Archives de catégorie : Soutenances

Les Pacotilles d’Indiennes, la Boutique et la Mer. Organisation, structures et logiques d’une économie parallèle en Bretagne au xviiie siècle.

Les Pacotilles d’Indiennes, la Boutique et la Mer.

Organisation, structures et logiques d’une économie parallèle en Bretagne au xviiie siècle.

Eugénie MARGOLINE-PLOT

Doctorante, Laboratoire CERHIO CNRS UMR 6258

Thèse de doctorat sous la direction du professeur émérite Gérard Le Bouëdec, Université de Bretagne-Sud, Lorient.

Présentée le vendredi 10 janvier 2014 à 14h, à la Maison de la Recherche, 4 rue Jean Zay, Lorient (56-France)

 

Jury :

Natacha COQUERY, professeur à l’Université Lyon II

Gérard LE BOUËDEC, professeur émérite à l’Université de Bretagne-Sud

Sylviane LLINARÈS, professeur à l’Université de Bretagne-Sud

Guy SAUPIN, professeur à l’Université de Nantes

Alessandro STANZIANI, Directeur d’études EHESS, directeur de recherche CNRS, Centre de Recherches historiques

Et Olivier RAVEUX, Chercheur CNRS, Université Aix-Marseille (invité)

 

 

Résumé

L’histoire du commerce avec l’Asie occupe une place déterminante dans l’histoire de la Bretagne tout au long du xviiie siècle. Les importations de cotonnades, monopole des grandes Compagnies des Indes, arrivent à Lorient dès 1666 et s’y vendent exclusivement à partir de 1734. La consommation de ces étoffes sur le territoire est largement attestée malgré une législation prohibitive qui en interdit très tôt le port, l’usage et la fabrication dans le royaume. Ce nouveau goût nourrit rapidement une fraude considérable, à laquelle le commerce privé des équipages des vaisseaux pour les Indes n’est pas étranger. Les « pacotilles », visibles dans les inventaires des hardes des marins morts en mer, sont le reflet du succès des cotonnades. Cette économie parallèle, pas totalement illicite quand elle est pratiquée avec modération irrigue tout un tissu social par capillarité. Les enjeux spéculatifs de la pacotille sont considérables, à tel point que celle-ci se retrouve intégrée dans le quotidien d’une partie de la population bretonne, comme elle est aussi recyclée dans les circuits du commerce, alimentant les foyers urbains et les boutiques. Alors qu’au xviiie siècle, la Bretagne n’est plus qu’une plateforme logistique d’une économie mondialisée, cette thèse aborde l’impact économique et culturel de ce nouveau goût pour ce qui venait de l’ailleurs. La compréhension de ces retombées en Bretagne passe donc, selon nous, par la reconstitution de l’économie parallèle du commerce des « pacotilles » des gens de mer.

 

Mots-clés : Bretagne, Compagnie des Indes, indiennes, consommation, économie illicite, fraude, contrebande, commerce privé, marins, boutiquiers, xviiie siècle.

 

 

Abstract

The history of trade with Asia accounts for a significant period in the history of Brittany throughout the 18th century. The importation of cotton fabric, monopolized by the East India Company, reached Lorient as far back as 1666 and was sold here exclusively from 1734. The consumption of this fabric in the territory is widely proven despite a prohibitive legislation banning the possession, transport, use and manufacture in the country. This new taste quickly fuels a major fraud which is not unfamiliar to the crew of vessels bound for the Indies conducting private trade. The « pacotilles », (term used to refer to private trade conducted by sailors), illustrate the success of cotton fabric and are visible in the inventories after death of sailors who died at sea. This parallel economy, which was not considered to be totally illegal when practiced in moderation, infiltrates an entire social tissue by capillarity. The speculative stakes of the « pacotilles » are significant, to such an extent that this practice became an integral part of daily life for the Breton population. One of the reasons for this was because it was also recycled within the trade channels, supplying urban households and shops. While Brittany in the 18th century is no more than a logistical platform for a global economy, this thesis looks at the cultural and economic impact of this new taste for goods which come from afar. As we see it, understanding these fallout activities in Brittany can only be achieved by the reconstruction of the parallel economy of the sailor’s « pacotilles » trade.

Key words : Brittany, East India Companies, chintz, consumption, illegal economy, fraud, smuggling, private trade, sailors, shopkeepers, 18th century.

Position de thèse : Le franquisme et la production de la ville. Céline Vaz

Céline VAZ a soutenu sa thèse, 

Sous la direction de Michel Lescure
Le franquisme et la production de la ville.
Politiques du logement et de l’urbanisme, mondes professionnels et savoirs urbains en Espagne des années 1930 aux années 1970.
Le 13 décembre 2013

Université Paris Ouest Nanterre La Défense 200, avenue de la République 92 001 Nanterre Bâtiment B, Salle des thèses Paul Ricœur (B 016)    

Jury :
M. Gérard Chastagnaret, Professeur des universités émérite, Université de Provence.
Mme Sabine Effosse, Professeure des universités, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.
Mme Annie Fourcaut, Professeure des universités, Université Paris I.
M. Xavier Huetz de Lemps, Professeur des universités, Université de Nice-Sophia-Antipolis.
M. Michel Lescure, Professeur des universités, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.
Mme Susanna Magri, Directrice de recherche émérite, CNRS.
Mme Carme Molinero, Catedrática, Universidad Autónoma de Barcelona.

