Le #WEHC2015 vu par Jérémy Ducros

Billet rédigé par Jérémy Ducros, doctorant à l’EHESS et à l’École d’Économie de Paris, assistant d’enseignement à l’Institut Paul Bairoch d’Histoire Économique de l’Université de Genève.

Le 17e Congrès mondial d’histoire économique s’est déroulé du 3 au 7 août dernier à Kyoto. Plus de 1000 participants se sont réunis au Centre international de Kyoto, lieu de la signature en 1997 du Protocole de Kyoto. Au total, près de 180 sessions parallèles et 3 sessions plénières se sont succédé durant ces cinq jours.

La session à laquelle j’ai participé était organisée par S. Battilossi (Universidad Carlos III), C. Burhop (Universität Wien) et A. Riva (EBS Paris & Ecole d’Economie de Paris) et portait sur le rôle des Bourses régionales de valeurs mobilières pendant la période contemporaine. Cinq papiers ont été présentés offrant ainsi une grande variété géographique et méthodologique.

Roberts (Queen’s University Belfast, QUB) a, tout d’abord, exposé une étude, réalisée en collaboration avec G. Campbell (QUB) et J. Turner (QUB), tentant de caractériser les marchés régionaux de valeurs mobilières au Royaume-Uni entre 1869 et 1929. Ils apparaissent comme étant davantage spécialisés sectoriellement que le marché de Londres. Utilisant des données de l’Investor’s Monthly Manual, ces auteurs montrent, en outre, que le poids de ces marchés régionaux augmente jusqu’en 1900 environ, notamment grâce à la cotation de compagnies locales de chemins de fer, avant de décliner relativement au marché londonien. En effet, à partir de cette date, de plus en plus d’entreprises décident de ne se faire coter qu’à Londres, alors qu’un quart des sociétés nouvellement introduites en Bourse à la fin du XIXe siècle l’était simultanément à Londres et sur un marché régional.

Burhop, dans un travail mené avec S. Lehmann (Universität Hohenheim), étudie la géographie financière de l’Allemagne à l’aube de la Première Guerre mondiale. Ils disposent pour cela de données sur le stock de valeurs cotées en 1913, ainsi que du flux, à savoir les introductions en Bourse entre 1897 et 1913. Ils montrent notamment que les entreprises dotées d’un capital social élevé ont davantage tendance à demander la cotation à Berlin, alors que les 23 marchés boursiers régionaux alors en fonctionnement accueillent plus volontiers des titres émis par ce que nous appellerions aujourd’hui des petites et moyennes entreprises. Pourtant, contrairement à ce que l’on observe à la même période au Royaume-Uni, on n’assiste pas à une concentration croissante des introductions en bourse sur le marché dominant, ici Berlin. Pour les auteurs, il faut y voir la persistance de l’asymétrie d’information entre les émetteurs de titres et les investisseurs : en effet, plus l’entreprise est implantée loin d’un marché boursier, plus il est difficile de se renseigner sur elle, d’où l’existence d’un biais domestique chez les investisseurs et, par conséquent, de marchés régionaux.

J’ai, ensuite, présenté un travail écrit avec A. Riva, sur la nature des relations et de la compétition entre les deux marchés boursiers parisiens – le Parquet et la Coulisse – et la place financière lyonnaise durant toute la deuxième moitié du XIXe siècle, réalisé à partir de sources peu utilisées jusqu’à présent : les archives des Compagnies des Agents de Change de Paris et de Lyon. Après le krach de l’Union Générale en janvier 1882, la Bourse de Lyon, pourtant le marché régional français le plus important avant la crise, doit littéralement lutter pour sa survie en liquidant progressivement le passif laissé par le krach et en tâchant de recouvrer la confiance des investisseurs et du gouvernement. Dans cette lutte, le Parquet lyonnais a bénéficié de l’activité croissante de la Coulisse. En effet, en adoptant de nouveaux horaires de Bourse et en admettant à la cote officielle des valeurs échangées à Paris (emprunts publics étrangers, mines d’or et d’argent, banques internationales, etc.), Lyon a attiré des ordres d’arbitrageurs du marché non officiel parisien. Plus tard, la Chambre Syndicale lyonnaise adopte une nouvelle politique d’admission à la cote plus favorable aux titres des petites entreprises locales. Par cette stratégie de niche, la Bourse de Lyon se différencie de ses concurrentes parisiennes, ce qui favorise son activité.

