Journée d’études: « Esclavage, Histoire et Héritage » – Lyon – 10 mai 2011

10 mai 2011, de 9h30 à 18h30

Maison de l’Orient et de la Méditerranée
Salle Joseph Reinach
7 rue Raulin – Lyon 7e

Cette journée sera consacrée à une approche comparée de l’esclavage et des formes extrêmes de dépendance dans le Maghreb, les pays d’Orient, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique. Il s’agit avant tout de relancer le débat autour de l’un des legs majeurs de notre histoire et des enjeux qui ont été à l’origine  d’une recomposition mondiale des équilibres démographiques, économiques et sociaux.

Responsables
Karine Bennafla, IEP-GREMMO
Salah Trabelsi, GREMMO-CIRESC

PROGRAMME

Antonio de Almeida Mendes
Université de Nantes‐CIRESC
Routes et circuits arabes, berbères et européens
dans l’Atlantique nord (XIVe‐XVIe siècle)

Elisabeth Cunin
IRD/ AFRODESC : Afrodescendants et esclavages : domination, identification
et héritages dans les Amériques (XVe‐XXIe siècle) , Mexique
Belize, nation créole? Esclavage, colonialisme et indépendance

Jean‐Michel Deveau
Université de Nice/CIRESC
Histoire de traite et histoire d’Afrique

Mohammed Ennaji
Université de Rabat, Maroc
Islam et esclavage

Inès Mrad-Dali
École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris
Histoires et spécificités de l’esclavage des Noirs en Tunisie :
de la dépendance à « l’intégration » tribale

Claude Prud’homme
Université Lumière Lyon 2
La papauté et l’esclavage : de la justification théologique
à l’approbation des uns et la condamnation des autres

M’hamed Oualdi
INALCO, Paris
« Esclaves » et territoire d’empire. Le rôle de mamelouks dans
la constitution de la province ottomane de Tunis (XVIIe‐XIXe siècle)

Marie Rodet
Université de Vienne, Autriche
Un parcours entre esclavage, rébellion et résistance :
le Sous‐Lieutenant Mansouka (18… – 1920)

Jorge Santiago
Université Lumière Lyon 2/ CREA
L’esclavage à la lumière des anthropologies périphériques

Parution: Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris, 1770-1830

Le Roux Thomas, Le laboratoire des pollutions industrielles – Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, coll. « L’évolution de l’Humanité », 2011, 544 p.

“Au tournant du xixe siècle, Paris est la scène d’une industrialisation qui remet en cause les relations des hommes à leur environnement. Bousculant une société d’Ancien Régime fortement préoccupée de santé publique et de règles de bon voisinage, le développement d’activités polluantes provoque une transformation du droit et des institutions. C’est cette révolution que nous fait découvrir Thomas Le Roux. Prenant en compte l’ensemble des acteurs sociaux et politiques, l’État, la Ville, les industriels, les juristes, les scientifiques et l’opinion publique, il décrit le processus complexe qui donna aux fabriques et aux manufactures, notamment dans le secteur de la chimie, la possibilité de s’implanter en ville. À partir de l’étude des pollutions nouvelles dont les Parisiens font alors  l’expérience, l’auteur propose une histoire totale de la capitale industrielle, non plus épopée des entrepreneurs, mais lente et difficile adaptation de la ville aux risques de l’industrie et de la technique. Dans cette approche novatrice de la modernité manufacturière, où les nuisances découlent du progrès, Paris est le laboratoire d’une légitimation des pollutions, annonçant la nouvelle alliance de l’État, de la science et de l’industrie dans un projet politique inédit.”

Actualités de l’histoire environnementale.

Invitation – 31 mai 2011 « La vie et l’oeuvre de Maurice ALLAIS, d’un siècle à l’autre »

MINES ParisTech, le Conseil Général de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies, l’Académie des Sciences Morales et Politiques, le CNRS et l’École Polytechnique ont le plaisir de vous inviter au colloque « La vie et l’oeuvre de Maurice ALLAIS, d’un siècle à l’autre », qui se tiendra à MINES ParisTech, 60 Bd St-Michel, Paris 6e , le mardi 31 mai 2011, jour du 100e anniversaire de la naissance de Maurice Allais

La direction scientifique de ce colloque est assurée par Alfred GALICHON (École Polytechnique) et Pierre-Noël GIRAUD (MINES ParisTech), sous l’égide d’un Comité scientifique composé de Jean-Michel GRANDMONT (CREST et Venice International University), Roger GUESNERIE (Collège de France), Guy LAROQUE (CREST et University College London) et Jean TIROLE (Toulouse School of Economics).

MINES ParisTech, Conseil Général de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies, the Académie des Sciences Morales et Politiques, the CNRS and the École Polytechnique have the pleasure to invite you to a conference on « The life and work of Maurice ALLAIS, from one century to the next » which will be held at MINES ParisTech, 60 Bd St-Michel, Paris 6e, on Tuesday May 31, 2011, the 100th anniversary of Maurice Allais’ birth.

The scientific direction of this colloquium is ensured by Alfred GALICHON (École Polytechnique) and Pierre-Noël GIRAUD (MINES ParisTech), under the aegis of a scientific Committee composed of Jean-Michel GRANDMONT (CREST and Venice International University), Roger GUESNERIE (Collège de France), Guy LAROQUE (CREST and University College London) and Jean TIROLE (Toulouse School of Economics).

Inscription, programme et informations : http://colloque-31mai2011.mines-paristech.fr

Contact :
colloque-31mai2011 [at] mines-paristech [point] fr ou 01 40 51 90 16.

Tribune du collectif « Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie » sur Mediapart

Une tribune a été publiée le 22 avril 2011 par le collectif “Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie” en Une du site d’information Mediapart. Ce dernier est un site payant mais les tribunes sont en libre accès pour les non-abonnés.

Colloque: Les organisations patronales en Europe: genèse et morphologies originelles (XIXe-XXe siècles)

9 et 10 juin 2010

Universités de Paris I-Sorbonne et de Paris-Cités-Paris XIII

(CRESC-PARIS 13, IDHE-PARIS 1, LARHRA, CERHILIM-GERHICO)

Jeudi 9 juin 2011 : Université de Paris 13, Amphi Euler

8h45 Accueil des participants

9h-9h15 Ouverture du colloque par Ariane Desporte, vice-présidente de l’Université  de Paris 13

9h15-9h40 Introduction Danièle Fraboulet, Université de Paris 13

9h40-13h   1e session : Les organisations patronales faîtières

Présidence Danièle Fraboulet, Université de Paris 13

9h40-10h10 Danièle Fraboulet Présentation synthétique et transversale des communications

10h10-10h25 Clotilde Druelle-Korn, Université de Limoges, et  Béatrice Touchelay, Université de Paris 12

De la CGPF au CNPF : la permanence d’une impulsion gouvernementale ?

10h25-10h40 Pierre Eichenberger, Université de Lausanne :

L’Union Centrale des Associations Patronales Suisses (UCAPS) : Genèse, Morphologie et Fonction d’une organisation faîtière du patronat suisse

10h40-10h55 Sébastien Guex et Malik Mazbouri, Université de Lausanne :

De l’Association des Représentants de la Banque en Suisse (1912) à l’Association Suisse des Banquiers (1919). Genèse, morphologie et fonctions de l’organisation faîtière du secteur bancaire suisse.

10h55-11h05 Pause

11h05-11h20 Cédric Humair, Université de Lausanne

Du libéralisme manchestérien au capitalisme organisé : genèse, structuration et spécificités de l’organisation patronale suisse (1860-1914)

11h20-11h35 Werner Bührer, Université de Munich

German Business Organizations’s genesis (late 19 th)

11h35-11h50 Fernando Salsano, Luiss Université de Rome

Genesis, historic form and structure of Associazione fra le società italiane per azioni (Assonime)

11h50- 12h05 Hélène Michel, IEP de Strasbourg, et Sylvain Laurens, Université de Limoges

Trade and business organisations au niveau européen : développement et institutionnalisation d’une forme de représentation des intérêts patronaux

12h05-12h20 Michel Offerlé, ENS-CMH

Autour de la genèse du MEDEF

12h20-13h Discussion

13h-14h30 Déjeuner

14h30-17h30  2e session : Les organisations patronales régionales

Présidence Sébastien Guex, Université de Lausanne

14h30-15h Sébastien Guex Présentation synthétique et transversale des communications

15h-15h15 Fiametta Berardo, Université de Liège

Genèse et forme des organisations patronales dans le nord d’Italie : le cas du département de Cuneo

15h15-15h30 Franz Clément, REPREM, CEPS/INSTEAD, Luxembourg

Les organisations patronales au Luxembourg et dans la Grande Région

15h30-15h45 A.M. Locatelli, Université de Milan

Notes on Entrepreneurial Associations in Lombardy from the last decades of the 19th Century to the World War I

15h45-16h  Philip Ollerenshaw, University of the West of England Bristol

Business and  trade associations in the North of Ireland, 1870-1945

16h-16h15 Pause

16h15-16h30 Paolo Tedeschi, Geoffrey J. Pizzorni, Université de Milan-Bicocca

Notes on the Milanese Business and Trade Associations from the last decades of the 19th Century to the European Recovery Program

16h30-16h45 Pilar  Calvo Caballero, Universidad de Valladolid

Origine, organisation, fonctionnement et représentativité des organisations patronales en Castille et Léon (España), 1876-1931

16h45-17h30 Discussion

Vendredi 10 juin : Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, salle Marc Bloch (esc. C, 2e étage)

9h-12h30    3e session : Les organisations patronales sectorielles (XIXe-début XXe siècle)

Présidence Michel Margairaz, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne

9h-9h30 Michel Margairaz, Présentation synthétique et transversale des communications

9h30-9h45 Guillaume Wroblewski, Université de Valenciennes

Des naissances avortées : les sociétés industrielles de Reims et d’Amiens (1836-1847)

9h45-10h Pierre Vernus Université de Lyon 2

L’émergence du syndicalisme patronal dans les industries lyonnaises de la soie : l’Association de la Fabrique lyonnaise et l’Union des marchands de soie (fin des années 1860 – années 1890)

10h-10h15  Raymond Dartevelle, Université Paris 1 – IDHE-CNRS

La structuration des organisations patronales françaises d’assurances interbranches (années 1880-années 1920) : aux sources d’une entente corporative

10h15-10h30 Pause

10h30-10h45 Pierre Chancerel, Université de Picardie – Jules Verne

Le Comité central des négociants importateurs de charbon en France

10h45-11h Stéphane Palaude, Université de Lille III, Président de l’Association de médiatisation des arts du verre

Le Groupe des Verreries Champenoises, Syndicat méconnu des fabricants de bouteilles à vins de Champagne 1899-1939

11h-11h15 Christian Borde, Université du Littoral Côte d’Opale

Le Comité Central des Armateurs de France au service de ses adhérents, 1903-1928

11h15-12h Discussion

12h-13h30 Déjeuner

13h30-17h15  4e session : Les organisations patronales, secteurs, produits et genres (seconde moitié du XXe siècle)

Présidence Olivier Dard, Université de Metz

13h30-14h Olivier Dard, Présentation synthétique et transversale des communications

14h-14h15 Déborah Flusin-Fleury, Université de Reims

L’organisation des employeurs publics en Europe : sociogenèse du Centre Européen des Entreprises Publiques (Ceep)

14h15-14h30 Andrea Zanini, University of Genoa,  et Marco Teodori, University of Rome

Business associations in the tourism sector: the case of the Italian hotel industry (1890s-1960s)

14h30-14h45 Pause

14h45-15h Marion Rabier, ENS / EHESS / CNRS

La construction d’un espace de la représentation d’un patronat féminin, des années 1920 aux années 2000

15h-15h15 Jean Charest et Mélanie Laroche, École de relations industrielles, Université de Montréal, Rob Hickey, School of Policy Studies, Queen’s University

Les logiques de représentation et d’action patronale au Canada

15h15-15h30 Discussion

15h30-16h30 Conclusions Youssef Cassis, Institut européen de Florence

Accès

Université de Paris 13, 99 av. JB Clément, 93430 Villetaneuse / Gare du Nord (banlieue, quai 30 à 36), arrêt : Epinay-Villetaneuse (10mn de la gare du Nord), Navette (sortie Gare) : bus n° 156, 354, 356. A la sortie du bus, prendre à droite, bâtiment au bout du parking 3.

Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 17 rue  de la Sorbonne, RER Luxembourg, bus 21, 27, 38, 84, 85

Contact

Entrée libre et gratuite

Inscription obligatoire auprès de

Houda Schiratti, sec-recherches.lshs@univ-paris13.fr, Tel : 01 49 40 40 42

Call for papers: « Cultures of Consumption in Asia and Europe »

Cluster of Excellence “Asia and Europe in a Global Context”
24.07.2011-29.07.2011, Heidelberg, Karl Jaspers Center for Advanced
Transcultural Studies

Deadline: 31.05.2011

The Cluster of Excellence “Asia and Europe in a Global Context” at Heidelberg University welcomes applications for its Summer School 2011 from graduate students in humanities and social sciences with an interest in transcultural studies. It will take place from July 24 to 29 in Heidelberg, Germany.

This year’s Summer School “Cultures of Consumption in Asia and Europe” will explore the meaning and significance of consumption in the past and present as a crucial link between Europe and Asia. Although ‘consumer society’ has become a prominent term for the description of the ways of life connected with a globalized modernity, the particular mode of experience and of interaction with things to which it points is neither exclusively modern nor exclusively occidental. Referring to the recent innovative insights from cultural and economic history, social sciences and anthropology, together with the expertise of foremost scholars working on both European and Asian themes, the aim of the programme is to gain a truly transcultural grasp of respective cultures of consumption.

The programme is designed to provide stimulating opportunity to get new inspiration for graduate work, exchange ideas on the topics of one’s research and actively engage with an international group of peers as well as renowned scholars. The confirmed speakers include Joanna Elfving-Hwang (Frankfurt), Sheldon Garon (Princeton), Manpreet Janeja (Cambridge), Robert Hellyer (Wake Forest), Angus Lockyer (SOAS London), Seoungsook Moon (Vassar College), Francoise Sabban (EHESS Paris), and from the University of Heidelberg Rudolf G. Wagner, Christiane Brosius, Harald Fuess, Katja Patzel-Mattern, David Mervart and Mio Wakita.

In addition to the academic programme, a range of excursions and leisure activities in and around the city of Heidelberg is on offer, including a guided city tour, visit of the German Packaging Museum and a beer tasting event.

Prospective participants should send their application together with a letter of motivation by May 31, 2011 to the address summerschool [at] asia-europe [point] uni-heidleberg [point]  de.

For detailed schedule and session topics of Summer School 2011 see
http://www.asia-europe.uni-heidelberg.de/en/summerschool

See also: http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/termine/id=16226

Journée d’études « monde politique et mondes des affaires »

Revisiting the Gilded Age: Business and Politics in Late 19th-Century U.S.

Programme

9h-9h30: Welcome and introduction (Nicolas Barreyre, Université Paris Ouest Nanterre)

9h30-11h: Session 1: Collusion Between Business and Politics: Representations and Reactions

  • Erhan Simsek (Universität Heidelberg): Surviving in the Worlds of Business and Politics: Theodore Dreiser’s The Financier.
  • Nicolas Bourguinat (Université de Strasbourg): Big Business and Politics in the New World: The View of Old-World Socialists.

11h-11h30: Break

11h30-13h: Session 2: Beyond Lobbying: Information, Culture and Politics

  • Dominique Pinsolle (Université Bordeaux 3): A French Daily Backed by American Interests: Le Matin, 1884-1890.
  • Michaël Vottero (Institut National du Patrimoine): To Collect and Conquer: American Collections in the Gilded Age.

13h-14h30: Lunch

14h30-16h: Session 3: Business and the Creation of Modern Liberalism

  • Paul Kens (Texas State University-San Marcos): The United States Supreme Court and Business Elites: Gilded Age Origins of Modern American Liberalism.
  • Scott R. Nelson (College of William & Mary): Liberal Apocalypse: The Panic of 1873 and its Four Horsemen.

16h-16h30: Break

16h30-18h: Session 4: Business in Local Political Networks

  • Yves Figueiredo (Université Paris IV Sorbonne): Golden State and Gilded Age. Californian Capitalism in the Sierra Nevada.
  • Évelyne Payen-Variéras (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle): Localism and the Strategies of Gilded-Age Entrepreneurs.

18h-18h30: Conclusion

Compte-rendu Journées de travail “European External Trade Statistics, 1700-1830” 11 et 12 mars 2011

Cher(e)s collègues,

Le 11 et 12 mars ont eu lieu à l’université Lille-I deux journées de travail sur les statistiques du commerce extérieur entre 1700 et 1830.
Ces journées étaient organisées par Loïc Charles et moi-même.

Je vous joins une rapide présentation de ces journées et leur programme. Une partie des intervenants a accepté de rendre publiques leurs interventions. Vous les trouverez ici : https://listes.cru.fr/sympa/info/18c_trade_data

Je suis à votre disposition pour vous donner plus de renseignements sur ce projet.

Cordialement,

Guilaume Daudin

European External Trade Statistics, 1700-1830

Lille-I, March 11th-March 12th 2011

Organisers:

Loïc Charles and Guillaume Daudin

The structural changes of the eighteenth century and the early nineteenth century, including the Industrial Revolution, finally led to the establishment of our modern economies. However, the ongoing discussion about the Great Divergence between Europe and Asia shows that the nature and the immediate causes of these structural changes are still a matter of debate among economists and historians. This workshop initiates a research program that would reconsider these issues from the perspective of the external trade data collected by early modern states either for fiscal reasons or with the objective of constructing trade statistics.

March 11th

10 am-11.30: France and the Austrian Netherlands
Loïc Charles (INED / Reims), Ann Coenen (Anvers), Guillaume Daudin (Lille)

12.00-1.30pm: Britain and Austria
David Jacks (Simon Fraser), Klemens Kaps (Vienna)

2.30pm-4: Western Atlantic
Javier Cuenca-Esteban (Waterloo), Alejandra Irigoin (LSE)

4.30-6.00: Portugal and the Netherlands
Cristina Moreira (Minho), Werner Scheltjens (Groningen)

March 12th

9.00am-10.30: Italy
Andrea Caracausi (Padua), Giovanna Tonelli (Milano)

11.00-12.30: Eastern Europe
Szymon Kazusek (Kielce), Cristian Luca (Dunarea de Jos Galati)

1.30pm-3.00: Historical statistics from the perspective of contemporary economics
Jérôme Héricourt (Lille), Jean-Jacques Nowak (Lille), Michel Fouquin (CEPII)

3.00-4.00: Further research and collaboration, especially regarding other databases: common questions and useful bridges?
Michael Seeruys (Leiden) Sylvia Marzagalli (Nice)

Guillaume Daudin – Le rôle du commerce dans la croissance: une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle (résumé de thèse)

Le rôle du commerce dans la croissance : une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle

Durant mes travaux de thèse, j’ai été financé par le Ministère de la Recherche par le biais d’un programme de mobilité internationale organisé par le Ministère de la Recherche et le CNRS. Cela m’a permis d’aller travailler durant la majeure partie de ma thèse au département d’histoire économique de la London School of Economics – en restant toutefois, en théorie et en pratique, lié au laboratoire EUREQua de l’université Paris-I. Cette double affiliation m’a permis à la fois de découvrir deux mondes universitaires très différents et de bénéficier de l’expertise de chercheurs de domaines différents. J’ai ainsi écrit ma thèse sous l’étroit encadrement à la fois de Nick Crafts – qui est un spécialiste de l’économie du XVIIIe siècle – à Londres et d’Antoine d’Autume – spécialiste des théories de la croissance – à Paris. J’ai de plus complété ce financement en enseignant l’histoire économique et l’économie du développement à HEC, la London School of Economics, et l’université de Cambridge.

Ma thèse étudie deux mécanismes d’influence de l’activité commerciale sur la croissance économique. Le premier de ces mécanismes relie le développement du commerce intérieur à une croissance graduelle par l’intégration des ménages au marché. L’accumulation de capital par les intermédiaires est ce qui rend possible la croissance du commerce intérieur. Le deuxième de ces mécanismes tient au rôle que peut avoir l’existence du commerce international en tant que secteur dans l’accumulation, et donc dans la croissance de l’économie nationale.

Ma thèse s’ancre dans l’examen de la France du XVIIIe siècle, de la fin de guerre de Succession d’Espagne au début des guerres révolutionnaires. Cet ancrage justifie, selon un raisonnement inductif, les hypothèses des modèles économiques formels que je développe pour étudier les mécanismes que je veux mettre à jour. Cet ancrage est aussi l’assurance que ces mécanismes peuvent s’appliquer à une situation concrète. Il présente de plus un intérêt historique propre : l’étude des sources déjà publiées me permet de présenter une synthèse de ce que nous savons sur le commerce intérieur et international de la France du XVIIIe siècle.

Le choix de la France du XVIIIe siècle comme point d’ancrage de mon raisonnement se justifie par la vigueur et par les caractéristiques de sa croissance économique. Les chiffres disponibles indiquent que la croissance réelle par tête était approximativement de 0,6 % par an. C’est un chiffre important pour une économie préindustrielle : la croissance française était ainsi au moins aussi rapide que celle de la Grande-Bretagne, même si la situation au début du XVIIIe siècle était meilleure au nord de la Manche. De plus, les secteurs du commerce intérieur et du commerce extérieur connaissaient une croissance plus rapide que le reste de l’économie.

La première partie de ma thèse présente un mécanisme de croissance reposant sur l’extension de l’activité des intermédiaires. Sa seconde partie étudie le rôle que peut avoir le secteur extérieur dans l’accumulation du capital disponible dans l’économie intérieure.

§       Le rôle du commerce intérieur dans la croissance

Dans la première partie de cette thèse, j’ai étudié un modèle de croissance graduelle liée au développement du commerce intérieur. Pour cela, j’examine tout d’abord la structure industrielle française, puis je souligne le caractère crucial de la mobilisation des réserves de travail rural pour la croissance industrielle. Cela m’a permis finalement d’étudier le rôle des intermédiaires du commerce intérieur et de proposer un modèle de croissance s’appuyant sur l’extension de leurs activités

Aspects de l’industrie française au XVIIIe siècle

Les formes de l’organisation industrielle sont au centre de ma recherche : c’est à partir d’elles que j’analyse le rôle des intermédiaires. Il n’est cependant pas possible d’en faire une étude microéconomique complète : je dois travailler à partir d’exemples spécifiques. Pour mettre ceux-ci en perspective, je commence par une présentation de l’organisation macroéconomique de l’industrie française. Cette présentation montre que la structure industrielle française restait traditionnelle à la fin du XVIIIe siècle. Les grands secteurs de la révolution industrielle : charbon, fer et coton restaient marginaux. De même, le progrès technique et la spécialisation régionale n’avaient pas l’importance qu’ils prirent au XIXe siècle. Cela n’empêchait pas l’industrie française d’être dynamique dans un cadre traditionnel.

J’étudie ensuite l’action de l’état. Celle-ci défendait en permanence les acteurs de l’échange plutôt que les producteurs. Ces derniers devaient se plier à un grand nombre de réglementations techniques qui rabaissaient le coût d’accès à l’information et de surveillance des intermédiaires. Les producteurs des zones rurales qui échappaient à l’action de l’état étaient, par défaut, avantagés.

Enfin, je montre que la forme la plus dynamique de l’organisation industrielle de la France du XVIIIe siècle était la proto-industrie rurale. Celle-ci se définissait par trois caractères : ses marchés se trouvaient hors de sa zone de production ; les paysans participaient à la production, même si celle-ci était dominée in fine par les élites urbaines ; on constatait le développement d’une forme complémentaire d’agriculture commercialisée qui permettait de compenser le transfert d’une partie de la force de travail rurale dans l’industrie.

En conséquence, l’intégration des réserves de travail rurales dans l’économie régionale était un enjeu majeur de la croissance de la France au XVIIIe siècle. Cela justifie l’étude plus approfondie des ruraux et des intermédiaires dans les chapitres suivants.

L’intégration du monde rural au marché

J’utilise tout d’abord les chiffres existants sur la productivité du travail agricole pour rejeter l’hypothèse malthusienne que l’on trouve parfois dans la littérature : il existait bien tout au long du XVIIIe siècle des réserves de travail rurales qui n’étaient pas techniquement nécessaires à la production de subsistances. Cette réserve de travail était cependant liée à la terre pour deux raisons : l’importance des exigences saisonnières de l’agriculture et les liens de la plus grande partie de la population avec le monde agricole par le biais de la petite propriété, de l’activité des chefs de ménages et des réseaux sociaux existants. La diffusion de l’activité commerciale dans les zones rurales était au cœur du processus de croissance.

Puis j’étudie les ressorts de cette diffusion. Pour cela, j’ai tout d’abord examiné les réflexions théoriques existantes sur le comportement des ruraux. Cela m’a permis de dégager deux facteurs potentiellement importants dans l’intégration croissante du monde rural à l’économie d’échange : d’une part la diffusion de nouveaux biens de consommation (produits exotiques, textile, ameublement…), et d’autre part l’ouverture de débouchés pour les réserves de travail rurales. L’étude des inventaires après décès et de l’évolution de certaines zones de proto-industrie confirme que ces deux phénomènes étaient en œuvre. Elles ne pouvaient l’être que parce que des intermédiaires étaient prêts à organiser les échanges au sein de l’économie nationale. Ils le faisaient, par exemple, en avançant le capital nécessaire à l’immobilisation des matières premières durant leur transformation au sein de systèmes de « putting-out », ou bien en proposant de nouveaux biens de consommation à portée des ménages ruraux.

L’importance du rôle des intermédiaires justifie leur étude dans le chapitre suivant.

Le commerce intérieur : analyse et modèle

Le troisième chapitre analyse le commerce intérieur et le rôle des intermédiaires avant de bâtir un modèle formel s’appuyant sur les faits stylisés que nous avons dégagés jusqu’à maintenant.

Tout d’abord, je décris le commerce intérieur français. Pour cela, j’ai cherché à déterminer la taille de la « cellule élémentaire » de l’activité commerciale au sein de laquelle les coûts de transactions étaient suffisamment faibles pour ne pas rendre nécessaire l’intervention des intermédiaires. J’ai montré pourquoi ces cellules nous semblent correspondre aux cantons qui seront créés par la Révolution française. Puis j’ai analysé la nature des échanges au sein des cantons et entre les cantons et le monde extérieur. Nous avons la chance de disposer de quelques sources pour mesurer l’importance des échanges entre les cantons : je les ai utilisées pour décrire les réseaux de commercialisation. Enfin, j’ai cherché à analyser plus précisément la nature des réseaux que nous avons mis à jour à partir des relations entre les différents intermédiaires.

Je mène ensuite une réflexion théorique sur la nature de l’activité des intermédiaires. Les coûts de l’échange se divisent en coût de transformation et en coût de transaction. Le paiement des coûts de transaction est au centre de l’activité des intermédiaires : il me semble avoir été le plus souvent négligé en faveur du changement institutionnel qui permet de les abaisser. Les moyens de payer ces coûts de transaction sont les connaissances des intermédiaires, qui leur permettent de gérer l’incertain et l’inconnu ; leur capital social, qui leur permet de s’assurer du bon comportement des autres agents ; et enfin le capital financier et monétaire. Ce dernier peut se substituer aux autres moyens de transaction. Il est surtout le seul d’entre eux à ne pas être soumis à un taux de dépréciation considérable : c’est donc lui qui permet l’extension de l’activité des intermédiaires, en leur permettant d’accumuler à nouveau les autres moyens de transaction lorsque cela est nécessaire.

La troisième section de ce chapitre développe un modèle théorique formel qui reprend les faits que nous avons dégagés jusqu’à maintenant. Le cœur productif du modèle est une économie « paysanne » d’archipel à deux types de biens. Le bien-S est produit par tous les cantons : il représente la production autarcique. Chaque canton ne produit par contre qu’une seule catégorie de biens-Y. Ceux-ci sont hautement complémentaires. Un problème de coordination se pose donc dans cette économie d’archipel : chacun ne veut produire de son bien-Y que dans la mesure où il permet de se procurer les autres variétés. La situation normale est donc une concurrence monopolistique sous-optimale. Différents modes alternatifs d’organisation du marché sont alors introduits. L’introduction d’un marchand centralisant tous les échanges en biens-Y – tout en prélevant sa rémunération – améliore la situation : il se comporte en effet comme un « tyran bénévolent ». L’introduction de plusieurs marchands se faisant concurrence peut avoir des effets ambigus. L’introduction d’une contrainte de capacité – le capital transactionnel – pour les marchands est le développement le plus intéressant. Le modèle se rapproche alors d’un modèle de Solow où la fonction de réaction des ménages ruraux a les caractéristiques d’une fonction de production habituelle. Le modèle débouche donc sur un processus de croissance graduelle reposant sur l’extension des capacités de transaction dans l’économie.

En étudiant tout d’abord les caractéristiques de l’industrie française, puis en m’interrogeant sur le rôle des ruraux dans la croissance avant de mener une réflexion sur l’activité des intermédiaires, j’ai pu développer un modèle de croissance reposant sur l’extension de l’activité commerciale intérieure compatible avec les faits stylisés de la France au XVIIIe siècle.

§       Le rôle du commerce extérieur dans la croissance

La deuxième partie de la thèse étudie le rôle que peut avoir le commerce extérieur dans la croissance intérieure par le biais de l’encouragement de l’accumulation du capital. Pour cela, j’ai tout d’abord fait l’inventaire de ce que nous savons du commerce extérieur français, puis celui de ce que nous savons sur ses profits. J’ai montré ensuite dans quelle mesure l’activité commerciale a pu encourager l’accumulation du capital dans l’économie intérieure.

Le commerce extérieur français : 1716-1792

J’ai d’abord étudié les données disponibles pour étudier le commerce extérieur français. Entre la toute fin du règne de Louis XIV et le début des guerres de la Révolution, il existait une administration chargée de collecter les données du commerce extérieur. Nous étudions tout d’abord ses méthodes : celles-ci sont restées stables jusqu’au début des années 1780. Puis j’ai fait l’inventaire des sources qui ont survécu. Enfin, j’ai montré que les diverses sources ne se contredisent pas : elles forment au contraire un tout assez cohérent qui nous donne une base d’étude solide.

J’ai ensuite utilisé ces données pour décrire le commerce extérieur français. Sa croissance de long terme n’a pas connu de rupture tout au long du siècle. Ses variations conjoncturelles sont dominées par les effets déprimants de chacune des guerres maritimes contre l’Angleterre. La structure du commerce telle que l’on peut la mesurer au début et à la fin du siècle montre très clairement que la France était un pays plus industrialisé que ses partenaires commerciaux. Une comparaison rapide avec la situation anglaise permet de constater que l’industrie française – au moins dans le cadre traditionnel précédant la révolution industrielle – était plus compétitive que l’industrie britannique.

J’ai cherché ensuite à découvrir l’existence de liens directs entre le commerce extérieur et l’économie intérieure. Cependant, ni la recherche d’une corrélation des conjonctures, ni la recherche d’un lien entre la balance commerciale et l’évolution du stock monétaire, ne sont très concluantes. La section la plus dynamique du secteur extérieur porte sur les échanges coloniaux : une grande partie de ceux-ci était en fait liée au contrôle par la France du commerce entre les colonies et certains pays d’Europe. Il s’agissait donc d’une activité n’ayant que peu de liens directs avec l’économie intérieure. J’ai donc décidé d’appréhender le commerce extérieur comme un secteur propre de l’économie intérieure et de laisser de côté les théories habituelles de l’échange international.

La mesure des profits

Les profits issus du secteur des échanges extra-européens ont fait l’objet de nombreux débats dans la littérature historique sans qu’une conclusion s’en soit dégagée : on dispose pourtant sur eux d’un grand nombre de données.

Pour préparer l’étude des sources secondaires disponibles, j’ai rappelé la valeur du taux de profit normal dans l’économie intérieure : la recherche d’un actif de référence n’est pas aisée. Puis j’ai mis de côté deux activités annexes – la banque et l’assurance – dont les activités étaient souvent mêlées à celles du commerce international.

Ceci fait, j’ai pu présenter, en un catalogue, les sources disponibles sur les profits du commerce extra-européens. Je montre pourquoi les documents officiels – portant essentiellement sur le commerce avec les Indes Orientales – ne sont dignes que d’une confiance limitée. Il est cependant possible d’utiliser de nombreux comptes d’expéditions qui ont été repris par différents auteurs. Le commerce de Nantes à la fin de l’Ancien Régime est particulièrement bien connu grâce à ces sources. Enfin, il est aussi possible de reprendre un certain nombre de comptes de sociétés, qui donnent peut-être une approche plus exacte de ce qu’était le profit des entrepreneurs, par opposition à celui des capitalistes passifs.

Je synthétise ensuite les 400 chiffres de profits – tirés de 43 sources différentes – que j’ai rassemblés. Je montre tout d’abord qu’il n’y a pas de disparité systématique dans le temps et dans l’espace des chiffres de profits. Il semble toutefois que les zones de hauts profits se soient déplacées durant le siècle. Je donne ensuite les éléments qui nous permettent de juger qu’il n’y a pas de biais systématique dans notre échantillon. Je conclus que les profits du secteur extra-européen étaient en effet supérieurs aux profits intérieurs, sans toutefois être aussi fabuleux qu’on a bien voulu le dire. Cette supériorité – d’un ou deux points de pourcentage – ne s’explique pas par les caractéristiques différentes des investissements. Le risque de l’investissement dans le commerce extra-européen était limité par une importante dispersion des portefeuilles. De plus, la liquidité des investissements dans le secteur extra-européen était plus importante que dans le secteur intérieur : la rotation du capital n’y durait approximativement que trois ans, ce qui était plus court que pour l’investissement agricole ou les emprunts à l’état.

Il est possible de confirmer le caractère attractif de l’investissement dans le commerce extra-européen par des réflexions indirectes portant sur l’accroissement des fortunes négociantes – nous disposons des éléments pour étudier le cas de Nantes et de Bordeaux ; les mouvements du capital et surtout les mouvements des hommes. La force d’attraction que représentaient les grands centres de l’investissement extra-européen montre bien que l’investissement dans le commerce au loin était avantageux par rapport à l’investissement intérieur.

Le rôle du secteur extérieur dans l’économie intérieure

J’ai d’abord essayé de déterminer la taille du secteur extérieur. Pour cela j’ai estimé les profits totaux du secteur extérieur en suivant une méthode proche de celle développée par O’Brien (O’Brien, Patrick. (1982). “European Economic Development : The Contribution of the Periphery”. Economic History Review (February)). pour étudier le cas de l’Angleterre. Puis j’ai calculé la part du travail en estimant le nombre de personnes employées par le secteur extra-européen avant d’estimer leur rémunération. La somme de la rémunération du capital et du travail dans le secteur extra-européen forme sa valeur ajoutée : c’est donc une mesure de son importance.

Puis j’ai comparé la taille du secteur extra-européen à celle de l’économie française. Tout d’abord de manière directe : il représentait entre 9 et 14 % de l’industrie française, soit entre 3,5 et 4,2 % du produit total à la fin de l’Ancien Régime. Il représentait aussi entre 2,2 et 2,6 % du produit cumulé entre 1715 et 1791. Sa croissance représentait enfin entre 5,9 et 7 % de la croissance absolue française sur la même période. Cette approche directe n’est cependant pas satisfaisante : si le secteur extra-européen n’avait pas existé, les facteurs de production qui y sont utilisés auraient été utilisés dans l’économie intérieure. Suivant une méthode présentée par Barbara Solow (Solow, Barbara. (1985). “Caribbean Slavery and British Growth : the Eric Williams Hypothesis”. Journal of Development Economics, 17 (1), pp. 99-115.), il est possible de mesurer que le manque à gagner pour l’économie française aurait été de 1,1 à 1,8 % Cependant, ce manque à gagner se serait réparti de manière très inégale selon les facteurs de production : la rémunération du capital aurait été plus faible de 5,8 à 7,3 %.

J’estime aussi l’importance de l’investissement issu du secteur extra-européen pour l’économie intérieure. Cela me permet de mesurer l’importance de cet investissement pour la croissance intérieure : celle-ci aurait été réduite de 8 % à la fin du siècle si les facteurs de production utilisés dans le secteur extra-européen avaient été recyclés dans l’économie intérieure. Cette approche quantitative débouche donc sur des chiffres qui ne sont pas considérables. À partir des réflexions existantes sur le comportement des marchands, je propose un autre type d’analyse. Il est possible que le secteur extra-européen ait eu une importance pour la croissance par ses effets qualitatifs. Je développe ainsi un modèle formel à partir du modèle de la première partie qui place le secteur extra-européen dans un rôle de croissance endogène de type « cœur de croissance ». Son existence permet aux capitaux d’échapper aux rendements décroissants de l’économie intérieure. Elle encourage donc l’accumulation du capital dans l’ensemble de l’économie intérieure.

J’ai donc d’abord mis en place un modèle de croissance reposant sur l’approfondissement de la spécialisation des producteurs ; celle-ci étant rendue possible par le développement des échanges entre eux. Puis j’ai pris en compte un aspect important de l’activité commerciale international : le fait qu’il s’agissait d’une activité de hauts profits. Cela m’a permis de développer un modèle de cœur de croissance ancré dans une situation empirique. En retour, ce modèle nous donne peut-être une des clés de la croissance de la fin de l’Ancien Régime en France. Cette thèse a donc à la fois éclairé certains points sur la réalité et la nature de la croissance française au XVIIIe siècle, et mis en lumière de manière formelle et argumentée des mécanismes de croissance souvent négligés par les économistes.

Cette thèse a été récompensée :

–       Du prix de thèse annuel de l’Association Française de Sciences Économiques 2001

–       En étant « shortlisted » (ainsi que deux autres thèses) pour le prix de thèse Luzzato attribué par l’European Historical Economics Society en juillet 2003

Cette thèse est disponible sur TEL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00586912/fr/

Un ouvrage en a été tiré : Commerce et Prospérité, la France au XVIIIe siècle, PUPS, 2005

Bibliographie: Histoire 1ère L/ES/S: «Croissance et mondialisation»

Dans le souci de rapprocher enseignement supérieur et enseignement secondaire – l’histoire économique et l’histoire scolaire – nous mettons en ligne cette bibliographie qui se rapporte au chapitre d’histoire économique du nouveau programme de première qui  sera à appliquer à compter de la rentrée 2011.  La bibliographie est volontairement courte et limitée à une page afin de mettre à disposition des références pour guider ceux qui souhaiteraient aller un peu plus loin. Nous envisageons, par la suite, de proposer quelques outils (textes, graphiques, biographies…) pour aider à la mise en œuvre de cette question.

S. Effosse & C. Perrin

Bibliographie

  • Asselain Jean-Charles, Histoire économique. De la révolution industrielle à la première guerre mondiale, FNSP, 1985.
  • Bairoch Paul, Victoires et déboires. Histoire économique et sociale du monde du XVIè siècle à nos jours, Gallimard, 1997.
  • Berend Ivàn, Histoire économique de l’Europe du XXe siècle, De Boeck, 2008
  • Berger Suzanne, Notre première mondialisation, Leçons d’un échec oublié, Seuil, 2003.
  • Braudel Fernand, La dynamique du capitalisme, Flammarion, 1988.
  • Grataloup Christian, Geohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde, Armand Colin, 2007.
  • Hobsbawm Eric, Histoire économique et sociale de la Grande-Bretagne, Seuil, 1997.
  • Floud Roderick, Johnson Paul (dir.), Cambridge Economic History of modern Britain, Cambridge University Press, 2004
  • « Ecrire l’histoire du monde », Le débat, 154, mars-avril 2009.
  • Landes David, L’Europe technicienne ou le Prométhée libéré, Gallimard, 1980.
  • Maddison Angus, L’économie mondiale : statistiques historiques, OCDE, 2003.
  • Mitchell Brian, International historical statistics Europe 1750-1988, Stockton Press, 1992.
  • Norel Philippe, L’histoire économique globale, Le Seuil, 2009.
  • O’Brien Patrick, Clesse Armand (dir.), Two hegemonies : Britain 1946-1914 and the united States 1941-1989, Ashgate Publishing, 2002.
  • Polanyi Karl, La grande transformation, Gallimard, 1988.
  • Rostow Walt, Les étapes de la croissance économique, Le seuil, 1963.
  • Van der Wee Herman, Histoire économique mondiale 1945-1990, Academia Bruylant, 1994.
  • Verley Patrick, La révolution industrielle, Gallimard, 1997.
  • Verley Patrick, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Gallimard, 1997.
  • de Vries Jan, The industrious revolution: consumer behavior and the household economy, 1650 to the present, Cambride University Press, 2008.
  • Wallerstein Immanuel, L’Après-Libéralisme – Essai sur un système-monde à réinventer, L’aube, 2003.

Thierry Allain: «Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780)» (thèse)

Titre

« Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780) ». Deux volumes, 651 pages (annexes comprises)

Environnement académique

Thèse de doctorat soutenue par Thierry Allain le 04 mai 2007 devant l’université Paris I Panthéon-Sorbonne (mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité). Cette thèse a reçu la mention spéciale du jury à l’occasion de la première édition du Prix Etienne Baluze, en novembre 2007.

Composition du jury :

  • M. Alain Cabantous (Université de Paris I, directeur de thèse)
  • M. Willem Th. M. Frijhoff (Vrije Universiteit, Amsterdam, directeur de thèse)
  • M. Maarten Prak (Université d’Utrecht)
  • M. Philippe Guignet (Université de Lille III)

Résumé de la thèse

L’enquête a porté sur une ville maritime de Hollande du Nord nommée Enkhuizen. Située sur les rives de l’ancien Zuyderzee, elle n’en était pas moins considérée par les contemporains comme un port de front de mer. Cette cité avait connu un développement économique et démographique spectaculaire à partir du milieu du XVIe siècle, mais qui fut brutalement interrompu avant la fin du siècle suivant.

Cet effondrement a constitué l’objet de départ de l’étude. Phénomène identifié et source d’étonnement pour les historiens, le « déclin » d’Enkhuizen n’avait jamais été analysé en profondeur dans ses composantes et ses implications. Il ne s’agissait pas, néanmoins, d’écrire une monographie, ni de tourner le dos à  un certain nombre de concepts épistémologiques parmi les plus débattus entre chercheurs européens. Ainsi, la notion de « déclin » s’appliqua-t-elle vraiment à la situation de la ville au XVIIIe siècle ? Des processus controversés comme l’aristocratisation des régents ou la confessionnalisation des sociétés urbaines se déployèrent-ils à Enkhuizen ? Quels furent les liens entretenus par la conjoncture économique et sociale avec l’identité collective ? L’impact sur les représentations culturelles en cours dans cette ville maritime fut-il notable ?

Les bouleversements économiques, démographiques et sociaux affectèrent en profondeur la ville au XVIIIe siècle. Entre 1622 et 1795, le nombre d’habitants fut divisé par trois, surtout en raison d’un assèchement de l’immigration et du recul de la pêche du hareng. La composition de la société urbaine fut modifiée durablement. Les gens de mer et les travailleurs sans qualification ou en voie de paupérisation s’effacèrent au profit d’une moyenne bourgeoisie et surtout d’un patriciat de plus en plus riche. Le bouleversement de la carte confessionnelle, induit par le rétrécissement du marché du travail local et un solde migratoire négatif, eut un fort impact sur la cité. On a observé une accélération du cloisonnement intercommunautaire parallèlement à un apaisement des rapports de force entre catholiques et réformés.

Le déclassement d’Enkhuizen dans la hiérarchie des villes des Provinces-Unies, terme sans doute préférable à celui de déclin absolu et irrémédiable, se solda également par un bouleversement de la perception de la cité. Au désintérêt ou aux observations sans concession des étrangers et des voyageurs de passage, répondit une prise de conscience brutale de la situation des édiles. Cette remarquable lucidité se traduisit par un soutien ferme mais vain à des projets de redémarrage de l’économie maritime de la ville. La richesse et le prestige de la ville n’étaient pas vraiment remis en cause, puisque sa capacité à attirer les gens de savoir ou à renouveler son offre scolaire fut en effet largement préservée. Il apparaît en outre que la cité, bien que de taille insuffisante pour voir se développer théâtres ou salles de lectures, n’était pas déconnectée de la vie culturelle nationale.

L’émergence d’une mémoire civique est un phénomène marquant de l’histoire de la ville au XVIIIe siècle. La conscience de former une entité originale et de suivre un destin propre s’imposa en effet avec une force jusqu’alors inconnue. Des manifestations publiques d’attachement à la Maison des Orange, le rappel obsédant des faits d’armes glorieux du passé ou des campagnes miraculeuses de pêche du hareng surgirent brutalement sur la scène urbaine. Une identité collective complexe fut ainsi activement promue par le patriciat, à travers l’organisation de cérémonies publiques ou le soutien à la production littéraire. L’élite d’Enkhuizen entendait ainsi se rassurer face aux difficultés du moment mais également préserver son pouvoir. Les autres groupes urbains n’ayant joué qu’un rôle passif dans cette reconstruction identitaire, elle a probablement été favorisée et détournée in fine par un groupe restreint d’habitants d’Enkhuizen.

Enkhuizen au XVIIIe siècle nous offre une belle illustration des bouleversements ayant affecté un  certain nombre de villes moyennes et petites de l’Europe moderne. Fruit d’un travail de reconstruction mémorielle, l’identité de la communauté urbaine y apparaît ici dans toute son ambiguïté fondamentale.

Appel à communication: Entreprises et profits – Etudes de cas: le profit dans les PME, perspectives historiques, 19e-20e siècles

Pendant longtemps, les historiens se sont intéressés au profit dans les grandes entreprises et les secteurs industriels considérés comme stratégiques pour l’industrialisation (sidérurgie, automobile, industrie électrique, etc.), ce phénomène a souvent été favorisé par la disponibilité d’archives de grands groupes. À l’opposé, l’analyse du profit dans les PME est restée à l’état embryonnaire et les approches existantes portent rarement sur plusieurs pays et différents secteurs. Ces dernières années, de nombreuses monographies ou travaux thématiques ont commencé à combler cette lacune, toutefois, les résultats de ces recherches restent disséminés et très peu de travaux analysent cette problématique d’un point de vue global ou transnational.

L’objectif du présent projet est de lancer une réflexion sur le profit dans les PME dans une perspective internationale qui doit aboutir à un livre collectif. Cet ouvrage pourra s’appuyer sur les exemples français, suisses et scandinaves marqués par le rôle crucial des PME dans le décollage économique. Mais il ne néglige pas pour autant le monde anglo-saxon où ce type de structure semble sous-estimé. Enfin, les cas plus récents de l’Allemagne, du Japon, de l’Italie et de l’Espagne, voire de la Chine, offrent également de belles pistes de réflexion autour du thème du profit.

Les propositions de communication peuvent couvrir différents champs d’étude et adopter diverses méthodologies. Elles peuvent aborder la thématique de l’analyse des profits sous un angle théorique ou méthodologique (comment analyser le profit, quels outils construire et utiliser, quelles sources utilisées – sources d’entreprises et sources externes, comment établir des comparaisons entre secteurs et entre entreprises ?, etc.). Des études de cas peuvent également être proposées, dans divers types de PME et divers secteurs. Nous invitons aussi les chercheurs à se pencher sur des thématiques classiques, telles que l’analyse du profit dans les entreprises familiales, mais nous les invitons à traiter ces thématiques sous de nouveaux angles. Par exemple, en étudiant les questions de risques et de profits, dans les secteurs du luxe et de la mode. Les perspectives par secteurs sont vivement encouragées, est-ce que la notion de profit est identique dans des entreprises de bien de consommation ou dans des entreprises d’équipement ? Enfin, l’approche devrait aussi favoriser des angles particuliers, tels que les stratégies personnelles des entrepreneurs ou des managers.

De plus, l’analyse du profit concernera son utilisation et sa répartition. Que devient le profit ? Quelles sont les parts prélevées par les actionnaires, par les cadres salariés ? Quelles sont les parts consacrées à l’autofinancement ? Aux ouvriers ? Comment les entrepreneurs camouflent-ils le profit ? Quelles sont les stratégies de gestion de l’inventaire et de l’amortissement. Enfin, la question peut aussi aborder les plans comptables, notamment pour les pays où ils ne sont pas imposés. La question du calcul du profit et de la rentabilité, liée ou pas à l’introduction de nouvelles méthodes comptables (comptabilités industrielles) peuvent aussi faire l’objet d’analyses.

Seules seront prises en compte les communications qui s’attachent à traiter le sujet de manière très précise.

Les langues du livre sont le français, l’anglais et l’allemand.

Calendrier

L’appel à contribution est ouvert jusqu’à fin mai 2011 avec confirmation fin juin 2011. Les textes devront être remis le 30 novembre 2011 et la publication aura lieu en septembre 2012. Selon les possibilités, deux journées d’études seront organisées aux Universités de Toulouse et de Neuchâtel en janvier-février 2012.

Les chercheurs sont invités à soumettre un papier d’une page, présentant le projet, accompagné d’une courte biographie. Les articles devront comprendre 30’000 à 40’000 signes, notes et espaces compris. Pour les personnes qui s’inscrivent des indications rédactionnelles plus précises seront transmises ultérieurement.

Contacts

Veuillez envoyer votre proposition d’article à l’une des deux adresses ci-dessous.

Alain CORTAT
Collaborateur scientifique
Institut d’histoire
Université de Neuchâtel
alain [point] cortat [at] unine [point] ch

Jean-Marc OLIVIER
Professeur d’histoire économique contemporaine
Directeur du laboratoire CNRS Framespa
Université de Toulouse
jean-m [point] olivier  [at] wanadoo [point] fr

Congrès de l’ACHHE (Association chilienne d’histoire économique)

L’Association chilienne d’Histoire économique (ACHHE) organise son premier congrès du 28 au 30 septembre 2011 à Viña del Mar.

Les organisateurs ont retenu 10 thèmes majeurs :

  1. Aspectos económico-sociales del mundo colonial y de los procesos de independencia
  2. Historia agraria siglos XIX y XX
  3. Historia industrial de los siglos XIX y XX
  4. Sistemas fiscales, finanzas y moneda
  5. Comercio, circulación y mercados
  6. Instituciones y políticas económicas
  7. Población, migraciones y estándares de vida
  8. Minería y medio ambiente
  9. Economía y sociedades de frontera
  10. Crecimiento económico y cuentas nacionales

XIVe Université d’été en histoire, philosophie et pensée économiques

XIVe UNIVERSITÉ D’ÉTÉ EN HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET PENSÉE ÉCONOMIQUES (Lisbonne, 1er – 8 septembre 2011)

http://www.summer-school-het.ics.ul.pt

Contacts

  • José Luís Cardoso, jcardoso@ics.ul.pt, Instituto de Ciências Sociais, Universidade de Lisboa, Av. Professor Aníbal Bettencourt 9, 1600-189 Lisboa, Portugal
  • André Lapidus, andre.lapidus@univ-paris1.fr, Université Paris 1, PHARE, MSE, 106-112 boulevard de l’Hôpital – 75647 Paris cedex 13, France

Public concerné: Doctorants et jeunes docteurs (avant janvier 2009)

Envoi des propositions de communication avant le 30 avril 2011, à José Luís Cardoso, jcardoso@ics.ul.pt

Réponses avant le 31 mai 2011

L’Université d’Été en Histoire, Philosophie et Pensée Economiques est organisée par PHARE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris, France) et l’ICS, Université de Lisbonne (Lisbonne, Portugal)  avec le soutien de l’Association Charles Gide pour l’Étude de la Pensée Économique (France), l’AIHPE, Asociación Iberica de Historia del Pensamiento Económico (Portugal et Espagne), la STOREP, Associazione Italiana per la Storia dell’Economia Politica (Italie) et l’ESHET, European Society for the History of Economic Thought

Programme

1. Conférences invitées : Crises économiques et crise de l’économie: histoire, théorie et politique

Intervenants : Bruno Amable, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Stefano Battilossi, Université Carlos III, Madrid – Daniele Besomi, Université de Lausanne – José Maria Castro Caldas, Université de Coimbra – Ghislain Deleplace, Université de Paris 8 – Rodolphe Dos Santos Ferreira, Université de Strasbourg – Sheila Dow, Université de Sterling – Harald Hagemann, Université de Hohenheim – Jan Kregel, Missouri University – Louis Lévy-Garboua, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Hans-Michael Trautwein, Université d’Oldenburg

2. Ateliers de présentation de travaux

L’appel à communications concerne ces ateliers. Une trentaine de communications pourra être retenue.

Les propositions prises en considération, émanant de doctorants ou de jeunes docteurs, doivent relever de l’histoire de la pensée économique, de la philosophie économique ou de l’histoire économique. Mais elles ne sont pas tenues de s’inscrire dans un thème spécifique. En particulier, elles sont indépendantes du thème retenu cette année pour les conférences de formation (Crises économiques et crise de l’économie: histoire, théorie et politique ).

3. Tutorat

Les projets académiques de chaque participant font l’objet d’un tutorat individualisé assuré par les membres du Comité scientifique et les enseignants présents, afin de le préparer à la diffusion de ses travaux à travers la participation aux colloques et la publication.

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Richard Arena (Gredeg-Demos – Professeur à l’Université de Nice – Sophia-Antipolis, France), José Luís Cardoso ( Professeur à l’Université de Lisbonne, Portugal), Ragip Ege (Beta-Theme – Professeur à l’Université de Strasbourg, France), André Lapidus (Phare – Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France), Jean-Sébastien Lenfant (Clersé – Professeur à l’Université de Lille 1, France), Eyüp Özveren (Professeur à la Middle East Technical University, Ankara, Turquie). Jean-Pierre Potier (Triangle – Professeur à l’Université Lumière-Lyon 2, France), Annalisa Rosselli (Professeur à l’Université de Rome “Tor Vergata”, Italie), Nathalie Sigot

(Phare – Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France), Alfonso Sanchez Hormigo (Professeur à l’Université de Saragosse, Espagne). Michel Zouboulakis (Professeur à l’Université de Thessalie, Volos, Grèce).

COMITÉ D’ORGANISATION

António Almodovar (Professeur à l’Université de Porto, Portugal) – Carlos Bastien (Professeur à l’Université Technique de Lisbonne, Portugal) – José Luís Cardoso (Professeur à l’Université de Lisbonne, Portugal) – André Lapidus (Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France) – Vitor Neves (Professeur à l’Université de Coimbra, Portugal) .