l’invention collective, qui était le fait de groupes autonomes et qui n’a pas disparu, a pris une autre dimension avec cette émergence et ce contrôle de l’invention collective en interne dans la grande entreprise. C’est une nouvelle manière d’inventer collectivement.

Liliane Hilaire-Pérez. Merci beaucoup Gabriel. La transition est toute faite avec Muriel Le Roux.

Muriel Le Roux. Merci. Je voulais te remercier Liliane et vous remercier Cédric de m’avoir invitée, je suis ravie d’être avec vous ce matin. Faisant écho à ce que l’on a entendu, je voudrais revenir sur des mots parce que très souvent on considère que les entreprises ont été les principales actrices de l’innovation depuis que l’invention et la recherche sont devenues, au XIXe siècle, pour ces entreprises, des outils. Au XXe siècle, l’innovation et la R & D ont été institutionnalisées définissant le niveau et la direction du changement technologique. Le terme innovation reviendrait, d’après l’Oxford English Dictionary, à Schumpeter dans son livre Business cycle édité en 1939. L’acronyme R & D, recherche et développement, adapté pendant la deuxième guerre mondiale devait, au départ, désigner l’ensemble des financements nécessaires pour parvenir à l’innovation. Sujets à de nombreuses distorsions, les chiffres de la R & D comme ceux des brevets restent tout de même parmi les rares indicateurs qui permettent de mesurer aujourd’hui l’innovation. Pourtant, il y a loin entre la recherche académique et fondamentale, la recherche industrielle, la R & D et l’innovation, ces termes sont loin d’être synonymes. Quoi que les chiffres suggèrent, la recherche et le développement ne suffisent pas à produire une innovation même en suivant les chemins dont parlait Liliane et qui sont complexes.

Même si on peut dire qu’« officiellement » la recherche scientifique a remplacé, après la Deuxième Guerre mondiale, les multiples sources de l’invention, de nombreuses entreprises ont échoué ou se trouvent dans des impasses technologiques, voire stratégiques et économiques, pour avoir évacué ce qui relève de l’approche artisanale – voire informelle – des modalités de l’innovation, en n’accordant que peu de place aux savoirs locaux, à la pratique des métiers, à l’apprentissage par l’essai et l’erreur. Autant de pratiques, de compétences et de savoirs sous-estimés ou éliminés par ces responsables de la coordination des processus d’innovation via une R & D qui est désormais institutionnalisée.

Il existe de multiples chemins qui vont de la découverte à l’innovation et il est du rôle de l’historien de les étudier tous au-delà d’un discours dominant, très construit par les firmes elles-mêmes et souvent relayé par différentes instances aussi diverses que les agences de moyens, les médias ou encore les structures gouvernementales. J’en veux pour preuve les deux exemples que je vais développer maintenant dont l’étude montre la complémentarité nécessaire des savoirs, des pratiques, des milieux et des hommes et qui soulignent que la créativité répond à un subtil équilibre entre l’individuel et le collectif, loin des conventions organisationnelles. Au-delà de ces approches, retracer l’histoire des découvertes, d’inventions et d’innovations implique aussi de s’attacher aux histoires individuelles car pour l’historien du contemporain, l’étude des sciences et des techniques permet d’éclairer sous un autre jour les problèmes traditionnels de l’histoire sociale et de penser de nouveaux objets historiques.

Pour faire écho et le lien entre le XIXe et le XXe siècle je prendrai deux exemples. Celui de l’industrie de l’aluminium où en 1886 a été inventé le procédé électrolytique qui a permis à l’entreprise Pechiney de produire de l’aluminium primaire. Le brevet pris, Paul Héroult, l’inventeur français, s’appuie sur le réseau d’amis de l’école des Mines pour créer son entreprise. Toutefois aucune science n’a pu expliquer jusqu’aux années 1980 les processus en cours dans la fabrication d’aluminium primaire. Aussi, dans l’entreprise fondée par Héroult, c’est l’association du laboratoire de contrôle de la production du métal et de l’usine qui a permis d’améliorer le procédé et d’améliorer la qualité du métal. Lorsqu’il y a eu les fusions, dans les années 1920, pour atteindre une économie d’échelle, on a eu deux producteurs d’aluminium en France, Pechiney et Ugine et j’ai constaté que chaque usine de production d’aluminium fonctionnait comme un laboratoire de recherche. À l’intérieur de chaque usine, une partie des cuves de production d’aluminium était dévolue à la recherche de procédés. Donc, de 1886 jusqu’aux années 1970-80, ce sont les ingénieurs, en coopération avec les chimistes du laboratoire de contrôle, qui font de la recherche de procédés nouveaux et d’amélioration des procédés. La science ne régissait pas cette activité car on était incapable de comprendre, de modéliser ce qu’il se passait dans une cuve d’électrolyse et là, c’est le collectif d’ingénieurs qui est à l’origine de l’amélioration du procédé. L’entreprise Pechiney a développé une compétition entre les lieux de production, ainsi les ingénieurs étaient en compétition entre eux et il y avait un prix de la meilleure cuve d’électrolyse, le prix du meilleur métal produit et c’est ce collectif d’ingénieurs qui est devenu l’agent innovateur permanent de cette filière industrielle.

Il est très intéressant de souligner que lorsque j’ai commencé à étudier cette industrie, j’ai fait des interviews et, pour les ingénieurs les plus âgés que j’interrogeais, il n’y avait pas eu de recherche dans l’entreprise. Symboliquement la recherche n’était pas vécue comme une activité à part entière car elle n’était pas isolée du lieu de production selon le modèle américain. Pour ces anciens ingénieurs, on a produit pendant pratiquement un siècle le meilleur aluminium primaire, meilleur que celui produit par Alcoa aux États-Unis et la recherche n’aurait pénétré ce secteur industriel que lorsqu’un lauréat de la médaille fields, Louis Lions, est venu au laboratoire de recherche de fabrication de Saint-Jean-de-Maurienne et a réussi, grâce à la mathématique, à modéliser les processus qui avaient lieu dans la cuve électrolyse. Si ce collectif a été performant au sens industriel, il n’était pas vécu comme “ acteur cherchant”, car ses membres considéraient la recherche inhérente aux fonctions d’ingénieurs. C’est le premier exemple.

En revanche ce modèle de compétition entre un collectif d’ingénieurs et un autre qui était aux Pays-Bas ou dans les Pyrénées a eu ses limites. Quand il s’est agi de développer des alliages ou d’en inventer de nouveaux, ce modèle maison qui était très performant n’a pas fonctionné et les Français se sont fait distancer par leurs compétiteurs américains et allemands qui avaient des laboratoires de recherche fondamentale spécifiques et des scientifiques qui se consacraient exclusivement à cette activité et qui ont donc inventé des alliages d’aluminium utilisés ensuite partout dans les différents modes de transport. En dépit des efforts de l’entre-deux-guerres de Pechiney, il a donc fallu attendre la Deuxième Guerre mondiale et que les Français créent des laboratoires de recherche fondamentale digne de ce nom à côté des usines pour que la direction générale de Pechiney se bagarre contre cette culture dominante du collectif d’ingénieurs en disant « attention, si vous voulez que l’on soit compétitif sur le marché des alliages d’aluminium, il faut que la science pénètre dans l’entreprise ». C’est donc le temps des coopérations avec le monde académique qui s’affirme d’abord pour le secteur de la transformation de l’aluminium puis ensuite pour le secteur de la production d’aluminium primaire. L’exemple de l’industrie de l’aluminium avec des pratiques d’innovation différenciées entre l’amont et l’aval de la filière court des années 1880 à 1980.

Le deuxième exemple est beaucoup plus contemporain et met en œuvre un autre type de collectif. Jusqu’ici, j’ai parlé du collectif des ingénieurs,  je vais évoquer maintenant un collectif de chercheurs. La découverte de deux molécules d’origine naturelle, devenues deux médicaments anticancéreux, la Navelbine et le Taxotère, résulte des travaux des chercheurs de la recherche académique publique, du CNRS. On a une histoire complète depuis l’intuition jusqu’à l’innovation puisque ces médicaments sont vendus et utilisés dans les hôpitaux. Sans entrer dans les détails, ce qui est intéressant ici c’est la façon dont les industriels et les chercheurs ont défini un collectif en s’approchant, se regardant, se « reniflant », en collaborant et en s’associant. La recherche fondamentale est donc le produit d’une science académique – ici le CNRS –, dirigée par un chimiste, Pierre Potier (1934 – 2006) et de la collaboration informelle au départ, avec des industriels. Elle n’avait d’autre but, et j’insiste sur ce point, au début des années 60, que de fournir des matières premières et des outils à la recherche académique en échange de quelques menus services rendus aux industriels. Quand il y eut contrat, c’était essentiellement pour protéger les travaux du monde académique des « utilisations » industrielles. Ce qui est intéressant dans cette histoire de médicaments, c’est qu’on observe qu’il émerge un collectif qui associe chercheurs du public et chercheurs industriels au-delà des structures du CNRS, au-delà des structures de l’entreprise et bien plus, au-delà des organisations mises en place au CNRS et chez Rhône-Poulenc Aventis ou les Laboratoires Pierre Fabre, pour contrôler cette circulation des hommes et des savoirs.

Lorsque la Navelbine a été découverte au CNRS, Pierre Potier et ses chercheurs ont déposé des brevets grâce à l’appui de l’Agence nationale de valorisation de la recherche, l’ANVAR. Aucun industriel ne voulait de ces brevets donc il a fallu toute la ténacité de Pierre Potier pour convaincre un industriel. C’est Pierre Fabre, industriel éponyme du groupe implanté dans le Sud-Ouest qui a suivi Potier et qui a dit « d’accord, on va tenter le coup ». Les laboratoires Pierre Fabre étaient une PME spécialisée en dermo-cosmétique qui a osé créer Pierre Fabre Oncologie. Pour ce faire, en dehors de toute autorisation, créant en quelques sorte de nouveaux cadres administratifs, les chercheurs du CNRS sont partis travailler à Castres et à Pau pour aider les chimistes recrutés par Pierre Fabre pour créer Pierre Fabre Oncologie et ensuite, le CNRS, un peu comme la cavalerie, a organisé des contrats de coopération, des échanges, etc. Ce qu’il faut retenir de cet exemple, c’est que tout est parti du collectif des chercheurs. Les chercheurs de Pierre Fabre sont venus à Gif-sur-Yvette et les chercheurs de Gif, sont partis dans les locaux industriels pour créer le département d’oncologie de cette PME qui n’évoluait absolument pas dans ce secteur de production de médicaments. Ensuite, les structures de recherche et industrielles se sont rapprochées.

L’autre exemple, le Taxotère, découvert par la même équipe de chimistes des substances naturelles du CNRS conforte ce « modèle ». Une publication américaine en 1979 révèle qu’à partir de l’If, on peut mettre au point un anticancéreux, le Taxol. D’un seul coup les chercheurs français qui travaillent sur le thuya se disent « if, thuya, c’est proche, essayons ». Au même moment, la DDE de l’Essonne demande que les arbres du campus du CNRS de Gif-sur-Yvette, des ifs, soient abattus afin de modifier le  tracé de route. Et là, Potier, Gueritte, Guenard, les chercheurs de l’ICSN se disent « on ne va pas jeter ces matériaux », ils prélèvent sans autre forme d’autorisation, ce qui aujourd’hui serait impensable, les feuilles, fruits, écorces etc., les passent dans la moulinette de leur science fondamentale et au bout de quelques mois, ils découvrent le Taxotère qui est une molécule deux fois plus efficace que le Taxol pour soigner certains cancers du sein, de l’ovaire, de la prostate, etc.

Là, que font les chercheurs ? En fait, malgré le succès la Navelbine, on était toujours dans un type de coopération avec les industriels du genre “je t’aime moi non plus”, l’idée étant de faire jouer les complémentarités des systèmes et d’avoir des outils, des matières premières, des structures de développement à disposition pour le CNRS, et d’avoir par  “ces petits contrats” un accès à certains résultats de la recherche fondamentale pour l’entreprise. Ils informent Rhône-Poulenc Rorer avec qui ils avaient un contrat pour l’étude du thuya qui se dit, cette fois-ci il faut saisir ce qui peut devenir une opportunité (ils avaient refusé la Navelbine) ; il y a de l’argent à faire donc ils essaient de mettre en forme un contrat de coopération. Il faut toute l’expérience du collectif de chercheurs du CNRS pour composer avec l’entreprise. Grâce à Potier, ils ont établi des contrats segment par segment afin de garder une possibilité de breveter des résultats complémentaires. Quand je me suis aperçue de tout cela, j’étais dubitative. Je me suis dit que c’était un drôle de processus d’innovation. Et bien non, au contraire, grâce aux interviews j’ai pu voir émerger ce collectif de l’invention qui mène à l’innovation. Il se trouve qu’une documentaliste de l’ICSN était la compagne du patron de Rhône-Poulenc cancérologie, spécialiste de substances naturelles. Une fois encore, sans la moindre autorisation, les chercheurs de l’ICSN, via cette documentaliste, ont envoyé des petites fioles de substances chez RPR, les chercheurs ont fait des essais, etc. Cette affaire a duré un moment et quand ce collectif de chimistes, académiques et industriels, autour des substances naturelles a été sûr de son fait, on a fait remonter l’information d’un côté chez RPR et de l’autre au CNRS et là, méticuleusement suivi par le chercheur du CNRS Potier, il y a eu un contrat qui a été formalisé après coup, reconnaissant les apports des uns et des autres entérinant des pratiques  de recherche qui avait eu cours pendant une certaine période, faisant valoir et protégeant les droits des chercheurs académiques.

Lorsque les chercheurs de RPR font part de leurs difficultés pour passer à la phase de développement, Potier, alors patron du Programme interdisciplinaire du médicament (Pirmed), contacte des collègues de l’université de Grenoble. Le Taxotère, comme tous les anticancéreux est un médicament extrêmement toxique et très difficile à produire. Les essais cliniques doivent déterminer le ratio acceptable entre l’efficacité de la molécule pour combattre un cancer et les effets secondaires qu’elle induit. Que font les chercheurs du CNRS lorsque les molécules arrivent en phase d’essais cliniques ? Comme cela s’est fait pour la Navelbine, les chercheurs du CNRS avaient collaboré avec des chercheurs de l’hôpital Paul Brousse à Villejuif, ils appellent des collègues de l’hôpital de Saint-Louis à Paris. Donc le collectif initial, qui n’était composé que de chimistes des substances naturelles, s’élargit avec des physico-chimiques et des médecins, toujours sans aucune forme d’organisation préalable, la contractualisation n’intervenant que pour répondre à un besoin et protéger les apports de chacuns. On voit ces collectifs animés par un « noyau dur » trouver des molécules pour tenter d’endiguer certains cancers. A titre indicatif, ce sont aussi les premiers médicaments français à avoir reçu un agrément aux États-Unis, au Canada et au Japon dans cette catégorie de produits.

Ce qui est intéressant dans ces deux récits, c’est que d’un côté on a affaire à un collectif autour d’un métal avec une absence de science au début et de l’autre côté on a un autre collectif autour d’une discipline scientifique. La limite au mode de fonctionnement de ces deux collectifs, qui sont des études de cas, par rapport à ce que Gabriel évoquait à l’instant, c’est qu’aujourd’hui la volonté de contrôle, selon la définition liminaire de l’innovation qui sous-tend la standardisation et le pilotage par le haut, altère, de mon point de vue d’historienne qui replace ces processus dans un temps long, l’autonomie, l’indépendance et la créativité des chercheurs. Les agences de moyens, les entreprises, du médicament par exemple, avec le criblage sélectionnant les molécules potentiellement actives, altèrent cette autonomie, cette indépendance. Pour information, si aujourd’hui on appliquait à la Navelbine et au Taxotère le criblage pratiqué en pharmaco-chimie et les critères de gestion des agences de moyens, je parie qu’ils n’auraient jamais été brevetés et ne seraient jamais devenus des médicaments vendus partout dans le monde.

La difficulté pour l’historien, est de pouvoir écrire cette histoire car vous aurez compris que lorsque l’on étudie des collectifs, on doit avoir recours à différents types de sources et autant il a été facile d’identifier le collectif des entreprises de l’aluminium parce qu’il y avait des archives industrielles répertoriées en un point, autant il m’a été très difficile de faire émerger le collectif autour des substances naturelles parce que les archives contemporaines de ces collectifs sont partagées n’ont pas de statut très clair et sont donc très mal protégées. En outre, puisque ces brevets ont rapportés des milliards d’euros (le Taxotère),  elles sont évidemment sensibles et d’un accès difficiles. Je vous remercie.

