Archives de catégorie : Revues

Nouvelle Revue du Travail

Chers collègues

voici un appel à contribution lancé par une nouvelle Revue qui laisse toute sa place aux approches historiques

Bien cordialement

Béatrice Touchelay

 

Appel à articles pour le Corpus du numéro 3 de la Nouvelle Revue du Travail

 

DE LA LIBERALISATION DES ECONOMIES A LA

RATIONALISATION DU TRAVAIL : QUELLES MEDIATIONS PAR

LES DISPOSITIFS DE GESTION ?

 

Les transformations que connaissent les sociétés contemporaines sont majoritairement analysées, d’un point de vue critique, selon deux registres.

 

Un premier registre met l’accent sur la manière dont s’imbriquent et se structurent un monde économique, porté par la finance, et un monde politique, porteur d’une conception de la place et du rôle de l’Etat, au service des marchés. Le regard porté sur ces élites souligne la convergence des décisions structurantes prises au niveau macro-économique (privatisation, flexibilisation du marché du travail, libéralisation des « marchés » financiers, etc.).

Cette approche critique est le plus souvent le fait d’économistes, parfois de spécialistes des sciences de gestion, plus rarement des sociologues, qui ne disposent pas toujours des outils conceptuels et méthodologiques en mesure d’investir ce niveau de décision.

 

Un second registre met plutôt l’accent sur la mise en œuvre d’un type de dispositif de gestion dans le cadre d’une situation spécifique, sectorielle ou d’une entreprise. Ce dispositif est alors appréhendé comme imposé par les contraintes de l’environnement (compétition, législation, endettement, etc.). Les études vont alors s’attacher à décrire comment évoluent les pratiques des salariés et employés, en quoi les rapports de force locaux sont recomposés, quelles tensions apparaissent entre logiques professionnelles et logiques gestionnaires, etc. Ce niveau est plus facilement investi par les sociologues, en particulier du travail ou des organisations, et les sciences de gestion, sans exclure les apports des économistes.

 

Mais en tout état de cause, c’est surtout l’articulation entre ces deux registres qui se révèle plus délicate à analyser : dans quelle mesure et comment les transformations du niveau politico-économique global s’articulent-elles aux changements mis en évidence au niveau micro-local ?

Comment, en somme, se rencontrent le global et le local, la gouvernance économico-politique et la gouvernance d’entreprise ? Et, dans ces articulations, quel rôle spécifique revient au « fait gestionnaire », à ses acteurs, ses dispositifs, ses principes, etc. ?

Y aurait-il quelque chose d’automatique et de « nécessaire » dans la genèse du fait gestionnaire ? Dans un contexte globalisé et faiblement régulé, le « cadre d’action » des directions des multinationales, de leurs sous-traitants, des hauts fonctionnaires et des managers des entreprises publiques, se révèlerait-il totalement contraint, déterminé ? Ou, au contraire, les transformations convergentes des cadres d’action macro-économiques ne constitueraient-elles pas une ressource parmi d’autres, accessible à des cercles décisionnaires économiques, politiques et administratifs qui disposeraient de réelles marges de manœuvre en matière d’engagement de réformes, de restructurations, de conception et de mise en œuvre des dispositifs de gestion ?

 

Comment « la création de valeur pour l’actionnaire » est-elle concrètement ancrée dans une série de décisions gestionnaires, de la normalisation comptable internationale aux pratiques d’évaluation individuelle, en passant par les outils informatiques de contrôle-traçage de l’activité ? Comment ces injonctions sont-elles déclinées, transformées, parfois retournées contre leur intention initiale, parfois aussi mises en œuvre avec zèle ? Au moyen de quels dispositifs concrets, conçus et introduits par quelles catégories d’acteurs, passe-t-on d’un discours monolithique à une pluralité de manières concrètes d’obliger les salariés à changer, à « s’adapter » ?

Comment l’apparition et le développement de modes managériales récentes, par exemple celles centrées sur un certain usage de l’éthique, s’articulent-elles avec la recherche de valeur pour l’actionnaire et comment leur mise en œuvre affecte-t-elle les pratiques des professionnels ? Peut-on identifier des emboîtements de dispositifs, certains d’entre eux jouant un rôle structurant, leur mise en œuvre conditionnant pour ainsi dire celle des autres ? Comment rendre compte du fait que, malgré des dysfonctionnements importants et des crises récurrentes que la mise en œuvre de ces dispositifs a induits, les mêmes mesures, les mêmes politiques continuent à être prônées comme les solutions incontournables?

 

La Nouvelle Revue du Travail, pour le dossier de son quatrième numéro, ouvre un appel à articles autour de ces questions, qu’il s’agisse de réflexions théoriques ou de résultats de recherches empiriques. On aura compris que toutes les sciences humaines et sociales s’intéressant à ces questions seront les bienvenues, conformément à la ligne éditoriale de la revue…

 

Calendrier :

Pour une publication à l’automne 2013

Les articles sont à adresser à la revue, avant le 29 février 2013, à l’adresse suivante : nrtravail@gmail.com

Les articles anonymés sont soumis à un évaluateur extérieur et un évaluateur  du comité de rédaction.

Référence : http://nrt.hypotheses.org/121

 

Revue des Sciences de Gestion, dernière numéro: Crise

La
des
de

Revue
Sciences
Gestion 
direction et gestion
 Éditorial – n°254- 2- 2012

Crise ? Vous avez dit : « Crise » ?

par Philippe NASZALYI
Directeur de La RSG

Crise et environnement institutionnel, crise et anticipations organisationnelles et crise et comportements des consommateurs, sont autant de scansion de ce mot « crise », mot qui, depuis plus de quatre ans, pour les moins perspicaces et depuis plus de trente ans, pour ceux qui scrutent avec attention les mouvements profonds, est le mot approprié à ce stade de développement du système économique contemporain.

Mais « de quelles crises parlons-nous ? » s’interroge fort à propos l’économiste Michel Roux1, en rappelant que « crise » signifie « tamis » ou « crible » en grec ancien et que c’est donc un instrument de mesure ou de sélection.

Crise des valeurs, crise de société, crise des institutions, crise de la famille, crise financière ou économique… Tout est désormais mis en avant pour éviter de se poser la seule bonne question qui vaille, celle de l’Homme, car il y a bien longtemps pourtant que nous savons que « le sabbat est fait pour l’homme et non pas l’homme pour le sabbat »2.

Il en est de même des systèmes économiques. C’est au fruit que l’on reconnaît l’arbre et que « tout arbre qui ne donne pas un bon fruit, on le coupe et on le jette au feu »3. Il y a plus de vingt ans, les Européens de l’Est, ont jeté au feu, un système dont il est certain qu’il ne menait pas à la prospérité et bafouait la Liberté. Il semble que l’avatar qui lui a succédé mérite de subir le même sort. « Il n’y a pas deux politiques possibles » disaient et disent toujours, ces « imposteurs de l’économie » que vient de dénoncer avec verve, mais sans doute insuffisamment, Laurent Mauduit4. Cette théorie d’enfants de chœur, plutôt thuriféraires stipendiés s’inscrit notamment dans la lignée de l’inénarrable prêt à penser souvent plagiaire, d’Alain Minc et de ses semblables. Ce même « prêt à penser » totalitaire qui vouait déjà aux gémonies, ceux qui dès 1992, avaient saisi que dans le traité de Maastricht, il y avait à la fois, l’excellente idée d’une monnaie européenne, dans la lignée du rapport Barre, et en même temps, les germes mortifères du monétarisme, hérité de l’Entre-Deux-Guerres, cher à la chancelière allemande, et onéreux, l’autre acception de « cher », pour les peuples européens. Ce n’est pas Bismarck qui ressurgit, (il faut être bien inculte pour la confondre avec ce grand chancelier), mais un composé assez approchant de la sottise impériale de Guillaume II et de la dangereuse impéritie de von Papen. En résumé, ce qui amène désastre et ruine pour l’Europe de 1914, de 1933 ou…

Ces sectateurs de la pensée unique ne comprennent pas, souvent, ou ne veulent pas comprendre, parfois, que cette « rigueur », étendue à l’Europe, est un pur sophisme économique qui ne vise qu’à favoriser le rentier, le financier plutôt que l’entrepreneur et le travailleur. Pour faire accroire à leurs fadaises, ils utilisent le procédé classique de la culpabilisation et de la morale.

« Vivre au dessus de ses moyens » est leur expression.

Cette vulgarité de termes pour désigner la conduite d’une politique, tente de masquer cette œuvre de mystification qui se donne des airs de bon sens populaire, pour mieux abuser le commun. En effet, comparer gestion du ménage et conduite d’un État n’a de sens que dans cette vulgate libérale qu’ils veulent imposer. Cela aboutit à dénier ce qui de tout temps doit être, l’assujettissement des intérêts privés à l’intérêt général qui, en démocratie, est incarné par l’État. Faire du citoyen, avant tout un consommateur, permet de nier le rôle du souverain exprimé par le suffrage. La représentation élue se trouve ainsi mesurée à l’aune du panel représentatif du sondeur ou du « mercateur » pour être ainsi délégitimée. Les quotas sont pour la démocratie, la négation même de son essence populaire. Les meilleures intentions peuvent être invoquées – et la parité en est une-, elles ne trompent que ceux qui sont prêts à tous les compromis, à toutes les compromissions pour obtenir l’agrément des puissants qui entendent profiter sans contrôle pour liquider l’État et ses obligations. Il est étonnant depuis ces années de voir combien est hétérogène d’apparence, la cohorte de ceux qui sous diverses étiquettes politiques, servent la soupe de moins en moins équitablement partagée. L’attitude des « puissants » de cette zone euro face à l’idée, jugée démente, d’un premier ministre grec de soumettre à référendum, un plan européen, en dit long sur le divorce entre ce système et les peuples. Il est d’ailleurs symptomatique de constater que le meilleur élève est la Chine dont on reconnaîtra bien volontiers qu’elle a, avec la démocratie, une relation lointaine !

Ni le chômage en Espagne, ni la dépression en Grèce pour ne citer que ces malheureux pays soumis au plan « Laval » de l’Europe, ne parviennent à remettre en cause les certitudes de ceux qui croient encore que quelques cataplasmes et une bonne cure de rétrécissement de l’État et des aides sociales amèneront, sinon la croissance du moins le sacro-saint équilibre qui en toute bonne théorie libérale apporte la plénitude. Comme Herbert Hoover, de qui l’Histoire n’a pratiquement retenu que son insondable « laissez-faire » qui s’exprime par un optimisme idéologique en 1932, « La prospérité est au coin de la rue ! », les échecs des politiques classiques dans les années 1930, lors de la grande crise précédente, ne les ont que partiellement instruits. L’État certes, est intervenu, mais c’était pour sauver le système bancaire. C’est une règle que George Bush (père) a appliqué en 1990 à la suite de la faillite des caisses d’épargne américaines qui témoignaient déjà, de la faiblesse du système financier laissé à ses propres règles. C’était il y 22 ans ! Le journaliste Jacques Decornoy tirait, en juillet 1990 dans Le Monde diplomatique, ce constat qui n’a pas vieilli : « Tout, estimait-on pourtant, avait été dit sur la funeste décennie passée : la fuite en avant dans les dépenses d’armement, les fantastiques endettements intérieur et extérieur, la cupidité forcenée des prédateurs conduisant à la corruption généralisée de Wall Street et à la chute symbolique de la firme Drexel Burnham, l’incapacité du pouvoir à réduire le déficit budgétaire »5 . Lehman Brothers, en septembre 2008 et cette cupidité des subprimes, les 2 milliards de dollars, voire plus, de perte de J.-P. Morgan, cette année, « l’une des banques les mieux dirigées qui soient » si l’on en croit le Président Obama qui poursuit en qualifiant : « James Dimon, son dirigeant » d’être « l’un des banquiers les plus intelligents que nous ayons »6, ont pris la relève. Faut-il rattacher à cette « corruption généralisée », la démission du directeur-général de Yahoo7 à la suite de la découverte de « fraudes » dans son curriculum vitae ! Péché véniel si l’on en croit Naomi Oreskes et Erik M. Conway dont l’ouvrage vient d’être traduit en français8 par ce physicien émérite qu’est le Professeur Jacques Treiner. Les deux chercheurs américains y décrivent l’action des « lobbyistes » industriels qui, à coup de milliards de dollars, favorisent une stratégie destinée à éviter toute réglementation de santé publique ou environnementale qui nuirait à leurs intérêts en semant le doute sur les études scientifiques. Car le relativisme que Platon reprochait à Protagoras, le premier « sophiste » et le premier à avoir vendu son enseignement, triomphe avec le système communautariste ou individualiste qui découle de cette présentation toujours clivante d’une société et de sa population. Cette « dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre ego et ses désirs »9. Tout est égal à tout, car l’État en système libéral est avili, « Si l’impôt, payé sous la contrainte, est impossible à distinguer du vol, il s’ensuit que l’État, qui subsiste par l’impôt, est une vaste organisation criminelle, bien plus considérable et efficace que n’importe quelle mafia « privée » ne le fut jamais. », est le credo libéral exprimé par l’économiste américain de l’École de Vienne, Murray Rothbard. Il faut dire que les hommes qui incarnent ces états, les gouvernants sont devenus souvent davantage des oligarques ou des ploutocrates tenant de lobbies, eux aussi que des hommes d’État. Le gouvernement américain sous George W. Bush (fils) et son Vice-président Dick Chenney, en est une illustration.

C’est portant loin d’en être le seul exemple, même dans de vieilles démocraties, tant sont imbriqués façonneurs d’opinions que sont journalistes, propriétaires de médias et intérêts économiques et financiers. Le conflit d’intérêts qui s’illustre notamment dans l’affaire Woerth-Bettencourt en France, semble une préoccupation éthique10, mais concerne de nombreuses affaires dont celle du Médiator, en cours d’instruction et ne trouve pas de solution légale, tant sont fortes les résistances de ces mondes étroitement imbriqués !

A qui faire confiance en effet, quand les experts médicaux émargent aux fonds des laboratoires qui produisent les substances évaluées et mises sur le marché par ces mêmes sommités scientifiques ou lorsque quelques députés ou anciens ministres font des allers-retours dans des cabinets d’avocats plus proches de cellules d’influence politico-économique que de défense de la veuve et de l’orphelin ?

Tout cela est le fruit d’un système, d’une idéologie qui l’habite et dont la moindre habileté a été même de tenter de se présenter comme indépassable, « par la fin de l’histoire » ! Or, comme Max Weber, il nous semble que les connaissances d’aujourd’hui sont toujours destinées à être dépassées, surtout en sciences humaines, puisque la société se transforme constamment. Il n’y a donc aucun modèle économique qui ne doive être discuté pour être amélioré voire remplacé. Se plonger dans la pensée de Sismondi, aujourd’hui à tort bien oublié ou étudier Karl Polanyi sont autant d’apports à une réflexion contemporaine qui ne peut opposer en permanence Keynes, résumé souvent au déficit des politiques publiques et les « Chicago Boys » dont l’action auprès d’Augusto Pinochet est bien symbolique de ce « néo-libéralisme » des conservateurs américains qui s’étend encore sur le monde, malgré les crises qu’il a engendrées.

« Au XIXe et au XXe siècles, on se tuait au boulot ou on mourait de sa dureté, au XXIe siècle naissant, c’est une nouvelle organisation scientifique du travail qui tue » écrit en introduction à un fort revigorant numéro11, François Chobeaux qui s’interroge pour savoir « si l’homme pensant est encore de saison ? ».

Crise ? Vous avez dit : « Crise » ? Une question, un constat, mais aussi à la manière d’« hommes pensants », des pistes et des solutions que gestionnaires au sens le plus large du terme, « ceux qui s’occupent des autres et de leurs entreprises », apportent par les treize articles, ordonnés en trois dossiers thématiques de ce numéro de printemps qui ouvre une nouvelle perspective de réflexion et d’action car « il est temps de remettre la production avant la spéculation, l’investissement d’avenir avant la satisfaction du présent, l’emploi durable avant le profit immédiat »12.


1. Michel Roux : « Sortie de crise ou crise de sortie ? Impacts de ce contexte sur les modèles d’affaires de la sphère financière », VSE n° 189, décembre 2011, pp. 62-74.
2. Marc 2,27.
3. Matthieu 7, 19.
4. Laurent Mauduit : « Les imposteurs de l’économie », Jean-Claude Gawsewitch, 294 pp. Paris, mars 2012.
5. Jacques Decornoy, « L’exemplaire faillite des caisses d’épargne américaines », Le Monde diplomatique, juillet 1990.
6. « Pour Obama, l’affaire JP Morgan illustre la nécessité de réformer Wall Street », Le Monde.fr, 15 mai 2012,
7. http://larsg.over-blog.com/article-suite-a-la-demission-du-directeur-general-de-yahoo-scott-thompson-105184095.html
8. Naomi Oreskes et Erik M. Conway : « Les Marchands de doute Ou comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique », éditions Le Pommier, 524 pages, Paris, mars 2012.
9. Homélie du cardinal Josef Radzinger, Missa pro eligendo Romano Pontifice, Rome, 18 avril 2005.
10. Martin Hirsch, Pour en finir avec les conflits d’intérêts, Stock, 162 pages, Paris septembre 2010.
11. V.S.T. revue du champ social et de la santé mentale : « L’homme pensant est-il encore de saison ? », n°, 104, 4e trimestre 2009.
12. François Hollande, Discours d’investiture, Palais de l’Élysée, 15 mai 2012.

Coordinatrice du Conseil Restreint de Rédaction : Aude d’Andria

CONSEIL RESTREINT DE RÉDACTION (CRR)

Sylvie Chevrier, Professeur d’université en management, Institut de recherche en gestion, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Michèle Charbonneau, Professeure, École nationale d’administration publique (ENAP) Québec, membre du Centre de recherche sur la gouvernance (CERGO), membre associée, Chaire La Capitale en leadership dans le secteur public Ulrike Mayrhofer, Professeur des universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Directrice du Centre de Recherche Magellan
Katia Richomme-Huet, Maître de Conférences HDR, Professeur Associé à EUROMED Management, Chercheur au CEMM (Centre Euro-Méditerranéen du Management) – GRIDS (Global Research in Innovative Development Strategies)
Damien Bazin, Maître de Conférences HDR Université de Nice Sophia Antipolis
Patrice Laroche, Professeur des Universités à l’ISAMIAE Nancy, Directeur du CEREFIGE (Centre européen de recherche en économie financière et gestion des entreprises)
Frédéric Le Roy, Professeur des Universités, Université Montpellier I-ISEM (Institut des Sciences de l’Entreprise et du Management) et Groupe Sup de Co Montpellier, directeur de MRM-ERFI (Équipe de recherche sur la firme et l’industrie)
Jean-Philippe Lhernould, Professeur de droit privé à l’Université de Poitiers, expert auprès de la Commission européenne
Karim Messeghem, Professeur des Universités, Université Montpellier 1 – MRM, (Montpellier recherche management), Directeur du Labex Entreprendre
Eric Séverin, Professeur des Universités, Université de Lille 1, Laboratoire LEM (Lille économie et management) UMR CNRS 8179

Remarques, commentaires, informations… N’hésitez pas à nous contacter
Pour ne plus recevoir de message de la rédaction, il suffit de cliquez ici

Revue fondée en 1965 publiée par Direction et Gestion SARL
Société au capital de 25 000 EUR – Siret Evry B 333 329 233 00014 – Code NAP : 5814Z – ISSN 1160-7742 – CPPAP 1014 T 82556


© 2012 – La Revue des Sciences de Gestion – direction et gestion des entreprises

Revue référencée sur
AERES et Econlit

Pour s’abonner
Pour rechercher des articles sur CAIRN
Vous pouvez également vous procurer
la revue auprès de nos partenaires :
Proquest – Pressedd – Ebsco

L’actualité de la gestion
le blog de la rédaction

Sommaire du
n° en ligne

Dossier I : Crise et environnement institutionnel

La rentabilité des entreprises sous protection judiciaire
par Xavier Brédart et Alain Finet

Les réformes européennes du cadre législatif des agences de notation à la suite de la crise des subprimes
par Faïza Bouguerra Gentile

Régimes douaniers économiques et compétitivité des petites et moyennes industries des départements français d’Amérique
par Katie Lanneau

La culture et le recours aux IAS/IFRS
par Salma Damak Ayadi et Rahma Ben Salem

L’asymétrie informationnelle autour des annonces de bénéfices : le cas du marche français
par Waël Louhichi

Dossier II : Crise et anticipations organisationnelles

Contribution à l’étude du slack organisationnel : le cas des dépenses d’investissements dans une grande entreprise industrielle
par Gilles David

Une entreprise mature décide d’accompagner une jeune entreprise potentiellement concurrente : Quelles motivations et conditions d’émergence ?
par Katherine Gundolf, Annabelle Jaouen et Audrey Missonier

L’impact de l’intervention des administrateurs externes et de la taille du conseil sur la performance des entreprises : Application au contexte tunisien
par Dorsaf Ben Taleb Sfar et Catherine Léger-Jarniou

Nouvelles de la communauté des amis de La RSG

Dossier III : Crise et comportements des consommateurs

La « gouvernementalité » des consommateurs sous l’éclairage foucaldien
par Béatrice Canel-Depitre

Le marketing de la couleur : Étude comparative entre l’affiche en couleur et l’affiche en noir et blanc
par Myriam Elloumi – Ayedi et Mohamed Kammoun

Diagnostic culturel : Regain d’intérêt pour des composantes trop souvent occultées
Cas d’une PME tunisienne de Télécommunications
par Lamia Hechiche Salah

Perception de la promotion des ventes par le consommateur à travers le cas de la brochure promotionnelle
par Mariem Daoud Moalla et Mohamed Kammoun

Spécificités des techniques promotionnelles des entreprises africaines et analyse de leurs effets transitoires à court et à long termes sur les ventes
par Mamoudou Halidou

Chronique bibliographique
par Jean-Louis Chambon

Bulletin d’abonnement

Un autre visage de la nouvelle recherche
managériale francophone

Première revue internationale francophone
de management depuis 1965
Premier prix 1980 du meilleur article de management
Triple lauréat des Mots d’Or du Français des affaires (1996-2002-2006)


Parution des Cahiers d’histoire de l’aluminium n° 48

Le numéro 48 des Cahiers d’histoire de l’aluminium est paru.
Au sommaire de ce numéro :

Claire Leymonerie, Thierry Renaux
Les objets du campeur. De l’explorateur au nomade des loisirs

Katia Kovacic
L’usine de L’Argentière-La Bessée en paroles : des vies entre montagne et industrie

Marcelo Rougier
État et entrepreneurs dans l’industrie de l’aluminium en Argentine (1940-1974)

Maurice Laparra
Les faux jumeaux de l’aluminium. Charles Martin Hall et Paul Héroult, leurs premières recherches et leurs premiers choix technologiques

Zoom sur un projet de recherche : FRALUBEC

Pour vous abonner ou commander ce numéro, rendez-vous sur le site Internet Histalu ou contactez l’Institut pour l’histoire de l’aluminium :
6 boulevard du général Leclerc
92110 Clichy
France
Tel : +33 (0)1 41 05 40 61

Parution d’un nouveau numéro des Cahiers de la Méditerranée (n° 84)

Chers collègues,

Je vous informe de la parution récente du dernier numéro des Cahiers de la
Méditerranée (n° 84), qui contient deux dossiers en lien avec l’histoire
économique:
– « Travailler chez l’autre, travailler avec l’autre en Méditerranée (XIVe-XIXe
siècles) » (coord. Gilbert Buti, Olivier Raveux, Arnaud Bartolomei)
– « Les constructions navales en Méditerranée du Moyen Age au XIXe siècle »
(coord. Silvia Marzagalli)

Le numéro vient de sortir en version papier et sera disponible en ligne sur le
portail revues.org à partir du mois de décembre (pour plus d’information :
CahiersMediterranee@unice.fr).

Vous trouverez ci-dessous et ci-joint le sommaire du numéro.

Bien cordialement,

Arnaud Bartolomei

Sommaire

Dossier : Travailler chez l’autre, travailler avec l’autre en Méditerranée
(XIVe  – XIXe  siècle)

Gilbert Buti et Olivier Raveux, Introduction … p. 11

Juliette Sibon, Travailler dans une autre communauté de la diaspora au XIVe
siècle. Corailleurs et médecins juifs entre Provence, Catalogne et Sardaigne …
p. 19

Anne Brogini, Des échanges contraints aux échanges assumés. Malte et la Régence
de Tunis dans la première modernité,… p. 33

Olivier Lopez, Les hommes de la Compagnie royale d’Afrique au XVIIIe siècle.
Une intégration illusoire,… p.  49

Gilbert Buti, Négociants d’expression allemande à Marseille (1750-1793),… p. 65

Arnaud Bartolomei, Mobilité et cosmopolitisme marchands. Les enseignements de
la colonie française de Cadix (XVIIIe – XIXe siècles),… p. 85

Guillaume Calafat, Être étranger dans un port franc. Droits, privilèges et
accès au travail à Livourne (1590-1715),… p. 103

Mathieu Grenet, Vivre chez l’autre, travailler sans lui ? Les capotteri grecs
de Venise, 1764-1804, … p. 123

Corine Maitte, L’espace européen du travail des verriers italiens, XVIe – XIXe
siècle. Dynamiques et structures de migrations spécialisées,… p. 139

Daniel Faget, Maîtres de l’onde, maîtres des marchés et des techniques : les
migrants catalans à Marseille au xviiie siècle (1720-1793),… p. 159

Leila Maziane, Étrangers et transferts techniques au Maroc à l’époque moderne,…
p.  173

Ghislaine Alleaume, Les techniciens européens dans l’Égypte de Muhammad ‘Alî
(1805-1848),… p. 185

Eloy Martín Corrales, Les Espagnols au Maroc (1767-1860) : le défi de
travailler avec l’autre,… p. 197

Abdelhamid Henia, Le rôle des étrangers dans la dynamique sociopolitique de la
Tunisie (XVIIe – XVIIIe siècle). Un problème d’historiographie,… p. 213

Xavier Daumalin, Usages et résistances des ouvriers immigrés dans l’industrie
marseillaise (1880-1914),… p. 235

Dossier : Les constructions navales en Méditerranée du Moyen Âge au XIXe siècle

Silvia Marzagalli, Introduction,… p. 255

Furio Ciciliot, Les chantiers navals en Ligurie du Moyen Âge à l’époque moderne
(XIIe – XVIe siècles),… p. 259

Luca Lo Basso, Entre galères et vaisseaux. Armement et constructions navales en
Ligurie au xviie siècle,… p. 273

Guido Candiani, Une tradition différente : La construction des navires de
guerre à voile à Venise du milieu du XVIIe siècle au début du XVIIIe siècle,…
p. 293

Maria Lucia De Nicolò, Recherches sur l’histoire de la pêche en Méditerranée :
Tartanes de Provence, tartanes de Vénétie, trabacs, modèles adriatiques pour la
pêche à la traîne et le petit cabotage (XVIIe – XVIIIe siècles),… p. 309

Silvia Marzagalli, Types d’embarcations entre Gênes et Marseille à la fin de
l’Ancien Régime. Quelques aperçus à partir de la base de données Navigocorpus,…
p. 325

Laurent Pavlidis, La construction navale traditionnelle provençale au xixe
siècle. Sources et méthodes,… p. 335

Apostolos Delis, Mediterranean Wooden Shipbuilding in the nineteenth century:
roduction, Productivity and Ship Types in Comparative Perspective,… p. 349

Daniel Panzac, Flottes et arsenaux dans l’affrontement turco-égyptien (1830-
1840),… p. 367

Notes et travaux de recherches

Alessandra Sambo, La balance de commerce de la République de Venise : sources e
méthodes,… p. 381

Comptes-rendus

Véronique Meyer, Marie-Luce Pujalte-Fraysse (dir.), Voyage d’artistes en Italie
du Nord, xvie – xixe siècle (David Rousseau),… p.  413

Frédéric Barbier, Le rêve grec de Monsieur de Choiseul. Les voyages d’un
Européen des Lumières (Thierry Couzin),… p.  417

M’hamed Oualdi, Esclaves et maîtres. Les mamelouks des beys de Tunis du xviie
siècle aux années 1880 (Christian Windler),… p.  419

Maurits H. van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System :
Qadis, Consuls, and Beratlý in the Eighteenth Century (Mathieu Grenet),… p. 423

Frederick Cooper, Le Colonialisme en question : théorie, connaissance, histoire
(Mathilde Cocoual) ,… p. 429

Marie-Claude Smouts (dir.), La situation postcoloniale : les postcolonial
studies dans le débat français (Florence Moatti) ,… p. 435

Géraldine Djament-Tran, Rome éternelle, les métamorphoses de la capitale
(Joseph Martinetti),… p. 441

Résumés et mots clés,… p.  447

Les auteurs,… p.  463

Quelques nouvelles de Weboeconomia et de la revue Œconomia – Histoire / Epistémologie / Philosophie

Chers lecteurs,

 

Quelques nouvelles de Weboeconomia

et de la revue Œconomia – Histoire / Epistémologie / Philosophie

Dernières publications de la section Weboeconomia Book Review Online:

 

Steven J. Brams, Game Theory and the Humanities. Bridging Two Worlds. (par John L. Casti)

John E. king (ed.), The Elgar Companion to Post-Keynesian Economics. (par Guglielmo Forges Davanzati)

Serge Audier, Néolibéralisme(s). (par Raphaël Fevre)

David S. Landes, Joel Mokyr, and William J. Baumol (eds), The Invention of Enterprise : Entrepreneurship from Ancient Mesopotamia to Modern Times. (par Robert F. Hébert)

Regina Grafe, Distant Tyranny : Markets, Power and Backwardness in Spain, 1650-1800. (par José Jurado-Sánchez)

 

Karl Polanyi, La subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société (Introduction and translation by Bernard Chavance). (par Jean-Michel Servet)

 

 

Appels à contributions

Economics and Literature: beyond praise and disparagement (rappel de la date limite : 1st November 2012)
 

Année 2012

Nous avons le plaisir de vous annoncer le sommaire du numéro de septembre 2012 de Oeconomia – Histoire/Epistémologie/Philosophie:

 

Sommaire | Contents

 

Pedro Teixeira

Mark Blaug (1927-2011), Polymath Economist and Historian of Ideas

 

Ariane Dupont-Kieffer

Ragnar Frisch’s “Circulation Planning”: An attempt at Modelling General Equilibrium

 

Claire Silvant

L’école libérale française et la question du bimétallisme (1865-1885). Enjeux économiques et politiques de la controverse

 

Arnaud Diemer et Hervé Guillemin

AdamSmith et la physique de Newton

 

Jeffrey T. Young

Andrew Skinner, the Glasgow Edition, and Adam Smith

 

Revue des livres | Book Review

Comptes rendus | Reviews

 

Nicolas Barbaroux

David Stasavage, States of Credit: Size, Power and the Development of European Polities

 

Ai-Thu Dang

John Locke, Écrits monétaires

 

Guglielmo Forges Davanzati

Daniele Besomi (ed.), Crises and Cycles in Economic Dictionaries and Encyclopaedias

 

Alan Kirman

Peter Leeson, The Invisible Hook. The Hidden Economics of Pirates

 

Frederic S. Lee

Donald W. Katzner, At the Edge of Camelot: Debating Economics in Turbulent Times

 

Dominique Torre

Perry Mehrling, The New Lombard Street: How the Fed Became a Dealer of Last Resort

 

Jack Vromen

Robert H. Frank, The Darwin economy: Liberty, Competition, and the Common Good

 

 

Numéros déjà parus

Les sommaires complets pour 2011 et 2012, ainsi que les résumés des articles, sont consultables sur le site de l’éditeur NecPlus

 

 

Pour les auteurs

Nous rappelons les auteurs qu’Œconomia accepte les soumissions d’article au format .doc ou .tex. Les utilisateurs de LateX peuvent télécharger sur le site un style bibliographique adapté à la charte éditoriale de la revue, à la rubrique Authors Guidelines

 

 

Au nom de toute l’équipe de la revue Oeconomia, je vous souhaite bonne lecture.

 

Jean-Sébastien Lenfant

 

-- 
Jean-Sébastien Lenfant
Professor of Economics, Université Lille 1
Chief Editor of Oeconomia

Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine 59-2, avril-juin 2012

vient de paraître cet été :


Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine

59-2, avril-juin 2012 

éditions BELIN, 25 euros, code 006344, en librairie

sur le portail Belin :

http://www.editions-belin.com/ewb_pages/r/recherche-avancee.php?rech_go=1&collection=Revue%20Histoire%20Moderne%20et%20Contemporaine


et sur www.CAIRN.info                                                                 

 

Sommaire


Le périmètre du droit

Martine Grinberg, Simone Geoffroy-Poisson, avec la collaboration d’Alexandra Laclau 

Rédaction des coutumes et territoires au XVIe siècle : Paris et Montfort-L’Amaury


L’épreuve de la guerre

Marie-Bénédicte Vincent


Quand les fonctionnaires doutent de l’État. Le délitement de l’administration allemande pendant la Première Guerre mondiale

 Vincent Viet

Droit des blessés et intérêt de la nation : une casuistique de guerre (1914-1918)


Jeunesse et politique

 Emmanuel Droit

De l’être au paraître : vêtement et identité politique en RDA. Le foulard des Jeunes Pionniers (1949-1989)

 

Françoise Blum

Sénégal 1968 : révolte étudiante et grève générale

 

Lectures

 Bernard Gaînot

Les affrontements militaires sous la Révolution et l’Empire : une « guerre totale » ? (sur David Bell et Frank Attar)


Comptes rendus


Parution: Cliometrica, Vol. 5, No. 2, 2011

Cliometrica, Vol. 5, No. 2, 2011.

Springer Verlag, together with the managing editor, the co-editors, the honorary members and the associate editors are pleased to announce the online publication of Cliometrica, Vol. 5, No. 2, June 2011: http://www.springerlink.com/content/q20218177762/

Luca Pensieroso: Real business cycle models of the Great Depression.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0053-0

Harald Degner: Do technological booms matter? New evidence on the relationship between firm size and innovativeness.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0054-z

Howard Bodenhorn: Manumission in nineteenth-century Virginia.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0056-x

Péter Földvári, Bas van Leeuwen: What can price volatility tell us about market efficiency? Conditional heteroscedasticity in historical commodity price series.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0055-y

Christopher Hoag: Clearinghouse membership and deposit contraction during the Panic of 1893.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0058-8

As accepted papers get typeset, they become available for journal subscribers through Springer’s Online Program. For access, click on the following link: http://www.springerlink.com/content/120412/?Content+Status=Accepted

I take this opportunity to renew my invitation and warmly encourage all of you to submit your own new articles to our journal and of course to motivate your colleagues to do the same. For all editorial matters, including articles offered for publication, please go to: http://www.editorialmanager.com/clio/, http://www.springer.com/journal/11698, or contact me by e-mail: cdiebolt [at] unistra [point] fr, http://www.cliometrie.org

Claude Diebolt

On the status and the Future Economic History in the World, de Jörg Baten et Julia Muschallik

Abstract

In spite of a rapid globalization of our discipline, surprisingly little is known about economic history as a discipline and the scholars who are representing it: How many economic

historians are there in the world? In which countries or world regions are they concentrated, and where are they lacking? Can we explain differences in the number of economic historians

who are participating on world congresses, and which determinants encourage or limit participation propensity? We also provide a forecast of world congress participation in 2012.

This study is based on the first initiative to estimate the extent of the field in the world. Using an email questionnaire we analyze the global situation of this discipline. Overall 59

countries could be surveyed in this overview, including countries such as Vietnam, Ghana and Haiti. We estimate the overall number of economic historians in the world to be around

10,400 scholars, and the numbers of the global elite that had some economic history exposure around 39 million.

L’article complet est disponible en PDF.