 

Le franquisme et la production de la ville. Politiques du logement et de l’urbanisme, mondes professionnels et savoirs urbains en Espagne des années 1930 aux années 1970.
Urbanisation désordonnée, manque criant d’équipements urbains, domination des promoteurs privés et promotion publique réduite, extension de la propriété d’occupation, telles sont les caractéristiques saillantes du développement urbain et immobilier à la fin de la dictature franquiste (1939-1975), qui, pour certaines d’entre elles, ont perduré jusqu’à aujourd’hui. Dans les dernières années de la dictature, cette ville « sans qualité » et inégalitaire constitue un objet de préoccupation sociale majeur et une voie de contestation du régime. Le mode de production de la ville qui se met en place durant l’époque franquiste, ainsi que la question urbaine sur lequel il débouche, constituent précisément l’objet de cette thèse. Leur appréhension repose sur une analyse croisée des politiques nationales d’urbanisme et du logement, et du groupe professionnel des architectes des années 1930 aux années 1970. Ce choix a été guidé par un double constat. L’interventionnisme du régime franquiste s’est en effet aussi concrétisé dans les domaines du logement et de l’urbanisme : un ensemble d’organismes centraux, de dispositions et de dispositifs officiels ont ainsi encadré et déterminé le mode de production urbaine. Les architectes ont joué un rôle important dans l’élaboration et la mise en œuvre de ces politiques par la position privilégiée qu’ils occupent dans le secteur de la construction en Espagne – leur intervention est obligatoire dans tout projet immobilier – et les efforts du groupe professionnel pour accaparer le champ d’activité émergent et disputé de l’urbanisme. Des membres du groupe ont été par ailleurs les fers de lance de la critique urbaine à la fin de la dictature. Par cette double entrée, il s’agit ainsi d’étudier la constitution de l’espace urbain et immobilier en catégorie de l’action publique, ainsi que les effets de ce processus sur les champs professionnel et scientifique sur l’ensemble de la période franquiste. Cette perspective  offre les bases d’une histoire sociale des politiques urbaines qui éclaire à la fois l’histoire du régime et ses rapports avec la société sur l’ensemble de la dictature, l’histoire et la sociologie de l’action publique et des groupes professionnels, ainsi que l’histoire des savoirs et savoir-faire de la ville.
Mots clés : Franquisme – Logement – Urbanisme – Architectes  – Sociologie des groupes professionnels – Propriété – Promoteurs  –  Mouvements sociaux urbains
Francoism and urban production. Housing and urban policies, professionals and urban sciences in Spain from the 1930’s to the 1970’s.
An urban model oriented towards growth, lack of public facilities and infrastructure, high proportion of owner-tenancy, shortage of public housing, or the relevance of real state in the national economy are some of the characteristics of Spain’s urban development during Franco’s dictatorship. It became a main social concern and way to criticize Franco’s regime at the end of the dictatorship. The aim of this PhD thesis is to study the mode of production of Spanish cities during the dictatorship and the social urban movement at the end of the regime. This research is based on the double analysis of national urban planning and housing policies and of the role of one of their principal actors: the architects. During the Franco’s era, State’s intervention was indeed reflected on housing and town-planning through a set of central institutions or bodies, of legal provisions and official measures. Theses decisions determined the mode of urban development. Owing to their privileged position in the building sector in Spain, architects play a key role in the definition and implementation of these policies. Moreover, some architects were years later the leaders of urban criticism and urban social movement. This set-up brings into light the development, if not the constitution, of the urban space as a category of public action during the Franco years, as well as its effects on the professional and scientific fields. This PhD thesis intends to constitute a social history of urban policies during the Franco’s era (1939-1975). Through this approach, it contributes to a better knowledge of the history of this period, of the history of urban social sciences and public action and of the sociology of professions.
Keywords : Francoism – Housing – Town planning – Architects  – Sociology of professionnal groups – Ownership  –  Property Developers   – Urban social movement

Appel à Projets 2014 : DIM GESTES

DIM GESTES : la campagne « Appel à Projets » 2014 s’ouvre le Lundi 2 décembre 2013…

Pour la troisième année, le réseau « Domaine d’intérêt majeur » (DIM) de la région Ile-de-France constitué par le groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail (Gestes) lance des appels à projets pour :
– des thèses susceptibles de bénéficier d’un contrat doctoral sur 24 ou 36 mois ;
– des recherches post-doctorales susceptibles de bénéficier d’une allocation de 12 mois ;
– l’organisation entre octobre 2014 et décembre 2015 de colloques, journées d’études et séminaires.

► Allez à  la page dédiée : AAP 2014 Allocations doctorales

► Allez à  la page dédiée : AAP 2014 Allocations post-doctorales

► Allez à  la page dédiée : AAP 2014 soutien Manifestations scientifiques

Je vous remercie de bien vouloir diffuser cette information aussi largement que possible.

 

Valérie Quiguer

Secrétaire générale

+33 (0)1 75 60 35 30

valerie.quiguer@ensae.fr

 

GESTES

60, Rue Etienne Dolet

F-92240 MALAKOFF CEDEX

FRANCE

HDR Anne-Therese Cochon : Economie de la circulation dans la France moderne : Dynamiques, institutions et espaces

le résumé de mon dossier d’HDR intitulé « Economie de la circulation dans la France moderne : Dynamiques, institutions et espaces » :