Liliane HILAIRE-PÉREZ. Merci beaucoup, Muriel. Je crois qu’avec cette articulation entre recherche privée et recherche publique, on est tout à fait dans la ligne de ce que va présenter et développer Alain-Marc Rieu sur les politiques de recherche collaborative.

Alain-Marc Rieu

Alain-Marc Rieu: Où en est l’innovation ? Le cas du Japon [texte de l’intervention réécrit et transmis par l’auteur]

L’objectif de ce texte est d’analyser la construction de politiques de recherche et d’innovation de plus en plus inclusives. Ces politiques associent ou concernent tous les secteurs de la vie économique et sociale, depuis les modes de production jusqu’aux modes de reproduction. Elles sont des modes de régulation sociale et économique construits par des technostructures. Elles ont un impact géopolitique majeur puisqu’elles conditionnent la compétitivité de long-terme des états et des régions disposant des compétences, institutions et ressources, nécessaires à leur conception et mise en œuvre. Conçu d’abord au Japon dans les années 1990 (et non aux États-Unis après 1945), ce modèle est désormais reproduit dans tous les pays industrialisés, comme la seule issue à la transition ouverte par la crise de 2008. Le cas du Japon permet actuellement de saisir les présupposés et les impasses de ces programmes, mais aussi les issues actuellement explorées.

Ce texte présente des thèmes développés dans un livre à paraître Managing knowledge, government society. Learning from the case of Japan.

Le Japon fut le premier pays industrialisé à entrer au début des années 1990 dans ce type de crise qualifiée de « récession de long terme » ou « stagnation séculaire », à savoir un processus où se déconstruit progressivement le système social et économique en place. Deux critères principaux permettent d’identifier un tel processus. Le premier est que les savoirs économiques disponibles, les politiques et réformes qu’ils induisent, ne produisent pas les effets escomptés et se trouvent invalidés. Le second est que les mutations technologiques en cours, aujourd’hui le numérique, n’engendrent pas une transformation du système économique et social capable de l’extraire du processus récessif et de restaurer un type de croissance. Cette conjoncture et ce diagnostic ont une forte valeur heuristique puisque les présupposés des disciplines concernées sont mis en cause. La pierre de touche de cet enjeu est la conception, l’organisation et la fonction de la science et de la technologie dans l’évolution des sociétés industrielles. Au-delà des sciences économiques, ces problèmes engagent le complexe des sciences humaines et sociales dans lequel les sciences économiques sont situées et le rôle de ce complexe dans l’évolution même des sociétés.

Des spécialistes japonais de ces disciplines ont admis vers 1996-7 que le processus dans lequel le système économique et social était engagé n’était pas une crise qui aurait un terme où serait restauré à un moment donné une variante du système initial, mais une transition vers un autre type d’agencement économique et social. Il était admis que la recherche était le vecteur de cette transition, selon une conception qui reste à construire et diffuser. En ce début 2018, la bourse, les emplois nouveaux et les profits des entreprises sont en hausse ; mais le gouvernement néoconservateur en place ne parvient pas à extraire le pays de la déflation. La transition ne génère pas encore les linéaments d’un autre agencement pouvant devenir un enjeu politique. Le Japon ne sait pas où il va. Cette conjoncture n’est pas seulement politique, sociale et économique. Elle est aussi épistémique : elle ouvre une reconfiguration des sciences humaines et sociales et intensifie leur responsabilité. Si un nouvel agencement est effectivement conditionné par la déconstruction de l’ancien, il n’émergera pas tout seul. Il sera bien le produit de la recherche, le résultat d’expérimentations et rectifications successives, d’un processus démocratique (y compris participatif) dont les modalités sont en réalité encore à inventer. C’est le rôle multiple que joue l’idée d’innovation dans ce contexte.

Convenons qu’en Europe de l’ouest et en Amérique du nord, la conscience collective qu’une transition semblable est engagée date de la crise systémique des années 2007-8. Le Japon est donc en avance dans la transition : puisqu’il en explore et subit les méandres, il est un terrain d’étude indispensable. Cette situation a renforcé les inégalités de revenus et les clivages sociaux. Suite à la politique monétaire du gouvernement, Tokyo et Osaka sont couvertes de grues modernisant les infrastructures, construisant de nouveaux centres commerciaux, sièges de banques, d’administration et de grandes entreprises. En réalité, l’incertitude est partout. La grande majorité de la population a perdu confiance et espoir. Les gens ont dû s’adapter à la précarité de l’emploi, à la baisse du niveau de vie, à la réduction des espérances de changement, de progrès. Le Japon est à la dérive, scindé entre un système politique incapable de gérer la situation, des grandes entreprises globalisées dissociées de l’évolution du pays, et une population angoissée, prisonnière du quotidien et des incertitudes. La catastrophe de Fukushima, la prise de conscience de ses causes politiques et économiques, son traitement, ont définitivement ancré cette césure. La réponse politique de cette population sans espoir consiste à voter pour le parti dominant sans adhérer à sa politique. Cette incertitude, l’angoisse sourde qui en résulte, la perte de légitimité des institutions politiques sont typiques de la transition que traversent les sociétés industrielles avancées, qui aspire les nouveaux pays industrialisés en situation de rattrapage, aux économies en cours de mondialisation, aux populations soumises aux adaptations exigées par les critères de compétitivité. L’obsession de la Chine est de ne pas tomber à terme dans une crise semblable à celle du Japon.

Au Japon, explorer de nouvelles réponses est urgent. Observer le Japon conduit à comprendre qu’après 25 ans de crise systémique, il est probable qu’un nouveau type de système économique et social est non seulement en gestation mais déjà en place. Cette émergence est refoulée par le processus politique et ce refoulement explique l’impuissance des partis à proposer des politiques acceptées et relayées par la population. Cette émergence semble occultée par les présupposés des sciences sociales alors que s’accumulent dans diverses études, expositions, films, rencontres et revues, les signes qu’un autre agencement social se substitue à l’ancien. Des expériences sont menées autour de la notion de design. Des centres de recherche universitaires directement confrontés à ces situations étudient les présupposés de l’intelligence de la crise systémique, des diagnostics posés et surtout des stratégies de sortie d’une crise. Le monde industriel a certes ses propres intérêts, mais il montre qu’il est conscient des évolutions sociales du pays. La réponse se résume depuis longtemps à un mot valise : innovation. Elle est réinventée ou reproduite par tous les pays industrialisés ou en cours d’industrialisation depuis le début des années 2000, confirmée et renforcée depuis 2007-2008. Qu’apprendre du cas japonais ? A transformer la conception de la recherche et de l’innovation.

Il faut d’abord admettre que le déclencheur (pas la cause) de la crise systémique fut, pour tous les pays industrialisés, la crise de l’énergie des années 1970. La différence des trajectoires des pays industrialisés provient des diagnostics opérés à l’époque par les technostructures au pouvoir. Aujourd’hui, la crise de l’énergie des années 1970 se révèle n’être qu’une étape d’une pression croissante et irréversible des contraintes biophysiques sur les systèmes économiques et sociaux. Ces effets sont formulés sous deux thèmes complémentaires : le réchauffement climatique et la transition énergétique. Mais, dans la matrice épistémique en place, ces problèmes sont traités dans la catégorie de l’innovation, à la fois comme une réponse technologique et industrielle, mais aussi comme une réponse politique engageant toutes les composantes d’une société. L’innovation institutionnelle est autrement plus difficile à penser et mettre en œuvre que l’innovation technologique. Cette évolution outrepasse les limites des sciences économiques et intensifie l’exigence d’une reconfiguration des sciences humaines et sociales. Clairement, face à la complexification des paramètres conditionnant leur évolution, les sociétés industrielles ne peuvent se gérer et se réguler qu’en fonction des connaissances qu’elles sont capables de produire et partager sur elles-mêmes et sur le système-monde dans lequel elles sont engagées. L’étude du Japon permet de clarifier cette conjoncture et la transition qui s’y opère.

La technostructure japonaise avait une vision spécifique de la crise de l’énergie des années 1970. Les contraintes écologiques étaient en effet un enjeu politique et économique essentiel depuis la fin des années 1950 : la reconstruction industrielle d’après-guerre détruisait les environnements où elle se concentrait et les populations qui y vivaient et en vivaient. La crise de l’énergie de 1973 confirmait ce diagnostic. C’est pourquoi la rapidité et l’intensité de la réponse surprirent les autres pays industriels, d’abord les États-Unis. La réponse paraît aujourd’hui banale : développer une économie de la « haute valeur ajoutée ». Le procédé consiste à neutraliser la hausse de l’énergie et des matières premières par l’innovation, par la conception et la commercialisation de biens et de services incorporant des avancées technologiques successives. Le problème, encore invisible qui explosera à Fukushima en 2011, est que le nucléaire était considéré comme la « haute valeur ajoutée » énergétique.

