Thierry Allain: «Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780)» (thèse)

Titre

« Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780) ». Deux volumes, 651 pages (annexes comprises)

Environnement académique

Thèse de doctorat soutenue par Thierry Allain le 04 mai 2007 devant l’université Paris I Panthéon-Sorbonne (mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité). Cette thèse a reçu la mention spéciale du jury à l’occasion de la première édition du Prix Etienne Baluze, en novembre 2007.

Composition du jury :

  • M. Alain Cabantous (Université de Paris I, directeur de thèse)
  • M. Willem Th. M. Frijhoff (Vrije Universiteit, Amsterdam, directeur de thèse)
  • M. Maarten Prak (Université d’Utrecht)
  • M. Philippe Guignet (Université de Lille III)

Résumé de la thèse

L’enquête a porté sur une ville maritime de Hollande du Nord nommée Enkhuizen. Située sur les rives de l’ancien Zuyderzee, elle n’en était pas moins considérée par les contemporains comme un port de front de mer. Cette cité avait connu un développement économique et démographique spectaculaire à partir du milieu du XVIe siècle, mais qui fut brutalement interrompu avant la fin du siècle suivant.

Cet effondrement a constitué l’objet de départ de l’étude. Phénomène identifié et source d’étonnement pour les historiens, le « déclin » d’Enkhuizen n’avait jamais été analysé en profondeur dans ses composantes et ses implications. Il ne s’agissait pas, néanmoins, d’écrire une monographie, ni de tourner le dos à  un certain nombre de concepts épistémologiques parmi les plus débattus entre chercheurs européens. Ainsi, la notion de « déclin » s’appliqua-t-elle vraiment à la situation de la ville au XVIIIe siècle ? Des processus controversés comme l’aristocratisation des régents ou la confessionnalisation des sociétés urbaines se déployèrent-ils à Enkhuizen ? Quels furent les liens entretenus par la conjoncture économique et sociale avec l’identité collective ? L’impact sur les représentations culturelles en cours dans cette ville maritime fut-il notable ?

Les bouleversements économiques, démographiques et sociaux affectèrent en profondeur la ville au XVIIIe siècle. Entre 1622 et 1795, le nombre d’habitants fut divisé par trois, surtout en raison d’un assèchement de l’immigration et du recul de la pêche du hareng. La composition de la société urbaine fut modifiée durablement. Les gens de mer et les travailleurs sans qualification ou en voie de paupérisation s’effacèrent au profit d’une moyenne bourgeoisie et surtout d’un patriciat de plus en plus riche. Le bouleversement de la carte confessionnelle, induit par le rétrécissement du marché du travail local et un solde migratoire négatif, eut un fort impact sur la cité. On a observé une accélération du cloisonnement intercommunautaire parallèlement à un apaisement des rapports de force entre catholiques et réformés.

Le déclassement d’Enkhuizen dans la hiérarchie des villes des Provinces-Unies, terme sans doute préférable à celui de déclin absolu et irrémédiable, se solda également par un bouleversement de la perception de la cité. Au désintérêt ou aux observations sans concession des étrangers et des voyageurs de passage, répondit une prise de conscience brutale de la situation des édiles. Cette remarquable lucidité se traduisit par un soutien ferme mais vain à des projets de redémarrage de l’économie maritime de la ville. La richesse et le prestige de la ville n’étaient pas vraiment remis en cause, puisque sa capacité à attirer les gens de savoir ou à renouveler son offre scolaire fut en effet largement préservée. Il apparaît en outre que la cité, bien que de taille insuffisante pour voir se développer théâtres ou salles de lectures, n’était pas déconnectée de la vie culturelle nationale.

L’émergence d’une mémoire civique est un phénomène marquant de l’histoire de la ville au XVIIIe siècle. La conscience de former une entité originale et de suivre un destin propre s’imposa en effet avec une force jusqu’alors inconnue. Des manifestations publiques d’attachement à la Maison des Orange, le rappel obsédant des faits d’armes glorieux du passé ou des campagnes miraculeuses de pêche du hareng surgirent brutalement sur la scène urbaine. Une identité collective complexe fut ainsi activement promue par le patriciat, à travers l’organisation de cérémonies publiques ou le soutien à la production littéraire. L’élite d’Enkhuizen entendait ainsi se rassurer face aux difficultés du moment mais également préserver son pouvoir. Les autres groupes urbains n’ayant joué qu’un rôle passif dans cette reconstruction identitaire, elle a probablement été favorisée et détournée in fine par un groupe restreint d’habitants d’Enkhuizen.

Enkhuizen au XVIIIe siècle nous offre une belle illustration des bouleversements ayant affecté un  certain nombre de villes moyennes et petites de l’Europe moderne. Fruit d’un travail de reconstruction mémorielle, l’identité de la communauté urbaine y apparaît ici dans toute son ambiguïté fondamentale.

Appel à communication: Entreprises et profits – Etudes de cas: le profit dans les PME, perspectives historiques, 19e-20e siècles

Pendant longtemps, les historiens se sont intéressés au profit dans les grandes entreprises et les secteurs industriels considérés comme stratégiques pour l’industrialisation (sidérurgie, automobile, industrie électrique, etc.), ce phénomène a souvent été favorisé par la disponibilité d’archives de grands groupes. À l’opposé, l’analyse du profit dans les PME est restée à l’état embryonnaire et les approches existantes portent rarement sur plusieurs pays et différents secteurs. Ces dernières années, de nombreuses monographies ou travaux thématiques ont commencé à combler cette lacune, toutefois, les résultats de ces recherches restent disséminés et très peu de travaux analysent cette problématique d’un point de vue global ou transnational.

L’objectif du présent projet est de lancer une réflexion sur le profit dans les PME dans une perspective internationale qui doit aboutir à un livre collectif. Cet ouvrage pourra s’appuyer sur les exemples français, suisses et scandinaves marqués par le rôle crucial des PME dans le décollage économique. Mais il ne néglige pas pour autant le monde anglo-saxon où ce type de structure semble sous-estimé. Enfin, les cas plus récents de l’Allemagne, du Japon, de l’Italie et de l’Espagne, voire de la Chine, offrent également de belles pistes de réflexion autour du thème du profit.

Les propositions de communication peuvent couvrir différents champs d’étude et adopter diverses méthodologies. Elles peuvent aborder la thématique de l’analyse des profits sous un angle théorique ou méthodologique (comment analyser le profit, quels outils construire et utiliser, quelles sources utilisées – sources d’entreprises et sources externes, comment établir des comparaisons entre secteurs et entre entreprises ?, etc.). Des études de cas peuvent également être proposées, dans divers types de PME et divers secteurs. Nous invitons aussi les chercheurs à se pencher sur des thématiques classiques, telles que l’analyse du profit dans les entreprises familiales, mais nous les invitons à traiter ces thématiques sous de nouveaux angles. Par exemple, en étudiant les questions de risques et de profits, dans les secteurs du luxe et de la mode. Les perspectives par secteurs sont vivement encouragées, est-ce que la notion de profit est identique dans des entreprises de bien de consommation ou dans des entreprises d’équipement ? Enfin, l’approche devrait aussi favoriser des angles particuliers, tels que les stratégies personnelles des entrepreneurs ou des managers.

De plus, l’analyse du profit concernera son utilisation et sa répartition. Que devient le profit ? Quelles sont les parts prélevées par les actionnaires, par les cadres salariés ? Quelles sont les parts consacrées à l’autofinancement ? Aux ouvriers ? Comment les entrepreneurs camouflent-ils le profit ? Quelles sont les stratégies de gestion de l’inventaire et de l’amortissement. Enfin, la question peut aussi aborder les plans comptables, notamment pour les pays où ils ne sont pas imposés. La question du calcul du profit et de la rentabilité, liée ou pas à l’introduction de nouvelles méthodes comptables (comptabilités industrielles) peuvent aussi faire l’objet d’analyses.

Seules seront prises en compte les communications qui s’attachent à traiter le sujet de manière très précise.

Les langues du livre sont le français, l’anglais et l’allemand.

Calendrier

L’appel à contribution est ouvert jusqu’à fin mai 2011 avec confirmation fin juin 2011. Les textes devront être remis le 30 novembre 2011 et la publication aura lieu en septembre 2012. Selon les possibilités, deux journées d’études seront organisées aux Universités de Toulouse et de Neuchâtel en janvier-février 2012.

Les chercheurs sont invités à soumettre un papier d’une page, présentant le projet, accompagné d’une courte biographie. Les articles devront comprendre 30’000 à 40’000 signes, notes et espaces compris. Pour les personnes qui s’inscrivent des indications rédactionnelles plus précises seront transmises ultérieurement.

Contacts

Veuillez envoyer votre proposition d’article à l’une des deux adresses ci-dessous.

Alain CORTAT
Collaborateur scientifique
Institut d’histoire
Université de Neuchâtel
alain [point] cortat [at] unine [point] ch

Jean-Marc OLIVIER
Professeur d’histoire économique contemporaine
Directeur du laboratoire CNRS Framespa
Université de Toulouse
jean-m [point] olivier  [at] wanadoo [point] fr

Congrès de l’ACHHE (Association chilienne d’histoire économique)

L’Association chilienne d’Histoire économique (ACHHE) organise son premier congrès du 28 au 30 septembre 2011 à Viña del Mar.

Les organisateurs ont retenu 10 thèmes majeurs :

  1. Aspectos económico-sociales del mundo colonial y de los procesos de independencia
  2. Historia agraria siglos XIX y XX
  3. Historia industrial de los siglos XIX y XX
  4. Sistemas fiscales, finanzas y moneda
  5. Comercio, circulación y mercados
  6. Instituciones y políticas económicas
  7. Población, migraciones y estándares de vida
  8. Minería y medio ambiente
  9. Economía y sociedades de frontera
  10. Crecimiento económico y cuentas nacionales

XIVe Université d’été en histoire, philosophie et pensée économiques

XIVe UNIVERSITÉ D’ÉTÉ EN HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET PENSÉE ÉCONOMIQUES (Lisbonne, 1er – 8 septembre 2011)

http://www.summer-school-het.ics.ul.pt

Contacts

  • José Luís Cardoso, jcardoso@ics.ul.pt, Instituto de Ciências Sociais, Universidade de Lisboa, Av. Professor Aníbal Bettencourt 9, 1600-189 Lisboa, Portugal
  • André Lapidus, andre.lapidus@univ-paris1.fr, Université Paris 1, PHARE, MSE, 106-112 boulevard de l’Hôpital – 75647 Paris cedex 13, France

Public concerné: Doctorants et jeunes docteurs (avant janvier 2009)

Envoi des propositions de communication avant le 30 avril 2011, à José Luís Cardoso, jcardoso@ics.ul.pt

Réponses avant le 31 mai 2011

L’Université d’Été en Histoire, Philosophie et Pensée Economiques est organisée par PHARE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris, France) et l’ICS, Université de Lisbonne (Lisbonne, Portugal)  avec le soutien de l’Association Charles Gide pour l’Étude de la Pensée Économique (France), l’AIHPE, Asociación Iberica de Historia del Pensamiento Económico (Portugal et Espagne), la STOREP, Associazione Italiana per la Storia dell’Economia Politica (Italie) et l’ESHET, European Society for the History of Economic Thought

Programme

1. Conférences invitées : Crises économiques et crise de l’économie: histoire, théorie et politique

Intervenants : Bruno Amable, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Stefano Battilossi, Université Carlos III, Madrid – Daniele Besomi, Université de Lausanne – José Maria Castro Caldas, Université de Coimbra – Ghislain Deleplace, Université de Paris 8 – Rodolphe Dos Santos Ferreira, Université de Strasbourg – Sheila Dow, Université de Sterling – Harald Hagemann, Université de Hohenheim – Jan Kregel, Missouri University – Louis Lévy-Garboua, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Hans-Michael Trautwein, Université d’Oldenburg

2. Ateliers de présentation de travaux

L’appel à communications concerne ces ateliers. Une trentaine de communications pourra être retenue.

Les propositions prises en considération, émanant de doctorants ou de jeunes docteurs, doivent relever de l’histoire de la pensée économique, de la philosophie économique ou de l’histoire économique. Mais elles ne sont pas tenues de s’inscrire dans un thème spécifique. En particulier, elles sont indépendantes du thème retenu cette année pour les conférences de formation (Crises économiques et crise de l’économie: histoire, théorie et politique ).

3. Tutorat

Les projets académiques de chaque participant font l’objet d’un tutorat individualisé assuré par les membres du Comité scientifique et les enseignants présents, afin de le préparer à la diffusion de ses travaux à travers la participation aux colloques et la publication.

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Richard Arena (Gredeg-Demos – Professeur à l’Université de Nice – Sophia-Antipolis, France), José Luís Cardoso ( Professeur à l’Université de Lisbonne, Portugal), Ragip Ege (Beta-Theme – Professeur à l’Université de Strasbourg, France), André Lapidus (Phare – Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France), Jean-Sébastien Lenfant (Clersé – Professeur à l’Université de Lille 1, France), Eyüp Özveren (Professeur à la Middle East Technical University, Ankara, Turquie). Jean-Pierre Potier (Triangle – Professeur à l’Université Lumière-Lyon 2, France), Annalisa Rosselli (Professeur à l’Université de Rome « Tor Vergata », Italie), Nathalie Sigot

(Phare – Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France), Alfonso Sanchez Hormigo (Professeur à l’Université de Saragosse, Espagne). Michel Zouboulakis (Professeur à l’Université de Thessalie, Volos, Grèce).

COMITÉ D’ORGANISATION

António Almodovar (Professeur à l’Université de Porto, Portugal) – Carlos Bastien (Professeur à l’Université Technique de Lisbonne, Portugal) – José Luís Cardoso (Professeur à l’Université de Lisbonne, Portugal) – André Lapidus (Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France) – Vitor Neves (Professeur à l’Université de Coimbra, Portugal) .

Parution: La bataille des télécoms (Marie Carpenter)

Marie Carpenter, La bataille des télécoms. Vers une France numérique, Paris, Editions Economica, 2011, 600 pages. Prix : 35 euros.

En 1967, la Direction Générale des Télécommunications avait moins de 4 millions d’abonnés, tous en France. Aujourd’hui France Télécom sert 200 millions de clients dans le monde. Comment est-on passé d’une administration publique à une entreprise comptant parmi les grands opérateurs mondiaux ? Cette transformation aura pris des décennies, mais l’impulsion en a été donnée par le plan du  » téléphone pour tous  » conduit dans les années 1970, dont Gérard Théry, ancien directeur général des Télécommunications, a été l’initiateur et le principal acteur.

Il décrit ainsi la prise de décision de doter tous les Français du téléphone : « Par le politique. C’est un acte délibéré de politique industrielle, comme la fusée Ariane, le nucléaire, le TGV ». Deux autres décisions majeures seront la numérisation complète des réseaux et le lancement du Minitel, faisant entrer la France dans la  » société numérique ». Fondé sur des entretiens avec les grands acteurs de l’époque et sur l’analyse critique des sources historiques, ce livre nous fait entrer dans les coulisses de la mutation des télécommunications des années 1970.

Il nous rapporte également celle d’une France entreprenante et du rayonnement de ses grandes entreprises. Le récit est passionnant et instructif car l’étude de cette transformation économique et industrielle montre les capacités insoupçonnées de changement d’un pays pour relever les défis de l’innovation et de la compétition mondiale.

Prochaines séances du séminaire « Histoire du Ministère des Finances au XXe siècle »

Séminaire sous la direction de F. Descamps (EPHE) et L. Quennouëlle-Corre (CNRS/CRH):  Des années Giscard aux années Mitterrand 1970-1981

Programme des prochaines séances

  • 27 avril: « Conseiller le Ministre en période de crise : la direction de la Prévision 1974-1981», Pierre Cortesse, ancien directeur de la Prévision
  • 11 mai: « L’élaboration de la politique fiscale dans les années 1970 », Robert Baconnier, ancien directeur adjoint du Service de Législation fiscale
  • 18 mai: « Le syndicalisme aux Impôts 1977-1982 », André Narritsens (CHS)
  • 25 mai: « L’impôt sur les grandes fortunes, une rupture dans la politique fiscale française ? » Frédéric Tristram (Paris I)
  • 1er juin: « Comment faire l’histoire d’un ministère ? Le cas du ministère du Commerce », Jean-Philippe Dumas (ministère des Affaires étrangères)

Pour tout renseignement, florencedescamps@wanadoo.fr et laure.corre@noos.fr

Rappel : Le séminaire a lieu le mercredi matin de 9 h 30 à 12 h

Lieu : EPHE, Bâtiment Le France, 190 Avenue de France, 75012, 1er étage, salle 115

Métro : Quai de la gare, Bibliothèque François Mitterrand, Gare d’Austerlitz

Parution: Travail et entreprises en Europe du Nord-Ouest XVIIIe-XXe siècle

Annonce de publication ANR Emereno

Travail et entreprises en Europe du Nord-Ouest XVIIIe-XXe siècle. La dimension sociale au coeur de l’efficacité entrepreneuriale
Michel-Pierre Chélini & Pierre Tilly (éds)
Temps, espace et société
Collection « Histoire et civilisations » dirigée par Michel Leymarie
www.septentrion.com

Les entreprises les plus efficaces et performantes sont-elles en même temps les plus sociales ?

Cette question stimulante trouve un éclairage nouveau en sillonnant ce grand espace doté d’une longue tradition industrielle que constitue l’Europe du Nord-Ouest au cours des trois derniers siècles. S’inscrivant dans une approche transnationale et régionale, cet ouvrage grâce à la grande diversité de ses contributions, souvent neuves et riginales, met en perspective et analyse une dimension souvent méconnue dans la réussite entrepreneuriale, le rôle du social et du monde du travail.

Sur la base d’exemples significatifs mettant en exergue l’importance de la réalité historique régionale, les différentes études rassemblées placent cette dimension sociale à la rencontre de trois éléments majeurs : l’évolution de la population active et de ses typologies de qualification ; la gestion des ressources humaines, généralement opérée par une palette de dispositions gravitant autour de la rémunération (primes de rendement,
avantages en nature, hérédité de l’embauche, etc.) ; les relations professionnelles conflictuelles ou consensuelles entre employeurs et salariés. En proposant des éclairages nouveaux, cette contribution collective ouvre des perspectives d’analyse et de réflexion prometteuses pour l’avenir.

Michel-Pierre Chélini, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Arras travaille principalement sur l’histoire comparée des prix, des salaires et du pouvoir d’achat en France, en Allemagne et dans la CEE depuis les années 1940.

Pierre Tilly, chargé de cours en histoire contemporaine aux Facultés universitaires catholiques de Mons. Ingénieur d’études à l’Université de Lille 3-IRHIS dans le cadre du projet ANR Emeren-O, vice-président du Centre d’étude d’histoire européenne contemporaine (CEHEC) à l’UCL.

De Gaulle, le bilan de la guerre et l’économie (Cédric Perrin)

Les élèves de terminales L ont à étudier cette année au programme de littérature le tome 3 des Mémoires de guerre du général de Gaulle. L’insertion de cet ouvrage au programme du baccalauréat a fait couler beaucoup d’encre: est-ce bien de la littérature se sont interrogés certains ? Il ne fait aucun doute, en revanche, que les mémoires de Charles de Gaulle sont un livre d’histoire, une source pour l’historien. La programmation de ce tome des Mémoires de guerre en littérature invite à établir, et franchir, les passerelles avec le programme d’histoire de terminales. Le lien avec le thème « bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale » paraît évident. S’agissant d’histoire économique, « l’intendance » a laissé de de Gaulle l’image d’un homme reléguant avec un certain mépris  la chose économique aux contingences du quotidien. Pourtant, le tome 3 s’ouvre sur des considérations qui montrent plutôt l’inverse et sur lesquelles l’enseignant d’histoire pourra s’appuyer pour dresser avec ses élèves un bilan économique de la France à la fin de l’Occupation. Lisons plutôt:

Les chemins de fer sont quasi bloqués. De nos 12000 locomotives, il nous en reste 2800. Aucun train, partant de Paris, ne peut atteindre Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux; Nantes, Lille, Nancy. Aucun ne traverse la Loire entre Nevers et l’Atlantique, ni la Seine entre Mantes et la Manche, ni le Rhône entre Lyon et la Méditerranée. Quant aux routes, 3000 ponts ont sauté, 300000 véhicules, à peine, sont en état de rouler sur 3 millions que nous avions eus ; enfin, le manque d’essence fait qu’un voyage en auto est une véritable aventure. […] En même temps, l’arrêt des transports désorganise le ravitaillement. D’autant plus que les stocks avoués de vivres, de matières premières, de combustibles, d’objets fabriqués, ont entièrement disparu.
Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. Tome 3 : Le Salut 1944-1946, Plon, Paris, 1959, rééd. Pocket,2010, p. 8.

L’enseignant trouvera dans la suite de l’œuvre d’autres passages intéressant l’histoire économique et le programme de terminales. A titre d’exemple : page 27 (pagination de la réédition Pocket utilisée par les élèves), les ouvriers et les mines de la région lilloise, page 49  : les réformes économiques et sociales de la Libération et la situation financière de la France, ou encore page 113 les difficultés du ravitaillement.

Histoire des faits économiques (Histoire antique et médiévale) – Guillaume Daudin, plan de cours

Ce cours s’intéresse à l’histoire économique du monde depuis l’origine de l’humanité jusqu’aux débuts de l’époque moderne. Deux questions seront abordées: qu’est-ce qui explique la suprématie de l’Eurasie sur les autres parties du monde au XVIe siècle ? L’Europe médiévale est-elle exceptionnelle par rapport à l’économie antique et aux autres zones géographiques?

Plan du cours.

Projet de programme pour la classe de Terminale SES : les propositions de l’AFEP

Communiqué

Projet de programme pour la classe de Terminale SES : les propositions de l’AFEP

Paris, le 5 avril 2011

L’AFEP souhaite participer au processus de consultation actuellement en cours autour du projet de programme pour la classe de Terminale Sciences Economiques et Sociales. L’AFEP critique la démarche retenue par le groupe d’experts, qui accorde au mieux une place réduite à la sociologie, à l’histoire économique et à la science politique. Fondée sur le refus de la pluri-disciplinarité et sur la primauté de la théorie économique néo-classique, la logique du projet actuel est critiquable d’un point de vue scientifique, et inopérante pédagogiquement.

En effet, la séparation entre « science économique » et « sociologie » conduit à traiter de façon partielle des questions clef comme le chômage ou la croissance. Dans le projet actuel, il est très compliqué pour les élèves de faire le lien entre l’organisation du travail, traitée en sociologie, et le chômage, traité dans la partie économique.

Au sein même de la partie économique, la séparation entre l’analyse des facteurs de la croissance économique et celle des conséquences de la croissance sur l’environnement rend acrobatique l’analyse du développement durable.

L’AFEP constate enfin des absences très regrettables dans le projet. La finance n’est abordée que de façon marginale, à travers la question des taux de change entre monnaies. L’euro, notre monnaie, ainsi que les institutions qui la gouvernent, ne sont pas présentées aux lycéens

C’est pourquoi l’AFEP présente sa proposition de programme (voir ci-joint) :

1/ Nous proposons de réhabiliter l’approche pluridisciplinaire, en particulier sur des objets comme le chômage et l’emploi.

2/ Nous demandons que la pluralité des théories économiques soit présentée aux élèves.

3/ Enfin, des thèmes comme la finance, l’euro et les services publics doivent acquérir une place plus importante dans l’enseignement délivré aux lycéens.

Site de l’AFEP : http://www.assoeconomiepolitique.org/

Président de l’AFEP : André Orléan, Directeur de recherches au CNRS, orlean (at) pse (point) ens (point) fr

Contact : Gilles Raveaud, Université Paris 8 Saint-Denis, gillesraveaud (at) gmail (point) com.

Comptabilité d’entreprises et Histoire XIX-XXe siècles. Objets, pratique et enjeux

HISTOIRE – ENTREPRISE & GESTION

Groupe de travail piloté par

Didier Bensadon Université Paris Dauphine Nicolas Praquin Université Paris Sud

Béatrice Touchelay Université Paris Est Créteil Philippe Verheyde Université Paris VIII

1e Journée d’études

VENDREDI 17 JUIN 2011

Comptabilité d’entreprises et Histoire XIXe-XXe siècles

objets, pratiques et enjeux

UNIVERSITE PARIS VIII – IDHE/CNRS

Bâtiment D Salle D 002 (amphi rdc)

(informations et plan d’accès sur www.idhe-paris8.fr)

8h45 – 9h15

● accueil des participants

9h15 – 9h30

● Introduction

Philippe Verheyde (université Paris 8 – IDHE)

9h30 – 11h

Première session – présidence Michel Margairaz (université Paris I – IDHE)

François Pasqualini, (université Paris Dauphine)

Le regard d’un juriste sur l’idée d’entreprise, XIXe-XXe siècles.

Danièle Fraboulet (université Paris XIII)

De l’intérêt des bilans d’entreprise pour l’histoire.

Discussion

11h – 11h15 pause café

11h15- 12h45

Deuxième session – présidence Albert Broder (université Paris Est Créteil)

Yannick Lemarchand (université de Nantes)

Savoirs et pratiques comptables de l’entreprise agricole expérimentale dans la France du XIXe siècle.

Boris Deschanel (université Paris I)

Apprendre et transmettre les pratiques comptables au début du XIXe siècle : l’exemple des milieux d’affaires dauphinois

Discussion

12h45- 14h pause déjeuner

14h – 16h30

Troisième session – présidence Anne Pezet (université Paris Dauphine)

Jean-Claude Daumas (université de Franche-Comté)

Acteurs et enjeux des réformes de la comptabilité d’entreprise : le cas de Blin & Blin

Jacques Richard (université Paris Dauphine)

Histoire de la comptabilité des chemins de fer allemands et la révolution comptable du XIXe siècle

Pierre Gervais (université Paris VIII – IDHE°)

Profits et pertes : réflexions sur le fonctionnement et les objectifs de la comptabilité à l’époque moderne.

Discussion

● Conclusions

Didier Bensadon (université Paris Dauphine)

Contacts et inscription obligatoire avant le 17 mai (pour déjeuner) auprès de : phil.verheyde@orange.fr

Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie

En ce premier week end de véritable printemps, nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance du blog Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie.

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dansl’optique d’un renouvellement de l’enseignement de l’histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d’enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degrés d’enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s’agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d’épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L’un des objectif principaux est de permettre l’organisation d’assises pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie, prévues en 2012.

Les billets publiés sur ce blog sont soumis à un comité de lecture composé de Suzanne Citron, Laurence De Cock, Patricia Legris, Philippe Olivera et Emmanuelle Picard. Toute personne intéressée peut envoyer des propositions à l’adresse suivante: hypotheses (point) aggio (at) yahoo (point) fr

Il s’accompagne de la mise en place d’un groupe de discussion (les messages sont modérés) auquel toutes les personnes intéressées sont invitées à participer. Vous pouvez vous y inscrire en envoyant en message à l’adresse du blog, en précisant que vous souhaitez participer au groupe de discussion.

Rural History Network International Conference

The IISH organizes the ESSHC once every two years. The conference does not have a central theme and welcomes papers about all periods and subjects. The main objective of the conference is to introduce historians who use the insights and techniques from the social sciences to social scientists that focus on the past in their research and vice versa.

Glasgow – du 11 au 14 avril 2012

Date limite de dépôt des projets de communication : 1 mai 2011

http://www.rhi.wur.nl/UK/RHN/Glasgow/

L’économie et les institutions : une perspective historique

The study of the relations between the economy and the institutions has been gaining relevance in the social sciences. Adopting a perspective of the institutions which is not confined to the restricted field of economic organizations, but it includes a whole set of rules, beliefs and norms that influence the economy, it remains open a vast field of research which has always been central among historians: analyze and understand, in historical context, changes and permanencies of the social factors that make up the institutions. The institutional framework that distinguishes each economic space or country at a particular historical context contains an important part of understanding on the performance of their economies. In this sense, our aim is that the 31stMeeting of the Portuguese Association of Economic and Social History will be an important moment of reflection, in historical perspective on economics and institutions. The 31st APHES Conference invites the national and international scientific community to participate in this debate, submitting thematic panels or individual papers. PhD and Master’s students will find in the Conference a special space for participation.

Coimbra – du 18 au 19 novembre 2011

Date limite de dépôt des projets de communication : 30 avril 2011

http://www4.fe.uc.pt/aphes31/

Gérer autrement

Les crises financière, économique et sociale que nous connaissons questionnent non seulement l’efficacité des pratiques de gestion des organisations mais aussi leur légitimité. La gestion instrumentale rigoureuse conçue hier comme un gage de prospérité est aujourd’hui dénoncée comme la source de maux profonds : « la société est malade de la gestion ». Dès lors, il apparaît urgent d’interroger les notions de performances et de repenser les pratiques, qu’il s’agisse de la finance, la gouvernance, l’entrepreneuriat, le management ou la formation à la gestion elle-même, qui permettront d’atteindre cette conception renouvelée de la performance

Lors de cette journée de recherche, nous souhaitons explorer certaines pistes qui offrent une alternative aux pratiques de gestion traditionnelles sans pour autant relever de l’économie sociale et solidaire. Comment peut-on aujourd’hui gérer les organisations de sorte que l’on restaure leur légitimité et que l’on concilie celle-ci avec la performance ?

Évry – 24 juin 2011
Date limite de dépôt des projets de communication : 18 avril 2011
http://calenda.revues.org/nouvelle19391.html