Archives de catégorie : Publications

Publication: Isabelle PARESYS & Natacha COQUERY (éds.) – Se vêtir à la cour en Europe 1400-181

C’est à la cour, lieu du paraître par excellence, que s’exprime le plus la préoccupation des sociétés pour les apparences. Que signifie la façon de se vêtir dans cette « société du spectacle » ? Le paraître vestimentaire y est un puissant moteur de pratiques culturelles qui touchent au corps et à l’identité. Il active toute une économie du luxe et alimente la dynamique des échanges entre les cours européennes. Cet ouvrage aborde le vestiaire des princes et de leurs courtisans entre 1400 et 1815,en plein essor de la société curiale. Les souverains ont été parmi les premiers à avoir pris conscience du pouvoir de l’habit et l’ont porté au plus haut degré de raffinement.

Se vêtir, c’est aussi régner et gouverner. Loin d’être figé par un système contraignant de codification des apparences, l’habit de cour se définit en fonction de la mode dans laquelle il joue un rôle décisif, notamment en matière de circulations internationales. élément d’une culture matérielle somptueuse du passé, l’habit de cour perdure dans notre culture visuelle.

Sur les podiums de la haute couture ou à l’écran, il reformule des apparences qui relevaient en leur temps, elles aussi, de la performance des corps et des textiles.

Télécharger la fiche de commande de l’ouvrage.

Publication: Florent Le Bot et Cédric Perrin: “Les chemins de l’industrialisation en Espagne et en France”

Florent Le Bot et Cédric Perrin, dirs., Les chemins de lʼindustrialisation en Espagne et en France. Les PME et le développement des territoires (XVIIIe-XXIe siècles), France contemporaine, Bruxelles: PIE Peter Lang, 2011.

Alors que l’historiographie française, en matière d’industrialisation et de PME,  se tournait jusque-là davantage vers les modèles italiens, puis vers ces mêmes modèles revisités par les Anglo-Saxons, et que l’Espagne, très dynamique en matière d’économie et de territoire, suivait également une tendance similaire, cet ouvrage souhaite enfin faire se rencontrer la France et l’Espagne sur le même chemin, en mobilisant à la fois de l’histoire comparée et de l’histoire croisée.

Si la France s’est développée selon une structure industrielle dualiste, où à côté de grandes firmes, des territoires de PME ont déployé leur énergie, l’industrialisation de l’Espagne, quant à elle, plus tardive, repose dans la durée sur des industries de consommation structurées autour de grappes de PME. Dans leurs spéci ficités, les industrialisations espagnoles et françaises présentent des convergences, éloignant l’une et l’autre du modèle canonique anglo-saxon. Ce sont ces convergences que les contributeurs français et espagnols explorent dans l’ouvrage selon des approches sectorielles, territoriales et en réseaux.

Avec les contributions de : Jordi Catalan i Vidal, Rémy Cazals, Jean-Claude Daumas, Gracia Dorel-Ferré, Miquel Gutierrez Poch, Florent Le Bot, Jean-Louis Loubet, Michel Margairaz, Nicolas Marty, José Antonio Miranda Encarnación, Jean-Marc Olivier, Cédric Perrin, Ramon Ramon-Muñoz, Esther M. Sánchez Sánchez, Francesc Valls Junyent, Renan Viguié. Cet ouvrage contient des contributions en espagnol.

Téléchargez la couverture.

Publication: Denis Woronoff – “Envelopper les objets: pour une histoire de l’emballage en France du XVIIIe siècle à nos jours”

Denis Woronoff a placé sur le site du CILAC un livre intitulé Envelopper les objets: Pour une histoire de l’emballage en France du XVIII° siècle à nos jours. En voici la préface:

L’idée de ce livre est née d’un étonnement déjà ancien. L’histoire de l’industrie en France, au sens de la main intelligente, s’est construite sur l’étude des entreprises et des façons de produire, plus que sur des produits. Mais au fond, ces derniers n’ont pas été oubliés : en témoignent les réflexions associées d’historiens, d’économistes et de sociologues sur les normes et sur les qualités. En prenant, à rebours, le chemin de l’usine à partir de sa production, on peut espérer comprendre l’une par l’autre. Ces marchandises circulent jusqu’à leur point de vente et de consommation, qu’il s’agisse d’un marché de proximité ou de l’Outre-mer. On sait assez bien comment se boucle le cycle. Mais dans ce transport, les produits ne vont pas nus, ou toujours en vrac. Comment sont-ils protégés, présentés, autrement dit, emballés ? A leur arrivée, avant d’être proposés à la vente, sont-ils autrement arrangés ? On le devine, ces emballages, au sens de la pratique et de son résultat, ont un coût, qui intéresse l’histoire de la production et des échanges, comportent des savoir-faire, utilisent des matériaux. Ils s’exécutent dans un espace de l’atelier ou de l’usine, à la fois concret et symbolique. Ce travail est rarement signalé, encore moins valorisé, parce qu’il est de l’ordre de l’évidence. Tout juste en apprend-on davantage lorsque le métier est périlleux, comme celui des ouvrières des manufactures d’allumettes, au contact du soufre. Dernier apport de l’étude des emballages : ils expriment une vision, modeste et évidemment non formulée, du rapport à ces objets, celui qu’entretiennent les fabricants, celui que vont soutenir leurs clients. Dans une époque préoccupée jusqu’à l’obsession par l’envahissement des emballages, mais en même temps fascinés par eux, il n’est sans doute pas inutile de rappeler deux données. La question de l’emballage n’est pas née du second après – guerre. Elle a grandi avec l’économie marchande moderne, disons en France depuis le XVIIIe siècle. D’autre part, cette question ne se résume évidemment pas à sa dimension de « design ». Un sac de farine sorti d’une minoterie, un cageot de melons envoyés par un producteur du Midi ont la même dignité historique qu’un coffret à bijoux ou un carton à chapeau. L’étude en longue durée, la prise en compte de l’ensemble des emballages, dans leur banalité massive, devraient nous faire avancer. Il sera beaucoup question de denrées alimentaires. En volume comme en intérêt social, celles-ci l’emportent sur toutes autres marchandises. De nos jours encore, la question de l’enveloppe, désormais activement protectrice, de ces biens de consommation courante est le point nodal de l’emballage. Cela dit, il faut mesurer l’extrême variété des matières en cause. Il s’agit, par exemple d’outils et de tableaux, de laines, de verres, de médicaments. La métallurgie, dont on imagine que le transport des produits lourds ne suscite pas d’inquiétude, connaît des problèmes identiques. Un haut-fourneau de Franche-Comté envoie sous l’Empire des charrettes de matériel à des commerçants de la région. Il s’agit essentiellement de poêles en fonte, démontés. Que disent fréquemment les destinataires ? Cette fonte moulée, donc fragile, n’était pas protégée. La maladresse de conducteur est à l’origine de quelques dégâts. La pluie a parfois fait rouiller certaines parties insuffisamment couvertes. A l’arrivée, faute d’indications précises, des pièces ont été confondues, entre marchands, rendant le montage impossible. Les fonctions principales de l’emballage, protection, identification, sont ainsi clairement évoquées. Est-ce là un souci d’économie ancienne ? Quand les ingénieurs de la SNECMA, au Creusot, ont achevé un de ces moteurs de haute précision, ils se préoccupent avec la même application de l’emballage des pièces. Des caisses de carton avec des intercalaires accueillent ces éléments particulièrement fragiles et pour lesquels le client ne tolèrera pas la moindre rayure. Constante des schémas. Pourtant, des évolutions de grande ampleur apparaissent. Une des difficultés est la distinction longtemps pertinente entre l’emballage de transport et l’emballage, ou l’absence d’emballage, à la vente. Ainsi, sur un bateau de pêche les poissons sont rangés dans des caisses et débarqués tels quels. Ensuite, au port ou dans un commerce distant, chaque client achète son poisson qui passe de main en main. Il y a vingt ans encore il était enveloppé dans une feuille de papier-journal. Il part dans un petit sac en plastique, désormais. Dans une grande surface, le poisson aurait été surgelé et préemballé. Les pratiques évoluent. Les notions mêmes d’emballage et de conditionnement se brouillent quand un parfum est présenté en aérosol ou un plat prêt à consommer, dans sa « peau ». Des matériaux nouveaux ont radicalement modifié notre perception de l’enveloppe des marchandises. En une cinquantaine d’années, les plastiques, PVC, PET ont apporté des solutions inédites mais aussi pesé sur notre mode de consommation. Cette intrusion sans équivalent de la technique n’aurait pas eu un impact aussi profond et rapide si la révolution commerciale des années 1960, libre-service et grandes surfaces, n’avait donné le champ libre à toutes ces audaces. Jadis l’emballage dérobait à la vue, maintenant il expose, il exhibe même. Le consommateur peut se demander ce qu’il a gagné. Il a, semble-t-il, l’embarras du choix mais le conditionnement est intense. Si les gestes de Christo ont tant séduit des opinions européennes peu familières des pratiques de l’art contemporain, c’est peut-être parce qu’elles trouvaient, dans cette prise en mains de l’emballage, ce qu’il faut de reconnaissance et ce qu’il faudrait de désinvolture. Pour parler d’emballage, il convenait d’en montrer. J’ai donc construit un « beau livre », où texte continu, images et légendes s’entraidaient. Parmi les nombreux éditeurs sollicités ces dernières années, deux ont successivement retenu le projet puis s’en sont retirés. Les autres acceptaient de publier le texte continu avec une poignée d’images. Une iconographie abondante (environ 120 clichés), longuement commentée manque ainsi à l’appel. C’était trop cher, m’a-t-on dit. J’espère que ce texte, même dépouillé de ses contreparties, sera de quelque utilité pour la communauté des historiens.