Dans une perspective différente, A. Herranz (Universidad de Barcelona) et Pilar Nogues-Marco (Universidad Carlos III) étudient le marché monétaire espagnol au XIXe siècle. Leur analyse repose notamment sur une série de cotations de lettres de change pour différentes villes d’Espagne entre 1825 et 1874. Selon eux, le principal facteur d’intégration du marché monétaire en Espagne n’est pas à rechercher dans la mise en place du télégraphe ou dans le développement d’un réseau de chemins de fer, mais plutôt dans l’amélioration du réseau routier et des services postaux dès les années 1840. En effet, ils montrent à l’aide d’un modèle autorégressif à seuil que les écarts de prix et la durée d’ajustement à un choc externe se sont considérablement réduits entre les années 1820 et 1850, et peu ensuite, probablement du fait d’une instabilité politique chronique.

Enfin, R. Lyons (Trinity College, Dublin) a présenté sa recherche réalisée avec R. Grossman (Wesleyan University), M. Imai (Wesleyan University) et K. O’Rourke (All Souls College, Oxford) sur les mouvements de longue période du marché des actions irlandais. Rassemblant et complétant plusieurs séries de données, ils proposent un indice du marché des actions irlandais pour la période 1825 à 1939. Plusieurs ruptures structurelles sont alors identifiées économétriquement. Le premier enseignement de cet exercice réside dans le rôle prépondérant exercé par l’entreprise Guinness. En effet, elle représente jusqu’à 50 % de la capitalisation boursière totale dans les années 1930 ! Les performances globales du marché sont donc largement corrélées avec celles de Guinness. Les phases d’expansion de l’entreprise coïncident ainsi avec l’appréciation de l’indice. C’est le cas notamment en 1887, 1896 et 1909. Un autre apport des auteurs est de reconsidérer la crise de décembre 1885. Traditionnellement, il est d’usage d’imputer aux élections et à la percée du mouvement autonomiste irlandais, l’incertitude régnant à ce moment-là. Les auteurs proposent une explication concurrente : la chute des cours boursiers serait davantage liée aux difficultés de la Banque d’Irlande qui a souffert de pertes après avoir agi comme prêteur en dernier ressort lors du sauvetage de la Banque Munster.

Le Kinkaku-ji ou “Pavillon d’or”, situé à quelques kilomètres seulement du Centre international de Kyoto (photo personnelle)
Le Kinkaku-ji ou “Pavillon d’or”, situé à quelques kilomètres seulement du Centre international de Kyoto (photo personnelle)

Le Congrès mondial s’est terminé par une table ronde consacrée aux nouvelles approches en histoire économique du développement. Elle réunissait A. Banerjee (MIT), N. Crafts (University of Warwick), A. Greif (Stanford University), ainsi que T. Okazaki (University of Tokyo) dans le rôle de modérateur.

A. Banerjee a, tout d’abord, mis en garde contre ce qu’il appelle « la tyrannie de l’histoire » et le déterminisme tel qu’il est présent par exemple dans les travaux de D. Acemoglu et J. Robinson. En effet, selon lui, bien qu’il existe une certaine persistance historique, des politiques appropriées peuvent favoriser le développement et renverser la trajectoire économique suivie par un pays. Dans la lignée de ses travaux récents, A. Greif a plaidé pour une meilleure compréhension des fondations institutionnelles du marché. L’information, la coordination, ou encore l’enforcement sont, d’après lui, nécessaires pour le bon fonctionnement des marchés et sont intimement liés aux institutions. Celles-ci peuvent être formelles, comme par exemple les droits de propriété, ou informelles. Selon A. Greif, ce n’est qu’après avoir acquis une profonde connaissance des institutions qu’il est possible de comprendre comment des politiques peuvent favoriser le développement économique. Tout en reconnaissant le rôle des institutions et des politiques économiques, N. Crafts a, de son côté, insisté sur l’importance de la prise en compte de la géographie dans le processus de développement. Constatant la présence d’une forte autocorrélation spatiale existante entre les niveaux de développement atteints, il a plaidé pour un recours plus large aux concepts de market access et de localisation des activités industrielles notamment. Ainsi, selon lui, la nouvelle économie géographique pourrait fournir des éléments explicatifs intéressants au débat sur la « grande divergence » en Europe au XIXe siècle.

Je tiens à conclure ce compte-rendu en remerciant chaleureusement l’AFHE pour son aide financière. Sans elle, il ne m’aurait pas été possible de participer au WEHC et de présenter mes travaux devant une large audience internationale.


Rédaction

Association française d'histoire économique (AFHE)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *