Archives de catégorie : Appels

Gérer autrement

Les crises financière, économique et sociale que nous connaissons questionnent non seulement l’efficacité des pratiques de gestion des organisations mais aussi leur légitimité. La gestion instrumentale rigoureuse conçue hier comme un gage de prospérité est aujourd’hui dénoncée comme la source de maux profonds : « la société est malade de la gestion ». Dès lors, il apparaît urgent d’interroger les notions de performances et de repenser les pratiques, qu’il s’agisse de la finance, la gouvernance, l’entrepreneuriat, le management ou la formation à la gestion elle-même, qui permettront d’atteindre cette conception renouvelée de la performance

Lors de cette journée de recherche, nous souhaitons explorer certaines pistes qui offrent une alternative aux pratiques de gestion traditionnelles sans pour autant relever de l’économie sociale et solidaire. Comment peut-on aujourd’hui gérer les organisations de sorte que l’on restaure leur légitimité et que l’on concilie celle-ci avec la performance ?

Évry – 24 juin 2011
Date limite de dépôt des projets de communication : 18 avril 2011
http://calenda.revues.org/nouvelle19391.html

Appel de l’ANR – Sociétés innovantes – Innovation, économie, modes de vie

Ce programme se structure autour de 4 axes thématiques:

  • Innovations et représentations
  • Innovations, changements sociaux et modes de vie
  • Innovations et modèles économiques
  • Configurations, acteurs, dynamiques.

Il ambitionne notamment de renforcer les partenariats de recherche entre entreprises et équipes de sciences sociales et humaines. Il s’agit de pratiquer une interdisciplinarité systématique entre laboratoires et entreprises de divers champs thématiques (STIC, nanotechnologies, matériaux, énergie, transport, habitat, environnement, production agricole et alimentaire, procédés industriels, santé, etc.) et les sciences humaines et sociales (sociologie, économie, histoire, géographie, psychologie…) qui s’intéressent aux comportements individuels et sociaux et aux modèles économiques.

Date limite de dépôt des projets : 25 mai 2011

Manufrance: que reste-t-il de nos amours ?

Date et lieu: 01 juin 2011,  Saint-Étienne

Manufrance : que reste-t-il de nos amours ? 100 ans d’innovation, 100 000 m2 de friche, des millions de souvenirs…

Créée en 1885 à l’initiative conjointe d’Etienne Mimard et de Pierre Blachon, la Manufacture française d’armes et de cycles de Saint-Étienne (Manufrance), s’est élevée en l’espace d’un siècle au rang de symbole industriel et commercial de la ville. Entreprise mythique et emblématique, Manufrance sera le sujet d’un colloque international aux débats ouverts et transdisciplinaires, mêlant présentation de films, tables rondes, interventions scientifiques et parcours patrimoniaux. A travers ce colloque international, nous souhaitons faire notre la célèbre devise « bien faire et le faire savoir ». L’Université Jean Monnet lance cet appel à contributions internationales et interdisciplinaires. Une publication est envisagée. Le comité scientifique présidé par Monsieur Pierre Lamard est placé sous la présidence d’honneur de Monsieur Denis Woronoff.

Texte de l’annonce sur Calenda.

Troisième école d’été du Réseau de recherche sur l’innovation

Appel à communication

Ecole d’été 2011 du Réseau de Recherche sur l’Innovation – SITE Clersé
31 août 2011- 3 septembre 2011 (Dunkerque)
“Entrepreneuriat, Innovation et Développement Durable”

En ce début de 21ème siècle, la création d’entreprise constitue un enjeu économique et social de premier plan en termes de création d’emplois, d’activités industrielles et de services, d’innovations et de développement territorial. Ce n’est certes pas l’entrepreneur qui a envoyé l’homme sur la lune (Galbraith, 1968), mais c’est à partir d’un socle technique et scientifique structuré par l’Etat et les grandes entreprises, qu’une myriade de petites entreprises innovantes (Microsoft, Apple, Google, Facebook, etc.) ont été créées depuis ces trente dernières années. Ces entreprises structurent désormais avec un succès incontestable l’offre mondiale dans leur secteur d’activité. Ces événements industriels ont contribué à placer sur le devant de la scène économique mondiale un acteur que la croissance économique de l’après-guerre avait occulté : l’entrepreneur (Baumol, 1968). Défini par Jean-Baptiste Say comme l’intermédiaire entre le savant qui produit la connaissance et l’ouvrier qui l’applique à l’industrie, l’entrepreneur est aujourd’hui conçu comme le chaînon (souvent) manquant entre la science et l’industrie (Audretsch, 2006). Par l’acte d’entreprendre, des individus imaginatifs et ambitieux innovent, contribuant à révolutionner les modes de production et de consommation. Le développement économique et industriel favorise sans cesse l’apparition de nouvelles opportunités d’investissement rythmée par le mouvement de la vague de destruction créatrice ou bien de… création créatrice. C’est ainsi que les perspectives plus ou moins lointaines de l’épuisement des énergies fossiles ou des catastrophes naturelles provoquées par le réchauffement climatique, constituent autant d’opportunités de créer et d’entreprendre. Dans tous les pays industriels et en développement, de nombreuses entreprises sont créées, dans les activités « vertes » (nouveaux matériaux, éco-construction, nouvelles énergies, etc.), répondant aux injonctions d’un nouveau modèle de développement, celui du développement durable. Cette dynamique entrepreneuriale dans les activités vertes s’inscrit aussi dans une redéfinition de la dimension territoriale des économies nationales. Nombre de régions, en Europe ou dans le monde, connaissent de grandes difficultés après que soit retombé le coup de soufflet  étatique donné au début des années 1950 pour impulser le développement d’activités industrielles fortement capitalistiques (sidérurgie, raffinage, etc.).

Mais, derrière cet aspect mythique (voire romanesque) de la création d’entreprise, se dissimulent des enjeux plus prosaïques. Créer une entreprise, c’est aussi créer son emploi, y compris pour des catégories particulières d’individus ayant des difficultés d’insertion sur le marché du travail (femmes, immigrés, jeunes, etc.), dans un contexte économique difficile marqué par une forte incertitude et un taux de chômage élevé. C’est ce qui explique la multiplication de mesures de politique économique visant à faciliter la création d’entreprise (alléger la procédure administrative de la création d’entreprise, développer les marchés financiers et le capital-risque, etc.) et/ou à faciliter la transition de la situation de salarié à celle d’entrepreneur et inversement (faciliter les licenciements et les embauches), selon la conjoncture économique. Dans ce contexte économique nouveau, marqué par le repli de l’Etat-providence et les stratégies d’externalisation des grandes entreprises, de nouvelles opportunités de création d’entreprises apparaissent, notamment dans le secteur des services.

A la croisée de plusieurs défis, le capitalisme de ce début de siècle se transforme : création d’emplois, d’activités nouvelles, développement durable, développement régional, etc. L’entrepreneur pourra-t-il tout faire ? Dans quel cadre institutionnel cela sera-t-il possible ?

L’appel à contribution sur Calenda.