Séminaire « Technique et science du Moyen Âge à la Renaissance » 12 décembre, ENS Ulm

Dans le cadre du séminaire Technique et Science du Moyen Âge à la Renaissance : matériaux, pratiques et savoirs, nous écouterons lundi 12 décembre 2016

Joel Chandelier (université Paris 8)

Mettre en pratique la médecine à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe s.) : réflexions théoriques et applications concrètes

Vous pouvez consulter le résumé de l’intervention sur le site. Une bibliographie sera prochainement mise en ligne : https://techniqueetscience.wordpress.com/2016/12/02/lundi-12-decembre-joel-chandelier/

Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 75005 (de 17h à 19h, en salle d’Histoire).

Marion Fourcade – professeure invitée à l’IRISSO – Master class doctorale et Conférences – décembre 2016

À l’occasion de la venue en tant que professeure invitée à l’IRISSO – Université Paris Dauphine (PSL) – de Marion Fourcade, professeure de sociologie à l’UC Berkeley, plusieurs évènements sont organisés, tous ouverts au public.

Le mardi 6 décembre 2016 de 17h15 à 20h30 | Amphi A11 – Paris Dauphine, Marion Fourcade présentera dans le cadre du Master PERS une intervention intitulée : « La mouche et le cookie : sur la condition morale du capitalisme au 21ème siècle ».

Le mardi 13 décembre 2016  de 10h à 13h | Salle A, à l’occasion d’une Master Class en Sociologie politique de l’économie, Marion Fourcade commentera le travail de plusieurs doctorants de Paris Sciences et Lettres (PSL). Cette séance se déroulera en salle A à Dauphine.

Le même jour, le mardi 13 décembre 2016 de 17h à 19h | Salle A711, Marion Fourcade présentera ses travaux et sera discutée par les élèves du Master Politiques publiques et opinion (PPO) de l’IRISSO. La conférence est intitulée « L’économiste, l’action publique et l’Etat : un regard sociologique ». Un pot est organisé à l’issue de cette séance.

Séminaire EHESS/KIND de Télécom Ecole de management, 7 décembre 2016, Maison Suger

Dans le cadre conjoint du séminaire KIND de Télécom Ecole de management et du séminaire de P. Fridenson à l’EHESS, nous accueillerons

mercredi 7 décembre 2016
de 19h00 à 20h30

Antonio ANDREONI
School of Oriental and Asian Studies (SOAS),
University of London

Manufacturing the Innovation Economy:
Industrial Ecosystems and Policy in the Emilia Romagna Region
Discutant :
William LAZONICK
University of Massachusetts (Lowell)

à la Maison Suger

Fondation Maison des Sciences de l’Homme

16-18 rue Suger

75006 Paris

Séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation 8 décembre Paris Sorbonne

Le séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation
(Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)
a le plaisir de vous convier à la communication de

Dominique Trudel,

chercheur à l’ISCC.

Il interviendra
sur

La Tour Lumière Cybernétique de La Défense (1963-1978) :
éléments pour une histoire technique et politique

le jeudi 8 décembre de 17 à 19h.
Lieu : Institut des sciences de la communication (ISCC), salle de conférence (rdc)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins

 

 

Call for papers: 8th World Congress of Cliometrics

Call for papers: 8th World Congress of Cliometrics
We invite you to submit a paper to the 8th World Congress of Cliometrics that will take place in Strasbourg, France, July 4-7, 2017: http://www.cliometrie.org/en/conferences/world-congress-of-cliometrics
The World Congress is designed to provide extensive discussion of new and innovative research in economic history, with an expected 90-100 papers to be selected for presentation and discussion.
Those wishing to present a paper should provide an abstract and a 3-5 page summary of the proposed paper. Submissions will be accepted only in electronic form: http://www.cliometrie.org/en/paper-submission. At least one author of an accepted paper must be a member of the Cliometric Society. You may join the Cliometric Society at: http://cliometrics.org/membership.htm
We particularly encourage paper proposals from graduate students. A grant from the National Science Foundation provides competitive support for travel and accommodations for students on the program.
A 45 minute session is devoted to each paper, in which authors have 5 minutes to make an opening statement and the rest of the session (40 minutes) is dedicated to discussion among all conference participants in the spirit of the annual cliometric conferences.
All sessions will be held at the Strasbourg Convention Centre.
Calendar:
– Proposals due: January 29, 2017
– Authors notified of acceptance of paper: March 1, 2017
– Due date for accepted papers: April 21, 2017
– World Clio Meeting in Strasbourg: July 4-7, 2017
Questions? Please contact clio2017@hawaii.edu and/or cdiebolt@unistra.fr

Seconde journée « Accidents du travail et droit social », Lille

Cher-e-s collègues,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous le programme de la seconde journée d’études interdisciplinaire réunissant historiens, historiens du droit et juristes, intitulée « La réception des législations relatives aux accidents du travail, XIXe-XXe s., France-Belgique » et organisée par le Centre d’Histoire judiciaire de l’université de Lille-2.

Elle aura lieu le vendredi 9 décembre 2016 à l’université Lille-2 (informations sur l’affiche jointe).

Attention, pour des raisons de sécurité, l’inscription est obligatoire à l’adresse : nathalie.flament@univ-lille2.fr

« La réception des législations relatives aux accidents du travail, XIXe-XXe s., France-Belgique »

Vendredi 9 décembre 2016

8 h 30 : Accueil des participants

 

9 h 00 : Préambule

Farid LEKÉAL, Université de Lille, Directeur du CHJ

Bruno DUBOIS, Université de Lille, CHJ

 

Introduction

La loi sur les accidents du travail : une contestation de plus d’un siècle

Catherine OMNÈS, Professeure émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles  Saint-Quentin-en-Yvelines, Laboratoire Printemps, Présidente de la journée

 

Matinée

Modératrice : Sophie FANTONI-QUINTON, Université de Lille et CHRU de Lille, Professeur de médecine du travail, Docteur en droit, CRDP-LEREDS

 

9 h 15                        L’office international des accidents du travail (1889-1914) comme accélérateur du droit social naissant

Bruno DEBAENST, Université de Gand, Institut d’histoire du droit

 

9 h 35                        La question de la réparation intégrale des accidents du travail – étude de droit positif

Jean-Philippe TRICOIT, Université de Lille, CRDP-LEREDS

 

9 h 55                        Le juge administratif et la réparation des accidents de service

Johanne SAISON, Université de Lille, Directrice de l’IPAG de Lille, co-directrice de l’ERDP

10 h 15   Discussion

10h 30   Pause

 

10 h 45                      La prise en charge médicale de la victime d’accident du travail : entre droits et devoirs (1898 – 1914)

Nathalie CROCHEPEYRE, Université de Lille, CHJ

 

11 h 05                      La clinique médicale et chirurgicale face aux insuffisances de la législation sur les accidents du travail : les enjeux d’un débat sur la santé au travail entre médecins, juristes et assureurs (fin XIXe – 1919)

Raymond DARTEVELLE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS

 11 h 25   Discussion

11 h 45    Présentation de l’exposition « De l’usine de lin au campus Moulins » par Jean-Pierre VAN GODTSENHOVEN, président de l’association

« Groupe mémoire de Moulins »

Après-midi

Modératrice : Judith RAINHORN, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Professeur en histoire contemporaine, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

 

14 h 00                      De la résurgence de la condition d’anormalité comme élément constitutif de l’événement soudain en accident du travail

Steve GILSON, Université Catholique de LouvainAtelier de droit sociAL-Crides, Avocat au Barreau de Namur, Chargé de cours à l’ICHEC, Juge suppléant au Tribunal du Travail de Liège et France LAMBINET, Université Catholique de Louvain, Atelier de droit sociAL-Crides, Avocate au Barreau de Namur

 

14 h 20                      L’accueil de la loi de 1898 sur les accidents du travail par la Chambre de commerce de Marseille

Olivier THOLOZAN, Université Aix-Marseille, Laboratoire de théorie du droit

 

14 h 40                      La tarification des corps accidentés dans les espaces coloniaux français et belge au XXe siècle

Éric GEERKENS, Université de Liège et Anne-Sophie BRUNO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

15 h 10   Discussion

15 h 25   Pause

 

15 h 45                      La réception par les manuels de droit civil des dispositions relatives à la réparation des accidents du travail

Pierre-Yves VERKINDT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, École de droit de la Sorbonne

 

16h 05                        Les prisonniers de la Grande Guerre, victimes d’accidents du travail

Annie DEPERCHIN, Université de Lille, CHJ, Centre International de recherche sur la Grande Guerre – Historial de Péronne

16 h 25   Discussion

16 h 40   Conclusion de la journée et cocktail de clôture

Programme Lille 9 décembre.pdf application/pdf 375.0 KiB

 

—————-

Judith Rainhorn

Professeur d’Histoire contemporaine

Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Centre d’Histoire sociale du XXe siècle

UMR 8058

9, rue Malher — 75004 Paris

http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/spip.php?article854

***********************************************************************

*

***********************************************************************

Cette liste est un service offert par l’Association Française d’Histoire Économique (AFHE).

***************************************************************************************************************

La liste « histoire_eco » a pour objet la diffusion de l’actualité de la recherche et de l’enseignement en histoire économique.

Les nouvelles diffusées sur cette liste sont reprises sur le site de l’AFHE (http://afhe.hypotheses.org/).

Le contenu des messages reste la responsabilité de leurs auteurs.

Pour envoyer un message sur cette liste : écrire, comme si vous écriviez à un correspondant « normal », à histoire_eco@groupes.renater.fr

Tous les abonnés recevront automatiquement votre message tel que vous l’avez envoyé.

Le comité directeur de l’AFHE a décidé le 09/02/2009 d’autoriser explicitement les messages politiques ou syndicaux à condition qu’ils concernent directement l’activité des enseignants et des chercheurs en histoire économique. Cette autorisation pourra être retirée.

Pour vous abonner à cette liste : envoyez un e-mail à sympa@groupes.renater.fr

en indiquant obligatoirement comme sujet du message : subscribe histoire_eco

Le message lui-même peut rester vide

Pour vous désabonner à cette liste : envoyez un e-mail à sympa@groupes.renater.fr

en indiquant obligatoirement comme sujet du message : unsubscribe histoire_eco

Le message lui-même peut rester vide (mailto:sympa@groupes.renater.fr?subject=unsubscribe%20histoire_eco)

Pour plus d’option, vous pouvez vous rendre sur http://listes.groupes.renater.fr/sympa/info/histoire_eco

************************************************

*

************************************************

Séance du Séminaire du GrHéco le 2 décembre

Chères et chers collègues,

J’ai le plaisir de vous convier à la prochaine séance du séminaire du Grhéco pour l’intervention de :

Daniel Velinov ( CNRS, LARHA),

« Rôle et fonctionnement du couple Paris-Lyon dans les paiements et dans l’approvisionnement de crédit en France au XVIIe siècle »

 

le vendredi 2 décembre 2016 de 11h à 13 h 

Attention! la salle a changé :

Salle 670, RdC, bât. Le France, 190 avenue de France 7503 Paris.

Merci de diffuser cette information autour de vous.

Cordialement,

 

Laure Quennouëlle-Corre

Directrice de recherche CNRS

CRH (UMR 8558)

190 avenue de France

75013 Paris

grheco@ehess.fr

Appel à communication au colloque : Frontières, territoires de santé et réseaux de soins, Arras, 1er et 2 juin 2017

 

if

institut des frontières et discontinuités

Colloque international
Frontières, territoires de santé et réseaux de soins
1er et 2 juin 2017
Arras – Campus Universitaire

Dates clés à retenir

Les propositions de session sont à envoyer au plus tard le lundi 16 janvier 2017
Les propositions de communication sont à envoyer au plus tard le mardi 28 février 2017 La réponse par le Comité Scientifique sera envoyée le vendredi 31 mars 2017
Les inscriptions au colloque prendront fin le mardi 2 mai 2017

Contact pour les sessions et communications : francois.moulle@univ-artois.fr Contact pour les inscriptions : sophie.declerck@univ-artois.fr
Informations au fil de l’eau à propos du colloque sur : http://ifd.hypotheses.org

Appel à communication

En 2007, l’Université d’Artois organisait un colloque intitulé Frontières et santé – Genèses et maillages des réseaux transfrontaliers (Moullé, Duhamel, 2010). Cette manifestation qui croisait deux champs qui étaient rarement associés avait dressé un tableau de la situation en Europe et dans quelques régions du monde. A l’extérieur de l’Europe, les questions majeures étaient celles de la diffusion des pandémies, des difficultés d’accès aux soins en cas d’asymétrie dans la couverture médicale de part et d’autre de la frontière, de l’essor d’un tourisme de santé accéléré par le développement du transport aérien. Au sein de l’Union Européenne, les communications présentées ont permis de discuter des questions de compatibilité entre les systèmes nationaux de santé, entre l’offre de santé et les demandes des citoyens, et d’étudier l’impact de la libre circulation et de l’ouverture des frontières sur les services et les équipements médicaux et sociaux, à la fois à l’échelle européenne et dans des cadres transfrontaliers.

Dix ans plus tard, une nouvelle rencontre scientifique est envisagée. En effet, le sujet, auparavant marginal, se trouve à présent au cœur de l’actualité : il préoccupe les organisations et les acteurs du secteur de la santé tout autant que les opérateurs du transfrontalier et les institutions européennes. La production scientifique est, pour l’instant, relativement hétérogène.

L’accès aux soins est de plus en plus étudié selon une approche territorialisée ou réticulaire mais encore assez peu dans une perspective transfrontalière. La question de l’organisation des acteurs, de leur ancrage territorial et de l’impact de la frontière sur les processus décisionnels et les actions en matière de santé n’est pas assez prise en compte.

Aborder la question de la santé par le prisme de la frontière permet de mieux comprendre les logiques d’opportunité (Sohn, 2012) et les freins à la construction de coopérations. Depuis 1998, l’Union européenne permet aux patients de consulter un professionnel de la santé dans tout Etat-membre, et d’être pris en charge par leur système national de santé. Mais cette disposition ne s’applique pas aux hospitalisations où une autorisation préalable reste nécessaire. La liberté de choix dont bénéficient les travailleurs frontaliers pour les équipements ne concerne cependant pas les autres citoyens vivant dans les zones frontalières. L’accès aux soins n’est pas encore une réalité quotidienne dans les espaces transfrontaliers en dépit de la liberté de circulation, à l’exception des domaines de secours d’urgence où, depuis 2007, le principe de l’efficacité de l’intervention a été instauré afin de sauver le plus rapidement possible des vies. A côté de ces difficultés, de nombreuses innovations ont été réalisées en matière de connexion et de complémentarité de réseaux de soins : création de Zones Organisées d’Accès aux Soins Transfrontaliers (ZOAST) ou construction de l’hôpital transfrontalier de Cerdagne, entre France et Espagne, inauguré en 2014.

Les interrogations portent certes sur l’Europe occidentale mais également sur des expériences menées sur les dyades dans l’ensemble de l’Europe, notamment dans les parties orientales, ainsi qu’ailleurs dans le monde. Les questions de l’organisation réticulaire ou spatiale des opérateurs de santé, de l’ancrage territorial – infranational ou transfrontalier – des services et des opérations médico-sociales méritent tout particulièrement l’attention. De fait la comparaison avec d’autres exemples à l’échelle mondiale pourra enrichir la réflexion générale.

La manifestation est envisagée dans un cadre multiscalaire (local, régional, transfrontalier) et pluridisciplinaire : les approches géographiques, sociologiques, historiques, économiques, médicales, anthropologiques, et de sciences politiques sont les bienvenues.

Plusieurs pistes sont ainsi proposées :

  • Quels types de projets socio-sanitaires sont instaurés et quels en sont les effets

    spatiaux ?

  • Quelles formes de gouvernance territoriale ou transfrontalière sont mises en place en

    matière de santé? Quelles régulations, quels partenariats ont émergé ?

  • L’accès aux soins en Europe fait-elle partie de la vie quotidienne transfrontalière en 2017 ? En dépit des logiques d’intégration, de nouveaux freins n’apparaissent-ils pas ? Autrement dit, La question de la santé participe-t-elle au savoir vivre ensemble

    territorial, au savoir vivre ensemble transfrontalier ?

  • Comment les systèmes de sécurité sociale coopèrent-ils entre pays, entre régions ?

  • Comment les différents temps de la vie sont-ils pris en compte dans les projets de

    coopérations territoriales voire transfrontalières ?

  • Les acteurs de santé localisés dans les espaces frontaliers développent-ils des

    stratégies spécifiques par rapport aux territoires nationaux voisins ?

Comité Scientifique

  • Dr. Sophie Baudet-Michel, Université Paris-Diderot, UMR Géographie-Cités,

  • Dr. Audrey Bochaton, Université Paris-Ouest-La Défense, France

  • Pr. Martine Camiade, Université de Perpignan Via Domitia, France

  • Pr. Cécile Carra, Université d’Artois, France

  • Olivier Denert, Mission Opérationnelle Transfrontalière, France

  • Dr. Sabine Duhamel, Université du Littoral Côte d’Opale, France

  • Dr. Frédéric Durand, LISER, Luxembourg (BR en cours)

  • Pr. Antoni Dura i Guimera, Universitat Autònoma de Barcelona, Espagne

  • Pr. Fabienne Leloup, Université Catholique de Louvain, Belgique

  • Henri Lewalle, Observatoire Franco-Belge de la Santé

  • Dr. François Moullé, Université d’Artois

  • Pr. Bernard Reitel, Université d’Artois,

  • Pr. Béatrice Touchelay, Université de Lille, France

  • Dr. Alain Vaguet, Université de Rouen, France

  • Pr. Martin Van der Velde, University of Nijmegen, Pays-Bas

    Comité d’Organisation

  • Dr. Sylvie Considère, Espe Lille Nord de France

  • Dr. Sabine Duhamel, Université du Littoral, Côté d’Opale

  • Yannick Yeptiep Siohdjie, Université Catholique de Louvain

  • Dr. Nicolas Lebrun, Université d’Artois

  • Pr. Fabienne Leloup, Université Catholique de Louvain

  • Dr. François Moullé, Université d’Artois

  • Dr. Pierre Tilly, Université Catholique de Louvain 

Conférence internationale « Théorie, mesure et expertise Edmond Malinvaud et les reconfigurations de la théorie économique, 1950-2000 », Paris, 8-10 décembre 2016

conférence internationale

« Théorie, mesure et expertise. Edmond Malinvaud et les reconfigurations de la théorie économique, 1950-2000″


Le centre de recherche REhPERE (Recherche en Épistémologie et en Histoire de la Pensée Économique Récente) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous inviter à cette conférence, qui se tiendra à Paris, les 8, 9 et 10 décembre prochains.

 
Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 28 NOVEMBRE (il n’y a pas de frais d’inscription, mais le nombre de places est limité), sur le site du colloque:
 
Très cordialement,
Annie L. Cot
Programme du colloque
Jeudi 8 décembre

13:00 – 14:00: Keynote speaker – Jacques Drèze (Université catholique de Louvain, CORE)

Chair: Annie L. Cot (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

 

14:00 – 15:30: Session 1 – The search for microfoundations

Chair: Werner Hildenbrand (Universität Bonn)

1. Antoine d’Autume (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Discussant: Rodolphe Dos Santos Ferreira (Université de Strasbourg)

2. Goulven Rubin (Université Lille 1)

Discussant: Harald Hagemann (Universität Hohenheim)

3. Michel De Vroey (Université catholique de Louvain)
Discussant: Pascal Bridel (Université de Lausanne)

16:00-17:30: Session 2 – Edmond Malinvaud and the methodology of economics (I)

Chair: Bernard Walliser (PSE, ENS)

1. Christian Schmidt (Université Paris-Dauphine)

Discussant: Matthieu Renault (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

2. Arnaud Diemer (Université Blaise Pascal Clermont Ferrand II – IUFM Auvergne)

Discussant: Jérôme Lallement (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

3. Jacques Mairesse (EHESS, INSEE)

Discussant: Jean Michel Charpin (INSEE, PSE)

17:30-19:00: Session 3 – Macroeconomics and economic policy

Chair: Pierre Picard (École Polytechnique)

1. Pedro G. Duarte (University of São Paulo, INET)

Discussant: Goulven Rubin (Université Lille 1)

2. João Sousa Andrade (Universidade de Coimbra) and Pedro Bação (Universidade de Coimbra)

Discussant: Antoine d’Autume (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

3. Wladimir Andreff (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Discussant: Claude Henry (Ecole Polytechnique)


Vendredi 9 décembre

09:00 – 10:00: Keynote speaker – Werner Hildenbrand (Universität Bonn)

Chair: Alan Kirman (EHESS)

10:30 – 12:00: Session 4 – Challenging Robert Lucas

Chair: Richard Arena (Université de Nice Sophia-Antipolis)

1. Mickaël Assous (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) and Pedro G. Duarte (University of Sao paulo, INET)

Discussant: Jacques Drèze (Université catholique de Louvain, CORE)2. Béatrice Cherrier (Université de Caen, INET) and Aurélien Saïdi (Université Paris Ouest –-Nanterre)

Discussant: Roger Guesnerie (Collège de France, PSE)

3. Aurélien Goutsmedt (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Erich Pinzon-Fuchs

(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne and Center for the History of Political Economy at Duke

University), Matthieu Renault (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) and Francesco Sergi

(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Discussant: Béatrice Cherrier (Université de Caen, INET) 13:30 – 14:30: Keynote speaker: Hans-Michael Trautwein (Universität Oldenburg)

Chair: Pascal Bridel (Université de Lausanne)

 

14:30 – 16:00 Session 5 – – Dialogues with Edmond Malinvaud

Chair : Antoine d’Autume (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

1. Pascal Mazodier (INSEE)

Discussant: Pierre Dehez(Université catholique de Louvain)2. Claude Henry (École Polytechnique)

Discussant: Jacques Mairesse(EHESS, INSEE)

3. Michel Volle (INSEE)

Discussant: Alain Trognon (INSEE)

16:30 – 18:30: Session 6 – Edmond Malinvaud and economic expertise

Chair: Harro Maas (Université de Lausanne)

1. Béatrice Touchelay (Université Lille 3)

Discussant: Michel Armatte (Centre Alexandre Koyré)

2. Guillaume Yon (Mines Paris Tech, CSI)

Discussant: François Etner (Université Paris-Dauphine)

3. Matthieu Renault (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Discussant: Ariane Dupont-Kieffer (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

4. Ariane Dupont-Kieffer (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Discussant: Françpis Gardes (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Samedi 10 décembre

09:00 – 10:00: Keynote speaker – Roger Guesnerie (Collège de France, PSE)

Chair: Rodolphe Dos Santos Ferreira (Université de Strasbourg)

10:30 – 12:00: Session 7 – Edmond Malinvaud and the theories of unemployment

Chair: Jacques Mistral (CAE, CED)

1. Rodolphe Dos Santos Ferreira (Université de Strasbourg)

Discussant: Hans-Michael Trautwein (Universität Oldenburg)

2. Pierre Dehez (Université catholique de Louvain)

Discussant: Antoine d’Autume (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

3. Alain Béraud (Université de Cergy-Pontoise)

 Discussant: Michel De Vroey (Université catholique de Louvain) 13:30 – 14:30: Round Table – The reconfigurations of macroeconomic theory

Chair: Harald Hagemann (Universität Hohenheim)

Alan Kirman (EHESS), Marc Lavoie (Université d’Ottawa et Université Paris 13)Jean Pisani-Ferrey (France-Stratégie)

14:30 – 16:00: Session 8 – Modelling issues in macroeconomics and econometrics

Chair: Roger Guesnerie (Collège de France, PSE)

1. Camila Orozco Espinel (EHESS, Center for the History of Political Economy at Duke University)

Discussant: Fréderic Lebaron (ENS Paris-Saclay)

2. Francesco Sergi (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Discussant: Marc Lavoie (Université d’Ottawa et Université Paris 13)

3. Erich Pinzón Fuchs (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Center for the History of Political Economy at Duke)

Discussant: Pedro Garcia Duarte (University of São Paulo, INET)

16:30 – 17:45: Session 9 – Edmond Malinvaud and the methodology of economics (II)

Chair: Harald Hagemann (Universität Hohenheim)

1. Jacques Le Cacheux (Université de Pau et des pays de l’Adour, OFCE)

Discussant: Bernard Walliser (PSE, ENS)

2. Michel Armatte (Centre Alexandre Koyré), Annie L. Cot (Université Paris 1 Panthéon

Sorbonne), Jacques Mairesse (EHESS, INSEE) and Matthieu Renault (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Discussant: Richard Arena (Université de Nice Sophia-Antipolis)

3. Richard Arena (Université de Nice Sophia-Antipolis)

Discussant: Jacques Mairesse (EHESS, INSEE)

17:45 – End of the conference

Séminaire HSHI, David Aubin, « les flowcharts »

Chères et chers collègues,

Le séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation
(Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)
a le plaisir de vous convier à la communication de

David Aubin

Professeur d’Histoire des sciences à l’université Pierre et Marie Curie,
Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche (IMJ-PRG, UMR 7586)
Il interviendra
sur les

Flowcharts

le jeudi 1er décembre de 17 à 19h.
Lieu : Institut des sciences de la communication (ISCC), salle de conférence (rdc)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins

Résumé :

Dans cet exposé, je présenterai les résultats préliminaires de mes recherches concernant l’histoire des « flowcharts ». En français, on traduit habituellement ce terme par organigramme, ou schéma d’opération, voire par diagramme d’implémentation ou même graphe de fluence. Dans tous les cas, il s’agit d’un outil aujourd’hui extrêmement répandu et qui sert à modéliser, représenter, contrôler ou comprendre des processus très variés aussi bien naturels que techniques ou sociaux. Pourtant, cet outil aujourd’hui omniprésent n’est pas très ancien, puisqu’il était à peu près inusité avant le début du 20e siècle. Dans l’espoir de poser les jalons d’une étude plus approfondie, nous nous interrogerons sur les mécanismes qui ont conduit à généraliser une pratique de modélisation graphique, d’abord employée pour organiser le travail, puis les opérations de l’industrie et de l’Etat, en un outil de programmation informatique, avant d’en faire l’outil universel que nous connaissons aujourd’hui. Nous nous demanderons enfin dans quelle mesure l’histoire de cet outil peut nous renseigner sur les a priori épistémologiques qui fondent son utilisation et les contraintes liées à son utilisation dans les sciences naturelles.

Vous pouvez retrouver le programme complet du séminaire sur le blog de l’axe « L’Europe comme civilisation matérielle » du LabEx EHNE : https://europeflux.hypotheses.org/

Prochaines séances :

· 8 décembre Dominique Trudel (ISCC/Université du Québec à Montréal)
La Tour Lumière Cybernétique de La Défense (1963-1978) : éléments pour une histoire technique et politique.
· 15 décembre Adeline Blaszkiewicz (Centre d’histoire sociale du XXe siècle/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Albert Thomas et l’innovation dans les usines d’armement : un avatar du réformisme

· 2 février Régis Briday (LATTS)
Retour sur la controverse états-unienne au sujet de la destruction de la couche d’ozone dans les années 1970.

· 23 février Hartmut Rosa (Friedrich-Schiller-Universität Jena)
Setting the world in motion and making it available: Why modernity’s mode of dynamic stabilization causes alienation and desynchronization.

· 2 mars Martina Schiavon (Université de Lorraine/ÉSPÉ de Lorraine)
Le projet Bureau des longitudes (1795-1932) : de la valorisation du patrimoine à la recherche.

· 9 mars Ronan Le Roux (SPHERE/Université Paris-Est Créteil)
Le Dr. Jacques Sauvan et le mystérieux Département Cybernétique de la SNECMA (1963-1970).

· 16 mars Bruno Belhoste (IHMC/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Le mesmérisme entre science et non-science, un débat au 18e siècle.

· 23 mars Pierre-Yves Beaurepaire (CMMC/Université de Nice Sophia-Antipolis)
Communiquer dans l’Europe savante, de l’âge classique aux Lumières.

· 30 mars Karena Kalmbach (Technische Universiteit Eindhoven, TU/e)
Using the past for debating the future: the role of Chernobyl in British and French nuclear discourses.

· 20 avril Rebekah Higgit (University of Kent)
The Royal Observatory, Greenwich, in public: towards an ‘eccentric biography’ of the institution’s early years.

· 27 avril David Edgerton (King’s College London) sous réserve
Transport and British history.

· 4 mai Lino Camprubi (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)
Underwater Surveillance and the Modern Mediterranean.

· 11 mai Ana Cardoso de Matos (Universidade de Évora)
L’hydroélectricité au Portugal dans le contexte européen : circulation des ingénieurs, transfert de technologie et construction des paysages de l’innovation.
Bien cordialement

AAC – Le « petit » dans le monde vitivinicole, Pau, sept. 2017

 

Colloque international

Le « petit » dans le monde vitivinicole

Université de Pau et des pays de l’Adour

28 et 29 septembre 2017

Laboratoire ITEM

 

 

Depuis une dizaine d’années environ, la « culture du vin » est devenue une mode dont se sont emparés médias, éditeurs, bloggeurs, chaines de la grande distribution et grand public. Il est ainsi devenu fréquent de voir tel ou tel grand magazine consacrer numéros spéciaux et cahiers de tendances aux vins, aux conseils d’achats, aux techniques de conservation, aux manières de déguster. Tout aussi régulièrement, les grandes surfaces proposent leur foire aux vins, tout en valorisant, autant que faire se peut, les productions locales tout au long de l’année. Et si les guides se multiplient dans le sillage des publications de Robert Parker au tournant des années 1990, Internet et smartphones ont également permis l’éclosion de quantité de nouveaux supports allant du blog critique d’œnophilie à l’application censée permettre d’allier tel vin avec tel met.

Cet afflux d’informations et de prescriptions tend à enserrer le marché des vins dans des logiques d’injonctions qui recoupent des dynamiques multiples : importance de la notoriété ; rationalisation du goût ; priorité à l’innovation et l’originalité ; souci de la communication ; rapport à la nature et l’environnement ; etc. Surtout, ce regain d’intérêt pour la chose vitivinicole a pour conséquence – entre autres – l’affirmation et la sédimentation d’une hiérarchie pourtant fondée autour de valeurs hautement subjectives telles que le goût, le plaisir ou l’assemblage des mets.

En réalité, il ne s’agit pas là d’une nouveauté. Nombre d’historiens ont montré l’importance de facteurs exogènes dans la création d’une notabilité des crus et, dans la continuité de processus entamés dès l’antiquité puis ayant connu une phase d’institutionnalisation par le biais des premiers classements au XIXe siècle, la hiérarchisation apparaît très clairement comme un élément identitaire constitutif des marchés vitivinicoles. Dans une filière en perpétuelle évolution et sans cesse reconfigurée, il existe donc des territoires plus productifs que d’autres, des marchands objectivement plus actifs que d’autres, des vins réputés meilleurs que d’autres. La dimension comparatiste se révèle dès lors un facteur prédominant à la fois dans les pratiques des acteurs, les consignes des prescripteurs, les représentations des consommateurs ou les études des chercheurs.

Or, si les « grands vins » ou les « grands crus » sont régulièrement mis à l’honneur (par leurs promoteurs, leurs distributeurs ou leurs consommateurs, mais aussi par les chercheurs), rares sont les études qui portent sur des notions aussi simples, bien qu’abondamment employées, de « grand » et de « petit ». Par ailleurs, encore plus rares sont les études qui portent sur le « petit » et sa place dans l’histoire, la filière, les territoires ou les marchés vitivinicoles.

 

Dans la continuité des travaux de recherche menés par le programme « La vigne et le vin dans le Midi aquitain à la lumière d’autres terroirs : histoire, cultures et patrimoines de petits vignobles » porté par le laboratoire ITEM à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce colloque propose d’interroger la notion de « petit » dans le monde vitivinicole. Dans une logique multiperspectiviste, il visera à interroger la question des classifications et des représentations dans la filière, tout en proposant une approche à la fois plus nuancée et plus diverse sur un sujet encore peu exploré. En croisant les regards et les réflexions de chercheurs en sciences sociales ou en sciences fondamentales et appliquées sur ce thème, la réflexion d’ensemble pourra s’organiser autour de quatre grandes thématiques dont la présentation ci-dessous décline quelques pistes de réflexion (non-exhaustives) :

 

  1. La notion de « petit » dans le jeu des échelles temporelles et spatiales. Il s’agira de se demander ce qu’est « être petit » dans la filière. Les communications pourront réfléchir à la question des permanences et mutations que rencontrent les « petits » dans un temps plus ou moins long. Logiquement, ces questionnements renverront au rapport au(x) « grand(s) » et la manière dont le « petit » s’insère dans des logiques, des territoires et des pratiques dominés par le « grand ». Dès lors, le petit, souvent oublié ou méprisé, pourra apparaître comme une nouvelle perspective d’appréhension, de compréhension, de redécouverte du « grand ». Dans ce cadre, la question de l’identité – et de sa construction – est fondamentale ; celle-ci pouvant être en marge, en opposition ou en complémentarité.

 

  1. Être un petit acteur. Ici le questionnement portera sur les spécificités d’acteurs considérés (ou qui se considèrent) comme « petits » dans le monde vitivinicole. Il s’agira de s’interroger, entre autres, sur leur rôle dans la filière, leur rayonnement, leur interaction, leur originalité, leur passé ou leur devenir. Par « acteurs », nous entendons ici toute une multitude d’agents (producteurs, ouvriers, intermédiaires, commerçants/débitants, représentants, offices de tourisme, etc.) qui interagissent dans la filière pour produire, distribuer, valoriser, commenter les marchandises et les territoires vitivinicoles en France et dans le monde. Une attention particulière pourra être portée sur certaines des dynamiques actuelles et leur inscription dans le temps (féminisation ; vins bios et natures ; cours d’œnologie ; etc.).
  2. Être petit sur le marché. Plus spécifiquement, l’interrogation s’articulera autour de la place des petits sur le marché vitivinicole, ainsi que des manières dont ils sont perçus. En effet, depuis les marchés de niche jusqu’aux marchés de vins de consommation courante, la place des petits, tout en étant multiforme, est prépondérante. Elle engage des identités aux contours particulièrement variés et entre en résonance avec des formes de concurrences diverses, depuis les petits États producteurs jusqu’aux petites aires de production, en passant par les petits producteurs indépendants ou les petits cavistes. Par extension et dans cette optique, une réflexion pourra être menée sur la consommation familiale, son évolution au fil du temps et ses mutations (depuis la petite parcelle d’autoconsommation aux caves privées).

 

  1. Le petit et l’immatériel. Un dernier type d’intérêt pourrait porter sur ce qui se passe du côté du sensible, du difficilement perceptible et des pratiques dans le monde vitivinicole. Bien évidemment, cela amènerait à interroger la dimension « micro » voire moléculaire, tant à l’échelle du territoire que du produit lui-même, mais également au niveau du consommateur. Cela renverrait par exemple à l’utilisation (ou non) de la chimie et de ses effets, voire à des problématiques liant neurosciences et comportements de consommation. En toute logique, cela viserait également à interroger une notion en vogue depuis quelques décennies, le small is beautiful, valorisant de nouvelles tendances (circuits courts ; éthique de production et de consommation ; rapport au capital nature ; économie à taille humaine ; etc.).

 

Cet appel à communications est ouvert à tout chercheur, français ou étranger, dont les axes de recherche pourraient croiser le thème général ou les thématiques particulières. Résolument interdisciplinaire, ce colloque qui donnera lieu à publication, concerne historiens, historiens de l’art, géographes, sociologues, anthropologues, économistes, juristes, scientifiques, etc., ainsi que l’ensemble des périodes et des territoires. Les propositions des jeunes chercheurs (master, doctorat, post-doc) ainsi que celles de professionnels de la filière, tout comme les approches comparatistes, seront, dans la continuité des journées d’étude menées à Pau depuis quatre ans, particulièrement les bienvenues.

Les propositions de communications – en français ou en anglais – sont à renvoyer avant le 15 février 2017 à stephane.lebras [arobase] yahoo.fr. Elles devront comprendre un titre, un résumé (1.500 signes max.) et une courte biographie. Une réponse sera donnée dans le courant du mois de mai.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

 

Comité scientifique : Isabelle Bianquis (U. Tours) ; Jean-Pierre Garcia (U. Bourgogne) ; Léonard Laborie (CNRS) ; Sandrine Lavaud (U. Bordeaux) ; Andrew Smith (U. London) ; Olivier Jacquet (U. Bourgogne); Éric Rouvellac (U. Limoges) ; Rémy Pech (U. Toulouse) ; Sophie Lignon-Darmaillac (U. Paris-Sorbonne) ; Francis Brumont (U. Toulouse) ; Jordi Planas (U. Barcelona) ; Guilhem Ferrand (U. Pau) ; Corinne Marache (U. Bordeaux) ; Benoît Musset (U. Le Mans) ; Raphaël Schirmer (U. Bordeaux) ; Paolo Tedeschi (U. Milan) ; Danielle Cornot (U. Toulouse) ; Samuel Leturcq (U. Tours).

 

Comité d’organisation : Stéphane Le Bras et Laurent Jalabert

 

La BNF reçoit Michel Aglietta

 Club des livres

Rencontres

Le cycle « Club des livres » propose au public de la BnF de rencontrer des personnalités dont une publication a retenu l’attention  comme porteur d’idées ou d’imaginaire. Le spectre de ce cycle est largement ouvert des auteurs d’essai et chercheurs aux poètes, metteurs en scène et artistes. Tous les domaines y sont explorés, en lien avec les collections présentes dans les salles de lecture de la Bibliothèque.

samedi 10 décembre 2016 17h00-18h00

Michel Aglietta, La monnaie entre dettes et souveraineté

Michel Aglietta, en collaboration avec Pepita Ould-Ahmed et Jean-François Ponsot, La monnaie, entre dettes et souveraineté, Odile Jacob, 2016.

Michel Aglietta est économiste et polytechnicien, professeur émérite à l’université Paris-Ouest, conseiller scientifique au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) et à France Stratégie, auteur de nombreuses publications sur la monnaie. Dans ce livre, il met d’abord en lumière la nature profonde de la monnaie et l’illustre par son parcours historique. Il éclaire ensuite les mécanismes des crises monétaires et financières et de leur régulation pour conclure avec la préfiguration d’un nouveau système monétaire international. Ce faisant, il fournit des clefs pour comprendre comment la monnaie, discrète et indispensable, s’impose dans nos vies quotidiennes et intervient dans la destinée de l’humanité.

Rencontre animée par Carmen Guy, chargée de collections en économie, BnF.

Les élus du comité directeur 2017-2019

Arnoux Mathieu

Professeur d’histoire médiévale université Paris Diderot et Directeur d’études EHESS

Baubeau Patrice

Maitre de conférences d’histoire contemporaine, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, IDHE

Chambon Grégory

Directeur d’études EHESS histoire antique, ANHIMA

Chankowski Véronique

Professeur d’histoire égéenne et économie antique à l’Université Lyon 2, directrice HISOMA 

Conchon Anne

Professeur d’histoire moderne, université de Paris I Panthéon Sorbonne, IDHE

Conesa Marc

Maitre de conférences d’histoire moderne, Université Paul Valéry Montpellier 3, EA Crises 

Daudin Guillaume

Professeur d’économie, Université Paris Dauphine, LEDA, histoire économie moderne commerce international.

Diebolt Claude

Directeur de Recherche Économie : cliométrie, économie historique, Université de Strasbourg BETA/CNRS

Druelle-Korn Clotilde

Maître de conférences d’histoire contemporaine, Université de Limoges, CRIHAM 

Feller Laurent

Professeur d’histoire médiévale, Université Paris I Panthéon Sorbonne, LAMOP

Hautcoeur Pierre-Cyrille

Directeur d’études et président de l’EHESS, Paris School of Economics. Histoire monétaire et financière.

Herment Laurent

Chargé de Recherches CNRS, Histoire contemporaine CRH – EHESS

Martini Manuela

Professeur d’histoire contemporaine, Université Lyon 2, Larhra.

Mathé Virginie

Maître de conférences en histoire ancienne à l’Université Paris-Est Créteil / Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée

Minovez Jean-Michel

Professeur d’histoire moderne, Université de Toulouse Jean-Jaurès, FRAMESPA

Monnet Eric

Economiste chercheur « senior » Banque de France, enseignant PSE

Quennouëlle-Corre Laure

Directrice de Recherche CNRS, Histoire contemporaine CRH

Touchelay Béatrice

Professeur d’histoire contemporaine, Université de Lille 3, IRHIS 

Warlouzet Laurent

Professeur d’histoire contemporaine, Université du Littoral Côte d’Opale (Boulogne-sur-Mer)

 

Conférence de Tyler Stovall le 7 décembre

Archives Nationales – Université Paris Lumières – Ville de Saint-Denis

 

Conférence 

de Tyler Stovall (Université de Californie, Santa Cruz) : « Refaire la classe ouvrière: exclusions de race et de genre et citoyenneté au lendemain de la Première Guerre mondiale »

Introduction par Danielle Tartakowsky, professeure d’histoire contemporaine et ancienne présidente de l’Université Paris 8.

 

Mercredi  7 décembre, 18 h – 20 h

A la Mairie de Saint-Denis (salle des mariages),
2 Place du Caquet, 93200 Saint-Denis
Métro Basilique de Saint-Denis

 

Conférence inaugurale du colloque « Quels citoyens pour l’empire ? La citoyenneté française à l’épreuve de l’empire dans la première moitié du XXe siècle » organisé par Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8), Claire Fredj (Université Paris-Ouest), Sylvain Pattieu (Université Paris 8) les 8 et 9 décembre : http://www.idhes.cnrs.fr/quels-citoyens-pour-lempire/

Contact : esibeud@univ-paris8.fr

Corps au travail, JE 2/12

Chers collègues et amis,

Je vous prie de trouver ci-joint l’annonce d’une journée d’études sur « Le corps au travail. Performance, discipline et fatigue dans le mondes de l’industrie (XVII-XXe siècle) », qui aura lieu le 2 décembre prochain à l’université de Valenciennes

bien cordialement,

Corine Maitte
Professeur d’histoire moderne
Université de Paris-Est Marne-la-Vallée
Laboratoire acp
http://acp.u-pem.fr/equipe/corine-maitte/

Le corps au travail : performance, discipline et fatigue dans les mondes de l’industrie (XVIIe -XXe)

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. FLLASH, salle du Conseil

Vendredi 2 décembre 2016, 10h30 – 17h15.

 

Organisateurs : Corine Maitte (ACP – EA 3350, université Paris-Est Marne-la-Vallée), Thierry Arnal (CALHISTE – UVHC), Didier Terrier (CALHISTE – UVHC)

 

Sur les chantiers, dans les manufactures et au sein des fabriques de l’ère préindustrielle, des formes de mécanisation de plus en plus ingénieuses de la production accompagnent l’usage des énergies traditionnelles tandis que des formes multiples de division du travail apparaissent dans des secteurs très divers . Ces transformations traduisent une volonté d’améliorer les performances économiques afin de conquérir de nouveaux marchés et débouchent sur une imposition grandement contraignante de la discipline ouvrière. Si, lors du XIXe siècle, le processus d’industrialisation n’introduit que fort progressivement des ruptures majeures, les exigences nouvelles quant au respect de la solidarité entre l’homme et la machine, l’intensification des rythmes du travail et la multiplication de gestes nouveaux, voire de postures inédites, modifient grandement les exigences auxquelles sont soumis un nombre croissant de travailleurs dans les industries concentrées et mécanisées. Cette relation sans précédent à la machine impose de nouveaux horizons à l’ensemble des mondes du travail et subvertit tout le corps social. La mécanique du mouvement qui construit au même moment le corps travaillé du sportif ne présente-t-elle pas, par exemple, quelque analogie avec les transformations des normes et de l’intensité de l’effort productif alors en cours ? Enfin, l’irruption des « temps modernes » et la mise en place du taylorisme, puis l’automatisation et la dématérialisation du travail marquent à leur tour de nouvelles étapes qui, par leur caractère paradigmatique, systématisent jusqu’à aujourd’hui la soumission des corps aux logiques de la performance.

Ce processus de « machinisation » de l’humain s’est accompagné, en longue durée de nombreuses études théoriques prônant les « vertus » de la rationalisation du travail au nom de l’efficacité et du profit. Taylor n’a-t-il pas, depuis Vauban jusqu’à Ure, Babbage et autres, d’illustres prédécesseurs tandis que le management ne cesse de repousser aujourd’hui plus loin les limites de ce que les entreprises s’estiment en droit d’exiger de leurs travailleurs ? Nombreux sont d’ailleurs les « experts » qui, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui, entretiennent l’illusion selon laquelle la machine va alléger la pénibilité au travail. Pourtant, si au sein des populations laborieuses, la fatigue n’a cessé de meurtrir les corps, ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle qu’elle est désignée comme telle. Elle devient alors progressivement un « mot à maux » que l’on associe à l’apparition de pathologies multiples qui, toutes, confinent à l’usure physique et psychologique des travailleurs.

Pourtant, dès que l’on se rapproche du terrain, la fatigue qu’éprouvent celles et ceux qui sont soumis aux exigences de la performance reste un objet fuyant. Si « le corps à l’ouvrage » (Thierry Pillon) a fait l’objet, à partir de la mise à contribution des écrits de soi et de la littérature prolétarienne du XXe siècle, d’une approche diachronique, on peine toujours, entre dénonciations et préconisations, à prendre la mesure de la fatigue sous ses formes multiples et évolutives, depuis la manière dont on la circonscrit jusqu’à ses effets et son ressenti individu par individu. C’est là probablement un champ où sociologues, historiens, ergonomes et autres pourraient voir leurs curiosités converger. Cette journée aura donc pour objet de faire le point à ce sujet, de proposer des approches inédites et d’explorer en la matière le champ des possibles.

 

Programme

Accueil (10h – 10h30)

 

10h30 – 10h45 : Thierry Arnal et Didier Terrier, « La fatigue au travail : un objet fuyant ? »

 

Regards (10h45 – 12h30)

 

10h45 – 11h15 : Corine Maitte (université Paris-Est Marne-la-Vallée), « La fatigue de l’ouvrier au travail : un impensé de l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècle) ? ».

 

11h15 – 11h45 : Georges Vigarello (EHESS), « Le corps et la fabrique, une vision du dépérissement au XIXe siècle ».

 

11h45 – 12h15 : Nicolas Hatzfeld (université d’Evry-Val-d’Essonne), « Déplacement des figures de l’usure des corps au XXe siècle ».

 

12h15 – 12h30 : discussion

 

Modèles (14h – 15h30)

 

14h – 14h30 : François Vatin (université Paris-Ouest), « De Pierre-Edouard Lemontey (1801) à Charlie Chaplin : l’imaginaire de l’ouvrier-machine. Discussion d’une figure de style ».

 

14h30 – 15h : Thierry Arnal (université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), « L’ouvrier et l’athlète : deux figures du corps productif au XIXe siècle ».

 

15h – 15h15 : discussion

 

Constats (15h45 – 17h15)

 

15h45 – 16h15 : Didier Terrier (université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), « ‘Un travail excessif comme force et comme durée.’ La fatigue au prisme de la loi et des inspecteurs du travail

(1874-1891) ».

 

16h15 – 16h45 : Thierry Pillon (université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), « Le confort des bureaux : un moyen de prévenir la fatigue intellectuelle au début du XXe siècle ».

 

16h45 – 17h : discussion

 

17h – 17h15 : Corine Maitte : conclusion générale