Alors que la circulation s’est imposée comme un des paradigmes majeurs du fonctionnement des sociétés contemporaines, mes recherches s’attachent à comprendre les spécificités de l’économie des mobilités à l’époque pré-industrielle marquée par une densification des mouvements, une baisse des coûts de transport et une accélération des vitesses. Ma démarche s’inscrit dans une triple perspective qui articule des dynamiques historiques, des logiques institutionnelles et l’organisation de l’espace. Sont ainsi étudiés les flux et les trafics qui structurent la circulation, les valeurs qu’elle véhicule et les enjeux politiques qui la sous-tendent. Le manuscrit inédit sur la corvée royale au XVIIIe siècle, dite aussi des grands chemins, qui contraignait les habitants des communautés riveraines d’un axe routier à fournir quelques jours de travail pour sa construction ou son entretien, s’inscrit dans l’analyse que je mène plus largement sur les modes de financement des infrastructures de transport. L’objectif de ce travail est d’interroger le contraste entre une représentation critique de la corvée décriée comme une institution arbitraire et inefficiente, et l’extension du réseau routier à la fin de l’Ancien Régime. Si la décision de recourir à la corvée en travail et son fonctionnement présentent une rationalité dans le contexte dans lequel elle s’inscrit, il m’importe aussi de comprendre les raisons qui ont  conduit l’Etat à opter pour la commutation dans la seconde moitié du siècle. La transition entre une prestation en nature attachée à un statut fiscal et un impôt destiné à financer du travail salarié constitue plus largement un observatoire de l’action politique, de dynamiques économiques et de représentations sociales.

Avis de parution : Nicolas Marty, L’invention de l’eau embouteillée. Qualités, normes et marchés de l’eau en bouteille en Europe, XIXe-XXe siècles.

Chers collègues

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution du livre issu de mon mémoire inédit d’habilitation à diriger les recherches.
Bien cordialement.
Nicolas Marty

L’invention de l’eau embouteillée
Qualités, normes et marchés de l’eau en bouteille en Europe, XIXe-XXe siècles

L’eau embouteillée, sous l’appellation eau minérale ou eau de source est aujourd’hui un produit emblématique de la société de consommation, mondiale et globalisée. Son usage, initié en Europe, s’est étendu au reste du monde depuis la fin des années 1980. Cet ouvrage se propose de montrer comment ce produit s’est littéralement « construit » et imposé en Europe depuis le milieu du XIXe siècle. L’analyse ne s’est pas bornée à décrire les techniques industrielles et commerciales, les entreprises qui les mettent en œuvre et les consommateurs qui achètent ce produit. L’auteur interroge aussi l’histoire de l’eau en bouteille par le biais de l’articulation entre normes et marchés dans six pays européens : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la France et le Royaume-Uni. Dans une démarche comparatiste, il analyse comment s’interpénètrent les logiques marchandes et non marchandes, en suivant au plus près les institutions et les acteurs, producteurs et consommateurs, ainsi que la grande diversité d’experts (ingénieurs, pharmaciens, médecins etc.) engagés dans la mise sur le marché de ce produit. Au final, l’ouvrage permet de comprendre comment le produit que nous consommons tous les jours ne s’est pas « naturellement » imposé mais est le résultat d’un processus complexe.

Collection: L’Europe alimentaire / European Food Issues/ Europa alimentaria / L’Europa alimentare – volume 5

Année de publication: 2013

PETER LANG
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2013. 397 p., 13 tabl.
ISBN 978-2-87574-090-8 br.  (Softcover)
ISBN 978-3-0352-6359-6 (eBook)

http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=78831&cid=5&concordeid=574090

« Négoce et négociants en vins dans l’Hérault : pratiques, influences, trajectoires (1900-1970) ».

Chers collègues, chers amis,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance publique de ma thèse d’histoire contemporaine intitulée « Négoce et négociants en vins dans l’Hérault : pratiques, influences, trajectoires (1900-1970) ».

Elle se tiendra le jeudi 28 novembre à 9h00 à l’Université de Montpellier III, Site Saint-Charles, Avenue Bouisson Bertrand (Tramway ligne 1, arrêt place Albert 1er), Salle des Actes.

Le jury est composé de :

M. Jean-Marc OLIVIER, Professeur d’Histoire économique contemporaine, Université de Toulouse-Le-Mirail

M. Serge WOLIKOW, Professeur émérite de l’Université de Bourgogne

Mme Jocelyne PÉRARD, Professeur émérite de l’Université de Bourgogne, Responsable de la Chaire UNESCO « Cultures et Traditions du Vin »

M. Laurent JALABERT, Professeur d’Histoire contemporaine, Université de Pau et des pays de l’Adour

Mme Geneviève GAVIGNAUD-FONTAINE, Professeur d’Histoire contemporaine, Université de Montpellier III, Directrice de thèse

 

La soutenance sera suivie d’un buffet-pot de thèse. Afin de prévoir l’organisation de celui-ci, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me confirmer votre venue avant le 27 novembre.

 

Veuillez m’excuser pour d’éventuels doublons.

Bien cordialement,

Stéphane Le Bras

 

********************

 

« Négoce et négociants en vins dans l’Hérault : pratiques, influences, trajectoires (1900-1970) »

 

Résumé :

 

Au cœur d’un monde viti-vinicole languedocien complexe et divers, les négociants en vins héraultais offrent un sujet d’étude particulièrement propice à l’analyse multiscalaire sur le temps long.

Alors que les ravages de la crise phylloxérique s’estompent au début du siècle, le marché des vins est bouleversé par les mutations rapides et nombreuses qu’il vient de subir. Intermédiaire primordial entre la production et la consommation, le négociant en vins connaît lui aussi de nombreuses mutations dans ses pratiques et dans son inscription au sein de réseaux commerciaux rayonnant principalement sur l’ensemble du territoire national. Soumis à des forces extérieures qui le contraignent à la dépendance à partir des années 1920-1930, il perd peu à peu une partie de ses fonctions commerciales pour devenir un simple rouage de distribution dans les années 1950-1960. Il n’a alors plus les ressources ni les capacités pour orienter le marché comme il le faisait dans le premier tiers du XXe siècle.

Cette perte d’influence est d’autant plus marquée que, jusqu’aux années 1940, les négociants héraultais se positionnaient comme une élite socio-professionnelle méridionale bien identifiée, en partie grâce à leur implication dans un mouvement patronal efficace, dans la société héraultaise et dans de nombreux organismes et institutions. Ces réseaux qu’ils dominent ou cherchent à dominer leur permettent d’assurer le bon fonctionnement de l’économie viticole régionale et départementale à leur profit.

Mais un ensemble de facteurs leur est préjudiciable : les trop fortes concurrences intérieures et extérieures ; les dérives qui entachent la réputation des négociants et des produits méridionaux sur le marché ; les échecs commerciaux sur les marchés internationaux ; l’incapacité à modifier certaines des pratiques dépassées.
Tels sont les mécanismes et les raisons que ce travail, articulé autour du dépouillement d’archives originales et inédites, interroge, expliquant l’effacement progressif de la profession du paysage et de la société viticoles héraultais.
Figure incontournable de la viticulture méridionale et nationale, le négociant en vins héraultais suit la trajectoire de la filière et, au rythme des épreuves, subit des évolutions qui traduisent son apogée puis son déclin.

De la mécanographie à l’informatique : Les relations entre catégorisation des techniques, groupes professionnels et transformations des savoirs managériaux » annonce de soutenance de thèse le 28 novembre

Cher-e-s collègues,
J’ai le plaisir de vous annoncer ma soutenance de thèse de doctorat d’histoire à l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense qui s’intitule « De la mécanographie à l’informatique : Les relations entre catégorisation des techniques, groupes professionnels et transformations des savoirs managériaux ».  Vous trouverez ci-dessous les informations concernant le lieu et l’horaire précis de la soutenance. Si vous pensez être présent au pot de soutenance, je vous remercie par avance de bien vouloir me prévenir.

Cordialement,

C. Neumann.
Laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie (IDHE)

Ecole doctorale Economie, Organisations, Société (EOS)

 
Thèse d’Histoire
Pour l’obtention du grade de Docteur en histoire de l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense.
Présentée et soutenue publiquement par
Cédric NEUMANN

le 28 novembre 2013

                9h00 (ERRATUM : 9h30 était initialement signalé)

Université Paris Ouest Nanterre La Défense 200, avenue de la République 92 001 Nanterre Bâtiment B, Salle des thèses Paul Ricoeur (B 016)     Jury : M. Patrick Fridenson, Directeur d’Etudes à l’EHESS. M. André Grelon, Directeur d’Etudes à l’EHESS. Mme Odile Henry, Professeure de sociologie, Université Paris VIII. M. Christophe Lécuyer, Professeur d’Histoire des sciences et des techniques, Université Pierre et Marie Curie. M. Michel Lescure, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense . M. François Vatin, Professeur de sociologie à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

 
De la mécanographie à l’informatique : Les relations entre catégorisation des techniques, groupes professionnels et transformation des savoirs managériaux.
Cette thèse étudie l’implantation et l’essor de l’informatique dans les activités de gestion des entreprises et des administrations françaises. Elle part du constat que, bien que les premiers ordinateurs s’inscrivaient dans la continuité des appareils mécanographiques, leur utilisation s’est accompagnée de l’émergence d’une nouvelle catégorie, l’informatique, définie par opposition à la mécanographie. La compréhension de cette différence exige de ne pas se limiter aux usages des différents matériels mais de restituer les relations d’équivalence existant entre les machines, les personnels les utilisant ainsi que les aptitudes et les savoirs managériaux mobilisés par les entreprises. Dans le courant des années soixante, d’une part, les ordinateurs sont perçus comme des outils de conception permettant de faire advenir une gestion scientifique ; d’autre part, les thématiques de la « révolution informatique » associent ceux-ci à un fonctionnement des entreprises en réseau qui favoriserait la mobilité et l’affaiblissement des structures hiérarchiques. La différenciation entre l’informatique et la mécanographie s’appuie parallèlement sur l’exclusion des mécanographes des emplois liés aux ordinateurs et la création de formations à l’informatique de gestion dans l’enseignement supérieur. Enfin, à la différence de la mécanographie, l’informatique est constituée comme un outil spécifique à l’ensemble des cadres : d’abord, parce que les grandes écoles introduisent l’enseignement de l’informatique dans leurs cursus, transformant celle-ci en un savoir-faire incontournable pour leurs élèves ; ensuite, parce que la transformation des cadres en « utilisateurs » par l’intermédiaire de la formation permanente est conçue comme le moyen de parvenir à l’utilisation optimale de l’informatique. En important dans le domaine de l’histoire des techniques des problématiques conçues pour l’analyse des groupes professionnels, le présent travail espère être une contribution à l’étude de la place de l’informatique dans les transformations de l’esprit du capitalisme. 
FROM «MÉCANOGRAPHIE » TO «INFORMATIQUE »: Relations between technologies categorization, professional groups and transformation of managerial knowledge.

This thesis examines the establishment and the rise of the « informatique » in the management of the French enterprises and administrations. It bases on the evidence that, even though first computers fit into the continuity of « mécanographie », their uses linked with the emergence of a new category, « l’informatique », defined in opposition to « mécanographie ». To understand this difference, one should not restrict the analysis to the different uses of the equipments but restitutes the relations of equivalence existing between the machines, the staff using it, the different activity fields of companies, and the knowledge the latter require. During the 1960’s, on the one hand, computers are considered as conceiving tools make possible scientific management, on the other hand, themes of the « revolution informatique » link computers to network enterprises which would favor mobility and the weakening of hierarchical structures. The differentiation between « informatique » and « mécanographie » is based on the exclusion of the « mécanographes » from the jobs related to computers and on the emergence of the creation of university-level training in computer engineering. Finally, as opposed to « mécanographie », « informatique » is considered as a specific tool for the majority of the executives. This is due on one hand to the « grandes écoles » introducing the teaching of computer engineering in their curriculum, transforming the latter in a mandatory know-how for the students (ch.5); and on the other hand to the transformation of executives into « users » via the permanent training, conceived as a means to get optimal use of « informatique ». In importing some problems conceived in the studies of professional groups in the area of technical history, this work tries to be a contribution to the study of the part plays by « informatique » in the spirit of capitalism’s transformations.

Annonce soutenance de thèse, samedi 23 novembre

Chers collègues,

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat d’histoire de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, intitulée : « Commerce, empire et révolutions dans le monde atlantique. La colonie française de Saint-Domingue entre métropole et Etats-Unis (ca. 1778 – ca. 1804) ».
La soutenance se tiendra le samedi 23 novembre à 9h à l’EHESS, salle 7/8, 2e étage, 105 bd Raspail, 75006 Paris.
Le jury sera composé de :
Madame Catherine Desbarats, Professeure agrégée à l’Université McGill, Montréal
Madame Marie-Jeanne Rossignol, Professeure à l’Université Paris-Diderot
Monsieur François-Joseph Ruggiu, Professeur à l’Université Paris-IV Sorbonne
Monsieur Pierre Serna, Professeur à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne
Monsieur François Weil, Directeur d’études à l’EHESS, Recteur d’académie et chancelier des universités, directeur de thèse.
Manuel Covo
CENA-Mondes américains
ATER à l’université Paris Ouest Nanterre

Soutenance de thèse Guillaume Pastureau

soutenance de thèse qui aura lieu le lundi 8 juillet à 14h, salle Manon Cormier – Université Montesquieu-Bordeaux 4, Avenue Léon Duguit, 33608 Pessac ;

Le microcrédit social : un « argent secours » en perspective historique
Le cas du prêt sur gages au Crédit municipal de Bordeaux depuis 1801

Jury : 
M. Bertrand Blancheton, Professeur des Universités, Université Montesquieu-Bordeaux IV, Directeur de Thèse ;
M. Hubert Bonin, Professeur des Universités, IEP Bordeaux ;
M. Pierre-Cyrille Hautcoeur, Professeur des Universités, EHESS ;
M. Pierre-Charles Pradier, Maître de conférences HDR, Université Paris I Panthéon-Sorbonnes, Directeur délégué de l’ENass, rapporteur ;
M. Marc-Alexandre Senegas, Professeur des Universités, Université Montesquieu-Bordeaux IV, directeur du GREThA ;
Mme Nathalie Sigot, Professeur des Universités, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, rapporteur.

Un pot de soutenance est organisé par la suite en salle F346.

Guillaume Pastureau


Résumé :

Créé dans les villes marchandes d’Italie du Nord au XVe siècle pour lutter contre l’usure, le Mont-de-Piété est devenu incontestablement un acteur fondamental de l’aide sociale à travers le prêt sur gages. Promoteur d’une économie sociale de bienfaisance, il met au cœur des préoccupations le rôle de l’argent comme une forme d’outil d’intégration économique et sociale à la société en voie de modernisation. Il agit comme une institution protectrice d’un salariat soumis au paupérisme et aux aléas sociaux de leur existence. En apportant des capacités financières, il permet au salariat de compléter ses revenus, quand les salaires sont précaires aléatoires. L’émergence de la Protection sociale, venant garantir et stabiliser les revenus, concurrencerait la finance sociale issue du Mont-de-Piété. Ainsi, l’action sociale institutionnalisée retourne les conceptions de l’aide, l’aide privée, individualisée, et marchande du XIXe siècle est remplacée par une aide publique, collective et non marchande. L’activité du prêt sur gages devient progressivement insignifiante, le Crédit municipal s’intègrera dans une logique bancaire. Mais la fin du XXe siècle voit renaître l’institution, le microcrédit social prend une nouvelle place. Sous l’effet de l’évolution de l’intensité de la Protection sociale, de l’apparition d’une nouvelle pauvreté, et de l’expression d’un nouveau risque lié à l’exclusion bancaire et financière, le prêt sur gages en consacrant un « argent secours » (re)introduit une forme de protection sociétale spécifique.

Guillaume Pastureau
Doctorant, ATER-sciences économiques
GREThA, UMR-CNRS 5113
Université Montesquieu-Bordeaux IV
Bureau D315
Tél : 0556846244
email: guillaume.pastureau@u-bordeaux4.f
http://gretha.u-bordeaux4.fr/fr/members/pastureau-guillaume

Soutenance de thèse Agnès Pallini-Martin : Réseaux florentins, négoce et politiques à Lyon autour de 1500. Giuliano da Gagliano et la compagnie Salviati ».

Vous êtes cordialement invités à la soutenance de cette thèse le mercredi 26 juin 2013 à 9h00, à l’EHESS. 

 
(105 Boulevard Raspail, salle 2)
La thèse s’intitule « Réseaux florentins, négoce et politiques à Lyon autour de 1500. Giuliano da Gagliano et la compagnie Salviati »
 
Le jury est composé de : 
 

-M. Mathieu ARNOUX. Professeur à Paris VII, directeur d’étude à l’EHESS    

-Mme Elisabeth CROUZET-PAVAN, professeur à l’université Paris IV-Sorbonne.

-M. Jacques BOTTIN. Directeur de recherche émérite au C.N.R.S., I.H.M.C.

-M. Jean-Louis GAULIN, professeur à l’université Lumière-Lyon 2.

-M. Francesco Guidi Bruscoli, Ricercatore à l’università degli Studi de Florence

 
La soutenance sera suivie d’un pot de thèse. 
Afin de prévoir l’organisation de celui-ci, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me confirmer votre venue avant le 23 juin.
 
Bien cordialement, 
 
Agnès Pallini-Martin

Résultats de la 15e édition du prix d’histoire François Bourdon

C O M M U N I Q U E

 

Résultats de la 15 édition du prix d’histoire François Bourdon

“Techniques, entreprises et société industrielle”

 

 

 

Pour sa quinzième édition le prix d’histoire de l’Académie François Bourdon-Le Creusot et de la Fondation Arts et Métiers : « François Bourdon, Techniques, entreprises et société industrielle », doté d’une somme de 1 500 €., a été attribué à

 

Jessica Dos Santos pour sa thèse L’utopie en héritage. La Société du Familistère de Guise, de la mort de Jean-Baptiste Godin à la dissolution de l’Association (1888-1968), thèse de doctorat en histoire, Université Charles de Gaulle-Lille

Le prix jeune chercheur doté d’une somme de 750 €, a été attribué à

Rémi Laroere pour son mémoire La fabrique de dentelle Surrel à Craponne (1853-1914), mémoire de Master Culture, Territoire et Patrimoine, Université Blaise Pascal-Clermont II

 

 

                Cette année encore les membres du jury se félicitent de la diversité des écrits reçus qui permet au prix d’histoire François Bourdon de s’ancrer plus fortement encore dans l’ensemble des domaines de l’histoire industrielle et des entreprises et plus généralement de la société industrielle.

Comme le veut le principe du prix, le quinzième jury était composé d’industriels et d’universitaires. Participaient à ce jury mesdames Claudine Cartier, Conservateur général honoraire du patrimoine, Anne Dalmasso, professeur d’histoire à l’Université de Grenoble , Anne-Françoise Garçon professeur d’histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne  et Dominique Varinois, IA-IPR, rectorat de Bordeaux; messieurs Antoine de Badereau, ingénieur centralien ; Gérard Chrysostome, ingénieur centralien ; Jean-Claude Daumas, professeur à l’Université de Franche-Comté, Membre senior de l’Institut universitaire de France ; François Labadens, ancien secrétaire général d’USINOR ; Paul Lacour, ancien directeur de Wendel-Participations ; Philippe Mioche, professeur d’histoire Aix-Marseille Université, chaire Jean Monnet de l’histoire de l’intégration européenne ; Philippe Raulin, ingénieur des Ponts et Chaussées, ancien secrétaire général de FRAMATOME ; Olivier Raveux, chargé de recherche au CNRS-UMR Telemme ; Serge Wolikow, professeur d’histoire émérite à l’Université de Bourgogne;

 

Jessica Dos Santos L’utopie en héritage. La Société du Familistère de Guise, de la mort de Jean-Baptiste Godin à la dissolution de l’Association (1888-1968)

 

Lorsqu’il meurt en 1888, Jean-Baptiste Godin lègue à ses ouvriers un héritage multiforme : une entreprise florissante au fonctionnement semi-coopératif, un ensemble architectural original garant d’une vie en communauté, un système social et éducatif complet. Pour ses successeurs, il s’agit dès lors de s’approprier l’ensemble de cet héritage et de le conserver intact, en dépit des évolutions économiques et sociales. Entre l’attachement à la tradition, les contraintes de la concurrence et le progrès des droits sociaux, la Société du Familistère de Guise peine cependant à trouver son équilibre. Si la mémoire de Godin reste l’élément central d’une identité commune, elle ne suffit pas à maintenir la cohésion d’une association ouvrière qui choisit de se dissoudre, poussée par les difficultés économiques, en plein cœur du mouvement social de mai 1968.

Jessica Dos Santos est agrégée d’histoire, enseignante au Lycée Louis Pasteur de Somain (59).

 

Rémi Laroere La fabrique de dentelle Surrel à Craponne (1853-1914)

                La dentelle constitue, jusqu’au début du XXe siècle au moins, l’un des symboles de l’industrie du luxe à la française. Craponne constitue l’un des principaux centres de production de dentelles en France au sein de la fabrique de Haute-Loire au XIXe siècle, et encore au début du XXe siècle. L’étude de ce secteur dentellier, permise par des archives privées rares dans ce secteur d’activité, laisse entrevoir un ensemble productif éclaté mettant en scène tout une microsociété montagnarde.

Au sein de ce centre de production, les fabriques de dentelles Surrel ont su tirer profit de l’héritage d’une organisation productive rurale pour intégrer les réseaux commerciaux mondiaux en pleine expansion. Organisé du local au global autour des dentellières et du fabricant, ce système doit faire face aux évolutions perpétuelles de la demande dans le secteur de la mode.

Par l’importance et la longévité de son activité, la famille Surrel illustre encore aujourd’hui la production craponnaise de dentelles dans ses plus beaux jours. La construction de ce modèle est le fruit de stratégies économiques et sociales réfléchies à l’échelle locale et sur les marchés internationaux du secteur dentellier.

 

Rémi Laroere termine actuellement un master professionnel en Action culturelle à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

 

 

Ivan Kharaba

Directeur

 

Académie François Bourdon

Cour du Manège-Château de la Verrerie

BP 60031

71201 Le Creusot Cedex

Tél. : 03 85 80 81 51

www.afbourdon.com

Rappel Prix crédit agricole d’histoire des entreprises, avant le 30 juin 2013

Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises

Édition 2013

 

 

Le Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises a pour objectif de mettre en valeur les travaux de recherche inédits en histoire des entreprises et, par delà, d’éclairer le monde des entreprises ; il concerne les thèses et mémoires d’habilitation à diriger les recherches (HDR) traitant d’une problématique propre à l’histoire des entreprises françaises ou opérant en France, du XIXe au XXIe siècle.

 

Tous les champs et types de recherche en histoire des entreprises sont couverts, qu’il s’agisse de monographie, d’histoire de branche, d’un produit ou d’un service, de biographie d’entrepreneurs ou d’histoire de groupes sociaux liés à l’entreprise. Le prix s’attache à distinguer un travail remarquable par la pertinence et l’originalité de sa problématique, la solidité des sources et de la méthode ainsi que la qualité de l’écriture. Le jury est composé de personnalités du Crédit Agricole, de la presse, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

 

Le prix est doté de 15000 €, dont 7500 € sont destinés au lauréat et 7500 € à l’aide à la publication de son travail. Le travail primé par le jury sera proposé, en priorité, pour publication dans la série « Entreprises» s’inscrivant dans la collection « Perspectives historiques » des Presses Universitaires François Rabelais qui offrent un cadre éditorial aux manuscrits lauréats du prix. Par ailleurs, le lauréat sera accompagné par un tuteur éditorial afin d’assurer le passage du travail primé à un ouvrage publiable.

 

L’édition 2013 du prix concerne les thèses et les mémoires inédits, soutenus entre le 1er juin 2012 et le 15 juin 2013.

 

Doté d’une forte culture entrepreneuriale, le Groupe Crédit Agricole est un partenaire de longue date des entreprises, par le biais des Caisses régionales, de Crédit Agricole SA ou de ses filiales, notamment Crédit Agricole CIB et LCL. Crédit Agricole SA a souhaité promouvoir la recherche de haut niveau en histoire des entreprises grâce au Prix d’histoire des entreprises, organisé en partenariat avec la revue Entreprises et histoire. Cette action prolonge celle que Crédit Agricole SA mène déjà en faveur de l’histoire économique en ouvrant ses riches archives historiques aux chercheurs.

 

Les thèses et les mémoires d’habilitation à diriger les recherches (accompagnés si possible du rapport de soutenance), rédigés en français, sont à adresser à Anne Brunterc’h sous forme numérique de préférence jusqu’au 30 juin 2013.

 

Anne Brunterc’h
Crédit Agricole SA
Responsable Archives historiques
83, boulevard Pasteur
75015 Paris

Parution : Débordements industriels dans la cité

Chers collègues

La parution du livre « Débordements industriels. Environnement, territoire et conflit XVIIIe – XXIe siècle » donnera lieu le vendredi 14 juin 2012 au CNAM de 18h à 20h à une séance de présentation et de discussion de l’ouvrage en présence des auteurs .

En espérant vous y retrouver nombreux.

Cordialement

Adresse :

Conservatoire national des arts et métiers
salle 21.2.40
292 rue Saint Martin
75003 Paris

4e de couverture :

Les liaisons parfois dangereuses que les activités humaines entretiennent avec l’environnement marquent fortement l’expansion de l’industrie depuis le XVIIIe siècle. Dans cet ouvrage, historiens, sociologues, politistes et anthropologues croisent différentes propositions de lecture des conflits provoqués hier et aujourd’hui par les impacts environnementaux de la production passée en France et en Belgique francophone. Partant plus particulièrement des débordements industriels et de leurs contestations, les auteurs préconisent d’élargir l’histoire de la régulation des risques, nuisances et pollutions industrielles à celle, résolument plus transversale, de la conflictualité environnementale.

Dans cette optique, chaque texte approfondit l’analyse d’un ou de plusieurs des modes d’existence de ces débordements industriels dans la cité, en abordant ou combinant quelques-uns des questionnements spécifiques au domaine de la conflictualité environnementale: nature des enjeux et jeux d’acteurs, statuts et fonctions des territoires, dispositifs à l’origine des débordements et de leur contestation, processus d’émergence du conflit et de sa résolution, négociations à l’œuvre, modalités d’expertise et de qualification, répertoires d’actions et grammaires de la protestation, temporalités et temps du conflit, asymétries des rapports et structures de domination locale… Les perspectives dressées par ces études ne forment toutefois pas le livre noir de l’industrie. Partant de cas concrets, en s’appuyant sur des travaux de terrain et l’exploitation minutieuse des archives, la proposition invite au contraire à dépasser la seule vision antagoniste du conflit impliquant une opposition entre des catégories d’acteurs et des frontières stables et suggère de dénouer les intrications complexes entre logiques de production et contraintes environnementales, l’une et l’autre s’avérant finalement toujours l’objet de négociations permanentes entre intérêts contradictoires.

Thomas Le Roux (Centre de Recherches Historiques-CNRS/EHESS ; Maison Française d’Oxford) est chargé de recherches au CNRS en histoire environnementale.
Michel Letté (HT2S-CNAM Paris) est maître de conférences en histoire des techniques et de l’environnement.

Table des matières

Les auteurs ………………………………………………………………………………………………………..7

Remerciements-Avertissement …………………………………………………………………………….9

Thomas Le Roux et Michel Letté
Conflits et régulations environnementales  ……………………………………………………………13

                                   Première partie
                                     Jeux d’acteurs

Introduction…………………………………………………………………………………………………………39

Tobias Girard
Singuliers débordements. Un incinérateur, des hommes et…
des catégories à déconstruire ………………………………………………………………………………41

Xavier Daumalin
Le conflit environnemental entre instrumentalisation et arbitrage:
Les soudières marseillaises au début du xixe siècle ……………………………………………….57

Arnaud Péters
« L’affaire de Saint-Léonard » et l’abandon du berceau liégeois
de l’industrie du zinc (1809-1880) ………………………………………………………………………….77

Gwenola Le Naour
Feyzin (1959-1968) : Composer avec les débordements de l’industrie
dans le sud lyonnais …………………………………………………………………………………………….99

Alexis Zimmer
« Le brouillard mortel de la vallée de la Meuse » (décembre 1930)
naturalisation de la catastrophe…………………………………………………………………………….115

                                   Deuxième partie
                                    Science, expertise, État

Introduction…………………………………………………………………………………………………………135

François Jarrige
Quand les eaux de rouissage débordaient dans la cité.
Essai sur le mode d’existence d’une nuisance en France (XVIIIe-XIXe siècle)………………137

Julien Maréchal
L’insoutenable légèreté de l’air. Industrie chimique et territoires de la pollution
dans la vallée de la Sambre (1850-1870)……………………………………………………………….155

Thomas Le Roux
Déclinaisons du « conflit ». Autour des atteintes environnementales
de l’affinage des métaux précieux, Paris, années 1820……………………………………………179

Guillaume Carnino
L’environnement et la science. Acclimater la population de
Gennevilliers aux débordements des eaux usées parisiennes, 1870-1880………………..199

Laurence Lestel, Marion Cuif, Pascal Hagenmuller, Mériem Labbas, Catherine Carré
La transaction comme régulation des déversements industriels en rivière.
Le cas de la Seine-et-Marne au XXe siècle ……………………………………………………………225

Michel Dupuy
La Dübener Heide : un massif forestier entre enjeux
scientifiques et politiques, 1957-1989…………………………………………………………………….247

                                   Troisième partie
                          Espaces, territoires et temporalités

Introduction…………………………………………………………………………………………………………271

Jean-Paul Barrière
Production de céruse, maladie professionnelle et conflictualité
dans l’espace lillois (milieu XIXe-début XXe siècle) …………………………………………………273

Daniel Faget
Une cité sous les cendres: les territoires de la
pollution savonnière à marseille (1750-1850) ………………………………………………………….301

Stéphane Frioux
Problème global, action locale : les difficultés de la lutte contre
les fumées industrielles à Lyon (1900-1960) …………………………………………………………..317

Ariane Debourdeau et Christelle Gramaglia
La fabrication d’un héritage encombrant.
Les pollutions métallurgiques de viviez (Aveyron) ……………………………………………………335

Marie-Laure Lemaire-Crespy
Apparition et disparition de la pollution dans l’espace public.
Le cas du village de Saint-Laurent-le-minier …………………………………………………………..361

Judith Rainhorn et Coralie Dumontier
Faire l’histoire d’un conflit manqué. Pollutions environnementales
et risques sanitaires autour de l’usine Métaleurop-Nord (1970- 2003) ……………………….377

michel Letté
HT2S-Cnam Paris
Case 1LAB10
Accès 31, 3e étage, bureau 3B.
2 rue Conté – 75003 Paris
01 40 27 23 33

Habilitation HDR Rebeca GOMEZ BETANCOURT

Cher/es collègues,

 

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de mon habilitation à diriger des recherches en Sciences économiques, intitulé :

 

« Théorie quantitative de la monnaie, banques centrales et étalons monétaires

(1863-1929) »

 

qui aura lieu le vendredi 7 juin 2013 à 14h à l’Institut des Science de l’homme  (Salle Elise Rivet, 4ème étage, 14 avenue Berthelot 69007 Lyon).

 

Le jury sera composé de :

 

M. Jean-Pierre POTIER, Professeur de sciences économiques, Université Lumière Lyon 2, Coordonnateur

M. Jean-Paul POLLIN, Professeur de sciences économiques, Université d’Orléans, Premier rapporteur

M. Ivo MAES, Professeur de sciences économiques, Université catholique de Louvain à Louvain-La-Neuve et Banque Centrale de Belgique, Rapporteur

M. Robert W. DIMAND, Professeur de sciences économiques, Brock University, Ontario, Canada, Rapporteur

M. Pierre DOCKÈS, Professeur émérite de sciences économiques, Université Lumière Lyon 2, Rapporteur

 

La soutenance sera suivie par un pot à la cafétéria au rez-de-chaussée de l’Institut des Science de l’homme, auquel vous êtes cordialement invité.

 

Rebeca Gomez Betancourt

Maître de conférences en sciences économiques à Université Lumière Lyon 2

TRIANGLE, UMR 5206 du CNRS


Rebeca GOMEZ BETANCOURT
www.rebecagomezbetancourt.com
Université Lumière Lyon 2. Triangle-ISH
14 Avenue Berthelot. 69007. Lyon, FRANCE.
Tél. +33 472 72 64 70

Soutenance de thèse – Vincent Duchaussoy – Histoire de l’organisation et de la gouvernance de la Banque de France (1936-1993) : la construction d’une institution de marché ?

Chers tous,

J’ai le plaisir de vous convier à ma soutenance de thèse, qui aura lieu le mercredi 12 juin 2013 à 9h30, à l’université de Rouen.
(campus de Mont-Saint-Aignan – Rue Lavoisier – bâtiment Robespierre – salle F311)
Titre du mémoire : « Histoire de l’organisation et de la gouvernance de la Banque de France (1936-1993) : la construction d’une institution de marché ? » 
Une copie numérique du mémoire est disponible sur simple demande.
Jury composé de : 

–    M. Bertrand BLANCHETON, professeur à l’université Montesquieu Bordeaux-IV.

–    M. Giuseppe CONTI, professeur à l’université de Pise.

–  Mme Sabine EFFOSSE, professeure à l’université de Paris-Ouest Nanterre‑La Défense.

–    M. Olivier FEIERTAG, professeur à l’université de Rouen

–    M. Arnaud MANAS, chef du service du Patrimoine historique et des Archives de la Banque de France.

–    M. Michel MARGAIRAZ, professeur à l’université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne

La soutenance sera suivie d’un pot de thèse.
Afin de prévoir l’organisation de celui-ci, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me confirmer votre venue avant le 5 juin.
Bien cordialement,
Vincent Duchaussoy.