Archives de catégorie : Thèses et Habilitations

Résumé de thèse: Cédric Perrin – Les entreprises artisanales et la politique économique de l’État en France (1938-1970)

Thèse soutenue à l’université de Tours le 12 décembre 2001.

Publiée par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France en 2007 sous le titre : Entre glorification et abandon. L’Etat et les artisans en France (1938-1970).

Résumé

La connaissance de l’artisanat au XXème siècle repose souvent sur les postulats de la pensée économique. Or, ceux-ci sont peu favorables à l’artisanat censé devoir disparaître face à la concentration industrielle. Cette approche théorique n’est pas satisfaisante. Elle présuppose plus qu’elle ne démontre un déclin de l’artisanat qui a été en réalité peu étudié. Il est vrai que les sources sont peu nombreuses, mais l’historien peut s’appuyer sur le registre des métiers et les autorisations d’ouverture ainsi que sur les archives de l’Etat, notamment du Plan et des ministères de l’Industrie et des Finances. L’idée d’un déclin repose surtout sur une approche numérique qui n’est pas suffisante car elle néglige les transformations structurelles. L’artisanat de 1970 n’est plus celui de 1938; il a su évoluer. De plus, force est de constater qu’il n’a pas disparu. Mal connus avant l’instauration du registre des métiers en 1936, ses effectifs augmentent entre la fin des années 1930 et celle des années 1940. En 1938, les artisans sont autour de 740 000 et en 1948 plus d’un million d’artisans exercent en France. Mais dès 1949 ils entament une longue période de repli qui ne prend fin qu’à la fin des années 1960. Vers 1970, il y a 750 000 artisans en France. La chute entamée en 1949 n’a pas totalement gommé la croissance des années 1940. Sur le long terme, la stabilité prévaut. Les artisans sont aussi nombreux à la fin des années 1960 qu’ils ne l’étaient à la fin des années 1930. Le problème devient alors de comprendre cette stabilité qui contredit les théories habituelles.

La raison à cette contradiction économique pourrait être politique; c’est-à-dire liée à une volonté de préservation de la part de l’Etat. Sous la IIIème République, la “synthèse républicaine” cherche à protéger les petits entrepreneurs indépendants, dont les artisans, pour garantir la stabilité de la nation. Mais, après la guerre cette protection est taxée de malthusianisme économique et condamnée au nom de l’efficacité; l’Etat privilégie alors les grandes firmes. Dans ces conditions, la politique économique de l’Etat peut-elle influencer l’évolution de l’artisanat sur le long terme ? Il faut reposer plus précisément la question du rôle de l’Etat auprès des artisans. Existe-t-il une véritable politique artisanale ? Durant l’entre-deux-guerres, l’Etat en pose progressivement les fondements (statut fiscal, chambres des métiers, crédit artisanal…) et permet à l’artisanat, jusque-là inorganisé, de prendre corps. Mais, si les fondements sont posés, le contenu reste léger; si bien que cette action ne saurait sauvegarder l’artisanat. Vichy paraît plus actif. La Révolution nationale accorde une grande place à l’artisanat. De fait, Vichy est plus actif en élaborant des programmes spécifiques pour les artisans. Mais est-il plus efficace ? L’Etat français agit avec des motivations idéologiques. Il se sert de l’artisanat plus qu’il ne le sert. Mal conçue, son action finit même par aggraver la situation des artisans.

Que reste-t-il de ces tentatives quand, après la Libération, le sens des interventions change ? Les forces politiques du tripartisme semblent vouloir conserver une politique artisanale en développant le crédit artisanal. Mais progressivement celle-ci s’efface devant d’autres priorités, notamment entre 1948 et 1954 alors que, paradoxalement, les radicaux et la droite, réputés plus proches des artisans, reviennent au pouvoir. La fiscalité artisanale s’alourdit alors que le crédit artisanal se restreint. Il faut une prise de conscience politique, que le poujadisme ne suffit pas à expliquer, pour que l’Etat réintroduise l’artisanat dans sa politique économique au milieu des années 1950. Les socialistes et les républicains-populaires, qui influencent fortement les gaullistes sur ce sujet, démontrent que pour poursuivre ses mutations, l’économie française ne peut plus faire l’économie d’une modernisation de l’artisanat. L’assistance technique est soutenue et les artisans sont incités à se regrouper mais avec des résultats très modestes. Pour se moderniser, les artisans ont besoin de crédits que les banques leur ont refusé jusque-là et ils dépendent fortement des institutions financières parapubliques. De ce point de vue, les progrès sont nets sans toutefois être à la hauteur des ambitions. En même temps, l’Etat réforme la fiscalité artisanale pour supprimer ce qui fait obstacles aux investissements. Une politique artisanale commence à prendre forme bien que ses moyens soient encore limités.

Cependant, ces politiques ne sont pas en mesure de provoquer une transformation de l’artisanat qui évolue longtemps dans un environnement défavorable où ni l’Etat, ni les banques ne se préoccupent sérieusement de lui. L’artisanat se maintient grâce à ses mutations internes; l’Etat suit et accompagne celles-ci plus qu’il ne les suscite. Vers 1938, l’artisanat sait profiter de la faiblesse de ses coûts et de sa souplesse pour dominer certains secteurs et les activités traditionnelles ou rurales sont déjà secondaires. Son renouvellement dépend d’arrivées d’autres milieux sociaux, en particulier d’ouvriers. Ce modèle fondé sur la mobilité sociale et géographique joue à plein durant la guerre et à la Libération et l’artisanat se développe. Il est à son apogée en 1948. Pourquoi cette dynamique se grippe-t-elle soudain à la fin des années 1940 ? Les raisons sont économiques et sociales et proviennent notamment des faiblesses de la croissance précédente. Cet artisanat prolifique est hétérogène; ses entreprises sont souvent sous-équipées et obsolètes. Beaucoup d’artisans ne se sont installés que contraints par la guerre et renoncent quand le développement du salariat rend l’indépendance moins attirante. Ce déclin se ralentit et s’achève dans les années 1960. Grâce à un effort d’investissement, les entreprises artisanales de 1970 sont mieux équipées que vingt ans plus tôt. Elles améliorent leurs relations avec le milieu bancaire. Les effectifs employés augmentent. L’artisanat sait aussi se repositionner en opérant un glissement de secteurs périclitants vers des activités en essor et un redéploiement géographique par lesquels il représente encore une part non négligeable de la valeur ajoutée. Il s’est transformé et assaini. Plus qu’une crise, c’est une mutation que vit l’artisanat français des Trente glorieuses.

Parution: Natacha Coquery, “Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe”

Tenir boutique au XVIIIe siècle à Paris. Natacha Coquery.
Tenir boutique au XVIIIe siècle à Paris

Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle : luxe et demi-luxe (Comité des travaux historiques et scientifiques – CTHS, 2011). Voici le 4e de couverture de cet ouvrage:

“C’est de sa vitalité commerçante au XVIIIe siècle que Paris tire sa renommée de capitale de la mode. Cette étude propose de découvrir le fonctionnement de la boutique, noyau de l’institution marchande, en l’observant dans son quotidien et dans les réseaux sociaux et territoriaux dans lesquels elle s’inscrit.  Elle présente ses difficultés, ses clients et le jeu marchand sur la qualité des produits ; l’innovation commerçante bouleverse les habitudes et les traditions. La capacité des boutiquiers à inventer un marché qualifié de demi-luxe, parce qu’il a gardé l’apparence du luxe et qu’il s’ouvre par ses prix à une clientèle élargie, est capitale dans cette dynamique. Se crée un code du commerce et de l’échange où les habitudes anciennes, le troc et le crédit, coexistent avec le changement des modes de consommation et la naissance de nouveaux besoins.

En observant la boutique sous trois angles – culturel, géographique et économique –, Natacha Coquery apporte au lec-
teur un formidable éclairage sur le rôle des boutiquiers dans l’élargissement social du marché et l’avènement d’une culture de consommation. Elle dépeint un monde marchand entreprenant et actif, sans en cacher les faiblesses, dans un siècle ambigu qui balance entre archaïsme et modernité.”

Vous pouvez télécharger la couverture et la table des matières.

Publication: Gérad Minaud – Les gens de commerce et le droit à Rome

Le vocabulaire latin est riche de termes évoquant les échanges et les transactions économiques, mais les Romains n’en ont laissé aucune définition.

Pour commencer, un examen diachronique des mots va faciliter la recherche, notamment en vérifiant par exemple si l’appellation de mercator ou celle de negotiator renvoyaient à un régime juridique particulier, parallèlement au statut civil des personnes (Romain ou non, libre ou esclave, femme, etc). Ce travail d’identification des acteurs conduit ensuite à voir de façon plus détaillée les rapports entre la vie commerciale et le droit.

Plusieurs questions, toujours d’actualité aujourd’hui, retiennent alors l’attention : qui pouvait faire du commerce, de quelle manière et où, quel contrôle exerçait l’autorité publique sur cette faculté, quelles règles s’appliquaient aux gens de commerce, dans quels métiers, comment s’organisaient leurs rapports juridiques, entre eux ou avec un tiers, de quelles juridiction relevaient-ils, etc ?

Le législateur romain avait en effet déjà cerné tous ces problèmes de la vie commerciale, mais plutôt que d’avoir bâti un droit commercial, c’est un droit des affaires innommé qu’il semble avoir mis en place au fil du temps. Au IVe siècle p.C., un statut administratif des gens de commerce et des juridictions commerciales donnent la timide impression de se manifester, mais l’Empire romain vivait son dernier siècle en Occident, et cette tendance ne put prospérer.

Gérard Minaud, diplômé de l’Institut supérieur de gestion (1984), docteur en histoire (EHESS, 2002) et docteur en sciences juridiques (Université Paul Cézanne Aix-Marseille III 2009), propose dans cet ouvrage le texte de sa dernière thèse : par son sujet elle s’inscrit dans la suite de son précédent ouvrage La comptabilité à Rome. Après avoir dirigé pendant près de vingt ans des entreprise industrielles, siégé au Conseil de prud’hommes de Marseille et au conseil d’administration d’institutions publiques, Gérard Minaud se consacre désormais à la recherche et à l’enseignement, il est notamment chercheur associé au Centre Camille Jullian (UMR 6573). Spécialiste de la gestion dans l’Antiquité romaine, ses travaux actuels portent sur la gestion du travail

 

Thèse: Bertrand Risacher – Les mutations successives d’un espace enclavé et déshérité. Industrialisation et désindustrialisation dans la vallée de Rimbach (XVIIIe siècle à nos jours)

Dans un cadre géographique limité, celui de la vallée du Rimbach, cette thèse étudie de façon exhaustive tous les aspects d’une évolution économique et sociale marquée par le phénomène de l’industrialisation du XVIIIe siècle à nos jours.

Cette thèse a donc permis de connaître un espace régional d’industrialisation qui renforce la diversité du développement économique dela France. Cetterecherche se limite au vallon du Rimbach mais, en nous préoccupant de replacer le territoire dans l’ensemble alsacien, nous apportons des informations nouvelles concernant la pré-industrialisation, le processus d’industrialisation et sa spécificité par rapport à la grande industrie haut-rhinoise, l’évolution économique face aux problèmes de frontière de par leurs déplacements en 1870, 1919, 1939 et 1945, la grande mutation industrielle depuis 1945 mais aussi les bouleversements sociaux, les conséquences politiques et l’impact environnemental. La vallée du Rimbach, à une échelle réduite, a été le théâtre de toutes ces évolutions. Cette thèse apporte l’implacable démonstration qu’un microcosme à tel point miniaturisé se montre le reflet des tribulations de l’industrialisation.

Les apports de cette thèse sont donc indéniables dans la connaissance plus fine de l’économie d’une vallée sous-vosgienne aux spécificités bien réelles. Du point de vue de l’histoire économique elle met en lumière des modalités de pérennité productives à une échelle micro locale, qui prouvent des capacités de territorialité d’action souvent masquées par des tendances globalisantes. Enfin, elle casse cette vision monolithique et linéaire d’une Europe qui s’industrialise, se désindustrialise et se réindustrialise sur de nouvelles formes en montrant l’importance des transitions.

La vallée de Rimbach a donc sa place dans cette grande histoire industrielle européenne, une place particulière à certains égards.

Lire le résumé complet de la thèse de Bertrand Risacher.

Résumé de thèse: “L’artisanat du cuir dans l’Extrême-Nord du Cameroun: du XIXe siècle à 2007” (François Wassouni, Cameroun)

Cette recherche porte sur « L’artisanat du cuir dans l’Extrême-Nord du Cameroun : du XIXe siècle à 2007 ». À partir des documents écrits divers, des sources orales, iconographiques et des observations sur le terrain, elle ambitionne d’analyser l’évolution de cette activité locale à travers le contexte de son développement, les mécanismes d’acquisition des peaux, de production, d’usage et de commercialisation du cuir et d’objets en cuir, de même que l’impact et les problèmes auxquels elle fait face. C’est entre les XIXe et Xxe siècles que des foyers d’activité du cuir à une échelle importante se développent dans les localités de Maroua, Bogo, Mindif et Doumrou par des communautés kanouri et haoussa. Ces dernières qui ont migré au Nord-Cameroun à la suite du Jihad peul du XIXe siècle, développent le commerce et l’industrie traditionnelle avec plusieurs filières parmi lesquelles celle du cuir. Les peaux d’animaux tels que les bœufs, les moutons et les chèvres sont transformées en cuirs selon des techniques qui font usage des produits prélevés de la nature pour la plupart. Les objets fabriqués sont les tapis de prière, les couvertures de Coran, les chaussures, les arsenaux de guerre, les cache-sexe et les équipements des chevaux, destinés pour la vente. Entre les années 40 et 2007, l’artisanat du cuir de Maroua spécifiquement, connaît des nombreux changements dus à plusieurs facteurs.

L’action des autorités coloniales françaises, l’avènement du tourisme et des ONG qui travaillent dans le secteur du cuir, la création des associations, des coopératives et des groupements d’initiative commune, ont contribué à changer le visage de cette activité tant du point de vue du tannage que de la fabrication d’objets en cuir. C’est ainsi que les filières du cuir ont été organisées, les modèles de produits fabriqués ont changé, s’orientant de plus en plus vers la civilisation occidentale, des structures de vente d’objets artisanaux ont vu le jour à l’instar du Centre Artisanal de Maroua en 1955 et du Complexe Artisanal en 2007. Dans les autres localités par contre, l’artisanat du cuir n’a pas connu d’influences notables. Les objets fabriqués sont restés presque les mêmes que ceux du XIXe siècle. Ces zones font davantage dans le tannage dont les cuirs sont acheminés vers Maroua.

Du XIXe siècle à 2007, les objets en cuir sont vendus dans les marchés et autres centres de vente créés dans les localités d’activité du cuir et leurs environs, des zones de l’ex. Emirat de l’Adamawa, dans la partie méridionale du Cameroun, dans d’autres pays d’Afrique et même d’Europe. Les populations locales, les étrangers résidant au Cameroun, les touristes et les populations d’ailleurs constituent la clientèle des artisans de l’Extrême-Nord. Les objets fabriqués servent aux usages multiples, à savoir vestimentaires, ésotériques, esthétiques. Dans les autres localités d’activité du cuir de l’Extrême-Nord, ce sont les Kanouri et les Haoussa qui détiennent depuis toujours le monopole de cette activité alors qu’à Maroua ce n’est plus le cas. Les changements qu’y a connus ce secteur ont contribué à briser le monopole ethnique et impliquer des acteurs d’origines diverses parmi lesquels se retrouvent même quelques femmes. Activité pourvoyeuse d’objets importants pour les populations, les artisans du cuir avaient par conséquent une place privilégiée dans la société au XIXe siècle et même pendant la colonisation française à Maroua. L’avènement des produits à caractère moderne qui ont remplacé peu à peu ceux de l’artisanat local, a affecté la considération sociale des acteurs du secteur du cuir. Malgré les préjugés développés autour du travail du cuir, il faut relever que dans la ville de Maroua par exemple, certains artisans de par les revenus qu’ils tirent de leur activité, bénéficient d’une position sociale respectable. Au total, l’artisanat du cuir a un impact multidimensionnel. Il génère des revenus à la chaîne d’acteurs impliqués, participe au brassage interethnique, alimente le marché du tourisme et contribue par le biais de ses produits à la promotion de l’identité culturelle de l’Extrême-Nord à travers le monde. Mais il pollue aussi l’environnement par ses odeurs nauséabondes et le détruit par l’usage des peaux de faune de sauvage, attire les jeunes gens qui se désintéressent de l’école, d’où l’analphabétisme. Depuis quelques années, cet art local souffre de la raréfaction des peaux, des intrants de tannage et des matériels qui entrent dans la confection d’objets en cuir. Des conflits entre les artisans, les revendeurs d’objets en cuir et les ONG perturbent aussi cette filière dont la qualité des produits qui est souvent déplorée affecte les ventes.

Téléchargez le sommaire de la thèse de François Wassouni.

Thèse: Les grands négociants nantais du dernier tiers du XVIIIe siècle. Capital hérité et esprit d’entreprise (fin XVIIe – début XIXe siècle) – (Laure PINEAU-DEFOIS)

Pour une approche sociohistorique et économique des négociants de l’élite sous l’Ancien Régime

L’étude menée dans le cadre de cette thèse, s’est focalisée sur un groupe de négociants-armateurs nantais exerçant son activité professionnelle entre 1763 et 1792. J’ai circonscrit mon corpus à cinq familles figurant parmi les plus importantes du négoce à la veille de la Révolution française, tant en raison de leur puissance économique que de leur prééminence sociale. Ce sont les familles Bouteiller, Chaurand, Deurbroucq, Drouin et Lincoln. Elles représentent une partie de ce que nous pouvons appeler l’élite de la société nantaise prérévolutionnaire. Ces hommes sont à la fois des négociants, c’est-à-dire versés dans le commerce des marchandises en commission et à leur ordre, des armateurs de navires mais aussi des planteurs.

Les cités portuaires de l’Ancien Régime se caractérisent par la fluidité de leurs hiérarchies sociales. Tout cela est en effet encouragé « par la capacité des activités maritimes à générer des fortunes rapides »1. Observer ces formes de mobilité sociale, suppose de prendre en compte les trajectoires intergénérationnelles, afin de garder une « perspective dynamique ». C’est pourquoi j’ai opté pour une réflexion appuyée sur un groupe de personnes réduit, afin de mener le travail à l’échelle d’individus et non d’entités sociales globales. L’observation de ces exemples permet de s’interroger sur le modèle qu’ils incarnent et « amène à une réflexion sur les formes de structuration et de constitution des élites urbaines des villes littorales et, au-delà, sur une éventuelle influence sur le reste de la région »2. Seule l’étude des individus à partir de leurs activités professionnelles, de leur niveau de richesse, de leur degré de pouvoir, de leur mode de vie et de pensée mais également de leur adaptation ou non aux événements révolutionnaires, nous autorise à émettre une proposition de définition sociale du groupe. L’histoire économique, qui se veut quantitative et mathématique, oublie souvent les hommes ; comme il arrive également que l’histoire sociale néglige la mesure des activités et les données conjoncturelles. C’est pourquoi il a paru intéressant de proposer, grâce à cette étude, une synthèse entre une approche sociohistorique et une approche économique.

J’ai ainsi pris pour objet d’étude des hommes et des femmes concrets et réels et dressé une analyse précise de leurs activités, de leur sociabilité, en tenant compte de leurs origines et en incluant l’étude de leur descendance. Il s’agit finalement de tenter une synthèse entre les hommes et leurs activités, et l’espace – tant géographique que relationnel – où s’inscrit leur dynamisme.

Tout d’abord l’approche sociale approfondie s’insère dans la lignée des recherches menées sur les biographies individuelles, sans bien sûr négliger les limites de la représentativité de l’individu par rapport au groupe tout entier. Le but est de donner le premier rôle aux acteurs réels, aux individus, plutôt qu’à des acteurs allégoriques, représentés par des entités comme l’État, les Négociants. J’ai souhaité en effet déconstruire cette entité collective artificielle qu’est le monde négociant, pour retrouver les individus et les relations qu’ils entretiennent : le « lien social »3. Cette étude de l’élite du négoce nantais doit nécessairement être mise en contexte, c’est une étude des élites négociantes dans la société ; il est primordial de lier constamment individu et société. C’est là que la notion de « lien social » prend tout son sens et apporte une véritable réponse : elle permet l’articulation du collectif4. Car le social est fait de relations ; et la trame de la société ce sont les liens et les réseaux de relations entre les individus eux-mêmes, entre les individus et les collectivités et entre les individus et l’État. Il importe de rechercher toutes traces des hommes choisis pour notre étude afin d’en avoir une connaissance la plus précise possible. D’où viennent-ils ? Leurs origines géographiques, sociales sont-elles déterminantes quant à leurs actions et choix futurs ? Quelles relations entretient chacun de ces hommes avec ses amis, ses proches ? L’individu entrepreneur parvient-il à dépasser les codes du groupe social dans laquelle sa famille est intégrée ? Quels autres réseaux relationnels tisse-t-il ?

À la lumière de ce que l’analyse sociale a fait paraître de chaque individu et du groupe dans son ensemble, j’ai souhaité, et c’est là ma seconde ambition, pouvoir proposer une étude des pratiques professionnelles. Les hommes ont des motivations qui leur sont propres, ils sont en interaction avec leur environnement, et c’est cela qui influe également sur leurs pratiques. Ils ne sont pas seulement soumis à la conjoncture ; ils font preuves d’initiatives personnelles qui méritent d’être étudiées. Ces initiatives diffèrent selon les négociants, selon leur histoire familiale, leur formation professionnelle, leur caractère.

C’est finalement par le biais de l’histoire sociale, dans une perspective micro-historique et prosopographique, que j’ai approché l’activité économique. Ces méthodes, la microhistoire, la prosopographie, la biographie, mais également l’analyse des réseaux, renouvellent la perspective d’approche de la réalité sociale. Elles aident l’historien à s’arracher à l’emprise d’une vision étroite du groupe social, ici des négociants, fondée uniquement sur l’économique, afin de mieux comprendre au final comment ces hommes appréhendent leurs pratiques et leurs structures professionnelles ainsi que les mutations dont elles font l’objet. Toutefois, cette « histoire de près » n’empêche pas de formuler des hypothèses qui font écho aux questionnements que soulève l’étude des milieux négociants dans son ensemble. L’une des questions majeures de mon étude tourne principalement autour de l’idée de l’intégration capitalistique pour la réussite des affaires dans un espace atlantique construit à partir d’entreprises situées dans un grand port métropolitain, ici Nantes. Il convient à cet effet de considérer le port et sa zone métropolitaine, mais également l’Afrique, le marché américain ainsi que la redistribution en France et en Europe. Pour devenir puissant, l’entrepreneur doit-il nécessairement tout intégrer dans un contrôle total du circuit en mobilisant des réseaux d’affaires connectés les uns aux autres, ou peut-il se contenter de se spécialiser sur seulement un segment du circuit ? La question de la rentabilité de chaque secteur ou chaque segment est au cœur de ce travail : est-il intéressant de se spécialiser dans un secteur d’activité – comme la traite, la redistribution –, ou ne vaut-il mieux pas tout intégrer, tout faire ?

Concernant les cadres de la recherche, d’un point de vue géographique, mon travail est fortement centré sur Nantes, puisque les hommes étudiés y exercent leur activité professionnelle et y vivent. Il nous porte également vers Saint-Domingue, lieu privilégié du commerce des négociants nantais parfaitement intégrés à l’économie de plantation. D’un point de vue chronologique, les acteurs choisis exercent majoritairement leur activité professionnelle entre 1763 et 1792, entre la fin de la guerre de Sept Ans et le début des guerres révolutionnaires. La guerre de Sept Ans marque en effet un réel tournant dans la composition du groupe des négociants : soit les faillites se multiplient – forçant des hommes à se retirer du commerce –, soit la guerre impose à d’autres une restructuration de leur activité. On assiste donc à un renouveau au sein du paysage commercial à partir de 1763, non seulement à Nantes mais également dans d’autres cités portuaires. Toutefois m’inscrivant dans une démarche biographique permettant d’assurer une meilleure compréhension des attitudes individuelles, il m’a semblé primordial d’ouvrir les bornes chronologiques de l’étude. Si la réflexion autour des pratiques professionnelles des négociants du corpus est circonscrite à des dates butoirs (1763-1793) liées à des données structurelles, l’étude sociale, menée notamment sur les origines de chacune de ces familles, permet de dépasser cette chronologie. Provenant d’horizons différents, ces hommes possèdent une histoire personnelle et familiale qui influe sur leur manière d’appréhender leur activité. C’est pourquoi j’ai pris en considération le début du XVIIIe siècle voire la fin du XVIIe siècle, afin de mesurer la part héritée et la part de l’entreprise personnelle. En outre il m’a semblé nécessaire de poursuivre les investigations au-delà de 1793. Si les hommes étudiés voient leur activité professionnelle souffrir des conjonctures nationale et internationale, leur adaptation ou non aux difficultés rencontrées, se doit d’être éclairée.

La démarche observée permet tout d’abord de mettre en lumière les origines des négociants étudiés, tant géographiques, familiales qu’économiques. Le but étant ici de chercher à déterminer les contours sociaux de chacune des familles. L’ambition est également de comprendre comment l’individu entrepreneur trouve en lui et en son histoire particulière, les moyens de se lancer dans l’activité. Il importe donc de connaître les caractéristiques de l’héritage familial dont chacun des hommes étudiés bénéficie : nature du capital social, économique ou encore culturel. C’est pourquoi la première partie privilégie l’étude successive de chaque famille, juste avant l’entrée en scène du personnage majeur sur la place économique nantaise.

Une seconde partie envisage l’étude des pratiques professionnelles des négociants choisis, à la lumière de l’héritage reçu. Ces derniers sont particulièrement actifs entre 1763 et 1792. Il s’agit ici de traiter de leurs pratiques commerciales, tant d’armement que de négoce, mais également des structures financières du commerce, notamment via l’étude des sociétés structurées – générales, familiales, en commandite –, et des sociétés informelles, mises en place notamment dans le cadre du financement des armements maritimes. L’intégration de leurs activités dans un espace atlantique global constitue également un point majeur : les plus grands négociants nantais maîtrisent la chaîne commerciale coloniale, contrôlant l’approvisionnement en main d’œuvre servile, la production, le transport, puis la vente des denrées.

La troisième partie se trouve in fine consacrée aux périodes révolutionnaire et post-révolutionnaire. Il est primordial de tenir compte de cette conjoncture et des mutations qu’elle impose, autant dans les pratiques commerciales que sociales ou politiques, afin de réfléchir à la façon dont les négociants traversent, affrontent ou subissent la Révolution. Il importe alors de se pencher sur leur devenir au début du XIXe siècle.

  1. Philippe JARNOUX, « Horizons maritimes : les bourgeoisies urbaines en Bretagne sous l’Ancien Régime. Enclavements et ouvertures », in Frédérique PITOU dir., Élites et notables de l’Ouest, XVIe-XXe siècles, entre conservatisme et modernité, Rennes, PUR, 2003, p. 248. []
  2. Ibid. []
  3. Selon Pierre Bourdieu, la compréhension d’une trajectoire individuelle passe par celle des relations qui unissent l’agent considéré aux autres agents engagés dans le même champ, pour en évaluer la « surface sociale », Pierre BOURDIEU, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, 1986, pp. 69-72. []
  4. Jean-Claude PASSERON, « Le scénario et le corpus. Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », in Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, 2006 (réed.), pp. 301-330. []

Guillaume Daudin – Le rôle du commerce dans la croissance: une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle (résumé de thèse)

Le rôle du commerce dans la croissance : une réflexion à partir de la France du XVIIIe siècle

Durant mes travaux de thèse, j’ai été financé par le Ministère de la Recherche par le biais d’un programme de mobilité internationale organisé par le Ministère de la Recherche et le CNRS. Cela m’a permis d’aller travailler durant la majeure partie de ma thèse au département d’histoire économique de la London School of Economics – en restant toutefois, en théorie et en pratique, lié au laboratoire EUREQua de l’université Paris-I. Cette double affiliation m’a permis à la fois de découvrir deux mondes universitaires très différents et de bénéficier de l’expertise de chercheurs de domaines différents. J’ai ainsi écrit ma thèse sous l’étroit encadrement à la fois de Nick Crafts – qui est un spécialiste de l’économie du XVIIIe siècle – à Londres et d’Antoine d’Autume – spécialiste des théories de la croissance – à Paris. J’ai de plus complété ce financement en enseignant l’histoire économique et l’économie du développement à HEC, la London School of Economics, et l’université de Cambridge.

Ma thèse étudie deux mécanismes d’influence de l’activité commerciale sur la croissance économique. Le premier de ces mécanismes relie le développement du commerce intérieur à une croissance graduelle par l’intégration des ménages au marché. L’accumulation de capital par les intermédiaires est ce qui rend possible la croissance du commerce intérieur. Le deuxième de ces mécanismes tient au rôle que peut avoir l’existence du commerce international en tant que secteur dans l’accumulation, et donc dans la croissance de l’économie nationale.

Ma thèse s’ancre dans l’examen de la France du XVIIIe siècle, de la fin de guerre de Succession d’Espagne au début des guerres révolutionnaires. Cet ancrage justifie, selon un raisonnement inductif, les hypothèses des modèles économiques formels que je développe pour étudier les mécanismes que je veux mettre à jour. Cet ancrage est aussi l’assurance que ces mécanismes peuvent s’appliquer à une situation concrète. Il présente de plus un intérêt historique propre : l’étude des sources déjà publiées me permet de présenter une synthèse de ce que nous savons sur le commerce intérieur et international de la France du XVIIIe siècle.

Le choix de la France du XVIIIe siècle comme point d’ancrage de mon raisonnement se justifie par la vigueur et par les caractéristiques de sa croissance économique. Les chiffres disponibles indiquent que la croissance réelle par tête était approximativement de 0,6 % par an. C’est un chiffre important pour une économie préindustrielle : la croissance française était ainsi au moins aussi rapide que celle de la Grande-Bretagne, même si la situation au début du XVIIIe siècle était meilleure au nord de la Manche. De plus, les secteurs du commerce intérieur et du commerce extérieur connaissaient une croissance plus rapide que le reste de l’économie.

La première partie de ma thèse présente un mécanisme de croissance reposant sur l’extension de l’activité des intermédiaires. Sa seconde partie étudie le rôle que peut avoir le secteur extérieur dans l’accumulation du capital disponible dans l’économie intérieure.

§       Le rôle du commerce intérieur dans la croissance

Dans la première partie de cette thèse, j’ai étudié un modèle de croissance graduelle liée au développement du commerce intérieur. Pour cela, j’examine tout d’abord la structure industrielle française, puis je souligne le caractère crucial de la mobilisation des réserves de travail rural pour la croissance industrielle. Cela m’a permis finalement d’étudier le rôle des intermédiaires du commerce intérieur et de proposer un modèle de croissance s’appuyant sur l’extension de leurs activités

Aspects de l’industrie française au XVIIIe siècle

Les formes de l’organisation industrielle sont au centre de ma recherche : c’est à partir d’elles que j’analyse le rôle des intermédiaires. Il n’est cependant pas possible d’en faire une étude microéconomique complète : je dois travailler à partir d’exemples spécifiques. Pour mettre ceux-ci en perspective, je commence par une présentation de l’organisation macroéconomique de l’industrie française. Cette présentation montre que la structure industrielle française restait traditionnelle à la fin du XVIIIe siècle. Les grands secteurs de la révolution industrielle : charbon, fer et coton restaient marginaux. De même, le progrès technique et la spécialisation régionale n’avaient pas l’importance qu’ils prirent au XIXe siècle. Cela n’empêchait pas l’industrie française d’être dynamique dans un cadre traditionnel.

J’étudie ensuite l’action de l’état. Celle-ci défendait en permanence les acteurs de l’échange plutôt que les producteurs. Ces derniers devaient se plier à un grand nombre de réglementations techniques qui rabaissaient le coût d’accès à l’information et de surveillance des intermédiaires. Les producteurs des zones rurales qui échappaient à l’action de l’état étaient, par défaut, avantagés.

Enfin, je montre que la forme la plus dynamique de l’organisation industrielle de la France du XVIIIe siècle était la proto-industrie rurale. Celle-ci se définissait par trois caractères : ses marchés se trouvaient hors de sa zone de production ; les paysans participaient à la production, même si celle-ci était dominée in fine par les élites urbaines ; on constatait le développement d’une forme complémentaire d’agriculture commercialisée qui permettait de compenser le transfert d’une partie de la force de travail rurale dans l’industrie.

En conséquence, l’intégration des réserves de travail rurales dans l’économie régionale était un enjeu majeur de la croissance de la France au XVIIIe siècle. Cela justifie l’étude plus approfondie des ruraux et des intermédiaires dans les chapitres suivants.

L’intégration du monde rural au marché

J’utilise tout d’abord les chiffres existants sur la productivité du travail agricole pour rejeter l’hypothèse malthusienne que l’on trouve parfois dans la littérature : il existait bien tout au long du XVIIIe siècle des réserves de travail rurales qui n’étaient pas techniquement nécessaires à la production de subsistances. Cette réserve de travail était cependant liée à la terre pour deux raisons : l’importance des exigences saisonnières de l’agriculture et les liens de la plus grande partie de la population avec le monde agricole par le biais de la petite propriété, de l’activité des chefs de ménages et des réseaux sociaux existants. La diffusion de l’activité commerciale dans les zones rurales était au cœur du processus de croissance.

Puis j’étudie les ressorts de cette diffusion. Pour cela, j’ai tout d’abord examiné les réflexions théoriques existantes sur le comportement des ruraux. Cela m’a permis de dégager deux facteurs potentiellement importants dans l’intégration croissante du monde rural à l’économie d’échange : d’une part la diffusion de nouveaux biens de consommation (produits exotiques, textile, ameublement…), et d’autre part l’ouverture de débouchés pour les réserves de travail rurales. L’étude des inventaires après décès et de l’évolution de certaines zones de proto-industrie confirme que ces deux phénomènes étaient en œuvre. Elles ne pouvaient l’être que parce que des intermédiaires étaient prêts à organiser les échanges au sein de l’économie nationale. Ils le faisaient, par exemple, en avançant le capital nécessaire à l’immobilisation des matières premières durant leur transformation au sein de systèmes de « putting-out », ou bien en proposant de nouveaux biens de consommation à portée des ménages ruraux.

L’importance du rôle des intermédiaires justifie leur étude dans le chapitre suivant.

Le commerce intérieur : analyse et modèle

Le troisième chapitre analyse le commerce intérieur et le rôle des intermédiaires avant de bâtir un modèle formel s’appuyant sur les faits stylisés que nous avons dégagés jusqu’à maintenant.

Tout d’abord, je décris le commerce intérieur français. Pour cela, j’ai cherché à déterminer la taille de la « cellule élémentaire » de l’activité commerciale au sein de laquelle les coûts de transactions étaient suffisamment faibles pour ne pas rendre nécessaire l’intervention des intermédiaires. J’ai montré pourquoi ces cellules nous semblent correspondre aux cantons qui seront créés par la Révolution française. Puis j’ai analysé la nature des échanges au sein des cantons et entre les cantons et le monde extérieur. Nous avons la chance de disposer de quelques sources pour mesurer l’importance des échanges entre les cantons : je les ai utilisées pour décrire les réseaux de commercialisation. Enfin, j’ai cherché à analyser plus précisément la nature des réseaux que nous avons mis à jour à partir des relations entre les différents intermédiaires.

Je mène ensuite une réflexion théorique sur la nature de l’activité des intermédiaires. Les coûts de l’échange se divisent en coût de transformation et en coût de transaction. Le paiement des coûts de transaction est au centre de l’activité des intermédiaires : il me semble avoir été le plus souvent négligé en faveur du changement institutionnel qui permet de les abaisser. Les moyens de payer ces coûts de transaction sont les connaissances des intermédiaires, qui leur permettent de gérer l’incertain et l’inconnu ; leur capital social, qui leur permet de s’assurer du bon comportement des autres agents ; et enfin le capital financier et monétaire. Ce dernier peut se substituer aux autres moyens de transaction. Il est surtout le seul d’entre eux à ne pas être soumis à un taux de dépréciation considérable : c’est donc lui qui permet l’extension de l’activité des intermédiaires, en leur permettant d’accumuler à nouveau les autres moyens de transaction lorsque cela est nécessaire.

La troisième section de ce chapitre développe un modèle théorique formel qui reprend les faits que nous avons dégagés jusqu’à maintenant. Le cœur productif du modèle est une économie « paysanne » d’archipel à deux types de biens. Le bien-S est produit par tous les cantons : il représente la production autarcique. Chaque canton ne produit par contre qu’une seule catégorie de biens-Y. Ceux-ci sont hautement complémentaires. Un problème de coordination se pose donc dans cette économie d’archipel : chacun ne veut produire de son bien-Y que dans la mesure où il permet de se procurer les autres variétés. La situation normale est donc une concurrence monopolistique sous-optimale. Différents modes alternatifs d’organisation du marché sont alors introduits. L’introduction d’un marchand centralisant tous les échanges en biens-Y – tout en prélevant sa rémunération – améliore la situation : il se comporte en effet comme un « tyran bénévolent ». L’introduction de plusieurs marchands se faisant concurrence peut avoir des effets ambigus. L’introduction d’une contrainte de capacité – le capital transactionnel – pour les marchands est le développement le plus intéressant. Le modèle se rapproche alors d’un modèle de Solow où la fonction de réaction des ménages ruraux a les caractéristiques d’une fonction de production habituelle. Le modèle débouche donc sur un processus de croissance graduelle reposant sur l’extension des capacités de transaction dans l’économie.

En étudiant tout d’abord les caractéristiques de l’industrie française, puis en m’interrogeant sur le rôle des ruraux dans la croissance avant de mener une réflexion sur l’activité des intermédiaires, j’ai pu développer un modèle de croissance reposant sur l’extension de l’activité commerciale intérieure compatible avec les faits stylisés de la France au XVIIIe siècle.

§       Le rôle du commerce extérieur dans la croissance

La deuxième partie de la thèse étudie le rôle que peut avoir le commerce extérieur dans la croissance intérieure par le biais de l’encouragement de l’accumulation du capital. Pour cela, j’ai tout d’abord fait l’inventaire de ce que nous savons du commerce extérieur français, puis celui de ce que nous savons sur ses profits. J’ai montré ensuite dans quelle mesure l’activité commerciale a pu encourager l’accumulation du capital dans l’économie intérieure.

Le commerce extérieur français : 1716-1792

J’ai d’abord étudié les données disponibles pour étudier le commerce extérieur français. Entre la toute fin du règne de Louis XIV et le début des guerres de la Révolution, il existait une administration chargée de collecter les données du commerce extérieur. Nous étudions tout d’abord ses méthodes : celles-ci sont restées stables jusqu’au début des années 1780. Puis j’ai fait l’inventaire des sources qui ont survécu. Enfin, j’ai montré que les diverses sources ne se contredisent pas : elles forment au contraire un tout assez cohérent qui nous donne une base d’étude solide.

J’ai ensuite utilisé ces données pour décrire le commerce extérieur français. Sa croissance de long terme n’a pas connu de rupture tout au long du siècle. Ses variations conjoncturelles sont dominées par les effets déprimants de chacune des guerres maritimes contre l’Angleterre. La structure du commerce telle que l’on peut la mesurer au début et à la fin du siècle montre très clairement que la France était un pays plus industrialisé que ses partenaires commerciaux. Une comparaison rapide avec la situation anglaise permet de constater que l’industrie française – au moins dans le cadre traditionnel précédant la révolution industrielle – était plus compétitive que l’industrie britannique.

J’ai cherché ensuite à découvrir l’existence de liens directs entre le commerce extérieur et l’économie intérieure. Cependant, ni la recherche d’une corrélation des conjonctures, ni la recherche d’un lien entre la balance commerciale et l’évolution du stock monétaire, ne sont très concluantes. La section la plus dynamique du secteur extérieur porte sur les échanges coloniaux : une grande partie de ceux-ci était en fait liée au contrôle par la France du commerce entre les colonies et certains pays d’Europe. Il s’agissait donc d’une activité n’ayant que peu de liens directs avec l’économie intérieure. J’ai donc décidé d’appréhender le commerce extérieur comme un secteur propre de l’économie intérieure et de laisser de côté les théories habituelles de l’échange international.

La mesure des profits

Les profits issus du secteur des échanges extra-européens ont fait l’objet de nombreux débats dans la littérature historique sans qu’une conclusion s’en soit dégagée : on dispose pourtant sur eux d’un grand nombre de données.

Pour préparer l’étude des sources secondaires disponibles, j’ai rappelé la valeur du taux de profit normal dans l’économie intérieure : la recherche d’un actif de référence n’est pas aisée. Puis j’ai mis de côté deux activités annexes – la banque et l’assurance – dont les activités étaient souvent mêlées à celles du commerce international.

Ceci fait, j’ai pu présenter, en un catalogue, les sources disponibles sur les profits du commerce extra-européens. Je montre pourquoi les documents officiels – portant essentiellement sur le commerce avec les Indes Orientales – ne sont dignes que d’une confiance limitée. Il est cependant possible d’utiliser de nombreux comptes d’expéditions qui ont été repris par différents auteurs. Le commerce de Nantes à la fin de l’Ancien Régime est particulièrement bien connu grâce à ces sources. Enfin, il est aussi possible de reprendre un certain nombre de comptes de sociétés, qui donnent peut-être une approche plus exacte de ce qu’était le profit des entrepreneurs, par opposition à celui des capitalistes passifs.

Je synthétise ensuite les 400 chiffres de profits – tirés de 43 sources différentes – que j’ai rassemblés. Je montre tout d’abord qu’il n’y a pas de disparité systématique dans le temps et dans l’espace des chiffres de profits. Il semble toutefois que les zones de hauts profits se soient déplacées durant le siècle. Je donne ensuite les éléments qui nous permettent de juger qu’il n’y a pas de biais systématique dans notre échantillon. Je conclus que les profits du secteur extra-européen étaient en effet supérieurs aux profits intérieurs, sans toutefois être aussi fabuleux qu’on a bien voulu le dire. Cette supériorité – d’un ou deux points de pourcentage – ne s’explique pas par les caractéristiques différentes des investissements. Le risque de l’investissement dans le commerce extra-européen était limité par une importante dispersion des portefeuilles. De plus, la liquidité des investissements dans le secteur extra-européen était plus importante que dans le secteur intérieur : la rotation du capital n’y durait approximativement que trois ans, ce qui était plus court que pour l’investissement agricole ou les emprunts à l’état.

Il est possible de confirmer le caractère attractif de l’investissement dans le commerce extra-européen par des réflexions indirectes portant sur l’accroissement des fortunes négociantes – nous disposons des éléments pour étudier le cas de Nantes et de Bordeaux ; les mouvements du capital et surtout les mouvements des hommes. La force d’attraction que représentaient les grands centres de l’investissement extra-européen montre bien que l’investissement dans le commerce au loin était avantageux par rapport à l’investissement intérieur.

Le rôle du secteur extérieur dans l’économie intérieure

J’ai d’abord essayé de déterminer la taille du secteur extérieur. Pour cela j’ai estimé les profits totaux du secteur extérieur en suivant une méthode proche de celle développée par O’Brien (O’Brien, Patrick. (1982). “European Economic Development : The Contribution of the Periphery”. Economic History Review (February)). pour étudier le cas de l’Angleterre. Puis j’ai calculé la part du travail en estimant le nombre de personnes employées par le secteur extra-européen avant d’estimer leur rémunération. La somme de la rémunération du capital et du travail dans le secteur extra-européen forme sa valeur ajoutée : c’est donc une mesure de son importance.

Puis j’ai comparé la taille du secteur extra-européen à celle de l’économie française. Tout d’abord de manière directe : il représentait entre 9 et 14 % de l’industrie française, soit entre 3,5 et 4,2 % du produit total à la fin de l’Ancien Régime. Il représentait aussi entre 2,2 et 2,6 % du produit cumulé entre 1715 et 1791. Sa croissance représentait enfin entre 5,9 et 7 % de la croissance absolue française sur la même période. Cette approche directe n’est cependant pas satisfaisante : si le secteur extra-européen n’avait pas existé, les facteurs de production qui y sont utilisés auraient été utilisés dans l’économie intérieure. Suivant une méthode présentée par Barbara Solow (Solow, Barbara. (1985). “Caribbean Slavery and British Growth : the Eric Williams Hypothesis”. Journal of Development Economics, 17 (1), pp. 99-115.), il est possible de mesurer que le manque à gagner pour l’économie française aurait été de 1,1 à 1,8 % Cependant, ce manque à gagner se serait réparti de manière très inégale selon les facteurs de production : la rémunération du capital aurait été plus faible de 5,8 à 7,3 %.

J’estime aussi l’importance de l’investissement issu du secteur extra-européen pour l’économie intérieure. Cela me permet de mesurer l’importance de cet investissement pour la croissance intérieure : celle-ci aurait été réduite de 8 % à la fin du siècle si les facteurs de production utilisés dans le secteur extra-européen avaient été recyclés dans l’économie intérieure. Cette approche quantitative débouche donc sur des chiffres qui ne sont pas considérables. À partir des réflexions existantes sur le comportement des marchands, je propose un autre type d’analyse. Il est possible que le secteur extra-européen ait eu une importance pour la croissance par ses effets qualitatifs. Je développe ainsi un modèle formel à partir du modèle de la première partie qui place le secteur extra-européen dans un rôle de croissance endogène de type « cœur de croissance ». Son existence permet aux capitaux d’échapper aux rendements décroissants de l’économie intérieure. Elle encourage donc l’accumulation du capital dans l’ensemble de l’économie intérieure.

J’ai donc d’abord mis en place un modèle de croissance reposant sur l’approfondissement de la spécialisation des producteurs ; celle-ci étant rendue possible par le développement des échanges entre eux. Puis j’ai pris en compte un aspect important de l’activité commerciale international : le fait qu’il s’agissait d’une activité de hauts profits. Cela m’a permis de développer un modèle de cœur de croissance ancré dans une situation empirique. En retour, ce modèle nous donne peut-être une des clés de la croissance de la fin de l’Ancien Régime en France. Cette thèse a donc à la fois éclairé certains points sur la réalité et la nature de la croissance française au XVIIIe siècle, et mis en lumière de manière formelle et argumentée des mécanismes de croissance souvent négligés par les économistes.

Cette thèse a été récompensée :

–       Du prix de thèse annuel de l’Association Française de Sciences Économiques 2001

–       En étant « shortlisted » (ainsi que deux autres thèses) pour le prix de thèse Luzzato attribué par l’European Historical Economics Society en juillet 2003

Cette thèse est disponible sur TEL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00586912/fr/

Un ouvrage en a été tiré : Commerce et Prospérité, la France au XVIIIe siècle, PUPS, 2005

Thierry Allain: «Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780)» (thèse)

Titre

« Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780) ». Deux volumes, 651 pages (annexes comprises)

Environnement académique

Thèse de doctorat soutenue par Thierry Allain le 04 mai 2007 devant l’université Paris I Panthéon-Sorbonne (mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité). Cette thèse a reçu la mention spéciale du jury à l’occasion de la première édition du Prix Etienne Baluze, en novembre 2007.

Composition du jury :

  • M. Alain Cabantous (Université de Paris I, directeur de thèse)
  • M. Willem Th. M. Frijhoff (Vrije Universiteit, Amsterdam, directeur de thèse)
  • M. Maarten Prak (Université d’Utrecht)
  • M. Philippe Guignet (Université de Lille III)

Résumé de la thèse

L’enquête a porté sur une ville maritime de Hollande du Nord nommée Enkhuizen. Située sur les rives de l’ancien Zuyderzee, elle n’en était pas moins considérée par les contemporains comme un port de front de mer. Cette cité avait connu un développement économique et démographique spectaculaire à partir du milieu du XVIe siècle, mais qui fut brutalement interrompu avant la fin du siècle suivant.

Cet effondrement a constitué l’objet de départ de l’étude. Phénomène identifié et source d’étonnement pour les historiens, le « déclin » d’Enkhuizen n’avait jamais été analysé en profondeur dans ses composantes et ses implications. Il ne s’agissait pas, néanmoins, d’écrire une monographie, ni de tourner le dos à  un certain nombre de concepts épistémologiques parmi les plus débattus entre chercheurs européens. Ainsi, la notion de « déclin » s’appliqua-t-elle vraiment à la situation de la ville au XVIIIe siècle ? Des processus controversés comme l’aristocratisation des régents ou la confessionnalisation des sociétés urbaines se déployèrent-ils à Enkhuizen ? Quels furent les liens entretenus par la conjoncture économique et sociale avec l’identité collective ? L’impact sur les représentations culturelles en cours dans cette ville maritime fut-il notable ?

Les bouleversements économiques, démographiques et sociaux affectèrent en profondeur la ville au XVIIIe siècle. Entre 1622 et 1795, le nombre d’habitants fut divisé par trois, surtout en raison d’un assèchement de l’immigration et du recul de la pêche du hareng. La composition de la société urbaine fut modifiée durablement. Les gens de mer et les travailleurs sans qualification ou en voie de paupérisation s’effacèrent au profit d’une moyenne bourgeoisie et surtout d’un patriciat de plus en plus riche. Le bouleversement de la carte confessionnelle, induit par le rétrécissement du marché du travail local et un solde migratoire négatif, eut un fort impact sur la cité. On a observé une accélération du cloisonnement intercommunautaire parallèlement à un apaisement des rapports de force entre catholiques et réformés.

Le déclassement d’Enkhuizen dans la hiérarchie des villes des Provinces-Unies, terme sans doute préférable à celui de déclin absolu et irrémédiable, se solda également par un bouleversement de la perception de la cité. Au désintérêt ou aux observations sans concession des étrangers et des voyageurs de passage, répondit une prise de conscience brutale de la situation des édiles. Cette remarquable lucidité se traduisit par un soutien ferme mais vain à des projets de redémarrage de l’économie maritime de la ville. La richesse et le prestige de la ville n’étaient pas vraiment remis en cause, puisque sa capacité à attirer les gens de savoir ou à renouveler son offre scolaire fut en effet largement préservée. Il apparaît en outre que la cité, bien que de taille insuffisante pour voir se développer théâtres ou salles de lectures, n’était pas déconnectée de la vie culturelle nationale.

L’émergence d’une mémoire civique est un phénomène marquant de l’histoire de la ville au XVIIIe siècle. La conscience de former une entité originale et de suivre un destin propre s’imposa en effet avec une force jusqu’alors inconnue. Des manifestations publiques d’attachement à la Maison des Orange, le rappel obsédant des faits d’armes glorieux du passé ou des campagnes miraculeuses de pêche du hareng surgirent brutalement sur la scène urbaine. Une identité collective complexe fut ainsi activement promue par le patriciat, à travers l’organisation de cérémonies publiques ou le soutien à la production littéraire. L’élite d’Enkhuizen entendait ainsi se rassurer face aux difficultés du moment mais également préserver son pouvoir. Les autres groupes urbains n’ayant joué qu’un rôle passif dans cette reconstruction identitaire, elle a probablement été favorisée et détournée in fine par un groupe restreint d’habitants d’Enkhuizen.

Enkhuizen au XVIIIe siècle nous offre une belle illustration des bouleversements ayant affecté un  certain nombre de villes moyennes et petites de l’Europe moderne. Fruit d’un travail de reconstruction mémorielle, l’identité de la communauté urbaine y apparaît ici dans toute son ambiguïté fondamentale.

Hjalmar Schacht, financier et diplomate – Frédéric Clavert, résumé de thèse

Références de la version publiée de la thèse: Clavert, Frédéric. Hjalmar Schacht, financier et diplomate (1930-1950). Bruxelles: PIE-Peter Lang, 2009, 473 p.

Hjalmar Schacht, financier et diplomate est une thèse soutenue le 11 décembre 2006. Le jury était composé de Sylvain Schirmann et Marie-Thérèse Bitsch (Université Robert Schuman, tous les deux co-directeurs de la thèse), Rainer Hudemann (Université de Sarre, rapporteur), Alfred Wahl (Université de Metz, rapporteur) et Éric Bussière (Université Paris IV, président du jury). Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank (1924-1930, 1933-1939) et ministre de l’Économie du Reich (1934-1937), a fait l’objet de nombreuses biographies. Ces dernières se divisent pour la plupart en deux sortes : les hagiographies ou les brûlots. En conséquence, certains aspects de la vie de Schacht restaient relativement inconnus, comme son passage en Belgique en 1914-1915 ou sa dénazification en 1946-1950.

Cette thèse, publiée par Peter Lang en 2009, a pour ambition d’analyser la « période nazie » de Schacht, entendue dans un sens large. Débutant avec sa démission de 1930 et, surtout, tentant d’expliquer cette démission par les négociations autour du plan Young de 1928 à 1930, elle se termine avec sa dénazification par une chambre de Basse-Saxe, en 1950. Le but de la thèse est de préciser les relations existant entre Schacht d’une part et les structures politiques allemandes et internationales d’autre part.

1. Origines de la thèse

Lors de travaux antérieurs, à l’iep de Strabsourg puis à l’Institut des Hautes Études Européennes, le personnage de Schacht avait retenu notre attention pour plusieurs raisons. En premier lieu, son rôle international de 1936 à 1938 était difficilement cernable et a suscité notre curiosité. En second lieu, l’originalité du parcours d’un homme deux fois président de la Reichsbank, sous Weimar et sous le IIIe Reich, est frappante. En troisième lieu, il n’existait pas de travaux universitaires, à l’exception de celui d’Amos E. Simpson dans les années 19601, se concentrant sur lui2. D’hagiographies en brûlots, l’historiographie ne permettait pas une évaluation poussée du parcours de Schacht.

Enfin, il y a la question du choix, liée à l’entre-deux-guerres, entre communisme et fascisme, entre organisation de l’Europe et nationalisme, entre priorité politique et priorité économique. Schacht a procédé à des choix, qui sont représentatifs de cette Allemagne déstabilisée par la Première Guerre mondiale. Car si son parcours est original parce qu’il est spectaculaire, il est surtout à l’image du destin allemand dans la première moitié du XXe siècle.

Il a fallu « construire » une problématique, en prenant garde de ne pas tomber dans l’« illusion biographique ». Nous avons choisi de nous placer sur le plan des relations internationales. Comment Schacht conçoit-il le rôle de l’Allemagne dans le monde ? Cette question a permis de faire émerger une forme de continuité : l’obsession de l’indépendance de l’Allemagne vis-à-vis de circuits financiers et économiques anglo-saxons et, dans une moindre mesure, français.

2. Archives

Il a paru évident de commencer par le dépouillement des dépôts allemands classiques de l’entre-deux-guerres : la Reichsbank, le ministre de l’Économie du Reich, la chancellerie.

Le fond Schacht à la Reichsbank a permis d’établir une chronologie fiable, d’attirer l’attention sur certains événements (par exemple les effets désastreux des discours de l’été 1934 sur l’opinion publique britannique) et de consulter des documents essentiels : les procès-verbaux des conférences des transferts par exemple (1933-1934). Certaines bornes chronologiques ont aussi été définies dès cette période : par exemple, la rupture entre la première et la seconde partie de la thèse, l’été 1934, semblait plus pertinente que mars 1933. C’est en effet en août 1934 que le Reich sort définitivement de la logique multilatérale pour gérer son fort endettement extérieur.

La consultation des archives très connues de la chancellerie a permis d’insérer Schacht dans la logique polycratique du IIIe Reich. Cette étape des recherches a été déterminante : il a fallu choisir entre intentionnalisme, fonctionnalisme ou neutralité. Aidé de la lecture de la biographie de Hitler par Ian Kershaw, le choix de l’interprétation fonctionnaliste du régime nazi, reposant sur l’analyse des structures et surtout sur la notion de pouvoir charismatique, s’est imposé de lui-même. De ces archives a émergé également la question de l’influence de Schacht sur les relations du Reich avec la Chine.

Après la consultation de ces archives allemandes, un problème de méthode liée au genre biographique s’est posé : comment passer outre la phase classique de détestation profonde du sujet étudié ? Une assez longue pause dans la thèse, pour des raisons externes, a permis de revenir à une vision personnelle plus modérée de Schacht.

La seconde phase de consultation des archives a concerné des centres non-allemands. Les fonds de la Banque de France, conjointement à la lecture des archives publiées de l’Auswärtiges Amt et du Quai d’Orsay notamment, ont montré à quel point la conférence sur le plan Young et sa préparation sont déterminants pour expliquer la rupture de Schacht avec la République de Weimar. Les archives de la Banque de France sont d’autant plus importantes qu’une partie – les notes de Clément Moret – est inédite. Cette rupture se situe entre les réunions du Comité des experts et la seconde conférence de La Haye et se concrétise par la démission de 1930. L’importance du Comité des experts dans le parcours de Schacht a été confirmée par les documents consultés à la Banque des Règlements Internationaux à Bâle. Ils ont également permis de fortement relativiser le rôle de Schacht dans la création de cet institut bancaire.

Nous avons utilisé également les archives de la Société des Nations. Elles ont apporté un éclairage international sur la conférence de Londres de 1933 et, également, sur la question de Danzig. Le fond de Sean Lester a apporté un éclairage économique sur la Ville Libre d’une part et, d’autre part, met en valeurs le rôle de Schacht en 1935 sur cette question.

Les archives non-allemandes nous ont entraîné à nouveau dans les archives allemandes dans la dernière phase des recherches. À Berlin, nous avons cherché des documents complémentaires sur le plan Young, sur la Chine, sur les transferts, sur les relations avec la Banque de France. À Coblence, il restait à dépouiller le fond Schacht, qui a réservé quelques surprises, et a, parallèlement aux archives françaises et bâloises, montré l’importance de la question d’Eupen et Malmédy et de la Belgique en général dans la vie de Schacht. À Munich et Hanovre, les archives sur le procès des grands criminels de guerre et sur la dénazification nous ont été utiles dans une double perspective : l’utilisation des témoignages d’une part et d’autre part l’éclairage sur la période 1944-1950.

Deux exemples permettent de comprendre ce que peuvent apporter les témoignages : Kurt Schmitt, ministre de l’Économie en 1933 et 1934 et Hans Bernd Gisevius, résistant. La comparution du premier pendant les procès de dénazification a permis de cerner la concurrence que se sont livrée Schmitt et Schacht au printemps 1934 dans le cadre de la logique polycratique émergente et de lier ce conflit à la crise de régime de juin-juillet 1934. Cette logique polycratique, néfaste pour Schacht à partir de l’hiver 1935-1936, lui a été bénéfique en 1934. Le même témoignage montre également les limites méthodologiques : Schmitt a la mémoire qui flanche et raconte certains événements avec très peu de précisions. Le témoignage de Gisevius à Nuremberg nous a forcé à réévaluer les actes de résistance de Schacht. Ce dernier, après-guerre, est confronté à un problème : s’il veut faire reconnaître sa participation à des tentatives de putsch, il doit les rattacher à la tentative d’assassinat du 20 juillet 1944, acte le plus connu de la résistance conservatrice. Cependant, il n’y joue pas de rôle. Ses ouvrages justifiant après guerre sa résistance sont ainsi peu convaincants. Le témoignage de Gisevius, confronté au journal de von Hassell par exemple, a montré que Schacht participe réellement à des actes de résistance de 1938 à 1941. Il permet également de comprendre l’entrée progressive et assez tardive de Schacht dans l’opposition au régime.

Enfin, les archives de dénazification ont permis de définir la date de fin de la thèse, 1950, date de la dénazification définitive de Schacht.

3. Apports de la thèse

En premier lieu, il nous semble que notre thèse apporte un éclairage plus complet sur Schacht. A-t-il été un opportuniste ? Schacht ne s’est jamais embarrassé de scrupules vis-à-vis des institutions. Sous la République de Weimar, lorsqu’il apparaît clairement qu’elle n’est pas capable, entre 1929 et 1930, d’atteindre certains objectifs – soit la fin des réparations, soit l’obtention d’un surplus d’exportation ou encore le retour des colonies – Schacht démissionne et, après avoir tenté de se rapprocher de Brüning, se rapproche des nazis et fait le choix implicite de la fin de la Démocratie. Néanmoins, en termes d’idées et de pratiques, il y a une stabilité certaine chez Schacht. L’appel aux colonies, la lutte contre le traité de Versailles, la restauration d’une puissance militaire, l’influence allemande en Mitteleuropa, par exemple, sont des constantes du discours et des décisions de Schacht, y compris après 1945. Il y a aussi stabilité des techniques financières employées et de leurs finalités. La Golddiskontbank, par exemple, a pour but de recréer un stock d’or pour le Reichsmark d’une part et de faciliter les exportations allemandes. Les propositions de Schacht d’avril 1929 au comité des experts concernent aussi l’accroissement des exportations allemandes. Le projet financier qu’il veut soumettre au débat dans les années 1950 et 1960 pour faciliter les investissements allemands à l’étranger se situe également dans cette perspective.

Une deuxième question se pose sur Schacht : a-t-il été, comme le suggèrent certaines hagiographies ou articles, un visionnaire ? La réponse est négative. Dans la première moitié du XXe siècle, particulièrement après la Première Guerre mondiale, se pose une question essentielle : quelle organisation pour l’Europe ? L’État-Nation est-il toujours la forme pertinente d’organisation économique ? Dans une perspective « schmollerienne », Schacht reste un nationaliste et un mercantiliste : il est clairement passé à côté des débats sur les questions européennes.

En troisième lieu, Schacht, étant donné les fonctions qu’il a occupées, s’est parfaitement intégré au IIIe Reich. Il n’a pas été membre du parti nazi, mais il fut une part du Béhémoth par ses relations avec Hitler, Goebbels ou Göring ; par sa participation à la propagande du Reich ; par ses initiatives, comme le mémorandum de mai 1935 qui a pour conséquence la mise en place des lois antisémites de Nuremberg ; par sa participation aux luttes intestines constantes qui caractérisent le régime nazi.

En quatrième lieu, il faut détruire l’image d’un Schacht « philosémite » qu’il s’est lui-même donné. L’antisémitisme de « dissimilation » de Schacht et des conservateurs qui se sont alliés aux nazis a été une condition de l’arrivée au pouvoir de Hitler et du renforcement de son pouvoir. Comme le décrit Ian Kershaw, cet antisémitisme conservateur a renforcé le processus de radicalisation de la politique antisémite du IIIe Reich. Pour autant, ce même antisémitisme de « dissimilation » est un facteur de marginalisation de Schacht. Les lois de Nuremberg mettaient un terme, du point de vue de Schacht, au « problème Juif ». Pour Hitler ou Rosenberg, elles représentaient plutôt une étape. Le grand pogrom de novembre 1938 pousse Schacht à proposer un plan de financement de l’émigration des Juifs en décembre 1938, qu’il tente de défendre à Londres et à Berlin. Cette solution montre cependant l’importance des préjugés raciaux et culturels de Schacht. Reposant sur des présupposés antisémites, elle est inacceptable pour les Juifs.

Enfin, Schacht a fait l’objet d’une clémence certaine lors des procès d’après-guerre. À Nuremberg, la volonté politique, finalement acceptée par les Soviétiques, d’assurer aux accusés un procès le plus équitable possible, la logique de « complot » utilisée par l’accusation et qui ne peut commencer qu’à partir de 1937 et du protocole Hoßbach et enfin la hiérarchisation des peines et des accusés mènent à l’acquittement de Schacht. En effet, l’accusation n’a jamais pu prouver que Schacht disposait de fonctions importantes après 1937. De plus, les avocats de l’ancien ministre le défendent avec efficacité, malgré une plaidoirie parfois emphatique.

Le processus de dénazification souffre, dans le cas particulier de Schacht, de cet acquittement. Après un premier procès dont les archives semblent indiquer qu’il ne fut pas équitable, les Spruchkammer du Würtemberg-Bade et de Basse-Saxe classent Schacht en catégorie V : grâce à ses faits de résistance, Schacht est libéré. La complexité de ces procédures, la rivalité entre Länder, la logique de la loi de dénazification qui attribue aux Résistants une sorte de relaxe automatique, permettent à Schacht d’être libéré. Finalement, Schacht est un symbole des limites de la procédure de dénazification, qui voit des subalternes être classés en catégorie III (une sorte de culpabilité « modérée ») et des dignitaires en catégorie V (relaxe). Schacht n’est pas, dans cette logique, un cas isolé. Un autre exemple de cette mansuétude est Kurt Schmitt, condamné comme Hauptschuldiger en 1946, mais déclaré Mitläufer en 1949 et condamné au paiement d’une amende et des frais du procès. Grâce à sa résistance, Schacht échappe même au classement en catégorie III ou IV.

4. Zones d’ombre

La carrière de Schacht après 1950 mériterait une étude, éventuellement intégrée dans un sujet plus large qu’une biographie sur Schacht.

Pour cette période, les aspects internationaux semblaient être les plus intéressants au début de notre thèse. Il est probable que son activité intérieure soit finalement plus déterminante et puisse nous apprendre beaucoup sur la rfa. En effet, les liens entre certains milieux (le Rhein Ruhr Klub, la csu) et d’anciens dignitaires du régime nazi (Schacht) ou de personnalités qui ont joué un rôle dans la chute de la République de Weimar (Brüning, Luther) nous semblent montrer que la création et l’ancrage de la rfa en Europe de l’Ouest n’ont pas été une évidence pour tous les Allemands. L’évolution politique de Schacht dans les années 1960, lorsque l’Allemagne est confrontée aux phénomènes « Mai 68 », devrait également être précisément étudiée. Sur cette même période, une étude précise sur l’activité bancaire et internationale de Schacht manque pour l’après-guerre. Quel est, par exemple, son comportement vis-à-vis de l’indépendance du Togo et du Cameroun, anciennes colonies allemandes ?

  1. Simpson, A. E., Hjalmar Schacht in perspective, Mouton, 1969. []
  2. Depuis, Christopher Kopper a publié une biographie de Schacht. Kopper, C., Hjalmar Schacht, Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier, Hanser Wirtschaft, Munich, 2006. []

La boutique à Paris au XVIIIe siècle – Natacha Coquery, résumé d’habilitation

L’habilitation a été publiée sous la référence suivante: Coquery Natacha, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle : luxe et demi-luxe, Comité des travaux historiques et scientifiques – CTHS, 2011.

Le fil d’Ariane du livre fut de chercher à comprendre le rôle des bouti­quiers, longtemps dédaignés, dans l’élar­gissement social du marché et l’avè­nement d’une culture de consommation. Les boutiques ont été un élément central dans le processus de dévelop­pement des consom­­mations au XVIIIe siècle. Leur essor, qui traduit une hausse iné­dite de la demande et de la production de biens, s’explique par un contexte éco­nomique, social et culturel favorable. Mais quel est le prix à payer pour cette évolution ? Face à la banali­sation de la boutique, à des consommateurs plus nombreux et plus exigeants, à la varié­té des produits, aux modes incessantes et à la baisse des prix liées à l’expansion de la produc­tion et de la consommation, qui induisent une circu­lation accrue des biens et de l’argent quelle qu’en soit la forme, les petits commer­çants doivent faire preuve d’une capacité d’adaptation, voire d’antici­pation, décuplée. Dans le contexte de croissance du XVIIIe siècle, le triomphe du secteur distributif ne va pas de soi.

La bou­tique parisienne a été observée sous trois angles : culturel, géogra­phique, socio-économique, autrement dit, la boutique en mots, en cartes, en chiffres, dans les repré­­sen­tations (litté­raires), dans la ville, comme entre­prise.

Les textes offrent des images nu­an­cées : le guide est attiré par le remar­quable et les curiosités, l’almanach par l’ex­haus­tivité, le dithyrambe ou le natio­nalisme écono­mique. Tous livrent un pano­rama de la bou­tique parisienne qui té­moigne de son importance nou­velle et du désir de reconnaissance des marchands. En l’absence de dénom­brement officiel, seul l’almanach peut servir à la reconstruction d’une géo­gra­­phie com­mer­ciale du Paris de l’ancien ré­gime : tous les boutiquiers ont été pris en compte, d’où une réflexion globale sur le monde corporatif parisien et sur la vi­sion qu’en donnèrent les frères Savary, fins connaisseurs.

L’intérêt de carto­graphier le paysage commercial est de saisir le rôle urbain de la bou­tique : comprendre les emplacements et les mouvements, le mélange complexe de perma­nences, telle l’antique croisée de Paris, et de chan­­­gements, de voies fortes et faibles, l’atmo­sphère commerciale d’un quar­tier, les phéno­mènes d’attraction, de disper­sion ou de répulsion qui varient selon les mé­tiers, etc., bref, comprendre l’histoire de l’implantation commer­­­ciale, qui façon­na en grande partie le terri­toire urbain. C’est une deuxième façon d’inter­­roger la visibilité des bouti­quiers, non dans la littéra­ture mais dans le terri­­toire.

Changer de source permet de changer d’échelle : l’analyse micro-géographique est menée grâce aux adresses des cré­an­ciers et des clients de quelques bou­tiquiers, bijoutiers et tapis­siers, extraites des livres de comptes ou des bilans de faillite. Pourquoi ces deux métiers ? Parce qu’ils incarnent le marché de luxe et de demi-luxe, emblé­matique de la réussite commerciale pari­sienne, de l’explosion des consom­mations et de la « culture des appa­rences » : les premiers ornent les corps, les seconds les maisonnées. Mais aussi parce qu’ils sont mixtes, brouillant les frontières car mêlant le travail et les réseaux de l’artisanat à ceux du commerce. À partir de la bou­tique-atelier, l’inter­rogation porte sur la notion de territoire commercial et sur les liens entre espace et éco­nomie : les réseaux professionnels, de clientèle et de crédit sont projetés dans l’espace pa­­­risien pour comprendre les stratégies spa­tiales et les dyna­miques de proxi­mité ou d’éloignement, voisinage n’implique pas forcé­ment coordination, entre les acteurs de l’échange. Les territoires se modifient selon le secteur – bijou­terie et tapisserie renvoient à deux métiers organisés de façon différente, profession­nellement et spatialement – et selon les boutiquiers puisque d’un marchand à l’autre, les réseaux d’interconnaissance varient.

L’environnement culturel et spatial posé, le fonction­nement quotidien de l’entreprise boutiquière peut être analysé. Les documents sont foisonnants : bilans de faillite et listes de créan­­­­ciers, inventaires après décès et stocks de marchandises, actes de société, litiges, contrats d’ater­moiements, d’union passés entre le failli et ses créan­ciers, etc. Les livres de comptes d’Aubourg, bijoutier joaillier éta­bli rue Mazarine, faubourg Saint-Germain, et de Law, tapissier miroitier ins­tallé rue Saint-Honoré, permettent une explo­ration sans précé­dent de l’entre­prise à travers l’as­pect multiforme du crédit, la gestion et les compétences profes­sionnelles, les difficultés, la fail­lite, les ryth­mes du com­merce, la clien­tèle, la diffu­sion et la circulation des biens, l’incroyable diver­sité des services et des marchandises distribués, le jeu sur les qua­­lités et le mélange équivoque du fin, du faux, du vieux, du faible, de l’enrichi, de l’uni…, le désir de fan­taisie des riches et des moins riches, les archaïsmes, le troc, mais aussi les pra­tiques inno­vantes pour ré­pondre au goût et à la mode… Les archives révèlent l’iné­pui­sable vitalité commer­çante sur laquelle reposent en bonne partie le succès et la re­nom­mée de la capitale euro­péenne de la mode et du luxe, mais aussi la montée concomitante des risques du métier. Elles met­­tent en lum­ière l’épais­seur et les contrastes de la société commer­çante, la complexité des rapports sociaux et des conflits qui la traversent, la pres­sion des liens de confiance et de méfiance qui la struc­turent.

La « révolution » des consommations… : le terme est excessif car le secteur com­merçant baigne dans un milieu très traditionnel, qui continue d’être modelé par des repré­sen­tations, des pratiques, des règles, des implantations, des réseaux, des rapports de force, mais aussi par des modes de consommation et de production ancestraux, ce qui ne veut pas dire immobiles. Un premier bouleversement du système distributif va être lié à la nais­sance du grand magasin, à la fin des années 1820. Et pourtant le dynamisme com­mercial éclate de tous côtés, indiscutable cheville ouvrière de l’expansion du XVIIIe siècle, en dépit des difficultés et des risques multipliés par la croissance même : l’épanouissement de la publicité, tremplin multi­forme (annonces dans la presse, prospectus, almanachs, guides, vitrines et montres…) qui fait fi des sempi­ternelles images dévalorisantes ; la transfor­mation et la création urbaines, manifestations d’une emprise conquérante qui traduit l’active partici­pation à la spécu­lation immo­bilière, à la vie et au devenir de la cité (le Palais-Royal, les places et les théâtres, les boulevards et leurs abords, les faubourgs et les marges urbaines) ; la sou­plesse des manières de comptabiliser, de collaborer et d’exercer le métier en réponse aux rigi­dités corporatives ; la variété des modes de paiements, du plus sommaire au plus sophistiqué, et la chronologie élastique des règlements ; la délicate maîtrise du crédit et du temps et la pugnacité face aux aléas profes­sionnels ; la rapidité d’adap­tation, l’aptitude à saisir les opportunités du marché, à lancer ou propager les modes, à jouer sur les qualités, les prix et les goûts pour attirer une pratique élargie, et réussir. Entreprenants impénitents, grands diffuseurs d’usa­ges et d’objets inédits, qu’ils soient neufs ou anciens, auprès d’une clientèle mêlée, aristocratique et bour­geoise, mais faillis, pris par les rets du crédit et les pesanteurs financières, éco­no­miques et sociales, le bijoutier Aubourg et le tapissier Law incarnent les ambiguïtés d’un siècle qui balance entre archaïsme et moder­nité.