Tel est le paradigme de l’innovation, auquel se convertirent les uns après les autres tous les pays industriels et ceux qui entendent en faire partie. Il consista pour les grandes entreprises japonaises organisées en réseau à exprimer la dernière vague technologique, l’informatique (computer science), dans tous les secteurs industriels, à commencer par la robotique dans l’automobile, ensuite les ordinateurs et les biens de grande consommation. Le point aveugle à l’époque est que cette mutation portait sur le hardware, sur le matériel, par sur l’intelligence incorporée dans ce matériel. En quelques années, les entreprises japonaises avaient digéré une technologie importée des États-Unis et venaient concurrencer sur leur marché intérieur les entreprises nationales de tous les pays industriels. Les États-Unis se sont estimés spoliés d’une technologie qu’ils avaient massivement développée. Leur réaction consista à détruire la compétitivité de l’industrie japonaise en décidant en 1985 lors d’une réunion du G5 à l’Hôtel Plazza à New York de provoquer une hausse massive du Yen (endaka). Le Yen s’apprécia de 60% durant les deux premières années. C’est l’endaka qui déconstruisit l’économie japonaise, pas la crise de l’énergie. Les conséquences de cette décision transformèrent non seulement le Japon mais toute l’Asie de l’est, la Chine en particulier au moment où elle développait une économie de marché en s’ouvrant aux investissements étrangers. Les industriels japonais compensèrent la hausse du Yen en délocalisant la production sur les côtes chinoises et en Asie de l’est. Le paradigme de l’innovation enveloppe aussi tous ces paramètres.

La crise du système économique et social japonais éclata en 1991. Commence alors une deuxième phase du paradigme de l’innovation. La technostructure japonaise associe les ministères engagés dans la production des connaissances, les grandes entreprises et leurs organisations patronales, les grandes universités nationales. Quand elle s’accorde sur un but, il tend à se réaliser. Du point de vue de la technostructure, le paradigme de l’innovation n’est pas contredit par la crise dans laquelle se trouve désormais le pays. Au contraire, il a bien fonctionné, mais reste partiel. Commence alors une période d’intenses débats, réformes et expérimentations, mais toujours à l’intérieur du même cadre théorique et institutionnel. C’est la situation dans laquelle se trouve la grande majorité des pays depuis 2007-2008. Au Japon, la technostructure a compris la leçon infligée : une nation ne peut réellement établir une économie de la haute valeur ajoutée qu’en se donnant les moyens de générer elle-même une nouvelle vague technologique ou d’y contribuer pleinement pour se protéger des réactions prévisibles de ses partenaires, compétiteurs et clients à la fois.

Dans le cas du Japon des années 1990, l’enjeu est épistémologique. Il concerne la conception de la science, de la technologie et de leurs relations ; il s’agit de concevoir un type de recherche dite basic plutôt que fondamentale, à savoir générique : susceptible de générer des innovations en série dans les différents secteurs économiques couvrant la population, le territoire et son écologie. C’est une épistémologie différente : la science et la technologie sont immergées dans un environnement biophysique, économique et social donné. La notion de recherche générique et son institutionnalisation constituent un concept et un agencement d’une grande complexité. D’où la volonté en 2004-20015 de former une école japonaise de « gestion de la technologie » (Management Of Technology). Cette épistémologie n’est encore qu’une version restreinte d’une évolution qui profile un nouveau type de société, de socio-économie, qui reste encore aujourd’hui difficile à conceptualiser. C’est une transition majeure : on passe de l’opposition historique entre science et technologie au projet d’un continuum entre deux champs et deux types d’investigation exprimé par le concept « recherche et innovation » et les réformes institutionnelles qu’il engage. Un tabou épistémologique est franchi. La technostructure, y compris les milieux scientifiques, s’engage alors dans une voie où les problèmes posés dépassent ses intérêts. Mais les dénier, c’est entraver, et même bloquer, l’évolution engagée.

Les réformes furent engagées, chacune en appelant une autre, sans réellement prévoir où ce processus conduisait. Le Japon n’est pas une norme ou un modèle, juste un cas permettant d’évaluer le degré et le type d’évolution des sociétés industrielles, y compris la France engagée dans cette spirale, y résistant en même temps. Dès 1992, des restructurations successives des nombreux programmes de recherche développés depuis les années 1970 conduisirent à promulguer en 1995 une Loi-cadre (Basic Law) pour la science et la technologie. Une politique de recherche de grande échelle (large-scale) fut ainsi instaurée au centre du dispositif institutionnel japonais, directement rattaché au cabinet du Premier ministre. C’est un saut dont l’enjeu reste mal explicité : l’infrastructure de la nation ne devenait pas technoscientifique mais une politique de recherche et d’innovation. Cette loi-cadre avait pour objectif de concevoir et mettre en œuvre une série de plans de recherche, de cinq ans chacun, dans le but d’édifier un « système national de recherche et d’innovation » cohérent, capable de générer des connaissances permettant progressivement de sortir l’économie japonaise de la crise, de créer de nouvelles industries et de renforcer les industries existantes, afin d’assurer l’emploi, le niveau de vie et de consommation de la population, d’augmenter les recettes fiscales pour financer l’état et les politiques sociales, y compris les politiques de recherche. Le but de cette stratégie était de transformer les collaborations entre les universités et les grands groupes industriels, d’instaurer de nouvelles complémentarités en augmentant les investissements publics dans la recherche ouvrant de nouveaux domaines d’innovation et développement dans les industries touchées par la crise. Pour la technostructure au pouvoir, l’enjeu était de réinventer une « spirale positive » pour assurer la souveraineté de long terme de la nation et intensifier les collaborations internationales. Les budgets de la recherche furent adaptés aux ambitions et assurés malgré les déficits publics jusqu’à la crise de 2008.

Les deux premiers plans mettaient en place les bases de cette stratégie. Le premier (1996-2000) avait pour but de moderniser les structures de recherche et d’en créer de nouvelles, y compris des postes pour accélérer les carrières des chercheurs et faciliter leur circulation entre les laboratoires industriels et universitaires. Surtout, la mise en œuvre de cette stratégie exigeait d’y adapter la structure institutionnelle de l’état. Quatre réformes furent engagées : en 2001, une réforme des ministères chargés de la recherche et de l’innovation autour d’une division entre un grand ministère (le MEXT) couvrant la recherche, l’éducation, la culture et même le sport, et un ministère (le METI) en charge de la recherche et de la stratégie industrielles, disposant chacun d’un puissant think tank. La deuxième réforme concerne les universités selon un modèle proche de celui mis en œuvre en France : les universités nationales devinrent en 2004 des entités financièrement indépendantes. En échange d’une autonomie de gestion, elles négocient un contrat avec le MEXT qui leur accorde sur cette base un budget et les évaluent selon leur capacité (réelle) à réaliser leur engagement. La troisième réforme, en 2002, concerne la propriété industrielle : il s’agit d’établir le cadre juridique d’une économie reposant sur la valeur ajoutée (concrètement lutter contre le piratage chinois). La quatrième réforme, la plus intéressante, date elle aussi de 2001 ; elle modifie le cabinet même du Premier ministre (Cabinet office) en y créant un Conseil pour la politique scientifique, technologique et l’innovation (CSTI) sous l’autorité du Premier ministre.

Enchâssé dans ces réformes, le deuxième plan (2001-2005) était focalisé sur l’institution centrale de cette transition économique et sociale : les universités. Leur accorder une autonomie administrative et financière avait en réalité un seul but : les rendre créatives. Cette autonomie relative restait une stratégie (largement implicite) de la technostructure pour contrôler l’évolution et l’orientation de la nation. L’élément saillant me semble être un programme dit « d’excellence » pour inciter les universités majeures à monter le niveau de leurs recherches aux « frontières du savoir » et surtout pour qu’elles s’orientent vers des thèmes nouveaux et transdisciplinaires (génériques) en construisant des partenariats industriels et des collaborations internationales fortes. Ce fut une période réellement créative : une dynamique nouvelle était née dans les universités d’état, même si les effets d’aubaine, prévisibles, furent nombreux. Par comparaison, malgré les « investissements d’avenir », en France la réforme traine : la « montée aux frontières » et la volonté de faire émerger des thématiques nouvelles ne sont pas des priorités. Il manque une épistémologie adaptée à cette conjoncture.

Le troisième plan couvrait la période 2006-2010. L’organe d’évaluation et de prospective du MEXT, le National Institute for Science and Technology Policy (NISTEP), fut très créatif. La valeur heuristique de ce plan reste aujourd’hui tout aussi forte. En 2005-2006, la conjoncture économique était favorable : l’économie japonaise retrouvait sa compétitivité et une croissance positive grâce à de nouveaux produits de forte valeur ajoutée à l’exportation, dont les écrans plats et leurs composants furent les plus visibles. Le temps était venu de réaliser les objectifs du plan : produire des connaissances nouvelles. Ce 3° plan avait été préparé par de nombreuses enquêtes conformes aux méthodes de l’OCDE, des consultations et débats. Il répondait à une urgence : des spécialistes japonais avaient observé que tous les pays industrialisés se convertissaient à la conception de politiques de recherche inclusives et de grande échelle. Pour maintenir son avance, le Japon devait échapper à cette course mimétique qui accentuerait la compétition par les coûts de production, rognerait les bénéfices des entreprises, accentuerait la standardisation des produits et réduirait le potentiel d’innovation des firmes. L’industrie et la recherche japonaises devaient s’extraire de la spirale mimétique dans laquelle les pays industriels étaient engagés et le restent aujourd’hui.

L’enjeu était de changer la conception de l’innovation et la stratégie de compétitivité. Les industriels japonais avaient appris leur leçon : la haute valeur technologique avait conduit à concevoir des produits trop coûteux, dépassant les attentes et les usages des consommateurs, finalement sans clientèle réelle. Une solution était bien connue : diverses théories proposaient de se placer du point de vue des consommateurs et des usagers. Les études de marché n’étaient pas simplement des techniques de vente étaient aussi des techniques de conception de produits et de services permettant d’explorer les potentiels d’une technologie en fonction des besoins et les désirs des divers groupes. L’exemple de référence était celui des usages au Japon des téléphones cellulaires qui déjouaient sans cesse les anticipations des fabricants. La société était plus créative que les créatifs.

A cela s’ajoutait une idée plus profonde : toute cette stratégie de la recherche et de l’innovation, ces réformes toujours plus profondes associaient finalement les universités, l’appareil d’état et les grandes entreprises, montraient leurs limites mais aussi leurs présupposés. La politique de recherche devenait de plus en plus inclusive, touchait tous les secteurs de la vie en société mais en même temps la société japonaise dans sa réalité, sa composition et son évolution, restait muette et passive, absente du processus dans lequel elle jouait en même temps un rôle croissant. Les chercheurs du NISTEP ont alors compris qu’un renversement devait être opéré. Ce point de vue est resté souvent implicite mais explicitement abordé dans les entretiens, jamais claironné mais présent dans les textes. D’autres pays, y compris l’Union européenne, se sont avancés dans cette direction. L’idée est de concevoir la recherche et l’innovation à partir de la société, en se situant comme sous l’économie, là où les une population s’approprie tacitement des savoirs et des objets en les adaptant à ses usages, ses besoins et ses désirs.

De telles évolutions, bien sûr, ne s’inventent pas d’elles-mêmes. Elles sont l’enjeu de recherches, de discussions, de débats, de rectifications et théorisations. Ce tournant social s’est opéré sans éclat parce qu’il était une solution pragmatique et ses conséquences de long terme étaient imprévisibles. L’objectif était de partir des réalités de la société japonaise, de sa démographie et de sa sociologie, des besoins de la population, des désirs et aspirations des divers groupes sociaux, de la variété des histoires et des territoires. En réalité, la conception et la pratique de la recherche et de l’innovation étaient modifiées. L’enjeu devenait de trouver dans cette diversité des tendances pouvant proposer aux chercheurs des domaines d’innovation où les avancées technologiques peuvent se finaliser et les tendances sociales peuvent s’exprimer. La diversité des cas était une interface où la recherche et la société s’imbriquaient, où l’innovation devenait aussi bien sociale que technologique. Cette approche intensifiait donc l’interdisciplinarité conçue comme l’axe majeur de l’innovation. Les sciences humaines et sociales étaient aspirées dans cette reconfiguration : elles devaient prendre leurs responsabilités. Ce nouveau rôle fut souvent rejeté : il l’est encore. Mais l’évolution est irréversible.

En fait, rien ne s’est produit comme prévu. Le troisième plan pour la science et la technologie ouvrait des voies qui ont déraillé, mais qui conduisent en même temps la transition à un autre agencement social. La crise de 2008 a balayé une économie japonaise encore fragile. Les exportations s’effondrèrent, ainsi que les profits des entreprises. Il fallut à nouveau transférer la production en Asie de l’est, dont la Chine pour réduire les coûts de production. Le plan et ses objectifs furent suspendus : les budgets prévus étaient remis en question par l’explosion des déficits commerciaux et financiers. Tacitement, une leçon s’est finalement imposée, sans que sa portée soit encore aujourd’hui ouvertement admise : l’économie japonaise depuis sa modernisation au XIX° siècle, sa reconstruction après 1945, avait toujours reposé sur les exportations. L’économie de la haute valeur ajoutée des années 1980 avait justifié et intensifié cette dépendance. Toutes les nations s’étaient industrialisées sur le même modèle. La crise de 2007-2008 prouvait que l’économie globalisée et ses marchés imbriqués ne pouvaient pas croître indéfiniment et absorber le flux croissant des exportations. Croire en une hausse indéfinie de la consommation mondiale était absurde. La crise de 2008 mettait donc en cause les présupposés historiques du système économique et social japonais. « On ne sait pas faire autrement » confiait en 2015 un responsable japonais de la recherche. Ces présupposés et cette limite sont ceux de tous les pays industriels, y compris des sciences économiques. Au fond, c’est ce qu’on nomme « récession de long terme » ou « stagnation séculaire ».

En réalité, le troisième plan pour la science et la technologique avait ouvert une autre voie, un autre rapport entre le monde économique, l’appareil d’état, les universités et la société des individus et des groupes. Au fil des crises successives, la transition irréversible ouverte depuis les années 1990 trouvait là une issue à explorer. En fait il n’y avait pas d’alternative, sinon à replonger dans le cercle innovation-exportation-compétitivité que la globalisation avait transformé en impasse destructrice, conduisant à un moment donné à une fermeture dans un nationalisme autoritaire, lui-même sans issue, dangereux. L’ouverture était certes difficile à négocier mais elle était pensable. Elle n’était pas une utopie mais l’effet d’une transition en cours. L’enjeu était d’instaurer une croissance endogène et ouverte en même temps. Une spirale positive était concevable mais très difficile à instaurer : il fallait d’abord préserver l’emploi, le niveau de vie et le pouvoir d’achat d’emplois, les politiques sociales, organiser une conversion de l’innovation et des investissements industriels, l’établissement dans les échanges de critères et de normes favorables à l’emploi, la santé et la protection de l’environnement. Il fallait donc augmenter les déficits et investir pour espérer atteindre un nouvel équilibre. De nouveaux échanges internationaux pouvaient être établis : ils seraient sélectifs puisqu’ils répondraient à des normes renforcées mais ils seraient en même temps incitatifs. Dans cette conversion, les universités joueraient un rôle décisif parce qu’elles devaient produire l’intelligence de la situation et les réponses politiques, sociales, économiques et technologiques à apporter. Cette solution n’était que virtuelle, comme un horizon planant au-dessus du Japon en crise. Cet espoir fut suffisamment consistant pour provoquer en 2009 une alternance politique et l’arrivée au pouvoir d’une majorité social-démocrate. Beaucoup d’idées (trop peut-être) furent avancées, débattues : elles restent dans les têtes. L’urgence de la crise imposait de reprendre en les adaptant les objectifs du troisième plan pour répondre à la situation économique et financière, sociale, géopolitique aussi, du Japon.

Le quatrième plan devait être présenté fin mars-début avril 2011. La catastrophe de Fukushima se produisit 11 mars 2011. Elle rebattait toutes les cartes. Le choc, la douleur, les coûts aussi, furent et sont encore immenses. Fukushima rappelait que le nucléaire avait été la technologie énergétique propre à une économie de la haute valeur ajoutée. Il n’était plus la technologie énergétique que pointe : ses infrastructures, ses conditions de sécurité et son impact sur l’économie et la société n’étaient pas financièrement et humainement soutenables. La conception, les besoins, l’organisation de la production d’énergie devaient être transformées. Un tsunami avait déclenché la catastrophe mais la cause de la catastrophe était les réseaux de pouvoir liant les industries énergétiques qui alimentaient les grandes firmes, qui finançaient les médias, les partis politiques et les experts aussi bien académiques que privés. Ces réseaux de pouvoir contrôlaient la nation, la population, le territoire et le système institutionnel. Débattre pour savoir si le nucléaire est dangereux ou pas n’est qu’une digression : par les investissements nécessaires et son impact sur la nation, l’industrie nucléaire est contraire à la démocratie. La conception et la production d’énergie doivent changer, d’abord se diversifier et se régionaliser pour répondre aux besoins d’un espace économique qui soit en même démocratiquement administrable.

La catastrophe de Fukushima a eu deux autres conséquences majeures. Même si l’on invoque toujours le tsunami, la compréhension des causes réelles de la catastrophe par la population a provoqué l’émergence d’une nouvelle société civile, une société des citoyens trahis par la technostructure et aux mains des réseaux de pouvoir incapables d’extraire le pays de la crise économique et sociale. Le pouvoir social-démocrate n’a pas pu résister à la catastrophe et le parti néoconservateur sous la direction de Shinzô Abe est revenu au pouvoir en décembre 2012. Son objectif était de sortir le Japon de la crise, de changer la constitution et de relancer les centrales nucléaires. En fait, Abe ne croit pas dans la politique scientifique : elle coûte cher et ne rapporte rien politiquement. La société civile japonaise a compris qu’elle est totalement déconnectée d’un pouvoir politique dont elle dépend en même temps. La deuxième conséquence est que le pays n’a plus les moyens financiers de faire à toutes ses responsabilités et à ses divers engagements. Il doit faire des choix, réviser ses priorités. Certes, le gouvernement Abe a validé en janvier 2016 un cinquième plan-cadre pour la science et la technologie. Mais dès les mois d’octobre et novembre de la même année, des membres exécutifs du Conseil pour la politique scientifique, technologique et l’innovation expliquaient que les budgets ne permettaient pas de financer les projets retenus. Ils expliquaient aux universités qu’il leur fallait adapter leurs projets et trouver localement les moyens de financer leurs recherches. Le gouvernement « ferait tout son possible pour les aider ».

Le Japon est-il dans l’impasse ? C’est une question épistémologique et politique à la fois. La réponse se trouve dans la trajectoire évolutive que j’ai tentée d’exposer. Je n’invente rien, j’analyse. Pour accorder un sens à cette réponse, il faut d’analyser les pays industrialisés du point de vue de la conception, l’organisation et le rôle des activités de connaissance qui conditionnent leur devenir. Cela comprend bien sûr au premier chef les découvertes scientifiques mais cela ne s’y réduit pas. Pour conclure, je résume la situation du Japon telle qu’elle émerge à l’occasion du troisième plan-cadre pour la science et la technologie, la crise systémique de 2007-2008 et la catastrophe de Fukushima. On découvre une matrice dans laquelle le système économique et social japonais évolue désormais. La transition a généré cette matrice qui reconfigure l’évolution, permet de concevoir un autre type de société, voire même une autre histoire. Certes, le cas du Japon permet d’analyser cette transition et de dégager cette matrice. Mais ni la transition, ni la matrice qui en émerge ne sont spécifiquement japonais : c’est une évolution ouverte à toutes les sociétés industrielles travaillées par une mutation de la conception, de l’organisation et de la fonction des activités de connaissance.

En l’état actuel et dans les limites de l’analyse menée, cette matrice me paraît avoir pour le moment les caractéristiques suivantes. Le premier point est l’émergence d’un nouveau type de société civile qui ne trouve pas dans les systèmes politiques en place les moyens de reconfigurer le système économique et social. Ce nouveau type de société civile requiert une nouvelle phase de démocratisation. Le problème est de déterminer l’échelle à laquelle ce nouveau type de démocratisation peut s’opérer pour traiter les problèmes justifiant cette avancée. Le second point est la reconstruction d’une politique énergétique visant à émanciper l’économie et la société du pouvoir des industries énergétiques nationales, qu’elles soient carbonées ou nucléaire, prétendant assurer la souveraineté énergétique de la nation. La seule issue est régionale dans un sens conditionné aussi bien par l’écologie que les activités humaines. Le troisième point est la sortie de la compétition mimétique qui sur le long terme déconstruit sur le long terme aussi bien les écologies que les sociétés. La difficulté est d’opérer le saut vers une croissance endogène qui repose sur des valeurs collectives aussi bien que sur une politique énergétique dépendant d’une écologie donnée. Cette croissance endogène est donc elle-même locale ou régionale. Comme le montre la situation actuelle du Japon, elle ne trouve pas dans la nation historique les moyens de la financer. Une administration centrale nationale n’est plus l’échelle nécessaire aux pratiques démocratiques permettant de gérer collectivement ce nouveau type d’économie et de société. Cette croissance endogène ne peut être close puisqu’elle repose sur des complémentarités, sur des échanges économiques, énergétiques et autres. De ce point de vue, une nation, à l’évidence, comprend différentes régions développant une croissance endogène et constituant un espace commun d’échange et de complémentarité. Le quatrième point concerne la politique de recherche et d’innovation. Elle a la propriété d’associer le pouvoir politique, la société civile, les entreprises et les universités à une échelle où leurs interactions sont à la fois créatives et efficaces. Une fois encore, dans une telle configuration, une telle politique de recherche est associée à une écologie, une économie et une société civile : elle suppose un ancrage régional, dont elle est en même le support de sa dynamique parce que cette politique de recherche, avec tout ce qu’elle agrège, développe des échanges et interactions avec d’autres régions, sociétés et écologies dans le monde.

Le Japon est-il dans une impasse ? Il est simplement en avance. La matrice que je viens d’exposer est simplement ce qu’on nomme communément un « écosystème d’innovation ». Les idées sont déjà là ; la matrice est en place ; la conversion est possible, amorcée même, peut-être, dans la région d’Osaka. La capitale en expansion indéfinie, Tokyo, pourrait-elle s’opposer ? L’appareil d’état osera-t-il entraver, bloquer ? Ce n’est pas certain mais probable. Il faut alors revenir à la géopolitique : pour une région, une nation, franchir aujourd’hui ce pas, à la fois épistémologique et institutionnel, c’est aussi être en avance sur ces compétiteurs.

DIALOGUE

Liliane HILAIRE-PÉREZ. Merci beaucoup. La fin de votre intervention nous permet de faire la boucle avec cette notion de territoire qui est une notion fondamentale pour l’histoire industrielle et l’histoire de l’innovation, cette logique de culture technique de territoire qu’on peut vraiment percevoir sur la longue durée parfois dans les mêmes régions d’ailleurs, à l’échelle de générations.

Maintenant il est temps de pouvoir échanger. Auriez-vous des questions aux intervenants ?

Mme X. Bonjour. J’ai bien compris la différence que vous faites entre une découverte et une innovation mais est-ce que vous employez les mots inventions et découvertes comme des synonymes ou est-ce qu’il y a des nuances ?

Muriel LE ROUX. Effectivement pour moi ce ne sont pas du tout des synonymes. Ils ont chacun un sens bien précis. Si je prends l’exemple des chimistes de substances naturelles, la découverte c’est le moment où la chercheuse Françoise Gueritte découvre la substance qui va devenir le Taxotère et là, c’est une erreur de manipulation qui fait qu’elle découvre cette substance qui est à base de produits naturels mais qui n’existe pas sans la manipulation de la chimiste. Après, avec l’invention, on change de dimension. Les chimistes académiques et industriels ont inventé collectivement ce qu’ils appelaient le RP 59, parce qu’à la molécule, à la découverte de ce produit qui pouvait avoir une activité, on a ajouté un certain nombre de choses. On a donc inventé, notamment après un travail de chimiste à la paillasse, ce qui est devenu cette chose qui a circulé. Après cette invention, il y a les recherches de développement et d’innovation. C’est le moment qui reboucle avec tout ce qui a été dit, c’est-à-dire que c’est à ce moment-là que le “côté industriel de la force” s’exprime et que toute l’organisation du système industriel et sa prégnance avec le monde économique, parce que là, on répond à la demande sociale des patients, des malades qui mettent une pression extrêmement forte sur les agences de santé ou sur les entreprises pour avoir des médicaments pour être sauvés. En fait on peut considérer que l’innovation, c’est le « go between », les allers et venues essentiellement entre les chercheurs (de moins en moins présents), les développeurs et les médecins. Les interactions monde académique, la recherche industrielle, le monde médical se déployant en fonction des impératifs du monde mercantile .

Gabriel GALVEZ-BEHAR. C’est une question délicate que vous posez parce que les questions de définition sont toujours extrêmement problématiques. Une des distinctions que le dictionnaire doit faire entre la découverte et l’invention, c’est qu’on découvre quelque chose qui existe et on invente quelque chose qui n’existe pas encore. Vous avez ce triptyque découverte, invention, innovation par exemple le fait de diffuser sur les marchés, de manière commerciale, une invention. Le problème c’est que quand on ouvre le capot, on voit très bien que ces distinctions linguistiques deviennent très vite problématiques.

Je vous donne un exemple sur la question de la découverte. La découverte dépend d’un récit, souvent a posteriori, qui fixe la découverte. Un exemple très précis, c’est la mise au point des procédés de production d’énergie nucléaire qui vont donner lieu au brevet Joliot-Halban-Kowarski en 1939. C’est une communication secrète faite à l’Académie des sciences donc là on se dit qu’on a une découverte précise sauf que quand 20 ans plus tard nos découvreurs ou inventeurs, pour négocier une récompense auprès des autorités américaines, se posent la question « est-ce qu’on doit utiliser cette communication secrète comme une preuve de notre découverte » et il y a un d’eux qui dit « non car cette communication contient des erreurs ». Du coup la nature même de la fixation du récit de la découverte devient extrêmement problématique. Il faut avoir ces notions en tête mais c’est vrai que quand on fait l’analyse historique, la mobilisation devient beaucoup plus difficile.

M. X. Bonjour. Je voudrais revenir à ce que vous avez dit concernant les politiques régionales. Vous entendez politiques régionales, c’est-à-dire locales ou régionales au niveau de l’Europe, l’Asie ?

Alain-Marc RIEU. Par rapport à la notion de territoire d’innovation, dans le contexte actuel on serait obligé de partir d’une espèce d’écologie économique et politique. En fait il faut que les bassins d’innovation soient susceptibles d’être définis par le niveau de production énergétique dont ils ont besoin pour développer une trajectoire endogène. En fait, la difficulté que l’on a, c’est que ces territoires d’innovation actuels, auxquels on est obligé de réfléchir face à la faillite des États-nations, en fait traversent les divisions administratives politiques traditionnelles. Par exemple pour la région du Kansaï, qui est la région la plus concernée parce que Tokyo est en train de devenir un monstre qui ne produit rien mais qui consomme la totalité du Japon donc les grandes métropoles japonaises, la plus grande d’entre elles étant Osaka, essaient de réagir à cela en essayant progressivement d’organiser les relations entre ce qu’on appelle la société civile dans un sens très vague à redéfinir, la société civile, les universités, le gouvernement qui posent de très gros problèmes au Japon et les grandes entreprises que vous connaissez bien, Panasonic, etc. En réalité l’idée est de pouvoir localement concevoir une politique de recherche où chaque partenaire s’engage sur des objectifs. Ça a été tenté en France, en particulier par la région Rhône-Alpes après 2004 mais ça a été torpillé par les universités qui ont agi de telle sorte qu’il était impensable pour elles que la région ait une politique régionale, sous la direction d’un type tout à fait remarquable qui s’appelait André Fougères et les universités ont dit « on ne peut pas utiliser de l’argent public pour avoir une politique de recherche régionale » qui a un processus de sélection des champs de recherche majeure alors que ces fonds publics sont faits pour alimenter, en priorité, les universités. La réponse de la région Rhône-Alpes a été de couper immédiatement la totalité des fonds, ce qui était bien logique.

C’est quelque chose qui est très difficile parce que la deuxième étape à laquelle nous sommes confrontés, obligés de réfléchir au Japon, comment reconstruire l’État national une fois que les politiques qui déterminent l’évolution sociale et économique de long terme deviennent régionales, à quoi sert le niveau national ? Ça pose des problèmes qui échappent au cadre des sciences politiques telles que nous les connaissons.

Mme X. Bonjour. J’aurais deux questions. La première, y a-t-il une corrélation entre la taille des organisations, la taille du collectif et le caractère disruptif d’une innovation ? La deuxième question, les notions de sérendipité et de cross-fertilisation permettent-elles de justifier le caractère collectif non structuré quasiment systématique des innovations ?

Cédric PERRIN. On va prendre l’exemple des tanneries. Dans les tanneries il y a eu une innovation disruptive majeure au tournant du XIXe et XXe siècle : on passe de la tannerie végétale à la tannerie minérale. Celle-là, elle est liée à de tout petits collectifs. Ce sont des districts industriels, on pourrait faire la liaison avec ce qui a été dit précédemment, on voit bien que la tannerie, ce sont de toutes petites entreprises, de tout petits territoires autour de petites villes et pourtant c’est une rupture majeure.

Gabriel GALVEZ-BEHAR. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, je pense que vous avez des ruptures majeures qui naissent dans des collectifs qui peuvent être extrêmement étroits. Après la question est de savoir où se situent les innovations et si les innovations concernent des réseaux technologiques. On peut penser par exemple au réseau électrique, de chemins de fer, etc., là, vous pouvez peut-être avoir éventuellement besoin de collectifs plus grands. Cela dit votre question et les interventions précédentes m’amènent à un autre point, c’est qu’il y a une question qui se pose quand même dans les collectifs, la question de la coordination interne et de la coordination externe. Comment est-ce qu’on coordonne les recherches, c’est aussi un problème auquel les collectifs sont confrontés.

Catherine VERNA. Simplement dire que la question du district et des niveaux d’échelle concernés concerne aussi le Moyen Âge mais pas du tout avec le même vocabulaire, les mêmes questionnements, ce ne sont pas les mêmes archives. Il y a une émergence incontestable de certaines innovations dans ce qu’on appelle des districts qu’on a définis très précisément en ce qui concerne l’histoire médiévale où là, ce sont des relais de bourgs en bourgs et il y a comme ça des ruptures techniques incontestables dans le domaine de la métallurgie par exemple. C’est vrai que ce phénomène de district est une échelle qu’on peut interroger assez longuement même si on la prend par le territoire, les régions, etc. C’est l’espace et sa dimension en quelque sorte.

Cédric PERRIN. C’est ça, ce qu’on appelle les écosystèmes d’innovation dont le concept est entièrement à construire et une approche historique serait absolument nécessaire.

Muriel LE ROUX. Je voudrais souscrire à cette notion de district et si on quitte la notion géographique pour l’appliquer à une discipline, ça fonctionne parce que le groupe des français qui arrivent à découvrir ces médicaments le font parce qu’ils sont intégrés dans un collectif qui est plus grand, celui de leur discipline mais qui est bien plus efficace, si on le compare au modèle américain avec qui ils sont en compétition, puisqu’ils ont appuyé leurs recherches sur les travaux menés par les agences américaines de recherche sur le médicament, sur le plan cancer lancé par Nixon en 1971. Donc oui, la notion de taille me semble fondamentale, ce qui corrèle mon propos à la remarque de Gabriel et pose la question de la coordination. Là ça a fonctionné car les chercheurs se présentaient comme des commandos, ils prenaient la métaphore guerrière par rapport aux chercheurs américains qui représentaient selon eux l’armée  du débarquement de Patton. C’est une métaphore qui n’est pas de moi et que l’on trouve dans les archives donc cette coordination était possible parce que la taille de la communauté était restreinte. La sérendipité, pour répondre à votre question, pour moi c’est quelque chose qui est inhérent à la quête. C’est-à-dire qu’il il y a du hasard partout, quels que soient les faits observés, quelle que soit la période, bien sûr qu’il y a du hasard. C’est la collectivité des gens qui ont ce hasard entre les mains et leur capacité à en faire quelque chose qui fait qu’on peut les étudier et après théoriser.

Gabriel GALVEZ-BEHAR. Sur la sérendipité je n’ai pas de réponse mais je pense qu’il y a une chose intéressante dans votre question, elle renvoie aux problèmes d’organisation du collectif aussi. Ce n’est pas seulement une question de coordination mais aussi une question d’organisation parce que dans ce que disait Muriel apparaît le fait que le processus inventif ou innovatif suppose une forme de débordement des cadres existants et donc à l’innovation technique correspond une forme d’innovation institutionnelle ou sociale donc le collectif doit aussi s’organiser pour permettre ça. Ceci peut d’ailleurs être en contradiction avec des formes de régulation que le collectif peut remettre en cause. Je n’en suis pas au stade d’émettre des règles générales mais la question est vraiment importante.

