Comment expliquer l’histoire économique au grand public ?

L’exemple d’un volume de la Documentation photographique  : L’économie du monde depuis 1945 (( n°8110, mars-avril 2016. Voir la présentation sur le site de la Documentation française ))

par Sabine Effosse1 et Laure Quennouëlle-Corre2

Brosser un panorama de l’économie mondiale de l’après-guerre à nos jours en quelques 65 pages, tel était l’enjeu de ce dossier paru en mars-avril 2016 à la Documentation française. En relevant ce défi, nous avons construit ce numéro en partant d’un redécoupage chronologique des soixante-dix ans qui nous séparent du dernier conflit mondial. De la reconstruction au triomphe du libéralisme, de l’essor des pays émergents à la financiarisation des économies, les étapes de l’économie du monde – de cette exceptionnelle période de croissance mais aussi des crises qui l’ont ponctuée – sont étudiées de manière synthétique puis approfondie grâce à des commentaires de documents (textes, photos, graphiques) organisés par thèmes : les secteurs, les moteurs de la croissance, les lieux de l’économie, les risques, les producteurs et consommateurs.

En acceptant de rédiger ce numéro de la Documentation photographique, à vocation pédagogique et grand public, nous avons souhaité répondre à de multiples objectifs :

  • Fournir pour l’enseignement secondaire et pour le public intéressé une synthèse sur l’histoire économique du monde qui manquait dans le paysage actuel de l’historiographie française. Si depuis Pierre Léon, Jean-Charles Asselain et Paul Bairoch ont revisité l’histoire économique mondiale du XXe siècle, la période la plus récente des années 2000 restait en friche ou bien étudiée dans son actualité, sans mise en perspective de moyenne durée.
  • Pour cette synthèse, le découpage chronologique revêtait une importance majeure. C’est sans doute là que réside notre principal apport : réinterroger la chronologie, faire un redécoupage spatio-temporel moins européo-centré qui fasse la part plus belle aux pays dits émergents d’Asie, d’Amérique et d’Europe voire d’Afrique. De la « parenthèse enchantée de l’Occident » au « décentrement du monde » jusqu’à la troisième révolution industrielle et à la crise de 2008, nous avons donc pris le parti – et le pari ! – de proposer une nouvelle périodisation qui prenne en compte le basculement vers un monde multipolaire et globalisé à partir de 1979, puis un monde numérique et financiarisé depuis les années 2000. Ce sont d’ailleurs ces trente dernières années que nous avons délibérément privilégiées.
  • Notre objectif a été également de donner à un public surinformé, et parfois désemparé, des clés pour comprendre les enjeux d’un monde de plus en plus complexe et multipolaire, en remettant en perspective des sujets d’actualité. Par exemple, les circulations migratoires à l’échelle du monde ou les ressorts multiples de la question écologique sont des thèmes très contemporains dont l’histoire récente permet de mieux appréhender les réalités ; de même un gros plan sur des innovations technologiques et financières peut contribuer à mieux cerner les rythmes de l’histoire du monde, ses accélérations, ses basculements, ses crises.
  • Enfin, être accessible, et donc soigner le style, tel était l’autre gageure du document : la clarté et la précision sans le jargon, c’est l’enjeu clé de ce type de publication. Cela impliquait aussi de redéfinir des mots valises comme « financiarisation », ou encore de remettre en question des clichés sur le « libéralisme » américain ou la « diabolisation » de la finance.

Au-delà du redécoupage chronologique, le plus délicat pour nous a été le choix des thèmes et des documents à commenter. Nos propres recherches, nos centres d’intérêt et nos lectures nous ont guidées pour sélectionner parmi la multitude de sujets, de pays, ceux qu’il nous paraissait important de mettre en avant. Mais surtout nous avions toutes deux acquis la conviction qu’il fallait ouvrir les lecteurs à la compréhension du monde hors de l’hexagone, en se nourrissant à la fois des expériences étrangères et de témoignages du passé.

La période la plus difficile à aborder a été celle de l’après 1970 : lectures de revues et d’ouvrages d’économie, de précis sur des sujets ponctuels, retour sur les statistiques d’Angus Maddison, … l’ensemble de la documentation ne manquait pas. Comment choisir ? Certes privilégier la Chine, incontournable sujet, mais mentionner aussi l’émergence de l’ancienne Europe de l’Est; faire une incise sur les clusters américains mais sans oublier les PME italiennes… L’idée était donc de sortir des sentiers battus sans omettre l’essentiel. Des échanges entre nous ainsi qu’avec les rédactrices de la Documentation française, se sont avérés indispensables pour sortir de nos propres idées reçues et de nos propres chevaux de bataille.

Éviter les chausse-trappes qui guettent l’histoire économique contemporaine  – présentisme, anachronisme et téléologie –  tel a été notre fil rouge. Le dialogue continu et l’écriture à quatre mains auront permis, nous l’espérons, de naviguer entre ces écueils.

_______________

Crédit image de une : « Economy » by Jason Kuffer (en cc sur Flickr)

________________

  1. Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, Directrice de l’IDHES-Nanterre CNRS []
  2. Directrice de recherche au CNRS []

Rédaction

Association française d’histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *