5e école d’été d’histoire économique 28-29-30 août 2015, Hyères

Il reste quelques places pour la 5e école d’été d’histoire économique :

LES ECONOMIES DE LA QUALITE

LES PERSONNES ET LES CHOSES SUR LES MARCHES MEDIEVAUX ET MODERNES

Organisateurs : Michela Barbot (CNRS Idhes), Patrice Baubeau (Paris Ouest La Défense,

Idhes), Marc Bompaire (EPHE. Saprat), Julie Claustre (Univ. Paris 1, Lamop), Anne

Conchon (Univ. Paris 1, Idhes), Laurent Feller (Univ. Paris 1, Lamop), Agnès Gramain (Univ.

Paris 1/CES), Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse 2, Framespa)

La cinquième école d’été organisée sous l’égide du Labex Hastec par différents laboratoires situés à Paris et en région aura pour thème « les économies de la qualité : les personnes et les choses sur les marchés médiévaux et modernes ».Le principe de l’école d’été est simple et a fonctionné jusqu’à présent de façon harmonieuse : les journées sont organisées en sessions de 1 h 30 au cours desquelles des membres « seniors » font un exposé de 30 minutes (deux par session) suivi d’une discussion de 30 minutes. Ces sessions sont au nombre de cinq. Trois sessions sont réservées aux exposés de doctorants dont le temps de parole est de 20 minutes, la discussion pouvant durer de une demi-heure à une heure en tant que de besoin. On retient la candidature de 15 doctorants et de 15 seniors dont la fonction est tout autant d’exposer que d’animer les débats. La thématique retenue se situe, dans la lignée des 4 autres écoles d’été, à l’intérieurdu programme collaboratif n°1 (Compétences et savoirs). La question de la qualité est en effet une question qui se situe à la croisée de l’histoire et de la sociologie économique, permettant d’aborder aussi bien l’étude de mécanismes productifs et marchands que celle de savoir-faire.

Pour saisir le rôle des qualités sur les marchés médiévaux et modernes, trois axes de réflexion pourront être proposés lors de l’école d’été :

  1. Produits, production, travail : comment fabrique-t-on des objets de qualité et comment aussi la certifie-ton ?
  1. Qualité des échanges de marchandise : monnaie, techniques du jugement, réseaux d’information en dehors de la certification. Comment s’accorde-t-on sur une qualité ? Quels sont les arguments du marchandage ? Quelle est la qualité de la monnaie ?
  1. Qualité des biens de consommation :biens alimentaires et biens de prestige, capacité des objets à classer les individus à l’intérieur de groupes et les groupes les uns par rapport aux autres.

Journée 1 : dimanche 28 août

Matin

8 h 15 : accueil des participants

8 h 30 : Session 1 – Les économies de la qualité : présentation de la question et

historiographie médiévale et moderne

Laurent Feller (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

Bert De Munck (Univ. Anvers)

9 h 30 : discussion

10 h 00 : pause café

10 h 30 : Session 2 – Les économies de la qualité pour les économistes et les

sociologues

Christian Bessy (CNRS, Idhes)

Lucien Karpik

11 h 30 : discussion

12 h 00 : repas

Après-midi

15 h 00 : Session 3 – Présentation des travaux des doctorants/post doctorants

coord. Patrice Baubeau (Paris Ouest La Défense, Idhes)

16 h 30 : discussion

17 h 00 : fin des travaux de la journée

Journée 2 : lundi 29 août

Matin

8 h 30 : Session 4 – la qualité du travail et des produits : certifications et garanties

Philippe Bernardi (CNRS, Lamop)

Thomas Le Roux (CNRS, Crh)

9 h 30 : discussion

10 h 00 : pause café

10 h 30 : Session 5 – La qualité des échanges : informations, jugements et position

des acteurs

Toni Furio (Univ. Valence)/Marc Bompaire (EPHE, Saprat)

Pierre Gervais (Univ. Sorbonne Nouvelle Paris 3)

11 h 30 : discussion

12 h 00 : repas

Après-midi

15 h 00 : Session 6 – Présentation des travaux des doctorants/post doctorants

coord. Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse 2, Framespa)

16 h 00 : discussion

16 h 30 : fin des travaux de la journée

Journée 3 : mardi 30 août

Matin

8 h 30 : Session 7 – Biens de consommation et classifications sociales

Gil Bartholeyns (Univ. Lille 3, Irhis)

Giovanni Levi (Univ. Venise)

9 h 30 : discussion

10 h 00 : pause café

10 h 30 : Session 8 – Présentation des travaux des doctorants/post doctorants

coord. Julie Claustre (Univ. Paris 1, Lamop)

11 h 15 : discussion

11 h 45 : Session 9 – Table ronde finale

Michela Barbot (CNRS, Idhes), Patrice Baubeau (Paris Ouest La Défense, Idhes),

Marc Bompaire (EPHE, Saprat), Julie Claustre (Univ. Paris 1, Lamop), Anne Conchon

(Univ. Paris 1, Idhes), Laurent Feller (Univ. Paris 1, Lamop), Agnès Gramain (Univ. Paris 1,

CES), Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse 2, Framespa)

12h30 : repas

14h30 : départ des participants

Séminaire pluridisciplinaire d’histoire économique : « Le juste prix », Lyon, 21 juin

La douzième séance du séminaire pluridisciplinaire d’histoire économique a pour thème « Le juste prix » (ce séminaire  reprend le même thème abordé en décembre 2015).

le mardi 21 juin 2016 – de 14h à 17h 
en salle Reinach – MSH MOM –  7 rue Raulin – Lyon 7e (pour les extérieurs, l’entrée se fait par le 86 rue Pasteur).

Les intervenants :

– Stavroula Kefallonitis, « L'(in)juste prix d’une sécession : Coriolan face à la plèbe (493-492 av. J.-C.) ».

– Alain Guéry, « Le ‘juste prix’, entre ‘prix naturel’ et ‘prix équitable’ (XVIe-XXIe siècle)

– Clément Lenoble, « Iustum pretium », valeur de la monnaie et inégalités sociales (XIIIe-XVe siècle) »
- Monica Martinat, « Le juste prix entre théories et pratiques économiques dans l’espace méditerranéen (XIIIe-XVIIIe siècles) »

Contact : Jérôme Maucourant – LABORATOIRE HISOMA Histoire et Sources des Mondes Antiques
+ 33 6 84 36 60 36
http://www.hisoma.mom.fr/annuaire/maucourant-jerome

Publication : Banque et société (XIXe-XXIe siècle)


 Roger Nougaret
Archives et Histoire
BNP Paribas
nous signale la parution de  :

banque-societe

Banque et Société
XIX-XXIe siècle

Identités croisées
Hommage à Pierre de Longuemar
Bruxelles, PIE Peter Lang , 2016, 320 p.
ISBN : 978-2-87574-345-9
http://www.peterlang.com/download/datasheet/92873/datasheet_574345.pdf

Après une carrière de banquier, Pierre de Longuemar a consacré vingt-cinq ans à l’histoire des banques et à la sauvegarde des archives bancaires, notamment au sein de la banque Paribas, puis du Groupe BNP Paribas. Cet ouvrage rassemble vingt contributions d’amis, de  banquiers et d’historiens qu’il a croisés dans cette seconde existence au service du Patrimoine et de l’Histoire.

Les sujets traités couvrent nombre des intérêts historiques de Pierre de Longuemar et entrent en résonance avec tel ou tel épisode de sa biographie ou de ses activités scientifiques. Trois parties ont été distinguées :
– l’analyse et la compréhension du système financier international contemporain par des acteurs et des observateurs de premier plan ;
–  des contributions d’histoire économique et bancaire ;
–  des articles d’histoire sociale ou d’entreprise.

Table des matières
Introduction
– Florence Descamps/Roger Nougaret/Laure Quennouëlle-Corre : Pierre de Longuemar, entre tradition, appel du grand large et transmission

Stage M2 Rail et histoire

Rails et histoire propose à un/e étudiant/e qui entre en M2 de rejoindre l’association pour un stage d’été, indemnisé selon la réglementation en vigueur.

Unknown

Le stage propose à des étudiant/e/s en route vers le M2 (professionnel ou recherche) une initiation à l‘ingénierie de recherche, avec orientation gestion documentaire/archives. En outre, il offre l’occasion d’une immersion dans la structure, avec observation active de l’ensemble des activités et tâches – gestion documentaire, catalogage, édition, etc.

Détails des missions proposées ici :

 

http://www.ahicf.com/stage-stage-de-transition-etudiant-e-m1-m2-sciences-humaines-et-sociales-ou-patrimoine-initiation-aux-competences-d-ingenierie-de-recherche-avec.html

 

Lettre de motivation avec mention du stage, CV et références à : contact@ahicf.com

 

Rails et histoire / French Railway Historical Society – 9, rue du Château-Landon, F-75010 PARIS – Tél. / Phone: +33(0)1 5820 51 01 – Fax: +33(0)1 5820 5189 – contact@ahicf.com – http://www.ahicf.com/ Rejoignez-nous : ZA102637861ZA102637858

AAC : usines en bord de Seine. les territoires de la seconde révolution industrielle

 Appel à communication

 

Usines en bord de Seine

Les territoires de la Seconde Révolution industrielle

du XXe au XXIe siècle

Colloque historique international

Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande & GrHis EA3831

Duclair (Seine-Maritime), les 16 et 17 novembre 2017

Comité de pilotage : François Bost, Olivier Feiertag, Patrick Fridenson,

Florence Hachez-Leroy, Isabelle Lespinet-Moret, Gaëlle Le Floc’h,

Marine Simon et Laurent Warlouzet

La basse vallée de la Seine, comme bien d’autres espaces similaires, en France ou dans le reste du monde, est marquée à partir de la Première Guerre mondiale par une vague d’industrialisation d’un nouveau type : le « tournant taylorien » (Patrick Fridenson), issu de la généralisation des méthodes de travail à la chaîne théorisées par l’ingénieur américain Frederick Taylor avant la guerre, bouleverse les systèmes productifs à plusieurs échelles, jetant les bases de la « Seconde Révolution industrielle ».

L’histoire de cette mutation, relativement moins connue que la Première Révolution industrielle du XIXe siècle, est au centre des questions que ce colloque vise à explorer : quel rôle joue le contexte exceptionnel de la Première Guerre mondiale dans la poussée industrielle qui marque en profondeur la période ? Dans quelle mesure la guerre renouvelle-t-elle « les logiques de l’entreprise » (Aimée Moutet), non seulement du point de vue de la rationalisation de son système technique, mais également de ses relations sociales de travail ou encore de ses rapports à l’État et au marché ? Comment, surtout, la Seconde Révolution industrielle, plus encore que la première, modifie l’organisation du territoire, c’est-à-dire de l’espace vécu, en faisant évoluer les jeux d’échelles du local au national et du national au global ? Le tournant « taylorien » ne cache-t-il pas un autre tournant, de plus grande portée encore, celui de la « mondialisation » des hommes, des capitaux et des informations ?

Autant de questions qui n’appartiennent pas qu’au passé mais conduisent jusqu’à nos jours. L’histoire de la Seconde Révolution industrielle, de son projet de société, de son modèle économique et des modalités de son rapport au territoire, éclaire bien entendu tout le reste du XXe siècle, de la crise de 1929 à la croissance des Trente Glorieuses. Mais elle donne aussi tout son sens à la désindustrialisation qui frappe de plein fouet depuis les années 1970 les territoires usiniers et les sociétés ouvrières locales qui en vivaient.

Les propositions de contribution s’efforceront de prendre en compte certains aspects de ce questionnement, sur la base de la bibliographie existante et de sources originales, en particulier d’archives primaires et/ou publiées. L’approche pourra aussi bien être historique que patrimoniale.

Continuer la lecture de AAC : usines en bord de Seine. les territoires de la seconde révolution industrielle

Appel à contributions revue Tracés : Revenir à la terre ?

La revue Tracés invite l’ensemble des sciences humaines et sociales à interroger la terre et ses usages sociaux, à l’occasion du numéro 33 à paraitre en 2017. De l’expansion coloniale aux néo-ruraux, en passant par le marché du carbone ou la lutte des paysans sans terre, les rapports collectifs à l’espace et à ses propriétés productives rassemblent une série de problèmes en apparence très différents.

logo-tracés2

Tous pourtant renvoient aux procédures juridiques, techniques, économiques, qui mobilisent la terre, et qui appellent une rationalité géographique et écologique transversale. Nous voudrions pour ce numéro réunir des études issues de l’histoire, de la sociologie, de la philosophie, de l’anthropologie, de l’ethnologie et bien sûr de la géographie afin d’éclairer les dynamiques actuelles et passées qui font du sol et de ses ressources un enjeu politique fondamental. Les formes de propriété, les pratiques d’entretien et d’exploitation, et plus généralement la politisation de la terre comme lieu de vie et de subsistance feront donc l’objet d’une attention particulière.

Attachment: AAC T33.pdf

Édition 2016 de l’état de l’enseignement supérieur et de la recherche

Édition 2016 de l’état de l’enseignement supérieur et de la recherche
<http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid103009/l-etat-de-l-enseignement-superieur-et-de-la-recherche-en-france-n-9-juin-2016.html>

L’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France constitue un état des lieux annuel et chiffré du système français, de ses évolutions, des moyens qu’il met en œuvre et de ses résultats, en le situant, chaque fois que les données le permettent, au niveau international. Chacune des 50 fiches présente au moyen de graphiques, de tableaux et de commentaires, les dernières données de synthèse disponibles sur chaque sujet.

Enseignement supérieur
01. la dépense d’éducation pour l’enseignement supérieur
02. la dépense pour l’enseignement supérieur dans les pays de l’OCDE
03. l’aide sociale aux étudiants
04. les personnels enseignants de l’enseignement supérieur public sous tutelle du MENESR
05. les personnels non-enseignants de l’enseignement supérieur public sous tutelle du MENESR
06. qualification et recrutement des enseignants-chercheurs
07. le baccalauréat et les bacheliers
08. voeux d’orientation et propositions exprimés sur le portail Admission post-Bac (APB)
09. les évolutions de l’enseignement supérieur depuis 50 ans : croissance et diversification
10. l’accès à l’enseignement supérieur
11. le profil des nouveaux bacheliers entrant dans les principales filières du supérieur
12. les étudiants en formation dans l’enseignement supérieur
13. l’apprentissage dans le supérieur
14. les étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur
15. la vie étudiante : intégration et sociabilité
16. la vie étudiante : situation économique et financière des étudiants
17. parcours et réussite en STS, IUT et CPGE
18. les parcours et la réussite en Licence, Licence professionnelle et Master à l’université
19. la formation continue dans l’enseignement supérieur
20. la validation des acquis de l’expérience dans l’enseignement supérieur
21. le niveau d’études de la population et des jeunes
22. le niveau d’études selon le mileu social
23. l’insertion professionnelle des diplômés d’université (Master, DUT, LP)
24. les cinq premières années de la vie active des jeunes sortans de l’enseignement supérieur en 2010
25. Les étudiants handicapés dans l’enseignement supérieur
26. la parité dans l’enseignement supérieur

Recherche
27. l’effort de recherche et développement en France
28. les dépenses intérieures de recherche et développement
29. la R&D dans les PME, les ETI et les grandes entreprises
30. les dépenses de recherche des organismes publics
31. le financement des activités de recherche et développement de la recherche publique
32. le crédit d’impôt recherche, dispositif de soutien à la R&D des entreprises
33. le financement de la R&T par les collectivités territoriales
34. les objectifs socio-économiques des crédits budgétaires consacrés à la recherche
35. le financement et l’exécution de la R&D en France
36. les moyens humains de la recherche et développement
37. la parité dans la recherche
38. les chercheurs en entreprises
39. le doctorat et les docteurs
40. les docteurs 2010 dans l’emploi 5 ans après l’obtention de leur diplôme
41. les jeunes entreprises innovantes
42. la R&D en biotechnologie dans les entreprises
43. la R&D en nouveaux matériaux et en nanotechnologies dans les entreprises
44. les activités de R&D dans le numérique
45. la recherche en environnement
46. la France dans l’espace européen de la recherche via sa participation à H2020
47. les publications scientifiques de la France
48. le positionnement de la France dans le monde par ses publications scientifiques
49. la production technologique de la France mesurée par les demandes de brevet à l’Office européen des brevets
50. la production technologique de la France mesurée par les brevets de l’Office américain des brevets

Annexes
A1. étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur
A2. R&D en France
A3. MIRES – Programmes LOLF pour la recherche
A4. table des objectifs socio-économiques
A5. les objectifs socio-économiques retenus pour l’évaluation de la dépense de R&D en environnement
A6. précisions méthodologiques – Enquête sur les moyens consacrés à la R&D
A7. la révision méthodologique de la mesure du PIB entraîne une baisse mécanique de l’effort de recherche
A8. niveaux de formation

1er juillet 2016 – Politiques universitaires et nouveau management public (Paris 7)

Chèr.e.s collègues
Vous trouverez ci-joint le programme de la journée scientifique de l’UFR Géographie Histoire Economie et Sociétés (GHES) de l’université Paris 7, qui aura lieu le 1er juillet 2016.
Vous êtes les bienvenu.e.s.
Bien cordialement,
la Direction de l’UFR, le Conseil scientifique de l’UFR, Sandrine Berroir, Irène Berthonnet.

Politiques universitaires
et nouveau management public

Journée scientifique de l’UFR GHES
Université Paris Diderot – Paris 7
5 rue Thomas Mann 75013 Paris
1er juillet 2016
Halle aux Farines, Salle des thèses

Accueil 9h00
Introduction
10h.-13h. – Analyses critiques
Annie Vinokur (Université Paris Ouest-Nanterre), modératrice

Jean Paul Deroin (président de la CP-CNU)
Les missions du CNU, le statut des enseignants-chercheurs et l’autonomie des établissements
Gabriel Galvez-Behar (Université de Lille – SHS)
La collégialité universitaire a-t-elle jamais existé ? Est-elle encore possible ?
Thomas Lamarche (Université Paris Diderot – Paris 7) :
Nouveau management public, mises en concurrence: souffrances néolibérales à l’Université

14h.30-17h.30 – Penser les alternatives au nouveau management public
Thomas Lamarche (Université Paris Diderot – Paris 7), modérateur

Christophe Charle (Université Paris I Panthéon Sorbonne -IHMC) (ARESER)
Francis Chateauraynaud (EHESS-GSPR) (Politiques des sciences)
Chloé Deligne (Université libre de Bruxelles) (Réseau Desexcellence)
Brigitte D’Hainaut (Université libre de Bruxelles) (Réseau Desexcellence)
Hervé Regnauld (Université Rennes II)

ARGUMENTAIRE

L’UFR Géographie Histoire Economie et Sociétés (GHES) de l’Université Paris Diderot – Paris 7 organise le 1er juillet 2016, une journée scientifique sur le thème « Politiques universitaires et nouveau management public ».
Dans le cadre de l’adoption par l’université Paris Diderot, en 2015, du Contrat d’objectifs et de moyens, l’UFR GHES a développé une analyse critique de ce mode de gestion hiérarchique et divisionnaire qui affaiblit les instances collectives et accorde une place croissante aux outils d’évaluation et aux procédés gestionnaires formalisés, sans accroître, bien au contraire, l’efficacité des missions de service public. La mise en œuvre de l’IDEX au sein de la COMUE SPC et l’instauration de nouvelles structures, tels que les pôles disciplinaires ont aussi nourri nos réflexions sur les processus organisationnels en cours.
Dans le but d’analyser les mutations actuelles, de prendre des décisions avisées et de formuler des propositions constructives, nous souhaiterions approfondir notre réflexion sur le sujet et offrir également une tribune aux recherches dans le domaine. En effet, l’évolution des modes de gestion dans le secteur public constitue une thématique de recherche comme l’attestent bien des travaux en France et à l’étranger, qu’il s’agisse d’interroger les dispositifs managériaux, leurs logiques, leurs discours justificatifs, leurs origines, leur production même, ou encore leur réception différenciée, entre appropriations, contournements, critiques et refus.
Cette journée d’étude privilégie deux thématiques qui s’articulent autour de ces questions : la réflexion critique sur ces nouveaux modes de gestion et les propositions alternatives au nouveau management public qui émanent de différents réseaux de chercheurs.
Une première partie de la journée sera consacrée aux réflexions critiques, de manière de faire le point sur les débats et les interprétations que la démultiplication récente de ces dispositifs suscite, ceci dans le cadre d’une mise en perspective large, pluridisciplinaire et intersectorielle, de ce management et des idéologies qui le sous-tendent.
Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons aux propositions alternatives émises par différents réseaux de chercheurs, qui permettent de dépasser des horizons bloqués, du nouveau management public aux financements privés, alors que l’absence de perspective, couplée à la téléologie d’une évolution incontournable, constitue le cœur des discours de justification du modèle gestionnaire actuel. Cette résignation, qui tient à la fois de la rhétorique de conviction, donc d’une technique de domination, et d’une forme de démission intellectuelle, motive les membres de notre communauté professionnelle dans leur désir de réfléchir à d’autres voies possibles, bien conscients que chaque modèle constitue un choix et est à ce titre, porteur d’irréversibilités qu’il convient d’assumer.

Journée scientifique UFR 1er juillet 2016′.docx    application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document    65.7 KiB

Zonages, appel à contributions

Zonages

Une histoire comparée des périmètres de protection, d’exclusion et de développement (18e-20e siècles)

Colloque organisé par Frédéric Graber,

au Centre de recherches historiques  (EHESS-CNRS), Paris, les 16 et 17 mars 2017.

Événement soutenu par l’ANR Govenpro.

Les propositions de communication sont à soumettre par courrier électronique à l’adresse histoireduzonage@gmail.com, avant le 1er octobre 2016. Chaque proposition devra inclure les nom et courriel du conférencier, un CV d’une page, un titre et un texte de proposition de 600 mots maximum. Les intervenants retenus verront leurs frais de déplacement et de logement pris en charge. Les réponses aux propositions seront envoyées avant le 1er novembre 2016.

Argumentaire ci-dessous

Nous vivons dans un monde de zones, de parcs naturels, de zones d’intérêt écologique, de zones d’activité commerciale ou industrielle, de zone d’aménagement, d’abords de monuments historiques, etc. Ces périmètres spéciaux prétendent conserver des objets, des êtres ou des espaces patrimonialisés, naturels ou bâtis, protéger les personnes et les propriétés contre des activités perçues comme dangereuses ou désagréables, garantir l’accès (rivages, marche-pieds) ou au contraire l’interdire (zones protégées ou contaminées), mais aussi développer, promouvoir certaines activités en leur offrant un lieu et un cadre d’exception (zone franche), parfois en reportant dans un espace limité ce qu’on a interdit ailleurs.

Ces multiples périmètres sont souvent considérés comme des phénomènes récents, remontant au mieux à la dernière guerre, alors que le terme même de « zone » migre du vocabulaire climatique vers le vocabulaire militaire dans les années 1790 (zones de frontière et zones de servitude autour des places fortes). Le droit de l’Ancien Régime est d’ailleurs déjà fortement marqué par la localisation différenciée des activités – territoires affranchis des corporations, espaces dédiés aux activités insalubres, etc. Que ce soit dans le droit romain ou dans la common law, l’idée que l’on peut délimiter un périmètre pour l’attribuer à une activité spécifique, y restreindre les usages, et plus généralement y créer des droits différents – dérogeant au droit commun – a une longue histoire. Par ailleurs, la plupart de ces périmètres sont saisis dans des historiographies différentes qui ne discutent guère entre elles (les parcs naturels, les abords des monuments historiques, les zones d’interdiction de la publicité, etc.), alors que les outils législatifs et administratifs présentent des régularités assez frappantes. Enfin le zonage est surtout considéré comme un phénomène urbain, caractéristique des politiques de la ville – le terme zoning est réservé dans l’historiographie américaine à l’urbanisme alors qu’on emploie le plus général land use regulation pour les contextes ruraux, comme si les deux phénomènes n’étaient pas liés.

Ce colloque souhaite donc réunir des chercheurs travaillant sur l’un au moins de ces outils du zonage – c’est-à-dire toutes les pratiques qui délimitent des périmètres de droits spécifiques, au-delà du terme de zone – afin de les comparer dans la longue durée, du 18e au 20e siècle. Les contributions se concentreront sur les dimensions procédurales du zonage : quelles institutions, quels acteurs, procèdent au zonage, via quelles formalités, avec quelles résistances ? En quoi consiste ce zonage, quels droits cherche-t-on à modifier, comment le justifie-t-on ? On tentera donc de s’intéresser surtout aux dispositifs de zonage, plutôt qu’aux zones en tant que telles.

On s’intéressera tout d’abord à la manière dont les périmètres sont définis. S’agit-il de délimiter un objet présenté comme naturel – un marais, une forêt, etc. – dans lequel les droits sont reconfigurés ? Qualifier un terrain de marais, c’est donner la possibilité à des entrepreneurs de se l’approprier. Qualifier un terrain de forêt, c’est restreindre les usages possibles dans cet espace. S’agit-il, au contraire, d’étendre l’objet visé par le zonage en l’augmentant d’une distance donnée, d’un rayon ? Ainsi les abords des monuments historiques ou les limites d’approches des exploitations souterraines, mines et carrières. On pourrait ici comparer des débats visant à maintenir des rayons fixes, ou à laisser à l’administration un degré de liberté dans la définition ou l’adaptation au contexte de ces rayons. On pourrait s’intéresser à ce qui justifie l’adoption d’un rayon plutôt qu’un autre. Lorsqu’on ne prétend pas couvrir un objet « naturel » ou étendre par rayon la protection ou la concentration, comment justifie-t-on la définition d’un périmètre d’exception arbitraire – ce qui est le cas tant des projets d’infrastructure (la route pourrait passer ailleurs, la zone d’activité s’arrêter un peu plus près ou plus loin) que des projets de classement de toutes sortes (routes, parcs naturels, etc.)

On s’intéressera également à la nature des droits qui sont modifiés par le zonage, et à l’écart possible entre les justifications et les résultats. S’agit-il de permettre une réappropriation, un transfert de propriété ? S’agit-il d’imposer des servitudes, de passage, d’entretien, etc., de restreindre les droits d’usage, d’orienter les pratiques et les activités ? S’agit-il de garantir ou d’augmenter la valeur immobilière ? Comment la protection s’articule-t-elle avec l’exclusion ? L’histoire environnementale a bien montré que la protection des espaces naturels passe par leur redéfinition en profondeur, et en particulier par l’exclusion d’un grand nombre de personnes et d’activités qui avaient façonné ces espaces et avaient sur eux des droits anciens. De même qu’il y a eu des « réfugiés de la conservation », peut-on dire qu’il y a eu des « réfugiés du zonage » ? Dans quelle mesure le zonage est-il cumulatif : est-ce que l’on zone d’autant plus un espace qu’il a déjà été l’objet de mesures similaires ? Est-ce que le zonage accumule d’un côté les privilèges et les protections et de l’autre les pauvretés, les marginalités ? On peut aussi se demander comment la protection, la patrimonialisation, s’articule avec le développement : qui protège-t-on, qui exclue-t-on, pour favoriser quel type de développement ? L’intérêt de réunir des chercheurs travaillant sur des types de zonage très différents, c’est justement d’interroger si la protection d’un patrimoine naturel ou bâti fonctionne d’une manière si différente des restrictions ou encouragements qui entourent diverses activités industrielles ou commerciales, ou des politiques de concentration des nuisances (quartiers réservés).

Enfin, on s’intéressera très précisément aux outils administratifs et législatifs mis en œuvre dans chaque type de zonage : comment procède-t-on au zonage ? Un règlement suffit-il, faut-il exproprier, faire passer une loi, ou le zonage opère-t-il au contraire hors de tout cadre officiel ? Il faut, en effet, s’interroger, au-delà des actions des autorités, sur la capacité des acteurs à produire des zonages de facto, c’est-à-dire des exclusions ou des concentrations d’activités ou de personnes dans des périmètres donnés. Ainsi, par exemple, les banlieues blanches états-uniennes d’après-guerre qui se préservent, via les professionnels de l’immobilier, contre la mixité raciale.

Académie d’été 2016 du DIU Etudes sur le genre

Bonjour,
Vous trouverez ci-dessous le programme de la journée « Le travail des femmes en temps de crise » qui se tiendra à Rennes 2 le vendredi 8 juillet. N’hésitez pas à le diffuser (et à vous inscrire).
Amicalement,
Fanny Bugnon

———- Message transféré ———-
De : DIU Etudes sur le genre <sfc-diugenre@univ-rennes2.fr>
Date : 2 mai 2016 à 16:01
Objet : Académie d’été 2016 du DIU Etudes sur le genre
À : fanny bugnon <fanny.bugnon@gmail.com>

ACADÉMIE D’ÉTÉ 2016
« LE TRAVAIL DES FEMMES EN TEMPS DE CRISE »

Le Service Formation Continue (SFC) de l’Université Rennes 2 et le Service de Formation Continue et d’Education Permanente (SUFCEP) de l’Université de Bretagne Occidentale organisent la quatrième édition de l’académie d’été du diplôme interuniversitaire numérique « Études sur le genre » le vendredi 8 juillet 2016 de 9h15 à 17h00 sur le Campus Villejean de l’Université Rennes 2.

L’académie d’été est ouverte à tous les publics intéressés par les études sur le genre, cette journée se veut un espace de réflexion autour du travail des femmes notamment lors des périodes de crise, qu’il s’agisse des guerres ou de crises économiques et de destruction d’emplois.
Pour y réfléchir, nous invitons à dialoguer des universitaires (sociologue, statisticienne, économiste, politiste), et des actrices et acteurs du monde syndical, politique et de l’égalité professionnelle.

En pratique
Académie d’été – Vendredi 8 juillet 2016 de 9h15 à 17h00 – Sur inscription
Campus Villejean de l’Université Rennes 2
Bâtiment S

Tarifs
> Institutionnel (repas compris) : 70 €
> Individuel (repas compris) : 35 €
> Étudiant-e et demandeur d’emploi (sur justificatif) : 10 €
Formation éligible au titre de la formation continue

Programme et inscription
ac-genre-2016.sciencesconf.org

Plus d’informations sur le diplôme : www.univ-rennes2.fr/sfc

L’équipe du diplôme « Études sur le genre »
sfc-diugenre@univ-rennes2.fr
02.99.14.20.39

Rails et histoire/4e Journée des jeunes chercheurs, vendredi 24 juin 2016 à Paris

Nous vous remercions de diffuser l’annonce de la 4e « Journée des jeunes chercheurs de Rails et histoire », le 24 juin 2016 à Paris.

Les étudiants et jeunes chercheurs qui s’intéressent au domaine des transports ferroviaires et de la mobilité en général, qui travaillent avec Rails et histoire, qui ont bénéficié d’une bourse de l’association ou pensent à soumettre leur candidature pour l’année 2016-2017 (date limite : 10 novembre 2016, voir ici : http://www.ahicf.com/bourses-d-etudes-de-rails-et-histoire.html ) sont invités, ainsi que leurs directeurs de travaux, à rencontrer le comité scientifique de Rails et histoire, les membres de l’Association et son équipe.

Cette journée est l’occasion de faire connaissance, de découvrir les ressources documentaires proposées par Rails et histoire et de façon générale les grands ensembles documentaires et fonds proposés aux chercheurs dans le domaine, d’échanger sur les travaux en cours et de les faciliter. Ceux qui le souhaitent peuvent présenter leurs travaux ou un aspect sur lequel il leur paraît pertinent d’insister.

Surtout, les exposés et débats proposés permettent d’élargir la connaissance que chacun peut avoir des multiples champs et périodes couverts par le thème « chemins de fer » dans les différentes disciplines représentées.

Vous trouverez le programme mis à jour et le formulaire d’inscription, gratuite mais obligatoire, ici  :

http://www.ahicf.com/manifestation-aide-a-la-recherche-4e-journee-des-jeunes-chercheurs-de-rails-et-histoire-le-24-juin-2016.html

Avec nos remerciements pour votre attention,

M.-N. Polino

Marie-Noëlle Polino
Rails et histoire / Railway Historical Society – 9, rue du Château-Landon, F-75010 PARIS – Tél. / Phone: +33(0)1 5820 51 02 – Fax: +33(0)1 5820 5189 – Mobile/Cell:  +33(0) 6 4675 8268 –  marie-noelle.polino@ahicf.com – http://www.ahicf.com/ Rejoignez-nous : ZA102637861ZA102637858

Two calls for papers for special issues of the Journal of Historical Research in Marketing

Call for Papers

Journal of Historical Research in Marketing

Special issue on: The Origins of Marketing Thought and Practice in the United Kingdom

The Journal of Historical Research in Marketing invites submissions for a special issue focused on the history of marketing theory, thought and practice in the United Kingdom. Several overarching themes are planned including the history of retailing, consumption, advertising, and marketing history. There is no intent to limit this special issue to any specific time period (e.g. the mediaeval era and the advent of the county market, marketing during the industrial revolution, the emergence of certified marketing professionals in the early 1900s, the interwar period and marketing practices, and post-Second World War are all viable areas for exploration among others).

The emergence of marketing in the United Kingdom has curiously received limited attention by historians. Reflecting a desire to flesh out this neglected history, this special issue of JHRM seeks historically oriented contributions on the following topics (clearly, this is not an exhaustive list!):

*       The growth of retailing and merchandising in the United Kingdom;
*       The advertising industry, early practitioners and agencies;
*       Consumption and consumer movements;
*       U.K. marketing pioneers – leading female and male figures;
*       The early internationalization of British marketing (the rise of ‘big business’ and the role of marketing);
*       The periodization of marketing practice in the United Kingdom;
*       The rise of consumer product (FMCG) companies and the consumer society;
*       Innovations in retailing (e.g. the advent of self-service);
*       The emergence of market research and consumer intelligence gathering;
*       From marketing tactics to marketing strategy (theory, concepts and practices);
*       The development of early U.K. corporations and marketing (highlighting particular sectors);
*       The market entry of foreign multinationals to the U.K. and its impact on marketing practices;
*       Major marketing campaigns (both private and public sectors);
*       The emergence of branded goods in England, Ireland, Scotland and Wales;
*       Industrialization and marketing management;
*       U.K. schools of marketing thought;
*       The ‘drivers’ of marketing growth and control;
*       The ‘professionalization’ of marketing and marketing as a career;
*       Marketing consultancy and the role of consultants in marketing development;
*       Marketing education and the emergence of business schools;
*       The rise of professional organizations such as the Chartered Institute of Marketing and its influence on marketing in the U.K.;
*       The emergence of marketing as a function;
*       Marketing and legal issues (constraints and tensions); and
*       Social attitudes towards marketing: its critics and discontents.

The submission deadline for this special issue is May 15, 2017 with an expected publication date of November 2017. If you are unsure of the suitability of your topic or have questions regarding a submission, please contact one of the special issue guest editors:

Andrew Pressey, University of Birmingham, A.Pressey@bham.ac.uk
Mark Tadajewski, Durham University, mark.tadajewski@durham.ac.uk
Brian Jones, Quinnipiac University, bjones1@quinnipiac.edu

Submission to the Journal of Historical Research in Marketing:
Submissions for this special issue of JHRM should be made using ScholarOne Manuscripts, the online submission and peer review system. Registration and access is available at:
http://www.emeraldgrouppublishing.com/products/journals/journals.htm?id=jhrm
Full information and guidance on using ScholarOne Manuscripts is available at the Emerald ScholarOne Manuscripts Support Centre: http://msc.emeraldinsight.com.

Séminaire Entreprises, régions de productions et marchés en Europe 2015-2016_séance du 15 juin 2016

SÉMINAIRE

Entreprises, régions de productions et marchés en Europe (XIIIe-XVIIe siècle)

Chères et chers collègues,

La dernière séance du séminaire aura lieu mercredi 15 juin de 17h à 19h (Ecole Normale Supérieure, salle IHMC, escalier D, 3e étage, 45 rue d’Ulm 75005 Paris).

Nous écouterons Maryanne Kowaleski (Joseph Fitzpatrick S.J. Distinguished Professor of History and Medieval Studies at Fordham University, New York), professeure invitée à l’EHESS :

Les formes changeantes de rétribution des marins médiévaux
(Changing Forms of Compensation for Medieval Mariners)

Abstract : This paper traces changes in how mariners (including shipmasters, pilots, common seamen, fishers, and lowly cabin boys) were compensated for their work aboard ships in medieval England from the thirteenth to early sixteenth centuries. The “shares system” and portage (Fr. mareage, Sp. quintalada) dominated the fishing and carrying trades in the earlier period, but was increasingly replaced by set wages, a development influenced by economic, political, and technological changes.

Bien cordialement,
Ingrid Houssaye Michienz

Nouveau livre : « Histoire illustrée de l’informatique »

Couv-Hist-Inf_v2 reduxBonjour,
Un informaticien (Emmanuel Lazard) et un historien (je soussigné) ont associé leurs désirs de réaliser un ouvrage de médiation scientifique, accessible au « grand public cultivé » et apportant une synthèse historique solide. Il veut être à la fois un support de cours et un musée de l’informatique portatif, sinon virtuel. Cette Histoire illustrée de l’informatique est disponible en librairie et sur les sites de vente en ligne.

Emmanuel Lazard et Pierre Mounier-Kuhn, Histoire illustrée de l’informatique, EDP Sciences, 2016.
http://laboutique.edpsciences.fr/produit/846/9782759818198/Histoire%20illustree%20de%20linformatique

Cordialement… et bonne lecture !
Pierre Mounier-Kuhn

CNRS & Université Paris-Sorbonne
https://cnrs.academia.edu/PierreMounierKuhn
http://koyre.ehess.fr/docannexe/file/400/cv_mounier_kuhn.pdf

deux demi-ATER mis au concours en Contemporaine à Paris 8

Bonjour,
Vous trouverez ci-dessous la publication de deux demi- postes ATER en Histoire contemporaine à l’université Paris 8, pour l’année universitaire 2016-2017.
La publication se fait uniquement sur le site de Paris 8 :

http://www.univ-paris8.fr/Recrutement-2016-ATER-au-fil-de-l-eau-UFR?var_mode=calcul

Vous trouverez sur le portail de l’université les fiches de postes et le dossier de candidature.
Chaque demi-poste concerne un semestre différent.

Bien cordialement