Enquête sur l’enseignement de l’histoire des faits économiques dans les facultés d’économie-gestion (et AES)

L’enquête a été menée en septembre 2016. Elle a été faite par un appel sur la liste de l’Association d’Histoire Économiques (AFHE – histoire_eco@groupes.renater.fr) qui a été relayée par un message au doyens des facultés d’économie et de gestion (Christian Lagarde, que je remercie). Les résultats pour université ont été pondérés avec les inscriptions en AES en 2013, car il s’agit de la seule année pour laquelle la Base de données statistiques du système éducatif français donne les inscriptions dans les universités ventilées par établissement et groupe de filières.

J’ai bien sûr reçu des emails contradictoires. Dans ce cas, j’ai résolu les conflits au mieux (parfois en faisant des moyennes).

Lorsque je n’ai pas eu de nouvelles des universités, j’ai considéré qu’il n’y avait pas de cours d’histoire des faits économiques.

1er cycle

Sur 83 universités ayant des étudiants en Économie/AES (soit 120 500 étudiants en 2013) :
– 21 ont des cours d’HFE (en moyenne 2, dont 1,6 obligatoires)
– 54 000 étudiants sont dans des universités proposant des cours d’HFE.

Le nombre de cours pour l’ensemble de la population est 0,5 (pondéré par le nombre d’université) et 0,8 (pondéré par le nombre par étudiant)

Les universités n’ayant pas de cours d’histoire économique, par ordre décroissant de taille : Montpellier 1, Lyon 3, Angers, Grenoble 2, La Réunion, Nice, Chambéry, Littoral, Clermont-Ferrand, Poitiers…

Les universités ayant le plus de cours d’histoire économique : Strasbourg (4 cours, tous obligatoires), Dauphine (4 cours, 1 obligatoire), Lille 1 (3 cours, 3 obligatoires), Paris-8 et Paris-12 (3 cours, 2 obligatoires)

Les enseignants sont assez souvent des économistes. Mais sont aussi associés des gestionnaires (notamment à Dauphine et à Nantes), des historiens de la pensée économique, des historiens et des agrégés de SES.

2e cycle

Des cours ne m’ont été signalés qu’à :
Strasbourg, Paris 10, Paris 1, Paris 8, Lyon 2 SciencePo Paris, Dauphine, et l’ESPE de Créteil

10 000 étudiants (sur 76 000) sont donc dans des établissements qui offrent des cours en histoire des faits économiques en 2e cycle.

Classes Préparatoires aux Grandes Écoles

Les classes économiques et commerciales («prépas HEC») ont six heures par semaine de « Économie, Sociologie Histoire».

Le programme en option économique porte sur l’histoire économique et sociale du Monde depuis la Révolution industrielle. Il ne s’agit pas d’Histoire économique exclusivement mais d’une mise en perspective historique de la théorie et de la croissance économique.

Ces cours sont surtout enseignés par des agrégés de SES (qui dans leur formation par ailleurs ont de moins en moins la fibre historienne — voir le témoignage d’Igor Martinache lors de la table ronde des rendez-vous de l’histoire à Blois: https://afhe.hypotheses.org/9625).

L’histoire se révèle jusqu’ici discriminante pour intégrer les meilleures écoles (notamment HEC et ESCP). Cela a été du jusqu’en 2015 au fait que le président de jury HEC Voie E était Bertrand Blancheton très versé en Histoire économique, et le jury peuplé à 50% environ d’historiens.
En 2015, Bertrand Blancheton a été remplacé par le doyen de l’inspection de SES, ce qui augure d’un tournant vers un plus grand rôle pour l’économie.

En voie S (scientifique) le programme contient moins d’histoire des faits économiques. HEC est la seule école à imposer un oral discriminant avec des sujets portant beaucoup sur l’histoire économique.

Il faut remarquer que ces enseignements ne sont pas repris durant le cursus des écoles de commerce elles-mêmes. C’est d’ailleurs aussi le cas pour l’économie. L’enseignement y porte, naturellement, essentiellement sur la gestion.

Histoire des faits économiques ou histoire de la pensée économique (HFE ou HPE) ?

Les collègues économistes font parfois la confusion entre histoire des faits économiques (HFE) et histoire de la pensée économique (HPE). Ainsi, Christian Lagarde président de la conférence des doyens des facultés d’économie & gestion, a très aimablement répondu à la requête de Nicolas Chaigneau (Lyon 2) d’envoyer cette enquête à tous les doyens des facultés d’économie et de gestion. Cependant, le titre de son mèl était « enquête HPE » et non pas « enquête HFE». Il ne s’agit bien sûr que d’un lapsus dont personne ne saurait lui tenir rigueur. Il est toutefois possible que ce lapsus soit révélateur.

Rapport avec les hétérodoxes

Les universités qui donne le plus de place à l’histoire des faits économiques ne sont pas toujours celles qui sont dominées par les « hétérodoxes» regroupés dans l’AFPE (Association Française d’Économie Politique).
Ainsi, à l’IEP de Lyon, le cours d’histoire économique obligatoire de second cycle en relations internationales a été « évincé » pour être remplacé par un cours sur le terrorisme.

De même, au risque de la caricature, Toulouse 1 est dominée par les orthodoxes alors que Toulouse 2 est dominée par les hétérodoxes. Pourtant, il y a un cours d’histoire des faits économiques obligatoire à Toulouse 1 (d’ailleurs délivré par un historien) et il n’y en a pas à Toulouse 2 (même si leurs autres cours comportent beaucoup d’histoire de la pensée, d’anthropologie économique et d’histoire des faits économiques).

C’est peut-être dû au fait que les économistes spécialisés en histoire des faits économiques (notamment les plus jeunes) ne sont pas plus hétérodoxes que les autres, par exemple à cause de l’influence de l’histoire des faits économiques quantitative anglo-saxonne.

par Guillaume Daudin, Président de l’AFHE

Remerciements

Merci à Alain Alcouffe, Antoine Parent, Arnaud Buchs, Bertrand Blancheton, Chistelle Rabier, Christian Lagarde, Christian Tutin, Christine Guineau, Claude Diebolt, Corinne, Autant Bernard, Daniel Letouzey, Daniel Mirza, Elise Huillery, Emmanuel Debruyne, Eric Girardin, Eve Lamendour, François-Xavier Roux-Demare, Hervé Joly, Jean-Pascal Bassino, Laure Quennouëlle Corre, Laurent Warlouzet, Loïc Charles, Maylis Avaro, Michel Stambouli, Morgane Chevé, Nathalie Rey, Nathalie Sigot, Nicolas Chaigneau, Nicolas Soskopf, Olivier Chaïbi, Olivier Chaïbi, Patrice Beaubeau, Paulette Robic, Pierre Martin, Sabine Chaupain Guillot, Sylvain Petit, Thierry Burger-Heimchen, Vincent Demont, Yannick Lemarchand

 


Une réflexion sur « Enquête sur l’enseignement de l’histoire des faits économiques dans les facultés d’économie-gestion (et AES) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *