Archives de catégorie : Prix

Prix Mnémosyne 2015, master 2 histoire des femmes et du genre, et parution prix 2013

Cher-e-s collègues,
Décerné au mois de janvier de chaque année, le prix Mnémosyne créé par l’Association pour le développement de l’Histoire des femmes et du genre couronne un mémoire de master 2 de langue française d’un-e étudiant-e dont les travaux portent sur l’histoire des femmes et du genre en France ou à l’étranger.

Le mémoire des masterant-e-s souhaitant candidater au prix Mnémosyne 2015 doit avoir été soutenu dans une université française entre le 1er septembre 2013 et le 30 septembre 2015.
Les masters 2 soutenus en 2013-2014 et 2014-2015 sont donc autorisés à concourir. Les candidat-e-s ne peuvent concourir qu’UNE SEULE fois.

Le montant du prix est de 800 euros. L’association assure également la publication du mémoire aux Presses Universitaires de Rennes.
Les résumés des mémoires présentés au prix sont publiés en ligne sur le site de la revue en ligne Genre & Histoire, http://genrehistoire.revues.org/.

Pour participer au prix :
-adresser les mémoires en deux exemplaires papier, avec mention des coordonnées téléphoniques, électroniques et postales
-joindre un résumé en deux exemplaires papier (5000 caractères) et transmettre le résumé également sous fichier Word .

Mémoires et résumés doivent être transmis avant le 30 septembre 2015 à :
Pascale Barthélémy, ENS de Lyon, Site Descartes
15 Parvis René Descartes, BP 7000
69 342 Lyon Cedex 07
pascale.barthelemy@ens-lyon.fr

Je vous signale par ailleurs la parution prochaine du prix Mnémosyne 2013 qui pourrait notamment rencontrer les intérêts des candidat-e-s à l’agrégation : Pauline Moszkowski-Ouargli, Citoyennes des champs. Les femmes de Beaumont-du-Périgord pendant la Révolution française, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, automne 2015 (livre issu d’un M2 soutenu à l’Université de Bordeaux III, sous la direction de Michel Figeac et Dominique Picco, 2013).

Bien cordialement, en vous souhaitant un bel été
Mélanie Traversier, pour le CA de Mnémosyne et le jury du prix Mnémosyne

Résultats du 17ième prix d’histoire François Bourdon « Tcehniques, entreprises et société industrielle »

Résultats de la 17e  édition du prix d’histoire François Bourdon
“Techniques, entreprises et société industrielle”

Pour sa 17e édition le prix d’histoire de l’Académie François Bourdon-Le Creusot et de la Fondation Arts et Métiers : « François Bourdon, Techniques, entreprises et société industrielle », doté d’une somme de 1 500 €., a été attribué à

Arnaud PETERS, pour sa thèse soutenue à l’Université de Liège Course à l’innovation et mécanique des brevets. L’évolution technologique dans l’industrie belge du zinc (1806-1873).

Le prix jeune chercheur doté d’une somme de 750 €, a été attribué à

Antoine BREEN, pour son mémoire de master 1 soutenu à l’Université de Bourgogne sur  Les accidents du travail dans les usines du Creusot, de l’arrivée des Schneider à 1898

Cette année les membres du jury ont décidé d’attribuer un Prix spécial du jury à

Vincent BOULLY, pour sa thèse de doctorat en archive paléographie soutenue à Ecole Nationale des Chartes Entre liberté d’entreprendre et surveillance par l’Etat : les salines de Franche-Comté dans la seconde moitié de XIXe siècle (1840-1907).

Les membres du jury se félicitent de la diversité des écrits reçus pour cette 17e édition qui permet au prix d’histoire François Bourdon de s’ancrer plus fortement encore dans l’ensemble des domaines de l’histoire industrielle et des entreprises et plus généralement de la société industrielle.
Comme le veut le principe du prix, le seizième jury était composé d’industriels et d’universitaires. Participaient à ce jury mesdames Claudine Cartier, Conservateur général honoraire du patrimoine, Anne Dalmasso, professeure d’histoire à l’Université de Grenoble-Alpes , Anne-Françoise Garçon professeure d’histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne  et Dominique Varinois, IA-IPR, rectorat de Bordeaux; Gérard Chrysostome, ingénieur centralien ; Nicolas Coupain, Directeur du patrimoine chez Solvay, Jean-Claude Daumas, professeur à l’Université de Franche-Comté, Directeur de la MSHE CN Ledoux  ; François Labadens, ancien secrétaire général d’USINOR ; Philippe Mioche, professeur d’histoire Aix-Marseille Université, chaire Jean Monnet de l’histoire de l’intégration européenne ; Philippe Raulin, ingénieur des Ponts et Chaussées, ancien secrétaire général de FRAMATOME ; Serge Wolikow, professeur d’histoire émérite à l’Université de Bourgogne;

Arnaud PETERS, Course à l’innovation et mécanique des brevets. L’évolution technologique dans l’industrie belge du zinc (1806-1873), thèse de doctorat en histoire, art et archéologie, Université de Liège, 1 020 p. : Dans le jeune État belge fragilisé par son statut international, l’innovation technique constitue une priorité étatique, mais aussi un des moteurs du développement entrepreneurial. L’essor industriel du 19e s. s’accompagne ainsi d’une course à l’innovation qui sous-tend de nombreux enjeux. Cette thèse les questionne en parcourant, dans un premier temps, le territoire codifié de la propriété industrielle. L’étude porte d’abord sur la construction d’un système belge des brevets. Comment est-il conçu par les premiers gouvernements belges ? Quelles sont ses caractéristiques ? Comment favorise-t-il la course à l’innovation ? Il convient d’appréhender d’abord les cadres juridiques, les références et les singularités qui définissent l’expérience belge en regard notamment du modèle français. Ensuite, la nature de l’adhésion des acteurs au système est analysée. Dans un second temps, l’interrogation privilégie une approche sectorielle. La relation liant les brevets à l’innovation est examinée à travers le cas de l’industrie du zinc et de l’entreprise qui la domine : la s.a. des Mines et Fonderies de zinc de la Vieille-Montagne, première multinationale d’Europe, disposant de sièges à Liège et d’un autre à Paris au moment de sa création en 1837. Que révèlent les brevets à propos des technologies en place et de leur évolution ? Par quels mécanismes contribuent-ils à l’innovation ? L’analyse porte sur un corpus de plus de 200 brevets étudiés à la lumière des archives d’entreprises. Elle éclaire sur les processus innovants et les conditions de leur déploiement. Cette histoire technique de la filière du zinc illustre les dynamiques qui s’attachent à l’innovation au temps de l’essor industriel. Elle met en lumière un ensemble de stratégies mises en œuvre par les industriels pour contourner les problèmes que pose la technologie en place : imperfection des méthodes de réduction, nuisances, mécanisation, diversification, etc. comme les tâtonnements, hésitations, échecs, ruptures inhérents aux processus innovants.

Vincent BOULLY, Entre liberté d’entreprendre et surveillance par l’Etat : les salines de Franche-Comté dans la seconde moitié de XIXe siècle (1840-1907), thèse de doctorat en archive paléographie, Ecole Nationale des Chartes, 817 p. : Pour beaucoup de personnes, les salines de Franche-Comté se limitent aux seuls sites patrimoniaux de Salins (Jura) et Arc-et-Senans (Doubs). Mais tel n’est pas le cas dans une perspective d’histoire économique, et plus précisément d’histoire des entreprises.
À partir de ce constat d’un hiatus entre la mise en valeur patrimoniale actuelle et la diversité des sites industriels productifs de sel en Franche-Comté, Vincent Boully a fait un recensement des entreprises salicoles de Franche-Comté pour la seconde moitié du XIXe siècle, c’est-à-dire entre la libéralisation de la production de sel dans l’Est de la France, introduite par la loi du 17 juin 1840, et l’année 1907 durant laquelle les entreprises salicoles connaissent une crise structurelle majeure de surproduction.
La première partie de la thèse consiste en une étude générale des salines de Franche-Comté : elle porte sur la législation à l’échelle nationale et sur la démographie des entreprises salicoles à l’échelle régionale. La seconde partie est, quant à elle, une focalisation sur une entreprise particulière, la Société des Anciennes Salines Domaniales de l’Est, de 1862 à 1906, exploitant les salines de Montmorot, Salins, Arc-et-Senans, Grozon, ainsi que Gouhenans, sans oublier Dieuze, Vic et Moyenvic en Lorraine.
La surveillance de l’État envers les entreprises salicoles franc-comtoises a ainsi été étudiée à différentes échelles. Outre le rôle de législateur à l’échelle nationale, l’État utilise son autorité administrative pour réguler le marché salicole à l’échelle régionale. Lorsqu’il accède par exemple à toutes les demandes en concession de mine de sel, entre 1843 et 1898, l’État prend la décision économique de promouvoir un marché concurrentiel ; à l’inverse, le refus de deux demandes en concession de mines de sel en 1907 s’inscrit dans une nouvelle politique économique de l’État qui est de prévenir toute aggravation de la crise de surproduction de sel. À l’échelle de l’entreprise, les interventions de l’État sont limitées. Une fois qu’elle est dûment autorisée par les pouvoirs publics en 1862, la Société anonyme des Anciennes Salines Domaniales de l’Est est libre de mener la stratégie de son choix.
Les deux principales conclusions de cette thèse sont premièrement la pluralité des salines en Franche-Comté qui cache cependant un concentration et cartellisation du secteur ; et deuxièmement la dimension nationale de la Société des Anciennes Salines Domaniales de l’Est, dont le siège social est situé à Paris, dont la plupart des dirigeants sont domiciliés dans la capitale et dont la majeure partie des actionnaires appartiennent à la bourgeoisie parisienne.

Antoine BREEN, Les accidents du travail dans les usines du Creusot, de l’arrivée des Schneider à 1898, mémoire de master 1 Histoire, Université de Bourgogne, 158 p. : Au XIXe siècle les accidents du travail n’avaient quasiment aucune valeur légale. Une victime d’accident devait apporter la preuve d’une faute imputable à son employeur afin d’espérer être entendue par la justice. Ce problème a été réglé lors de la dernière décennie de ce siècle grâce à plusieurs lois dont celle du 9 avril 1898 qui a créé un régime d’indemnisation forfaitaire pour les victimes d’accidents. L’étude des accidents dans les usines du Creusot  permet de constater que les Schneider avaient pris cette question au sérieux et ce dès leur installation au Creusot en 1836. Bousculée par l’ampleur que prenaient les accidents dans « la plus grande usine de France » et par les nouvelles lois, la gestion paternaliste des accidents a évolué et s’est adaptée. Du côté des ouvriers, l’accident est un indicateur des conditions de travail et des dangers de l’usine du XIXe siècle, alors que la prise en compte de la sécurité n’était une priorité pour personne

Ivan Kharaba
Directeur

Académie François Bourdon
Cour du Manège-Château de la Verrerie
BP 60031
71201 Le Creusot Cedex
Tél. : 03 85 80 81 51
www.afbourdon.com

Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises Edition 2015

Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises

Édition 2015

 

 

Le Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises a pour objectif de mettre en valeur les travaux de recherche inédits en histoire des entreprises et, par-delà, d’éclairer le monde des entreprises ; il concerne les thèses et mémoires d’habilitation à diriger des recherches (HDR) traitant d’une problématique propre à l’histoire des entreprises du XIXe au XXIe siècle.

 

Tous les champs et types de recherche en histoire des entreprises sont couverts, qu’il s’agisse de monographie, d’histoire de branche, d’un produit ou d’un service, de biographie d’entrepreneurs ou d’histoire de groupes sociaux liés à l’entreprise. Le prix s’attache à distinguer un travail remarquable par la pertinence et l’originalité de sa problématique, la solidité des sources et de la méthode ainsi que la qualité de l’écriture. Le jury est composé de personnalités du Crédit Agricole, de la presse, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

 

Le prix est doté de 15000 €, dont 7500 € sont destinés au lauréat et 7500 € à l’aide à la publication de son travail. Le travail primé par le jury sera proposé pour publication dans la série « Entreprises» s’inscrivant dans la collection « Perspectives historiques » des Presses Universitaires François Rabelais qui offrent un cadre éditorial aux manuscrits lauréats du prix. Si le lauréat est déjà engagé auprès d’un autre éditeur lors de sa participation au Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises, la subvention pour l’édition (7500 euros) devient caduque. Par ailleurs, le lauréat sera accompagné par un tuteur éditorial afin d’assurer le passage du travail primé à un ouvrage publiable.

 

L’édition 2015 du prix concerne les thèses et les mémoires inédits, soutenus entre le 1er juin 2014 et le 15 juin 2015.

 

Doté d’une forte culture entrepreneuriale, le Groupe Crédit Agricole est un partenaire de longue date des entreprises, par le biais des Caisses régionales, de Crédit Agricole SA ou de ses filiales, notamment Crédit Agricole CIB et LCL. Crédit Agricole SA a souhaité promouvoir la recherche de haut niveau en histoire des entreprises grâce au Prix d’histoire des entreprises, organisé en partenariat avec la revue Entreprises et histoire. Cette action prolonge celle que Crédit Agricole SA mène déjà en faveur de l’histoire économique en ouvrant ses riches archives historiques aux chercheurs.

 

Les dossiers de candidatures sont à adresser à Anne Brunterc’h sous forme numérique de préférence jusqu’au 20 juillet 2015.

 

Le dossier de candidature devra comporter les éléments suivants :

–       Thèse ou mémoire d’habilitation à diriger des recherches rédigé en français. Les thèses en cotutelle internationale sont admises. Dans le cas où la langue n’en serait pas le français, il est nécessaire d’y joindre le résumé long en français qu’exige la cotutelle.

–       Rapport de soutenance (qui peut être transmis dans un second temps s’il n’est pas encore publié).

 

Au cas où ce travail serait également présenté à un autre prix, il est nécessaire de l’indiquer.

 

 

Anne BRUNTERC’H
AGL/AH – Affaires Générales
Responsable Archives Historiques
Tél +33 (0)1 43 23 10 99 – Mobile +33 (0)6 10 57 38 90

83 boulevard Pasteur 75015 Paris – anne.brunterch@credit-agricole-sa.fr –
http://www.credit-agricole.com

Résultats 8ème édition Prix Crédit Agricole d’Histoire des entreprises

Bonjour,

Pour sa huitième édition, le Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises a été attribué à Emmeline Scachetti, pour sa thèse de doctorat d’histoire intitulée La saline d’Arc-et-Senans. Manufacture, utopie et patrimoine (1773-2011) soutenue à l’Université de Franche-Comté sous la direction de Jean-Claude Daumas.

Organisé en partenariat avec la revue Entreprises et Histoire, le Prix Crédit Agricole Histoire des entreprises vise à stimuler et assurer la publication de travaux de recherche de haut niveau, inédits, sur l’histoire des entreprises en France, du XIXe au XXIe siècle. Sont concernées aussi bien les études de branche ou de groupes que les monographies, biographies ou histoires de groupes sociaux et histoires de produits. Le prix s’attache à distinguer un travail remarquable par la pertinence et l’originalité de sa problématique, la solidité des sources et de la méthode ainsi que la qualité de l’écriture. Présidé par Joseph d’Auzay, Secrétaire général de Crédit Agricole SA, le jury est composé de personnalités de la banque, de la presse, de l’université et de la recherche. Le prix est doté de 15000 euros, dont la moitié est destinée à faciliter l’édition du travail primé. L’ouvrage lauréat est proposé, en priorité, pour publication dans la série « Entreprises» s’inscrivant dans la collection « Perspectives historiques » des Presses Universitaires François Rabelais qui offrent un cadre éditorial aux manuscrits lauréats du prix.

La thèse d’Emmeline Scachetti apporte un éclairage original sur le site de la saline d’Arc-et-Senans, classé par l’Unesco en 1982, qui a fait l’objet d’une abondante bibliographie au titre des utopies architecturales de Nicolas Ledoux. Cette étude retrace la totalité de l’histoire de la saline d’Arc-et-Senans, depuis l’origine du projet en 1773 jusqu’à nos jours. Le regard que porte Emmeline Scachetti sur la saline est novateur car elle s’attache dans un premier temps à retracer la trajectoire de l’entreprise et de son activité industrielle depuis la décision de créer la saline jusqu’à l’arrêt définitif de l’exploitation en 1895. L’histoire industrielle de ce site et de son exploitation qui s’avère rapidement peu rentable, sont peu connues du fait de la destruction des archives de la saline dans un incendie en 1918. L’auteure a su contourner cette difficulté en mobilisant d’autres sources pour présenter un tableau vivant de la saline en tant qu’entreprise s’inscrivant dans l’économie très concurrentielle du sel au XIXème siècle.

Cette approche résolument centrée sur l’activité économique de la saline, lui permet de livrer dans un second temps une analyse approfondie du long processus de conservation du bâtiment depuis le classement partiel de 1926 à celui opéré en 1982 par l’Unesco. Emmeline Scachetti, forte de sa connaissance de l’entreprise, ne se laisse pas séduire par les mythes élaborés ultérieurement et nous éclaire sur le processus de construction d’une politique patrimoniale ainsi que sur les enjeux qui motivent ses différents acteurs.

Cordialement.

Anne BRUNTERC’H
AGL/AH – Affaires Générales
Responsable Archives Historiques
Tél +33 (0)1 43 23 10 99 – Mobile +33 (0)6 10 57 38 90

83 boulevard Pasteur 75015 Paris – anne.brunterch@credit-agricole-sa.fr –
http://www.credit-agricole.com

Prix de l’article scientifique sur le logement USH – Caisse des dépôts

L’USH et la Caisse des dépôts créent le prix de l’article scientifique

Dans le même esprit que le prix de thèse sur l’habitat social, dont une nouvelle édition sera organisée en 2016, l’USH et la CDC créent le prix de l’article scientifique. Il a notamment pour objectif, comme l’expliquent les deux partenaires, de « faire émerger ou approfondir des problématiques nécessaires à la compréhension de l’habitat social » ou encore de « pérenniser et renforcer les liens créés entre le mouvement HLM, la Caisse des dépôts et le milieu de la recherche en encourageant de jeunes chercheurs à publier dans le domaine de l’habitat social ». La date limite du recueil des candidatures est fixée au 15 avril 2015.

L’USH et la Caisse des dépôts ont communiqué, fin janvier 2015, sur le prix de l’article scientifique qu’ils ont créé. Dans le même esprit que le prix de thèse de l’habitat social (lire sur AEF), dont une nouvelle édition sera organisée en 2016, cette nouvelle récompense a pour objectif de :

• « récompenser les meilleurs articles sur l’habitat social publiés par de jeunes chercheurs ;
• faire émerger ou approfondir des problématiques nécessaires à la compréhension de l’habitat social ;
• pérenniser et renforcer les liens créés entre le mouvement HLM, la Caisse des dépôts et le milieu de la recherche en encourageant de jeunes chercheurs à publier dans le domaine de l’habitat social ;
• partager la production de connaissances générée par le prix avec les organismes HLM et plus largement les acteurs du logement social. »
Ce nouveau prix, élargi aux chercheurs qui publient en dehors du monde académique proprement dit (bureaux d’études, agences, services de l’État, etc.), « permettra également de mettre en lumière les travaux conduits dans des disciplines scientifiques diversifiées (sciences économiques, sciences humaines, sociales et juridiques, architecture, sciences de l’ingénieur) », font valoir les deux partenaires. Pour chacun des champs disciplinaires identifiés, il sera délivré un prix, ou un prix spécial, honoré d’une récompense de 3 000 euros dans le premier cas, et de 1 000 euros dans le second.

Les articles récompensés devront avoir été publiés entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2014 par des chercheurs âgés de moins de 35 ans (à la date du 1er janvier 2015), et traitant de l’habitat social au sens large : son économie, sa production, son renouvellement, sa gestion, ses usages, son histoire, son rapport aux politiques de l’habitat sa contribution à la transition énergétique et écologique ; tant au niveau national et international, que local ou microlocal, détaille l’USH.

La date limite du recueil des candidatures est fixée au 15 avril 2015 et le prix sera remis lors du prochain congrès HLM qui se tiendra du 22 au 24 septembre 2015 à Montpellier (Hérault).

CHTS, 7e concours de thèses, appel

Les Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques lancent, à partir du 15 janvier 2015, la septième édition du concours de thèses ouvert aux jeunes docteurs en histoire.
Vous trouverez sur le site du CTHS, à l’adresse indiquée ci dessous, le dossier de présentation du concours regroupant toutes les informations utiles pour y participer.
Qui peut participer ?
Pour être candidat, il faut avoir soutenu une thèse d’histoire (y compris d’histoire des sciences et des techniques) entre le 31 octobre 2013 et le 31 décembre 2014.
Pourquoi ?
À l’issue du concours, les lauréats verront leurs thèses publiées dans la collection CTHS-Histoire. Le CTHS offre pour cela un accompagnement assez rare : un historien ainsi qu’un éditeur de l’équipe apportent les conseils nécessaires afin de faciliter le passage de la thèse au livre.
Comment ?
Le candidat doit prendre connaissance du règlement ci-joint et envoyer au CTHS tous les éléments constitutifs du dossier.
Quel calendrier ?
Les inscriptions seront ouvertes du 15 janvier au 2 mars 2015. Une présélection des candidatures aura lieu en mars 2015. La délibération finale sera rendue en juillet 2015.
Contact concours : Clémence de Clavière | 01 55 95 89 13 | clemence.nogarede@recherche.gouv.fr
Contact presse : Stéphanie Henry | 01 55 95 89 62 | stephanie.henry@cths.fr
Adresse postale : CTHS, 110 rue de Grenelle, 75357 Paris cedex 07

Prix de thèse 2014 du Comité na tional pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

Prix de thèse 2014
du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

footer-logos

Depuis 2005, un prix récompense une thèse en sciences sociales et humaines portant sur l’histoire de la traite, de l’esclavage et des abolitionnismes à l’époque coloniale ou sur ses conséquences dans le monde actuel.
Les docteurs ayant soutenu leur thèse entre le 1er janvier 2013 et le 15 décembre 2014 sont invités à se porter candidat-e-s pour le prix CNMHE-2014 doté de 7000€.

http://www.cnmhe.fr/spip.php?article1122

Prix CILAC Jeune chercheur 2014: limite candidature 20/10

Prix CILAC  Jeune chercheur 2014

en patrimoine industriel, scientifique et technique

en partenariat avec le Musée des arts et métiers

Institué en 2011, le Prix Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique est un encouragement à la recherche, à la valorisation et à la prise d’initiatives innovantes dans le domaine du patrimoine industriel, tangible et intangible. Il a pour vocation de rendre compte de la vitalité de l’enseignement et de la recherche, théorique et appliquée, dans le vaste champ du patrimoine industriel, scientifique et technique.

Il s’adresse donc aux étudiants dans les domaines des sciences humaines et sociales, des sciences de l’ingénieur, de l’architecture, de l’urbanisme et des arts plastiques, de niveau Master 1 et 2 et Doctorat.

Ce prix, doté d’un montant de 500 €, vise à promouvoir des travaux universitaires innovants dans le domaine du patrimoine industriel, par leur méthodologie, leur objet, leur mise en œuvre et/ou leur forme finale, en cours ou récemment achevés.

En 2014, pour sa 4e édition dans le cadre d’un partenariat avec le Musée des arts et métiers, le Prix CILAC Jeune chercheur maintient les thématiques des années précédentes, et souhaite encourager les candidatures dans le champ du patrimoine mobilier technique et industriel : restauration, conservation, mise en valeur de machines, outils…

L’édition 2014 du Prix Cilac Jeune chercheur donnera lieu à une journée d’étude le 5 décembre 2014, au musée des arts et métiers, à Paris, au cours de laquelle les candidats présenteront leur travail devant le Jury et le public. Les lauréats seront proclamés à l’issue de cette journée.

La date limite d’envoi des dossiers de candidature est fixée au

20 octobre 2014

  • par voie électronique au CILAC : cilac@cilac.com
  • ou à l’adresse postale : CILAC – BP 20115 – 75261 Paris Cedex 06.

Le dossier doit comporter :

–  Le titre du projet/travail et son résumé (10 000 signes maximum)

–  Un poster format A0 (80×115 cm) sous forme électronique

–  Le CV et la copie de la carte d’étudiant

– Le cas échéant, le mémoire ou résultat final correspondant.

Toute demande de renseignements doit être adressée à Louis André, Secrétaire général du CILAC.  cilac@cilac.com – www.cilac.com

* * * * *

Déroulement

  • 20 octobre 2014 : dépôt du dossier de présentation et du projet de poster.

Le projet de poster format au format A0 (80×115 cm) récapitule leur travail d’une façon synthétique, en employant les ressources de la photographie, du graphisme, etc.

  • 10 novembre 2014 : envoi de la réponse aux candidats.
  • 25 novembre 2014 : les candidats retenus pour faire une intervention font parvenir le poster définitif, ainsi que le diaporama (format .ppt ou .pdf), par voie électronique au CILAC : cilac@cilac.com 
  • 5 décembre 2014 : participation à la journée d’étude, présentation publique du projet au Musée des arts et métiers. 

Ouverte au public, cette journée d’études est l’occasion d’un échange avec des spécialistes du patrimoine industriel. Le jury prendra en compte le dossier, le poster, la présentation orale, la qualité des échanges avec les candidats pour décerner les prix.
Le CILAC finance la venue à Paris des étudiants sélectionnés à concurrence d’un montant limité par projet. Les modalités sont communiquées sur demande.

Les lauréats dans chacune des deux catégories Recherche et Recherche appliquée se verront remettre à l’issue de la journée un prix d’un montant de 500 euros qui s’ajoute à la prise en charge de leurs frais de participation à la journée d’étude et de réalisation du poster. 
Les posters seront publiés sur le site internet du CILAC, et les communications feront éventuellement l’objet d’une publication dans L’Archéologie industrielle en France.

 

Limite de candidature 30/7: Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises, Édition 2014

Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises

Édition 2014

Le Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises a pour objectif de mettre en valeur les travaux de recherche inédits en histoire des entreprises et, par delà, d’éclairer le monde des entreprises ; il concerne les thèses et mémoires d’habilitation à diriger les recherches (HDR) traitant d’une problématique propre à l’histoire des entreprises françaises ou opérant en France, du XIXe au XXIe siècle.

Tous les champs et types de recherche en histoire des entreprises sont couverts, qu’il s’agisse de monographie, d’histoire de branche, d’un produit ou d’un service, de biographie d’entrepreneurs ou d’histoire de groupes sociaux liés à l’entreprise. Le prix s’attache à distinguer un travail remarquable par la pertinence et l’originalité de sa problématique, la solidité des sources et de la méthode ainsi que la qualité de l’écriture. Le jury est composé de personnalités du Crédit Agricole, de la presse, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le prix est doté de 15000 €, dont 7500 € sont destinés au lauréat et 7500 € à l’aide à la publication de son travail. Le travail primé par le jury sera proposé, en priorité, pour publication dans la série « Entreprises» s’inscrivant dans la collection « Perspectives historiques » des Presses Universitaires François Rabelais qui offrent un cadre éditorial aux manuscrits lauréats du prix. Par ailleurs, le lauréat sera accompagné par un tuteur éditorial afin d’assurer le passage du travail primé à un ouvrage publiable.

L’édition 2014 du prix concerne les thèses et les mémoires inédits, soutenus entre le 1er juin 2013 et le 15 juin 2014.

Doté d’une forte culture entrepreneuriale, le Groupe Crédit Agricole est un partenaire de longue date des entreprises, par le biais des Caisses régionales, de Crédit Agricole SA ou de ses filiales, notamment Crédit Agricole CIB et LCL. Crédit Agricole SA a souhaité promouvoir la recherche de haut niveau en histoire des entreprises grâce au Prix d’histoire des entreprises, organisé en partenariat avec la revue Entreprises et histoire. Cette action prolonge celle que Crédit Agricole SA mène déjà en faveur de l’histoire économique en ouvrant ses riches archives historiques aux chercheurs.

Les thèses et les mémoires d’habilitation à diriger les recherches (accompagnés si possible du rapport de soutenance), rédigés en français, sont à adresser à Anne Brunterc’h sous forme numérique de préférence jusqu’au 30 juillet 2014.

Anne Brunterc’h
Crédit Agricole SA
Responsable Archives historiques
83, boulevard Pasteur
75015 Paris
Tél. : 33 (0)1 43 23 10 99 / 06 10 57 38 90
Fax : 33 (0)1 43 23 50 77
e-mail : anne.brunterch@credit-agricole-sa.fr

Prix de thèse SFHU 2014 – Appel à candidatures

Prix de thèse SFHU 2014 – Appel à candidatures
Prix de thèse 2014 de la Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU)

 

La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, pour sa 4e session au titre de l’année 2014, un concours de thèses qui s’adresse aux jeunes docteurs en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux (voir les archives du prix de thèse sur le site http://sfhu.hypotheses.org/).

 

1. Objet du concours
Le lauréat du concours sera récompensé par une somme de 2000 euros.

 

2. Conditions de participation
Le prix est ouvert aux docteurs ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine rédigée en français durant l’année 2013. Les thèses d’habilitation à diri ger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne seront pas retenues.
Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de  l’art…) concernés.
3. Constitution du dossier de candidature
Pour s’inscrire, le docteur doit faire acte de candidature en envoyant à la SFHU (voir ci-dessous), un dossier dématérialisé qui comprendra les éléments suivants :

 

– le formulaire de candidature (ci-dessous, télécharger ou copier) dûment rempli (en version électronique non pdf) ;
– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes (en version électronique) ;
– un curriculum vitae (en version électronique) ;
– une version électronique de la thèse au format pdf (volume maximum par fichier 10 Mo ; au besoin numéroter clairement les envois).

 

4. Procédure d’attribution du prix
Le jury sera composé des membres du bureau de la SFHU. Il examinera l’ensemble des thèses recevables et pourra s’adjoindre des experts extérieurs, français et étrangers.

 

5. Calendrier
Les candidatures seront enregistrées jusqu’au 30 avril 2014 minuit, délai de rigueur (par voie électronique, à l’adresse Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr).
Les résultats seront proclamés en novembre 2014 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et de la journée d’étude de la SFHU en janvier 2015.
Pièces à joindre :

 

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes, espaces compris (en version électronique) ;
– un curriculum vitae (en version électronique) ;
– une version électronique de la thèse (fichier(s) pdf, volume maximum de 10 Mo par fichier).

 

Ne pas oublier d’inclure votre nom dans le titre du fichier et de rendre le titre aussi explicite que possible.
Formulaire et pièces demandées à envoyer, avant le 30 avril 2014 minuit, délai de rigueur, à :

 

7ème Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises

Pour sa septième édition, le Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises a été attribué à Jessica Dos Santos, pour sa thèse de doctorat d’histoire intitulée : L’Utopie en héritage. La Société du Familistère de Guise, de la mort de Jean-Baptiste Godin à la dissolution de l’Association.1888-1968. (Université Charles de Gaulle-Lille).

Une mention spéciale a été attribuée au travail de Bruno Prati La fonte ardennaise et ses marchés. Histoire d’une PME familiale dans un secteur en déclin. 1926-1999. (Université de Franche-Comté).

 

Organisé en partenariat avec la revue Entreprises et Histoire, le Prix Crédit Agricole Histoire des entreprises vise à stimuler et assurer la publication de travaux de recherche de haut niveau, inédits, sur l’histoire des entreprises en France, du XIXe au XXIe siècle. Sont concernées aussi bien les études de branche ou de groupes que les monographies, biographies ou histoires de groupes sociaux et histoires de produits. Le prix s’attache à distinguer un travail remarquable par la pertinence et l’originalité de sa problématique, la solidité des sources et de la méthode ainsi que la qualité de l’écriture. Les travaux soumis au jury en 2013 devaient avoir été soutenus entre juin 2012 et juin 2013. Le prix est doté de 15000 euros, dont la moitié est destinée à faciliter l’édition du travail primé. Présidé par Joseph d’Auzay, Secrétaire général de Crédit Agricole SA, le jury est composé de personnalités de la banque, de l’université et de la recherche, et de la presse.

 

Appuyée sur une documentation très solide, la thèse de Jessica Dos Santos analyse la trajectoire de la Société du Familistère de Guise de la mort de son fondateur Jean-Baptiste Godin en 1888 à la dissolution de l’Association en 1968. En s’attachant à dépasser l’examen du seul projet social pour étudier la dynamique de l’entreprise  du point de vue de la production industrielle comme de l’organisation professionnelle, Jessica Dos Santos éclaire d’un jour nouveau les tensions internes grandissantes entre le projet économique et le discours social portés par les administrateurs.  L’auteure démontre que la dissolution de 1968, qui s’accompagne de l’abandon du projet social en transformant Godin en société anonyme, est en grande partie une conséquence de l’insuffisance des investissements commerciaux et techniques depuis 1945 qui s’est traduite par une inadaptation de l’entreprise au marché et un défaut de compétitivité. Retraçant la vie de l’entreprise sur près d’un siècle, la thèse de Jessica Dos Santos souligne la complexité des rapports entretenus par les différents acteurs d’une entreprise qui se distingue par un mode de gouvernance à caractère coopératif tout en étant soumise à des impératifs de rentabilité et à la nécessité d’adapter sa production aux attentes de ses clients.

 

Le jury a par ailleurs tenu à distinguer par une mention spéciale et une aide à la publication la thèse de Bruno Prati intitulée « La fonte ardennaise et ses marchés. Histoire d’une PME familiale dans un secteur en déclin (1926-1999) » (Université de Franche-Comté). Cette histoire globale de l’entreprise est remarquable tant par sa qualité scientifique et la rigueur de l’étude détaillée qui est menée que par l’étendue des sources mobilisées ou la trajectoire atypique de son auteur devenu président du directoire de cette société.

 

Cordialement,

 

Anne Brunterc’h
Crédit Agricole SA
Responsable Archives historiques
83, boulevard Pasteur
75015 Paris


Tél. : 33 (0)1 43 23 10 99 / 06 10 57 38 90
Fax : 33 (0)1 43 23 50 77
e-mail :
 anne.brunterch@credit-agricole-sa.fr

Attachment: Prix Crédit Agricole 2013 CP.doc
Description: MS-Word document

Prix de these du Comite National pour la Memoire et l’Histoire de l’Esclavage- date limite d’envoi au 28 fevrier 2014

Prix de thèse du

 Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

 

Appel à candidatures pour le prix 2013

Depuis 2005, un prix récompense une thèse en sciences sociales et humaines portant sur l’histoire de la traite, de l’esclavage et des abolitionnismes à l’époque coloniale ou sur ses conséquences dans le monde actuel.

Les docteurs ayant soutenu leur thèse entre le 1er janvier 2012 et le 15 décembre 2013 sont invités à se porter candidats pour le prix CNMHE-2013 doté de 7000€. Le règlement n’autorise qu’une seule candidature.

Règlement du prix du Comité national

pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

Article premier – Titre, périodicité et objet

Le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMHE) décerne un prix annuel pour une thèse dans la mesure où une des candidatures au moins répond à ses critères d’exigence.

Ce prix récompense une thèse de doctorat en langue française présentant un caractère novateur, qui contribue à une meilleure connaissance de la traite négrière, du système esclavagiste, des processus d’abolition et de la mise en place de sociétés post-esclavagistes dans le monde Atlantique et dans l’océan Indien, de la fin du XVe siècle jusqu’à la période contemporaine.

Les thèses de différentes disciplines (article 2), rédigées en langue française, achevées, et soutenues, que ce soit dans une université française ou étrangère, peuvent prétendre au prix sous réserve de respecter toutes les conditions (thèse entièrement rédigée en français, sujet correspondant aux critères, respect des dates de soutenance, dossier complet adressé dans les temps au CNMHE, candidature adressée une seule fois).

Les candidats retenus pour concourir au prix de thèse seront sollicités par le CNMHE pour autoriser la mise en ligne de tout ou partie de leur travail dans le cadre d’une documentation numérique réalisée sous son autorité.

Article 2 – Domaine

Les thèses soumises peuvent adopter différentes approches (théorique, empirique, comparatiste ou méthodologique) et relever d’une ou plusieurs disciplines dans le champ des sciences humaines et sociales (histoire, droit, sciences politiques, anthropologie, littérature, art, philosophie…)

Article 3 – Calendrier du prix 2013

Le prix du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, attribué pour la première fois en 2005, est décerné chaque année dans la mesure où une thèse répond aux critères et aux exigences fixés par le comité.

Les candidats qui ont soutenu leur thèse entre le 1er janvier 2012 et le 15 décembre 2013 et qui souhaitent se porter candidat pour le prix de thèse du CNMHE 2013 sont invités à faire parvenir leur dossier à l’attention du Secrétaire général du CNMHE au ministère des Outre-mer (voir annexe du règlement).

Pour concourir au prix 2013 du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, la date limite pour le dépôt de candidature est fixée au 28 février 2014.

Article 4 – Dossiers de candidatures et étapes de la sélection des thèses

Dans un premier temps, le 28 février 2014 au plus tard, les candidats doivent adresser au Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, les documents suivants sous format numérique (envoi par la poste sur une clé USB ou envoi par courriel à l’adresse suivante sg.cnmhe@gmail.com ) :

 

·      une lettre de candidature motivée ; ·      le texte complet de la thèse et ses annexes ; ·      un résumé de dix pages maximum ; ·      un curriculum vitae ; ·      la copie du document administratif attestant la soutenance ; ·      la copie du rapport du jury de thèse.

Avec leur lettre de candidature, les docteurs sont invités à faire part de leurs coordonnées complètes pour pouvoir être joints :

·      copie d’une pièce d’identité ;

·      adresse(s) postale(s) personnelle et/ou professionnelle ;

·      adresse(s) électronique(s) ;

·      coordonnées téléphoniques.

Au cours du mois de mars 2014, la liste des thèses retenues pour le prix 2013 sera publiée sur le site internet du CNMHE (www.cnmhe.fr).

Une commission de sélection composée de membres du CNMHE établira la liste des thèses pour le prix 2013.

Les candidats sélectionnés pour l’attribution du prix seront informés par le secrétaire général du CNMHE et invités à adresser deux exemplaires papiers de leur thèse et à fournir des documents complémentaires (RIB, copie de carte vitale…) au plus tard le 30 mars 2014. Faute de respecter cette condition, leur candidature sera annulée.

Un jury d’évaluation, composé de membres du CNMHE et éventuellement complétés d’universitaires français ou étrangers sollicités en fonction des thématiques et des méthodologies développées dans les travaux retenus pour le prix, rédigera des avis sur les thèses sélectionnées.

Le jury d’attribution du prix composé par les quinze personnalités qualifiées composant le CNMHE désigne le lauréat par un vote au terme des étapes de sélection.

Le prix de thèse 2013 du CNMHE sera rendu public par la présidente du CNMHE à l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, le 10 mai 2014.

Article 5 – Rôle, composition et fonctionnement des différentes commissions pour l’attribution du prix de thèse du CNMHE

L’enregistrement des candidatures pour le prix de thèse est effectué par le secrétariat général du CNMHE dès lors que le dossier est complet et respecte les délais fixés dans les articles 3 et 4.

La commission de sélection composée de membres du CNMHE valide les candidatures dont le dossier est complet et qui correspondent aux conditions et critères précisés par les articles 1 et 2.

Le jury d’évaluation chargé de transmettre aux membres du Comité les avis sur les thèses présentés et d’identifier les plus remarquables pour l’attribution du prix (en fonction de leur originalité, de leur nouveauté et de l’intérêt du sujet, du renouvellement des connaissances, de leur rigueur sur le plan scientifique, de la qualité de l’écriture…) est composé de membres du CNMHE auxquels peuvent être associés, sur proposition des membres du comité, des personnalités extérieures (chercheurs et universitaires français et étrangers) comme indiqué dans l’article 4.  La composition de ce jury sera rendue publique sur le site du CNMHE.

La ou les thèses retenue(s) par ce jury  d’évaluation seront transmises au CNMHE, dans la mesure où les documents nécessaires à ce stade auront été adressés par les candidats comme indiqué dans l’article 4.

Pour attribuer le prix, le CNMHE délibère en séance plénière. Chaque thèse retenue pour cette étape est évaluée par deux rapports circonstanciés rédigés par deux membres du jury d’évaluation présentant ses qualités générales et sa pertinence pour le prix.

Les membres du CNMHE se réservent la possibilité de ne pas accorder de prix, ou de le partager entre deux candidats.

La présidente du CNMHE préside le jury d’attribution du prix avec voix délibérative.

Article 6 – Modalité d’attribution du prix par le CNMHE

La décision d’attribution du prix de thèse du CNMHE revient à ses seuls membres ; il est décerné à la majorité absolue des personnalités qualifiées composant le Comité avec voix délibérative de la présidente.

Tous les membres du CNMHE sont invités à se prononcer pour l’attribution du prix dans le cadre d’une séance plénière exceptionnelle et peuvent, en cas d’absence, donner procuration à un membre présent et faire connaître leur choix par voie électronique au secrétaire général du Comité.

Le prix n’est attribué qu’une fois la majorité absolue acquise parmi les membres du CNMHE ayant décidé de prendre part au vote, avec voix délibérative de la présidente.

Le CNMHE a la possibilité de décider d’attribuer le prix ex-aequo à deux candidats.

Le CNMHE est également en droit de ne pas décerner de prix s’il juge que les thèses présentées ne correspondent pas à ses critères d’exigence.

 

Article 7 – Le prix de thèse du CNMHE

Le prix du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage est doté par le ministère des Outre-mer d’une somme de 7000 € (sept mille euros).

Le lauréat s’engage à porter mention de ce prix dans son curriculum vitae ainsi que dans les communications liées à cette thèse. En cas de publication de la thèse, le prix devra être mentionné et, si possible, le logo du CNMHE visible la couverture.

Article 8 – Remise du prix de thèse du CNMHE

L’attribution du prix de thèse du CNMHE est officialisée par une lettre du ministre des Outre-mer, rendue publique sur le site internet du comité et donne lieu à une cérémonie présence des membres du Comité et de personnalités.

 

Paris, le 7 décembre 2013, Myriam COTTIAS, présidente du CNMHE.

Adresser le dossier de candidature par voie électronique à l’attention du

Secrétaire général du CNMHE à l’adresse suivante : sg.cnmhe@gmail.com

ou par voie postale à

 

Secrétariat général du Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage

Prix de thèse du CNMHE 2013

Ministère des Outre-mer

27, rue Oudinot, 75358 Paris 07 SP

***

Les lauréats du prix de thèse du Comité depuis 2005

 

2012  – Céline FLORY  La liberté forcée. Politiques impériales et expériences de travail dans l’Atlantique du XIXe siècle », soutenu le 31 mai 2011 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) sous la direction de Myriam COTTIAS.

 

2011 – Frédéric CHARLIN  Homo servilis ». Contribution à l’étude de la condition juridique de l’esclave dans les colonies françaises (1635-1848), soutenue à l’Université de Grenoble le 3 décembre 2009, sous la responsabilité de M. Martial MATHIEU.

Alejandro GOMEZ : Le syndrome de Saint-Domingue : Perceptions et représentations de la Révolution haïtienne dans le Monde Atlantique, 1790-1886, soutenue à l’EHESS le 13 décembre 2010, sous la responsabilité de Mme Frédérique LANGUE.

2010 – Jean MOOMOU Les Boni de l’âge d’or et du grand « takari » 1860-1969, temps de crise et temps d’espoir (Ecole des Etudes en Sciences Sociales, thèse soutenue le 10 décembre 2009 sous la direction de Bernard VINCENT)

2009 – Pas de lauréat

2008 – Natacha BONNET Seigneurs et planteurs entre ouest atlantique et Antilles : quatre familles du 18ième siècle (Université de Nantes, thèse soutenue sous la direction de Guy SAUPIN)

2007 – Antonio de ALMEIDA MENDES Une histoire transcontinentale et transnationale de la traite moderne entre Atlantique et Méditerranée (XVe- XVIIe siècles) (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, thèse soutenue sous la direction de Bernard VINCENT)

2006 – Audrey CAROTENUTO Les résistances serviles dans la société coloniale de l’Ile Bourbon (1750-1848) (Université de Provence, thèse soutenue sous la direction de Colette DUBOIS)

2005 – Hubert GERBEAU L’esclavage et son ombre à Bourbon (XIXe-XXe siècles) (Université d’Aix-en-Provence, thèse soutenue sous la direction de Gérard CHASTAGNARET)

Concours de thèse du CTHS

Les Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques lancent, à partir du 15 janvier 2014, la sixième édition du concours de thèses ouvert aux jeunes docteurs en histoire. Le concours vise à publier des travaux inédits dans les domaines de l’histoire.

 
Qui peut participer ?
Le concours s’adresse aux docteurs ayant soutenu leur thèse en histoire (ainsi qu’en histoire des sciences et des techniques) entre le 31 octobre 2012 et le 31 décembre 2013.
Le jury
Une première sélection des thèses sera effectuée par les cinq sections du CTHS participant au concours (les sections regroupent les membres du Comité selon leur domaine de compétence). La délibération finale sera rendue courant juillet 2014 par un jury désigné par la commission de publication du CTHS. À l’issue du concours, les lauréats (trois au maximum) verront leurs thèses publiées dans la collection CTHS Histoire.
Quels travaux sont concernés ?
Le jury du concours s’intéresse particulièrement aux travaux qui abordent des thèmes en débat dans la communauté scientifique et apportent un regard neuf sur les sujets traités. Outre la nouveauté et la richesse du contenu scientifique, il est sensible à la qualité rédactionnelle dans le but de toucher un public le plus large possible.
Le Comité des travaux historiques et scientifiques
Fondé par François Guizot en 1834 tout d’abord pour publier les « Documents inédits sur l’histoire de France », le Comité des travaux historiques et scientifiques est l’un des éditeurs français les plus anciens. Il a pour mission de développer des échanges entre les recherches publique et associative, entre enseignants, chercheurs et étudiants, en particulier lors du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques. Le CTHS est désormais fort d’une douzaine de collections, et publie plus spécifiquement dans les domaines des sciences de l’homme et de la société, de la nature et de la vie.
Modalités d’inscription
Pour participer et prendre connaissance du règlement du concours, les candidats doivent remplir un dossier d’inscription disponible sur le site internet du CTHS (www.cths.fr) rubrique « les actualités » (en bas de la page d’accueil).
Inscriptions ouvertes du 15 janvier au 3 mars 2014
Contact concours :
Clémence de Clavière | 01 55 95 89 13
Contact presse :
Pierre-Emmanuel Potey | 01 55 95 89 62
Adresse postale :
110 rue de Grenelle, 75357 Paris cedex 07
Pierre-Emmanuel Potey

Service Presse / CTHS
service.presse@cths.fr
Adresse postale : 110 rue de Grenelle
75357 Paris cedex 07
Tél : 01 55 95 89 62

Appel pour le Prix de thèse du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

Prix de thèse du
 Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage
 
Appel à candidatures pour le prix 2013

Depuis 2005, un prix récompense une thèse en sciences sociales et humaines portant sur l’histoire de la traite, de l’esclavage et des abolitionnismes à l’époque coloniale ou sur ses conséquences dans le monde actuel.

Les docteurs ayant soutenu leur thèse entre le 1er janvier 2012 et le 15 décembre 2013 sont invités à se porter candidats pour le prix CNMHE-2013 doté de 7000€. Le règlement n’autorise qu’une seule candidature.

Règlement du prix du Comité national
pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage
Article premier – Titre, périodicité et objet

Le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMHE) décerne un prix annuel pour une thèse dans la mesure où une des candidatures au moins répond à ses critères d’exigence.

Ce prix récompense une thèse de doctorat en langue française présentant un caractère novateur, qui contribue à une meilleure connaissance de la traite négrière, du système esclavagiste, des processus d’abolition et de la mise en place de sociétés post-esclavagistes dans le monde Atlantique et dans l’océan Indien, de la fin du XVe siècle jusqu’à la période contemporaine.

Les thèses de différentes disciplines (article 2), rédigées en langue française, achevées, et soutenues, que ce soit dans une université française ou étrangère, peuvent prétendre au prix sous réserve de respecter toutes les conditions (thèse entièrement rédigée en français, sujet correspondant aux critères, respect des dates de soutenance, dossier complet adressé dans les temps au CNMHE, candidature adressée une seule fois).

Les candidats retenus pour concourir au prix de thèse seront sollicités par le CNMHE pour autoriser la mise en ligne de tout ou partie de leur travail dans le cadre d’une documentation numérique réalisée sous son autorité.

Article 2 – Domaine

Les thèses soumises peuvent adopter différentes approches (théorique, empirique, comparatiste ou méthodologique) et relever d’une ou plusieurs disciplines dans le champ des sciences humaines et sociales (histoire, droit, sciences politiques, anthropologie, littérature, art, philosophie…)

Article 3 – Calendrier du prix 2013

Le prix du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, attribué pour la première fois en 2005, est décerné chaque année dans la mesure où une thèse répond aux critères et aux exigences fixés par le comité.

Les candidats qui ont soutenu leur thèse entre le 1er janvier 2012 et le 15 décembre 2013 et qui souhaitent se porter candidat pour le prix de thèse du CNMHE 2013 sont invités à faire parvenir leur dossier à l’attention du Secrétaire général du CNMHE au ministère des Outre-mer (voir annexe du règlement).

Pour concourir au prix 2013 du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, la date limite pour le dépôt de candidature est fixée au 31 janvier 2014.

Article 4 – Dossiers de candidatures et étapes de la sélection des thèses

Dans un premier temps, le 30 janvier 2014 au plus tard, les candidats doivent adresser au Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, les documents suivants sous format numérique (envoi par la poste sur une clé USB ou envoi par courriel à l’adresse suivante sg.cnmhe@gmail.com ) :

 

·      une lettre de candidature motivée ;
·      le texte complet de la thèse et ses annexes ;
·      un résumé de dix pages maximum ;
·      un curriculum vitae ;
·      la copie du document administratif attestant la soutenance ;
·      la copie du rapport du jury de thèse.

Avec leur lettre de candidature, les docteurs sont invités à faire part de leurs coordonnées complètes pour pouvoir être joints :

·      copie d’une pièce d’identité ;

·      adresse(s) postale(s) personnelle et/ou professionnelle ;

·      adresse(s) électronique(s) ;

·      coordonnées téléphoniques.

Au cours du mois de février 2014, la liste des thèses retenues pour le prix 2013 sera publiée sur le site internet du CNMHE (www.cnmhe.fr).

Une commission de sélection composée de membres du CNMHE établira la liste des thèses pour le prix 2013.

Les candidats sélectionnés pour l’attribution du prix seront informés par le secrétaire général du CNMHE et invités à adresser deux exemplaires papiers de leur thèse et à fournir des documents complémentaires (RIB, copie de carte vitale
) au plus tard le 15 mars 2014. Faute de respecter cette condition, leur candidature sera annulée.

Un jury d’évaluation, composé de membres du CNMHE et éventuellement complétés d’universitaires français ou étrangers sollicités en fonction des thématiques et des méthodologies développées dans les travaux retenus pour le prix, rédigera des avis sur les thèses sélectionnées.

Le jury d’attribution du prix composé par les quinze personnalités qualifiées composant le CNMHE désigne le lauréat par un vote au terme des étapes de sélection.

Le prix de thèse 2013 du CNMHE sera rendu public par la présidente du CNMHE à l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, le 10 mai 2014.

Article 5 – Rôle, composition et fonctionnement des différentes commissions pour l’attribution du prix de thèse du CNMHE

L’enregistrement des candidatures pour le prix de thèse est effectué par le secrétariat général du CNMHE dès lors que le dossier est complet et respecte les délais fixés dans les articles 3 et 4.

La commission de sélection composée de membres du CNMHE valide les candidatures dont le dossier est complet et qui correspondent aux conditions et critères précisés par les articles 1 et 2.

Le jury d’évaluation chargé de transmettre aux membres du Comité les avis sur les thèses présentés et d’identifier les plus remarquables pour l’attribution du prix (en fonction de leur originalité, de leur nouveauté et de l’intérêt du sujet, du renouvellement des connaissances, de leur rigueur sur le plan scientifique, de la qualité de l’écriture
) est composé de membres du CNMHE auxquels peuvent être associés, sur proposition des membres du comité, des personnalités extérieures (chercheurs et universitaires français et étrangers) comme indiqué dans l’article 4.  La composition de ce jury sera rendue publique sur le site du CNMHE.

La ou les thèses retenue(s) par ce jury  d’évaluation seront transmises au CNMHE, dans la mesure où les documents nécessaires à ce stade auront été adressés par les candidats comme indiqué dans l’article 4.

Pour attribuer le prix, le CNMHE délibère en séance plénière. Chaque thèse retenue pour cette étape est évaluée par deux rapports circonstanciés rédigés par deux membres du jury d’évaluation présentant ses qualités générales et sa pertinence pour le prix.

Les membres du CNMHE se réservent la possibilité de ne pas accorder de prix, ou de le partager entre deux candidats.

La présidente du CNMHE préside le jury d’attribution du prix avec voix délibérative.

Article 6 – Modalité d’attribution du prix par le CNMHE

La décision d’attribution du prix de thèse du CNMHE revient à ses seuls membres ; il est décerné à la majorité absolue des personnalités qualifiées composant le Comité avec voix délibérative de la présidente.

Tous les membres du CNMHE sont invités à se prononcer pour l’attribution du prix dans le cadre d’une séance plénière exceptionnelle et peuvent, en cas d’absence, donner procuration à un membre présent et faire connaître leur choix par voie électronique au secrétaire général du Comité.

Le prix n’est attribué qu’une fois la majorité absolue acquise parmi les membres du CNMHE ayant décidé de prendre part au vote, avec voix délibérative de la présidente.

Le CNMHE a la possibilité de décider d’attribuer le prix ex-aequo à deux candidats.

Le CNMHE est également en droit de ne pas décerner de prix s’il juge que les thèses présentées ne correspondent pas à ses critères d’exigence.

 

Article 7 – Le prix de thèse du CNMHE

Le prix du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage est doté par le ministère des Outre-mer d’une somme de 7000 € (sept mille euros).

Le lauréat s’engage à porter mention de ce prix dans son curriculum vitae ainsi que dans les communications liées à cette thèse. En cas de publication de la thèse, le prix devra être mentionné et, si possible, le logo du CNMHE visible la couverture.

Article 8 – Remise du prix de thèse du CNMHE

L’attribution du prix de thèse du CNMHE est officialisée par une lettre du ministre des Outre-mer, rendue publique sur le site internet du comité et donne lieu à une cérémonie présence des membres du Comité et de personnalités.

 

Paris, le 7 décembre 2013, Myriam COTTIAS, présidente du CNMHE.

 

Adresser le dossier de candidature par voie électronique à l’attention du

Secrétaire général du CNMHE à l’adresse suivante : sg.cnmhe@gmail.com

 

ou par voie postale à

 

Secrétariat général du Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage

Prix de thèse du CNMHE 2013

Ministère des Outre-mer

27, rue Oudinot, 75358 Paris 07 SP

Contact :

M. Frédéric LAZORTHES, secrétaire général du CNMHE, frederic.lazorthes@outre-mer.gouv.fr

 

***

 

Les lauréats du prix de thèse du Comité depuis 2005

 

2012  – Céline FLORY  La liberté forcée. Politiques impériales et expériences de travail dans l’Atlantique du XIXe siècle », soutenu le 31 mai 2011 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) sous la direction de Myriam COTTIAS.
 
2011 – Frédéric CHARLIN  Homo servilis ». Contribution à l’étude de la condition juridique de l’esclave dans les colonies françaises (1635-1848), soutenue à l’Université de Grenoble le 3 décembre 2009, sous la responsabilité de M. Martial MATHIEU.
Alejandro GOMEZ : Le syndrome de Saint-Domingue : Perceptions et représentations de la Révolution haïtienne dans le Monde Atlantique, 1790-1886, soutenue à l’EHESS le 13 décembre 2010, sous la responsabilité de Mme Frédérique LANGUE.

2010 – Jean MOOMOU Les Boni de l’âge d’or et du grand « takari » 1860-1969, temps de crise et temps d’espoir (Ecole des Etudes en Sciences Sociales, thèse soutenue le 10 décembre 2009 sous la direction de Bernard VINCENT)

2009 – Pas de lauréat

2008 – Natacha BONNET Seigneurs et planteurs entre ouest atlantique et Antilles : quatre familles du 18ième siècle (Université de Nantes, thèse soutenue sous la direction de Guy SAUPIN)

2007 – Antonio de ALMEIDA MENDES Une histoire transcontinentale et transnationale de la traite moderne entre Atlantique et Méditerranée (XVe- XVIIe siècles) (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, thèse soutenue sous la direction de Bernard VINCENT)

2006 – Audrey CAROTENUTO Les résistances serviles dans la société coloniale de l’Ile Bourbon (1750-1848) (Université de Provence, thèse soutenue sous la direction de Colette DUBOIS)

2005 – Hubert GERBEAU L’esclavage et son ombre à Bourbon (XIXe-XXe siècles) (Université d’Aix-en-Provence, thèse soutenue sous la direction de Gérard CHASTAGNARET)