M. X. Bonjour. En France, qui décide dans l’innovation ? L’État, les industries, les chercheurs ou la population ? On a parlé du Japon et on a bien compris mais en France, comment ça se passe ?

Muriel LE ROUX. Ça dépend évidemment des périodes historiques auxquelles on s’intéresse. Pour me limiter à la période la plus contemporaine, ce qui était extrêmement frappant dans le cadre de la découverte des deux médicaments, c’est que moi, j’avais une image, pour avoir lu ce qui avait été produit sur l’histoire des sciences, l’histoire du CNRS qu’on décrivait comme une sorte d’académie soviétique où tout était rigide, très organisé, j’ai découvert que jusqu’à une date assez récente, jusqu’aux années 1990 c’était un espace de formidable liberté. Au grand dam de certains décideurs, les chercheurs étaient très autonomes, ils pouvaient agir véritablement s’ils en avaient envie. Aujourd’hui ce n’est plus du tout comme ça pour deux raisons. La France, depuis les accords de Bologne, a organisé de façon un peu systématique sa recherche. Les agences nationales, ce que j’appelle les agences de moyens pilotent et organisent la recherche, on a un ministère de la recherche, les agences de recherche, l’Europe qui est encore une autre strate avec le European Science Council et donc on a un pilotage par le haut qui distribue des fonds et qui encadre très fortement cette recherche. Dans le même temps, les états sont beaucoup moins sollicités et acteurs, c’est-à-dire qu’on est très loin de la politique des années 60, des grands programmes gaulliens. On a une déprise des politiques nationales au profit des politiques décidées par des collectifs scientifiques qui sont membres de ces agences à différents niveaux, régional, national, continental. Dans le même temps on observe quelque chose qui me surprend beaucoup, même si c’était prévisible, il s’agit une perte de puissance pour les entreprises, que j’ai étudiées, du collectif scientifique et technologique dans ces entreprises au détriment des financiers. C’est-à-dire qu’aujourd’hui il est beaucoup plus compliqué de faire passer une décision fondée sur un raisonnement ou des essais scientifiques et technologiques au sein des collectifs des multinationales que ça ne l’était pour les époques que je décris. Aujourd’hui on demande à un scientifique de faire la preuve du retour sur investissement du nouveau produit, donc qui prend la décision, ça dépend.

Gabriel GALVEZ-BEHAR. Je suis embêté par votre question parce que je ne suis pas sûr qu’on puisse décider de l’innovation et je pense que c’est précisément l’illusion sur laquelle vit un certain nombre de politiques. C’est-à-dire qu’ils croient qu’on peut décider de l’innovation. La question de la bureaucratie qui était évoquée dans le cadre japonais, elle existe aussi dans le cadre européen et elle n’est pas anodine. Ce n’est même pas qu’un effet pervers, c’est une partie de la logique des politiques de la recherche et de l’innovation qui mériterait d’être étudiée et je pense qu’il y a une espèce de contradiction entre des efforts récurrents de simplification des processus ou des institutions d’aide à l’innovation mais qui accentuent la complexité elle-même. Je pense que personne ne sait qui décide quoi.

Cédric PERRIN. Un complément rapide sur cette question. Je suis tout à fait d’accord avec l’idée que la question « qui décide » est un peu perverse et qu’il y a de nouveaux concepts qui permettent de dépasser ça, le concept d’innovation agile, innovation frugale qui met en valeur l’idée qu’au contraire on innove par des petites touches, on bricole, on bidouille des choses et progressivement ça prend corps et ça, personne ne l’a décidé.

Alain-Marc RIEU. C’est un problème très délicat. Dans le cas du Japon, l’infrastructure politique a été claire dans les années 90 puisque le pouvoir passait à la recherche, il était impensable que le pouvoir administratif renonce à ses prérogatives. Il y a donc une guerre permanente. La force de l’administration, c’est d’avoir introduit dans les universités, pour justifier les budgets de l’État, des critères de gestions qui sont absolument abominables à savoir qu’il y a dans un coin de l’université un certain nombre de financiers, de comptables qui passent leurs journées à vérifier la façon dont les comptes sont gérés, toujours au nom du respect des finances publiques. C’est simplement une affaire de pouvoir. C’est terrible en France, c’est très pervers parce qu’à un certain niveau les grands scientifiques deviennent des rouages de l’État donc en fait la bureaucratie d’État n’a pas véritablement à prendre directement sur la recherche puisqu’elle le fait par l’intermédiaire de scientifiques qui deviennent plus ou moins médiatiques et autres. C’est très simple, soyons très cyniques en disant qu’un chercheur qui devient un bureaucrate, est-ce qu’il n’y a pas en réalité la preuve qu’il renonce à son potentiel de recherche ? On voit cela tous les jours et c’est très pervers.

M. X. On sait très bien que l’argent, c’est le nerf de la guerre. Il faut savoir que quand on crée ça coûte. Concernant le coût, quelqu’un qui est tout seul ne peut pas créer, donc est-ce que les entreprises ne réduisent pas l’innovation en disant qu’on va innover vers tel aspect et pas un autre ? Ce n’est plus la collectivité qui décide mais plus un petit nombre de personnes qui vont décider et qui vont dire qu’on va aller sur ça et pas autre chose.

Alain-Marc RIEU. Très concrètement, les entreprises aujourd’hui, face à la concurrence mondiale, sont constamment à la recherche de nouveaux champs de développement. Elles savent très bien à quel point elles dépendent de la recherche académique, c’est ce que vous entendez dans tous les débats, ce qu’on appelle la validation académique dans les débats entre économistes, la validation économique. En fait il n’y a plus de mur entre les entreprises et les universités. Le problème étant, beaucoup plus que de créer des murs entre les deux, de faire respecter la spécificité du mode de développement, du mode de gestion d’une entreprise par rapport à une université. Si vous allez en Suisse par exemple, si vous allez à l’université de Bâle vous serez surpris parce que vous allez voir un panneau université de Bâle et après un panneau Novartis, etc. Les deux sont complètement entremêlées. Ce sont de nouveaux dispositifs à partir du moment où tout est négocié et où il y a aussi, dans cette négociation, des partenaires extérieurs, des partenaires qu’on appelle sociétés civiles mais dans le sens société civile qui n’a plus rien à voir avec les individus, les groupes et leurs intérêts mais qui sont plutôt de nouvelles formes d’organisation de la vie collective sur lesquelles travaillent énormément les Allemands par exemple.

Gabriel GALVEZ-BEHAR. C’est une question assez classique, le fait que les grandes entreprises peuvent avoir tendance à freiner l’innovation, fermer certaines directions parce qu’il faut qu’elles rentabilisent des investissements antérieurs, c’est vrai. Il y a quand même un autre élément qui vaut ce qu’il vaut autant que faire se peut, c’est la concurrence. Parfois une grande entreprise peut avoir peur que l’entreprise en face la double, elle est obligée d’en tenir compte pour autant que la concurrence existe.

Liliane HILAIRE-PÉREZ. On va conclure ainsi. Je crois qu’on a validé la nécessité d’une réflexion sur une très longue durée et que l’on a vu les effets entre toutes ces périodes. On a vu aussi les approches ouvertes, multiples de cette notion d’invention collective ; on a abordé, par exemple,les questions de politiques d’entreprises et de stratégies d’entreprises, celle de la recherche publique, des liens entre le monde académique et le monde de l’entreprise. On voit que la thématique est ouverte et c’est tout à fait intéressant d’avoir entendu vos questions qui nous ont amenés plus loin dans ces directions et qui sont aussi l’écho de ce que l’on vit tous actuellement avec des tensions sociales et économiques extrêmement fortes autour de l’innovation.

Merci beaucoup à tous.

 

 

 

 

 

 

 

Modérateurs

Cédric PERRIN

Professeur agrégé d’histoire. Lycée Grandmont (Tours)

Liliane HILAIRE-PÉREZ

Professeur d’histoire moderne à l’université Paris Diderot, directrice d’études EHESS

Intervenants

Catherine VERNA

Professeur d’histoire médiévale, université Paris VIII

Gabriel GALVEZ-BEHAR

Maître de conférences HDR en histoire contemporaine

université de Lille

Muriel LE ROUX

Historienne au CNRS à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine – ENS – Paris 1

Alain-Marc RIEU

Professeur émérite de l’université Lyon-Jean Moulin

***


Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.