 

Parution: Les droites et l’économie en France au XXe siècle

Les droites et l’économie en France au XXème siècle

Sous la direction de Olivier Dard et Gilles Richard

Rive neuve Editions, 2011. Collection Actes académiques

L’actualité française récente, à travers les polémiques sur la présidence de Nicolas Sarkozy, la soirée du Fouquet’s, le yacht de Vincent Bolloré et bien entendu « l’affaire Woerth-Bettencourt », a relancé des débats déjà anciens sur les droites et l’argent. Le phénomène n’est pas nouveau et a déjà une longue histoire derrière lui, depuis la mise en cause du « Mur d’argent » et des « Deux cents familles », dans laquelle se sont illustrées bien des plumes venues de gauche (Francis Delaisi, Augustin Hamon) mais aussi des droites nationalistes, d’Emmanuel Beau de Loménie à Henry Coston. Aujourd’hui, d’essais journalistiques en numéros spéciaux d’hebdomadaires, la collusion entre les droites et les affaires est largement dénoncée. Sur plus d’un siècle, les relations entre les droites et l’économie ont fait l’objet tout à la fois de lieux communs et de représentations solidement établies.

L’ouvrage n’élude nullement cet aspect de la question (les représentations sont évoquées à travers les « Deux cents familles », la chanson et le cinéma) mais il procède d’une démarche différente. C’est fort de ces héritages et de ces constats que le volume s’est employé à investir quatre principaux chantiers. Le premier d’entre eux analyse comment les droites françaises appréhendent et pensent l’économie, ce qui pose la question des doctrines et des idéologies à l’oeuvre.

Le deuxième chantier porte sur l’examen des milieux privilégiés avec lesquels se nouent des relations entre les droites françaises et l’économie : les entreprises et les patrons. Le troisième chantier concerne les forces politiques et sociales. Un quatrième chantier enfin renvoie aux expériences gouvernementales menées sous la conduite des droites ou auxquelles certaines de leurs composantes ou figures sont associées.

L’intention est de réfléchir ici à ce qui peut être défini comme une politique de droite, cela en tenant compte à la fois des déterminants du clivage droite / gauche dans la vie politique française au XXe siècle, de la complexité à articuler « modernisation » et « archaïsme » – la modernisation peut se faire sous l’égide des droites – et de la relation particulière des droites françaises avec le libéralisme qui rend instructive mais délicate une comparaison avec l’étranger, notamment le monde anglo-saxon, pour peu qu’on ne tombe pas dans une homologie simplificatrice.

ISBN : 978-2-36013-049-8

Parution: Cliometrica, Vol. 5, No. 2, 2011

Cliometrica, Vol. 5, No. 2, 2011.

Springer Verlag, together with the managing editor, the co-editors, the honorary members and the associate editors are pleased to announce the online publication of Cliometrica, Vol. 5, No. 2, June 2011: http://www.springerlink.com/content/q20218177762/

Luca Pensieroso: Real business cycle models of the Great Depression.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0053-0

Harald Degner: Do technological booms matter? New evidence on the relationship between firm size and innovativeness.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0054-z

Howard Bodenhorn: Manumission in nineteenth-century Virginia.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0056-x

Péter Földvári, Bas van Leeuwen: What can price volatility tell us about market efficiency? Conditional heteroscedasticity in historical commodity price series.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0055-y

Christopher Hoag: Clearinghouse membership and deposit contraction during the Panic of 1893.
DOI URL: http://dx.doi.org/10.1007/s11698-010-0058-8

As accepted papers get typeset, they become available for journal subscribers through Springer’s Online Program. For access, click on the following link: http://www.springerlink.com/content/120412/?Content+Status=Accepted

I take this opportunity to renew my invitation and warmly encourage all of you to submit your own new articles to our journal and of course to motivate your colleagues to do the same. For all editorial matters, including articles offered for publication, please go to: http://www.editorialmanager.com/clio/, http://www.springer.com/journal/11698, or contact me by e-mail: cdiebolt [at] unistra [point] fr, http://www.cliometrie.org

Claude Diebolt

Parution: Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris, 1770-1830

Le Roux Thomas, Le laboratoire des pollutions industrielles – Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, coll. « L’évolution de l’Humanité », 2011, 544 p.

“Au tournant du xixe siècle, Paris est la scène d’une industrialisation qui remet en cause les relations des hommes à leur environnement. Bousculant une société d’Ancien Régime fortement préoccupée de santé publique et de règles de bon voisinage, le développement d’activités polluantes provoque une transformation du droit et des institutions. C’est cette révolution que nous fait découvrir Thomas Le Roux. Prenant en compte l’ensemble des acteurs sociaux et politiques, l’État, la Ville, les industriels, les juristes, les scientifiques et l’opinion publique, il décrit le processus complexe qui donna aux fabriques et aux manufactures, notamment dans le secteur de la chimie, la possibilité de s’implanter en ville. À partir de l’étude des pollutions nouvelles dont les Parisiens font alors  l’expérience, l’auteur propose une histoire totale de la capitale industrielle, non plus épopée des entrepreneurs, mais lente et difficile adaptation de la ville aux risques de l’industrie et de la technique. Dans cette approche novatrice de la modernité manufacturière, où les nuisances découlent du progrès, Paris est le laboratoire d’une légitimation des pollutions, annonçant la nouvelle alliance de l’État, de la science et de l’industrie dans un projet politique inédit.”

Actualités de l’histoire environnementale.

Parution: La bataille des télécoms (Marie Carpenter)

Marie Carpenter, La bataille des télécoms. Vers une France numérique, Paris, Editions Economica, 2011, 600 pages. Prix : 35 euros.

En 1967, la Direction Générale des Télécommunications avait moins de 4 millions d’abonnés, tous en France. Aujourd’hui France Télécom sert 200 millions de clients dans le monde. Comment est-on passé d’une administration publique à une entreprise comptant parmi les grands opérateurs mondiaux ? Cette transformation aura pris des décennies, mais l’impulsion en a été donnée par le plan du ” téléphone pour tous ” conduit dans les années 1970, dont Gérard Théry, ancien directeur général des Télécommunications, a été l’initiateur et le principal acteur.

Il décrit ainsi la prise de décision de doter tous les Français du téléphone : “Par le politique. C’est un acte délibéré de politique industrielle, comme la fusée Ariane, le nucléaire, le TGV”. Deux autres décisions majeures seront la numérisation complète des réseaux et le lancement du Minitel, faisant entrer la France dans la ” société numérique”. Fondé sur des entretiens avec les grands acteurs de l’époque et sur l’analyse critique des sources historiques, ce livre nous fait entrer dans les coulisses de la mutation des télécommunications des années 1970.

Il nous rapporte également celle d’une France entreprenante et du rayonnement de ses grandes entreprises. Le récit est passionnant et instructif car l’étude de cette transformation économique et industrielle montre les capacités insoupçonnées de changement d’un pays pour relever les défis de l’innovation et de la compétition mondiale.

Parution: Travail et entreprises en Europe du Nord-Ouest XVIIIe-XXe siècle

Annonce de publication ANR Emereno

Travail et entreprises en Europe du Nord-Ouest XVIIIe-XXe siècle. La dimension sociale au coeur de l’efficacité entrepreneuriale
Michel-Pierre Chélini & Pierre Tilly (éds)
Temps, espace et société
Collection « Histoire et civilisations » dirigée par Michel Leymarie
www.septentrion.com

Les entreprises les plus efficaces et performantes sont-elles en même temps les plus sociales ?

Cette question stimulante trouve un éclairage nouveau en sillonnant ce grand espace doté d’une longue tradition industrielle que constitue l’Europe du Nord-Ouest au cours des trois derniers siècles. S’inscrivant dans une approche transnationale et régionale, cet ouvrage grâce à la grande diversité de ses contributions, souvent neuves et riginales, met en perspective et analyse une dimension souvent méconnue dans la réussite entrepreneuriale, le rôle du social et du monde du travail.

Sur la base d’exemples significatifs mettant en exergue l’importance de la réalité historique régionale, les différentes études rassemblées placent cette dimension sociale à la rencontre de trois éléments majeurs : l’évolution de la population active et de ses typologies de qualification ; la gestion des ressources humaines, généralement opérée par une palette de dispositions gravitant autour de la rémunération (primes de rendement,
avantages en nature, hérédité de l’embauche, etc.) ; les relations professionnelles conflictuelles ou consensuelles entre employeurs et salariés. En proposant des éclairages nouveaux, cette contribution collective ouvre des perspectives d’analyse et de réflexion prometteuses pour l’avenir.

Michel-Pierre Chélini, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Arras travaille principalement sur l’histoire comparée des prix, des salaires et du pouvoir d’achat en France, en Allemagne et dans la CEE depuis les années 1940.

Pierre Tilly, chargé de cours en histoire contemporaine aux Facultés universitaires catholiques de Mons. Ingénieur d’études à l’Université de Lille 3-IRHIS dans le cadre du projet ANR Emeren-O, vice-président du Centre d’étude d’histoire européenne contemporaine (CEHEC) à l’UCL.

On the status and the Future Economic History in the World, de Jörg Baten et Julia Muschallik

Abstract

In spite of a rapid globalization of our discipline, surprisingly little is known about economic history as a discipline and the scholars who are representing it: How many economic

historians are there in the world? In which countries or world regions are they concentrated, and where are they lacking? Can we explain differences in the number of economic historians

who are participating on world congresses, and which determinants encourage or limit participation propensity? We also provide a forecast of world congress participation in 2012.

This study is based on the first initiative to estimate the extent of the field in the world. Using an email questionnaire we analyze the global situation of this discipline. Overall 59

countries could be surveyed in this overview, including countries such as Vietnam, Ghana and Haiti. We estimate the overall number of economic historians in the world to be around

10,400 scholars, and the numbers of the global elite that had some economic history exposure around 39 million.

L’article complet est disponible en PDF.